L'Église de Dieu Tout-Puissant App.

Écoutez la voix de Dieu et accueillez le retour du Seigneur Jésus !

Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Déclarations du Christ des derniers jours

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

`

Les expériences de Pierre : sa connaissance du châtiment et du jugement

Quand il fut châtié par Dieu, Pierre pria : « Oh Dieu ! Ma chair est désobéissante et Tu me châties et me juges. Je me réjouis de Ton châtiment et de Ton jugement, et même si Tu ne me veux pas, dans Ton jugement j’aperçois Ton saint et juste tempérament. Quand Tu me juges, afin que d’autres puissent voir Ton juste tempérament dans Ton jugement, je me sens heureux. Si cela peut manifester Ton tempérament et permettre que Ton tempérament juste soit vu par toutes les créatures, et si cela peut purifier mon amour pour Toi, afin que je puisse atteindre l’image d’un juste, alors Ton jugement est bon, car telle est Ta volonté de grâce. Je sais que beaucoup en moi est encore rebelle et que je ne suis toujours pas apte à me présenter devant Toi. Je veux que Tu me juges encore plus, que ce soit par un milieu hostile ou par de grandes tribulations ; peu importe comment Tu me juges, pour moi c’est précieux. Ton amour est si profond et je suis disposé à être à Ta merci sans la moindre plainte. » C’est la connaissance de Pierre après qu’il a expérimenté l’œuvre de Dieu et c’est aussi un témoignage de son amour pour Dieu. Aujourd’hui, vous avez déjà été conquis, mais comment cette conquête est-elle exprimée en vous ? Certains disent : « Ma conquête est la grâce suprême et l’exaltation de Dieu. Seulement maintenant je me rends compte que la vie de l’homme est creuse et sans signification. Vivre est tellement inutile que je préfèrerais être mort. Bien que l’homme passe sa vie à s’affairer, engendrant et élevant génération après génération d’enfants, l’homme se retrouve finalement sans rien. Aujourd’hui, c’est seulement après avoir été conquis par Dieu que je vois qu’il n’y a aucune valeur à vivre ainsi ; c’est vraiment une vie dénuée de sens. Je ferais aussi bien de mourir et en finir ! » De telles personnes qui ont été conquises peuvent-elles être gagnées par Dieu ? Peuvent-elles devenir des exemples et des modèles ? Ce genre de personnes sont une leçon de passivité, elles n’ont aucune aspiration et ne s’efforcent pas de s’améliorer ! Même si elles sont considérées comme conquises, ces personnes si passives ne peuvent pas être rendues parfaites. À la fin de sa vie, après avoir été rendu parfait, Pierre a dit : « Oh Dieu ! Si je devais vivre encore quelques années, je voudrais arriver à un amour plus pur et plus profond pour Toi. » Quand il était sur le point d’être cloué à la croix, dans son cœur il a prié : « Oh Dieu ! Ton temps est arrivé maintenant, le temps que Tu as préparé pour moi est arrivé. Je dois être crucifié pour Toi, je dois Te rendre ce témoignage, et j’espère que mon amour pourra satisfaire Tes exigences et qu’il pourra devenir plus pur. Aujourd’hui, pouvoir mourir et être cloué à la croix pour Toi me réconforte et me rassure, car rien n’est plus gratifiant pour moi que de pouvoir être crucifié pour Toi, de satisfaire Tes désirs et de pouvoir me donner à Toi, de T’offrir ma vie. Oh Dieu ! Tu es si beau ! Si Tu me permets de vivre, je serai encore plus disposé à T’aimer. Tant que je serai en vie, je T’aimerai. Je veux T’aimer plus profondément. Tu me juges, Tu me châties et Tu m’éprouves parce que je ne suis pas juste, parce que j’ai péché. Et Ton tempérament juste devient plus évident pour moi. C’est une bénédiction pour moi, car je suis capable de T’aimer plus profondément et je suis prêt à T’aimer ainsi même si Tu ne m’aimes pas. Je suis prêt à contempler Ton tempérament juste, car cela me rend plus capable de vivre une vie pleine de sens. Je sens que ma vie est plus significative maintenant, car je suis crucifié pour Toi, et mourir pour Toi a beaucoup de sens. Pourtant, je ne me sens pas encore satisfait, car je Te connais trop peu, je sais que je ne peux pas réaliser pleinement Tes désirs et que je T’ai trop peu remis en échange. Dans ma vie, j’ai été incapable de me donner entièrement à Toi ; j’en suis loin. Lorsque je me souviens de ce moment, je me sens tellement redevable à Toi, et je n’ai que cet instant pour compenser toutes mes erreurs et tout l’amour que je ne T’ai pas donné en retour. »

L’homme doit chercher à vivre une vie qui a du sens et ne devrait pas se contenter de sa situation actuelle. Pour vivre à l’image de Pierre, il doit posséder les connaissances et les expériences de Pierre. L’homme doit poursuivre des choses plus élevées et plus profondes. Il doit poursuivre un amour plus profond et plus pur envers Dieu et une vie qui a de la valeur et du sens. Cela seul est la vie ; seulement alors l’homme sera comme Pierre. Tu dois te concentrer à être proactif envers ton entrée du côté positif, et tu ne dois pas te permettre docilement de retomber pour une facilité momentanée tout en ignorant des vérités plus profondes, plus spécifiques et plus concrètes. Ton amour doit être concret et tu dois trouver des façons de te libérer de cette vie dépravée, insouciante qui n’est pas différente de celle d’un animal. Tu dois vivre une vie qui a du sens, une vie de valeur, et tu ne dois pas te duper ni traiter ta vie comme un jouet avec lequel s’amuser. Pour quiconque aspire à aimer Dieu, il n’y a pas de vérités impossibles à atteindre ni de justice pour laquelle il ne puisse tenir ferme. Comment devrais-tu vivre ta vie ? Comment devrais-tu aimer Dieu et utiliser cet amour pour satisfaire Son désir ? Il n’y a rien de plus important dans ta vie. Surtout, tu dois avoir de telles aspirations et de la persévérance et tu ne devrais pas être comme ces faibles sans colonne vertébrale. Tu dois apprendre à expérimenter une vie qui a du sens, expérimenter des vérités significatives et tu ne devrais pas te traiter à la légère comme tu le fais. Sans que tu t’en rendes compte, ta vie glissera entre tes doigts ; et après cela, auras-tu une nouvelle occasion d’aimer Dieu ? L’homme peut-il aimer Dieu après sa mort ? Tu dois avoir les mêmes aspirations et la même conscience que Pierre ; ta vie doit avoir du sens et tu ne dois pas essayer de jouer au plus fin avec toi-même ! En tant qu’être humain et en tant que personne qui cherche Dieu, tu dois être en mesure de considérer soigneusement comment tu traites ta vie, comment tu devrais t’offrir à Dieu, comment tu devrais avoir une foi plus significative en Dieu, et, puisque tu aimes Dieu, comment tu dois le faire d’une manière plus pure, plus belle et meilleure. Aujourd’hui, tu ne peux pas te satisfaire de la façon dont tu es conquis, mais tu dois considérer également le chemin sur lequel tu vas marcher dans l’avenir. Tu dois avoir des aspirations et le courage d’être rendu parfait, et tu ne devrais pas toujours te croire incapable. La vérité a-t-elle des favoris ? La vérité peut-elle délibérément s’opposer aux gens ? Si tu cherches la vérité, peut-elle t’accabler ? Si tu tiens bon pour la justice, est-ce qu’elle va t’abattre ? Si ton aspiration est vraiment de poursuivre la vie, la vie peut-elle t’échapper ? Si tu n’as pas la vérité, ce n’est pas parce que la vérité ne te reconnaît pas, mais parce que tu t’es éloigné d’elle ; si tu ne peux pas rester inébranlable pour la justice, ce n’est pas parce qu’il y a quelque chose qui ne va pas dans la justice, mais parce que tu crois qu’elle ne cadre pas avec les faits ; si tu n’as pas acquis la vie après l’avoir poursuivie pendant de nombreuses années, ce n’est pas parce qu’elle n’a pas de conscience pour toi, mais parce que tu n’as pas de conscience pour la vie, et tu l’as chassée ; si tu vis dans la lumière et que tu as été incapable de gagner la lumière, ce n’est pas parce qu’il est impossible que la lumière brille sur toi, mais parce que tu n’as pas prêté attention à l’existence de la lumière, et donc la lumière t’a quitté sans bruit. Si tu ne cherches pas, la seule chose que l’on pourra dire de toi, c’est que tu n’es qu’un déchet sans valeur, que tu n’as aucun courage dans ta vie et que tu ne possèdes pas l’esprit pour résister aux forces des ténèbres. Tu es trop faible ! Tu es incapable d’échapper aux forces de Satan qui t’assiègent et tu n’es prêt qu’à mener ce genre de vie sûre et sécurisante et mourir dans l’ignorance. Ce que tu devrais atteindre, c’est ta recherche à être conquis ; c’est ton devoir impérieux. Si tu te contentes d’être conquis, alors tu chasses l’existence de la lumière. Tu dois souffrir des difficultés pour la vérité, te donner à la vérité, tu dois endurer l’humiliation pour la vérité, et pour gagner plus de vérité tu dois subir plus de souffrance. C’est ce que tu devrais faire. Tu ne dois pas rejeter la vérité pour obtenir une vie de famille paisible et tu ne dois pas perdre la dignité et l’intégrité de ta vie pour un plaisir momentané. Tu dois poursuivre tout ce qui est beau et bon et tu dois poursuivre un chemin plus significatif dans la vie. Si tu mènes une vie si vulgaire et ne poursuis pas d’objectifs, ne gâches-tu pas ta vie ? De quoi peux-tu profiter avec une telle vie ? Tu devrais abandonner tous les plaisirs de la chair pour une seule vérité et ne pas rejeter toutes les vérités pour un peu de satisfaction. Ce genre de personne n’a ni intégrité ni dignité ; il n’y a aucun sens à leur existence !

