Une centaine de questions et réponses sur la recherche de la vraie voie

Contenu

77 Comment les croyants devraient-ils distinguer la voix de Dieu pour confirmer que c’est la vraie voie ?

La réponse issue de la parole de Dieu :

Les paroles du Dieu incarné inaugurent une nouvelle ère, guident l’humanité toute entière, révèlent des mystères, et montrent à l’homme la prochaine direction à suivre dans le cadre de la nouvelle ère. L’inspiration reçue par l’homme n’est que simple pratique ou connaissance. Elle ne peut pas conduire l’humanité toute entière dans une nouvelle ère ou révéler le mystère de Dieu Lui-même. Après tout, Dieu est Dieu, et l’homme est l’homme. Dieu a l’essence de Dieu, et l’homme a l’essence de l’homme.

Extrait de « Préface », La Parole apparaît dans la chair

À l’ère de la Grâce, Jésus a aussi beaucoup parlé et a réalisé une grande œuvre. En quoi était-Il différent d’Isaïe ? En quoi était-Il différent de Daniel ? Était-ce un prophète ? Pourquoi dit-on qu’Il est le Christ ? Quelles différences y a-t-il entre eux ? Ils étaient tous des hommes qui disaient des paroles, et leurs paroles étaient plus ou moins semblables pour l’homme. Ils ont tous parlé et fait du travail. Les prophètes de l’Ancien Testament ont fait des prophéties, de la même façon, Jésus l’a fait. Pourquoi en est-il ainsi ? La distinction ici repose sur la nature du travail. Afin de discerner cette différence, tu ne peux pas considérer la nature de la chair et tu ne devrais pas considérer la profondeur ou la superficialité des paroles de quelqu’un. Tu dois toujours d’abord considérer son travail et les effets que son travail produit en l’homme. Les prophéties faites par Isaïe à l’époque n’ont pas édifié la vie de l’homme, et les messages reçus par des messagers comme Daniel n’étaient simplement que des prophéties et non pas la voie de la vie. Si ça n’avait pas été la révélation directe de l’Éternel, personne n’aurait pu accomplir ce travail, car ce n’est pas possible pour les mortels. Jésus aussi a beaucoup parlé, mais de telles paroles exprimaient la parole de vie à partir duquel l’homme pouvait trouver un chemin pour pratiquer. Autrement dit, d’abord, Il pouvait donner la vie à l’homme, car Jésus est la vie ; deuxièmement, Il pouvait inverser les écarts de l’homme ; troisièmement, Son travail pouvait succéder à celui de l’Éternel, afin de poursuivre l’ère ; quatrièmement, Il pouvait comprendre les besoins de l’homme de l’intérieur et réaliser ce qui manque à l’homme ; cinquièmement, Il pouvait inaugurer une nouvelle ère et mettre un terme à l’ancienne. C’est la raison pour laquelle Il est appelé Dieu et le Christ ; non seulement Il est différent d’Isaïe, mais aussi de tous les autres prophètes. Prenons le cas d’Isaïe pour comparer avec le travail des prophètes. Premièrement, il ne pouvait donner la vie à l’homme ; deuxièmement, il ne pouvait inaugurer une nouvelle ère. Il travaillait sous la direction de l’Éternel et non pas pour inaugurer une nouvelle ère. Troisièmement, ce dont il a lui-même parlé dépassait son entendement. Il recevait des révélations directement de l’Esprit de Dieu, et les autres ne comprenaient pas, même après les avoir écoutées. Ces choses seules suffisent pour prouver que ses paroles n’étaient rien d’autre que des prophéties, pas plus qu’un aspect du travail effectué à la place de l’Éternel. Il ne pouvait pas, toutefois, représenter totalement l’Éternel. Il était un serviteur de l’Éternel, un instrument dans le travail de l’Éternel. Il accomplissait seulement le travail au cours de l’ère de la Loi dans le cadre du travail de l’Éternel ; son travail n’a pas continué au-delà de l’ère de la Loi. Par opposition, le travail de Jésus était différent. Il a dépassé le cadre de l’œuvre de l’Éternel ; Il a travaillé comme le Dieu incarné et est passé par la crucifixion dans le but de racheter toute l’humanité. Autrement dit, Il a réalisé un nouveau travail en dehors du travail accompli par l’Éternel. Ce fut l’inauguration d’une une nouvelle ère. Une autre condition c’est qu’il était capable de parler de ce qui était inaccessible à l’homme. Son travail était un travail au sein de la gestion de Dieu et impliquait l’ensemble de l’humanité. Il ne travaillait pas seulement sur quelques hommes, encore moins Son travail n’avait pas pour objectif de conduire un nombre limité d’hommes. S’agissant de la façon dont Dieu a été incarné pour être un homme, de la façon dont l’Esprit fit des révélations à cette époque, la façon dont l’Esprit descendit sur un homme pour accomplir le travail, ce sont des choses que l’homme ne peut voir ni toucher. Il est absolument impossible pour ces vérités de servir comme preuve de ce qu’Il est le Dieu incarné. Ainsi, la distinction ne peut être faite que sur les paroles et le travail de Dieu, qui sont tangibles à l’homme. C’est en fait ce qui est réel. Ceci est dû au fait que tu ne peux pas voir les choses de l’Esprit et que ces choses ne sont connues clairement que par Dieu Lui-même, et pas même la chair du Dieu incarné les connaît toutes ; tu ne peux vérifier s’Il est Dieu[a] qu’à partir du travail qu’Il a réalisé. À partir de Son travail, on peut voir que, d’abord, Il est capable d’ouvrir une nouvelle ère ; deuxièmement, Il est capable de donner la vie à l’homme et de montrer à l’homme le chemin à suivre. Ceci est suffisant pour établir qu’Il est Dieu Lui-même. Tout au moins, le travail qu’Il fait peut représenter pleinement l’Esprit de Dieu, et à partir d’un tel travail, on peut voir que l’Esprit de Dieu est en Lui. Étant donné que le travail accompli par le Dieu incarné visait principalement à inaugurer une nouvelle ère, de conduire un nouveau travail, et de créer de nouvelles circonstances, ces quelques conditions seules sont suffisantes pour établir qu’Il est Dieu Lui-même. C’est donc ce qui Le distingue d’Isaïe, de Daniel, et des autres grands prophètes.

