Il est très important de comprendre le tempérament de Dieu

Il existe beaucoup de choses que Je souhaite que vous accomplissiez. Cependant, vos actions et toutes vos vies ne sont pas en mesure de satisfaire toutes Mes demandes, donc Je dois être direct et vous expliquer Ma volonté. Étant donné que vos facultés de discernement et d’appréciation sont très faibles et que vous ignorez presque tout de Mon tempérament et de Ma substance, il est urgent que Je vous en informe. Peu importe le fait que tu aies déjà compris ou que tu sois prêt à comprendre ces enjeux, Je dois quand même vous les expliquer en détail. Cet enjeu ne vous est pas étranger, mais vous ne semblez pas comprendre ou connaître la signification qu’il comporte. Beaucoup ne possèdent qu’une lueur de compréhension, et n’ont en général qu’une connaissance superficielle de cet enjeu. Pour vous aider à mieux pratiquer la vérité, qui consiste à mettre davantage en pratique Mes paroles, Je pense que c’est l’enjeu que vous devez connaître en premier lieu. Autrement, votre foi restera incertaine, hypocrite et très marquée par la religion. Si tu ne comprends pas le tempérament de Dieu, alors il te sera impossible de réaliser ta tâche envers Lui. Si tu ne connais pas la substance de Dieu, alors il sera de la même manière impossible de maintenir le respect et la crainte envers Lui, ne tenant alors compte que de la superficialité et de la tergiversation, et même de l’incorrigible blasphème. Comprendre le tempérament de Dieu est en effet très important, et la compréhension de la substance de Dieu ne peut pas être négligée, pourtant aucun n’a jamais examiné ou exploré minutieusement cet enjeu. Il est évident de se rendre compte que vous avez tous rejeté les mesures administratives que J’ai énoncées. Si vous ne comprenez pas le tempérament de Dieu, alors vous offenserez facilement Son tempérament. Une telle offense revient à exaspérer Dieu Lui-même, et devient de manière ultime une transgression des mesures administratives. Tu devrais maintenant réaliser que tu peux comprendre le tempérament de Dieu puisque tu commences à comprendre Sa substance, et que tu comprends que le tempérament de Dieu est équivalent à la compréhension des mesures administratives. De manière certaine, beaucoup des mesures administratives impliquent le tempérament de Dieu, mais l’intégralité de Son tempérament n’a pas été exprimée en leur sein. Cela nécessite de vous familiariser davantage avec le tempérament de Dieu.

Je parle avec vous aujourd’hui non pas en ayant une conversation ordinaire, donc vous devez considérer Mes paroles sérieusement, et même les méditer profondément. Ce que Je veux dire par là, c’est que vous avez consacré trop peu d’efforts aux paroles que J’ai prononcées. Lorsqu’il est question du tempérament de Dieu, vous êtes encore d’avantage réticents à le contempler, et très peu s’y consacrent. Je dis donc que votre foi est purement faite de grandes paroles. Même aujourd’hui, pas même un seul d’entre vous n’a consacré de véritable effort à vos faiblesses les plus vitales. Vous M’avez laissé tomber après toute la douleur que J’ai endurée pour vous. Pas étonnant que vous soyez tous des provocateurs de Dieu et que vous meniez des vies dépourvues de vérité. Comment de telles personnes peuvent-elles être considérées comme des saints ? Le paradis ne tolérera pas une telle chose ! Puisque votre compréhension est aussi limitée, Je vais devoir déployer davantage d’efforts.

