Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Récits des entretiens du Christ

Contenu

Chapitre 61 L’importance et le chemin de la poursuite de la vérité

Nous avons déjà partagé un certain nombre de choses sur le thème de la vérité pendant l’échange. Nous les avons abordées sous différents aspects, et à présent vous avez reconnu que la vérité est importante pour tout un chacun. Après tant d’échanges, n’avez-vous pas le sentiment que la vérité est ce qui est le plus important, et que si vous croyez en Dieu sans poursuivre la vérité, rien ne sera gagné ? Quel genre de réponse avez-vous eue dans votre cœur ? Dès maintenant, certains sont probablement prêts et affichent leur détermination en disant : « À partir de maintenant, je vais vraiment poursuivre la vérité et déployer des efforts considérables dans la parole de Dieu, m’efforcer de mieux comprendre la vérité et de mieux la mettre en pratique. » Est-ce que ce genre de mentalité est juste ou non ? Bien sûr qu’il l’est. Puisque nous avons partagé tant d’échanges , si vous n’aviez eu aucune réponse, cela ne serait-il pas normal ? L’échange ne serait-il pas seulement vain ? La vérité est de la plus haute importance pour toute personne, toute personne qui poursuit la vérité et en est assoiffée. On pourrait dire que c’est la chose la plus importante qui soit pour tous ceux qui croient vraiment en Dieu. C’est plus important que notre nourriture, nos vêtements, notre sommeil — c’est plus important que n’importe laquelle des choses dans notre vie. Avez-vous reconnu cette importance ? Vous avez certainement un peu ce sentiment, cette reconnaissance dans votre cœur, et vous diriez : « Même si je ne mange pas, ne dors pas ou ne fais rien d’autre, je dois poursuivre la vérité. La poursuite de la vérité est l’affaire la plus importante de ma vie. Vous pourriez dire qu’il s’agit de l’appel le plus important pourtoute personne. » Après avoir écouté tant d’échanges, il est probable que chacun d’entre vous ait ce fondement dans son cœur, et que vous portiez cette reconnaissance et ce sentiment ainsi que cette prise de conscience. Ce genre de reconnaissance et de sentiment est juste, il est exact. Cela prouve que ces points sur lesquels nous avons échangé, ainsi que ce que nous avons compris correspondent parfaitement avec les paroles de Dieu, avec ce qu’Il veut faire en nous, et avec Sa volonté.

Ainsi, quelle est l’attitude des hommes pendant les premiers jours où ils croient en Dieu ? Quelle est leur attitude à l’égard de la vérité ? Ils n’y prêtent tout simplement aucune attention, car la vérité leur est étrangère. Ils ne comprennent absolument pas ce qu’elle est, et ils comprennent encore moins où elle se situe, pourquoi ils devraient la poursuivre, pourquoi ils devraient la recevoir et la mettre en pratique, et pourquoi Dieu a tant de choses à exprimer à propos de la vérité. Ces questions ne sont-elles pas toutes étrangères à chacun de nous ? Nous n’avons jamais considéré ni rencontré ces questions. Dieu accomplit actuellement une nouvelle phase de Son œuvre et Il a exprimé plusieurs de Ses paroles, et chaque croyant en Dieu parmi nous a effleuré et rencontré toutes sortes de choses en lien avec la vérité sur son chemin de poursuite de la foi en Dieu. Ainsi, nous devons commencer à comprendre la vérité et nous devons commencer à entrer en contact avec elle. À partir du moment où les hommes naissent, grandissent, puis commencent à travailler, se marient puis lancent leur entreprise, l’environnement dans lequel ils vivent et les milieux qu’ils rencontrent ne sont pas concernés par la vérité, et ils sont encore moins porteurs de la vérité. Cela concerne les personnes, les évènements et les situations que les gens rencontrent, ainsi que tous les évènements qui arrivent aux personnes — aucun de ceux-là n’a de rapport à la vérité et pas un seul d’entre eux ne peut être considéré par les gens comme faisant partie de la vérité. Donc, la vérité est vraiment étrangère à chacun. C’est précisément parce qu’aucun d’entre nous ne porte la vérité que nous devons à présent commencer à faire face à la vérité et à la poursuivre — cela est essentiel. Si tu n’as pas encore reconnu que puisque tu crois en Dieu, tu dois absolument rechercher la vérité et que seule la vérité peut te changer et te rendre parfait, te permettre d’être sauvé et de venir réellement devant Dieu ; si tu ne reconnais pas cela, alors la vérité ne t’intéresse pas et tu ne réussiras pas à la poursuivre. Certains disent : « Dans ma croyance en Dieu, je ne traîne pas les pieds dans ma vie en Église , en accomplissant mon devoir, en répandant l’évangile, en lisant la parole de Dieu, ou dans ma vie spirituelle. Cela suffit — quelle vérité ai-je besoin de poursuivre ? Je ne commets généralement pas de péché ni ne résiste à Dieu ; je ne suis pas un antéchrist et me tiens à l’écart des méchants. Je n’ai pas besoin de poursuivre la vérité. J’ai seulement besoin de choses simples et cadrées pour me guider, m’aider, et tout ira bien. Je n’ai pas besoin d’approfondir autant ma poursuite de la vérité. » Cette perspective est-elle bonne ou mauvaise ? (Elle est mauvaise.) En quoi est-elle mauvaise ? (Parce que c’est seulement en gagnant la vérité que l’on peut tout gagner, être sauvé par Dieu et être béni par Lui.) À présent, certaines personnes ont une vague conscience de cela dans leur cœur. Elles ont réalisé à quel point la vérité est importante pour le salut de l’humanité. Cependant, cette prise de conscience peut-elle s’enraciner ? Cela dépend de la façon dont tu poursuivras la vérité à l’avenir. C’est une bonne chose que tu aies cette prise de conscience maintenant, que tu aies reconnu que poursuivre la vérité est très important. Par exemple, lorsque tu es négatif, que tu es faible, si tu n’as pas la vérité pour te soutenir, peux-tu devenir fort ? Peux-tu surmonter ta faiblesse ? Peux-tu reconnaître et disséquer la raison de ta faiblesse et de ton attitude négative ? (Non.) Certainement pas ! Par exemple, lorsque tu accomplis ton devoir tant bien que mal, es-tu capable de corriger tel aspect de ta corruption, et le peux-tu si tu ne cherches pas la vérité ? Peux-tu être fidèle à Dieu ? Tu ne le peux pas, n’est-ce pas ? Si les hommes veulent se comprendre eux-mêmes et corriger leurs propres corruption et arrogance, peuvent-ils parvenir à une solution s’ils ne cherchent pas la vérité ? Ils ne le peuvent pas. Les hommes ont toujours des notions à propos de Dieu et ils Le cernent en se servant de leurs notions et de leur imagination. Est-il possible de corriger cela sans la vérité ? Cela ne peut pas être corrigé de cette manière. Ainsi, face à de nombreuses situations, y compris des situations dans notre vie, si nous ne sommes pas équipés de la vérité et ne cherchons pas la vérité, et d’autant plus si nous ne comprenons pas la vérité et ne connaissons pas la vérité ou la volonté de Dieu exprimées à cet égard, comment allons-nous faire face aux situations autour de nous ? Une personne légèrement meilleure pourra se fier à des mots qu’elle comprend bien en temps normal ou à des règles ou à des méthodes humaines qu’elle a apprises pour résoudre ce problème. Cela peut-il remplacer l’utilisation de la vérité pour résoudre des problèmes ? Impossible, n’est-ce pas ? Si nous ne cherchons pas la vérité, on pourrait dire que dans chacune des situations de notre vie, nous ne suivrons aucun principe, aucun chemin, et surtout aucun but ou aucune direction. Si tel est le cas, chaque chose que nous ferons dans notre vie se fera en résistant à Dieu et ce sera Le trahir. Quand nous serons dans la résistance et la trahison à l’égard de Dieu, à quoi ressembleront toutes les choses que nous ferons ? Ne seront-elles pas maudites par Dieu ? Dieu n’en sera-t-Il pas dégoûté ? Ne seront-elles pas jugées et châtiées par Dieu ? Il est donc possible qu’avant de comprendre réellement la vérité, chacun doive être confronté à un certain jugement, à un châtiment, à une réprimande et à une discipline. Tout cela existe afin de permettre aux hommes de gagner la vérité.