Dieu châtie et juge l’homme parce que Son œuvre l’exige et, en plus, parce que l’homme en a besoin. L’homme doit être châtié et jugé, et seulement alors il peut atteindre l’amour pour Dieu. Aujourd’hui, vous avez été tout à fait convaincus, mais quand vous rencontrez le moindre revers, vous êtes en difficulté ; votre stature est encore trop petite et vous avez encore besoin d’éprouver davantage de ce châtiment et de ce jugement pour acquérir une connaissance plus profonde. Aujourd’hui, vous avez une certaine révérence pour Dieu, vous craignez Dieu, et vous savez qu’Il est le vrai Dieu, mais vous n’avez pas un grand amour pour Lui, vous avez encore moins acquis un amour pur pour Lui ; votre connaissance est trop superficielle et votre stature est encore insuffisante. Quand vous rencontrez vraiment un environnement, vous n’y avez pas encore témoigné, trop peu de votre entrée est proactive et vous n’avez aucune idée sur la manière de pratiquer. La plupart des gens sont passifs et inactifs ; ils n’aiment Dieu que secrètement dans leur cœur, mais ils n’ont aucun moyen de pratiquer et ne sont pas clairs non plus au sujet de leurs buts. Ceux qui ont été perfectionnés possèdent non seulement l’humanité normale, mais possèdent aussi des vérités qui dépassent les mesures de conscience et qui sont plus hautes que les normes de la conscience ; ils ont non seulement recours à leur conscience pour rembourser l’amour de Dieu, mais, en plus, ils ont connu Dieu et ont vu que Dieu est aimable et digne de l’amour de l’homme et qu’il y a tant à aimer en Dieu que l’homme ne peut que L’aimer. Dans le cas de ceux qui ont été rendus parfaits, leur amour envers Dieu est pour satisfaire leurs aspirations personnelles. C’est un amour spontané, un amour qui ne demande rien en retour et qui n’est pas un commerce. Ils aiment Dieu pour aucune autre raison qu’ils Le connaissent. Ces gens ne se soucient pas de savoir si Dieu leur accorde des grâces et sont heureux simplement de satisfaire Dieu. Ils ne marchandent pas avec Dieu, et ne mesurent pas leur amour de Dieu par la conscience : Tu m’as donné, ainsi je T’aime en retour ; si Tu ne me donnes pas, alors je n’ai rien pour Toi en retour. Ceux qui ont été rendus parfaits croient toujours que Dieu est le Créateur, qu’Il accomplit Son œuvre en eux et que, puisqu’ils ont cette opportunité, cette condition et cette qualification pour être rendus parfaits, ils devraient chercher à vivre une vie de sens et ils devraient Le satisfaire. C’est exactement ce que Pierre a expérimenté : quand il était à son point le plus faible, il pria Dieu et dit : « Oh Dieu ! Indépendamment du temps ou du lieu, Tu sais que je me souviens toujours de Toi. Peu importe le temps ou le lieu, Tu sais que je veux T’aimer, mais ma stature est trop petite, je suis trop faible et impuissant, mon amour est trop limité et ma sincérité envers Toi est trop pauvre. Comparé à Ton amour, je suis tout simplement inapte à vivre. La seule chose que je souhaite, c’est que ma vie ne soit pas en vain, et que non seulement je puisse rembourser Ton amour, mais, en plus, que je puisse Te consacrer tout ce que je possède. Si je peux Te satisfaire, alors, en tant que créature, j’aurai la tranquillité d’esprit et je ne demanderai plus rien. Bien que je sois faible et impuissant maintenant, je n’oublierai pas Tes exhortations ni Ton amour. Maintenant, je ne fais rien de plus que de rembourser Ton amour. Oh Dieu, je me sens horrible ! Comment puis-je Te rendre l’amour de mon cœur, comment puis-je faire tout ce que je peux, être capable de réaliser Ton désir et être en mesure de T’offrir tout ce que j’ai ? Tu connais la faiblesse de l’homme ; comment puis-je être digne de Ton amour ? Oh Dieu ! Tu sais que ma stature est petite, que mon amour est trop faible. Comment puis-je faire de mon mieux dans ce genre d’environnement ? Je sais que je devrais rembourser Ton amour, je sais que je devrais Te donner tout ce que j’ai, mais aujourd’hui ma stature est trop petite. Je Te demande de me donner de la force et de la confiance afin que je sois plus capable de posséder un amour pur à Te consacrer et plus capable de Te consacrer tout ce que j’ai ; non seulement je serai capable de rembourser Ton amour, mais plus capable d’expérimenter Ton châtiment, Ton jugement et Tes épreuves, et Tes malédictions encore plus sévères. Tu m’as permis de contempler Ton amour et je suis incapable de ne pas T’aimer et, quoique je sois faible et impuissant aujourd’hui, comment pourrais-je T’oublier ? Ton amour, Ton châtiment et Ton jugement m’ont tous appris à Te connaître, et pourtant je me sens incapable de satisfaire Ton amour, car Tu es si grand. Comment puis-je consacrer tout ce que j’ai au Créateur ? » Telle était la demande de Pierre, et pourtant sa stature était trop inadéquate. À ce moment-là, il sentait qu’on tournait un couteau enfoncé dans son cœur et il était dans l’agonie ; il ne savait pas quoi faire dans de telles conditions. Pourtant, il continua à prier : « Oh Dieu ! L’homme est d’une stature enfantine, sa conscience est faible, et tout ce que je peux atteindre, c’est de rembourser Ton amour. Aujourd’hui, je ne sais comment satisfaire Tes désirs, ou faire tout ce que je peux, ou donner tout ce que j’ai, ou comment Te dévouer tout ce que j’ai. Indépendamment de Ton jugement, indépendamment de Ton châtiment, indépendamment de ce que Tu me donnes, indépendamment de ce que Tu m’enlèves, libère-moi de la moindre plainte envers Toi. Plusieurs fois, quand Tu m’as châtié et m’as jugé, j’ai rouspété dans ma tête, et j’ai été incapable d’atteindre la pureté ou de satisfaire Tes désirs. Mon remboursement de Ton amour est né d’une compulsion et en ce moment je me hais encore plus. » C’est parce qu’il cherchait un amour de Dieu plus pur que Pierre priait de cette manière. Il cherchait, implorait et, de plus, il s’accusait et confessait ses péchés à Dieu. Il se sentait redevable à Dieu et sentait de la haine envers lui-même, mais il était aussi un peu triste et passif. Il se sentait toujours ainsi, comme s’il n’était pas assez bon pour les désirs de Dieu et incapable de faire de son mieux. Dans ces conditions, Pierre poursuivait quand même la foi de Job. Il voyait combien la foi de Job avait été grande, car Job avait vu que tout ce qu’il possédait lui avait été accordé par Dieu et qu’il était naturel que Dieu lui retire tout, et que Dieu donnerait à qui Il voudrait ; ainsi était le juste tempérament de Dieu. Job ne se plaignait pas et pouvait encore louer Dieu. Pierre aussi se connaissait lui-même et, dans son cœur, il priait : « Aujourd’hui, je ne devrais pas me contenter de rembourser Ton amour en me servant de ma conscience et de la quantité d’amour que je Te rends, car mes pensées sont trop corrompues et parce que je suis incapable de Te voir comme le Créateur. Parce que je suis encore incapable de T’aimer, je dois pouvoir Te consacrer tout ce que j’ai, ce que je ferais bien volontiers. Je dois connaître tout ce que Tu as fait et ne pas avoir d’autre choix et je dois voir Ton amour, pouvoir proclamer Tes éloges et exalter Ton saint nom, afin que Tu puisses gagner