Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Le reproche de Jésus aux Pharisiens

1. Le jugement de Jésus par les Pharisiens

(Marc 3:21-22) Lorsqu’ils l’apprirent, les membres de la famille de Jésus vinrent pour s’emparer de lui, car ils disaient: « Il a perdu la raison. » Les spécialistes de la loi qui étaient descendus de Jérusalem disaient: « Il a en lui Béelzébul; c’est par le prince des démons qu’il chasse les démons. »

2. Le reproche de Jésus aux Pharisiens

(Matt 12:31-32) « C’est pourquoi je vous dis: Tout péché, tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne leur sera pas pardonné. Celui qui parlera contre le Fils de l’homme, cela lui sera pardonné; mais celui qui parlera contre le Saint-Esprit, le pardon ne lui sera accordé ni dans le monde présent ni dans le monde à venir. »

(Matt 23:13-15) « Malheur à vous, spécialistes de la loi et pharisiens hypocrites, parce que vous fermez aux hommes l’accès au royaume des cieux; vous n’y entrez pas vous-mêmes et vous ne laissez pas entrer ceux qui le voudraient. Malheur à vous, spécialistes de la loi et pharisiens hypocrites, parce que vous dépouillez les veuves de leurs biens tout en faisant pour l’apparence de longues prières; à cause de cela, vous serez jugés plus sévèrement. Malheur à vous, spécialistes de la loi et pharisiens hypocrites, parce que vous parcourez la mer et la terre pour faire un converti et, quand il l’est devenu, vous en faites un fils de l’enfer deux fois pire que vous. »

Il y a deux passages séparés au-dessus, regardons d’abord le premier : Le jugement de Jésus par les Pharisiens.

Dans la Bible, le jugement de Jésus Lui-même par les Pharisiens et les choses qu’Il a faites étaient : « ils disaient: Il est hors de sens. […] Il est possédé de Béelzébul ; c’est par le prince des démons qu’il chasse les démons. » (Marc 3:21-22). Le jugement du Seigneur Jésus par les scribes et les Pharisiens ne provenait pas du fait qu’ils répétaient des choses ou qu’ils les avaient imaginées à partir de rien, c’était leur conclusion qui résultait de ce qu’ils avaient vu et entendu de Ses actions. Bien que leur conclusion était proférée ostensiblement au nom de la justice et apparue aux yeux des gens comme bien fondée, ils leur étaient difficile, même à eux, de contenir l’arrogance avec laquelle ils jugèrent le Seigneur Jésus. L’énergie frénétique de leur haine pour Lui révélait leurs propres ambitions déchainées et leurs expressions diaboliques et sataniques, aussi bien que leur nature maléfique qui résistait à Dieu. Les propos qu’ils tinrent lors du jugement du Seigneur Jésus étaient motivés par leurs folles ambitions, leur jalousie, la nature ignoble et malveillante de leur hostilité envers Dieu et la vérité. Ils ne firent pas d’enquête sur l’origine des actions du Seigneur Jésus, ni sur le fond même de ce qu’Il avait dit ou fait, mais ils attaquèrent et discréditèrent aveuglément, impatiemment, de manière folle et avec une méchanceté délibérée ce qu’Il avait fait. C’était au point qu’ils discréditèrent sans discernement Son Esprit, c’est à dire l’Esprit Saint, l’Esprit de Dieu. C’est ce qu’ils prétendaient quand ils dirent : « Il a perdu la raison », « Béelzébul et le prince des démons ». Donc ils affirmèrent que l’Esprit de Dieu était Béelzébul et le prince des démons. Ils accusèrent le travail de l’Esprit de Dieu incarné d’être de la folie. Non seulement ils blasphémèrent contre l’Esprit de Dieu en le comparant à Béelzébul et le prince des démons, mais ils condamnèrent l’œuvre de Dieu. Ils condamnèrent et blasphémèrent contre le Seigneur Jésus Christ. La nature de leur résistance et de leur blasphème contre Dieu était tout à fait la même que celle de Satan et du diable. Ils ne représentaient pas seulement les hommes corrompus, mais plus que cela, ils étaient l’incarnation de Satan. Ils étaient un canal de Satan au sein de l’humanité et ils représentaient les complices et les messagers de Satan. La nature de leur blasphème et de leur dénigrement contre le Seigneur Jésus Christ provenait de leur lutte contre Dieu pour le pouvoir, leur compétition avec Dieu, leur mise à l’épreuve éternelle de Dieu. Le fondement de leur résistance à Dieu et de leur attitude d’hostilité envers Lui, ainsi que leurs paroles et leurs pensées blasphémaient contre l’Esprit de Dieu et Le mettaient en colère. Donc Dieu porta un jugement sensé sur ce qu’ils avaient dit et fait et décréta que leurs actes constituaient un péché de blasphème contre l’Esprit Saint. Ce péché est impardonnable dans ce monde et celui qui suit, juste comme il est dit dans le passage des Écritures suivant : « mais le blasphème contre l’Esprit ne sera point pardonné » et « mais quiconque parlera contre le Saint Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir. » C’est-à-dire en démystifiant la manière avec laquelle Dieu honora ces paroles « le pardon ne lui sera accordé ni dans le monde présent ni dans le monde à venir ».