Depuis que vous croyez en Dieu, n’avez-vous pas souvent expérimenté des choses qui vous ont laissés déroutés et désemparés ? Vous avez perçu que vous ne pourriez pas comprendre la volonté de Dieu, vous ne saviez pas quoi faire et, peu importe comment vous vous creusiez la tête, vous ne pouviez rien faire ? Et quand vous avez voulu solliciter l’échange, vous ne saviez pas de quel sujet il s’agissait, et vous vouliez trouver les réponses dans la parole de Dieu, mais vous cherchiez au hasard, sans aucun but ? N’était-ce pas souvent le cas ? Cela est une illustration du manqué de vérité que les nouveaux croyants affichent dans toutes sortes de situations — ils sont souvent ainsi. Ainsi, lorsqu’on les rassemble et que l’on demande à certains d’apporter des questions, ils présentent des sujets et des questions sans rapport avec la vérité. Cela montre que dans leur vie, les hommes n’ont absolument aucune vérité à mettre en pratique, ils n’ont aucune vérité à rechercher, et ils ne peuvent particulièrement pas se servir de la vérité en tant que principe de vie et objectif de pratique. N’est-ce pas une difficulté que tout le monde expérimente ? Si, dans un certain aspect, dans une certaine affaire que tu étais en train de mettre en pratique, tu maîtrisais déjà les principes de la vérité et comprenais l’essence de la vérité, te sentirais-tu encore dérouté ? (Non.) Certainement pas ! Même si tu te sentais un peu confus, cela s’expliquait par le fait que ta compréhension de la vérité était trop superficielle ou que tu n’en avais pas une grande expérience , et tu avais senti que tu ne pouvais pas comprendre la volonté de Dieu ; ta corruption n’a pas été corrigée et tu souffres. N’est-ce pas vrai ? De quoi êtes-vous confus, à présent ? Quelle est actuellement votre plus grande difficulté en lien avec la vérité ? N’est-ce pas cette peur qu’une question concernant la vérité soit soulevée, qu’un sujet lié à la vérité soit abordé pendant l’échange, et que vous parliez de doctrines et de proverbes, mais pas de la réalité ? Et n’avez-vous pas encore plus peur de devenir confus à cause des situations auxquelles vous faites face ? (Oui.) C’est parce que notre cœur est entièrement dénué de vérité. Si nous possédions la vérité, cela ne nous donnerait pas tant de maux de tête. Alors, certaines personnes mettent ce principe en pratique : dès qu’elles rencontrent une situation, elles se précipitent dans les paroles de Dieu en quête d’un passage. Elles ne le comprennent pas tout à fait, mais elles s’en tiennent à comprendre le sens littéral et à respecter les règles, puis c’en est fini. Elles pensent que c’est suffisant, elles prient, puis se sentent en paix et à l’aise. Elles demandent à leurs frères et sœurs et aucun d’entre eux n’a de meilleures idées à ce sujet, alors elles pensent : « Très bien, je vais la pratiquer de cette façon. Cela devrait certainement suffire. » Ce n’est pas non plus la bonne méthode. C’est vraiment loin de la norme de la vérité et de l’essence de la vérité. C’est trop loin de la volonté de Dieu, et ce n’est pas le principe de la pratique de la vérité.

Si tu souhaites mettre la vérité en pratique et la comprendre, tu dois d’abord comprendre l’essence des difficultés que tu traverses toi-même et les évènements qui se produisent autour de toi, quel est le problème et à quel aspect de la vérité il est relié. C’est cela que tu dois rechercher. Puis, cherche la vérité à partir des difficultés qui sont réellement les tiennes. De cette façon, tu expérimenteras progressivement cela et tu pourras voir la main de Dieu, ce qu’Il veut faire, et les résultats qu’Il veut obtenir en toi dans tout ce qui se passe autour de toi. Si tu as l’impression qu’aucun évènement se produisant autour de toi n’est en lien avec ta croyance en Dieu ou la vérité, et que tu penses : « J’y arriverai ; je n’ai pas besoin de la vérité ou de la parole de Dieu. Lorsqu’il y aura une réunion ou que je lirai la parole de Dieu, ou lorsque j’accomplirai mon devoir, je vais tout comparer à la vérité et à la parole de Dieu » ; si tu as l’impression que les choses qui se produisent habituellement dans ta vie — les situations familiales, le travail, le mariage et les projets d’avenir, tous ces évènements qui se produisent autour de toi — n’ont aucun lien avec la vérité et que tu mets des moyens humains en œuvre pour les résoudre ; si tu expérimentes les choses de cette façon, alors tu ne gagneras jamais la vérité et tu ne comprendras jamais ce que Dieu veut réellement accomplir en toi et gagner en toi. La poursuite de la vérité est un processus de longue haleine. C’est simple d’un côté et complexe de l’autre. Ce qui est simple consiste à d’abord regarder, une par une, toutes les situations qui se produisent autour de nous, alors tu percevras de plus en plus combien tu devrais gagner la vérité et la chercher dans ta croyance en Dieu, et à quel point elle est présente dans chacun de ses aspects. Cela ne signifie pas que seuls ceux qui accomplissent leur devoir, servent Dieu ou agissent en tant que dirigeants doivent pratiquer selon la vérité en toutes choses, et que les fidèles subalternes n’ont pas besoin de le faire. Ce n’est pas le cas. Si tel était le cas, tout ce que Dieu a dit et toutes les paroles qu’Il a exprimées seraient inutiles. Elles auraient peu de sens.

Actuellement, suivez-vous un chemin dans votre poursuite de la vérité ? Avez-vous un indice ? Que devez-vous corriger en premier ? Tout d’abord, vous devez manger et boire davantage la parole de Dieu, vous devez écouter davantage, vous devez chercher davantage. Vous devez manger jusqu’à ce que vous soyez rassasiés, boire jusqu’à ce que vous soyez désaltérés, jusqu’à ce que vous progressiez rapidement et que vous ayez de la stature, et alors vous serez capables de faire certaines choses, vous pourrez résister à certaines épreuves et tentations. À ce moment-là, vous sentirez que vous avez vraiment gagné et compris une partie de la vérité et vous sentirez que les paroles de Dieu sont vraiment ce dont l’humanité a besoin, ce que l’humanité devrait obtenir et que cette vérité est réellement vivifiante et sans égal dans le monde. En ce moment, vous n’avez pas d’expérience ; vous avez seulement que vous avez un peu un cœur de désir , vous sentez que la parole de Dieu est profonde et que Ses paroles contiennent trop de choses qui sont hors de notre portée et que nous ne comprenons pas. Vous n’avez que ce cœur ardent, cette aspiration, mais quant à savoir si vous pouvez ou non gagner la vérité, cela dépend de la façon dont vous la mettrez en pratique et la poursuivrez à l’avenir.

