Une centaine de questions et réponses sur la recherche de la vraie voie

Contenu

Voir l’apparition de Dieu dans Son jugement et Son châtiment

Comme des centaines de millions d’autres fidèles du Seigneur Jésus-Christ, nous respectons les lois et les commandements de la Bible, profitons de la grâce abondante du Seigneur Jésus-Christ, et nous nous rassemblons, prions, louons, et servons au nom du Seigneur Jésus-Christ — et tout ceci, nous le faisons sous l’attention et la protection du Seigneur. Nous sommes souvent faibles, et souvent forts. Nous croyons que toutes nos actions sont conformes aux enseignements du Seigneur. Il va sans dire, alors, que nous croyons aussi nous-mêmes que nous marchons sur le chemin de l’obéissance de la volonté du Père qui est au ciel. Nous attendons avec impatience le retour du Seigneur Jésus, l’arrivée glorieuse du Seigneur Jésus, la fin de notre vie sur terre, l’apparition du royaume, et chaque chose telle que prédite dans le Livre de l’Apocalypse : Le Seigneur arrive, et apporte une catastrophe, et récompense les bons et punit les méchants, et prend tous ceux qui Le suivent et accueillent Son retour dans l’air afin de Le rencontrer. Chaque fois que nous y pensons, nous ne pouvons qu’être débordés par l’émotion. Nous sommes reconnaissants du fait que nous soyons nés dans les derniers jours et nous sommes assez privilégiés de témoigner la venue du Seigneur. Bien que nous ayons souffert de la persécution, c’est en contrepartie pour « un poids éternel de gloire » ; quelle bénédiction ! Toute cette envie et la grâce reçue du Seigneur nous font souvent nous dégriser à la prière, et nous amènent à être le plus souvent ensemble. Peut-être l’année prochaine, peut-être demain, ou peut-être même plus tôt que l’homme ne s’y attend, le Seigneur viendra soudainement, et apparaitra au milieu d’un groupe de personnes qui L’attendaient patiemment. Nous nous disputons les uns les autres, personne ne voulant rester en arrière, afin d’être le premier groupe à voir l’apparition du Seigneur, pour devenir l’un de ceux qui doivent être enlevés. Nous avons tout donné, sans tenir compte du coût, pour la venue de ce jour. Certains ont abandonné leur emploi, certains ont abandonné leurs familles, certains ont renoncé au mariage, et certains ont même fait don de toutes leurs économies. Quelle dévotion désintéressée ! Cette sincérité et cette fidélité dépassent mêmes celles des saints des siècles passés ! Comme le Seigneur accorde la grâce à qui Il veut, et a pitié de qui Il veut, notre dévouement et nos sacrifices, nous croyons, ont déjà été vus par Ses yeux. Aussi pensons-nous que nos prières sincères sont déjà parvenues à Ses oreilles, et nous espérons que le Seigneur nous récompensera pour notre dévotion. De plus, Dieu était miséricordieux envers nous avant de créer le monde, et personne n’enlèvera les bénédictions et les promesses que Dieu nous a accordées. Nous faisons tous des projets pour l’avenir, et nous prenons pour acquis que notre dévotion et nos sacrifices sont la monnaie d’échange ou capital pour notre enlèvement dans les cieux à la rencontre du Seigneur. De plus, sans la moindre hésitation, nous nous plaçons sur le futur trône, qui dirige toutes les nations et tous les peuples, gouvernant comme des rois. Tout cela, nous le prenons comme acquis, comme quelque chose auquel s’attendre.

