Enregistrements des entretiens du Christ

Contenu

Chapitre 13 Le sens de la performance des hommes détermine leur fin

1. Personne ne pourrait être sauvé si Dieu ne regardait que l’expression de la nature des hommes

À l’heure actuelle, la performance des hommes détermine leur fin, mais de quelle performance s’agit-il ? Le sais-tu ? Vous pourriez peut-être penser que cela se réfère au tempérament corrompu des hommes s’exprimant dans leur travail, mais ce n’est pas vraiment ce que cela signifie. Cette performance se réfère à ta capacité de mettre la vérité en pratique ou non et à ta capacité de rester fidèle et dévoué ou non pendant l’exécution de ton devoir, ainsi qu’à ton point de vue sur la croyance en Dieu, à ton attitude envers Dieu, à ta détermination d’endurer des difficultés, à ton attitude envers l’acceptation du jugement et de l’émondage, à ton niveau de transformation et au nombre de tes transgressions sérieuses. Tout cela contribue à ta performance. Cette performance ne se réfère pas à la mesure maximum de la révélation de ton tempérament corrompu, mais plutôt à tout ce que tu as atteint dans ta croyance en Dieu. Si la fin des hommes était déterminée par l’expression de leur nature, personne ne pourrait être sauvé. Comment cela pourrait-il être la justice de Dieu ? Si tu es un conducteur, ta nature s’exprimera davantage et quiconque s’exprime davantage sera moins assuré de rester. Si cela déterminait la fin des hommes, alors plus les hommes travailleraient à un niveau supérieur, plus vite ils termineraient ; plus élevé serait le niveau auquel ils opéreraient, plus grande serait la mesure dans laquelle ils exprimeraient leur nature. Si tel était le cas, qui oserait alors faire son devoir ? De cette façon, tous ceux qui ne remplissent pas leur devoir ne seraient-ils pas sauvés ?

Cette performance se réfère à savoir si tu es capable d’être fidèle et dévoué à Dieu, si oui ou non tu as l’amour pour Lui, si oui ou non tu mets la vérité en pratique et à quel point tu as changé. Ta condamnation est déterminée par cette performance, ce n’est pas en fonction de la manière dont un tempérament est corrompu. Si tu penses comme cela, tu as mal compris la volonté de Dieu. Toute la nature humaine est la même, seulement l’humanité a de bons et de mauvais aspects. Même si tu ne l’exprimes pas, ta nature est toujours la même que celui qui l’exprime. Dieu connaît mieux que tous ce qui se trouve dans les profondeurs intérieures de l’humanité. Tu n’as pas besoin de cacher quoi que ce soit, Dieu sonde les cœurs et les esprits des hommes. Si beaucoup de ta corruption est révélée pendant que tu travailles à un niveau élevé, Dieu le verra ; si tu ne fais pas le travail et ce n’est pas révélé, Dieu ne le sait-Il pas ? N’est pas que tu crois tes propres mensonges ? La réalité est que Dieu connaît ta nature du tout au tout, peu importe où tu es. Dieu connaît très bien ceux qui font leur travail, mais ne connaît-Il pas aussi très bien ceux qui ne le font pas ? Certaines personnes pensent que ces conducteurs en position supérieure creusent simplement leur propre tombe, car une grande partie de leur corruption sera inévitablement révélée et sera vue par Dieu. Est-ce que ce serait autant révélé s’ils ne faisaient pas le travail ? Cette façon de penser est absurde ! Si Dieu ne le voit pas, alors, est-ce qu’Il ne sera pas capable de le condamner ? Si tel était le cas, ceux qui ne font pas le travail ne resteraient-ils pas tous ? Selon l’entendement humain, Dieu ne verrait pas la transformation de ceux qui font le travail, quelle que soit la grandeur de leur transformation ; Dieu ne les condamnerait que selon leur expression de la corruption. Réciproquement, Dieu ne condamnerait pas ceux qui expriment peu, en dépit d’avoir été peu transformés. Crois-tu que cela soit la justice de Dieu ? Quelqu’un pourrait-il dire que Dieu est juste s’Il faisait cela ? Cela n’est-il pas ta mauvaise interprétation et le malentendu sur Dieu qui en résultent ? Alors, ta croyance en Dieu n’est-elle pas fausse ? Cela n’est-il pas croire que Dieu n’est jamais juste ? De telles croyances ne sont-elles pas blasphématoires envers Dieu ? Si tu n’as rien de positif et si rien de trop négatif n’est révélé, tu ne peux toujours pas être sauvé. La principale chose qui détermine la fin des gens est leur performance positive. Cependant, rien ne doit être trop négatif non plus ; si c’est si sérieux que ça mène à la destruction ou à la punition, alors ils seront ruinés. Si c’était comme vous l’imaginez, ceux qui sont des adeptes de niveaux inférieurs gagneraient le salut à la fin, et les conducteurs seraient foutus. Tu as un devoir à faire, mais, lorsque tu accomplis ce devoir, tu révéleras ta corruption malgré toi, comme si tu avançais vers la guillotine. Si la fin des hommes était déterminée par leur nature, personne ne pourrait être sauvé ; si tel était vraiment le cas, alors, qu’en serait-il de la justice de Dieu ? On ne la verrait nulle part. Vous avez tous mal compris la volonté de Dieu.

