L'Église de Dieu Tout-Puissant App

Écoutez la voix de Dieu et accueillez le retour du Seigneur Jésus !

Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

La délivrance du cœur

2

Par Zheng Xin, États-Unis

En Octobre 2016, mon mari et moi avons accepté le salut de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours lorsque nous étions à l’étranger. Après cela j’ai commencé à assister fréquemment aux réunions avec des frères et sœurs pour lire les paroles de Dieu, partager nos expériences et notre compréhension de Ses paroles, et chanter des cantiques à la gloire de Dieu. Je ressentais beaucoup de joie pour ce genre de vie de l’église, et je l’appréciais vraiment.

Quelques mois se sont écoulés en un clin d’œil, et les frères et sœurs ont tous progressé dans la vie à des degrés divers. Nous avons, en particulier, le cas de la sœur Wang, qui avait peu d’années dans la foi, mais avait connu le développement le plus rapide. Que ce soit dans la prière, ou en partageant ses expériences et sa compréhension des paroles de Dieu, elle se montrait plus concrète et elle possédait plus de lumière que le reste d’entre nous. Son échange était également clair et méthodique. Tous les frères et sœurs disaient qu’il s’agissait d’une personne de qualité et qu’elle progressait rapidement. Au début, j’avais une très grande admiration pour elle, et je disais souvent à mes frères et sœurs après une réunion : « Non seulement les partages de la sœur Wang sont clairs et méthodiques, mais elle possède également une très grande connaissance. De plus, elle est généralement capable de chercher la volonté de Dieu quand elle fait face un problème. » Mais après un certain temps, j’ai commencé à me sentir contrariée. Je me suis dit : « Pourquoi est-ce que tout le monde la loue, et pas moi ? Se pourrait-il que je n’ai pas du tout progressé ? Y a-t-il quelque chose qui ne va pas avec ma façon de partager ? » J’ai peu à peu nourri un sentiment de mécontentement à l’égard de la sœur Wang, et j’ai commencé à m’opposer secrètement à elle. Je me suis dit : « Vous pouvez communier avec la parole de Dieu, je le peux aussi. Le jour viendra où je vous surpasserai. » Je me suis même mise à concevoir des machinations : « Je devrais protéger la connaissance et la lumière que je reçois généralement de la parole de Dieu et uniquement les partager lors d’une réunion avec tout le monde. De cette façon, ils verront tous que je peux aussi expérimenter Son œuvre et la connaissance que je partage est aussi très concrète. » À partir de ce moment-là, je lisais la parole de Dieu à chaque fois que j’en avais l’occasion et je notais chaque chose que j’avais acquise, que j’avais comprise de Sa parole dans un cahier. Quand venait l’heure de se réunir, je passais au crible toutes ces révélations en moi afin de voir comment est-ce que je pouvais les partager dans un message qui serait tout aussi clair, organisé, et méthodique comme la sœur Wang. Je ne savais pas pourquoi, mais plus je voulais me mettre en valeur devant mes frères et sœurs, plus je me ridiculisais. Dès qu’il était temps pour moi de partager, Je n’arrivais plus avoir l’esprit clair. Au lieu de cela, je tenais des propos désordonnés. Je n’arrivais plus à exposer clairement les points de vue que je voulais exprimer, et chaque réunion devenait très embarrassante pour moi. Ces quelques jours, j’étais agitée et mon esprit était dans un tourbillon. Je ne me sentais plus aussi proche de la sœur que par le passé. J’ai commencé à ressentir progressivement que les réunions devenaient une sorte de stress pour moi, et je ne pouvais pas libérer mon cœur.

