Une centaine de questions et réponses sur la recherche de la vraie voie

Contenu

5 Le tempérament de Dieu est la justice et, plus encore, l’amour

FANG Xin     La ville de Pékin

Le 15 août 2012

Depuis 2007, quand j’ai accepté l’œuvre de Dieu Tout-Puissant des derniers jours, bien que je semble superficiellement très occupée à remplir mes devoirs, je n’ai pas donné mon cœur à Dieu et je me suis souvent sentie liée par des problèmes familiaux insignifiants au point d’étouffer. Chaque fois que je pense au fait que ma fille a déjà trente ans, mais n’a toujours pas trouvé un partenaire convenable, je me plains à Dieu ; mon fils ne se soucie que de passer du bon temps et, bien qu’il ne gagne pas d’argent, il dépense librement, alors je me plains ; et mon propre vieux conjoint va travailler, mais son contremaître ne le paie pas — et je m’en plains aussi. … Je me plains à gauche et à droite et souvent je comprends Dieu de travers. Il semble que Dieu ait été excessivement injuste envers moi. Par conséquent, j’ai vécu dans l’obscurité et la souffrance. Cependant, je ne savais pas que je devais chercher Dieu et je n’avais aucune idée du danger de mon état. J’ai simplement lutté, impuissante, au milieu de ma souffrance. Néanmoins, Dieu connaît parfaitement mon état. Il utilise des méthodes uniques pour m’appeler et me sauver, faisant en sorte que je me réveille du rêve et échappe aux souffrances de Satan.

Le 1er août 2012, il a plu particulièrement fort. Le niveau de l’eau de la rivière montait rapidement et avait déjà franchi le pont. L’eau déferlait vague après vague et la situation était extrêmement désastreuse. Alors que je m’apprêtais à conduire mon scooter électrique sur le pont submergé, mon pneu avant venait tout juste de l’atteindre et je songeais à réduire la puissance pour charger en avant quand, à ma grande surprise, il s’est avéré que l’eau était trop profonde et les vagues trop hautes. Avant que je puisse réagir, mon véhicule — moi au-dessus — a été emporté par le courant. Je m’apprêtais à crier : « Dieu Tout-puissant ! » Avant que les mots puissent s’échapper de mes lèvres, cependant, ma bouche se remplit d’eau et j’avalais gorgée d’eau après gorgée. À ce moment-là, j’ai compris dans mon cœur et j’ai su clairement, dans mon esprit, que c’était ma destination finale. J’allais mourir là. L’eau continuait à me remplir la bouche et je luttais pour appeler Dieu, mais je ne le pouvais pas. Tout à coup, j’ai eu une opportunité. J’ai levé les yeux, le visage brisant la surface, et à ce moment-là, j’ai enfin pu crier : « Dieu Tout-puissant, sauve-moi ! » Peu après, comme une feuille dans le courant, j’ai senti que je flottais contre un grand arbre. Immédiatement, j’ai tendu les bras, j’ai embrassé l’arbre et suis parvenu à me relever. À ce moment, je me suis sentie particulièrement excitée. Je ne pouvais m’empêcher de prier Dieu : « Dieu ! C’est Toi qui m’as sauvée. Ne tournant pas le dos à ma saleté et à ma corruption, Tu as arraché ma vie du seuil de la mort et tu m’as ramenée. Je veux Te remercier et Te louer. »

Juste à ce moment-là, alors que je m’accrochais à l’arbre et que je regardais vers la rivière, j’ai été surprise de voir que malgré la hauteur des vagues et la force du courant, Dieu avait fait en sorte que l’eau me pousse de l’autre côté, me laissant dans un endroit à une centaine de mètres du pont submergé. Dieu est si plein de merveilles ! J’ai pris un moment pour me stabiliser, puis j’ai pataugé vers le rivage et j’ai grimpé sur la rive. J’ai ensuite regardé vers la rivière, espérant voir où mon scooter électrique avait abouti, mais je n’ai pas pu le retrouver. Tout ce que je voyais, c’était des vagues noires qui défilaient.

Quand je suis rentrée à la maison et que je me suis couchée sur mon lit, la scène où je descendais le long de la rivière, emportée par l’énorme courant, continuait de tourner avec effroi dans mon esprit. J’ai remercié Dieu de m’avoir sauvé en cette période de danger, et je n’ai pas beaucoup pensé à autre chose. Un jour, j’ai lu quelque chose dans Sermons et échanges sur l’entrée dans la vie : « Si tu crois aux paroles de Dieu, tu devrais croire que tout ce qui t’arrive est permis par Dieu. » J’ai soudainement pris conscience que les bonnes intentions de Dieu avaient été que le désastre de ce jour-là m’atteigne. Non seulement Il l’avait utilisé pour me permettre d’expérimenter et de réaliser les actes tout-puissants de Dieu dans l’inondation, mais Il avait aussi utilisé ce désastre pour me purifier et me transformer. J’ai pensé à la façon dont j’avais passé ma vie à me plaindre à Dieu pour le bien-être de mes enfants et de mon mari, et que je Lui avais passivement résisté ; si j’avais été emportée par l’inondation à ce moment-là, alors j’aurais complètement « lâché » mes enfants, mon mari et tous mes biens. Devant le désastre, toutes ces choses n’étaient-elles pas complètement inutiles ? Dieu avait utilisé le désastre pour me réveiller dans l’espoir que je puisse confier tous les membres de ma famille à Dieu et passer plus de temps à faire de mon mieux pour chercher la vérité et le salut. C’est l’amour que Dieu avait pour moi. Si ce désastre ne m’était pas arrivé, je n’aurais pas pris l’initiative de venir devant Dieu, et encore moins aurais-je pu me tourner vers Dieu. Comme Dieu l’a dit : « Quand il s’agit de l’état de la vie de l’homme, l’homme n’a pas encore trouvé la vraie vie, il n’a toujours pas vu à travers l’injustice, la désolation et les conditions misérables du monde – et donc, si ce n’était pour l’arrivée du désastre, la plupart des gens embrasseraient encore la Mère Nature, et se seraient encore engouffrés dans la saveur de la « vie ». N’est-ce pas la réalité du monde ? N’est-ce pas la voix du salut que J’exprime à l’homme ? Pourquoi est-ce-que, parmi les hommes, personne ne M’a jamais vraiment aimé ? Pourquoi l’homme M’aime-t-il seulement au milieu du châtiment et des épreuves, mais que personne ne M’aime sous Ma protection ? J’ai « accordé » plusieurs fois Mon châtiment à l’humanité. Ils le regardent, mais ensuite ils l’ignorent, et ils ne « l’étudient et ne le contemplent » pas à ce moment-là, et ainsi tout ce qui arrive à l’homme est un jugement impitoyable. Ceci est une seule de Mes méthodes de travail, mais c’est toujours dans le but de changer l’homme et pour le faire M’aimer. » (« Les déclarations de Dieu à l’Univers entier La vingt-neuvième déclaration », La Parole apparaît dans la chair). Le tempérament de Dieu est la justice et, plus encore, l’amour. Peu importe ce qu’Il fait, c’est le salut pour moi ; c’est pour me permettre de Le comprendre, de me soumettre à Lui et de L’aimer. Maintenant, ayant fait l’expérience de l’œuvre de Dieu et joui de Sa bienveillance, mon seul espoir est de faire de mon mieux pour accomplir mes devoirs en tant qu’être créé afin de rendre l’amour de Dieu, de satisfaire le cœur de Dieu et de jouer mon rôle dans la diffusion de l’Évangile du royaume de Dieu.