une grande gloire à travers moi. Je suis prêt à tenir bon dans ce témoignage pour Toi. Oh Dieu ! Ton amour est si précieux et si beau ; comment pourrais-je souhaiter vivre dans les mains du malin ? Ne m’as-Tu pas créé ? Comment pourrais-je vivre sous le domaine de Satan ? Je préférerais que tout mon être vive au milieu de Ton châtiment. Je ne veux pas vivre sous le domaine du malin. Si je peux être purifié et tout Te consacrer, je suis disposé à offrir mon corps et mon esprit à Ton jugement et à Ton châtiment, car je déteste Satan, et je ne veux pas vivre sous son domaine. Par Ton jugement sur moi, Tu manifestes Ton tempérament juste ; je suis heureux et n’ai pas la moindre plainte. Si je suis capable d’accomplir le devoir d’une créature, je veux que toute ma vie soit accompagnée de Ton jugement, par lequel je viendrai à connaître Ton tempérament juste et me débarrasserai de l’influence du malin. » Pierre a toujours prié ainsi, a toujours cherché ainsi et a atteint un domaine plus élevé. Non seulement a-t-il pu rembourser l’amour de Dieu, mais, plus important encore, il a aussi accompli son devoir de créature. Non seulement n’a-t-il pas été accusé par sa conscience, mais il a aussi été capable de transcender les normes de la conscience. Ses prières continuèrent à monter devant Dieu, de sorte que ses aspirations étaient toujours plus élevées et son amour envers Dieu toujours plus grand. Bien qu’il ait subi une douleur atroce, il n’a quand même pas oublié d’aimer Dieu et il a quand même cherché à atteindre la capacité de comprendre la volonté de Dieu. Dans ses prières il prononça les mots suivants : « Je n’ai accompli rien de plus que le remboursement de Ton amour. Je n’ai pas témoigné de Toi devant Satan, je ne me suis pas libéré de l’influence de Satan et je vis encore dans la chair. Je désire utiliser mon amour pour vaincre Satan et lui faire honte, et ainsi satisfaire Ton désir. Je veux me donner tout entier à Toi, ne pas donner le moindre de moi-même à Satan, car Satan est Ton ennemi. » Plus il cherchait dans cette direction, plus il était ému, et plus sa connaissance de ces choses était élevée. Sans s’en rendre compte, il comprit qu’il devait se libérer de l’influence de Satan et se restituer complètement à Dieu. Tel était le domaine qu’il avait atteint. Il transcendait l’influence de Satan et se débarrassait des plaisirs et des jouissances de la chair, et il voulait expérimenter plus profondément le châtiment de Dieu et Son jugement. Il dit : « Même si je vis au milieu de Ton châtiment et de Ton jugement, quelles que soient les difficultés qui en découlent, je ne veux toujours pas vivre sous le domaine de Satan, je ne veux toujours pas souffrir la ruse de Satan. Je me réjouis de vivre au milieu de Tes malédictions et je suis affligé de vivre au milieu des bénédictions de Satan. Je T’aime en vivant au milieu de Ton jugement et cela m’apporte une grande joie. Ton châtiment et Ton jugement sont justes et saints ; leur but est de me purifier et encore plus de me sauver. Je préférerais passer toute ma vie au milieu de Ton jugement pour être sous Tes soins. Je ne veux pas vivre un seul instant sous le domaine de Satan ; je veux être purifié par Toi, souffrir des difficultés et ne suis pas disposé à être exploité et trompé par Satan. Moi, cette créature, devrais être utilisé par Toi, possédé par Toi, jugé par Toi et châtié par Toi. Je devrais même être maudit par Toi. Mon cœur se réjouit quand Tu es disposé à me bénir, car j’ai vu Ton amour. Tu es le Créateur, et je suis une créature : je ne devrais pas Te trahir et vivre sous le domaine de Satan ni être exploité par Satan. Je devrais être Ton cheval ou Ton bœuf au lieu de vivre pour Satan. Je préférerais vivre au milieu de Ton châtiment, sans bonheur physique, et cela m’apporterait du plaisir même si je perdais Ta grâce. Bien que ta grâce ne soit pas avec moi, j’aime être châtié et jugé par Toi ; c’est Ta meilleure bénédiction, Ta plus grande grâce. Bien que Tu sois toujours majestueux à mon égard et en colère contre moi, je suis quand même incapable de Te quitter, incapable de T’aimer assez. Je préférerais vivre dans Ta maison, je préférerais être maudit, châtié et frappé par Toi, et je ne veux pas vivre sous le domaine de Satan ni suis prêt à m’affairer et à me préoccuper que de la chair, et beaucoup moins suis-je disposé à vivre pour la chair. » L’amour de Pierre était un amour pur. C’est l’expérience d’être rendu parfait et c’est le domaine suprême d’être rendu parfait, et il n’y a pas de vie plus significative. Il acceptait le châtiment et le jugement de Dieu, il appréciait le tempérament juste de Dieu, et rien n’était plus précieux chez Pierre. Il a dit : « Satan me fournit des jouissances matérielles, mais je ne les chéris pas. Le châtiment et le jugement de Dieu tombent sur moi ; en cela je suis honoré, en cela je me réjouis et en cela je suis béni. Si ce n’était du jugement de Dieu, je n’aimerais jamais Dieu, je vivrais toujours sous le domaine de Satan, je serais encore contrôlé par lui et commandé par lui. Si tel était le cas, je ne deviendrais jamais un véritable être humain, car je serais incapable de satisfaire Dieu et n’aurais pas voué mon intégralité à Dieu. Bien que Dieu ne me bénisse pas et me laisse sans réconfort intérieur, comme si un feu brûlait en moi, sans paix ni joie, et bien que le châtiment et la discipline de Dieu ne me quittent jamais, dans le châtiment et le jugement de Dieu, je suis capable de contempler Son tempérament juste. Je m’en réjouis ; il n’y a rien de plus précieux ou de plus significatif dans la vie. Bien que Sa protection et Ses soins soient devenus des châtiments, des jugements, des malédictions et des punitions impitoyables, je m’en réjouis encore, car ils peuvent mieux me purifier, me changer, me rapprocher de Dieu, me rendre plus capable d’aimer Dieu et peuvent purifier mon amour pour Dieu. Cela me permet d’accomplir mon devoir de créature, me conduit devant Dieu et loin de l’influence de Satan afin de ne plus servir Satan. Quand je ne vis pas sous le domaine de Satan et que je suis capable de consacrer tout ce que j’ai et tout ce que je peux faire à Dieu, sans rien retenir, je serai alors pleinement satisfait. C’est le châtiment et le jugement de Dieu qui m’ont sauvé et ma vie est inséparable du châtiment et du jugement de Dieu. Ma vie sur la terre est sous le domaine de Satan, et si ce n’était du soin et de la protection du châtiment et du jugement de Dieu, j’aurais toujours vécu sous le domaine de Satan et, de plus, je n’aurais pas eu l’occasion ou les moyens de vivre une vie qui a du sens. Ce n’est que si le châtiment et le jugement de Dieu ne me quittent jamais que je pourrai être purifié par Dieu. Ce n’est qu’avec les paroles sévères et le tempérament juste de Dieu, et le jugement majestueux de Dieu, que j’ai acquis la protection suprême, que j’ai vécu dans la lumière et que j’ai acquis les bénédictions de Dieu. De pouvoir être purifié, me libérer de Satan et vivre sous la domination de Dieu, c’est la plus grande bénédiction dans ma vie aujourd’hui. » C’est le plus haut domaine expérimenté par Pierre.