Puis un jour, j’ai dit à mon mari ce qui m’arrivait pendant que nous discutions : « J’ai récemment constaté que dans les réunions, l’échange de la sœur Wang est meilleure que la mienne. Je me suis sentie vraiment mal à l’aise… » Mais avant que je finisse de parler, mon mari a ouvert grand les yeux et m’a très sincèrement dit : « Les échanges de la sœur Wang sont bonnes, et c’est édifiant pour nous. Nous devrions remercier Dieu pour cela. Ton malaise n’est-il pas juste de la jalousie ? » Ses paroles étaient comme une gifle en plein visage. J’ai rapidement secoué ma tête et nié : « Non, ce n’est pas ça. Je ne suis pas comme ça. » Puis il a dit : « Nos frères et sœurs ont tous retiré quelque chose du partage de la sœur Wang. Si le fait de l’écouter te met mal à l’aise, n’est-ce pas de la jalousie parce qu’elle est plus compétente que toi ? » Les paroles de mon mari m’ont encore une fois transpercé le cœur. Je me suis sentie très contrariée. Se pouvait-il que je sois vraiment si horrible ? Je me suis sentie incroyablement lésée et j’étais au bord des larmes. Je lui ai dit : « N’en dis pas plus. Laisse-moi me calmer, et je prendrai le temps d’y réfléchir ! » Après cela, de façon surprenante, mon mari a dit à la sœur Liu, un leader dans l’église, quel était mon problème. Il voulait que la sœur Liu m’apporte de l’aide. Je lui ai reproché de lui avoir parlé sans avoir discuté avec moi au préalable. Je me suis dit, comment pourrais-je montrer mon visage à nos frères et sœurs après cela ? S’ils savent que j’étais jalouse de la sœur Wang, ne me mépriseront-ils pas ? Plus j’y pensais, plus j’étais contrariée, mais éviter la réalité n’apporterait aucune solution. J’ai prié : « Oh Dieu ! Que devrais-je faire ? »

