Une centaine de questions et réponses sur la recherche de la vraie voie

Contenu

12 Comment les trois étapes de l’œuvre de Dieu s’approfondissent-elles progressivement pour amener le salut à l’humanité ?

La réponse issue de la parole de Dieu :

Le travail de diriger l’humanité est divisé en trois étapes, ce qui signifie que le travail de sauver l’humanité est divisé en trois étapes. Ces trois étapes ne comprennent pas le travail de la création du monde, mais sont plutôt les trois étapes de travail de l’ère de la Loi, de l’ère de la Grâce et de l’ère du Règne. Le travail de la création du monde fut le travail de la production de toute l’humanité. Ce ne fut pas le travail de sauver l’humanité et il n’a aucun rapport avec le travail de sauver l’humanité, car quand le monde fut créé, l’humanité n’avait pas été corrompue par Satan ; le travail du salut de l’humanité n’était donc pas nécessaire. Le travail de sauver l’humanité n’a commencé qu’après la corruption de l’humanité, et donc le travail de diriger l’humanité n’a commencé qu’après la corruption de l’humanité.

Extrait de « La connaissance des trois étapes de l’œuvre de Dieu est la voie de la connaissance de Dieu », La Parole apparaît dans la chair

L’importance, le but et l’étape du travail de Dieu en Israël étaient de commencer Son œuvre sur toute la terre, s’étendant progressivement à d’autres nations à partir de son centre en Israël. Ceci est le principe suivant lequel Il travaille à travers l’univers – pour établir un modèle, puis l’élargir à tous les peuples de l’univers qui ont accepté Son évangile. Les premiers Israélites étaient les descendants de Noé. Ces personnes avaient seulement le souffle de l’Éternel, et pouvaient subvenir à leurs besoins de subsistance, mais ils ne savaient pas quel genre de Dieu était l’Éternel, pas plus qu’ils ne connaissaient Sa volonté pour l’homme, et encore moins comment ils devraient vénérer le Seigneur de toute la création. Les descendants d’Adam ne savaient pas à quelles règles et lois ils devaient obéir, ou ce que les êtres créés pouvaient faire pour le Créateur. Tout ce qu’ils savaient c’était que le mari devait manger et nourrir sa famille à la sueur de son front, et que la femme devait se soumettre à son mari et perpétuer la race des humains que Dieu avait créée. En d’autres termes, ce peuple avait le souffle de Dieu et Sa vie, mais ne savaient pas comment suivre les lois de Dieu ou comment satisfaire le Seigneur de toute la création. Ils ont compris beaucoup trop peu. Donc, bien qu’il n’y avait rien de faux ou de rusé dans leur cœur, et bien qu’ils éprouvaient rarement de la jalousie et ne se disputaient pas, ils ne connaissaient pas ou ne comprenaient pas Dieu, le Seigneur de toute la création. Ces ancêtres de l’homme se contentaient de manger ce que Dieu avait créé, de profiter de ce que l’Éternel avait fait, mais ils ne savaient pas Le vénérer ; ils ne savaient pas qu’ils auraient dû L’adorer à genoux. Comment pouvaient-ils être appelés Ses créatures ? Et donc, les paroles, « l’Éternel est le Seigneur de toute la création » et « Il a créé l’homme comme expression de Lui-même, pour Le glorifier et Le représenter, » n’étaient-elles pas prononcées en vain ? Comment un peuple qui ne vénère pas l’Éternel peut-il être un témoignage de Sa gloire ? Comment peuvent-ils être des manifestations de Sa gloire ? Les paroles de l’Éternel « J’ai créé l’homme à Mon image » ne deviennent-elles donc pas une arme entre les mains de Satan – le diable ? Ces mots ne deviennent-ils pas une marque d’humiliation de la création de l’homme par l’Éternel ? Afin de terminer cette étape de Son œuvre, l’Éternel, après la création de l’humanité, ne les a pas instruits ni guidés, d’Adam à Noé. Et ce n’est qu’après le déluge qu’Il a réellement commencé à guider les Israélites, qui étaient les descendants d’Adam et de Noé. Son œuvre et Ses paroles en Israël ont guidé la vie de tout le peuple à travers le pays, en leur montrant que l’Éternel était non seulement capable de donner le souffle à l’homme, afin de lui donner Sa vie, et de le