L'Église de Dieu Tout-Puissant App

Écoutez la voix de Dieu et accueillez le retour du Seigneur Jésus !

Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Voilà une personne véritablement bonne

5

Par Moran, ville de Linyi, province du Shandong

Depuis mon enfance, j’ai toujours accordé une grande importance au regard des autres et à leur impression à mon sujet. Afin d’être félicitée par les autres pour tout ce que je faisais, je ne me disputais jamais avec personne lorsque quelque chose n’allait pas, afin de ne pas détruire la bonne image que les autres avaient de moi. Après avoir accepté l’œuvre de Dieu dans les derniers jours, j’ai continué de cette façon, conservant de toutes les manières possibles la bonne image que mes frères et sœurs avaient de moi. Avant, quand j’étais en charge du travail, mon dirigeant me disait souvent que ma performance était comme celle d’une personne qui ne savait pas dire « non », et non pas la performance d’une personne qui met la vérité en pratique. Je ne l’ai jamais pris à cœur, mais au contraire, si les autres pensaient que j’étais une bonne personne, j’étais alors satisfaite.

Un jour, j’ai lu ce paragraphe : « Si dans votre croyance en Dieu vous ne poursuivez pas la vérité, alors, même s’il semble que vous ne transgressez pas, vous n’êtes pas encore véritablement une bonne personne. Ceux qui ne poursuivent pas la vérité n’ont certainement pas le sens de la justice, ni ne peuvent aimer ce que Dieu aime où haïr ce que Dieu hait. Ils ne peuvent absolument pas se tenir aux côtés de Dieu, encore moins être compatibles avec Lui. Alors, comment ceux qui n’ont pas le sens de la justice peuvent-ils être qualifiés de bonnes personnes ? Non seulement ceux qui sont décrits par des personnes de ce monde comme des gens agréables n’ont pas le sens de la justice, mais ils n’ont pas non plus de buts dans la vie. Ce sont simplement des personnes qui ne veulent jamais offenser qui que ce soit, donc quelle est leur valeur ? Une personne véritablement bonne, c’est quelqu’un qui aime les choses positives, qui poursuit la vérité et désire profondément la lumière, quelqu’un qui peut distinguer le bien du mal et dont les buts dans la vie sont corrects ; c’est uniquement ce type de personne que Dieu aime » (« Pour servir Dieu, on doit apprendre à discerner toutes sortes de gens », dans Sélections d’annales tirées des arrangements de l’œuvre de l’Église de Dieu Tout-Puissant). Après avoir lu ces paroles, j’ai soudain vu la lumière. Je percevais désormais qu’une bonne personne n’était pas quelqu’un qui entretient des relations amicales avec les gens ordinaires et qui ne se dispute ni ne se querelle avec eux, ni quelqu’un qui peut donner une bonne impression à ses frères et sœurs et être bien jugée par eux. Une personne véritablement bonne est quelqu’un qui aime les choses positives et recherche la vérité et la justice, quelqu’un qui a de véritables buts dans la vie, qui a un sens de la justice, qui peut discerner le bien du mal, qui aime ce que Dieu aime et qui haït ce que Dieu hait ; quelqu’un qui est prêt à tout donner pour la réalisation de ses devoirs et qui a la volonté et le courage de consacrer sa vie à la vérité et à la justice. Concernant mes propres actions, où y avait-il un quelconque sens de la justice ? Quand un frère ou une sœur revenait de la prédication de l’évangile en disant combien c’était difficile, je ne pouvais m’empêcher de ressentir de la confusion et de commencer à me plaindre, de ressentir que la prédication de l’évangile n’était pas facile, que c’était vraiment trop difficile, prenant parti pour la chair de l’homme sans le savoir et ne voulant pas continuer à enseigner. Quand je voyais des perturbations à l’église sur des sujets comme la diffusion de conceptions de Dieu, si elles étaient sérieuses, j’échangeais alors à l’aide de paroles pleines de tact pour résoudre le problème ; si elles n’étaient pas sérieuses, j’ignorais alors le problème en fermant les yeux, de peur que les autres personnes aient une mauvaise opinion de moi si je ne parlais pas correctement. Quand je voyais ma partenaire faire des choses qui n’avaient rien à voir avec la vérité ou ne pas prendre en considération son environnement, je voulais soulever le problème avec elle, puis je pensais : « Pourrait-elle supporter que j’aborde ce problème ? Cela ne vaut pas la peine de compromettre notre bonne relation pour de si petites choses. J’attendrai simplement la prochaine fois et l’aborderai alors. » De cette manière, je me trouvais des excuses, m’arrangeant ainsi pour l’ignorer.