Nous méprisons tous ceux qui sont contre le Seigneur Jésus ; à la fin, ils seront tous anéantis. Qui leur a dit de ne pas croire que le Seigneur Jésus est le Sauveur ? Bien sûr, il y a des moments où nous apprenons du Seigneur Jésus et sommes compatissants envers le monde, car ils ne comprennent pas, et nous devrons être tolérants et indulgents envers eux. Tout ce que nous faisons est en conformité avec les paroles de la Bible, car tout ce qui n’est pas conforme à la Bible est une hérésie et relève du culte du mal. Une telle croyance est profondément ancrée dans chacun de nos esprits. Notre Seigneur est dans la Bible, et si nous ne nous écartons pas de la Bible nous ne nous écarterons pas du Seigneur ; si nous respectons ce principe, nous serons sauvés. Nous nous encourageons les uns et les autres, et nous nous soutenons mutuellement, et chaque fois que nous nous réunissons, nous espérons que tout ce que nous disons et faisons est conforme à la volonté du Seigneur, et peut être accepté par le Seigneur. Malgré l’hostilité farouche de notre environnement, nos cœurs débordent de joie. Quand nous pensons aux bénédictions qui sont facilement accessibles, y a-t-il quelque chose que nous ne pouvons pas abandonner ? Y a-t-il rien dont nous ne pouvons souffrir de nous en séparer ? Tout cela est implicite, et Dieu regarde tout cela de Ses yeux. Nous, la poignée d’indigents qui ont été relevés du fumier, ne sommes pas différents de tous les fidèles ordinaires du Seigneur Jésus : nous rêvons d’être élevés, et d’être bénis, et de gouverner toutes les nations. Notre corruption est mise à nu aux yeux de Dieu, et nos désirs et notre cupidité sont condamnés aux yeux de Dieu. Pourtant, tout ceci arrive de façon banale, si logiquement, et personne parmi nous ne se demande si notre envie est fondée, encore moins l’un parmi nous se douterait de l’exactitude de tout ce à quoi nous sommes attachés. Qui peut connaître la volonté de Dieu ? Nous ne savons ni chercher, ni explorer, encore moins même être s’intéresser au chemin que l’homme emprunte. Car nous ne nous soucions que de savoir si nous pouvons être enlevés, si nous pouvons être bénis, s’il y a une place pour nous dans le royaume des cieux, et si nous aurons part à l’eau du fleuve de la vie et du fruit de l’arbre de la vie. Ne croyons-nous pas au Seigneur, et ne sommes-nous pas des fidèles du Seigneur, pour pouvoir bénéficier de ces choses ? Nos péchés ont été pardonnés, nous nous sommes repentis, nous avons bu la coupe de vin amer, et nous avons porté la croix sur nos dos. Qui peut dire que le prix que nous avons payé ne sera pas accepté par le Seigneur ? Qui peut dire que nous n’avons pas assez d’huile en réserve ? Nous ne voulons pas être comme ces vierges folles, ou l’un de ceux qui sont délaissés. En outre, nous prions souvent, et demandons au Seigneur de nous garder de faux Christs, car il est dit dans la Bible que « Si quelqu’un vous dit alors: Le Christ est ici, ou: Il est là, ne le croyez pas. Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes ; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il était possible, même les élus. » (Matthieu 24:23-24) Nous avons tous mémorisé ces versets bibliques, nous les connaissons à fond, et nous les voyons comme un précieux trésor, comme la vie, et comme des références pour notre enlèvement et notre salut…