ressusciter de la poussière et d’en faire une créature de Dieu, mais aussi détruire l’humanité par des flammes, et maudire l’humanité, en utilisant Sa verge pour gouverner l’humanité. Ainsi, ils ont pu voir que l’Éternel pouvait guider la vie des hommes sur terre, et parler et travailler parmi eux de jour et de nuit. Il a agi ainsi seulement pour que Ses créatures puissent savoir que l’homme a été fait de la poussière par Lui, élevé par Lui, que l’homme a été créé par Lui. En outre, le travail commencé en Israël était pour que les autres peuples et les nations (qui en fait n’étaient pas séparées d’Israël, mais s’étaient éloignées des Israélites, et descendants d’Adam et Ève) puissent recevoir l’évangile de l’Éternel d’Israël, de sorte que toutes les créatures de l’univers Le vénéreraient et Le reconnaitraient comme le Tout-Puissant. Si l’Éternel n’avait pas commencé Son œuvre en Israël, mais plutôt, ayant créé l’humanité, Il l’avait laissée mener une vie sans souci sur terre, alors en raison de sa nature physique (la nature signifie que l’homme ne peut jamais connaître les choses qu’il ne peut pas voir, c’est-à-dire qu’il ne sait pas que l’Éternel a créé l’humanité, encore moins pourquoi Il l’a créée), l’homme ne saurait jamais que l’Éternel avait créé l’humanité et qu’Il est le Seigneur de toutes choses. Si l’Éternel avait créé l’homme et l’avait placé sur la terre comme Son objet de plaisir, alors Il Se serait tout simplement lavé les mains et aurait laissé tomber au lieu de diriger l’homme pendant une certaine période, alors toute l’humanité serait retournée à néant ; même le ciel et la terre et toutes les choses qu’Il a créées, y compris toute l’humanité, seraient retournées à néant et foulées aux pieds par Satan. Alors la volonté de l’Éternel selon laquelle « Il devrait avoir un endroit pour marquer Sa présence sur la terre, un lieu saint parmi Sa création » aurait été brisée. Au contraire, après que l’Éternel ait créé l’humanité, Il les a guidés dans leur vie, et leur a parlé, tout ceci dans le but de réaliser Son désir, de réaliser Son plan. L’œuvre de l’Éternel en Israël n’avait pour but que d’exécuter le plan qu’Il avait mis en place avant qu’Il ne crée toutes choses, et donc Son travail d’abord parmi les Israélites et Sa création de toutes choses n’étaient pas en contradiction l’un de l’autre, mais toutes étaient pour Sa gestion, Son œuvre et Sa gloire, approfondissant le sens de Sa création de l’humanité. Il a guidé la vie de l’humanité sur la terre pendant deux mille ans après Noé, au cours desquelles Il leur a appris à vénérer l’Éternel, le Seigneur de toutes choses ; Il leur a appris comment se comporter et comment vivre leur vie, et surtout, comment agir comme un témoin de l’Éternel, Lui obéir, Le vénérer, et Le louer avec de la musique comme David et ses prêtres.

Avant les deux mille ans au cours desquels l’Éternel a réalisé Son travail, l’homme ne savait rien, et presque tout a dégénéré dans la profondeur de la promiscuité et de la corruption qui a précédé le déluge ; leurs cœurs ne connaissaient pas l’Éternel, et encore moins Son chemin. Ils ne comprenaient pas le travail que l’Éternel allait accomplir ; ils ne réfléchissaient pas, ils étaient moins instruits sur les domaines tels que la vie, les appareils respiratoires, ils étaient ignorants de l’homme, de Dieu, du monde et de la vie même. Sur la terre, ils se sont engagés dans une grande séduction, comme le serpent, et ont dit beaucoup de choses qui déplaisaient à l’Éternel, mais parce qu’ils étaient ignorants l’Éternel ne les a pas châtiés ni disciplinés. Après le déluge, quand Noé était âgé de 601 ans, l’Éternel était officiellement apparu à Noé et l’avait guidé avec sa famille, le conduisant, ainsi que les oiseaux et les bêtes qui avaient survécu à l’inondation, et ses descendants jusqu’à la fin de l’ère de la Loi, pendant 2 500 ans. Il a officiellement travaillé en Israël pendant 2 000 ans, et la période pendant laquelle Il était au travail à la fois en Israël et à l’extérieur de celui-ci était de 500 ans, ce qui fait en tout 2 500 ans.