2. Cette performance est le résultat de l’œuvre de Dieu chez les hommes

Permettez-moi de vous donner un exemple : dans un verger, le propriétaire arrose et fertilise, puis il attend le fruit. Les arbres qui portent des fruits sont bons et ils sont conservés ; ceux qui ne portent pas de fruits ne sont certainement pas de bons arbres et ils ne seront pas conservés. Considère cette situation : un arbre porte des fruits, mais il a une maladie et certaines mauvaises branches doivent être émondées. Cet arbre devrait-il être conservé ? Il devrait être conservé, et il sera bon une fois qu’il aura été émondé et traité. Considère une autre situation : un arbre n’a pas de maladies, mais il ne porte pas de fruits : un tel arbre ne devrait pas être conservé. Que signifie « porter du fruit » ? Ça se réfère à l’œuvre de Dieu produisant ses effets. Pendant que Dieu travaille dans les hommes, la nature est inévitablement exprimée et, en raison de la corruption de Satan, il y aura inévitablement des transgressions, mais, au milieu de cette œuvre de Dieu, des fruits sont produits. Si Dieu ne voit pas cela, mais ne voit que la nature humaine étant exprimée, alors cela ne peut pas être appelé le salut de l’humanité. Le fruit du salut des hommes se manifeste principalement dans l’accomplissement du devoir et la mise en pratique de la vérité. Dieu regarde le niveau de réussite des hommes dans ces domaines ainsi que l’étendue des transgressions. Les deux facteurs contribuent à déterminer leur fin et s’ils resteront ou non. Par exemple, certaines personnes étaient jadis très corrompues, complètement dévouées à la chair, et pas du tout à la famille de Dieu. Elles ne se sont pas du tout dépensées pour Dieu, mais maintenant elles accomplissent leur devoir avec enthousiasme et leur cœur fait un avec Dieu. De cette perspective, est-ce qu’il y a eu une transformation ? C’est une transformation. C’est cette transformation que Dieu veut. En outre, certains hommes jadis aimaient répandre leurs idées quand ils en avaient, mais maintenant, quand ils ont des idées, ils peuvent être obéissants et chercher la vérité sans les répandre ni faire quoi que ce soit contre Dieu. Y a-t-il eu une transformation ? Oui ! Certains ont peut-être déjà résisté lorsqu’ils ont été traités et émondés, mais maintenant, lorsqu’ils sont émondés et traités de nouveau, ils peuvent se connaître. Après qu’ils l’acceptent, ils subissent de vraies transformations. N’est-ce pas un effet ? Oui ! Cependant, peu importe la grandeur de ta transformation, ta nature ne peut pas être changée tout d’un coup. Il est impossible de ne pas révéler des transgressions, mais si ton entrée est normalisée, même avec une certaine désobéissance, tu en prendras conscience à ce moment-là. Cette prise de conscience peut t’apporter une transformation immédiate et tes conditions s’amélioreront de mieux en mieux. Tu peux commettre une transgression une ou deux fois, mais pas encore et toujours. C’est une transformation. Cela ne signifie pas que quelqu’un qui a été transformé dans un certain domaine ne commet plus de transgressions ; tel n’est pas le cas. Cette sorte de transformation signifie que quelqu’un qui a fait l’expérience de l’œuvre de de Dieu peut mettre plus de vérité en pratique et peut pratiquer quelque chose