Si Dieu n’a exprimé que quelques simples vérités dans la dernière phase de Son œuvre, aucune qui était trop profonde ; s’Il n’a pas prononcé autant de vérités, encore moins parlé de juger et d’exposer les gens ou énoncé quoi que ce soit de profond ; s’Il n’en a exprimé qu’une petite partie, en fonction de ce que les gens étaient capables d’accepter et de comprendre intellectuellement ; s’Il n’a prononcé que quelques mots à propos de bénédictions, de choses inoffensives, l’humanité pouvait-elle être sauvée à la fin ? Je vais vous donner un exemple. Supposez que Dieu ait dit : « Vous êtes tous profondément corrompus — aucun d’entre vous ne porte la vérité et aucun d’entre vous ne M’est dévoué. Votre essence et votre nature ont déjà changé pour devenir un Satan vivant. Vous M’êtes hostiles et vous n’aimez pas la vérité », puis qu’Il ait dit aux hommes : « Essayez de comprendre ! » Juste après cela, suppose qu’Il ait dit qu’Il bénit ceux qui aiment la vérité, et que ceux qui Lui sont dévoués sont capables de satisfaire Sa volonté et qu’ils sont capables de suivre le chemin jusqu’au bout ; suppose qu’Il ait dit qu’Il bénit un certain type de personne et qu’Il permet à un certain type de personne de gagner ce qu’Il a promis. Si Dieu ne disait que ces choses, disait cela tout simplement à tout le monde, nos cœurs seraient-ils touchés ? Aurions-nous la volonté de faire l’effort d’être meilleurs ? Que ressentiraient les gens ? « Nous connaissons essentiellement ces choses que Dieu a dites. Ce sont juste ces choses. Nous ne sommes pas si corrompus — juste assez bons ! C’est juste que nous sommes un peu dégénérés moralement, de l’extérieur, la qualité de notre humanité prête un peu à désirer, ou bien certaines de nos habitudes de vie sont quelque peu mondaines — nous avons été corrompus par Satan, mais nous ne sommes pas si résistants à Dieu. Si nous utilisions quelques petites stratégies ou y mettions un peu plus d’efforts, nous serions capables de satisfaire la volonté de Dieu. C’est très simple et nous pouvons y parvenir facilement. » Les hommes ne prendraient pas la poursuite de la vérité au sérieux, et ils ne feraient pas d’efforts ni ne refuseraient de souffrir pour cela. Alors, que croiraient-ils ? Que croire en Dieu est simple, que c’est facile et que la poursuite de la vérité est facile et de l’ordre de la détente. Est-ce vraiment comme cela ? Ce n’est pas ça ! Tout ce que Dieu dit, chaque point et chaque type de vérité qu’Il exprime ont une utilité pratique pour chacun d’entre nous. Ils ont tous leur côté pratique, leur côté authentique. Peu importe que les hommes d’aujourd’hui soient capables de le voir, de l’expérimenter ou de le ressentir, ou non, cela existe vraiment. Une fois que vous aurez atteint trois à cinq années d’expérience, vous ressentirez l’authenticité des choses que Dieu dit aujourd’hui et que ces paroles que Dieu a exprimées sont vraiment merveilleuses. Si Dieu nous dorlotait encore comme à l’ère de la Grâce en disant que nous sommes de petits agneaux en Son sein, que nous sommes la brebis égarée et qu’Il laisserait les quatre-vingt-dix-neuf autres pour aller chercher celle qui est perdue, alors nous penserions : « C’est moi — combien Il m’aime ! La miséricorde et l’amour de Dieu sont vraiment grands. Son amour pour nous est tellement profond ! » Si les hommes croyaient toujours que Dieu était ainsi, s’ils Le voyaient toujours ainsi, ils ne Le rechercheraient pas réellement ou ne viendraient pas à Lui pour Le vénérer. Ils conserveraient toujours leur attitude d’origine envers Dieu, qui était celle de Satan, celle du diable. Ils garderaient toujours une attitude cavalière envers Dieu et à l’égard de la vérité. Si tel était le cas, les hommes ne comprendraient jamais ce qu’est la vérité ou ce que croire en Dieu ou Le suivre signifie vraiment, ou encore ce que rechercher et gagner la vérité signifie. C’est vrai.

Si Dieu n’exprimait ces choses, et s’Il ne châtiait ni ne jugeait chaque homme ou n’employait pas ces mots durs pour tout le monde, alors que croirions-nous ? Nous penserions que nous croyons en Dieu, ayant atteint l’accomplissement, n’ayant qu’à attendre l’enlèvement et d’entrer dans le royaume et de régner comme des rois. Certains sont déjà prêts et disent : « Quelqu’un comme moi pourrait au moins être celui qui surveille la porte du royaume. » D’autres disent : « Tel que je suis, je n’en demande pas trop. Ce serait bien si je balayais les rues du royaume. » Ou encore : « Quelqu’un comme moi devrait être un capitaine de plusieurs centaines. » Ce sont les intentions originelles de chacun de nous croyants depuis le début, ainsi que les idéaux et les vœux de tous ceux qui croient en Dieu. Donc, après avoir dit tout cela, Il a entièrement révélé les idées et l’imagination de l’humanité ainsi que leurs pensées et leurs désirs extravagants. Rien dans la pensée des hommes n’est compatible avec Dieu. Rien dans les aspirations des hommes et dans ce qu’ils veulent accomplir n’est compatible avec la vérité. Ils sont totalement incompatibles avec la vérité. N’est-ce pas comme cela ? Lorsque nous croyons en Dieu, nous sommes confrontés à Son jugement, à Son châtiment et à Ses paroles qui ne sont pas conformes à nos propres notions. Nous sommes également confrontés à l’œuvre de Dieu et à des modes qui ne sont pas en accord avec nos notions et notre imagination. Ainsi, beaucoup ont accepté cette phase de Son œuvre, mais ne sont pas disposés à faire réellement face à l’œuvre de Dieu et à ce qu’Il exige de l’humanité. Lorsque la poursuite de la vérité est mentionnée, nombreux sont ceux qui soudain n’ont plus de verve et s’endorment. Dès qu’on évoque la poursuite de la vérité ou un échange à propos de la vérité, ils s’assoupissent — il leur manque le désir et l’énergie d’écouter. Mais dès que des bénédictions, des promesses et des mystères surgissent, soudain, ils sont à nouveau plein d’énergie. Pourquoi cela ? C’est parce qu’au fond du cœur de l’homme, ils n’aiment pas la vérité. Ils sont mécontents du fait que la poursuite de la vérité est trop contraignante et qu’elle est pleine de futilités ; c’est ennuyeux, cela demande trop de réflexion et de souffrance, et de payer un prix trop élevé. S’il était aussi simple de poursuivre la vérité que de lire un manuel de langues du niveau primaire ou un livre de comptines enfantines, probablement des gens s’y intéresseraient parce que c’est simple, facile, et qu’il n’est pas nécessaire de payer très cher ou de dépenser trop. Mais dans l’état actuel des choses, c’est exactement le contraire. Poursuivre la vérité n’est pas chose facile ni simple. Certains prennent beaucoup de notes, mais lorsqu’ils rentrent chez eux et y regardent de plus près, ils pensent : « C’est trop compliqué. Ce serait vraiment ennuyeux de résumer ces points un par un ; cela représente beaucoup de travail. Pour l’instant, je vais mettre cela de côté et j’y reviendrai après m’être reposé. » Quand ils se réveillent, ils réfléchissent : « De toute façon, qu’est-ce que la vérité ? Pourquoi devrais-je poursuivre la vérité ? Quel est le sens de poursuivre la vérité ? ». Ils y pensent et y repensent : « Cela ne semble avoir aucun sens ». Cela a déjà changé durant le temps de leur sommeil. Certaines personnes discutent un peu avec les non-croyants ou passent une journée avec eux et, lorsqu’elles rentrent à la maison et prient Dieu, Dieu a disparu de leurs cœurs. Poursuivre la vérité, un changement dans le tempérament, être sauvé par Dieu — tout cela est terminé ! La stature de ces personnes est trop petite. Cela prouve entièrement que les gens n’ont pas la vérité et qu’ils n’ont pas Dieu dans leur cœur. Sans Dieu dans leur cœur, il est impossible pour les hommes d’avoir la vérité. Sans la vérité dans leur cœur, sans comprendre l’essence de la vérité, sans jamais l’avoir expérimentée, ils ne comprendront jamais la vérité et il est impossible qu’ils aient Dieu dans leur cœur.