Le lendemain, je me suis mise à examiner ce que j’avais révélé au cours de cette période. Les frères et sœurs avaient l’habitude de partager la révélation et la compréhension qu’ils avaient acquis en lisant la parole de Dieu avec tout le monde à tout moment, mais je réservais la lumière que j’avais obtenue pour exposer pendant nos réunions. Je voulais parler de choses que les autres ne savaient pas afin que mes frères et sœurs puissent m’admirer. Quand j’ai vu que d’autres frères et sœurs partageaient mieux que moi, je me suis trouvée mal à l’aise et j’ai voulu les surpasser. Je pensais que j’étais vraiment facile à vivre avec les autres et que je ne faisais jamais preuve de mesquinerie, que j’étais une bonne personne, simple dans mon cœur. Mais je n’osais pas croire que je pouvais être jalouse de quelqu’un, et que je pouvais même m’opposer et rivaliser secrètement avec cette personne. Comment se pouvait-il que je sois ce genre de personne ? Aux alentours de midi, j’ai appelé une sœur pour lui demander si elle se sentait jalouse pendant les réunions quand elle se rendait compte que la communion des autres frères et sœurs était meilleure que la sienne. Elle a dit que cela n’était pas le cas. Elle a également dit : « Si nos frères et sœurs communient bien, c’est édifiant et bénéfique pour nous tous. J’y prends beaucoup de plaisir, et ça me rend heureuse ! » En l’entendant prononcer ces paroles, je me suis à nouveau sentie mal, et c’est uniquement à cet instant que j’ai réalisé à quel point la jalousie était forte en moi. J’ai pleuré et prié à Dieu : « Oh Dieu ! Je ne veux plus être une personne jalouse, mais à chaque fois que j’écoute le merveilleux partage de cette sœur, je ne peux m’empêcher d’être jalouse d’elle. Je me suis sentie perturbée et entravée par ça toute la journée. Je ne sais vraiment pas ce que je devrais faire. Dieu ! Puisses-tu m’aider à me libérer des entraves de la jalousie dans mon cœur… » Plus tard, la responsable de l’église, la sœur Liu, est venue me voir. Elle a lu quelques passages des paroles de Dieu qui étaient en rapport avec mon problème. « Humanité cruelle ! La connivence et l’intrigue, les larcins et les vols à la tire commis les uns envers les autres, la ruée vers la renommée et la fortune, les massacres mutuels… quand cela prendra-t-il donc fin ? En dépit des centaines de milliers de paroles que Dieu a prononcées, personne n’a retrouvé la raison. […] Combien n’oppriment pas les autres ou ne les ostracisent pas dans le but de protéger leur propre position ? » (La Parole apparaît dans la chair). « Certaines personnes ont toujours peur que les autres leur volent la vedette et les surpassent, qu’ils soient reconnus alors qu’elles sont elles-mêmes négligées. Cela les conduit à attaquer et à exclure les autres. N’est-ce pas un cas de jalousie envers les autres qui sont plus compétents qu’elles-mêmes ? Un tel comportement n’est-il pas égoïste et méprisable ? De quelle sorte de tempérament s’agit-il ? Un qui est malicieux ! Ne penser qu’à soi-même, ne satisfaire que ses propres désirs, n’avoir aucune considération pour les devoirs des autres et ne penser qu’à ses propres intérêts et non aux intérêts de la maison de Dieu, de telles gens ont un mauvais tempérament et Dieu ne les aime pas » (Récits des entretiens de Christ). Elle a également partagé un passage à partir des Sermons et échange sur l’entrée dans la vie : « Ainsi, ceux qui sont jaloux des autres sont-ils des personnes qui sont fermées d’esprit ?… Y a-t-il un avantage à être fermé d’esprit et jaloux ? Il n’y a pas le moindre avantage. Ils sont mesquins, étroits d’esprit, et vicieux, et les gens les considèrent comme ridicules. Ils ne sont pas dignes de vivre. L’étroitesse d’esprit n’est pas bonne, et c’est définitif. Certaines personnes disent : “Parfois, nous ne pouvons pas la vaincre. Dès que nous rencontrons une personne meilleure que nous, nous nous sentons jaloux et en colère. Dès que je vois cette personne, j’ai même l’impression de ne plus pouvoir continuer à vivre. Que puis-je faire quand je suis confronté à cela ?” Ne peux-tu pas prier Dieu et te maudire ? Et comment devrais-tu prier ? Tu dis : “Je ne peux pas supporter de voir quelqu’un de meilleur que moi. Quel genre de personne suis-je ? Une personne comme moi ne mérite pas de vivre. Je suis jalouse chaque fois que je vois une personne meilleure que moi. Quel est donc ce type de cœur ? Ce n’est pas une humanité normale. Puisse Dieu me discipliner et m’émonder.” Après cela, fais la prière suivante : “Dieu, je te supplie de me sauver pour me permettre d’échapper à mon étroitesse d’esprit, pour me rendre