L'Église de Dieu Tout-Puissant App

Écoutez la voix de Dieu et accueillez le retour du Seigneur Jésus !

Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Témoignages pour Christ des derniers jours

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

24. Quelle est la différence entre un bon serviteur et un mauvais serviteur ?

Paroles de Dieu concernées :

Le travail d’un travailleur qualifié peut amener les gens sur la bonne voie et leur permettre d’approfondir la vérité. Le travail qu’il fait peut amener les gens devant Dieu. En outre, le travail qu’il fait peut varier d’un individu à l’autre et n’est pas lié à des règles, accordant aux gens la libération et la liberté. De plus, ces gens peuvent se développer dans la vie et approfondir la vérité. Le travail d’un travailleur non qualifié manque la cible ; son travail est stupide. Il n’a que des règlements à donner aux gens ; ce qu’il exige des gens ne varie pas d’un individu à l’autre ; il ne travaille pas en fonction des besoins réels des gens. Dans ce type de travail, il y a trop de règlements et trop de doctrines, et le travailleur ne peut pas amener les gens dans la réalité ou dans la pratique normale de la croissance dans la vie. Il ne peut que permettre aux gens d’endurer quelques règles sans valeur. Ce type de direction ne peut qu’égarer les gens. Il t’amène à devenir comme lui ; il peut t’amener dans ce qu’il a et ce qu’il est.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et le travail de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Ceux qui servent Dieu devraient être les intimes de Dieu, ils devraient être aimés par Dieu et capables de la plus grande loyauté envers Dieu. Peu importe que tu agisses à l’insu des gens ou devant eux, tu es en mesure de gagner la joie de Dieu devant Dieu, tu es en mesure de tenir ferme devant Dieu, et quelle que soit la façon dont les autres te traitent, tu suis toujours ton propre chemin et tu prêtes toute ton attention au fardeau de Dieu. Seul un tel homme est un intime de Dieu. Que les intimes de Dieu soient capables de Le servir directement vient du fait qu’ils ont reçu le grand mandat de Dieu et le fardeau de Dieu, ils sont en mesure de considérer le cœur de Dieu comme le leur, et le fardeau de Dieu comme le leur, et ils n’accordent aucune importance au fait que cela leur apporte une bonne ou une mauvaise perspective : même quand toutes les perspectives sont mauvaises et qu’ils n’en retireront aucun avantage, ils croient toujours en Dieu avec un cœur aimant. Et donc, ce genre de personne est un intime de Dieu. Les intimes de Dieu sont aussi Ses confidents ; seuls les confidents de Dieu pourraient partager Son inquiétude et Ses désirs, et, bien que leur chair soit endolorie et faible, ils sont capables d’endurer la douleur et d’abandonner ce qu’ils aiment pour satisfaire Dieu. Dieu confie plus de fardeaux à de telles personnes et ce que Dieu fera est exprimé à travers ces personnes. Ainsi, ces gens sont agréables à Dieu, ils sont les serviteurs de Dieu, ils sont selon Son cœur et seuls des gens comme cela peuvent régner avec Dieu.

Extrait de « Comment servir en harmonie avec la volonté de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

À l’image d’une personne qui sert, chacun de vous doit être capable de défendre les intérêts de l’Église en tout ce qu’il fait plutôt que de veiller à ses propres intérêts. C’est inacceptable de faire cavalier seul, alors que tu le sous-estimes et qu’il te sous-estime. Les personnes qui agissent de cette façon ne sont pas dignes de servir Dieu ! Le tempérament de telles personnes est très mauvais ; pas même une trace d’humanité ne reste en elles. Elles sont Satan à cent pour cent ! Elles sont des brutes ! Même maintenant, les choses de ce genre se passent encore au milieu de vous, allant jusqu’au point de vous attaquer l’un l’autre au cours des échanges, cherchant intentionnellement des prétextes, rougissant du visage en vous chamaillant sur de petites choses, personne n’étant prêt à renoncer à lui-même, chacun cachant à l’autre ce qu’il a en lui, surveillant attentivement l’autre partie et étant sur ses gardes. Est-ce que ce genre de tempérament peut convenir avec le service à Dieu ? Un tel travail comme le vôtre peut-il être bénéfique pour les frères et sœurs ? Tu es non seulement incapable de conduire les gens sur un parcours de vie décent, tu injectes en fait tes tempéraments corrompus dans les frères et sœurs. Est-ce que tu ne blesses pas les autres ? Ta conscience est si mauvaise, pourrie jusqu’à la moelle ! Tu n’entres pas dans la réalité et tu ne mets pas la vérité en pratique. De surcroît, tu exposes sans honte ta nature diabolique aux autres personnes, tu n’as absolument honte de rien ! Les frères et sœurs t’ont été confiés, mais tu les conduis en enfer. N’es-tu pas quelqu’un dont la conscience est devenue pourrie ? Tu es totalement effronté !