Le tempérament de Dieu est un sujet qui semble très abstrait et qui n’est pas facilement accepté, car Son tempérament est différent de la personnalité de l’homme. Dieu a Lui aussi des émotions de plaisir, de colère, de tristesse et de bonheur, mais de telles émotions diffèrent également de celles de l’homme. Dieu a Son propre être et Ses propres possessions. Tout ce qu’Il exprime et manifeste sont des représentations de Sa substance et de Son identité. Son être, Ses possessions, ainsi que Sa substance et Son identité ne peuvent être remplacés par aucun homme. Son tempérament englobe Son amour pour l’humanité, le réconfort pour l’humanité, la haine de l’humanité, et même d’avantage, une compréhension approfondie de l’humanité. La personnalité de l’homme, cependant, peut être optimiste, intense ou impitoyable. Le tempérament de Dieu est un tempérament qui appartient au souverain de tous les êtres vivants parmi toutes les choses, au Seigneur de toute création. Son tempérament représente l’honneur, le pouvoir, la noblesse, la grandeur et, par-dessus tout, la suprématie. Son tempérament symbolise l’autorité et tout ce qui est juste, beau et bon. De plus, elle représente la manière dont Dieu ne peut[a]être éliminé ni même attaqué par les ténèbres ou par toute force ennemie, ainsi que la manière dont il ne peut être (et n’est en effet pas en mesure d’être)[b]offensé par un quelconque être créé. Son tempérament symbolise le pouvoir le plus élevé. Nulle personne ou nul groupe de personnes n’a le droit ou la capacité de perturber Son œuvre ou Son tempérament. Mais la personnalité de l’homme n’est pas plus qu’un simple symbole de la faible supériorité de l’homme sur la bête. En lui-même et de lui-même, l’homme ne possède ni autorité, ni autonomie, ni faculté de transcender le soi, mais seulement une substance qui se soumet lâchement à la manipulation par toute personne, événement ou chose. Le plaisir de Dieu est dû à l’existence et à l’émergence de la justice et de la lumière ; à la destruction des ténèbres et du mal. Il prend du plaisir, car Il a apporté la lumière et une belle vie à l’humanité ; Son plaisir se trouve dans la droiture, symbolisant l’existence de tout ce qui est positif et, surtout, de bon augure. La colère de Dieu est due à l’existence de l’injustice et de la perturbation qu’elle provoque en nuisant à Son humanité ; elle est due à l’existence du mal et des ténèbres, à l’existence des choses qui évincent la vérité, et plus encore, en raison de l’existence des choses qui s’opposent à ce qui est bon et beau. Sa colère symbolise le fait que toutes les choses négatives ont cessé d’exister et, surtout, symbolise Sa sainteté. Sa tristesse est due à l’humanité, dans laquelle Il a de l’espoir mais qui a sombré dans les ténèbres, car l’œuvre qu’Il a réalisée sur l’homme n’est pas parvenue à atteindre Ses exigences, et parce que l’humanité qu’Il aime ne peut pas vivre toute entière dans la lumière. Il se sent triste pour l’humanité innocente, pour l’homme honnête mais ignorant, et pour l’homme bon mais ambivalent. Sa douleur est un symbole de Sa bonté et de Sa miséricorde, un symbole de beauté et de bienveillance. Son bonheur, évidemment, vient du fait de vaincre Ses ennemis et d’obtenir la bonne foi de l’homme. Il vient également de l’expulsion et de la destruction de toutes les forces ennemies, ainsi que de la belle vie paisible que reçoit l’humanité. Le bonheur de Dieu est différent de la joie de l’homme ; il correspond plutôt à la sensation de recevoir des fruits agréables, une sensation encore plus grande que la joie. Son bonheur symbolise l’humanité qui se libère de la souffrance et qui entre dans un monde de lumière. Les émotions de l’humanité, de leur côté, existent toutes pour les besoins de ses propres intérêts, non pas pour la justice, la lumière ou ce qui est beau, et encore moins pour la grâce du Paradis. Les émotions de l’humanité sont égoïstes et appartiennent au monde des ténèbres. Elles ne sont pas destinées à la volonté, et encore moins au projet de Dieu, donc l’homme et Dieu ne peuvent jamais être décrits d’un même souffle. Dieu est à jamais suprême et toujours honorable, alors que l’homme est à jamais faible et toujours misérable. C’est parce que Dieu fait toujours des sacrifices et qu’Il Se consacre Lui-même à l’humanité ; l’homme, cependant, prend et travaille uniquement pour lui-même. Dieu œuvre toujours pour l’existence de l’humanité, pourtant l’homme n’a jamais contribué en rien à la lumière ou à la justice. Même si l’homme travaille pendant un temps, il est faible et ne peut supporter le moindre coup, car le travail de l’homme est toujours pour lui-même et non pas pour les autres. L’homme est toujours égoïste, alors que Dieu est à jamais désintéressé. Dieu est la source de tout ce qui est juste, bon et beau, alors que l’homme est l’héritier et l’expression de toute la laideur et du mal. Dieu n’altèrera jamais Sa substance de la justice et de la beauté, alors que l’homme peut, à tout moment, trahir la justice et s’égarer loin de Dieu.