Pendant des milliers d’années, bien des vivants ont trépassé, emportant avec eux leurs envies et leurs rêves, et personne ne sait vraiment s’ils sont allés dans le royaume des cieux. Les morts reviennent, et ils ont oublié toutes les histoires qui, une fois, se sont produites, et continuent de suivre les enseignements et les chemins des anciens. Et donc, au fur et à mesure que les années passent et les jours se suivent, personne ne sait si notre Seigneur Jésus, notre Dieu, accepte véritablement tout ce que nous faisons. Nous attendons simplement avec impatience une issue et spéculons sur tout ce qui va se passer. Pourtant, Dieu a gardé Son silence pendant tout ce temps, et ne nous est jamais apparu, ou ne nous a jamais parlé. Et donc nous jugeons volontairement la volonté et le tempérament de Dieu selon la Bible et les signes. Nous nous sommes habitués au silence de Dieu ; nous nous sommes habitués à mesurer les aspects positifs et négatifs de notre comportement sur la base de notre propre façon de penser ; nous avons pris l’habitude d’utiliser nos connaissances, conceptions, et l’éthique morale pour remplacer les exigences que Dieu nous impose ; nous nous sommes habitués à jouir de la grâce de Dieu ; nous nous sommes habitués à ce que Dieu nous apporte Son assistance à chaque fois que nous en avons besoin ; nous nous sommes habitués à tendre nos mains vers Dieu pour toutes choses, et de commander Dieu à ce sujet ; nous sommes également habitués à suivre les doctrines, sans nous soucier de la façon dont le Saint-Esprit nous conduits ; en outre, nous nous sommes habitués aux jours où nous faisons ce que bon nous semble. Nous croyons en un Dieu, celui-là que nous n’avons jamais rencontré. Des questions telles que à quoi ressemble Son tempérament, que sont Ses possessions et Son être, à quoi ressemble Son image, si oui ou non nous Le connaitrons quand Il viendra, et ainsi de suite — aucune d’elles n’est digne d’intérêt. Ce qui est important c’est qu’Il est dans nos cœurs, que nous L’attendons tous, et que nous sommes capables de nous imaginer à quoi Il ressemble. Nous apprécions notre foi, et attachons une grande valeur à notre spiritualité. Nous considérons tout comme de la boue, et nous foulons toutes choses aux pieds. Parce que nous sommes les fidèles du Seigneur glorieux, quelles que soient la durée et la difficulté du voyage, quels que soient les épreuves et les dangers auxquels nous ferons face, rien ne peut nous décourager à suivre le Seigneur. « … Un fleuve d’eau de la vie, limpide comme du cristal, qui sortait du trône de Dieu et de l’agneau. Au milieu de la place de la ville et sur les deux bords du fleuve, il y avait un arbre de vie, produisant douze fois des fruits, rendant son fruit chaque mois, et dont les feuilles servaient à la guérison des nations. Il n’y aura plus d’anathème. Le trône de Dieu et de l’agneau sera dans la ville ; ses serviteurs le serviront et verront sa face, et son nom sera sur leurs fronts. Il n’y aura plus de nuit ; et ils n’auront besoin ni de lampe ni de lumière, parce que le Seigneur Dieu les éclairera. Et ils régneront aux siècles des siècles » (Apocalypse 22:1-5). Chaque fois que nous chantons ces mots, nos cœurs débordent de joie et de satisfaction immense, et les larmes coulent de nos yeux. Merci au Seigneur de nous avoir choisis, merci au Seigneur pour Sa grâce. Il nous a donné au centuple maintenant dans ce temps, Il nous a donné la vie éternelle dans le monde à venir, et s’Il nous demandait de mourir maintenant, nous le ferions sans la moindre plainte. Seigneur ! Hâte Ta venue ! Ne retarde pas d’une seule minute, car nous avons désespérément envie de Toi, et nous avons tout abandonné pour Toi.

Dieu est silencieux, et ne nous est jamais apparu, mais Son œuvre ne s’est jamais arrêtée. Il observe toutes les terres, et commande toutes choses, et scrute toutes les paroles et tous les actes de l’homme. Sa gestion est organisée par étapes et selon Son plan. Il avance en silence, sans effet dramatique, pourtant Ses pas se rapprochent de l’humanité, et Son siège de jugement se déploie dans l’univers à la vitesse de l’éclair, immédiatement suivi par la descente de Son trône pour être parmi nous. Quelle majestueuse scène est-ce, quel tableau magnifique et solennel. Comme une colombe, et rugissant tel un lion, l’Esprit répand parmi nous tous. Il est sage, Il est juste et majestueux, Il arrive tranquillement parmi nous investi de l’autorité et rempli d’amour et de compassion. Personne n’est au courant de Son arrivée, personne ne se félicite de Son arrivée, et, en plus, personne ne sait du tout ce qu’Il va faire. La vie de l’homme reste inchangée ; son cœur n’est pas différent, et les jours passent comme d’habitude. Dieu vit parmi nous comme une personne ordinaire, comme le plus insignifiant des fidèles et un croyant ordinaire. Il a Ses propres poursuites, Ses propres objectifs, et, en plus, Il a une divinité qu’on ne retrouve pas chez les hommes ordinaires. Personne n’a remarqué l’existence de Sa divinité, et personne n’a perçu la différence entre Son essence et celle de l’homme. Nous vivons ensemble avec Lui, sans contrainte et sans peur, car nous Le voyons comme rien d’autre qu’un insignifiant croyant. Il observe tous nos faits et gestes, et toutes nos pensées et nos idées sont mises à nu devant Lui. Personne ne s’intéresse à Son existence, personne ne s’imagine Sa fonction, et, en plus, personne ne soupçonne qui Il est. Nous poursuivons simplement nos poursuites, comme s’Il n’a rien à voir avec nous…