plus généreuse en esprit, plus magnanime, pour me permettre de vivre en toute humanité afin que Tu n’aies point honte de moi.” C’est comme ça que tu devrais prier. Une fois que tu as prié ainsi pendant un moment, peut-être même avant que tu ne t’en rendes compte, tu deviendras un peu plus généreuse d’esprit. La prochaine fois que tu rencontreras une personne qui est plus compétente que toi, tu ne ressentiras plus autant de jalousie. Tu seras en mesure de l’accepter et d’interagir avec elle normalement. Au fil du temps, cela deviendra correct. Dès que tu auras obtenu l’humanité normale, tu seras en mesure d’avoir un vie facile en vivant heureuse et sans soucis. Une personne avec un esprit étroit vit dans la gêne, la douleur et l’épuisement » (L’échange du supérieur). J’ai frémi dans mon cœur lorsque j’ai lu ce message. Cela décrivait mon état ! Le partage de la sœur Wang était édifiant, mais je n’ai pas trouvé de moyen de le mettre en pratique. Au contraire, afin de protéger ma propre vanité, j’ai continué à vivre dans cet état de concurrence avec la sœur Wang. Je me suis secrètement opposée à elle et creusé la cervelle en essayant de trouver des moyens de partager un message meilleur que le sien. J’ai même espéré sincèrement que personne ne dirait rien de bon à son sujet ou n’apprécierait son message. Lorsque mon propre partage n’était pas bon, lorsque je ne pouvais pas me mettre en valeur et me couvrir de honte, mon esprit était dans un tourbillon, je souffrais et j’étais bouleversée. J’ai passé toute la journée à vivre dans mes angoisses, mes soucis, profondément effrayée que les autres me méprisent. J’étais si étroite d’esprit. Je ne pensais qu’à me démarquer, mais je ne pouvais absolument pas supporter que quelqu’un d’autre soit meilleur que moi. N’est-ce pas cela la jalousie, le fait d’envier ceux qui réussissent ? Il n’y a aucune humanité normale dans cela ! Quand j’y repense, j’étais aussi comme ça avant de croire en Dieu. Quand j’interagissais avec des amis, des parents, des voisins et des collègues, je ne pensais qu’à faire en sorte que les autres disent du bien de moi. Parfois, quand un collègue faisait l’éloge du travail d’une autre personne devant moi, je me sentais mal à l’aise et afin de recevoir les louanges des autres, je m’investissais à fond pour bien faire mon travail, et j’étais heureuse de le faire, peu importe à quel point c’était difficile et épuisant. C’est uniquement à ce moment que je me suis rendue compte que ces manifestations étaient toujours des dispositions corrompues sataniques. Quand je m’en suis rendue compte, La sœur Liu une fois de plus a rapproché cela de ce passage d’exhortation et m’a montré une méthode concrète. C’était d’aller devant Dieu et Le prier, de présenter mes propres difficultés à Dieu et la corruption que je révèle afin qu’Il puisse m’aider à devenir une personne généreuse en esprit. Après cela, j’allais fréquemment devant Dieu et je Lui parlais de mes difficultés. J’ai également commencé à lire plus consciemment la parole de Dieu qui juge et expose le tempérament corrompu de l’humanité. Quand je trouvais l’illumination et la lumière à partir de la parole de Dieu, je la partageais avec mes frères et sœurs à tout moment. Ils parlaient également de ce qu’ils avaient acquis et compris. Je ne l’aurais jamais imaginé, mais ce genre de pratique m’a permis d’en tirer beaucoup plus qu’une simple lecture personnelle de la parole de Dieu. Lors des réunions, je partageais mes messages en fonction de ce que je comprenais, et je m’efforçais d’apaiser mon cœur et d’écouter les partages des autres. Je l’ai constaté uniquement grâce à ce genre de pratique, lorsque mes frères et sœurs ont pu parler de leurs expériences et de leurs témoignages sur la mise en pratique de la parole de Dieu, J’ai également été très édifiée. Après une certaine période de ce genre de pratique, ma jalousie est devenue moins forte qu’elle ne l’était auparavant, mais lors de chaque réunion, quand je voyais que les autres frères et sœurs appréciaient réellement le partage de la sœur Wang, je ne pouvais toujours pas m’empêcher de ressentir une certaine jalousie. Je ressentais toujours une certaine distance entre elle et moi, et je ne pouvais pas interagir normalement avec elle. Vivant dans cet état, je n’ai pas osé m’ouvrir à mes frères et sœurs. J’avais peur que si je le faisais, ils me mépriseraient. Ainsi, pendant plusieurs réunions, je n’ai pas pu obtenir de délivrance dans mon cœur. Je ne pouvais que parler à Dieu de mes difficultés : « Oh Dieu ! Je suis une fois de plus dans un mauvais état aujourd’hui. Pourrais-tu me guider… »

