Une centaine de questions et réponses sur la recherche de la vraie voie

Contenu

38 Comment peut-on réellement confirmer que Dieu Tout-Puissant est Jésus qui est revenu ?

La réponse issue de la parole de Dieu :

D’abord, Il est capable d’ouvrir une nouvelle ère ; deuxièmement, Il est capable de donner la vie à l’homme et de montrer à l’homme le chemin à suivre. Ceci est suffisant pour établir qu’Il est Dieu Lui-même. Tout au moins, le travail qu’Il fait peut représenter pleinement l’Esprit de Dieu, et à partir d’un tel travail, on peut voir que l’Esprit de Dieu est en Lui. Étant donné que le travail accompli par le Dieu incarné visait principalement à inaugurer une nouvelle ère, de conduire un nouveau travail, et de créer de nouvelles circonstances, ces quelques conditions seules sont suffisantes pour établir qu’Il est Dieu Lui-même…

Extrait de « La différence entre le ministère du Dieu incarné et le devoir de l’homme », La Parole apparaît dans la chair

Ce n’est pas difficile d’examiner une telle réalité, mais il faudrait que chacun d’entre nous connaisse cette vérité : Celui qui est l’incarnation de Dieu, doit avoir l’essence de Dieu. Et Celui qui est l’incarnation de Dieu, doit avoir l’expression de Dieu. Puisque Dieu Se fait chair, Il devra mettre en avant l’œuvre qu’Il doit faire, et puisque Dieu devient chair, Il devra exprimer ce qu’Il est, et devra être capable d’apporter la vérité à l’homme, de donner la vie à l’homme, et de montrer le chemin à l’homme. La chair qui ne contient pas l’essence de Dieu n’est sûrement pas le Dieu incarné, il n’y a pas de doute à ce sujet. Pour savoir si c’est la chair du Dieu incarné, l’homme doit le déterminer à partir du tempérament qu’Il exprime ainsi que par Ses paroles. Autrement dit, l’on devrait s’appuyer sur Son essence pour savoir si oui ou non c’est la chair du Dieu incarné, et si oui ou non c’est le vrai chemin. Et ainsi, dans la détermination[a] de si oui ou non c’est la chair du Dieu incarné, l’important c’est de se focaliser sur Son essence (Son œuvre, Sa parole, Son tempérament, ainsi de suite), plutôt que sur l’apparence extérieure. Si l’homme ne voit que Son aspect extérieur, et oublie Son essence, alors cela montre l’ignorance et la naïveté de l’homme. L’aspect extérieur ne détermine pas l’essence ; de plus, l’œuvre de Dieu ne s’est jamais accommodée des conceptions de l’homme. L’apparence extérieure de Jésus n’était-elle pas en opposition avec les conceptions de l’homme ? Son apparence et Son accoutrement n’étaient-ils pas en mesure de donner des indices sur Sa véritable identité ? N’était-ce pas la raison pour laquelle les Pharisiens d’autrefois s’étaient opposés à Jésus parce qu’ils avaient simplement regardé Son aspect extérieur, et n’avaient pas pris à cœur Ses paroles ? Mon souhait c’est que les frères et sœurs qui cherchent l’apparition de Dieu ne puissent pas répéter la tragédie de l’histoire. Gardez-vous de devenir les Pharisiens des temps modernes et clouer une fois encore Dieu sur la croix. Il convient de réfléchir minutieusement à la manière d’accueillir le retour de Dieu, et avoir une idée précise de la façon dont il faudra devenir quelqu’un qui se soumet à la vérité. C’est la responsabilité de tous ceux qui attendent que Jésus revienne sur les nuées.