Extrait de « Servir comme le firent les Israélites », dans La Parole apparaît dans la chair

Beaucoup de gens derrière Moi convoitent la bénédiction du statut, ils se gavent de nourriture, ils aiment dormir et prêter toute leur attention à la chair, toujours craintifs qu’il n’y ait pas moyen de se libérer de la chair. Ils ne remplissent pas leur fonction normale dans l’Église et mangent gratuitement, ou bien ils admonestent leurs frères et sœurs avec Mes paroles, ils sont hautains et dominent sur les autres. Ces gens continuent de dire qu’ils accomplissent la volonté de Dieu, ils disent toujours qu’ils sont les intimes de Dieu : n’est-ce pas absurde ? Si tes motivations sont bonnes, mais que tu es incapable de servir en accord avec la volonté de Dieu, alors tu es stupide ; mais si tes motivations ne sont pas bonnes et que tu dis quand même que tu sers Dieu, alors tu es quelqu’un qui s’oppose à Dieu et tu dois être puni par Dieu ! Je n’ai aucune sympathie pour de tels individus ! Dans la maison de Dieu, ils mangent gratuitement, convoitent toujours le confort de la chair et ne prennent jamais en considération les intérêts de Dieu ; ils cherchent toujours ce qui est bon pour eux et ne prêtent aucune attention à la volonté de Dieu. Tout ce qu’ils font n’est pas considéré par l’Esprit de Dieu. Ils manipulent toujours leurs frères et sœurs et complotent contre eux, et ils sont des êtres à deux visages, comme un renard dans une vigne, qui vole toujours les raisins et piétine le vignoble. De tels hommes pourraient-ils être les intimes de Dieu ? Es-tu apte à recevoir les bénédictions de Dieu ? Tu n’assumes aucune responsabilité de ta vie et de l’Église. Es-tu apte à recevoir le mandat de Dieu ? Qui oserait faire confiance à quelqu’un comme toi ? Quand tu sers comme cela, Dieu pourrait-Il oser te confier une plus grande tâche ? Ne retardes-tu pas les choses ?

Extrait de « Comment servir en harmonie avec la volonté de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Servir Dieu n’est pas une mince affaire. Ceux dont le tempérament corrompu demeure inchangé ne peuvent jamais servir Dieu. Si ton tempérament n’a pas été jugé et châtié par la parole de Dieu, alors ton tempérament représente encore Satan. Cela suffit à prouver que ton service pour Dieu dépend de ta propre bonne intention. C’est un service basé sur ta nature satanique. Tu sers Dieu avec ton caractère naturel et en fonction de tes préférences personnelles ; en plus, tu continues de penser que Dieu se réjouit de tout ce que tu souhaites faire et que Dieu hait tout ce que tu ne souhaites pas faire, et ton travail est entièrement guidé par tes propres préférences. Peut-on appeler cela servir Dieu ? En fin de compte, ton tempérament de vie ne changera pas d’un iota. En fait, tu deviendras encore plus têtu, car tu as servi Dieu et ton tempérament corrompu en sera profondément enraciné. Ainsi, à l’intérieur de toi-même, tu développeras des doctrines pour servir Dieu basées sur rien d’autre que ton propre caractère et des expériences découlant de ton service selon ton propre tempérament. C’est une leçon tirée de l’expérience humaine. C’est la philosophie de la vie de l’homme. Ce type de personnes font partie des pharisiens et des responsables religieux. S’ils ne se réveillent jamais ni ne se repentent, alors ils finiront par se transformer en ces faux Christs qui apparaîtront dans les derniers jours et seront des imposteurs. Les faux Christs et les imposteurs dont on a parlé seront issus de ce genre de personnes. Si ceux qui servent Dieu suivent leur propre caractère et agissent selon leur propre volonté, alors le risque qu’ils soient chassés est constant. Ceux qui se servent de leurs nombreuses années d’expérience au service de Dieu pour séduire le cœur des gens, leur faire la morale et les dominer, s’élever eux-mêmes – et qui jamais ne se repentent, ne se confessent, ne renoncent aux avantages que procure la position –, ces gens tomberont devant Dieu. Ce sont des gens de même type que Paul, vaniteux de par leur ancienneté et se prévalant de leurs qualités. Dieu ne conduira pas ce type de personnes à la perfection. Ce genre de service fait obstacle à l’œuvre de Dieu. Les gens aiment s’accrocher à ce qui est ancien. Ils s’accrochent aux notions du passé, aux choses du passé. C’est un sérieux obstacle à leur service. Si tu ne peux pas t’en débarrasser, ces choses obstrueront toute ta vie. Dieu ne te félicitera pas le moins du monde, même si tu cours à t’en briser les jambes ou travailles à t’en briser les reins, et même si tu es martyrisé dans le cadre de ton service pour Dieu. Bien au contraire : Il dira que tu es un malfaiteur.