Un soir, la sœur Liu m’a appelée. Elle a demandé avec inquiétude si j’avais éprouvé des difficultés ces derniers temps. J’ai répondu vaguement : « Ma corruption est si profonde. Se pourrait-il que Dieu ne puisse sauver une personne comme moi ? » J’avais peur qu’elle me méprise, alors je me suis tue. La sœur Liu m’a lu un passage des paroles de Dieu : « “Je n’ai pas besoin de parler aux autres de mon côté sombre ou corrompu, n’est-ce pas ?” Si tu ne parles pas de ces choses et ne te dissèques pas toi-même, alors tu ne te connaîtras jamais toi-même, tu ne sauras jamais ce que tu es vraiment et il n’y aura aucune possibilité que les autres te fassent confiance. C’est un fait. Si tu souhaites que les autres te fassent confiance, tu dois d’abord être honnête. Pour être honnête, tu dois d’abord mettre ton cœur à nu afin que tout le monde puisse le voir, voir tout ce que tu penses, et voir ton vrai visage ; tu ne dois pas simuler ni te camoufler » (Récits des entretiens de Christ). Après avoir lu ces paroles de Dieu, elle a partagé dans son message : « L’ouverture et le partage dans la communion sont des méthodes pour libérer notre cœur. Si nous dissimulons des difficultés dans nos cœurs, nous deviendrons une proie très facile pour Satan, et notre vie en souffrira. S’ouvrir et l’exposer à la lumière, c’est mettre la vérité en pratique et être une personne honnête. Ensuite, nous pouvons également obtenir de l’aide de nos frères et sœurs. Cela aide à résoudre plus rapidement nos difficultés. Nous expérimenterons la croissance dans nos vies et nos cœurs seront libérés. N’est-ce pas une bonne chose ? » Après avoir écouté le partage de la sœur Liu, j’ai pris mon courage à deux mains et je lui ai expliqué ce que je traversais. Je n’aurais jamais pu imaginer qu’après m’avoir entendue, elle n’aurait aucun soupçon de dédain ou de mépris à mon endroit, mais qu’elle partagerait patiemment sa propre expérience avec moi. Elle m’a raconté comment elle avait l’habitude d’être une personne jalouse, et comment elle s’en était sortie. J’étais si surprise après avoir écouté son partage. Je me suis dit : « Donc vous avez aussi eu cette forme d’expression de corruption ! » La sœur Liu a lu un autre passage des paroles de Dieu en rapport avec mon état : « Dieu sauve les gens qui ont des tempéraments corrompus en raison de la corruption de Satan. Ce ne sont pas des gens parfaits sans le moindre défaut ni des gens qui vivent en vase clos. Dès que leur corruption est révélée, certains se disent : Encore une fois, j’ai résisté à Dieu ; je crois en Lui depuis de nombreuses années, mais je n’ai toujours pas changé. Dieu ne veut sûrement plus de moi !Quelle est cette attitude ? Ils ont perdu espoir en eux-mêmes et pensent que Dieu ne veut plus d’eux. N’est-ce pas un cas de mécompréhension de Dieu ? Cette négativité facilite à Satan la découverte de failles dans ton armure et, une fois qu’il a réussi, les conséquences sont inimaginables. Par conséquent, peu importe les difficultés que tu rencontres ou à quel point tu te sens négatif, tu ne dois jamais te rendre ! » (« Récits des entretiens de Christ »). Ensuite, elle a partagé dans son message : « Nous sommes tous des gens qui ont été profondément corrompus par Satan. L’arrogance, la tromperie, l’égoïsme, la jalousie envers les autres – toutes ces natures corrompues sont profondément ancrées chez les gens. Dieu est maintenant venu accomplir l’œuvre du jugement et du châtiment afin de nous purifier et de nous transformer. Nous devons nous traiter correctement, et ne pas vivre dans la négativité et les incompréhensions. Tant que nous avons la volonté de rechercher la vérité, que nous acceptons le jugement et le châtiment de la parole de Dieu, que nous réfléchissons et comprenons notre nature corrompue selon la parole de Dieu, et sommes capables d’abandonner la chair et de mettre la vérité en pratique, le jour viendra où notre tempérament de vie subira une transformation, et nous serons capables de vivre à l’image d’un véritable être humain. » Mon cœur s’est senti plus léger après avoir écouté le témoignage de la sœur Liu, et j’ai aussi compris la volonté de Dieu. Non seulement je devrais faire face à ma propre corruption, en apprenant à me connaître et en recherchant la vérité pour résoudre ma propre nature corrompue, mais je devrais aussi être une personne qui pratique l’honnêteté et m’ouvrir à mes frères et sœurs au sujet de la corruption que j’avais révélée au cours de cette période. Cela priverait Satan d’une opportunité de faire son travail, et cela ferait aussi honte à Satan en pratiquant la vérité. La sœur Liu est revenue chez moi le lendemain, et nous avons lu ensemble un passage des paroles de Dieu : « […] dès qu’il s’agit de position, de contenance ou de réputation, le cœur de chacun bondit d’anticipation et il faut toujours se démarquer, être célèbre, être glorifié. Personne n’est prêt à céder, voulant plutôt toujours être dans le rapport de force, bien que l’affrontement soit embarrassant et non autorisé dans la maison de Dieu. Cependant, sans rapport de force, tu n’es toujours pas content. Voir quelqu’un se démarquer suscite la jalousie, un sentiment de haine et l’impression que c’est injuste. Pourquoi ne puis-je pas me démarquer ? Pourquoi est-ce toujours lui qui se démarque et n’est-ce jamais mon tour ?Il y a alors du ressentiment. Un effort est fait pour le