L'Église de Dieu Tout-Puissant App

Écoutez la voix de Dieu et accueillez le retour du Seigneur Jésus !

Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Le Créateur exprime Ses vrais sentiments pour l’humanité

40

Cette conversation entre l’Éternel et Jonas est sans aucun doute une expression des vrais sentiments du Créateur pour l’humanité. D’une part, elle informe les gens de la compréhension du Créateur pour toute la création sous Son commandement ; comme l’Éternel a dit : « Et moi, je n’aurais pas pitié de Ninive, la grande ville, dans laquelle se trouvent plus de cent vingt mille hommes qui ne savent pas distinguer leur droite de leur gauche, et des animaux en grand nombre ! » En d’autres termes, la compréhension que Dieu avait de Ninive était loin d’être superficielle. Il connaissait non seulement le nombre de choses vivantes dans la ville (y compris les gens et le bétail), mais Il savait aussi combien ne pouvaient pas distinguer leur droite de leur gauche, c’est-à-dire le nombre d’enfants et de jeunes qui étaient présents. C’est une preuve concrète de la superbe compréhension que Dieu avait de l’humanité. D’un autre côté, cette conversation informe les gens de l’attitude du Créateur envers l’humanité, c’est-à-dire du poids de l’humanité dans le cœur du Créateur. C’est exactement comme l’Éternel a dit : « Tu as pitié du ricin qui ne t’a coûté aucune peine et que tu n’as pas fait croître, qui est né dans une nuit et qui a péri dans une nuit. Et moi, je n’aurais pas pitié de Ninive, la grande ville […] » Ce sont les paroles de réprimande de l’Éternel Dieu à Jonas, mais elles sont toutes vraies.

Le Créateur exprime Ses vrais sentiments pour l’humanité

Bien que Jonas ait été chargé de proclamer les paroles de l’Éternel Dieu aux gens de Ninive, il ne comprenait pas les intentions de l’Éternel Dieu et ne comprenait pas Ses inquiétudes et Ses attentes pour les gens de la ville. Par cette réprimande, Dieu voulait lui dire que l’humanité était le produit de Ses propres mains et que Dieu avait fait un effort terrible pour chaque personne ; chaque personne portait en elle les espoirs de Dieu ; chaque personne jouissait de l’approvisionnement de la vie par Dieu ; pour chaque personne, Dieu avait payé un coût terrible. Cette réprimande a également indiqué à Jonas que Dieu chérissait l’humanité, l’œuvre de Ses propres mains, autant que Jonas lui-même chérissait le ricin. Dieu ne les abandonnerait pas du tout facilement avant le dernier moment possible ; de plus, il y avait tellement d’enfants et de bétail innocent dans la ville. En traitant avec ces produits jeunes et ignorants de la création de Dieu, qui ne pouvaient même pas distinguer leur droite de leur gauche, Dieu était d’autant plus incapable de mettre fin à leur vie et de déterminer leur fin d’une manière si précipitée. Dieu espérait les voir grandir ; Il espérait qu’ils ne marcheraient pas sur les mêmes chemins que leurs aînés, qu’ils n’auraient plus besoin d’entendre l’avertissement de l’Éternel et qu’ils témoigneraient du passé de Ninive. Plus encore, Dieu espérait voir Ninive après qu’elle se fut repentie, voir l’avenir de Ninive après son repentir et, plus important encore, voir Ninive vivre encore une fois sous la miséricorde de Dieu. Par conséquent, aux yeux de Dieu, ces objets de la création qui ne pouvaient pas distinguer leur droite de leur gauche étaient l’avenir de Ninive. Ils assumeraient le passé méprisable de Ninive, tout comme ils assumeraient le devoir important de témoigner du passé et du futur de Ninive sous la direction de l’Éternel Dieu. Dans cette déclaration de Ses vrais sentiments, l’Éternel Dieu a présenté la miséricorde du Créateur pour l’humanité dans sa totalité. Cette déclaration a montré à l’humanité que « la miséricorde du Créateur » n’est pas une phrase vide ni une fausse promesse ; elle a des principes, des méthodes et des objectifs concrets. Il est vrai et réel, et n’utilise aucun mensonge ou déguisement et, de la même manière, Sa miséricorde est perpétuellement accordée à l’humanité à chaque époque et à chaque âge. Cependant, jusqu’à ce jour, l’échange du Créateur avec Jonas est la seule déclaration verbale exclusive de Dieu sur Sa raison pour démontrer de la miséricorde à l’humanité, sur Sa manière de démontrer de la miséricorde à l’humanité, sur Sa tolérance envers l’humanité et sur Ses vrais sentiments pour l’humanité. La conversation succincte de l’Éternel Dieu exprime Ses pensées complètes sur l’humanité ; c’est une véritable expression de l’attitude de Son cœur envers l’humanité et c’est aussi une preuve concrète de Son don de miséricorde abondante à l’humanité. Sa miséricorde n’est pas seulement accordée aux anciens de l’humanité ; elle est également accordée aux membres plus jeunes de l’humanité, comme elle l’a toujours été, d’une génération à l’autre. Bien que la colère de Dieu s’abatte fréquemment sur certains coins et certaines ères de l’humanité, la miséricorde de Dieu n’a jamais cessé. Par Sa miséricorde, Il guide et dirige une génération de Sa création l’une après l’autre, fournit et nourrit une génération de la création l’une après l’autre, parce que Ses vrais sentiments envers l’humanité ne changeront jamais. Tout comme l’Éternel Dieu a dit : « Et moi, je n’aurais pas pitié de Ninive […] ? » Il a toujours chéri Sa propre création. C’est la miséricorde du tempérament juste du Créateur et c’est aussi l’unicité pure du Créateur !

Extrait de « La Parole apparaît dans la chair »

Contenu connexe