Déclarations du Christ des derniers jours (Sélections)

Contenu

La dix-neuvième déclaration

C’est un devoir indiqué à l’humanité de prendre Mes paroles comme base pour sa survie. L’homme doit établir sa portion individuelle dans chacune des parties de Mes paroles ; ne pas le faire lui attirerait des ennuis, mènerait à sa propre destruction. L’humanité ne Me connaît pas, et à cause de cela, au lieu de M’offrir sa propre vie en échange, l’homme ne fait que défiler devant Moi avec des marchandises vétustes dans ses mains, essayant ainsi de Me satisfaire. Mais, loin d’être satisfait des choses comme elles sont, Je conserve Mes exigences à l’égard de l’humanité. J’aime l’hommage de l’homme mais Je déteste ses extorsions. Tous les hommes ont le cœur rempli de cupidité, comme si le cœur humain était sous l’emprise du diable et l’homme incapable de se libérer et de M’offrir son cœur. Quand Je parle, l’homme écoute Ma voix avec une attention soutenue, mais quand Je cesse de parler, il retourne à sa propre « entreprise » et cesse entièrement d’écouter Mes paroles, comme si Mes paroles étaient un complément à son « entreprise ». Je n’ai jamais fait preuve de laxisme envers l’humanité, mais J’ai aussi été patient et magnanime avec l’humanité. Et donc, à cause de Mon indulgence, les êtres humains sont tous devenus présomptueux, incapables de connaissance de soi et de réflexion sur soi, et ils profitent de Ma patience pour Me tromper. Pas un seul d’entre eux ne se soucie sincèrement de Moi, et pas un seul ne M’aime vraiment comme un objet cher à son cœur ; ce n’est que dans leur temps libre qu’ils M’accordent leur attention superficielle. L’effort que J’ai consacré à l’homme est déjà au-delà de toute mesure. J’ai opéré sur l’homme un genre d’œuvre sans précédent, et en plus de cela, Je lui ai confié un fardeau supplémentaire, afin que l’homme, à partir de ce que Je possède et de ce que Je suis, puisse acquérir des connaissances et subir un changement. Je n’œuvre pas ainsi pour faire de l’homme un simple consommateur, mais pour faire de lui un producteur capable d’infliger une défaite à Satan. Bien qu’il soit possible que Je n’exige rien de l’homme, néanmoins J’ai des normes pour Mes exigences, car il y a un but à ce que Je fais, ainsi que des principes selon lesquels J’agis : Je ne joue pas au hasard, comme l’homme l’imagine, ni ne forme les cieux, la terre et les myriades de créatures sur un caprice délibéré. Dans Mon œuvre, l’homme devrait être capable de voir quelque chose, de gagner quelque chose. Il ne devrait pas gaspiller le printemps de sa « jeunesse » ou traiter sa propre vie comme un vêtement sur lequel on laisse négligemment s’accumuler la poussière ; au contraire, il doit strictement se surveiller lui-même en puisant dans Mon abondance pour son propre plaisir, jusqu’à ce que, à cause de Moi, il ne puisse pas retourner vers Satan, et, à cause de Moi, il monte une attaque contre Satan. Ce que J’exige de l’homme n’est-il pas aussi simple que cela ?