Extrait de « L’œuvre à l’ère de la Loi », La Parole apparaît dans la chair

Dans l’ère de la Grâce l’homme avait été corrompu par Satan, et ainsi l’œuvre de racheter toute l’humanité exigeait une abondance de la grâce, l’abondance infinie et la patience, et plus encore, une offre adéquate pour expier les péchés de l’humanité. Ce que les gens voyaient dans l’ère de la Grâce n’était que Mon offrande pour l’humanité : Jésus. Ils savaient seulement que Dieu pouvait être miséricordieux et pacifique, et ne voyaient que la miséricorde et la bonté de Jésus. C’était parce qu’ils vivaient à l’ère de Grâce. Alors, avant qu’ils ne pussent être rachetés, ils devaient jouir d’une grande grâce que Jésus leur accorda ; il n’y avait que cela de bénéfique pour eux. De cette façon, ils pourraient être pardonnés de leurs péchés en jouissant de la grâce, et pourraient avoir la chance d’être rachetés s’ils appréciaient la tolérance et la patience de Jésus. Seulement par la tolérance et la patience de Jésus pouvaient-ils recevoir le pardon et jouir de l’abondance de la grâce accordée par Jésus – comme Jésus avait dit : « Je suis venu non pour racheter les justes mais les pécheurs, et pour permettre que leurs péchés soient pardonnés ». Si Jésus S’était incarné avec le tempérament du jugement, de la malédiction et l’intolérance des offenses de l’homme, alors l’homme n’aurait jamais eu la chance d’être racheté, et serait resté pour toujours pécheur ; et donc le plan de gestion de six mille ans n’aurait pas progressé plus loin que l’ère de la Loi. L’ère de la Loi aurait duré six mille ans, les péchés de l’homme auraient été plus nombreux et plus graves, et la création de l’humanité n’aurait servi à rien. Les hommes auraient seulement pu servir l’Éternel en vertu de la loi, mais leurs péchés auraient dépassé ceux des premiers humains créés. Plus Jésus aimait les hommes, leur pardonnant leurs péchés et leur donnant assez de miséricorde et de bonté, plus l’humanité pouvait être sauvée, appelée les agneaux perdus et rachetés par Jésus à un prix élevé. Satan ne pouvait pas se mêler de cette œuvre, parce que Jésus traitait Ses disciples comme une mère aimante traite l’enfant dans ses bras. Il ne Se fâchait pas contre eux ni les méprisait, mais Il était plein de consolation ; Il n’était jamais furieux quand Il Se trouvait parmi eux, mais tolérait leurs péchés et fermait les yeux sur leur folie et leur ignorance, de sorte qu’Il disait : « Pardonne les autres soixante-dix fois sept fois. » Son cœur a donc réformé le cœur des autres et ainsi les gens recevaient le pardon par Sa patience.

Extrait de « La vérité sur l’œuvre à l’ère de la Rédemption », La Parole apparaît dans la chair

Cette étape est faite pour révéler les iniquités au sein de l’homme par le châtiment, le jugement, la correction verbale, ainsi que par la discipline et la révélation des paroles, de sorte qu’ils puissent ensuite être sauvés. Ce travail est plus en profondeur que la rédemption. Dans l’ère de la Grâce, l’homme a suffisamment tiré profit de la grâce et a déjà expérimenté cette grâce, et donc, ce temps de profit de la grâce est terminé. Ce travail est maintenant dépassé et ne doit plus être fait. Maintenant, l’homme est sauvé par le jugement de la parole. Après que l’homme est jugé, châtié et raffiné, son tempérament se trouve modifié. N’est-ce pas à cause des paroles que J’ai dites ? Chaque étape de travail est faite en conformité avec le progrès de l’humanité tout entière et avec l’ère. Tout le travail a une signification ; il est fait pour le salut final, afin que l’humanité ait une bonne destination, et pour que les hommes soient divisés en fonction de leur genre à la fin.