Chaque phrase que J’ai prononcée comprend le tempérament de Dieu. Vous feriez bien de réfléchir attentivement à Mes paroles, et vous en tirerez certainement un grand profit. La substance de Dieu est très difficile à saisir, mais Je pense que vous possédez tous au moins quelques connaissances du tempérament de Dieu. J’espère, à présent, que vous allez Me montrer et faire davantage de choses en prenant compte de tout ceci, qui n’offenseront pas le tempérament de Dieu. Je serai alors rassuré. Par exemple, gardez Dieu dans ton cœur à tout moment. Lorsque tu agis, tiens-toi en à Sa parole. Sollicite Ses pensées dans toutes les choses, et ne fais rien qui déshonore et ne respecte pas Dieu. De plus, ne place jamais Dieu à l’intérieur de ton esprit pour combler le vide à venir de ton cœur. Si tu le fais, alors tu auras offensé le tempérament de Dieu. Si tu ne fais jamais de remarques blasphématoires ou de complaintes envers Dieu et que tu es capable de faire convenablement tout ce qu’Il t’a confié tout au long de ta vie, ainsi que de te soumettre à toutes les paroles de Dieu, alors tu as évité avec succès de transgresser les mesures administratives. Par exemple, si tu t’es déjà dit « Pourquoi est-ce que je ne pense pas qu’Il est Dieu ? », « Je pense que ces paroles ne sont rien de plus que des éclaircissements du Saint-Esprit », « Je ne pense pas que tout ce que fait Dieu est bon », « L’humanité de Dieu n’est pas supérieure à la mienne », « La parole de Dieu n’est simplement pas croyable », ou toutes autres réflexions de ce type, alors Je t’encourage à confesser tes péchés et à te repentir. Autrement, tu n’auras jamais la chance d’obtenir le pardon, car ce n’est pas un homme que tu offenses, mais Dieu Lui-même. Tu penses que tu juges simplement un homme, mais l’Esprit de Dieu ne le voit pas de cette manière. Ton manque de respect vis-à-vis de Sa chair équivaut à ne pas Le respecter. Si tel est le cas, alors n’as-tu pas offensé le tempérament de Dieu ? Tu dois te souvenir que tout ce qui est réalisé par l’Esprit de Dieu est fait pour soutenir Son œuvre dans la chair et le faire de la bonne manière. Si tu ignores ceci, alors Je dis que tu es de ceux qui ne seront jamais en mesure de réussir à croire en Dieu. Car puisque tu as provoqué la colère de Dieu, Il doit utiliser le châtiment approprié pour te donner une leçon.

Se familiariser avec la substance de Dieu n’est pas une mince affaire. Tu dois comprendre Son tempérament. De cette manière, tu te familiariseras progressivement avec la substance de Dieu, et tu avanceras simultanément vers un état bien plus grand et bien plus beau. Finalement, tu auras honte de ton âme odieuse, à tel point que tu auras honte de montrer ton visage. À ce moment-là, tu offenseras de moins en moins le tempérament de Dieu ; ton cœur se rapprochera de plus en plus de celui de Dieu, et, progressivement, un amour pour Lui grandira dans ton cœur. C’est le signe de l’humanité qui entre dans un magnifique état. Mais pour le moment, vous ne l’avez pas encore atteint. Vous vous épuisez à voyager ici et là pour accomplir votre destin, donc qui pourrait penser à essayer de se familiariser avec la substance de Dieu ? Si cela devait continuer ainsi, vous transgresseriez inconsciemment les mesures administratives, car votre connaissance du tempérament de Dieu est bien trop faible. Est-ce alors ce que vous faites maintenant en n’établissant pas une fondation pour vos offenses contre le tempérament de Dieu ? Le fait que Je vous demande de comprendre le tempérament de Dieu n’est pas en contradiction avec Mon œuvre. Car si vous transgressez souvent les mesures administratives, qui d’entre vous peut échapper au châtiment ? Mon œuvre n’aura-t-elle alors pas été entièrement vaine ? Par conséquent, Je demande encore à ce qu’en plus de scruter vos propres actions, vous soyez prudents dans les démarches que vous entreprenez. C’est la plus grande exigence que Je vous demanderai, et J’espère que vous en tiendrez tous compte avec soin et que vous la considérerez avec importance. Si un jour vos actions venaient à Me faire entrer dans une rage gigantesque, alors vous seuls en considérerez les conséquences, et aucun autre ne subira le châtiment à votre place.

Notes de bas de page :

[a]On peut lire dans le texte original « étant incapable d’être. »

[b]On peut lire dans le texte original « étant incapable d’être (et n’étant en effet pas en mesure d’être). »