Une centaine de questions et réponses sur la recherche de la vraie voie

Contenu

30 Quand Jésus a accompli Son œuvre, Il a guéri les malades, chassé les démons et fait des signes et des miracles. Pourquoi Dieu Tout-Puissant ne fait-Il pas des signes et des prodiges dans Son œuvre ?

La réponse issue de la parole de Dieu :

Dieu ne reprend pas le même travail. L’étape du travail de Jésus a déjà été réalisée, et Dieu ne va plus entreprendre une deuxième fois cette étape de travail. L’œuvre de Dieu s’accommode mal des conceptions de l’homme ; par exemple, l’Ancien Testament prédisait la venue d’un Messie, mais il est apparu que Jésus est venu, alors il serait donc erroné de penser à la venue d’un autre Messie. Jésus est déjà venu une fois, et ce serait une erreur si Jésus devait revenir une nouvelle fois. Il y a un nom pour chaque ère, et chaque nom est caractérisé par l’ère. Dans les conceptions de l’homme, Dieu doit toujours donner des signes et faire des prodiges, doit toujours guérir et chasser les démons, et doit toujours être comme Jésus, mais cette fois-ci Dieu n’est pas du tout comme cela. Si, au cours des derniers jours, Dieu continuait à montrer des signes et à faire des prodiges, à chasser les démons, à guérir — s’Il faisait exactement la même chose que Jésus — alors Dieu serait en train de répéter le même travail, et le travail de Jésus n’aurait aucune signification ou valeur. Ainsi, Dieu réalise une étape du travail à chaque ère. Une fois que chaque étape de Son travail a été achevée, elle est immédiatement imitée par les mauvais esprits, et après Satan commence à suivre Dieu sur Ses talons, Dieu opte pour une autre méthode ; une fois que Dieu a accompli une étape de Son travail, elle est imitée par les mauvais esprits. Vous devez être conscients de ces réalités. Pourquoi le travail de Dieu aujourd’hui est-il différent du travail de Jésus ? Pourquoi aujourd’hui Dieu ne montre pas des signes et ne fait plus des prodiges, ne chasse pas les démons, et ne guérit pas ? Si le travail de Jésus était le même que le travail effectué au cours de l’ère de la Loi, aurait-Il pu représenter le Dieu de l’ère de la Grâce ? Jésus aurait-Il pu achever le travail de la crucifixion ? Si, comme à l’ère de la Loi, Jésus était entré dans le temple et avait gardé le Sabbat, alors Il n’aurait été persécuté par personne et aurait été embrassé par tous. Si cela avait été le cas, aurait-Il été crucifié ? Aurait-Il achevé le travail de la rédemption ? À quoi aurait-Il servi si le Dieu incarné des derniers jours avait montré des signes et fait des prodiges, comme Jésus ? Seulement si Dieu réalise une autre partie de Son travail au cours des derniers jours, celle qui représente une partie de Son plan de gestion, que l’homme pourrait alors acquérir une connaissance approfondie de Dieu, et ce n’est qu’à ce moment que le plan de gestion de Dieu pourrait se réaliser.

Aujourd’hui, cela doit être clair pour vous tous que, au cours des derniers jours, c’est principalement le fait de « la Parole faite chair » qui sera accompli par Dieu. À travers Son travail réel sur terre, Il pousse l’homme à Le connaître, et à s’engager avec Lui et à voir Ses actes réels. Il pousse l’homme à se rendre compte clairement qu’Il est capable de montrer des signes et de faire des prodiges, et qu’il y a aussi des moments où Il n’est pas disposé à le faire, et ceci dépend de l’ère. À partir de cela, tu peux te rendre compte que Dieu n’est pas incapable de montrer des signes et de faire des prodiges, mais au contraire Il change Sa façon de travailler selon Son travail, et selon l’ère considérée. Au stade actuel du travail, Il ne montre pas des signes et des prodiges ; s’Il a pu montrer des signes et des prodiges dans l’ère de Jésus, c’était parce que Son travail de cette époque était différent. Dieu ne fait pas ce travail aujourd’hui, et certaines personnes Le croient incapable de montrer des signes et des prodiges, ou encore, elles pensent que s’Il ne montre pas des signes et des prodiges, alors Il n’est pas Dieu. N’est-ce pas là une erreur ? Dieu est capable de montrer des signes et des prodiges, mais Il travaille dans une ère différente, et donc Il ne fait pas un ce genre de travail. Comme c’est une ère différente, et que c’est une étape différente de l’œuvre de Dieu, les actions clairement révélées par Dieu sont également différentes. La croyance de l’homme en Dieu n’est pas la croyance en des signes et prodiges, ni la croyance aux miracles, mais la croyance en Son travail réel au cours de la nouvelle ère. […] Dans chaque ère, Dieu montre clairement différentes actions. Dans chaque ère, Il montre clairement une partie des actes de Dieu, et le travail de chaque ère représente une partie du tempérament de Dieu, et représente une partie des actions de Dieu. Les actions qu’Il révèle varient avec l’ère dans laquelle Il travaille, mais elles donnent toutes à l’homme une connaissance de Dieu qui est plus profonde, une croyance en Dieu qui est plus solide, et plus vraie.