Par hasard, le Saint-Esprit exprime un passage de paroles « à travers » Lui, et bien que cela semble très inattendu, nous reconnaissons qu’il s’agit de la déclaration de Dieu et l’acceptons volontiers comme venant de Dieu. En effet, peu importe celui qui exprime ces paroles, pour autant qu’elles viennent du Saint-Esprit, nous devons les accepter, et nous ne pouvons pas les réfuter. La prochaine déclaration pourrait être à travers moi, à travers toi, ou à travers lui. Peu importe de qu’il est, tout n’est que grâce de Dieu. Pourtant, peu importe la personne, nous ne devrions pas l’adorer, car sans aucune autre considération, il n’est pas possible qu’elle soit Dieu ; nous ne pouvons en aucun cas choisir une personne si ordinaire pour être notre Dieu. Notre Dieu est si grand et honorable ; comment peut-Il être représenté par quelqu’un d’aussi insignifiant ? De plus, nous sommes tous dans l’attente de l’arrivée de Dieu pour nous enlever au royaume des cieux, et alors comment quelqu’un aussi insignifiant peut-il être qualifié pour une tâche aussi importante et ardue ? Si le Seigneur vient de nouveau, ce doit être sur une nuée blanche, visible par tous. Combien glorieux ce sera ! Comment pourrait-Il Se cacher tranquillement parmi un groupe de personnes ordinaires ?

Et pourtant, c’est cette personne ordinaire cachée parmi les gens qui fait la nouvelle œuvre consistant à nous sauver. Il ne nous dit rien de précis, et Il ne nous dit pas non plus pourquoi Il est venu. Il fait simplement l’œuvre qu’Il a l’intention de faire par étapes, et selon Son plan. Ses paroles et Ses déclarations deviennent de plus en plus fréquentes. Des paroles de consolation, d’exhortation, de rappel, et d’avertissement, aux reproches et la discipline ; d’un ton doux et gentil à un ton acerbe et majestueux — elles inspirent à l’homme à la fois compassion et vive inquiétude. Tout ce qu’Il dit frappe particulièrement les secrets cachés au plus profond de nous, Ses paroles piquent nos cœurs et nos esprits, et nous couvrent de honte et d’humiliation. Nous commençons à nous demander si le Dieu que cette personne porte dans Son cœur nous aime vraiment, et qu’est-ce qu’Il compte exactement faire. Peut-être ne pouvons-nous être enlevés qu’après avoir enduré une telle douleur ? Dans nos têtes, nous faisons des calculs… sur la destination à venir, et sur notre futur sort. Pourtant personne d’entre nous ne croit que Dieu S’est fait chair et travaille parmi nous. Bien qu’Il ait été avec nous depuis si longtemps, bien qu’Il ait déjà eu à nous dire des paroles face à face, nous ne sommes pas toujours disposés à accepter quelqu’un de si ordinaire que le Dieu de notre avenir, encore moins sommes-nous prêts à confier le contrôle de notre avenir et de notre sort à quelqu’un de si insignifiant. En Lui, nous avons une source intarissable d’eau vive, et c’est grâce à Lui que nous vivons en face-à-face avec Dieu. Nous sommes seulement reconnaissants de la grâce du Seigneur Jésus dans le ciel, et nous n’avons jamais prêté la moindre attention aux sentiments de cette personne ordinaire qui est possédée par la divinité. Tout en restant caché et humble, Il continue d’accomplir Son œuvre voilé de chair, exprimant la voix de Son cœur, apparemment insensible au rejet que Lui réserve l’humanité, apparemment pardonnant éternellement la puérilité et l’ignorance de l’homme, et tolérant à jamais l’irrévérence de l’homme envers Lui.