Extrait de « Servir religieusement doit être interdit », dans La Parole apparaît dans la chair

Tous ceux qui ne comprennent pas le but de l’œuvre de Dieu sont ceux qui s’opposent à Dieu, et plus encore sont ceux qui sont conscients du but de l’œuvre de Dieu, mais ne cherchent pas à satisfaire Dieu. Ce sont ceux qui lisent la Bible dans des églises imposantes et récitent la Bible tous les jours, mais ne comprennent pas le but de l’œuvre de Dieu. Aucun n’est capable de connaitre Dieu ; en plus, aucun n’est en accord avec le cœur de Dieu. Ils sont tous des hommes vils et inutiles, ils se placent en hauteur pour enseigner Dieu. Bien qu’ils brandissent le nom de Dieu, ils s’opposent à Lui volontairement. Bien qu’ils disent être croyants en Dieu, ce sont eux qui mangent la chair et boivent le sang de l’homme. Tous ces hommes sont des diables qui dévorent l’âme de l’homme, des démons dirigeants qui dérangent intentionnellement ceux qui tentent d’emprunter la bonne voie, et des pierres d’achoppement qui entravent le chemin de ceux qui cherchent Dieu. Puisqu’ils sont de « chair ferme », comment leurs disciples sauront-ils qu’ils sont des antéchrists qui mènent l’homme à s’opposer à Dieu ? Comment sauront-ils qu’ils sont des démons vivants qui cherchent spécialement des âmes à dévorer ?

Extrait de « Tous ceux qui ne connaissent pas Dieu s’opposent à Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Extraits de sermons et d’échanges pour référence :

Les conducteurs et ouvriers de l’Église à tous les niveaux peuvent être répartis en trois catégories. La manière la plus appropriée de décrire ces trois types de personnes est la suivante : les serviteurs loyaux, les serviteurs infidèles et les serviteurs du mal. Les premiers parviennent vraiment à obéir à l’œuvre de Dieu, ils sont capables de faire tout leur possible pour défendre l’œuvre de Dieu dans l’accomplissement de leurs devoirs, ils peuvent tout abandonner pour se dépenser pour Dieu, et ils sont en mesure d’exalter Dieu et de témoigner de Lui. Seul ce groupe de personnes est vraiment en quête de la vérité, cherche à devenir parfait et il est classé dans la catégorie des serviteurs loyaux de Dieu. Le deuxième groupe d’hommes ne possède absolument pas la réalité de la vérité. Ils sont incapables de défendre l’œuvre de Dieu dans l’accomplissement de leurs devoirs, n’agissent pas conformément aux arrangements de l’œuvre, font tout ce qu’ils veulent et agissent de façon irréfléchie, traitent les gens en fonction de leurs émotions, agissent selon leurs penchants vis-à-vis de la chair, n’observent pas les principes de la vérité, pratiquent la vérité avec difficulté, engagent souvent des transactions avec Dieu. Ils prennent le chemin de l’antéchrist et se classent dans la catégorie des serviteurs infidèles. Les hommes appartenant à la troisième catégorie sont arrogants et vaniteux, ils sont en quête d’un statut et sont ambitieux. Ils cherchent sans cesse à contrôler les élus de Dieu et exercent leur suprématie sur les autres, ils répriment et discriminent ceux qui sont en désaccord avec eux. Ils restreignent, lient et piègent les élus de Dieu, ils essaient d’utiliser leur pouvoir pour contrôler les élus de Dieu afin d’établir un royaume indépendant qui leur est propre. Ils sont classés dans la catégorie des méchants qui sont du même genre que les faux conducteurs et les antéchrists, c’est-à-dire, les serviteurs du mal. […]