Quand une faible lueur se lève à l’Est, toutes les personnes de l’univers, pour cette raison, tournent pour l’instant leur attention vers cette lumière à l’Est. Non plus alourdie de sommeil, l’humanité s’en va observer la source de la lumière à l’Est, mais en raison des limites du pouvoir humain, personne ne peut voir le lieu d’origine de la lumière. Quand tout dans l’univers sera entièrement illuminé, l’homme se réveillera de son sommeil et de son rêve, et alors seulement, se rendra-t-il compte que Mon jour arrive lentement dans le monde. Toute l’humanité célèbre la venue de la lumière et à cause de cela ne repose plus profondément dans le sommeil et n’est plus insensée. Sous l’éclat de Ma lumière, l’esprit et la vision de toute l’humanité deviennent clairs et soudainement l’humanité s’éveille à la joie de vivre. Sous le couvert d’une brume englobante, J’observe l’humanité. Tous les animaux sont au repos. En raison de la venue d’un faible rayon de lumière, tout dans la création devient conscient qu’une vie nouvelle approche. Pour cette raison, tous les animaux aussi sortent de leurs cavernes en quête de nourriture. Les plantes, bien sûr, ne font pas exception, et, dans l’éclat de la lumière, leurs feuilles vertes luisent d’un éclat brillant en attendant de Me consacrer leur partie individuelle quand Je suis sur la terre. Tous les êtres humains souhaitent la venue de la lumière, et pourtant ils ont tous peur de son avènement, soucieux que leur propre laideur ne puisse plus être dissimulée, car l’homme est complètement nu et n’a rien pour se couvrir. Combien de personnes sont prises de panique en raison de la venue de la lumière, et parce que la lumière est apparue, sont dans un état de choc ? Combien de personnes, en voyant la lumière, sont prises de remords sans limites, abhorrant leur propre impureté, mais, impuissantes à modifier le fait accompli, ne peuvent qu’attendre que Je prononce Ma sentence ? Combien de personnes, raffinées par la souffrance dans l’obscurité, en voyant la lumière sont soudainement frappées par son sens profond, et ensuite serrent la lumière contre leur poitrine de peur de la perdre à nouveau ? Combien de personnes, au lieu d’être désorbitées par l’apparition soudaine de la lumière, continuent simplement leur travail quotidien parce qu’elles ont été aveugles pendant de longues années, et donc ne remarquent pas que la lumière est venue, et n’y trouvent pas leur satisfaction non plus. Dans le cœur des hommes, Je ne suis ni élevé ni abaissé. En ce qui concerne les hommes, il leur est indifférent de savoir si J’existe ou non, comme si la vie de l’homme ne devenait pas plus solitaire sans Mon existence, et si J’existe, n’y gagnait pas un plus grand plaisir. Parce que les êtres humains ne Me chérissent pas, les jouissances que Je leur apporte sont minimes. Mais dès que l’humanité Me donne seulement un gramme d’adoration, alors Moi aussi Je vais changer Mon attitude à l’égard de l’humanité. Pour cette raison, seulement quand l’humanité saisira cette loi, alors seulement les hommes auront la chance de se consacrer à Moi et d’exiger les choses que Je tiens en main. L’amour de l’homme pour Moi est-il réellement lié uniquement à ses propres intérêts ? Sa foi en Moi est-elle liée uniquement aux choses que Je donne ? Se pourrait-il qu’à moins qu’il ne voie Ma lumière, l’homme soit incapable de M’aimer sincèrement par le moyen de sa foi ? La force et la vigueur de l’homme sont-elles vraiment limitées aux conditions d’aujourd’hui ? Se pourrait-il que l’homme ait besoin de courage pour M’aimer ?