Certains disent : « Pourquoi suis-je contraint après avoir été retenu par quelque chose d’insignifiant ? Pourquoi n’ai-je plus le désir de croire ? Comment se fait-il que lorsque quelque chose de particulier m’arrive ou qu’il y a une sorte de problème, une difficulté, je sens que je n’ai plus d’énergie dans ma croyance en Dieu ? Pourquoi est-ce que parfois je ne me sens pas intéressé par les réunions ? Pourquoi la lecture de la parole de Dieu ne m’attire-t-elle pas ? Pourquoi est-ce que dès que quelqu’un parle de questions à propos de non-croyants, je me sens soudain plein d’énergie ? Que se passe-t-il ? » Que répondriez-vous ? (L’homme n’aime pas la vérité.) Nous pouvons constater que, en raison de sa nature et son essence, l’être humain n’aime pas la vérité. Ainsi, si l’homme n’aime pas la vérité, croit-il vraiment en Dieu dans son cœur ? Peut-il y avoir une place pour Dieu dans Son cœur ? Dieu est-Il dans son cœur ? Non — c’est certain. Si ton cœur ne contient pas Dieu et n’a pas de place pour Dieu, cela montre que ton cœur ne porte pas la vérité, tu ne comprends aucune vérité et tu ne mets aucune vérité en pratique. Donc, dès que l’on évoque le fait de mettre la vérité en pratique ou de méditer sur la parole de Dieu, les hommes perdent leur vigueur et il n’y a rien qu’ils puissent faire. Si quelqu’un leur racontait qu’ils pourraient gagner de l’argent, qu’ils auraient là un bon moyen de gagner beaucoup d’argent et qu’ils pourraient gagner cent mille ou quatre-vingt mille en un mois, ils proposeraient n’importe quelle solution pour surmonter chacune des difficultés. Ils n’auraient pas peur d’échouer et ils tenteraient à nouveau après avoir échoué. Pourquoi cela ? Parce que cet avantage personnel les attire et leur fait vibrer le cœur. Leur cœur a été occupé par leurs intérêts personnels — ils occupent la première place. Les avantages personnels et l’argent sont extrêmement importants à leurs yeux, alors ils feront tout sous le soleil et se creuseront les méninges pour trouver n’importe quel moyen possible de réaliser leurs désirs, leurs objectifs. Ils vont même payer n’importe quel prix. Ainsi, si tu traites la poursuite de la vérité comme la plus grande affaire de ta vie, Je crois que tu trouveras toujours un chemin. Le temps ne te manquera pas et, en particulier, tu ne rencontreras aucune des nombreuses difficultés qui pourraient t’empêcher de pratiquer et de chercher la vérité. Avez-vous pris cette résolution ? Avez-vous ce dynamisme ? Les parents feront tout pour satisfaire leurs enfants, alors s’ils disent à leurs parents qu’ils veulent aller à l’université, ce qui nécessite beaucoup d’argent, mais que leurs parents n’en ont pas suffisamment, que feront-ils ? Ils iront là où ils peuvent emprunter de l’argent, rassembler la somme d’une manière ou d’une autre, puis trouver un moyen d’obtenir suffisamment d’argent pour que leurs enfants puissent aller à l’université. S’ils ne sont pas en mesure d’emprunter de l’argent, certains trouveront leur propre solution — ils monteront une petite entreprise ou trouveront un emploi. Peu importe ce qu’ils auront à souffrir, ils trouveront un moyen d’obtenir suffisamment d’argent pour répondre aux besoins de leurs enfants, afin que ces derniers puissent aller à l’université, afin qu’ils puissent devenir des personnes cultivées et s’assurer un bel avenir. Si vous avez vraiment la volonté de poursuivre la vérité, je pense qu’aucune difficulté susceptible d’arrêter n’importe lequel d’entre vous ne devrait survenir, à moins que tu sois atteint de troubles cognitifs, d’une sorte de trouble neurologique inné ou que tu aies des problèmes pour élaborer ta réflexion, que tu ne sois pas très brillant ou que tu sois un idiot. À moins d’avoir ce genre de déficience innée, tu devrais être en mesure de parvenir à ce que les gens normaux sont capables de réaliser par leur réflexion, et aucune difficulté ne devrait être trop importante. Car nous ne pouvons gagner la poursuite de la vérité à travers des moyens humains, alors qu’est-ce que c’est ? Nous ne faisons que coopérer. Le Saint-Esprit nous aidera et nous guidera, pourvoira et nous éclairera en tout temps. Tant que nous aurons la volonté et le cœur à poursuivre, Il nous permettra de surmonter toute difficulté et de comprendre ce que nous ne comprenons pas. Avec Dieu, tout ce que les humains ne peuvent réaliser est possible. Les humains ne sont rien — si Dieu ne le fait pas, peu importe les efforts ou l’énergie déployés par les hommes, ce sera inutile.

Pendant l’ère de la Grâce, les hommes croyaient aussi en Dieu et Le suivaient, mais leur but était d’aller au ciel et ils ne parlaient pas de poursuivre la vérité ni d’être sauvés. Ils respectaient simplement les règles, allaient à l’Église, lisaient la Bible, maintenaient leurs vagues espoirs, et estimaient que c’était plutôt bien, et qu’à leur mort, ils iraient au ciel. Cette phase de Son œuvre n’est pas aussi simple. Tout ce que Dieu fait est concret et exige que nous payons un prix réel et que nous le cherchions et l’expérimentions vraiment. C’est seulement ainsi que nous pouvons gagner de Dieu les paroles et la vérité qu’Il exprime. Si les hommes continuaient à croire comme à l’ère de la Grâce et se rassemblaient, allaient à l’Église, lisaient la Bible, et attendaient ensuite l’enlèvement et l’ascension au ciel, quelle arrogance — ils seraient tous en train d’attendre leur arrivée au troisième ciel. Les hommes sont comme cela : personne ne les loue et Dieu non plus. Il vient de donner aux hommes des règles et des principes à respecter, et une promesse. Ensuite, les hommes pensent qu’ils sont suffisamment bons, qu’ils devraient aller au ciel, et qu’ils devraient être enlevés. Les hommes ne reconnaissent pas qui ils sont eux-mêmes — ils ne font que se démener pour quelque chose de meilleur, quelque chose de plus élevé. Ils se surestiment. Personne ne pense qu’ils sont un objet de destruction, et ils ne croient pas particulièrement qu’ils sont de l’espèce de Satan. Ils croient tous que, puisque Dieu les a sauvés, ils doivent être suffisamment bons. Cette perspective est erronée.

Lorsque les hommes deviennent croyants et entrent dans la maison de Dieu, au début, ils sont dissidents et intolérants sur différents aspects. Ils ont une aversion pour tout le monde et pensent qu’ils sont meilleurs que tout le monde, et ils se conduisent envers Dieu même de cette façon. N’accorde pas trop d’importance au fait qu’ils ont accepté le Christ — cela n’est pas la même chose qu’être capable d’accepter Ses paroles, et ce n’est pas la même chose qu’être capable d’accepter tout ce qu’Il fait. Ils acceptent simplement cette phase de l’œuvre de Dieu et Dieu incarné que de nom, mais cela ne signifie pas qu’ils sont libres de toute notion, de toute imagination et de tout conflit relatifs à ce que Dieu accomplit. Lorsque les hommes qui viennent d’accepter voient Dieu ou même Ses paroles, ils disent que ceci ou cela n’est pas correct. Certains sont très excités, très enthousiastes et ils se sentent très honorés lorsqu’ils voient Christ. Ils sentent qu’ils ne vivent pas en vain. Mais étant donné que les hommes n’ont pas la vérité et ne connaissent pas Dieu, à quoi ressemblent-ils ? Ils ont des notions sur la façon dont Dieu parle, dont Il gère quelque chose, et même sur ce qu’Il mange ou sur ce qu’Il porte. Ils ont des notions sur Son attitude à l’égard de quelqu’un, et ils ont même des notions, des opinions ou des pensées à propos d’une expression ou d’un geste de Sa part. De quoi s’agit-il ? En fait, Dieu dans l’imagination des hommes est entièrement différent du vrai Dieu. À cela s’ajoutent les tempéraments corrompus des hommes et l’existence d’une nature arrogante. Ils ne peuvent pas se retenir. Ils ne peuvent pas s’abstenir de résister à Dieu ; ils ne peuvent pas vivre sans notions ou opinions à propos de Dieu. Mais ceux qui ont de nombreuses années d’expérience, qui ont traversé cela et en sont sortis — comment comprennent-ils et traitent-ils ces choses ? Ils peuvent reconnaître que, selon les principes de tout ce que Dieu fait, chaque mot qu’Il exprime et chaque affaire qu’Il traite portent une vérité qui peut être cherchée, et les hommes ne devraient pas avoir leurs propres notions — en particulier, ils ne devraient pas opposer de résistance ou montrer de l’antagonisme dans leur cœur. Après plusieurs années d’expérience, les hommes peuvent gérer ces choses correctement et ils portent une certaine vérité à l’intérieur d’eux-mêmes pour agir dans leur vie. Ils portent une vérité pertinente qui leur sert de principe dans leur pratique par rapport à ces aspects et ne feront plus de choses insensées. Ceux qui viennent de se convertir, qui n’ont pas d’expérience sont enclins à trébucher et à mal agir dans ces différents aspects. Ils sont également enclins à faire des choses insensées et imprudentes. Êtes-vous aussi remplis d’imagination à propos de Dieu ? Avez-vous l’impression à présent que croire en Dieu incarné est trop compliqué ? Dites-vous : « Auparavant, il était vraiment facile pour nous de croire en Dieu. Absolument personne n’était aussi sérieux envers nous et personne ne nous demandait d’en faire tant. Si nous n’allions pas aux réunions, personne ne s’en souciait, et personne ne se souciait de savoir comment nous croyions, si notre compréhension était pure ou si nous poursuivions ou non la vérité. À présent, cela pose trop de problèmes. C’est trop difficile » ? Penseriez-vous la même chose ? Si vous croyiez selon les vieilles habitudes, ce serait fini. Il vous serait impossible d’obtenir un résultat satisfaisant[a].