Le Saint-Esprit œuvre en ceux qui ont une bonne humanité et qui aiment aussi la vérité. Ceux qui n’ont pas une bonne humanité et qui n’aiment pas la vérité ne possèdent pas l’œuvre du Saint-Esprit. Quand l’humanité de quelqu’un est perfide, mauvaise et insidieuse, alors cette personne est diabolique et, bien sûr, elle est classée dans la catégorie des serviteurs du mal. Les serviteurs du mal sont les ennemis de Dieu et font l’objet de la damnation et de la punition de Dieu. Il est parfaitement approprié d’utiliser les termes de serviteurs loyaux (tels les loyalistes dont parlent les non-croyants), de serviteurs infidèles (comme les fonctionnaires déloyaux de la Cour dont parlent les non-croyants) et de serviteurs du mal (comme la racaille, dont parlent les non-croyants, qui trahit le pays et passe à l’ennemi) pour décrire ces trois catégories de conducteurs et d’ouvriers. Les personnes classées dans la catégorie des serviteurs loyaux sont plus honnêtes et sont dotées de conscience et de bon sens, et soutiennent l’œuvre de Dieu en toute chose durant l’accomplissement de leur devoir. Ce sont des conducteurs et des ouvriers obéissants et fidèles à Dieu, et ils font tous l’object du salut et de la perfection de Dieu. Les personnes classées dans la catégorie des serviteurs infidèles n’aiment pas la vérité, ne sont pas disposées à rechercher la vérité et ne témoignent pas d’une véritable obéissance à l’égard de Dieu. Elles font tout ce qu’elles veulent en accomplissant leur devoir. Elles traitent les personnes en se basant sur leurs émotions et ne sont ni justes ni raisonnables. Lorsqu’elles servent Dieu, elles Lui résistent, suivent les pulsions de la chair et accomplissent des choses sans principe, engageant même des transactions avec Dieu. Parfois, elles peuvent trahir la vérité et Dieu, et même aller à l’encontre des intérêts de la famille de Dieu, en ne préservant pas une once de l’œuvre de Dieu. Ce type de personne est classé dans la catégorie des serviteurs déloyaux, tout comme les fonctionnaires déloyaux de la Cour dont parlent les non-croyants. […] Bien sûr, tous les serviteurs déloyaux sont classés parmi les faux conducteurs et ouvriers. Cependant, certains faux conducteurs et ouvriers ont une bonne humanité et sont parfaitement capables de se repentir et de changer. Ils doivent être traités avec amour et recevoir une autre chance de s’entraîner. Mais tous les serviteurs mauvais sont des faux guides et des antéchrists possédant une nature démoniaque. Bien sûr, tous les serviteurs du mal sont classés dans la catégorie des personnes diaboliques. Ils possèdent la nature et l’essence du diable, c’est pourquoi ces personnes mauvaises peuvent accomplir toutes sortes de méfaits, et brutalement réprimer et persécuter les élus de Dieu. Elles font leur maximum pour perturber et interrompre l’œuvre de Dieu, et aller à l’encontre de Dieu en toute chose, comme si elles étaient complètement insensibles. Elles ont le cœur endurci et entêté. N’est-ce pas cela être ennemi de Dieu ? Les serviteurs du mal ne peuvent être sauvés. Par conséquent, la maison de Dieu doit expulser tout faux conducteur et antéchrist de nature démoniaque. Il n’y a pas de place pour la réconciliation.