Grâce à Mon existence, les myriades de créatures se soumettent docilement là où elles demeurent, et, en absence de Ma discipline, ne se livrent pas à un abandon licencieux. Par conséquent, les montagnes deviennent des frontières entre les nations sur la terre, les océans deviennent des obstacles pour garder les gens séparés sur la terre, et l’air devient ce qui circule de l’homme à l’homme dans l’espace sur la terre. Seule l’humanité est incapable de vraiment obéir aux exigences de Ma volonté ; voilà pourquoi Je dis que, dans toute la création, l’homme seul appartient à la catégorie des désobéissants. L’homme ne s’est jamais vraiment soumis à Moi, et, pour cette raison, Je lui ai toujours imposé une stricte discipline. Si, au milieu de l’humanité, il devait arriver que Ma gloire se répande dans tout l’univers, alors Je vais sûrement manifester toute Ma gloire à l’humanité. Parce que dans sa souillure l’homme est inapte à regarder Ma gloire, durant des milliers d’années, Je ne Me suis jamais manifesté mais Me suis caché ; pour cette raison Ma gloire n’a jamais été manifestée à l’humanité, et l’homme a toujours été pris dans l’abîme du péché. J’ai pardonné l’iniquité de l’humanité, mais les êtres humains ne savent pas comment se préserver du péché et au contraire s’exposent toujours au péché, le laissant les blesser. Cela ne relève-t-il pas du manque de respect et d’amour de soi chez l’homme ? Au milieu de l’humanité, en est-il un qui puisse vraiment aimer ? Combien de grammes le dévouement de l’homme peut-il peser ? N’y a-t-il pas des biens frelatés mélangés à son apparente authenticité ? Sa dévotion n’est-elle pas uniquement un méli-mélo ? Ce que J’exige, c’est l’amour sans partage de l’homme. L’homme ne Me connaît pas, et, bien qu’il puisse chercher à Me connaître, il ne Me donnera pas son cœur vrai et sincère. Je n’exige pas de l’homme ce qu’il ne veut pas donner. S’il Me donne son dévouement, Je vais l’accepter sans un refus de courtoisie ; mais s’il ne Me fait pas confiance et refuse de M’offrir même un iota de son être, plutôt que de Me vexer à cause de cela, Je vais simplement disposer de lui d’une autre manière et l’envoyer au foyer qui lui revient. Le tonnerre, rugissant à travers les cieux, frappe l’homme ; les hautes montagnes l’enfouissent en tombant ; les bêtes sauvages affamées le dévorent ; et les océans agités le submergent. Pendant que l’humanité s’engage dans un conflit fratricide, tous les hommes chercheront leur propre destruction dans les calamités qui surgiront du milieu de l’humanité.

Le royaume est en pleine expansion au milieu de l’humanité, il est formé au milieu de l’humanité, il se tient debout au milieu de l’humanité ; aucune force ne peut détruire Mon royaume. Parmi Mon peuple dans le royaume d’aujourd’hui, lequel de vous n’est pas un être humain parmi les êtres humains ? Lequel d’entre vous se trouve hors de la condition humaine ? Lorsque Mon nouveau point de départ sera annoncé à la multitude, comment l’humanité réagira-t-elle ? Vous avez vu l’état de l’humanité de vos propres yeux ; sûrement vous ne nourrissez pas encore l’espoir de durer à jamais en ce monde ? Je marche maintenant au milieu de Mon peuple, Je vis au milieu de Mon peuple. Aujourd’hui, ceux qui ont un véritable amour pour Moi sont des gens bénis ; heureux ceux qui se soumettent à Moi, ils vont sûrement résider dans Mon royaume ; heureux ceux qui Me connaissent, ils vont sûrement détenir du pouvoir dans Mon royaume ; heureux ceux qui Me cherchent, ils vont sûrement échapper aux liens de Satan et jouir de Ma bénédiction ; heureux ceux qui peuvent renoncer à eux-mêmes, ils vont sûrement entrer en Ma possession et hériter de l’abondance de Mon royaume. Ceux qui se dévouent pour Moi, Je les célébrerai ; ceux qui se dépensent pour Moi, Je les embrasserai avec joie ; ceux qui Me font des offrandes, Je leur donnerai des jouissances. Ceux qui trouvent du plaisir dans Mes paroles, Je les bénirai ; ils seront sûrement les piliers qui soutiendront les poutres dans Mon royaume, ils jouiront sûrement d’une abondance sans pareille dans Ma maison, et personne ne peut se comparer à eux. Avez-vous déjà accepté les bénédictions qui vous ont été données ? Avez-vous déjà poursuivi les promesses qui vous ont été faites ? Sous la direction de Ma lumière, vous briserez sûrement l’emprise des forces des ténèbres. Au milieu de l’obscurité, vous ne perdrez sûrement pas la lumière qui vous guide. Vous serez sûrement maîtres de toute la création. Vous serez sûrement un vainqueur devant Satan. À la chute du royaume du grand dragon rouge, vous resterez sûrement debout au milieu des foules innombrables pour rendre témoignage à Ma victoire. Vous serez sûrement résolus et inébranlables au pays de Sinim. Par les souffrances que vous supportez, vous hériterez de la bénédiction qui vient de Moi et rayonnerez sûrement dans l’univers avec Ma gloire.

Le 19 mars 1992