Extrait de « Préface », La Parole apparaît dans la chair

Le travail fait dans le présent a fait progresser le travail de l’ère de la Grâce, c’est-à-dire que le travail de tous les six mille ans de gestion a progressé. Bien que l’ère de la Grâce soit terminée, l’œuvre de Dieu a continué à progresser. Pourquoi est-ce que Je dis maintes et maintes fois que cette étape de travail est fondée sur l’ère de la Grâce et sur l’ère de la Loi ? Cela signifie que le travail d’aujourd’hui est la continuation du travail effectué dans l’ère de la Grâce et une élévation du travail de l’ère de la Loi. Les trois étapes sont étroitement liées entre elles et sont reliées l’une à l’autre. Pourquoi est-ce que Je dis aussi que cette étape de travail est fondée sur celle réalisée par Jésus ? Si cette étape n’était pas fondée sur le travail accompli par Jésus, alors dans cette étape actuelle, la crucifixion, c’est-à-dire l’œuvre de la rédemption déjà accomplie, devrait encore être réalisée. Cela n’aurait aucun sens. Par conséquent, ce n’est pas que le travail soit terminé, mais que l’ère a progressé, et le travail est encore plus éminent qu’auparavant. On pourrait dire que cette étape de travail est fondée sur l’ère de la Loi et sur le roc de l’œuvre de Jésus. Le travail progresse étape par étape et l’étape actuelle n’est pas un nouveau commencement. Seule la combinaison des trois étapes de travail peut être considérée comme la gestion de six mille ans. Cette étape est édifiée sur le fondement du travail de l’ère de la Grâce. Si ces deux étapes de travail ne sont pas reliées, pourquoi n’y a-t-il pas de crucifixion dans l’étape actuelle ? Pourquoi est-ce que Je n’assume pas les péchés de l’homme ? Je ne suis pas venue par la conception du Saint-Esprit ni ne serai crucifiée pour assumer les péchés de l’homme. Au contraire, Je suis ici pour châtier l’homme directement. Si Je n’ai pas châtié l’homme après la crucifixion et si maintenant Je ne viens pas par la conception du Saint-Esprit, alors Je ne serais pas qualifiée pour châtier l’homme. C’est précisément parce que Jésus et Moi sommes un que Je viens directement pour châtier et juger l’homme. Cette étape de travail repose entièrement sur l’étape précédente. C’est la raison pour laquelle seul un tel travail peut amener l’homme au salut étape par étape. Jésus et Moi venons du même Esprit. Bien que Nos chairs ne soient pas liées entre elles, Nos Esprits sont un ; si ce que Nous faisons et le travail que Nous accomplissons ne sont pas les mêmes, Nous sommes semblables en essence ; Nos chairs prennent des formes différentes, et cela est à cause du changement dans l’ère et du besoin de Notre travail ; Nos ministères ne sont pas semblables, de sorte que le travail que Nous engendrons et le tempérament que Nous exposons à l’homme sont également différents. Voilà pourquoi ce que l’homme voit et reçoit aujourd’hui est différent du passé ; il en est ainsi en raison du changement d’ère. Bien que le genre et la forme de Leurs chairs diffèrent et bien que Leurs familles de naissance diffèrent, ainsi que Leur ère de travail, Leurs Esprits sont un. Bien que Leurs chairs ne partagent pas une relation sanguine ou physique d’aucune manière, cela ne nie pas qu’Ils soient dans Leurs êtres les chairs incarnées de Dieu à deux périodes différentes de temps. C’est une vérité indéniable qu’Ils soient les chairs incarnées de Dieu, même s’Ils ne partagent pas la même lignée ou un langage humain commun (l’un était un homme qui parlait la langue des Juifs et l’autre est une femme qui ne parle que chinois). Pour ces raisons, Ils font le travail qu’Ils doivent faire dans des pays différents, et aussi durant des périodes différentes de temps. Malgré le fait qu’Ils sont le même Esprit, qu’Ils possèdent la même essence, il n’y a aucune ressemblance entre les enveloppes extérieures de Leurs chairs. Ils partagent simplement la même humanité, mais l’apparence et la naissance de Leurs chairs ne se ressemblent pas. Cela n’a aucun impact sur Leur travail respectif ou sur la connaissance de l’homme à Leur sujet, car, après tout, Ils sont le même Esprit et personne ne peut Les séparer. Bien qu’Ils ne soient pas liés par le sang, Leurs êtres entiers sont dirigés par Leurs esprits, de sorte que Leurs êtres entreprennent un travail différent dans des périodes différentes avec Leurs chairs qui ne partagent pas la même lignée. De même, l’Esprit de l’Éternel n’est pas le père de l’Esprit de Jésus, tout comme l’Esprit de Jésus n’est pas le fils de l’Esprit de l’Éternel. Ils sont le même Esprit, tout comme le Dieu incarné d’aujourd’hui et Jésus. Bien qu’Ils ne soient pas liés par le sang, Ils sont un ; en effet, Leurs Esprits sont un.

Extrait de « Les deux incarnations complètent la signification de l’incarnation », La Parole apparaît dans la chair

Note de bas de page :

[a] Le texte original mentionne « s’agissant de ».