Le travail des derniers jours est de prononcer des paroles. Les paroles peuvent effectuer de grands changements dans l’homme. Les changements effectués maintenant dans ces gens quand ils reçoivent ces paroles sont beaucoup plus grands que ceux des gens à l’ère de la Grâce quand ils voyaient les signes et les prodiges, car, à l’ère de la Grâce, les démons étaient chassés des hommes par l’imposition des mains et la prière, mais le tempérament corrompu des hommes demeurait. Les hommes étaient guéris de leurs maladies et leurs péchés étaient pardonnés, mais le travail sur la manière de chasser les tempéraments sataniques corrompus en eux n’était pas fait. Les hommes étaient sauvés et leurs péchés étaient pardonnés seulement à cause de leur foi, mais la nature pécheresse des hommes n’était pas supprimée et demeurait en lui. Les péchés des hommes étaient pardonnés par Dieu incarné, mais cela ne signifie pas que les hommes n’avaient plus de péchés en eux. Les péchés de l’homme pouvaient être pardonnés par le sacrifice d’expiation, mais l’homme était incapable de résoudre le problème de comment ne plus pécher, de rejeter à jamais sa nature pécheresse et d’être transformé. Cela lui posait toujours problème. Les péchés des hommes ont été pardonnés à cause du travail de la crucifixion de Dieu, mais les hommes ont continué à vivre selon leur vieux tempérament satanique corrompu. Donc, les hommes doivent être complètement sauvés du tempérament satanique corrompu afin que la nature pécheresse des hommes soit complètement supprimée et qu’elle ne croisse plus jamais, permettant ainsi au tempérament des hommes de changer. Cela exige que les hommes comprennent le chemin de la croissance dans la vie, la voie de la vie et la façon de changer leur tempérament. Cela exige aussi que les hommes agissent conformément à cette voie afin que le tempérament des hommes puisse changer progressivement, que les hommes puissent vivre sous l’éclat de la lumière, qu’ils puissent faire toutes choses en accord avec la volonté de Dieu, qu’ils rejettent le tempérament satanique corrompu, se dégagent de l’influence des ténèbres de Satan et ainsi se libèrent pleinement du péché. Alors seulement le salut des hommes sera complet. Quand Jésus faisait Son travail, les hommes Le connaissaient encore de manière vague et imprécise. Les hommes ont toujours cru qu’Il était le fils de David et ont proclamé qu’Il était un grand prophète et le Seigneur bienveillant qui rachetait les hommes de leur péché. Certains, à cause de leur foi, ont été guéris simplement en touchant le bord de Son vêtement ; les aveugles ont retrouvé la vue et même les morts sont revenus à la vie. Cependant, les hommes ne pouvaient pas découvrir le tempérament satanique corrompu profondément enraciné en eux ni ne savaient comment le chasser. Les hommes ont reçu de nombreuses grâces comme la paix et le bonheur de la chair, la bénédiction de toute la famille à cause de la foi d’un seul, la guérison des maladies, et ainsi de suite. Le reste relevait des bonnes actions des hommes et de leur apparence pieuse ; si cela donnait la vie aux hommes, alors ils étaient considérés comme de bons croyants. Seuls de tels croyants pouvaient entrer au ciel après la mort, ce qui signifie qu’ils étaient sauvés. Mais, durant leur vie, ils ne comprenaient pas du tout la voie de la vie. Ils commettaient des péchés, tout simplement, puis les confessaient, répétant le cycle sans une manière de changer leur tempérament ; telle était la condition des hommes à l’ère de la Grâce. Les hommes ont-ils été complètement sauvés ? Non ! Par conséquent, après que cette étape est terminée, reste le travail de jugement et de châtiment. Cette étape purifie les hommes par la parole pour donner à l’homme un chemin à suivre. Cette étape ne serait pas fructueuse ou signifiante si elle continuait l’expulsion des démons, car la nature pécheresse des hommes ne serait pas supprimée et les hommes se limiteraient au pardon des péchés. Par le sacrifice d’expiation, les péchés des hommes ont été pardonnés, car le travail de la crucifixion a déjà pris fin et Dieu l’a emporté sur Satan. Mais le tempérament corrompu des hommes demeure en eux et les hommes peuvent encore pécher et résister à Dieu ; Dieu n’a pas acquis l’humanité. Voilà pourquoi dans cette étape de travail Dieu utilise la parole pour dévoiler le tempérament corrompu des hommes et exige des hommes qu’ils pratiquent en conformité avec le droit chemin. Cette étape est plus signifiante que la précédente et plus fructueuse aussi, car c’est maintenant la parole qui approvisionne directement la vie des hommes et qui permet au tempérament des hommes d’être complètement renouvelé ; c’est une étape de travail plus complète. Par conséquent, l’incarnation des derniers jours a achevé la signification de l’incarnation de Dieu et a terminé le plan de gestion de Dieu de sauver l’humanité.