La foi en Dieu ne peut reposer sur l’imagination, elle ne peut reposer non plus sur des notions et surtout pas sur un intérêt. Si tu crois en Dieu selon une impulsion ou un intérêt momentanés, alors tu dois te calmer et réfléchir si oui ou non tu veux continuer et si tu souhaites vraiment poursuivre la vérité. Réfléchis si tu es vraiment une personne qui croit sincèrement en Dieu, si tu t’es déjà déterminé de suivre ce chemin et de poursuivre la vérité. Réfléchis-y bien encore un peu plus. C’est parce que le Dieu en lequel nous croyons maintenant est Dieu incarné. Dieu incarné est Dieu du ciel descendu sur la terre, Il est vraiment devenu une personne, quelqu’un de semblable en tout point à un être humain. Il est Christ, pas une simple personne. Dieu a fait très concrètement cette phase de son œuvre, et Il a prononcé de nombreuses paroles, réalisé une œuvre très importante et choisi très concrètement de nombreuses personnes. Dieu a étendu Son œuvre et Son évangile de manière concrète. Chaque partie de Son œuvre prouve que, lorsque Dieu façonne l’homme, Il exige aussi que l’humanité entre dans Ses paroles, les poursuivent et les expérimentent réellement. C’est seulement de cette façon que les gens peuvent vraiment gagner la vérité. C’est ce que Dieu veut faire. Depuis le moment où vous avez tout d’abord accepté jusqu’à présent, vous avez probablement expérimenté un nombre de choses. Peu importe si vous croyez qu’elles sont surnaturelles, ou que ces choses sont visibles à l’œil nu, ou qu’elles sont accessibles à travers la propre pensée des hommes. En somme, chaque petite chose est quelque chose que Dieu a réellement fait. Ce sont des choses qu’Il a réalisées en nous, parmi nous et autour de nous de sorte que nous pouvons les voir et les toucher. Donc, la poursuite de la vérité est une affaire concrète et c’est aussi une leçon pratique. Il ne s’agit pas de compter sur l’imagination, la pensée, nos propres notions ou notre peu de connaissance pour parvenir facilement à comprendre la vérité ou à mettre la vérité en pratique. Ce n’est pas si simple. En fait, nous devons payer un prix et vraiment expérimenter, chercher, méditer, entrer dans échanger et déployer des efforts dans notre vie. C’est seulement ainsi que nous parviendrons à avoir une entrée et peu à peu à récolter des fruits à travers les paroles de Dieu et la vérité. Le jour où tu comprendras ce qu’est la vérité et ce qu’est son essence, et où tu sauras que ces paroles prononcées par Dieu incarné sont les principes authentiques et réels de la vie ainsi que le but et le sens de la vie nécessaires pour chaque chose qui se produit dans ta vie, tu réaliseras : tout ce que Dieu fait est si signifiant ! Dieu incarné est incroyablement important et précieux pour nous. Chaque chose que Dieu dit, chaque partie, chaque phase de Son œuvre, chaque parole et chaque action, chaque geste et mouvement, Ses idées, et Ses perspectives et pensées, toutes ces choses existent pour le salut de l’humanité. Elles sont toutes là pour sauver l’homme. Aucune d’entre elle n’est vaine — elles sont réalistes et concrètes. Donc, que tu viennes de l’ère de la Grâce ou d’une vie où tu ne croyais pas en Dieu, tu dois cesser de rêver ou de te reposer sur ton imagination ; tu ne dois plus vivre plongé dans ton propre idéalisme ou tes propres fantasmes. L’œuvre actuelle de Dieu nous demande d’expérimenter et de payer un prix. C’est seulement de cette façon que nous pouvons expérimenter ce qui nous est nécessaire de gagner pour notre cœur, et c’est la seule chose qui est nécessaire dans notre vie. C’est ce que nous avons besoin de gagner en priorité dans notre croyance en Dieu. Une fois que tu l’auras gagné dans ton cœur, cela signifiera que Dieu a une place dans ton cœur. C’est ce que Dieu veut faire dans ton cœur. Lorsque tu auras compris et expérimenté la vérité, tu sauras ce qu’est la vérité, elle aura pris racine dans ton cœur et tu auras eu une réelle expérience de la vérité, alors les paroles de Dieu deviendront véritablement ta vie dans ton cœur. Ce processus est-il concret ? Il est concret !

Que devons-nous faire pour que ce processus se réalise ? Premièrement, nous devons entrer dans les paroles de Dieu, connaître ce que ces paroles de Dieu veulent accomplir en nous, connaître la portée de ces paroles en nous, et leur intention originale. Il existe deux aspects principaux. Premièrement, Dieu voudrait que nous nous connaissions nous-mêmes. Deuxièmement, Il voudrait que nous connaissions Dieu. Seulement ces deux choses. Pour te connaître toi-même, tu dois connaître ta propre essence corrompue, tes propres faiblesses, ton tempérament et ta nature qui sont vitaux, ainsi que chaque partie infime de ces choses qui se révèlent dans ta vie quotidienne — tes motivations, tes perspectives et ton attitude à l’égard de chaque chose, que tu sois à la maison ou à l’extérieur, que tu sois à une réunion, ou que tu manges et boives les paroles de Dieu, ou lorsque tu rencontres un problème particulier. Tu peux te connaître à partir de ces choses. Bien sûr, tu dois intégrer les paroles de Dieu pour te connaître plus profondément. Nous n’avons pas à craindre la souffrance ou la douleur, et nous ne devons surtout pas craindre que les paroles de Dieu ne transpercent notre cœur. Nous devrions lire plus longuement Ses paroles concernant le jugement et le châtiment, et l’exposition de nos essences corrompues. Nous devons les lire et nous y tenir davantage responsables. Ne compare pas les autres à ces paroles, compare-toi à ces paroles. Nous présentons chacune de ces choses — ces paroles sont vraies pour nous tous. Si tu n’y crois pas, va l’expérimenter par toi-même. Certains disent : « Je ne suis pas convaincu. Dans les paroles de Dieu, il y a une ligne affirmant que les gens sont des putes, des prostituées. De qui est-il question ? » Un frère dit : « Certainement pas de moi . Je ne suis pas une femme, donc il est impossible que je sois une pute ou une prostituée. » Et une sœur dit : « Je ne me suis même pas mariée. Je suis célibataire et je n’ai jamais fait ce genre de choses. Je n’ai surtout jamais eu de pensées déplacées à l’égard des hommes. » Certaines sœurs disent : « Je suis résolument loyale envers mon mari ; je n’ai jamais pensé aller avec quelqu’un d’autre. Du fait que je crois en Dieu, je dois me garder chaste et ne peux pas déshonorer le nom de Dieu. Ces paroles ne s’appliquent donc pas à moi. » Et d’autres sœurs disent : « Ce genre de paroles de Dieu sont si terribles. Je ne les accepterai jamais. Parler de cette façon, c’est rabaisser les gens, et ce n’est pas en accord avec la réalité. Je ne peux l’accepter. » D’autres personnes disent : « Étant donné que Dieu a dit cela et que certaines parties sont inexactes, je ne crois plus ». Cette attitude est-elle correcte ? C’est clairement, certainement et absolument incorrect, car nous ne pouvons tout simplement pas tenir cette attitude à l’égard des paroles de Dieu. Tout d’abord, nous devons savoir que cela n’a aucune importance si l’une de Ses paroles est facile à entendre, si elle est amère, douce, aigre ou croustillante — nous devons toutes les accepter. Ce devrait être notre première attitude. Quel genre d’attitude est-ce ? Une attitude de piété ? De dévotion ? Ou, quel genre ? Est-ce une attitude d’indulgence ou de souffrance ? Vous semblez quelque peu déroutés. Je vais vous dire, il ne s’agit d’aucune d’entre elles. Nous devrions voir dans les paroles de Dieu de quelle manière en vérité nous Le traitons. Comme ces paroles sont la vérité, nous devrions les accepter raisonnablement. Que nous puissions ou non le reconnaître, notre première attitude devrait être de les accepter. Nous devrions accepter toutes les paroles de Dieu sans exception. Si les paroles de Dieu ne te concernent pas, ou quelqu’un d’autre, qui concernent-elles ? Si elles ne te concernaient pas, comment pourrait-il te demander de les accepter ? N’est-ce pas contradictoire ? N’est-ce pas ? (Ce n’est pas contradictoire.) Vos réponses sont toutes très précises, seulement, vous ne savez pas de quoi il s’agit. Ce n’est pas contradictoire, mais lorsque Je vous demande de l’expliquer, vous ne pouvez pas l’expliquer clairement. Chaque ligne des paroles de Dieu se rapporte à un état. Aucune partie de Ses paroles ne concerne les apparences extérieures, et il ne s’agit particulièrement pas de règles externes ou simplement d’un type de comportement que les personnes doivent avoir. Ce n’est pas comme ça. Si tu vois toute chose dans les paroles de Dieu comme concernant un type de comportement, un simple type de comportement humain ou une apparence extérieure, tu ne comprends pas spirituellement et tu ne comprends pas la vérité. Les paroles de Dieu sont profondes. Comment sont-elles profondes ? Tout ce qu’Il dit et révèle concerne le tempérament corrompu des hommes et des choses importantes et profondément enracinées dans leur vie. Ce sont des choses essentielles, non des apparences extérieures et surtout pas des comportements extérieurs. De l’extérieur, chacun est probablement plutôt bon, mais pourquoi Dieu dit-Il que certaines personnes sont des esprits maléfiques et que certaines personnes sont des esprits impurs ? C’est quelque chose que tu ne peux pas voir. Tu ne peux donc pas compter sur les apparences ou sur ce que tu vois de l’extérieur soient comparables aux paroles de Dieu. Après ce genre d’échange de Ma part, n’y aura-t-il pas un petit changement dans votre attitude à l’égard des paroles de Dieu ? N’y aura-t-il pas de changement ? Peu importe l’importance de ce changement. D’un point de vue global, il est certain que lorsque vous vous heurterez à ce genre de paroles à l’avenir, au moins, vous ne vous querellerez pas avec Dieu en disant : « Ces paroles de Dieu sont vraiment terribles. Je ne lirai pas cette page, je vais passer à autre chose ! Je vais trouver un autre passage à lire, à propos de bénédictions ou de promesses. Cela réconfortera mon cœur. » Vous ne ferez pas cela. Vous ne choisirez pas.