Extrait de « La différence entre le ministère du Dieu incarné et le devoir de l’homme », La Parole apparaît dans la chair

Vous devez savoir comment différencier l’œuvre de Dieu du travail de l’homme. Que voyez-vous du travail de l’homme ? Il y a beaucoup d’éléments de l’expérience de l’homme dans le travail de l’homme ; l’homme exprime ce qu’il est. L’œuvre propre de Dieu exprime aussi ce qu’Il est, mais ce qu’Il est diffère de ce qu’est l’homme. Ce qu’est l’homme est représentatif de l’expérience et de la vie de l’homme (ce que l’homme expérimente ou rencontre dans sa vie ou ses philosophies de vie) et les gens qui vivent dans un environnement différent expriment des êtres différents. On peut voir dans ce que vous exprimez si vous avez des expériences sociales ou non et votre manière de vivre réellement et d’expérimenter dans vos familles ; par contre, vous ne pouvez pas voir à partir de l’œuvre de Dieu incarné si oui ou non Il a des expériences sociales. Il est bien conscient de l’essence de l’homme et Il peut exposer toutes sortes de pratiques se rapportant à toutes sortes de gens. Il est encore plus habile à exposer le tempérament corrompu et le comportement rebelle de l’être humain. Il ne vit pas parmi les gens mondains, mais Il est au courant de la nature des mortels et de toutes les corruptions des gens mondains. C’est ainsi qu’Il est. Bien qu’Il ne transige pas avec le monde, Il connait les règles de négociation du monde, car Il comprend parfaitement la nature humaine. Il connait le travail de l’Esprit que les yeux de l’homme ne peuvent pas voir et que les oreilles de l’homme ne peuvent pas entendre, aussi bien aujourd’hui que dans le passé. Cela inclut la sagesse qui ne constitue pas une philosophie de vie ni un émerveillement que les gens trouvent difficile à comprendre. Cela est ce qu’Il est, ouvert aux gens et aussi caché des gens. Il n’exprime pas ce qu’est une personne extraordinaire, mais les attributs inhérents et l’être de l’Esprit. Il ne voyage pas dans le monde entier, mais connait tout du monde. Il contacte les « anthropoïdes » qui n’ont aucune connaissance ou aucune intuition, mais Il exprime des paroles qui sont plus élevées que la connaissance des grands hommes et les dépassent. Il vit parmi des gens obtus et engourdis qui n’ont pas d’humanité et qui ne comprennent pas les conventions et les vies humaines, mais Il peut demander à l’humanité de vivre l’humanité normale, tout en exposant la vile et faible condition humaine de l’humanité. Tel est Son être, plus élevé que l’être de tout individu de chair et de sang. Pour Lui, il n’est pas nécessaire d’expérimenter une vie sociale compliquée, lourde et sordide pour faire le travail qu’Il doit faire et pour bien exposer l’essence de l’humanité corrompue. La vie sociale sordide n’édifie pas Sa chair. Son travail et Ses paroles n’exposent que la désobéissance de l’homme et ne fournissent pas à l’homme l’expérience et les enseignements requis pour traiter avec le monde. Il n’a pas besoin d’enquêter sur la société ou sur la famille de l’homme quand Il donne la vie à l’homme. Exposer et juger l’homme n’est pas une expression de l’expérience de Sa chair, mais c’est exposer l’injustice de l’homme après avoir longtemps connu la désobéissance de l’homme et avoir abhorré la corruption de l’humanité. Tout Son travail consiste à exposer Son tempérament et à exprimer Son être à l’homme. Lui seul peut faire ce travail, un individu de chair et de sang ne pourrait pas le réaliser.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et le travail de l’homme », La Parole apparaît dans la chair

Notes de bas de page :

[a] Le texte original ne mentionne pas « si oui ou non Il est Dieu ».