Extrait de « Ce n’est qu’à travers la vraie obéissance à l’oeuvre de Dieu que l’on peut entrer dans la réalité de la vérité », dans Sélections d’annales

Les subalternes de ceux qui ont vraiment un talent pour servir évolueront en coordination avec eux ; il y aura une atmosphère générale à la fois de tension et d’harmonie pleine de vitalité et la vie de l’Église s’épanouira chaque jour. Il n’y aura pas de négativité ni de retard. La justice jaillira et tous les membres de l’Église seront d’un même esprit ; ils seront unis dans leurs efforts. Ils seront tous en mesure de témoigner de Dieu et de L’exalter. C’est le meilleur résultat. Si l’Église manque toujours de vigueur et que la plupart des gens sont négatifs, c’est la preuve que votre chemin n’est pas bien dirigé. La vie de l’Église est comme une calèche et le dirigeant est comme le cheval tirant la calèche. Si le cheval réalise sa raison d’être, la calèche peut être tirée vers l’avant ; le cheval marche quand il devrait marcher et galope quand il devrait galoper. Rien ne peut le retenir. Quand quelqu’un est vraiment bien qualifié pour servir Dieu, toutes les difficultés peuvent être résolues où qu’il aille ; il peut les guider à travers n’importe quels problèmes et leur indiquer le chemin. C’est un grand plaisir pour les autres, comme si un fardeau leur était enlevé des épaules. Aussi difficile que puisse être la situation dans un endroit, s’il y reste quelques jours et rassemble les gens pour quelques réunions, leur cœur s’éclaircira. Ils seront remplis d’énergie une fois qu’ils auront compris la vérité et leur négativité sera complètement réglée. La lutte de la chair sera apaisée et la vie de l’Église empruntera le bon chemin. Une personne qui sert vraiment Dieu peut discerner les faiblesses des autres, sait de quel type de subsistance des gens différents ont besoin, par où commencer et comment résoudre complètement les problèmes. Qu’il s’agisse de croyants nouveaux ou anciens, jeunes ou vieux, dirigeants ou subalternes, il peut pleinement leur procurer leur subsistance. Leurs problèmes peuvent tous être résolus et il peut communiquer avec tous les gens. Pour ceux qui sont vraiment capables de servir Dieu, il n’y a aucune règle dans les échanges sur la vérité ; ils ne le font pas machinalement, mais parlent de toutes les approches et sous tous les angles. Ils peuvent expliquer les choses dans différents discours et rassembler toutes sortes de faits, et les gens de toutes les classes comprendront et récolteront les fruits. Tout le monde aime être dans l’entourage de ceux qui servent vraiment Dieu ; ils sont prêts à ouvrir leur cœur et à échanger avec eux, ils les respectent et sont prêts à s’en faire des amis et à parler cœur à cœur avec eux. Si tout le monde a peur et se cache de vous, alors vous avez un problème. Un chat noir qui traverse votre chemin est un mauvais présage. Ceux dont le cœur est en accord avec la volonté de Dieu sont toujours dans l’Église, marchant parmi ceux que vise leur travail, vivant près des gens, mangeant avec les gens et parlant aux gens toute la nuit. Ils exhortent les gens sans cesse quand ils leur confient du travail ; et ils ont peur de ne pas bien gérer les choses et ils n’ignorent personne. Ils savent que quitter le lieu de travail est un manquement au devoir ; ceux qui abandonnent les gens pour lesquels ils travaillent ne sont que des profiteurs. Est-il possible de résoudre toutes les difficultés pratiques sans entrer en contact avec les dirigeants et les ouvriers locaux qui collaborent avec vous ? Peut-on le faire sans faire l’expérience de la vie de l’Église à un niveau élémentaire ? Peut-on accomplir quoi que ce soit sans une communication de cœur à cœur ? Pouvez-vous quitter votre travail avant que votre voix ne soit devenue enrouée ? Portez-vous toujours votre fardeau quand votre cœur n’est pas enflammé ? Si vous n’avez pas perdu de poids, travaillez-vous vraiment dur ? Ceux qui se concentrent sur leur nourriture et leurs vêtements se soucient-ils vraiment du fruit de leur travail ? Peuvent-ils prendre la volonté de Dieu à cœur ? Peuvent-ils vraiment faire du bon travail s’ils n’entrent en contact qu’avec la minorité de personnes qui sont selon leur cœur tout en évitant celles qui ne le sont pas ? Ne sont-ils pas des parasites à la recherche d’une vie facile, confortable et agréable ?