En ce moment, vous êtes de petite stature et vous comptez probablement sur vos propres idées et préférences concernant les paroles de Dieu. Vous êtes disposés à rechercher Ses paroles de bénédiction — des expressions telles que : « Mes fils ainés » ou « Mon fils », ou Ses promesses pour l’avenir. Lorsque vous lisez ce genre de paroles, vous vous sentez à l’aise, vous ressentez du confort ou de l’espérance. Vous vous sentez un peu dynamiques et motivés par votre croyance en Dieu. Si les hommes lisent sans cesse ce genre de paroles d’exposition, de jugement et de châtiment, ils n’auront plus cette énergie de croire en Dieu. Ils se sentiront découragés. Comment peuvent-ils continuer à avancer lorsqu’ils se sentent découragés ? À présent, pour la plupart des gens, si tu leur donnes à lire quelque chose à propos de mystères, ils ne peuvent pas comprendre — ils pensent que c’est trop profond. S’ils lisent quelque chose au sujet de bénédictions , ils sentent que c’est hors de leur portée. S’ils lisent quelque chose révélant un tempérament corrompu, cela les touche plutôt personnellement et ils peuvent en comprendre une partie et s’y comparer un peu en surface. Cependant, les hommes sont un peu réticents à l’accepter. Vois-tu, les gens sont si difficiles ! C’est ce que tu devrais accepter, mais tu n’es pas disposé à l’accepter, et pourtant tu ne parviens pas à atteindre ce que tu es capable d’accepter. Ainsi, nous devrions maintenant séparer les paroles de Dieu en quelques catégories, et les manger et les boire dans un ordre approprié. Premièrement, chaque fois que tu manges et bois Ses paroles, tu devrais d’abord lire un passage révélant des mystères, et tu sentiras alors que Dieu est bien haut dans le troisième ciel, que le Dieu auquel tu crois est vraiment élevé, qu’Il n’est pas si dérisoire et que tu devrais garder un cœur plein de révérence pour Lui. Après cela, tu pries : « Oh Dieu ! Tu es si grand ! Tu es suprême ! Tu es le Souverain de toutes choses. Tu peux décider de mon destin ; je suis prêt à suivre Tes arrangements et Tes orchestrations. Je suis même plus à respecter tout ce qui m’arrive dans ma vie et qui vient de Toi. » De cette façon, ne ressentiras-tu pas dans ton cœur que Dieu est élevé ? Lorsque les personnes prient de cette façon, elles montrent de la révérence à l’égard de Dieu, car elles sont prêtes à croire en un Dieu élevé. Ainsi, avant de manger et de boire les paroles de Dieu, la première étape consiste à placer Dieu au ciel. La deuxième étape consiste à rechercher des paroles de bénédiction et de promesse pour manger et boire. Est-ce vrai ? Certaines personnes ont acquiescé : « Oui ! C’est vrai ! Nous avons besoin de cet aspect de la vérité ! » Dès qu’elles lisent les paroles de Dieu à propos de la bénédiction de l’humanité, les personnes sont émues jusqu’aux larmes. « Oh Dieu, Tu es si beau ! Tu es plus que digne de notre vénération ! Tu es vraiment tellement beau ! Nous sommes prêts à accepter Tes bénédictions pour nous et nous sommes encore davantage disposés à accepter Tes promesses pour nous. Seulement, en ce moment notre stature est enfantine, nous n’avons pas grandi dans notre vie et nous ne sommes pas qualifiés pour accepter Tes promesses ou bénédictions. Nous Te supplions de prendre soin de nous davantage. » C’est vraiment merveilleux de lire les paroles de bénédictions ! Alors, de quel genre de bénédictions s’agit-il ? Dieu a dit que le moment venu, tous ces désastres ne s’abattraient certainement pas sur toi ; le moment venu, les personnes pourront rompre avec ce système irritant de trois repas par jour, le lavage et nettoyage — ce genre de promesses existe. Plus ils lisent, plus ils se remplissent d’énergie. Mais peu importe ton énergie, n’oublie pas de poursuivre la vérité. Et que devrait-on lire concernant la troisième étape ? (Des paroles révélant la corruption de l’humanité.) Vous connaissez cette étape. Vous devriez lire des paroles de Dieu révélantle tempérament corrompu et l’essence corrompue de l’humanité. Chaque fois que vous mangez et buvez des paroles révélant l’essence corrompue de l’humanité, il n’est pas nécessaire de manger et de boire beaucoup — un ou deux points suffisent. Lorsque vous avez fini de manger et de boire, mettez de côté ces choses que vous ne comprenez pas ou auxquelles vous ne pouvez pas vous comparer. Concernant les choses auxquelles vous pouvez vous comparer, écrivez-les, et ainsi, peu à peu, vous arriverez progressivement à les maîtriser de mieux en mieux. Vous parviendrez à connaître votre propre nature et essence. Diriez-vous que c’est une bonne manière ? C’est très bien, non ? Il semble que dès à présent, vous ayez encore des besoins en ce qui concerne les promesses de Dieu est les paroles concernant les mystères, que vous ayez toujours envie de cela. Par exemple, lorsque tu donnes un médicament à un petit enfant, d’abord, tu dois l’appeler, lui donner un bonbon, quelque chose de bon à manger pour le cajoler, puis, lorsqu’il ne fait pas attention, lui administrer rapidement une gorgée de médicament. Au moment où il se rend compte de ce qui se passe, c’est déjà dans son ventre, et il y repense : « C’est vraiment amer ! Maman, qu’est-ce que tu m’as fait avaler ? Comment cela peut-il être aussi amer ?! » Avant qu’il ait le temps de réagir, mets-lui un autre bonbon dans la bouche et cajole-le un peu plus. L’enfant sent que cela est bon. Les enfants sont faciles à cajoler. Tu peux les cajoler avec deux bonbons et leur faire prendre leur médicament. Cependant, lorsqu’ils sont grands, ce n’est plus nécessaire. Même s’ils ont bien conscience que c’est amer, ils doivent quand même le boire eux-mêmes. Ceci est une affaire qui concerne l’état de leur staure. Si tu n’as pas cette stature et que tu vas rechercher toi-même les paroles de Dieu et que tu trouves les paroles et la vérité à propos de Dieu révélant la nature de l’humanité à laquelle tu dois te comparer, si on te demande de manger et boire cela toute la journée, tu en auras ras-le-bol et tu seras contrarié parce que ton expérience n’a pas fonctionné. Alors, certaines choses comme quelque chose d’appétissant et enrobé de sucre doivent y être insérées. Si à l’avenir, vous mangez et buvez des paroles concernant le jugement et le châtiment, ou révélant l’essence de l’humanité et que vous vous sentez vraiment épuisés, si vous n’êtes pas disposés à manger ou boire, vous n’êtes pas intéressés, alors vous devriez immédiatement chercher des paroles de bénédiction et de promesses de Dieu ou des paroles concernant les mystères pour manger et boire. Ensuite, lorsque vous les mangerez et boirez et que vous vous sentirez pleins d’énergie et que vous aurez une relation un peu plus intime avec Dieu, dépêchez-vous de battre le fer pendant qu’il est chaud et recherchez des paroles liées au jugement et au châtiment. Si vous mangez et buvez et n’êtes toujours pas intéressés, remettez-vous rapidement à rechercher Ses paroles de bénédiction. ... De cette façon, petit à petit, étape par étape, tu te placeras sur le bon chemin. Vous êtes capable de manger et de boire de cette façon, n’est-ce pas ? Vous connaissez tous les paroles de bénédiction et de promesses de Dieu, n’est-ce pas ? Vous êtes probablement très au clair à ce sujet.