Tels sont les états que l’homme doit atteindre après avoir été rendu parfait. Si tu ne peux pas atteindre ce but, tu ne peux pas vivre une vie qui a du sens. L’homme vit au milieu de la chair, ce qui signifie qu’il vit dans un enfer humain, et sans le jugement et le châtiment de Dieu, l’homme est aussi souillé que Satan. Comment l’homme pouvait-il être saint ? Pierre croyait que le châtiment et le jugement de Dieu étaient la meilleure protection et la plus grande grâce de l’homme. Ce n’est que par le châtiment et le jugement de Dieu que l’homme peut se réveiller, haïr la chair et haïr Satan. La discipline stricte de Dieu libère l’homme de l’influence de Satan, elle le libère de son propre petit monde et lui permet de vivre dans la lumière de la présence de Dieu. Il n’y a pas meilleur salut que le châtiment et le jugement ! Pierre pria : « Oh Dieu ! Tant que Tu me châties et que Tu me juges, je saurai que Tu ne m’as pas quitté. Même si Tu ne me donnes pas la joie ou la paix, me fais vivre dans la souffrance, et m’infliges d’innombrables réprimandes, tant que Tu ne me quittes pas, mon cœur sera à l’aise. Aujourd’hui, Ton châtiment et Ton jugement sont devenus ma meilleure protection et ma plus grande bénédiction. La grâce que Tu me donnes me protège. La grâce que Tu m’accordes aujourd’hui est une manifestation de Ton juste tempérament et elle est châtiment et jugement ; en outre, elle est une épreuve et, plus que cela, elle est une vie de souffrance. » Pierre était capable de mettre de côté les plaisirs de la chair et de chercher un amour plus profond et une plus grande protection, parce qu’il avait gagné tellement de grâce du châtiment et du jugement de Dieu. Dans la vie, si l’homme veut être purifié et réaliser des changements dans son tempérament, s’il veut vivre une vie qui a du sens et accomplir son devoir de créature, alors il doit accepter le châtiment et le jugement de Dieu et ne doit pas permettre que la discipline et la punition de Dieu s’écartent de lui, afin qu’il puisse se libérer de la manipulation et de l’influence de Satan et vivre dans la lumière de Dieu. Sache que le châtiment et le jugement de Dieu sont la lumière, et la lumière du salut de l’homme, et qu’il n’y a pas de meilleures bénédiction, grâce ou protection pour l’homme. L’homme vit sous l’influence de Satan, et il existe dans la chair ; s’il n’est pas purifié et ne reçoit pas la protection de Dieu, alors l’homme deviendra encore plus dépravé. S’il veut aimer Dieu, alors il doit être purifié et sauvé. Pierre pria : « Dieu, quand Tu me traites avec bonté, je suis ravi et je sens un confort ; quand Tu me châties, je sens encore plus de confort et de joie. Bien que je sois faible et que j’endure des souffrances incalculables, bien qu’il y ait des larmes et de la tristesse, Tu sais que cette tristesse est causée par ma désobéissance et par ma faiblesse. Je pleure parce que je ne peux pas satisfaire Tes désirs ; je ressens du chagrin et du regret parce que je suis insuffisant pour Tes exigences, mais je suis prêt à atteindre cet état, je suis prêt à faire tout mon possible pour Te satisfaire. Ton châtiment m’a apporté la protection et m’a donné le meilleur salut ; Ton jugement éclipse Ta tolérance et Ta patience. Sans Ton châtiment et Ton jugement, je ne pourrais pas jouir de Ta miséricorde et de Ta bonté. Aujourd’hui, je vois d’autant plus que Ton amour a transcendé les cieux et a tout excellé. Ton amour n’est pas seulement miséricorde et bonté ; encore plus que cela, il est le châtiment et le jugement. Ton châtiment et Ton jugement m’ont tellement donné. Sans Ton châtiment et Ton jugement, aucune personne ne serait purifiée, et aucune personne ne serait capable de faire l’expérience de l’amour du Créateur. Bien que j’aie enduré des centaines d’épreuves et de tribulations et que j’aie même frôlé la mort, une telle souffrance[a] m’a permis de Te connaître vraiment et de gagner le salut suprême. Si Ton châtiment, Ton jugement et Ta discipline devaient s’éloigner de moi, alors je vivrais dans les ténèbres, sous le domaine de Satan. Quels sont les bénéfices de la chair de l’homme ? Si Ton châtiment et Ton jugement me quittaient, ce serait comme si Ton Esprit m’avait abandonné, comme si Tu n’étais plus avec moi. Si c’était le cas, comment pourrais-je continuer à vivre ? Si Tu me donnes la maladie et m’enlèves ma liberté, je peux continuer à vivre, mais si Ton châtiment et Ton jugement me quittaient, je n’aurais aucun moyen de continuer à vivre. Si j’étais sans Ton châtiment et Ton jugement, j’aurais perdu Ton amour, un amour trop profond pour que je le décrive avec des mots. Sans Ton amour, je vivrais sous le domaine de Satan et ne serais pas capable de voir Ton visage glorieux. Dis-moi, comment pourrais-je continuer à vivre ? De telles ténèbres, une telle vie, je ne pourrais pas les supporter. T’avoir avec moi, c’est comme Te voir, alors comment pourrais-je Te quitter ? Je T’en supplie, je Te prie de ne pas me priver de ma plus grande consolation, même si ce n’est que quelques mots de réconfort. J’ai joui de Ton amour et aujourd’hui je ne peux pas être loin de Toi ; dis-moi, comment pourrais-je ne pas T’aimer ? J’ai versé beaucoup de larmes de chagrin à cause de Ton amour, pourtant j’ai toujours senti qu’une vie comme celle-ci est plus significative, plus capable de m’enrichir, plus capable de me changer et plus capable de me permettre d’atteindre la vérité qui devrait être possédée par les créatures. »