À notre insu, cet homme insignifiant nous a conduits vers l’œuvre de Dieu d’étape en étape. Nous passons par d’innombrables épreuves, sommes sujets à un nombre incalculable de châtiments, et éprouvés par la mort. Nous apprenons du juste et majestueux tempérament de Dieu, nous nous réjouissons aussi de Son amour et de Sa compassion, en arrivons à apprécier la toute-puissance et la grande sagesse de Dieu, témoignons de la nature aimable de Dieu, et voyons le désir ardent de Dieu à sauver l’homme. À travers les paroles de cette personne ordinaire, nous apprenons à connaître le tempérament et l’essence de Dieu, arrivons à comprendre la volonté de Dieu, arrivons à connaître la nature et l’essence de l’homme, et à voir le chemin du salut et de la perfection. Ses paroles nous font périr et nous font renaître ; Ses paroles nous apportent du réconfort, mais aussi nous font savoir que nous sommes coupables et nous font avoir le sentiment d’être redevables ; Ses paroles nous apportent joie et paix, mais aussi une grande douleur. Parfois, entre Ses mains nous sommes comme des agneaux vers l’abattoir ; parfois nous sommes comme la prunelle de Ses yeux, et bénéficions de Son amour et de Son affection ; parfois, nous sommes comme Ses ennemis, réduits en cendres par Sa colère à travers Ses yeux. Nous sommes l’humanité qu’Il a sauvée, à Ses yeux nous sommes des asticots, et nous sommes des agneaux égarés qu’Il espère retrouver jour et nuit. Il est miséricordieux envers nous, Il nous méprise, Il nous élève, Il nous réconforte et nous exhorte, Il nous guide, Il nous éclaire, Il nous châtie et nous discipline et Il nous maudit même. Il Se soucie de nous jour et nuit, Il nous protège et prend soin de nous jour et nuit, Il ne nous abandonne jamais, et Il nous consacre toute Son attention et paye n’importe quel prix pour nous. De l’abondance des paroles de cette petite et ordinaire chair, nous avons joui de la globalité de Dieu, et vu la destination que Dieu nous a réservée. Pourtant, malgré cela, nos cœurs sont débordants de vanité, et nous ne sommes toujours pas disposés à accepter concrètement une telle personne comme notre Dieu. Bien que nous ayons reçu de Lui tant de manne, assez pour nous réjouir, rien de tout cela ne peut usurper la place qu’occupe le Seigneur dans nos cœurs. Nous honorons l’identité spéciale et le statut de cette personne seulement avec beaucoup de réticence. S’Il ne parle pas pour nous faire reconnaître qu’Il est Dieu, alors nous ne pourrons jamais prendre sur nous de Le reconnaître comme le Dieu qui va bientôt arriver et qui, pourtant, travaille depuis longtemps parmi nous.