Tout ce dont nous avons parlé est en lien avec le tempérament de Dieu, Son attitude envers le peuple, les objets et les choses. Naturellement les deux passages précédents ne font pas exception. Avez-vous remarqué quelque chose dans ces deux passages des Écritures ? Certains disent qu’ils y voient la colère de Dieu. D’autres disent qu’ils y voient l’aspect du tempérament de Dieu qui ne tolère pas l’offense des hommes et que dans le cas où des gens blasphèment contre Dieu, ils n’obtiendront pas Son pardon. En dépit du fait que les gens voient et perçoivent la colère de Dieu et Son intolérance à l’offense des hommes dans ces deux passages, ils continuent vraiment à ne pas comprendre Son attitude. Ces deux passages contiennent un sous-entendu au sujet de l’attitude véritable de Dieu et Son approche envers ceux qui blasphèment et qui Le mettent en colère. Ce passage des Écritures renferme le vrai sens de Son attitude et de Sa démarche : « mais quiconque parlera contre le Saint Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir. » Quand quelqu’un blasphème contre Dieu, quand il Le met en colère, Il prononce un verdict et celui-ci constitue le résultat final. Il est décrit ainsi dans la Bible « C’est pourquoi je vous dis: Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera point pardonné. » (Matt 12:31), et «Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! » (Matt 23:13). Toutefois, est-il écrit dans la Bible quel fut le dénouement avec ces scribes et ces Pharisiens, ainsi qu’avec ces personnes qui ont dit qu’Il était fou après que le Seigneur Jésus ait proféré ces choses ? Est-il écrit s’ils ont reçu une punition ? Il est certain qu’il n’y avait pas. Disant que cela n’y avait pas, n’était-ce pas plutôt que ça n’avait pas été écrit, mais en fait il n’y avait pas de dénouement qui pouvait être perçu par les yeux des hommes. Ce « il n’y avait pas » élucide une question qui est l’attitude et les principes de Dieu pour gérer certaines choses. Le châtiment de Dieu destiné aux gens qui blasphèment ou qui Lui résistent, ou même ceux qui Le calomnient, qui L’attaquent intentionnellement et Le maudissent, Il ne fait pas l’aveugle ou le sourd, Il a une attitude claire avec eux. Il méprise ces gens et dans Son cœur Il les condamne. Il fait même connaître à tous l’issu qu’Il leur destine afin que le peuple sache qu’Il a un comportement ferme envers ceux qui blasphèment contre Lui, pour que le peuple sache le sort qu’Il leur réserve. Toutefois, après que Dieu ait dit ces choses, les gens pouvaient rarement comprendre comment Dieu allait les châtier et ils ne comprenaient pas les fondements du châtiment que Dieu leur infligeait. Cela veut dire que les hommes ne sont pas capables d’appréhender l’attitude et les méthodes que Dieu emploie pour s’occuper d’eux. Elles sont en rapport avec les principes qu’Il utilise pour accomplir les choses. Dieu utilise l’apparition des évènements pour adapter Son attitude vis-à-vis de certaines personnes au comportement diabolique. Cela signifie qu’Il ne déclare pas leurs péchés et ne définit pas un châtiment, mais plutôt qu’Il utilise la survenue des évènements pour qu’ils soient punis et qu’ils récoltent ce qu’ils ont semé. Quand ces évènements surviennent, les gens souffrent dans leur chair et cela est clairement visible. Lorsque Dieu affronte le comportement diabolique de certaines personnes, Il les maudit simplement en paroles mais en même temps Sa colère s’abat sur eux. Il se peut que le châtiment qu’ils reçoivent ne se remarque pas, mais son effet peut être même plus grave que les punitions visibles par tous, mort incluse. En effet, les circonstances que Dieu choisit pour ne pas sauver tel type de personne, pour ne pas avoir de pitié ou de tolérance pour eux, pour ne pas leur donner d’opportunités, proviennent de Sa décision de les mettre de côté. Quelle est la signification de « mettre sur le côté » ? Le sens de cette expression est de ne plus en tenir compte. Ici, quand Dieu « met de côté » peut être interprété de deux manières différentes : la première est qu’Il livre la vie de cette personne et tout ce qui la concerne à Satan. Dieu ne sera plus responsable de cette