À présent, je voyais que je correspondais purement à la définition d’une bonne personne selon les gens de ce monde, c’est-à-dire quelqu’un qui ne sait simplement pas dire « non » aux yeux des gens ordinaires : quelqu’un qui ne veut jamais offenser qui que ce soit et qui n’a rien à voir avec la bonne personne de la joie de Dieu qui aime les choses positives, recherche la vérité et a un sens de la justice. Je voyais l’impression que les autres avaient de moi comme étant plus importante que d’obtenir la vérité et j’étais satisfaite simplement en étant encensée par les autres ; comment aurais-je pu être quelqu’un avec des buts corrects dans la vie ? Les louanges d’autrui pouvaient-ils représenter mon obtention de la vérité ? Le bon jugement des autres pouvait-il représenter le fait que j’avais la vie ? Si je croyais en Dieu mais ne recherchais ni la vérité ni la justice, ne cherchais pas à changer mon tempérament, mais plutôt, cherchais toujours à préserver ma propre réputation et sauver la face, que cela valait-il lorsque l’on suit Dieu ? Qu’aurais-je pu obtenir en suivant cette voie jusqu’à la fin ? J’étais une création complètement corrompue. Si j’avais vraiment obtenu la haute considération de tous et avais conservé mon statut dans leur esprit, alors ne serais-je pas devenue cet archange qui s’est battu pour la place de Dieu ? N’étais-je pas devenue l’ennemie même de Dieu ? N’est-ce pas ce type de personne qui commet un péché mortel aux yeux de Dieu ? Ceux que Dieu sauve et perfectionne sont ces personnes véritablement bonnes qui recherchent la vérité et la justice. Ce ne sont pas ces personnes déraisonnables qui ne savent pas distinguer le bien du mal, qui ne sont pas claires au sujet de l’amour et de la haine, et qui n’ont pas le sens de la justice, encore moins ces personnes méchantes qui ne se soucient que de leur propre réputation et qui sont hostiles à Dieu. Si j’avais continué à accepter l’opinion des gens ordinaires comme critère de ma conduite personnelle, je serais condamnée à faire l’objet de l’élimination et de la punition de Dieu.

Oh, Dieu ! Je Te remercie pour Ta direction et Ton éclairage qui m’ont permis d’avoir une certaine connaissance de ce qu’est véritablement une bonne personne, et cela m’a en plus permis de voir mes propres présomptions erronées et mon ignorance, et de reconnaître ma propre rébellion et ma propre résistance. Oh, Dieu ! À partir d’aujourd’hui, je désire adopter l’expression « rechercher la vérité et avoir un sens de la justice » comme critère de ma conduite, pour chercher à pénétrer plus profondément la vérité, pour chercher à changer mon tempérament et m’efforcer à être bientôt une personne véritablement bonne qui comprend ce que sont l’amour et la haine, et qui a un sens de la justice.

Contenu connexe

  • Un virage salutaire sur le chemin de la foi en Dieu

    Par Zhuanbian, ville de Shanghai Bien que je suivais Dieu depuis de nombreuses années, je n’avais pratiquement fait aucun progrès concernant mon entr…

  • Souffrances et épreuves : les bénédictions des favoris

    Par Wang Gang, province du Shandong Je suis fermier et, comme ma famille est pauvre, j’ai toujours dû voyager partout pour trouver des emplois temp…

  • Ce n’est pas facile d’être une personne honnête

    Un jour, alors que je révisais des articles, j’ai vu qu’une sœur de l’équipe de rédaction d’un district était meilleure que moi, que ce soit pour la rédaction ou la révision d’articles. J’ai alors pensé : je dois être plus stricte à l’égard des articles qu’elle a édités, au cas où les dirigeants se rendraient comptent qu’elle révise les articles mieux que moi et lui offriraient une promotion, ce qui mettrait ma propre position en danger.

  • J’ai expérimenté le salut de Dieu

    Par Cheng Hao, ville de Yongzhou, province de Hunan Le devoir que ma femme et moi accomplissons dans l’église est celui de prêcher l’Évangile. Il y …