La parole de Dieu continue, et Il utilise diverses méthodes et perspectives pour nous engager sur ce qu’il faut faire et exprimer la voix de Son cœur. Ses paroles ont la puissance vivifiante, et nous montrent le chemin à emprunter, en même temps elles nous permettent de comprendre qu’est-ce que la vérité. Nous commençons à être attirés par Ses paroles, nous commençons à nous focaliser sur le ton et la manière utilisée dans Sa parole, et commençons inconsciemment à nous intéresser à la voix du cœur de cette personne banale. Il fournit des efforts inlassables pour nous, perd le sommeil et l’appétit pour nous, pleure pour nous, soupire pour nous, gémit dans la maladie pour nous, subit des humiliations pour notre destination et notre salut, et Son cœur saigne et répand des larmes pour notre torpeur et notre rébellion. Un tel être et tout ce qu’Il possède sont des attributs qui vont au-delà de ceux d’une personne ordinaire, et ne peuvent pas être possédés ou acquis par aucune personne corrompue. Il a la tolérance et la patience à nulles autre pareilles, et aucun être créé ne peut avoir un amour comme le Sien. Personne en dehors de Lui ne peut connaître toutes nos pensées, avoir une telle compréhension de notre nature et de notre essence, juger la rébellion et la corruption de l’humanité, nous parler et travailler parmi nous comme de la part du Dieu du ciel. Personne, sauf Lui ne peut avoir l’autorité, la sagesse et la dignité de Dieu ; le tempérament de Dieu et ce qu’Il a et est sont mis en avant par Lui, dans leur intégralité. Personne en dehors de Lui ne peut nous montrer le chemin et nous apporter la lumière. Personne en dehors de Lui ne peut révéler les mystères que Dieu n’a pas dévoilés depuis la création jusqu’à ce jour. Personne en dehors de Lui ne peut nous sauver de l’esclavage de Satan et de nos tempéraments corrompus. Il représente Dieu, et exprime la voix du cœur de Dieu, les exhortations de Dieu, et les paroles de jugement de Dieu envers toute l’humanité. Il a inauguré un nouvel âge, une nouvelle ère, et a apporté un nouveau ciel et une nouvelle terre, une nouvelle œuvre, et Il nous a apporté de l’espérance, et a mis fin à la vie que nous menions dans le vague, et nous a permis de voir parfaitement le chemin du salut. Il a conquis tout notre être, et a gagné nos cœurs. Dès lors, nos esprits et cœurs deviennent conscients et semblent être ravivés : cette personne ordinaire, insignifiante, qui vit parmi nous et a longtemps été rejetée par nous — n’est-ce pas le Seigneur Jésus, qui est à jamais dans nos pensées, et qui nous manque terriblement jour et nuit ? C’est Lui ! C’est réellement Lui ! Il est notre Dieu ! Il est la vérité, le chemin et la vie ! Il nous a permis de vivre à nouveau, de voir la lumière, et a sorti nos cœurs de l’errance. Nous sommes revenus à la maison de Dieu, nous sommes revenus devant Son trône, nous sommes face-à-face avec Lui, nous avons vu Sa face, et nous avons vu la route à suivre. À ce moment, Il a complètement conquis nos cœurs ; nous ne doutons plus de ce qu’Il est, et nous ne nous opposons plus à Son œuvre et Sa parole et nous nous prosternons complètement devant Lui. Nous ne souhaitons rien d’autre, sauf à suivre les traces de Dieu pour le restant de nos vies, et d’être perfectionnés par Lui, d’être rendu pour Sa grâce et Son amour envers nous, d’obéir à Ses orchestrations et à Ses dispositions, et de coopérer dans le cadre de Son œuvre, et de faire de notre mieux pour achever ce qu’Il nous confie.

Être conquis par Dieu c’est comme un combat d’arts martiaux.