Je me souviens d’un frère qui parlait ainsi : il parlait d’un autre frère qui déployait de nombreux efforts pour rechercher à quel moment Dieu quitterait la terre. Et déployer de nombreux efforts ne signifie pas qu’il y pensait jour et nuit, mais qu’il s’est senti préoccupé par cela depuis le moment où il a commencé à croire en Dieu. Il a recherché dans les paroles de Dieu et a rassemblé tout ce qui se rapportait au départ de Dieu de la terre. Il pensait et repensait : quand Dieu partira-t-Il réellement ? Il n’arrivait pas à savoir. Bien sûr, il ne s’agissait pas d’un effort de seulement un ou deux jours ; cela a probablement duré deux ou trois ans. Il a regardé partout ; il a regardé sous tous les aspects comme s’il s’agissait d’une Bible à références croisées, vérifiant chaque chapitre du début à la fin — cela représentait tant d’efforts ! Afin d’étudier le moment auquel Dieu quittera la terre et trouver une réponse précise, il a rassemblé tous les textes pertinents — au moment où Dieu partira, la chaleur printanière sera arrivée et les fleurs écloront, quels autres signes tels que des tremblements de terre ou des épidémies se produiront, comment seront les hommes, ou comment réagiront les personnes de l’Église. Cela ne devait-il pas être un travail considérable ? Cette personne « se soucie vraiment » et « aime » tellement Dieu ; comme son « amour » pour Dieu est grand ! Le départ de Dieu de la terre est un événement majeur dans Son œuvre — cela a été découvert par ce frère. Il l’a traité comme si c’était l’événement le plus important. Il croyait que c’était encore plus important que sa propre poursuite de vérité et son propre salut, et que c’était plus important que de chercher n’importe quel type de vérité dans les paroles de Dieu, c’est pourquoi il a rassemblé tous ces textes pour finalement trouver une réponse. Cette réponse était-elle exacte ? (Non, personne ne peut sonder l’œuvre de Dieu.) Alors, son effort n’a-t-il pas été vain ? Pour l’instant, ne cherchons pas à savoir si le résultat de ses recherches était exact ou non ; parlons d’abord de son point de vue et des méthodes de recherche. Que pensez-vous de ce genre de méthode de recherche, de ce type de travail ardu ? Que dire des efforts qu’il a déployés ? Était-ce nécessaire ? (Non.) Son travail ardu était inutile ! En quoi est-ce que le départ de Dieu de la terre te concerne ? Dieu ne t’a pas averti quand Il est venu sur terre, alors Il ne te fera certainement pas connaître non plus le jour où Il partira. Est-ce que Dieu demanderait aux hommes de découvrir le moment de Son départ ? Il ne le ferait pas. Elles sont nombreuses les choses que Dieu ne fait pas connaître aux hommes. Quelle en est la raison ? Les hommes n’ont pas besoin de savoir, et s’ils le découvrent, cela ne leur servira à rien ou sera inutile pour leur avenir. Ainsi, il n’est pas nécessaire de te le faire connaître.

