L'Ère de la Grâce : Le but et le sens de l'œuvre de Dieu

27 mars 2018

Paroles classiques de Dieu :

Dans l'ère de la Grâce l'homme avait été corrompu par Satan, et ainsi l'œuvre de racheter toute l'humanité exigeait une abondance de la grâce, l'abondance infinie et la patience, et plus encore, une offre adéquate pour expier les péchés de l'humanité. Ce que les gens voyaient dans l'ère de la Grâce n'était que Mon offrande pour l'humanité : Jésus. Ils savaient seulement que Dieu pouvait être miséricordieux et pacifique, et ne voyaient que la miséricorde et la bonté de Jésus. C'était parce qu'ils vivaient à l'ère de Grâce. Alors, avant qu'ils ne pussent être rachetés, ils devaient jouir d'une grande grâce que Jésus leur accorda ; il n'y avait que cela de bénéfique pour eux. De cette façon, ils pourraient être pardonnés de leurs péchés en jouissant de la grâce, et pourraient avoir la chance d'être rachetés s'ils appréciaient la tolérance et la patience de Jésus. Seulement par la tolérance et la patience de Jésus pouvaient-ils recevoir le pardon et jouir de l'abondance de la grâce accordée par Jésus — comme Jésus avait dit : « Je suis venu non pour racheter les justes mais les pécheurs, et pour permettre que leurs péchés soient pardonnés ». Si Jésus S'était incarné avec le tempérament du jugement, de la malédiction et l'intolérance des offenses de l'homme, alors l'homme n'aurait jamais eu la chance d'être racheté, et serait resté pour toujours pécheur ; et donc le plan de gestion de six mille ans n'aurait pas progressé plus loin que l'ère de la Loi. L'ère de la Loi aurait duré six mille ans, les péchés de l'homme auraient été plus nombreux et plus graves, et la création de l'humanité n'aurait servi à rien. Les hommes auraient seulement pu servir l'Éternel en vertu de la loi, mais leurs péchés auraient dépassé ceux des premiers humains créés. Plus Jésus aimait les hommes, leur pardonnant leurs péchés et leur donnant assez de miséricorde et de bonté, plus l'humanité pouvait être sauvée, appelée les agneaux perdus et rachetés par Jésus à un prix élevé. Satan ne pouvait pas se mêler de cette œuvre, parce que Jésus traitait Ses disciples comme une mère aimante traite l'enfant dans ses bras. Il ne Se fâchait pas contre eux ni les méprisait, mais Il était plein de consolation ; Il n'était jamais furieux quand Il Se trouvait parmi eux, mais tolérait leurs péchés et fermait les yeux sur leur folie et leur ignorance, de sorte qu'Il disait : « Pardonne les autres soixante-dix fois sept fois. » Son cœur a donc réformé le cœur des autres et ainsi les gens recevaient le pardon par Sa patience.

Extrait de « La vérité sur l'œuvre à l'ère de la Rédemption »

Dans le travail de l'ère de la Grâce, Jésus fut le Dieu qui sauve l'homme. La grâce, l'amour, la compassion, la tolérance, la patience, l'humilité, la prévenance et la tolérance étaient les composantes de ce qu'Il avait et de ce qu'Il était, et beaucoup de travail qu'il a fait était la rédemption de l'homme. Et quant à Son tempérament, il a été de compassion et d'amour, et parce qu'Il était compatissant et aimant, Il a dû être cloué sur la croix pour l'homme afin de montrer que Dieu aimait l'homme comme Lui-même, dans la mesure où Il S'est sacrifié Lui-même totalement. Satan a dit : « Puisque Tu aimes l'homme, Tu dois l'aimer à l'extrême : Tu dois être cloué sur la croix pour délivrer l'homme de la croix et du péché, et Tu dois T'offrir Toi-même en échange pour toute l'humanité. » Satan a fait le pari suivant : « Puisque Tu es un Dieu aimant et compatissant, Tu dois aimer l'homme à l'extrême : Tu dois T'offrir Toi-même jusqu'à la croix. » Jésus a dit : « Tant que c'est pour l'humanité, alors je suis prêt à Me donner complètement. » Ensuite, Il s'est étendu sur la croix sans hésitation et a racheté toute l'humanité.

Extrait de « La vision de l'œuvre de Dieu (3) »

Sans la rédemption de Jésus, l'humanité vivrait à jamais dans le péché, et deviendrait les enfants du péché, les descendants des démons. Si cela continuait, Satan s'installerait sur la terre, et toute la terre deviendrait sa demeure. Mais l'œuvre rédemptrice exigeait la miséricorde et la bonté envers l'humanité ; c'est seulement grâce à cela que l'humanité pourrait recevoir le pardon et serait finalement qualifiée pour être faite complète et pleinement acquise. Sans cette étape de travail, le plan de gestion de six mille ans n'aurait pas pu avancer. Si Jésus n'avait pas été crucifié, s'Il avait seulement guéri le peuple et exorcisé ses démons, celui-ci n'aurait pas pu être entièrement pardonné de leurs péchés. Les trois ans et demi que Jésus a accompli Son œuvre sur terre n'ont achevé que la moitié de Son œuvre rédemptrice ; puis, parce qu'Il a été cloué à la croix, parce qu'Il est devenu la ressemblance de la chair pécheresse, et parce qu'Il a été livré au malin, Il a terminé l'œuvre de crucifixion et maîtrisé le destin de l'humanité. Ce n'est qu'après qu'Il fut livré aux mains de Satan que l'homme fut racheté. Pendant trente-trois ans et demi Il a souffert sur la terre, a été ridiculisé, calomnié et abandonné, et Il ne Lui est pas même resté un endroit où poser Sa tête, aucun lieu de repos ; alors Il fut crucifié, tout Son être, corps immaculé et innocent, cloué à la croix et subissant toutes sortes de souffrances. Ceux qui étaient au pouvoir se moquaient de Lui et Le fouettaient, et les soldats Lui crachaient même à la face ; mais Il garda le silence et endura jusqu'à la fin, Se soumettant inconditionnellement à la mort, à la suite de quoi Il racheta toute l'humanité et fut ainsi autorisé à Se reposer.

Extrait de « La vérité sur l'œuvre à l'ère de la Rédemption »

Le Seigneur est déjà secrètement revenu il y a bien longtemps avant les catastrophes, savez-vous comment L’accueillir ?
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

Laisser un commentaire