réprimer, mais ça ne réussit pas, alors vient le recours à la prière. Quand tu as fini de prier, tu te sens mieux pour un instant, mais plus tard, le problème revient et tu n’arrives pas à le surmonter. N’est-ce pas un cas de stature immature ? N’est-ce pas un piège quand quelqu’un tombe dans ces conditions ? Ce sont les chaînes de la nature corrompue de Satan qui lient les humains. […] Tu dois apprendre à abandonner et mettre de côté ces choses, à céder, à appuyer les autres et à leur permettre de se démarquer. Ne lutte pas furieusement ni ne te hâte à tirer avantage dès que tu as l’occasion de te démarquer ou d’obtenir de l’honneur. Tu dois apprendre à céder, mais ne dois pas retarder l’accomplissement de ton devoir. Sois une personne qui travaille en secret et qui ne s’affiche pas devant les autres en accomplissant son devoir. Plus tu cèderas et mettras de côté, plus tu deviendras paisible et plus il y aura d’espace à l’intérieur de ton cœur, plus ta condition s’améliorera. Plus tu luttes et entres en compétition, plus ta condition sera sombre. Si tu ne le crois pas, fais un essai et constate par toi-même ! Si tu veux inverser ce genre d’état, si tu ne veux pas être contrôlé par ces choses, alors tu dois d’abord les mettre de côté et les abandonner. Sinon, plus tu luttes, plus les ténèbres t’encercleront, et la jalousie et la haine dans ton cœur augmenteront, et tu auras un désir plus fort d’acquérir. Plus ton désir d’acquérir sera ardent, moins tu seras capable de le faire, et en acquérant moins, ta haine augmentera. À mesure que ta haine augmentera, tu deviendras plus sombre à l’intérieur. Plus tu seras sombre à l’intérieur, plus tu accompliras ton devoir médiocrement ; plus tu accompliras ton devoir médiocrement, moins tu seras utile. C’est un cercle vicieux où tout est interconnecté. Tu ne peux pas accomplir ton devoir correctement dans un tel état, donc, progressivement, tu seras éliminé » (Récits des entretiens de Christ). Après avoir lu les paroles de Dieu, elle a ensuite fait un rapprochement avec sa propre expérience et a partagé sont témoignage sur la racine de la jalousie des hommes. C’est alors que je me suis rendue compte que tout cela avait été causé parce que mon propre désir de me faire un nom et un statut était trop fort, et que ma nature était trop arrogante. Dominée par ces tempéraments corrompus, mon ambition et mon agressivité étaient trop grandes, et peu importe ce que je faisais, je voulais juste être au-dessus des autres. J’étais comme ça quand je faisais partie de la société, et j’étais aussi dans l’église. Même pendant les réunions, l’échange et la prière, je pensais toujours à être meilleure que les autres, et je n’étais heureuse que si les autres me louaient. Dès que quelqu’un d’autre était meilleur que moi, je ne pouvais pas l’accepter et je devenais jalouse. Je résistais et j’œuvrais contre ça. Quand je ne pouvais vraiment pas le surpasser, je vivais juste dans la négativité et je n’arrivais pas à me regarder en face. J’ai même mal compris Dieu et j’ai cru que je ne pouvais pas être une cible pour le salut de Dieu. J’ai vu que la corruption de Satan m’avait rendu arrogante et fragile, égoïste et méprisable, et ma vie est devenue effroyablement misérable. J’ai trouvé une méthode efficace à partir de la parole de Dieu. Je dois apprendre à abandonner, à mettre de côté les choses, à abandonner ma propre chair selon les exigences de Dieu, en apprendre davantage sur les points forts de ma sœur, et faire en sorte que nous compensions les faiblesses de l’une de l’autre. C’est uniquement la volonté de Dieu. C’est le seul moyen de comprendre et d’acquérir plus de vérités. Après cela, la sœur Liu a lu un autre passage des paroles de Dieu : « Les fonctions ne sont pas les mêmes. Il y a un seul corps. Chacun fait son devoir, chacun à sa place et faisant de son mieux – pour chaque étincelle, il y a un éclair de lumière – et cherchant la maturité dans la vie. Ainsi Je serai satisfait » (« Chapitre 21 » de Déclarations de Christ au commencement, dans La Parole apparaît dans la chair). Une fois que j’avais lu ces paroles de Dieu, j’ai compris que le calibre et les dons accordés par Dieu sont différents pour chaque personne. Qu’importe ce qu’ils sont, ils devraient accomplir la mission d’une créature de Dieu, témoigner et glorifier Dieu. Il a été révélé par Dieu que la sœur Wang est une personne de qualité et qu’elle comprend la vérité rapidement. Je devrais gérer ça correctement, et je devrais également gérer convenablement mes propres forces et faiblesses car le meilleur, c’est ce que Dieu a donné à chacun d’entre nous. Peu importe le type de calibre dont Il m’a dotée, je dois obéir à Sa règle et à Ses dispositions, rectifier mes motifs et rechercher la vérité de tout mon cœur. Je vais partager ce que je comprend – pas plus, et pas moins. Je vais pratiquer ce que je comprends – pas plus, et pas moins. Je dois faire de mon mieux devant Dieu afin qu’Il puisse gagner du réconfort et être respecté. Ainsi seulement, mes actions auront du sens. C’est aussi ce que je devrais le plus rechercher. Dans ce but, j’ai pris la résolution suivante devant Dieu : à partir de maintenant, je suis prête à faire des efforts pour la quête de la vérité, à rejeter sans attendre ma nature satanique d’arrogance et d’égoïsme, et vivre à l’image d’un véritable être humain pour satisfaire Dieu.