À présent que Dieu est devenu chair, quel mystère ne connaît-Il pas ? Qu’est-ce qui existe que Dieu ne connaisse pas ? Qu’est-ce qui existe qu’Il ne puisse nous dire ? Dieu pourrait tout nous dire, mais il n’y a aucune nécessité de nous le faire connaître, et aucune nécessité de nous le dire. Quand Dieu partira, quand et d’où Il partira, et la date à laquelle Il conclura Son œuvre — est-ce que cela nous concerne ? Tu pourrais dire que cela ne nous concerne absolument pas. Certains disent : « Comment cela ne peut-il pas nous concerner ? J’ai besoin de voir combien de temps il me reste avant le jour de Dieu. J’ai besoin de connaître quel est le bon jour avant de poursuivre ma recherche. Et si je n’ai pas assez de temps pour poursuivre la vérité ? » Une personne de ce genre n’a-t-elle pas un esprit confus ? Est-ce quelqu’un qui poursuit la vérité ? Absolument pas ! Si tu veux vraiment poursuivre la vérité, tu ne prêteras aucune attention à toutes ces choses. Tu n’auras pas le désir de t’en soucier ; tu croiras qu’être préoccupé de ces choses n’a aucune influence sur toi et ne t’est d’aucune aide pour poursuivre la vérité. Alors, tu ne seras pas prêt à dépenser ton énergie mentale ou à déployer des efforts sur ces thèmes ennuyeux. D’autres disent : « Si tu ne te préoccupes pas du tout du jour de Dieu, n’est-ce pas un manque d’amour envers Lui ? » Quel genre d’amour pour Dieu est-ce là ! Si tu te soucies de savoir quand Dieu quittera la terre, et si tu sais tout cela, cela prouve-t-il que tu L’aimes ? Est-ce vraiment de l’amour ? Quel genre d’amour est-ce ? Ce n’est pas de l’amour ! C’est vouloir s’immiscer sans cesse dans la vie de Dieu, c’est chercher à connaître les ragots et les mystères. Ce n’est rien de plus qu’un cœur curieux — ce n’est pas du tout un cœur qui poursuit la vérité, et ce n’est surtout pas un cœur qui aime Dieu, se soucie de Lui, ou un cœur rempli de révérence pour Lui. Ce genre de personne ne possède aucune de ces qualités et n’a aucun rapport avec elles. Ainsi, si tu rencontres quelqu’un comme cela qui déploie ce genre d’efforts, comment le traiterais-tu ? Le respecterais-tu ? Éprouverais-tu de l’admiration ? De l’envie ? L’aiderais-tu à chercher ce genre de mystère ? Tu ne le ferais pas. Tu le dédaignerais certainement. Tu dirais : « Notre poursuite actuelle de la vérité, notre salut, se connaître soi-même et connaître Dieu sont toujours en suspens. Chaque aspect de la vérité existe là, dans l’attente que nous allions le chercher, le poursuivre, le mettre en pratique et le comprendre. Nous ne sommes donc pas prêts à faire ce genre de sacrifices insignifiants, à déployer ce genre d’efforts inutiles pour avoir un regard sur ces mystères, rechercher quand Dieu va réellement partir, combien d’épidémies il y aura, combien de gens s’enfuiront et comment sera Dieu à ce moment-là. Ces efforts-là ne sont pas nécessaires. » Tant que tu auras Dieu dans ton cœur et un cœur qui poursuit Dieu, lorsque ce jour viendra vraiment, Dieu ne manquera pas de te le faire savoir. Quand ce jour viendra, Dieu ne te rejettera pas. Tu dois avoir cette foi et cette connaissance. Si tu as cette foi et cette connaissance, tu ne feras pas de choses stupides. Si Dieu avait l’intention de te le dire, ne le dirait-Il pas directement ? Aurait-Il besoin deprendre des détours en parlant ? Aurait-il besoin de cacher les choses entre les lignes de Ses paroles, ou de les dissimuler ? Il n’aurait absolument pas besoin de le faire. Ce que Dieu veut que les hommes connaissent, c’est la vérité, l’ensemble de Son œuvre et de Ses paroles, et Sa volonté. Il ne les dissimulerait absolument pas. Donc, tu n’as pas besoin de t’informer à propos de ce que Dieu n’a pas pensé te faire connaître. Il n’y a pas lieu de méditer ces choses, de déployer des efforts à les rechercher, ou d’essayer de les vérifier ou de les relier. C’est inutile ! Ces efforts n’ont absolument aucun sens et aucune valeur. En fait, Dieu les déteste. Et pourquoi les déteste-t-Il ? Premièrement, Dieu est dégoûté de ne pas voir les hommes chercher les paroles qu’Il a prononcées. Il dit que tu n’es pas à la recherche de la vérité, mais que tu es quelqu’un de curieux qui aime couper les cheveux en quatre, et que tu as une attitude désinvolte à l’égard des paroles de Dieu. Tu es quelqu’un qui est toujours tiède à l’égard de Ses paroles, qui n’aime pas la vérité. Ton cœur n’a pas de place pour Dieu, et tu ne portes en ton cœur que des choses que Dieu ne souhaite pas que tu saches, telles que comment est le troisième ciel de Dieu, où se trouve-t-il vraiment, à quoi le futur royaume ressemblera-t-il, quand Dieu incarné quittera-t-Il la terre— ce genre de choses. C’est la raison pour laquelle tu dégoûtes Dieu. Est-ce que le dégoût de Dieu a un sens ? (Oui.) Supposons que ton fils ou ta fille n’étudiaient pas bien et ne faisaient pas les devoirs qu’ils doivent faire, qu’ils ne s’en tenaient pas aux choses auxquelles ils doivent s’en tenir et ne faisaient pas ce qu’ils doivent faire, et qu’ils pensaient sans cesse : comment mes parents se sont-ils rencontrés ? Comment se sont-ils fait la cour ? Comment mon père est-il tombé amoureux de ma mère ? Comment ma mère a-t-elle donné sa main en mariage à mon père ? Comment m’ont-ils donné naissance ? M’ont-ils aimé après ma naissance ? Notre famille mène-t-elle une vie réellement belle ? Serons-nous riches à l’avenir ? ... S’ils étaient sans cesse à se poser ces questions, ne serais-tu pas dégoûté de cela ? Ce genre d’enfant ne t’énerverait-il pas ? Si ton enfant te demandait constamment : « Maman, combien avons-nous d’argent ? Avons-nous assez d’argent pour payer nos factures pour le mois prochain ? » Cela ne t’énerverait pas ? Ne détesterais-tu pas que ton enfant agisse comme ça ? Qu’attendrais-tu de ton enfant ? Qu’il apprenne bien, qu’il apprenne à lire, qu’il travaille dur. Même toi, tu le voudrais ainsi, sans parler du cœur de Dieu !

Dieu n’apprécie pas que les hommes enquêtent à propos de Lui et Il n’apprécie pas que les hommes déploient des efforts insensés à Son égard, ayant sans cesse un œil sur Lui, L’observant, observant chacun de Ses mouvements, observant chacune de Ses paroles et de Ses actions. Et ils ne se soucient pas de ce qu’ils devraient faire, de leur propre devoir et des choses qui relèvent de leur devoir. Ils ne se concentrent pas du tout sur cela ou ne font pas d’effort pour le faire, et ils n’en paient pas le prix non plus. Ils se préoccupent uniquement du jour où Dieu partira, quand Il infligera le désastre, de savoir combien de temps il faudra attendre le jour de Dieu — ce genre de choses. « Dieu nous rencontrera-t-Il après avoir quitté la terre ? » « Après Son départ, Son œuvre sera-t-elle comme elle est maintenant ? » « Après Son départ, combien de temps restera-t-Il au troisième ciel ? Reviendra-t-Il ? Est-ce qu’Il se retrouvera de nouveau face à l’homme ? » « Y aura-t-il des anges dans la future ère du Règne ? Les anges vont-ils interagir avec les hommes ? » Toutes ces questions étranges existent. Dieu les déteste. Êtes-vous tous capables de comprendre ce que Je dis ? (Nous comprenons.) D’accord, vous comprenez. C’est assez facile à comprendre. Quant à savoir comment nous devrions connaître Dieu incarné et l’œuvre de Dieu, comment comprendre tout ce qu’Il dit, cela relève de nos devoirs. C’est la première chose que nous devrions poursuivre. Si tu mets cela de côté, ta croyance en Dieu n’a aucun sens. Ta croyance en Dieu se résume à quelques mots vides sans aucun contenu réel. Si tu réfléchis sans cesse intérieurement aux mystères et au moment où Dieu s’en ira, ou si vous êtes sans cesse à discuter de ces questions entre vous, telles que : où Dieu dans la chair est-Il né, dans quelle famille est-Il né, comment est Sa vie charnelle, quel âge a-t-Il dans la chair, ou quel genre d’éducation a-t-Il, s’Il croyait en Dieu, s’Il lisait la Bible ou non, depuis combien de temps croyait-Il en Jésus, et quels sont les antécédents de Sa famille ; si vous faites constamment des recherches sur ces questions, alors vous portez des jugements sur Dieu et blasphémez contre Sa chair. Vous blasphémez contre Dieu incarné ! Dieu voudrait te faire connaître Son tempérament et Son essence et ensuite t’amener à comprendre Son cœur, te rendre capable de Lui obéir et de mettre la vérité en pratique pour Le satisfaire. Il ne veut pas que tu enquêtes sur Lui ou que tu parles de Lui derrière Son dos. Donc, puisque nous avons accepté Dieu dans la chair et puisque nous avons accepté cette phase de l’œuvre de Dieu, ainsi que Christ comme notre vie et notre Dieu, nous devrions traiter ce que Dieu a et est et Dieu incarné avec une attitude de révérence et de piété. Voilà le sens et l’humanité que nous devrions posséder. Supposons que vous disiez : « Nous ne comprenons rien à présent, alors comment devrions-nous gérer cela ? » Si vous ne comprenez rien, alors n’ouvrez pas la bouche. Ne dites rien à propos de cela. Alors de quoi devriez-vous parler ? Vous connaissant vous-mêmes, comment être capable de chercher la vérité, comment être capable de bien accomplir vos devoirs. Pour être équipés de la vérité, vous devriez vous équiper de ces choses. Et puis un jour, si vous dites : « Il semble que nous ayons une certaine connaissance de Dieu », alors vous pourrez vous joindre à l’échange. Lorsque nous avons des connaissances authentiques, nous pouvons entrer dans l’échange, mais pour ce qui est des nouvelles ou des informations à propos de Dieu dans la chair, ou de certains mystères que les hommes croient inconnus, il vaut mieux éviter ces sujets. Si vos discussions se détériorent, vous deviendrez ceux qui sont condamnés par Dieu, qui blasphèment contre Dieu. Le Saint-Esprit te quittera. Cela doit être clair pour toi.

Note de bas de page :

[a] Dans le texte original : « Il vous serait impossible de parvenir à un résultat satisfaisant. »