Ceux qui sont vraiment capables de servir Dieu connaissent leurs faiblesses ; ils peuvent s’équiper et combler leurs propres lacunes à tout moment, tout en communiquant la vérité pour procurer la subsistance aux autres. Plus encore même, ils se concentrent sur leur propre entrée dans la vérité et sur leur connaissance d’eux-mêmes en profondeur. Ils peuvent s’empêcher de devenir arrogants et suffisants, et de s’afficher ; ils sont également prêts à s’ouvrir, permettant aux autres de voir leurs faiblesses et leurs défauts. Par conséquent, leur échange est sincère et authentique, sans faux-semblants. Les gens auront confiance en eux et sont capables de les respecter ainsi que d’obéir aux vérités sur lesquelles ils échangent. Ceux qui servent vraiment Dieu comprennent l’œuvre du Saint-Esprit et savent ce qui vient de leur propre expérience et ce qui vient de l’éclairage du Saint-Esprit. Ils ont un cœur qui révère Dieu et ne sont ni arrogants ni vantards. Ils ne méprisent pas les autres parce qu’ils ont l’œuvre du Saint-Esprit, mais ils sont davantage capables d’être bienveillants envers les autres, de prendre soin des autres et d’aider les autres. Ils préfèrent souffrir pour que les autres soient heureux. Ils comprennent les difficultés que les gens endurent et comprennent profondément aussi à quel point il est pénible pour une personne sans vérité de tomber dans les ténèbres. De plus, ils comprennent les plaisirs d’être éclairés par le Saint-Esprit et sont disposés à partager un tel éclairage avec les autres, ainsi que la joie qu’il procure. Ils ne considèrent pas qu’avoir eux-mêmes l’œuvre du Saint-Esprit soit crucial au plaisir. Ils jouissent de l’œuvre du Saint-Esprit et prêtent attention à la volonté de Dieu. Ils sont prêts à résoudre les problèmes des autres, à apaiser leur douleur et à transmettre aux autres le plaisir que leur procure l’œuvre du Saint-Esprit afin de satisfaire Dieu. Ils peuvent coopérer avec l’œuvre du Saint-Esprit de manière proactive, manifester toute considération pour la volonté de Dieu et renoncer à leur propre jouissance pour satisfaire Dieu. Ils refusent les bénédictions du statut et ne cherchent pas un traitement de faveur ; ils servent Dieu pieusement et respectueusement et font loyalement leur devoir. Seuls les gens qui servent Dieu de cette manière agissent conformément à la volonté de Dieu.