Le prochain service de l’église s’est tenu très rapidement. Je voulais m’ouvrir et illuminer la sœur Wang sur le genre de corruption que j’avais révélé en ce qui concerne ma jalousie envers elle pendant cette période, mais dès que j’ai pensé à la façon dont elle me verrait après avoir su que j’avais révélé tant de corruption, je n’ai pas vraiment osé y faire face. En mon for intérieur, j’ai prié Dieu en silence : « Oh Dieu ! Puisses-tu me donner la foi et le courage. Je suis disposée à mettre de côté ma vanité et à partager ouvertement ma communion avec ma sœur, pour dissoudre la barrière qui nous sépare. » Après avoir prié, je me suis sentie beaucoup plus en paix dans mon cœur, et j’ai ensuite tout raconté sur mon état et mes expériences pendant cette période. En conséquence, non seulement mes frères et sœurs n’ont eu aucun mépris à mon égard, mais ils ont tous admiré mon courage dans la pratique d’être une personne honnête. Ils ont également dit que grâce à mon expérience, ils ont réalisé que c’est seulement en pratiquant selon la parole de Dieu qu’ils pourraient se débarrasser de leurs dispositions corrompues sataniques, et obtenir la délivrance et la liberté, ainsi ils savaient dorénavant comment expérimenter ce genre de chose s’ils y faisaient face. Lors des réunions suivantes, j’ai écouté sincèrement le partage de ma sœur et j’ai découvert beaucoup de ses points forts. J’ai vu que lorsqu’elle rencontrait des problèmes, elle était capable de se concentrer sur le fait de venir devant Dieu et de chercher la vérité, et de trouver une façon de mettre en pratique les paroles de Dieu. Tels étaient tous les aspects que j’avais besoin d’apprendre d’elle. Ce n’est qu’à ce moment-là que j’ai vraiment compris qu’être capable d’entendre les expériences et les témoignages de la mise en pratique de la parole de Dieu partagés par les frères et sœurs dans chaque réunion était une merveilleuse occasion de progresser dans la vie. Dieu a fait en sorte que cette sœur soit près de moi. Elle partageait sa foi sur les choses que je ne comprenais pas et elle compensait parfaitement ce qui me manquait. C’est une bénédiction de Dieu ! Quand j’ai pensé à ça, j’ai senti une totale délivrance dans mon cœur. En étant exposée par les faits, le jugement et le châtiment de la parole de Dieu, mon tempérament corrompu de jalousie envers les autres a changé et j’ai commencé à avoir une compréhension superficielle du juste tempérament de Dieu. J’ai aussi vécu personnellement le fait que les paroles de Dieu peuvent vraiment purifier, transformer et sauver l’humanité. Les paroles de Dieu peuvent être la vie d’un homme, et elles peuvent résoudre toutes nos difficultés et nos souffrances en tant qu’êtres humains. Je suis disposée à mettre davantage les paroles de Dieu en pratique et d’obéir à Son jugement et à Son châtiment. Puissé-je bientôt être purifiée par Dieu, vivre à l’image d’un véritable être humain, et obtenir sa louange.