La vie entière de l’homme est vécue sous le domaine de Satan, et il n’y a pas une seule personne qui puisse se libérer toute seule de l’influence de Satan. Tous vivent dans un monde souillé, dans la corruption et le vide, sans le moindre sens ou la moindre valeur ; ils vivent une vie si insouciante pour la chair, pour la luxure et pour Satan. Il n’y a pas la moindre valeur à leur existence. L’homme est incapable de trouver la vérité qui le libérera de l’influence de Satan. Même si l’homme croit en Dieu et lit la Bible, il ne comprend pas comment se libérer du contrôle de l’influence de Satan. Tout au long des âges, très peu de gens ont découvert ce secret, très peu l’ont mentionné. En tant que tel, même si l’homme déteste Satan et déteste la chair, il ne sait pas comment se débarrasser de l’influence séductrice de Satan. Aujourd’hui, n’êtes-vous pas encore sous le domaine de Satan ? Vous ne regrettez pas vos actes de désobéissance, et encore moins vous sentez-vous souillés et désobéissants. Après vous être opposés à Dieu, vous avez même la tranquillité d’esprit et ressentez un grand calme. Ta tranquillité n’est-elle pas due au fait que tu sois corrompu ? Cette paix d’esprit ne vient-elle pas de ta désobéissance ? L’homme vit dans un enfer humain, il vit sous l’influence obscure de Satan ; à travers le pays, les fantômes vivent avec l’homme, empiétant sur la chair de l’homme. Sur terre, tu ne vis pas dans un beau paradis. L’endroit où tu te trouves est le domaine du diable, un enfer humain, un monde obscur. Si l’homme n’est pas purifié, alors il est essentiellement de la souillure ; s’il n’est pas protégé et soigné par Dieu, alors il est encore captif de Satan ; s’il n’est pas jugé et châtié, alors il n’aura aucun moyen d’échapper à l’oppression de l’influence ténébreuse de Satan. Le tempérament corrompu que tu démontres et le comportement désobéissant que tu manifestes sont suffisants pour prouver que tu vis toujours sous le domaine de Satan. Si ton esprit et tes pensées n’ont pas été purifiés et que ton tempérament n’a pas été jugé et châtié, alors tout ton être est encore contrôlé par le domaine de Satan, ton esprit est contrôlé par Satan, tes pensées sont manipulées par Satan et la totalité de ton être est contrôlée par les mains de Satan. Sais-tu à quel point tu es éloigné, maintenant, des normes de Pierre ? Es-tu de calibre ? Combien connais-tu du châtiment et du jugement d’aujourd’hui ? Combien possèdes-tu de ce que Pierre est parvenu à connaître ? Si, aujourd’hui, tu es incapable de connaître, seras-tu en mesure d’atteindre ces connaissances à l’avenir ? Quelqu’un d’aussi paresseux et lâche que toi est tout simplement incapable de connaître le châtiment et le jugement de Dieu. Si tu poursuis la paix de la chair et les plaisirs de la chair, alors tu n’auras aucun moyen d’être purifié et, à la fin tu retourneras à Satan, car ce que tu vis est Satan et la chair. Dans l’état actuel des choses, beaucoup de gens ne poursuivent pas la vie, ce qui signifie qu’ils ne se soucient pas d’être purifiés ou d’entrer dans une expérience de vie plus profonde. Comment peuvent-ils alors être rendus parfaits ? Ceux qui ne poursuivent pas la vie n’ont pas la possibilité d’être rendus parfaits, et ceux qui ne cherchent pas une connaissance de Dieu ni poursuivent des changements dans leur tempérament sont incapables d’échapper à l’influence ténébreuse de Satan. En ce qui concerne leur connaissance de Dieu et leur entrée dans les changements dans leur tempérament, ils ne sont pas sérieux à ce sujet, comme ceux qui ne croient qu’en la religion et qui suivent simplement la cérémonie dans leur adoration. N’est-ce pas une perte de temps ? Si, dans sa croyance en Dieu, l’homme n’est pas sérieux au sujet des choses de la vie, s’il ne cherche pas à entrer dans la vérité, s’il ne cherche pas à changer dans son tempérament, et cherche encore moins une connaissance de l’œuvre de Dieu, alors il ne peut pas être rendu parfait. Si tu veux être rendu parfait, tu dois comprendre la signification de l’œuvre de Dieu. En particulier, tu dois comprendre la signification de Son châtiment et de Son jugement, et pourquoi ils sont réalisés dans l’homme. Es-tu capable d’accepter ? Pendant un châtiment de ce genre, es-tu en mesure d’atteindre les mêmes expériences et connaissances que Pierre ? Si tu poursuis une connaissance de Dieu et de l’œuvre du Saint-Esprit, et que tu cherches à changer dans ton tempérament, tu as alors la possibilité d’être rendu parfait. Pour ceux qui doivent être rendus parfaits, cette étape de l’œuvre d’être conquis est indispensable ; c’est seulement après avoir été conquis que l’homme pourra expérimenter l’œuvre d’être rendu parfait. Il n’y a pas de valeur réelle à n’effectuer que le rôle d’être conquis ; cela ne te rendra pas apte à être utilisé par Dieu. Tu n’auras aucun moyen de jouer ton rôle dans la diffusion de l’Évangile, car tu ne poursuis pas la vie, ni cherches les changements en toi-même et le renouvellement de toi-même, et donc tu n’as aucune expérience réelle de la vie. Pendant cette œuvre étape par étape, autrefois tu as agi comme exécutant et comme faire-valoir, mais si au bout du compte tu ne cherches pas à être Pierre et que ta quête n’est pas selon le chemin par lequel Pierre a été rendu parfait, alors, naturellement, tu n’expérimenteras pas de changements dans ton tempérament. Si tu es quelqu’un qui cherche à être rendu parfait, alors tu auras témoigné et tu diras : « Dans cette œuvre de Dieu étape par étape, j’ai accepté l’œuvre de châtiment et de jugement de Dieu et, bien que j’aie enduré de grandes souffrances, je suis parvenu à savoir comment Dieu rend l’homme parfait, j’ai gagné l’œuvre réalisée par Dieu, j’ai eu la connaissance de la justice de Dieu et Son châtiment m’a sauvé. Son juste tempérament est descendu sur moi et m’a apporté des bénédictions et de la grâce, Son jugement et Son châtiment m’ont protégé et purifié. Si je n’avais pas été châtié et jugé par Dieu, et si les paroles sévères de Dieu n’étaient pas descendues sur moi, je n’aurais pas pu connaître Dieu ni être sauvé. Aujourd’hui je vois que, comme créature, non seulement quelqu’un jouit de toutes choses faites par le Créateur, mais, encore plus important, que toutes les créatures devraient jouir du juste tempérament de Dieu et jouir de Son juste jugement, car le tempérament de Dieu est digne de la jouissance de l’homme. En tant que créature corrompue par Satan, un homme devrait jouir du juste tempérament de Dieu. Il y a châtiment et jugement dans Son juste tempérament et, en plus, il y a un grand amour. Bien que je sois incapable de gagner complètement l’amour de Dieu aujourd’hui, j’ai eu la grande chance de le voir et en cela j’ai été béni. » C’est le chemin parcouru par ceux qui vivent l’expérience d’être rendus parfaits et la connaissance dont ils parlent. De telles personnes sont pareilles à Pierre ; elles ont les mêmes expériences que Pierre. De telles personnes sont aussi celles qui ont gagné la vie et qui possèdent la vérité. Si l’homme fait ces expériences jusqu’à la fin, pendant le jugement de Dieu, il se débarrassera tout à fait et inévitablement de l’influence de Satan et sera gagné par Dieu.