Pour servir en accord avec la volonté de Dieu, il faut d’abord que le tempérament de vie subisse des changements. Après le changement, on peut officiellement commencer à servir. Quelques années d’expérience sont requises et, sans la vérité, aucun résultat positif ne peut être obtenu. Mais si les gens comprennent vraiment le vrai sens du service, ils sauront bien accomplir leurs devoirs, car ils comprennent profondément que faire leur devoir, c’est procurer aux autres la vérité, le chemin et la vie qu’ils ont gagnés de l’œuvre de Dieu, et c’est procurer à l’Église leur expérience, leur connaissance de Dieu et la lumière révélée par le Saint-Esprit, afin que les autres puissent les partager et qu’ils puissent tous réaliser des changements dans leur tempérament de vie, parvenir à connaitre Dieu, obéir à Dieu, être fidèles à Dieu et être gagnés par Dieu. Ce n’est pas qu’ils se dotent de la connaissance de la vérité et qu’ils enseignent aux autres des lettres et des doctrines pour montrer à quel point ils sont intelligents. Faire son devoir, c’est prendre soin des autres, les aider, être bienveillant à leur égard et leur porter attention, tout cela avec un amour pour Dieu, c’est prendre soin des autres avant soi, toujours penser aux autres, tout faire en pensant à l’Église, préférer souffrir pour que la plupart des gens gagnent la vie et soient sauvés, payer n’importe quel prix pour que les gens puissent comprendre la vérité et c’est se dépenser pour Dieu afin de satisfaire la volonté de Dieu. Ce n’est pas s’enorgueillir de son statut ou s’attacher aux jouissances de la chair sans se soucier de la souffrance de ses frères et sœurs, ou simplement satisfaire son propre désir de manger, de boire et de chercher du plaisir tout en abandonnant les avantages de ses frères et sœurs. Certaines gens travaillent même selon leurs propres préférences et émotions. Si des gens les reçoivent bien et gagnent leur faveur, ils échangent avec eux, sinon ils refusent. La personne la plus méprisable est celle qui accomplit son travail et demande quelque chose en retour. Faire son devoir, c’est prendre la volonté de Dieu comme la sienne propre, traiter comme urgent ce que Dieu traite comme urgent, considérer ce que Dieu considère, se préoccuper de ce qui préoccupe Dieu et donner priorité aux intérêts de la famille de Dieu à tout moment. C’est travailler si dur que l’on oublie de manger et de dormir, et c’est faire des efforts laborieux et accomplir le travail que Dieu a confié avec le sens des responsabilités d’un maitre. C’est ne pas s’attendre à être récompensé pour un peu de travail, ne pas s’attendre à du plaisir après un peu de souffrance, ou c’est ne pas devenir fier et vaniteux après avoir obtenu des résultats, ou jouir d’un statut et agir comme un tyran. Ceux qui sont loyaux dans l’accomplissement de leur devoir se soumettent aux arrangements de Dieu, sont loyaux, dévoués et travaillent de façon désintéressée et sans se plaindre en tant que serviteurs de Dieu, souhaitant seulement rendre à Dieu Son amour et rembourser Dieu par leur vie. Ils ne se considèrent comme rien de plus qu’un grain de poussière sans honneur, et encore moins dignes de jouir de la grâce de Dieu, et ils se soumettent entièrement aux orchestrations de Dieu et ne se plaignent pas. Ce ne sont pas des hypocrites méchants et sans vergogne qui chérissent leur propre vie, qui ont l’intention d’obtenir des bénédictions, qui aspirent à être plus élevés que les autres et qui aiment être supérieurs aux autres. Faire son devoir, c’est tenir compte de la volonté de Dieu et du fardeau de Dieu, considérer ses frères et sœurs comme ses parents, être prêt à servir tout le monde, penser à la vie de ses frères et sœurs, oser assumer ses responsabilités, ne rien devoir à personne, permettre aux autres de gagner tout ce que l’on a gagné, servir Dieu avec conscience et oser accepter la supervision de tous. Certaines gens disent des choses agréables à l’oreille, mais ne font ensuite aucun travail réel ; ils profitent de l’hospitalité de leurs frères et sœurs, mais les oppriment tout de même et leur demandent de faire ceci et cela pour eux, de faire tout leur possible pour prendre soin d’eux. Et ils sermonnent et traitent leurs frères et sœurs à chaque tournant, ou ils leur demandent de venir les soigner quand ils sont malades et de les accompagner quand c’est requis. Un individu de ce genre qui fait des gens ses serviteurs ne sert aucunement Dieu ; au lieu de cela, il s’exalte, se rend témoignage à lui-même, s’élève et oblige les autres à le traiter comme Dieu. Il a très peur d’avoir une mauvaise réputation et de ne pas convaincre les gens. Il est vigoureux dans ses efforts et ne ménage aucune peine pour amener les gens à lui obéir et à l’adorer, et il siège à la place de Dieu sermonnant les gens toute la journée. Il regarde tout le monde de haut, fait tout en son pouvoir pour élargir sa sphère d’influence et gère ses propres entreprises pour amener les autres à lui donner une place centrale, à écouter ses paroles, à obéir à ses arrangements et à mettre Dieu de côté pour le vénérer à la place. Après qu’il a travaillé pendant plusieurs années, les gens qu’il dirige n’ont aucune connaissance de Dieu. Au contraire, ils ont tous peur de lui et n’obéissent qu’à lui. Il est devenu lui-même un dieu. En faisant cela, ne dirige-t-il pas les gens avant de se diriger lui-même ? Ce genre d’individu est un voleur, un filou dans la famille et un antéchrist.

Extrait de l’échange du supérieur

Précédent : Quelle est la différence entre le blé et l’ivraie ?

Suivant : Quelle est l’œuvre du Saint-Esprit ? Comment l’œuvre du Saint-Esprit est-elle manifestée ?

Contenu connexe