de ce que Dieu exige. Leurs transgressions deviendront de moins en moins nombreuses et les cas de désobéissance seront de moins en moins graves. De cela tu peux constater que l’œuvre de Dieu a eu un effet ; ce que Dieu veut, c’est ce genre d’expression que ces résultats ont été réalisés chez les hommes. En conséquence, la façon dont Dieu gère la fin des hommes et la façon dont Il traite quelqu’un sont complètement justes, raisonnables et équitables. Tu n’as qu’à consacrer tous tes efforts à te dépenser pour Dieu, à donner ton cœur sans hésitation à pratiquer la vérité que tu devrais, et Dieu ne te traitera pas injustement. Pensez-y : ceux qui mettent la vérité en pratique peuvent-ils être punis par Dieu ? Plusieurs se méfient toujours du tempérament juste de Dieu et ont peur d’être quand même punis s’ils mettent la vérité en pratique ; ils craignent que Dieu ne voie pas leur loyauté et leur dévouement. Certains deviennent passifs après avoir été émondés et traités ; ils se sentent trop faibles pour accomplir leur devoir et perdent leur loyauté et leur dévouement. Pourquoi ? Cela est dû en partie au fait que les hommes n’ont pas conscience de l’essence de leurs actions, ce qui leur fait refuser l’émondage et le traitement. C’est également dû en partie au fait que les hommes n’ont pas compris la signification d’être traités et émondés, croyant que c’est un signe de la détermination de leur fin. En conséquence, les hommes croient à tort que s’ils sont fidèles et dévoués à Dieu, alors ils ne peuvent pas être traités et émondés ; s’ils sont traités, ce ne peut être la justice de Dieu. De tels malentendus font que plusieurs hommes ne sont pas loyaux et dévoués à Dieu. En fait, tout relève du fait que les gens sont trop rusés ; endurer des difficultés n’est pas désiré, mais gagner des bénédictions facilement l’est. La conscience de la justice de Dieu n’existe pas. Ce n’est pas que Dieu n’a rien fait de juste ou qu’Il ne fera rien de juste, c’est que les hommes ne pensent jamais que ce que Dieu fait soit juste. Selon les hommes, si l’œuvre de Dieu n’est pas conforme à la volonté de l’homme ou si elle n’est pas ce qu’ils attendaient, ça veut dire qu’Il n’est pas juste. Les hommes ne se rendent jamais compte que ce qu’ils font n’est pas approprié ou n’est pas conforme à la vérité ; ils ne se rendent jamais compte qu’ils résistent à Dieu. Si Dieu ne traitait ou n’émondait jamais les hommes pour leurs transgressions et ne leur reprochait jamais leurs fautes, mais était toujours calme, ne les provoquait jamais, ne les offensait jamais et n’exposait jamais leurs cicatrices, mais leur permettait de manger et d’avoir du bon temps avec Lui, alors les hommes ne se plaindraient jamais que Dieu est injuste. Ils diraient hypocritement qu’Il était très juste. Alors, les gens ne croient toujours pas que ce que Dieu exige, c’est leur performance après leur transformation. Comment Dieu pourrait-Il être tranquille s’ils continuaient ainsi ? Si Dieu ne faisait qu’un peu de reproches aux gens, ils ne croiraient plus qu’Il voit leur performance après la transformation. Ils cesseraient de croire qu’Il est juste et ils n’auraient pas la volonté d’être transformés. Si les hommes continuaient dans ces circonstances, ils seraient trompés par leurs propres idées.