Après avoir été conquis, les gens n’ont pas un témoignage retentissant. Ils ont simplement fait honte à Satan, mais n’ont pas vécu la réalité des paroles de Dieu. Tu n’as pas gagné le second salut ; tu as simplement gagné une offrande d’expiation, et pourtant tu n’as pas été rendu parfait — quelle grande perte ! Vous devez comprendre ce en quoi vous devriez entrer, ce que vous devriez vivre et vous devez y entrer. Si, finalement, tu n’arrives pas à être rendu parfait, alors tu ne seras pas un véritable être humain et tu seras rempli de regrets. Adam et Ève, créés par Dieu au commencement, étaient des personnes saintes, c’est-à-dire, tandis qu’ils étaient dans le jardin d’Éden, ils étaient saints, sans tache de souillure. Ils étaient aussi fidèles à l’Éternel et trahir l’Éternel leur était inconnu. C’est parce qu’ils n’étaient pas dérangés par l’influence de Satan, n’avaient pas le poison de Satan et étaient les plus saints de toute l’humanité. Ils vivaient dans le jardin d’Éden, non souillés par aucune impureté, non possédés par la chair et dans la vénération de l’Éternel. Plus tard, quand ils ont été tentés par Satan, ils ont eu le poison du serpent et le désir de trahir l’Éternel, et ils ont vécu sous l’influence de Satan. Au commencement, ils étaient saints et ils vénéraient l’Éternel ; seulement ainsi étaient-ils humains. Ensuite, après avoir été tentés par Satan, ils mangèrent le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal et vécurent sous l’influence de Satan. Ils furent graduellement corrompus par Satan et perdirent l’image originale de l’homme. Au commencement, l’homme avait le souffle de l’Éternel, n’était pas du tout désobéissant, et son cœur n’hébergeait aucun mal. À cette époque, l’homme était vraiment humain. Après avoir été corrompu par Satan, l’homme est devenu une bête : ses pensées étaient remplies de mal et de souillure, sans bien ni sainteté. N’est-ce pas Satan ? Tu as eu beaucoup expérimenté l’œuvre de Dieu, pourtant tu n’as pas changé ni été purifié. Tu vis encore sous le domaine de Satan et ne te soumets toujours pas à Dieu. Voilà quelqu’un qui a été conquis, mais qui n’a pas été rendu parfait. Et pourquoi dit-on qu’une telle personne n’a pas été rendue parfaite ? Parce que cette personne ne poursuit pas la vie ou une connaissance de l’œuvre de Dieu et ne convoite rien de plus que les plaisirs de la chair et le confort momentané. En conséquence, il n’y a aucun changement dans son tempérament de vie et elle n’a pas retrouvé l’apparence originale de l’homme tel que Dieu l’a créé. Des hommes comme elle sont des cadavres ambulants, des morts sans esprit ! Ceux qui ne poursuivent pas une connaissance des choses dans l’esprit, qui ne poursuivent pas la sainteté et qui ne cherchent pas à vivre la vérité, qui se contentent d’être conquis du côté négatif, qui sont incapables de vivre et de manifester la vérité et de parvenir à faire part du peuple saint, ils sont des gens qui n’ont pas été sauvés. Car, sans vérité, l’homme est incapable de tenir bon pendant les épreuves de Dieu ; ceux qui ont été sauvés sont les seuls qui peuvent tenir bon pendant les épreuves de Dieu. Ce que je veux, ce sont des gens comme Pierre, des gens qui cherchent à être rendus parfaits. La vérité d’aujourd’hui est donnée à ceux qui y aspirent et la cherchent. Ce salut est accordé à ceux qui désirent vivement être sauvés par Dieu et n’est pas seulement censé être gagné par vous, mais il est aussi là pour que vous puissiez être gagnés par Dieu. Vous gagnez Dieu afin que Dieu puisse vous gagner. Aujourd’hui, Je vous ai dit ces paroles, vous les avez entendues, et vous devriez pratiquer selon ces paroles. Finalement, Je vous aurai gagnés par ces paroles lorsque vous les mettrez en pratique ; en même temps, vous aurez aussi gagné ces paroles, c’est-à-dire, vous aurez gagné ce salut suprême. Une fois que vous aurez été purifiés, vous serez de véritables êtres humains. Si tu es incapable de vivre la vérité ou de vivre à la ressemblance de quelqu’un qui a été rendu parfait, alors on peut dire que tu n’es pas un humain, tu es un cadavre ambulant, une bête, parce que tu es sans la vérité, c’est-à-dire que tu existes sans le souffle de l’Éternel et donc tu es un mort qui n’a pas d’esprit ! Bien qu’il soit possible de témoigner après avoir été conquis, ce que tu gagnes n’est qu’un peu du salut et tu n’es pas devenu un être vivant qui possède un esprit. Bien que tu aies connu le châtiment et le jugement, ton tempérament n’est pas renouvelé ni modifié en conséquence ; tu continues d’être ton vieil homme, tu appartiens encore à Satan et tu n’es pas quelqu’un qui a été purifié. Seuls ceux qui ont été rendus parfaits ont de la valeur et seul ce genre de personnes ont acquis une vraie vie. Un jour, quelqu’un te dira : « Tu as fait l’expérience de l’œuvre de Dieu, alors parle-nous un peu de ce qu’est Son œuvre. David a fait l’expérience de l’œuvre de Dieu et a vu les actions de l’Éternel. Moïse aussi a vu les actions de l’Éternel et les deux furent capables de décrire les actions de l’Éternel et purent parler de la merveille de l’Éternel. Vous avez vu l’œuvre accomplie par Dieu incarné ; pouvez-vous parler de Sa Sagesse ? Pouvez-vous parler de la merveille de Son œuvre ? Quelles exigences Dieu vous a-t-Il imposées et comment en avez-vous fait l’expérience ? Vous avez fait l’expérience de l’œuvre de Dieu pendant les derniers jours ; quelle est votre plus grande vision ? Pouvez-vous en parler ? Pouvez-vous parler du tempérament juste de Dieu ? » Comment répondras-tu face à ces questions ? Si tu es en mesure de dire : « Dieu est si juste, Il nous châtie et nous juge et nous expose sans ménagements ? Le tempérament de Dieu est vraiment intolérant de l’offense de l’homme. Après avoir expérimenté l’œuvre de Dieu, j’ai appris à connaître notre propre bestialité, et j’ai vraiment vu le tempérament juste de Dieu », alors l’autre personne continuera à te demander : « Quoi d’autre sais-tu de Dieu ? Comment entre-t-on dans la vie ? As-tu des aspirations personnelles ? » Tu répondras : « Après avoir été corrompues par Satan, les créatures de Dieu devinrent des bêtes et n’étaient pas différentes des ânes. Aujourd’hui, je vis dans les mains de Dieu, et donc je dois satisfaire les désirs du Créateur et obéir à tout ce qu’Il enseigne. Je n’ai pas d’autre choix. » Si tu ne parles que d’une manière tellement générale, cette personne ne comprendra pas ce que tu dis. Quand ils te demandent quelle connaissance tu as de l’œuvre de Dieu, ils font référence à tes expériences personnelles. Ils demandent quelle connaissance tu as du châtiment et du jugement de Dieu après les avoir expérimentés, et là ils font référence à tes expériences personnelles et te demandent de parler de ta connaissance de la vérité. Si tu es incapable de parler de telles choses, cela prouve que tu ne connais rien de l’œuvre d’aujourd’hui. Tu dis toujours des mots spécieux ou universellement connus ; tu n’as aucune expérience spécifique et tes connaissances ont encore moins de substance ; tu n’as pas de vrais témoignages, et donc tu ne peux pas convaincre les autres. Ne sois pas un disciple passif de Dieu et ne poursuis pas ce qui est curieux. Si tu n’es ni froid ni chaud, tu t’abandonneras et tu retarderas ta vie. Tu dois te débarrasser d’une telle passivité et d’une telle inactivité et devenir habile à la poursuite des choses positives et à surmonter tes propres faiblesses, afin que tu puisses gagner la vérité et vivre la vérité. Il n’y a rien d’effrayant dans tes faiblesses et tes défauts ne sont pas ton plus grand problème. Ton plus grand problème et ton plus grand défaut, c’est de n’être ni chaud ni froid et ton manque de désir de chercher la vérité. Le plus grand problème avec vous tous est une mentalité lâche par laquelle vous êtes satisfaits avec les choses telles qu’elles sont et vous attendez passivement. C’est votre plus grand obstacle et le plus grand ennemi de votre poursuite de la vérité. Si tu n’obéis que parce que les paroles que Je dis sont si profondes, alors tu ne possèdes pas vraiment la connaissance et la vérité n’est pas un trésor pour toi. Une obéissance comme la tienne ne compte pas comme témoignage et Je n’approuve pas une telle obéissance. Quelqu’un peut te demander : « D’où vient exactement ton Dieu ? Quelle est l’essence de ce Dieu qui est le tien ? » Tu répondras : « Son essence est châtiment et jugement. » « Dieu n’est-Il pas compatissant et aimant envers l’homme ? Sais-tu cela ? » Tu diras : « Celui-là est le Dieu des autres. C’est le Dieu dans lequel les gens de religion croient, ce n’est pas notre Dieu. » Quand tu répands l’Évangile, tu déformes la vraie voie et alors quelle utilité as-tu ? Comment les autres peuvent-ils obtenir de toi la vraie voie ? Tu es sans la vérité et tu ne peux rien dire sur la vérité ; en plus, tu ne peux pas non plus vivre la vérité. Qu’est-ce qui te qualifie pour vivre devant Dieu ? Quand tu prêches l’Évangile aux autres, quand tu parles de la vérité et que tu témoignes de Dieu, si tu es incapable de les convaincre, ils réfuteront tes paroles. L’espace que tu occupes n’est-il pas un gaspillage ? Tu as expérimenté tellement de l’œuvre de Dieu, pourtant quand tu parles de la vérité, tu ne fais aucun sens. N’es-tu pas un bon à rien ? Quelle est ton utilité ? Comment pouvez-vous avoir expérimenté tellement de l’œuvre de Dieu, pourtant ne pas en avoir la moindre connaissance ? Quand ils demandent quelle connaissance réelle tu as de Dieu, tu restes bouche bée ou bien tu réponds par quelque chose qui n’est pas pertinent, disant que Dieu est puissant, que les grandes bénédictions que tu as reçues sont vraiment l’exaltation de Dieu et qu’il n’y a pas plus de plus grand privilège que de pouvoir voir Dieu personnellement. Quelle valeur y a-t-il à dire cela ? Ce sont des mots inutiles et vides ! Ayant expérimenté tellement de l’œuvre de Dieu, sais-tu seulement que l’exaltation de Dieu est la vérité ? Tu dois connaître l’œuvre de Dieu et c’est seulement alors que tu Lui porteras un vrai témoignage. Comment ceux qui n’ont pas gagné la vérité peuvent-ils témoigner de Dieu ?