Contenu connexe

  • Arracher le masque et prendre un nouveau départ

    Par Chen Dan, province du Hunan À la fin de l’année dernière, parce que je n’arrivais pas à faire décoller l’œuvre évangélique dans ma région, la f…

  • L’orgueil précède la chute

    Dans la bible, le livre des proverbes dit, « L’arrogance précède la ruine, Et l’orgueil précède la chute » (Proverbes 16:18). Juste comme je plongeais tête première dans mon travail avec de grands espoirs, j’ai ressenti, dans mon cœur, que je ne parvenais pas à atteindre Dieu. Non seulement mon travail ne s’est pas résolu, mais l’efficacité de notre évangile passa de monter en flèche à piquer du nez. Je suis tombé dans une position extrêmement douloureuse sans être certain de ce que j’avais fait de mal.

  • Un virage salutaire sur le chemin de la foi en Dieu

    Par Zhuanbian, ville de Shanghai Bien que je suivais Dieu depuis de nombreuses années, je n’avais pratiquement fait aucun progrès concernant mon entr…

  • La parole de Dieu m’a éveillée

    Dans le passé, j’avais toujours pensé que quand Dieu disait « une marionnette et un traître qui fuit le grand trône blanc, » Il faisait référence à ceux qui acceptaient le travail à un certain moment, mais en venaient à faire marche arrière parce qu’ils ne vouvaient accepter la souffrance de Son châtiment et jugement