Chacune des paroles de Dieu font mouche, et nous laisse triste et apeurés. Il expose nos idées, expose nos imaginations, et expose nos tempéraments corrompus. À travers tout ce que nous disons et faisons, et chacune de nos pensées et idées, notre nature et notre essence sont exposées par Ses paroles, nous laissant humiliés et tremblant de peur. Il nous parle de toutes nos actions, nos objectifs et nos intentions, et même du tempérament corrompu que nous n’avons jamais découvert, faisant en sorte que nous nous sentions totalement exposés et même encore plus entièrement convaincus. Il nous juge pour notre opposition envers Lui, nous châtie pour notre blasphème et pour L’avoir condamné, et nous fait ressentir qu’à Ses yeux, nous sommes des bons à rien, et nous sommes l’incarnation-même de Satan. Nos espoirs sont anéantis, nous n’osons plus faire des demandes et des tentatives déraisonnables auprès de Lui, et même nos rêves s’évanouissent du jour au lendemain. Ceci est un fait que personne parmi nous ne peut imaginer, et que personne parmi nous ne peut accepter. Pendant un moment, nos esprits deviennent troublés, et nous ne savons pas comment continuer notre route, nous ne savons pas non plus comment évoluer dans nos croyances. Il semble que notre foi est revenue à la case de départ, et que nous n’ayons jamais rencontré le Seigneur Jésus et fait Sa connaissance. Tout ce que nos yeux voient nous rend perplexes, et nous fait ressentir comme si nous avons été poussés à la dérive. Nous sommes dans la consternation, nous sommes déçus et tout au fond dans nos cœurs il y a une colère et un déshonneur inextinguibles. Nous essayons de nous décharger, de trouver une issue, et en plus, nous pensons continuer à attendre notre Sauveur Jésus, et de nous épancher auprès de Lui. Bien qu’il y ait des moments où nous ne sommes ni orgueilleux ni humbles de l’extérieur, nous avons dans nos cœurs de l’affliction avec un sentiment de perte comme jamais connu auparavant. Bien que parfois nous semblions exceptionnellement calmes de l’extérieur, à l’intérieur nos cœurs sont meurtris par les tourments. Son jugement et Son châtiment nous ont retirés tous nos espoirs et nos rêves, nous ont délaissés de nos désirs extravagants, et pas disposés à croire qu’Il est notre Sauveur et qu’Il est capable de nous sauver. Son jugement et Son châtiment ont creusé un abîme entre Lui et nous et que personne n’est même prêt à traverser. C’est la première fois que, par Son jugement et Son châtiment, nous souffrions d’un tel grand revers et vivons une telle grande humiliation. Son jugement et Son châtiment nous ont permis d’apprécier réellement l’honneur et l’intolérance de Dieu à l’égard de l’offense de l’homme, en comparaison de laquelle nous sommes si inconvenants et impurs. Son jugement et Son châtiment nous ont fait réaliser, pour la première fois, comment nous sommes arrogants et pompeux, et comment l’homme ne sera jamais l’égal de Dieu, ou sur un même pied d’égalité avec Dieu. Son jugement et Son châtiment nous ont fait renoncer à vivre dans un tel tempérament corrompu, et nous ont fait avoir envie de nous débarrasser de cette nature et de cette substance le plus tôt possible, et de ne plus être détestés par Lui et ne plus être dégoûtants pour Lui. Son jugement et Son châtiment nous ont fait avoir envie d’obéir à Ses paroles, et de ne plus être disposés à nous rebeller contre Ses orchestrations et Ses dispositions. Son jugement et Son châtiment nous ont une fois de plus donné le désir de chercher la vie, et nous ont donné le bonheur de l’accepter comme notre Sauveur… L’ère de la conquête est révolue, nous sommes sortis de l’enfer, nous sommes sortis de la vallée de l’ombre de la mort… Dieu Tout-Puissant nous a conquis, nous, ce groupe de personnes ! Il a triomphé de Satan, et vaincu tous Ses ennemis !

Nous sommes seulement comme un groupe de personnes ordinaires possédées par le tempérament satanique corrompu, nous sommes ceux que Dieu a prédestinés avant les siècles, et nous sommes les nécessiteux que Dieu a enlevés du fumier. Nous avons une fois rejeté et condamné Dieu, mais maintenant, nous avons été conquis par Lui. Nous avons reçu la vie et le chemin de la vie éternelle de Dieu. Peu importe où nous nous trouvons sur terre, en dépit des persécutions et des tribulations, rien ne peut nous séparer du salut de Dieu Tout-Puissant. Car Il est notre Créateur et notre seule rédemption !

L’amour de Dieu est déversé comme l’eau d’une source, et nous est offert, à toi et à moi, lui et elle, et à tous ceux qui cherchent réellement la vérité et attendent l’apparition de Dieu.

Tout comme la lune suit toujours le soleil, l’œuvre de Dieu ne s’arrête jamais, et se réalise sur toi, sur moi, sur lui et elle, et sur tous ceux qui suivent les traces de Dieu et acceptent le jugement et le châtiment de Dieu.

Exprimé le 23 mars 2010