Si tant de travail et tant de paroles n’ont pas eu d’effet sur toi, alors, quand viendra le temps de répandre l’œuvre de Dieu, tu seras incapable d’accomplir ton devoir, tu auras honte et tu seras humilié. À ce moment-là, tu sentiras que tu dois beaucoup à Dieu, que ta connaissance de Dieu est tellement superficielle. Si tu ne poursuis pas la connaissance de Dieu aujourd’hui, pendant qu’Il travaille, alors plus tard, il sera trop tard. En fin de compte, tu n’auras aucune connaissance à mentionner ; tu te retrouveras vide, sans rien. Que vas-tu donc utiliser pour faire un rapport à Dieu ? Auras-tu l’effronterie de regarder Dieu ? Tu devrais travailler dur dans ta poursuite en ce moment, de sorte que, finalement, comme Pierre, tu sauras combien le châtiment et le jugement de Dieu sont bénéfiques pour l’homme et que sans Son châtiment et Son jugement l’homme ne peut pas être sauvé et ne peut que s’enraciner plus profondément dans cette terre crasseuse, toujours plus profondément dans la boue. Les hommes ont été corrompus par Satan, ont intrigué les uns contre les autres et se sont mis à rude épreuve les uns les autres, ont perdu leur crainte de Dieu, et leur désobéissance est trop grande, leurs conceptions trop nombreuses et tous appartiennent à Satan. Sans le châtiment et le jugement de Dieu, le tempérament corrompu de l’homme ne pourrait être purifié et l’homme ne pourrait être sauvé. Ce qui est exprimé par l’œuvre de Dieu incarné pendant qu’Il est dans la chair est précisément ce qui est exprimé par l’Esprit, et l’œuvre qu’Il accomplit est réalisée selon ce qui est fait par l’Esprit. Aujourd’hui, si tu n’as aucune connaissance de cette œuvre, alors tu es tellement stupide et tu as tant perdu ! Si tu n’as pas gagné le salut de Dieu, alors ta croyance est une foi religieuse et tu es un chrétien qui est de la religion. Parce que tu tiens à une doctrine morte, tu as perdu la nouvelle œuvre du Saint-Esprit ; d’autres, qui poursuivent l’amour pour Dieu, sont capables d’acquérir la vérité et la vie, tandis que ta foi est incapable d’obtenir l’approbation de Dieu. Au lieu de cela, tu es devenu un malfaiteur, quelqu’un qui commet des actes ruineux et haineux, tu es devenu la cible des blagues de Satan et un captif de Satan. L’homme ne doit pas croire en Dieu, mais L’aimer, Le chercher et L’adorer. Si tu ne poursuis pas aujourd’hui, alors le jour viendra où tu diras : « Si seulement j’avais suivi Dieu convenablement et L’avais satisfait correctement. Si seulement j’avais poursuivi des changements dans mon tempérament de vie. Comme je regrette de n’avoir pas pu me soumettre à Dieu à l’époque et de ne pas avoir cherché la connaissance de la parole de Dieu. Dieu a tellement dit en ce temps-là ; Comment ai-je pu ne pas chercher ? J’ai été si stupide ! » Tu te détesteras jusqu’à un certain point. Aujourd’hui, tu ne crois pas les paroles que Je dis et tu n’y prêtes aucune attention ; quand le jour que cette œuvre se répande viendra et que tu en verras la totalité, tu le regretteras et, à ce moment-là, tu seras sidéré. Il y a des bénédictions, mais tu ne sais pas en jouir, et il y a la vérité, mais tu ne la poursuis pas. N’attires-tu pas le mépris sur toi ? Aujourd’hui, même si la prochaine étape de l’œuvre de Dieu n’a pas encore commencé, il n’y a rien d’exceptionnel au sujet des exigences qui te sont faites et ce qu’on te demande de vivre. Il y a tant de travail et tant de vérités ; ne méritent-ils pas que tu les connaisses ? Le châtiment et le jugement de Dieu sont-ils incapables d’éveiller ton esprit ? Le châtiment et le jugement de Dieu sont-ils incapables de t’amener à te haïr ? Es-tu satisfait de vivre sous l’influence de Satan, dans la paix et la joie et un peu de confort charnel ? N’es-tu pas le plus abject de tous ? Aucun n’est plus insensé que ceux qui ont vu le salut, mais ne cherchent pas à le gagner : ils sont des gens qui se perdent par la chair et jouissent de Satan. Tu espères que ta foi en Dieu n’entraînera aucun défi et aucune tribulation, ni la moindre difficulté. Tu poursuis toujours ces choses qui sont sans valeur et tu n’attaches aucune valeur à la vie ; au lieu de cela, tu fais passer tes propres pensées extravagantes avant la vérité. Tu ne vaux absolument rien ! Tu vis comme un cochon ; quelle différence y a-t-il entre toi et les cochons et les chiens ? Ceux qui ne poursuivent pas la vérité et qui aiment la chair ne sont-ils pas tous des animaux ? Est-ce que ces morts sans esprit ne sont pas tous des cadavres ambulants ? Combien de paroles ont été prononcées parmi vous ? Y a-t-il eu seulement un peu de travail fait parmi vous ? Combien ai-Je fourni parmi vous ? Et pourquoi ne l’as-tu pas gagné ? Qu’as-tu à te plaindre ? N’est-il pas vrai que tu n’as rien gagné parce que tu es trop amoureux de la chair ? Et n’est-ce pas parce que tes pensées sont trop extravagantes ? N’est-ce pas parce que tu es trop stupide ? Si tu es incapable de gagner ces bénédictions, peux-tu blâmer Dieu de ne pas te sauver ? Ce que tu cherches, c’est de pouvoir gagner la paix après avoir cru en Dieu : que tes enfants ne tombent pas malades, que ton mari ait un bon emploi, que ton fils trouve une bonne épouse, que ta fille trouve un mari décent, que tes bœufs et tes chevaux labourent bien la terre, que tu aies une année de beau temps pour tes récoltes. C’est ce que tu recherches. Ta poursuite n’est que de vivre dans le confort, qu’aucun accident n’arrive à ta famille, que les vents t’épargnent, qu’ils ne soufflent pas le sable dans ton visage, que les récoltes de ta famille ne soient pas inondées, que tu ne sois pas touché par les désastres, que tu puisses vivre dans l’étreinte de Dieu, que tu vives dans un nid confortable. Un lâche comme toi qui poursuit toujours la chair — as-tu un cœur, as-tu un esprit ? N’es-tu pas une bête ? Je te donne le vrai chemin sans rien demander en retour, mais tu ne le poursuis pas. Es-tu de ceux qui croient en Dieu ? Je te donne la vraie vie humaine, mais tu ne la poursuis pas. N’es-tu pas différent d’un cochon ou d’un chien ? Les cochons ne poursuivent pas la vie de l’homme, ils ne cherchent pas à être purifiés et ils ne comprennent pas ce qu’est la vie. Chaque jour, après avoir mangé à satiété, ils dorment simplement. Je t’ai donné le vrai chemin, mais tu ne l’as pas gagné : tu restes les mains vides. Es-tu prêt à continuer dans cette vie, la vie d’un cochon ? Quelle est la signification de la vie de ces personnes ? Ta vie est méprisable et ignoble, tu vis au milieu de la souillure et de la débauche et tu ne poursuis aucun but. Ta vie n’est-elle pas la plus ignoble de toutes ? As-tu l’effronterie de regarder Dieu ? Si tu continues à vivre de cette façon, obtiendras-tu quelque chose ? La vraie voie t’a été donnée, mais que tu puisses finalement la gagner ou non dépend de ta propre poursuite personnelle. Les gens disent que Dieu est un Dieu juste et que tant que l’homme Le suivra jusqu’à la fin, Il sera certainement impartial envers l’homme, car Il est très juste. Si l’homme Le suit jusqu’à la fin, pourrait-Il rejeter l’homme ? Je suis impartial envers tous les hommes et juge tous les hommes avec Mon tempérament juste, mais il y a des conditions appropriées aux exigences que J’ai de l’homme, et ce que Je demande doit être accompli par tous les hommes, peu importe qui ils sont. Peu m’importe combien vastes et vénérables sont tes qualifications ; Je me soucie seulement de savoir si tu marches dans Ma voie et si tu aimes ou pas la vérité, et si tu en as soif. Si tu n’as pas la vérité et que tu déshonores Mon nom, si tu n’agis pas selon Ma voie, te limitant à suivre simplement sans souci ni préoccupation, alors, à ce moment-là, Je te frapperai et te punirai pour ton mal. Et que diras-tu dire alors ? Pourras-tu dire que Dieu n’est pas juste ? Aujourd’hui, si tu as respecté les paroles que J’ai prononcées, alors tu es le genre de personne que J’approuve. Tu dis que tu as toujours souffert en suivant Dieu, que tu L’as suivi envers et contre tout et que tu as partagé avec Lui les bons moments comme les mauvais, mais tu n’as pas vécu les paroles prononcées par Dieu ; tu veux seulement t’affairer au sujet de Dieu chaque jour et tu n’as jamais pensé à vivre une vie qui a du sens. Tu dis que, en tout cas, tu crois que Dieu est juste : tu as souffert pour Lui, tu t’es affairé pour Lui, tu t’es dévoué pour Lui et tu as travaillé dur malgré que tu n’aies pas reçu de reconnaissance ; Il va sûrement Se souvenir de toi. Il est vrai que Dieu est juste, mais cette justice n’est pas contaminée par les impuretés : elle ne contient aucune volonté humaine et elle n’est pas tachée par la chair ni par les transactions humaines. Tous ceux qui sont rebelles et en opposition et qui ne respectent pas Sa voie seront punis ; aucun n’est pardonné et personne n’est épargné ! Certaines personnes disent : « Aujourd’hui, je cours dans tous les sens pour Toi ; quand la fin viendra, pourras-Tu me donner une petite bénédiction ? » Alors Je te demande : « As-tu respecté Mes paroles ? » La justice dont tu parles est basée sur une transaction. Tu penses seulement que Je suis juste et impartial envers tous les hommes, et que tous ceux qui Me suivent jusqu’à la fin sont sûrs d’être sauvés et de gagner Mes bénédictions. Il y a un sens intérieur à Mes paroles : « Tous ceux qui Me suivent jusqu’à la fin sont sûrs d’être sauvés. » Ceux qui Me suivent jusqu’à la fin sont ceux qui seront pleinement gagnés par Moi, ce sont ceux qui, après que Je les ai conquis, cherchent la vérité et sont rendus parfaits. Quelles conditions as-tu atteintes ? Tu n’es parvenu qu’à Me suivre jusqu’au bout, mais quoi d’autre ? As-tu respecté Mes paroles ? Tu as accompli l’une de Mes cinq exigences, mais tu n’as pas l’intention d’accomplir les quatre autres. Tu as tout simplement trouvé le chemin le plus simple, le plus facile, et tu l’as poursuivi tout en te considérant comme chanceux. Mon tempérament juste envers quelqu’un comme toi, c’est le châtiment et le jugement, c’est une juste rétribution, et c’est la juste peine pour tous les méchants ; tous ceux qui ne marchent pas dans Ma voie seront sûrement punis, même s’ils suivent jusqu’à la fin. C’est la justice de Dieu. Quand ce tempérament juste s’exprimera dans la punition de l’homme, celui-ci sera stupéfait et regrettera de ne pas avoir marché dans la voie de Dieu, tout en Le suivant. À cette époque, il n’a qu’un peu souffert en suivant Dieu, mais n’a pas marché dans la voie de Dieu. Quelles excuses y a-t-il ? Il n’y a d’autre choix que d’être châtié ! Pourtant, dans son esprit, il pense : « Quoi qu’il en soit, j’ai suivi jusqu’à la fin, de sorte que même si Tu me châties, ce ne peut pas être un châtiment trop sévère, et après avoir imposé ce châtiment, Tu voudras toujours de moi. Je sais que Tu es juste et que Tu ne me traiteras pas ainsi pour toujours. Après tout, je ne suis pas comme ceux qui seront anéantis ; ceux qui sont anéantis recevront un lourd châtiment, alors que le mien sera plus léger. » Le juste tempérament de Dieu n’est pas comme tu le dis. Ce n’est pas le cas que ceux qui sont bons à confesser leurs péchés soient traités avec indulgence. La justice est la sainteté, et c’est un tempérament qui ne tolère pas d’être offensé par l’homme, et tout ce qui est souillé et n’a pas changé est la cible du dégoût de Dieu. Le tempérament juste de Dieu n’est pas une loi, mais un décret administratif : c’est un décret administratif dans le royaume et ce décret administratif est le châtiment juste pour quiconque ne possède pas la vérité et n’a pas changé, et il n’y a pas d’écart pour le salut. Car lorsque chaque homme sera classé selon son genre, le bien sera récompensé et le mal sera puni. Lorsque la destination de l’homme sera rendue claire, c’est le temps où l’œuvre du salut viendra à sa fin, l’œuvre de sauver l’homme ne sera plus faite, et la rétribution sera portée sur chacun de ceux qui commettent le mal. Certaines personnes disent : « Dieu se souvient de chacun de ceux qui sont souvent à Ses côtés. Je suis un de ces frères et sœurs et Dieu ne pourrait oublier aucun de nous. Nous sommes assurés d’être rendus parfaits par Dieu. Il ne Se souviendra d’aucun de ceux qui nous sont inférieurs ; ceux parmi eux qui seront rendus parfaits sont assurés d’être moins que nous qui rencontrons souvent Dieu ; Dieu n’a oublié aucun de nous ; nous avons tous été approuvés par Dieu, et nous avons la garantie d’être rendus parfaits par Dieu. » Vous avez tous de telles conceptions ; est-ce la justice ? As-tu mis la vérité en pratique ou non ? Tu répands vraiment des rumeurs comme celles-là ; tu n’as aucune honte !