Extrait de « Connaître l’œuvre de Dieu aujourd’hui », La Parole apparaît dans la chair

Dieu est venu sur terre principalement pour faire entendre Ses paroles ; c’est avec la parole de Dieu que tu as un rapport ; ce que tu vois, c’est la parole de Dieu ; ce que tu entends, c’est la parole de Dieu ; ce à quoi tu te conformes, c’est la parole de Dieu ; ce que tu expérimentes, c’est la parole de Dieu ; et cette incarnation de Dieu utilise principalement la parole pour perfectionner l’homme. Il ne montre pas des signes et des prodiges et surtout ne fait pas le travail que Jésus a fait dans le passé. Bien qu’Ils soient Dieu et que les deux soient aussi chair, Leur ministère n’est pas le même. […] Aujourd’hui, Dieu est devenu chair principalement pour achever le travail dans La Parole apparait dans la chair, pour utiliser la parole pour perfectionner l’homme et pour faire en sorte que l’homme accepte le traitement de la parole et le raffinement par la parole. Par Ses paroles, Il fait en sorte que tu reçoives les fournitures et la vie ; dans Ses paroles, tu vois Son œuvre et Ses actes. […] Et donc, en cet âge de Dieu fait chair, ne t’attends pas à voir Dieu guérir ou à Le voir chasser des démons encore une fois. Ne cherche pas toujours des signes, c’est inutile ! Ces signes ne peuvent pas perfectionner l’homme ! Pour parler clairement : aujourd’hui, le vrai Dieu de la chair Lui-même parle seulement, Il n’agit pas. C’est la vérité ! Il utilise des paroles pour te perfectionner et utilise des paroles pour te nourrir et t’abreuver. Il utilise aussi des paroles pour travailler et Il utilise des paroles au lieu des faits pour te faire connaitre Sa réalité. […] Dieu fait en sorte que l’homme gagne la vie par Ses paroles, et cela est le plus grand de tous les signes, et plus encore, c’est un fait incontestable. Cela constitue la base la plus solide à partir de laquelle en arriver à connaitre Dieu ; c’est même un plus grand signe que les signes. Seules ces paroles peuvent perfectionner l’homme.

… Dieu des derniers jours utilise principalement la parole pour perfectionner l’homme. Il n’utilise pas les signes et les prodiges pour opprimer l’homme ou pour le convaincre ; cela ne peut pas démontrer le pouvoir de Dieu. Si Dieu n’utilisait que des signes et des prodiges, alors il serait impossible de démontrer clairement la réalité de Dieu, et donc impossible de perfectionner l’homme. Dieu ne perfectionne pas l’homme par des signes et des prodiges, mais Il utilise la parole pour abreuver et guider l’homme, et ensuite l’obéissance parfaite de l’homme et la connaissance que l’homme a de Dieu sont réalisées. Tel est le but du travail qu’Il fait et des paroles qu’Il prononce. Dieu n’utilise pas des signes et des prodiges pour perfectionner l’homme. Il utilise des paroles et de nombreuses différentes méthodes de travail pour perfectionner l’homme. Que ce soit le raffinement, le traitement, l’émondage ou la fourniture des paroles, Dieu parle selon de nombreux points de vue différents pour perfectionner l’homme et pour donner à l’homme une plus grande connaissance de l’œuvre, de la sagesse et de la splendeur de Dieu. […] Montrer des signes et des prodiges est suprêmement facile, mais tel n’est pas le principe de l’œuvre de Dieu ni le but de Dieu dans Sa gestion de l’homme. Si l’homme voyait des signes et des prodiges, et si le corps spirituel de Dieu devait être manifesté à l’homme, tous les gens « croiraient » en Dieu, n’est-ce pas ? J’ai déjà dit qu’un groupe de vainqueurs venant de l’Est a été acquis, des vainqueurs qui viennent de la grande tribulation. Quel est le sens de telles paroles ? Elles veulent dire que ces gens qui ont été acquis ont seulement véritablement obéi après avoir subi le jugement et le châtiment, le traitement et l’émondage, et toutes sortes de raffinement. La foi de ces gens n’est pas vague et abstraite, mais réelle. Ils n’ont pas vu des signes et des prodiges, ou des miracles ; ils ne parlent pas de lettres et de doctrines abstruses, ou d’intuitions profondes. Au contraire, ils ont la réalité, ils ont des paroles de Dieu, ils ont une vraie connaissance de la réalité de Dieu. Un tel groupe ne peut-il pas démontrer clairement la puissance de Dieu ? L’œuvre de Dieu dans les derniers jours est un travail pratique. Au cours de l’ère de Jésus, Il ne vint pas pour perfectionner l’homme, mais pour racheter l’homme, et Il a fait des miracles pour que les gens Le suivent. Car Il est venu principalement pour achever le travail de la crucifixion, et montrer des signes ne faisait pas partie de Son ministère. De tels signes et prodiges étaient faits pour rendre Son travail efficace ; ils étaient un surcroît de travail et ne représentent pas le travail de l’ensemble de l’ère. Au cours de l’ère de la Loi de l’Ancien Testament, Dieu a aussi montré des signes et des prodiges, mais le travail que Dieu fait aujourd’hui est un travail pratique, et Il ne montrerait certainement pas de signes ni de prodiges aujourd’hui. Aussitôt qu’Il montrerait des signes et des prodiges, Son travail pratique serait jeté dans le désordre, et Il serait incapable de faire plus de travail. Si Dieu utilisait la parole pour perfectionner l’homme, mais montrait également des signes et des prodiges, alors la foi de l’homme serait-elle exposée ? Donc, Dieu n’agit pas ainsi. La religion occupe trop de place dans l’homme ; Dieu est venu au cours des derniers jours pour expulser toutes les conceptions religieuses et les choses surnaturelles qui occupent l’homme, et faire en sorte que l’homme connaisse la réalité de Dieu. Il est venu pour supprimer une image de Dieu qui est abstraite et fantaisiste, une image qui, en d’autres termes, n’existe pas du tout. Et donc, maintenant, la seule chose qui importe est que tu aies une connaissance de la réalité ! La vérité l’emporte sur tout. Jusqu’à quel point possèdes-tu la vérité aujourd’hui ? Tout ce qui montre des signes et des prodiges, est-ce que c’est Dieu ? Les mauvais esprits peuvent aussi montrer des signes et des prodiges ; sont-ils tous Dieu ? Dans sa foi en Dieu, l’homme cherche la vérité, il poursuit la vie, et non des signes et des prodiges. Tel devrait être le but de tous ceux qui croient en Dieu.