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (4)  », La Parole apparaît dans la chair

Dans l’œuvre de salut de l’homme, trois étapes ont été réalisées, ce qui veut dire que le combat contre Satan a été divisé en trois étapes avant la défaite totale de Satan. Pourtant, la vérité intérieure de tout le travail de combat contre Satan c’est que ses objectifs sont atteints en donnant la grâce à l’homme, et en devenant l’offrande expiatoire, en pardonnant les péchés de l’homme, en conquérant l’homme et en perfectionnant l’homme. En fait, le combat contre Satan n’est pas la prise d’armes contre Satan, mais le salut de l’homme, la transformation de la vie de l’homme, et le changement du tempérament de l’homme afin qu’il puisse rendre témoignage à Dieu. C’est de cette façon que Satan est vaincu. Satan est vaincu en changeant le tempérament corrompu de l’homme. Quand Satan est vaincu, c’est-à-dire, quand l’homme est complètement sauvé, alors le Satan humilié sera complètement anéanti, et de cette façon, l’homme aura été complètement sauvé. Et ainsi, la substance du salut de l’homme est le combat contre Satan, et la guerre contre Satan est principalement reflétée dans le salut de l’homme. L’étape des derniers jours, dans laquelle l’homme doit être conquis, est la dernière étape dans le combat contre Satan, et aussi l’œuvre du salut complet de l’homme du domaine de Satan. Le sens profond de la conquête de l’homme est le retour de l’incarnation de Satan, l’homme qui a été corrompu par Satan, au Créateur suite à sa conquête, à travers laquelle il abandonnera Satan et reviendra complètement à Dieu. De cette façon, l’homme aura été complètement sauvé. Ainsi, le travail de conquête est la dernière œuvre dans le combat contre Satan, et la dernière étape dans le planning de Dieu consistant à vaincre Satan. Sans ce travail, le salut total de l’homme serait finalement impossible, la défaite totale de Satan serait également impossible, et l’humanité ne serait jamais à même d’accéder à la merveilleuse destination, ou de se libérer de l’influence de Satan. Par conséquent, l’œuvre du salut de l’homme ne peut pas être achevée avant que le combat contre Satan ne soit achevé, car l’essentiel de l'œuvre de gestion de Dieu vise le salut de l’humanité. Au tout début, l’humanité était entre les mains de Dieu, mais à cause de la tentation et de la corruption de Satan, l’homme s’est donné corps et âme à Satan et est tombé entre les mains du malin. Ainsi, Satan est devenu l’objet à éliminer dans le travail de gestion de Dieu. Parce que Satan a possédé l’homme, et parce que l’homme est le capital de toute la gestion de Dieu, si l’homme doit être sauvé, alors il doit être arraché des mains de Satan, ce qui veut dire que l’homme doit être récupéré après avoir été captif de Satan. Satan est vaincu à travers des changements opérés sur l’ancien tempérament de l’homme qui restaurent son sens originel, et de cette façon, l’homme, qui a été emmené captif, peut être arraché des mains de Satan. Si l’homme est libéré de l’influence et de la servitude de Satan, Satan sera humilié, l’homme sera finalement récupéré, et Satan sera vaincu. Et parce que l’homme a été libéré de la lugubre influence de Satan, l’homme deviendra le butin de tout ce combat, et Satan deviendra celui qu’il faudra punir une fois que ce combat sera terminé, après quoi la totalité de l’œuvre de salut de l’humanité aura été accomplie.

Extrait de « Restaurer la vie normale de l’homme et l’emmener vers une merveilleuse destination », La Parole apparaît dans la chair