Aujourd’hui, certaines personnes cherchent à être utilisées par Dieu, mais après avoir été conquises, elles ne peuvent pas être utilisées directement. Quant aux paroles prononcées aujourd’hui, si, quand Dieu utilise les gens, tu es toujours incapable de les accomplir, alors tu n’as pas été rendu parfait. En d’autres termes, l’arrivée de la fin de la période où l’homme est rendu parfait déterminera si l’homme sera éliminé ou utilisé par Dieu. Ceux qui ont été conquis ne sont rien de plus que des exemples de passivité et de négativité ; ils sont des spécimens et des modèles, mais ils ne sont rien de plus qu’un contrepoint. Ce n’est que lorsque l’homme aura la vie, que son tempérament aura changé et qu’il aura réalisé des changements à l’intérieur et à l’extérieur qu’il aura été pleinement rendu complet. Que désires-tu aujourd’hui ? Être conquis ou être rendu parfait ? Lequel veux-tu accomplir ? Combien de conditions pour être rendu parfait as-tu remplies ? Lesquelles n’as-tu pas remplies ? Comment devrais-tu t’équiper et comment devrais-tu compenser tes déficiences ? Comment devrais-tu entrer sur le chemin d’être rendu parfait ? Comment devrais-tu te soumettre complètement ? Tu demandes d’être rendu parfait, alors poursuis-tu la sainteté ? Poursuis-tu le châtiment et le jugement afin d’être protégé par Dieu ? Tu poursuis la purification, alors es-tu prêt à accepter le châtiment et le jugement ? Tu demandes de connaître Dieu, mais as-tu une connaissance de Son châtiment et de Son jugement ? Aujourd’hui, la plus grande partie de l’œuvre qu’Il fait en toi est le châtiment et le jugement ; quelle est ta connaissance de cette œuvre qui a été réalisée en toi ? Le châtiment et le jugement que tu as vécus t’ont-ils purifié ? Ont-ils opéré des changements en toi ? Ont-ils eu quelque effet sur toi ? Es-tu fatigué de tant d’œuvre d’aujourd’hui — des malédictions, des jugements et des révélations — ou les considères-tu comme un grand avantage ? Tu aimes Dieu, mais pour quelle raison L’aimes-tu ? Aimes-tu Dieu parce que tu n’as reçu qu’un peu de grâce ou aimes-tu Dieu après avoir gagné la paix et la joie ? Ou aimes-tu Dieu après avoir été purifié par Son châtiment et Son jugement ? Qu’est-ce qui te fait aimer Dieu exactement ? Quelles conditions a remplies Pierre pour être rendu parfait ? Après qu’il eut été rendu parfait, de quelle manière cruciale l’a-t-il exprimé ? Aimait-il le Seigneur Jésus parce qu’Il lui manquait, parce qu’il ne pouvait pas Le voir, ou parce qu’il avait reçu des remontrances ? Ou aimait-il le Seigneur Jésus encore plus parce qu’il avait accepté la souffrance des tribulations et qu’il avait appris à connaître sa propre souillure et sa désobéissance ainsi que la sainteté du Seigneur ? Son amour pour Dieu est-il devenu plus pur à cause du châtiment et du jugement de Dieu ou à cause de quelque chose d’autre ? Lequel est-ce ? Tu aimes Dieu à cause de la grâce de Dieu et parce qu’aujourd’hui Il t’a donné une légère bénédiction. Est-ce un véritable amour ? Comment devrais-tu aimer Dieu ? Devrais-tu accepter Son châtiment et Son jugement et, après avoir vu Son tempérament juste, être capable de l’aimer vraiment, au point où tu en sois entièrement convaincu et Le connaisses ? Comme Pierre, peux-tu dire que tu ne peux jamais assez aimer Dieu ? Est-ce que tu cherches à être conquis après le châtiment et le jugement ou à être purifié, protégé et soigné après le châtiment et le jugement ? Laquelle de ces quêtes poursuis-tu ? Ta vie est-elle significative ou est-elle inutile et sans valeur ? Veux-tu la chair ou veux-tu la vérité ? Souhaites-tu le jugement ou le confort ? Ayant expérimenté tellement de l’œuvre de Dieu et ayant vu la sainteté et la justice de Dieu, comment devrais-tu chercher ? Comment devrais-tu marcher le long de ce chemin ? Comment mettre en pratique ton amour de Dieu ? Le châtiment et le jugement de Dieu ont-ils produit quelque effet en toi ? Que tu aies ou non une connaissance du châtiment et du jugement de Dieu dépend de ce que tu vis et de la mesure dans laquelle tu aimes Dieu ! Tes lèvres affirment que tu aimes Dieu, et pourtant ce que tu vis est l’ancien tempérament corrompu ; tu ne crains pas Dieu et encore moins as-tu une conscience. De telles personnes aiment-elles Dieu ? Ces personnes sont-elles fidèles à Dieu ? Sont-elles celles qui acceptent le châtiment et le jugement de Dieu ? Tu dis que tu aimes Dieu et que tu crois en Lui, mais tu n’abandonnes pas tes conceptions. Dans ton travail, ton entrée, les paroles que tu prononces et dans ta vie, il n’y a aucune manifestation de ton amour de Dieu et il n’y a pas de révérence pour Dieu. Cela indique-t-il quelqu’un qui a gagné le châtiment et le jugement ? Serait-il possible que quelqu’un comme cela soit Pierre ? Est-ce que ceux qui sont comme Pierre ont seulement la connaissance, mais ne vit pas ? Aujourd’hui, quelle est la condition qui exige de l’homme qu’il vive une vie réelle ? Les prières de Pierre n’étaient-elles que des paroles qui sortaient de sa bouche ? N’étaient-elles pas des paroles du plus profond de son cœur ? Pierre se limitait-il à prier, sans mettre la vérité en pratique ? Pour qui cherches-tu ? Comment devrais-tu faire en sorte que tu sois protégé et purifié pendant le châtiment et le jugement de Dieu ? Le châtiment et le jugement de Dieu ne profitent-ils pas à l’homme ? Tout jugement est-il une punition ? Se pourrait-il que seules la paix et la joie, seules les bénédictions matérielles et seul le confort momentané soient bénéfiques à la vie de l’homme ? Si l’homme vit dans un environnement agréable et confortable, sans une vie de jugement, pourrait-il être purifié ? Si l’homme désire changer et être purifié, comment devrait-il accepter d’être rendu parfait ? Quel chemin devrais-tu choisir aujourd’hui ?

Note de bas de page :

[a] Le texte original se lit « elle ».

Précédent:La Trinité existe-elle ?

Suivant:Comment devrais-tu entreprendre ta future mission ?

Vous aimerez peut-être également