Extrait de « Tout est accompli par la parole de Dieu », La Parole apparaît dans la chair

Dans cette étape de l’œuvre, Dieu ne fait pas de signes et de prodiges, de sorte que l’œuvre atteindra Ses résultats à l’aide des paroles. De plus, cette fois l’œuvre du Dieu incarné n’est pas de guérir les malades et de chasser les démons, mais de conquérir l’homme par la parole, c’est-à-dire que l’aptitude naturelle de cette chair incarnée de Dieu est de parler et de conquérir l’homme, mais non de guérir les malades et chasser les démons. Son travail dans l’humanité normale n’est pas de faire des miracles, ni de guérir les malades et de chasser les démons, mais de parler, et ainsi aux yeux des gens, la seconde chair incarnée semble beaucoup plus normale que la première. Les gens voient que l’incarnation de Dieu n’est pas un mensonge ; mais ce Dieu incarné est différent de Jésus incarné, et bien qu’Ils soient tous deux le Dieu incarné, Ils ne sont pas tout à fait les mêmes. Jésus possédait l’humanité normale, l’humanité ordinaire, mais il était accompagné de nombreux signes et miracles. Dans ce Dieu incarné, les yeux de l’homme ne verront ni signes ni prodiges, ni la guérison des malades, ni la chasse aux démons, ni la marche sur la mer, ni le jeûne pendant quarante jours. Il ne fait pas le même travail que Jésus, non pas parce que Sa chair est par essence différente de celle de Jésus, mais parce que ce n’est pas de Son ministère de guérir les malades et de chasser les démons. Il ne détruit pas Son propre travail, ne perturbe pas Son propre travail. Puisqu’Il conquiert l’homme par Ses vraies paroles, il n’est pas nécessaire de le réduire aux miracles, et donc cette étape consiste à achever l’œuvre de l’incarnation. […] Si cette fois-ci, Dieu incarné manifestait des signes et des prodiges surnaturels, s’Il guérissait les malades, chassait des démons ou pouvait tuer d’une seule parole, comment l’œuvre de conquête pouvait-elle se réaliser ? Comment l’œuvre pourrait-elle être répandue parmi les nations païennes ? Guérir les malades et chasser les démons c’était l’œuvre de l’âge de la Grâce, la première étape de l’œuvre rédemptrice, et maintenant que Dieu a sauvé l’homme de la croix, Il n’accomplit plus cette œuvre. Si au cours des derniers jours un « Dieu » semblable à Jésus est apparu, Celui qui a guéri les malades, chassé les démons et a été crucifié pour l’homme, ce « Dieu », bien qu’identique à Celui dont la description était faite dans la Bible et que l’homme a facilement accepté, ne serait pas, dans son essence, la chair portée par l’Esprit de Dieu, mais par un esprit mauvais. Car c’est le principe de l’œuvre de Dieu de ne jamais répéter ce qu’Il a déjà accompli. Et ainsi l’œuvre de la seconde incarnation de Dieu est différente de l’œuvre de la première. Dans les derniers jours, Dieu réalise l’œuvre de conquête dans une chair ordinaire et normale ; Il ne soigne pas les malades, ne sera pas crucifié pour l’homme, mais Il dira simplement des paroles dans la chair, Il conquiert l’homme dans la chair. Seule une telle chair est la chair incarnée de Dieu ; seule une telle chair peut achever l’œuvre de Dieu dans la chair.

Extrait de « L’essence de la chair habitée par Dieu », La Parole apparaît dans la chair