vie et ne s’en occupera plus. Que cette personne soit folle ou stupide, qu’elle soit vivante ou morte ou encore qu’elle aille en enfer comme punition, Dieu n’aura plus rien à voir avec cela. Ceci signifie que cette créature n’aura plus de relation avec le Créateur. La deuxième interprétation est que Dieu a décidé que Lui-même fera quelque chose avec cette personne, avec Ses propres mains. Il est possible qu’il emploie le travail de ce type de personne ou qu’Il l’utilise comme faire-valoir. Il est possible qu’Il s’occupe d’elle d’une certaine façon, qu’Il la traitera de manière particulière, tout comme Paul. C’est le fondement et l’attitude du cœur de Dieu qui déterminent la manière avec laquelle Il va s’occuper de ce genre de personne. Donc lorsque quelqu’un résiste à Dieu, Le calomnie et blasphème contre Lui, s’il irrite Son tempérament ou Sa ligne du bas, les conséquences sont inimaginables. La conséquence la plus grave est que Dieu livre la vie de cette personne et tout ce qui la concerne à Satan, une fois pour toutes. Il ne sera pas pardonné pour le reste de l’éternité. Cela veut dire que cette personne est devenue un aliment pour Satan, un jouet dans ses mains et que Dieu n’a plus rien à voir avec elle. Pouvez-vous imaginer quel genre de malheur ce fut lorsque Satan tenta Job ? Malgré la condition sous laquelle il ne pouvait attenter à la vie de Job, celui-ci souffrit énormément. Et n’est-ce pas encore plus difficile d’imaginer les ravages que Satan pourrait produire sur une personne qui a été livrée à Satan, qui est totalement prisonnière de ses griffes, qui a entièrement perdu la bienveillance et la miséricorde de Dieu, qui n’est plus sous la Loi du Créateur, qui a été privée du droit de L’honorer et d’être une créature protégée par la Loi de Dieu, dont la relation avec le Seigneur de la création a été coupée ? La persécution de Job par Satan était quelque chose qui pouvait être vu par les hommes et si Dieu livre la vie d’une personne à Satan, les conséquences seront inimaginables. C’est comme quelqu’un qui renaît en vache ou en âne, ou encore comme une personne qui est possédée par des esprits impurs, diaboliques, etc… C’est le dénouement, la fin de quelqu’un que Dieu a livré à Satan. De l’extérieur, il semble que ces personnes qui ont ridiculisé, calomnié, condamné et blasphémé contre le Seigneur Jésus n’ont pas subi de conséquences. Cependant, la vérité est que Dieu adopte une attitude pour chaque chose. Il peut ne pas employer un langage clair pour expliquer aux gens comment Il va traiter chaque type d’individu. Parfois Il ne dit rien directement mais Il agit tout de suite. Le fait qu’Il ne dise rien ne signifie pas qu’il n’y a pas de problème, il est même possible que l’enjeu soit plus sérieux. Selon les apparences, il semble que Dieu ne révèle pas à certaines personnes Son attitude ; en fait, Dieu n’a pas voulu leur prêter attention pendant longtemps. Il ne veut plus les voir. De par les choses qu’elles ont faites, leur comportement, à cause de leur nature et de leur essence, Dieu désire seulement qu’elles disparaissent de Sa vue, Il veut les livrer directement à Satan, lui offrir leur esprit, leur âme et leur corps, permettre à Satan de faire ce qu’il veut avec elles. On voit clairement à quel point Dieu les hait, à quel point Il est dégoûté d’elles. Si une personne irrite Dieu au point qu’Il ne veut plus la revoir, alors Il la laissera tomber à tel point qu’Il ne voudra plus s’en occuper Lui-même. S’Il en arrive au point de la livrer à Satan pour qu’il en fasse ce qu’il veut, pour qu’il la contrôle, en abuse et la traite n’importe comment, cette personne est complètement finie. Son droit à être un humain a été révoqué définitivement et son droit en tant que créature est arrivé à sa fin. N’est-ce pas la sanction la plus sévère ?

Tout ce qui précède est une explication détaillée des paroles : « Le pardon ne lui sera accordé ni dans le monde présent ni dans le monde à venir. » Et c’est aussi un simple commentaire de ces passages des Écritures. Je pense que vous les comprenez maintenant ! Maintenant, lisons les passages des Écritures ci-dessous.

Extrait de « La Parole apparaît dans la chair »