Déclarations du Christ des derniers jours (Sélections)

Contenu

La septième déclaration

Toutes les branches occidentales devraient écouter Ma voix :

Dans le passé, M’avez-vous été fidèles ? Avez-vous obéi à Mes excellentes paroles de conseil ? Avez-vous des espoirs qui soient réalistes et non vagues et incertains ? La fidélité de l’homme, son amour, sa foi, il n’en est pas qui ne vienne de Moi, qui ne soit accordé par Moi. Mon peuple, quand vous écoutez Mes paroles, comprenez-vous Ma volonté ? Voyez-vous Mon cœur ? Dans le passé, pendant que vous étiez en ligne du devoir, vous avez rencontré des hauts et des bas, des avancées et des reculs, et il y eut des moments où vous risquiez de tomber et même de Me trahir ; mais saviez-vous qu’à chaque instant J’étais en train de vous sauver ? Qu’à chaque instant Je déclamais Ma voix pour vous appeler et vous sauver ? Combien de fois êtes-vous tombés dans les filets de Satan ? Combien de fois avez-vous été pris dans les pièges des hommes ? Et encore une fois, combien de fois, incapables de vous déprendre de vous-mêmes, vous êtes-vous trouvés pris dans des disputes sans fins les uns avec les autres ? Combien de fois vos corps étaient-ils dans Ma maison, mais vos cœurs on ne sait où ? Néanmoins, combien de fois ai-Je tendu Ma main salvatrice pour vous retenir ; combien de fois ai-Je semé parmi vous les grains de miséricorde ; combien de fois n’ai-Je pu supporter de voir l’état pitoyable de votre souffrance ? Combien de fois... le savez-vous ?

Mais aujourd’hui, sous Ma garde, vous avez enfin vaincu toutes les difficultés et vous êtes entrés dans le bonheur avec Moi ; c’est la cristallisation de Ma sagesse. Néanmoins, rappelez-vous bien ceci ! Qui parmi vous est tombé pendant que vous restiez forts ? Qui parmi vous a été fort, sans jamais avoir de moments de faiblesse ? Parmi les hommes, lequel a joui d’une bénédiction qui ne vient pas de Moi ? Qui a connu un malheur qui ne vient pas de Moi ? Serait-ce que tous ceux qui M’aiment ne reçoivent que la bénédiction ? Serait-ce que les malheurs s’abattirent sur Job parce qu’il n’a pas su M’aimer, mais s’est opposé à Moi ? Serait-ce que Paul a réussi à Me servir avec loyauté en Ma présence parce qu’il était vraiment capable de M’aimer ? Bien que vous puissiez rester fidèles à Mon témoignage, y en a-t-il un parmi vous dont le témoignage soit, comme l’or pur, inaltéré de toute impureté ? L’homme est-il capable de fidélité authentique ? Que votre témoignage M’apporte de la joie n’est pas incompatible avec votre « loyauté », parce que Je n’ai jamais exigé beaucoup de personne. Suivant l’intention originale de Mon plan, vous seriez tous des « biens-insatisfaisants de second ordre ». N’est-ce pas ici un exemple de ce que Je vous disais en parlant de « semer les graines de la miséricorde » ? Ce que vous voyez n’est-il pas Mon salut ?

Vous devriez tous ramener vos pensées en arrière : y a-t-il quelqu’un qui, depuis son retour en Ma maison, sans réfléchir sur ses gains ou ses pertes, en vienne à Me connaître comme Pierre l’a fait ? Vous avez l’apparence superficielle de la Bible en vous, mais vous êtes-vous imprégnés de quoi que ce soit de son Essence ? Malgré cela, vous vous accrochez toujours à votre « capital », refusant de vous déprendre vraiment de vous-mêmes. Quand Je fais une déclaration, quand Je M’adresse à vous face à face, qui parmi vous n’a jamais déposé son « parchemin » fermé pour recevoir les paroles de vie que J’ai divulguées ? Vous n’avez aucun respect pour Mes paroles, et vous ne les chérissez pas. Au contraire, vous utilisez Mes paroles comme une « mitrailleuse » pour tirer sur vos ennemis afin de maintenir votre propre position ; vous n’essayez pas le moins du monde d’accepter Mon jugement pour Me connaître. Chacun d’entre vous pointe une arme vers quelqu’un d’autre, vous êtes tous « désintéressés », tous « portent leur attention sur les autres » en toutes situations ; n’est-ce pas précisément ce que vous faisiez hier ? Et aujourd’hui ? Votre « fidélité » est montée de quelques points, vous êtes tous un peu plus expérimentés, un peu plus mûrs et à cause de ceci, votre « crainte » de Moi a augmenté quelque peu et personne « n’ose agir légèrement ». Pourquoi existez-vous dans un état de perpétuelle passivité ? Pourquoi les aspects positifs sont-ils toujours introuvables en vous ? Oh, Mon peuple ! Le passé est révolu depuis longtemps ; vous ne devez pas vous y accrocher plus longtemps. Ayant défendu votre territoire hier, vous devriez Me donner votre fidélité sincère aujourd’hui, et plus encore, vous devriez rendre un bon témoignage pour Moi demain, et vous hériterez de Ma bénédiction à l’avenir. Voici ce que vous devriez comprendre.

Quoique Je ne sois pas présent devant vous, Mon Esprit vous conférera certainement la grâce. Je souhaite que vous chérissiez Ma bénédiction et que vous puissiez, en vous basant sur cela, vous connaître vous-mêmes. Ne tenez pas ceci pour votre capital ; vous devriez plutôt combler ce qui vous manque en vous-mêmes de Mes paroles, et en tirer les éléments positifs dont vous avez besoin. Tel est le message que Je vous transmets !

Le 28 Février 1992