L'Église de Dieu Tout-Puissant App

Écoutez la voix de Dieu et accueillez le retour du Seigneur Jésus !

Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Ce que signifie réellement accepter la vérité

102

Par Xiaohe, ville de Puyang, province du Henan

Dans le passé, chaque fois que je lisais les paroles révélées par Dieu sur la façon dont les gens n’acceptent pas la vérité, je ne croyais pas que ces paroles s’appliquaient à moi. J’aimais manger et boire la parole de Dieu et communiquer la parole de Dieu, et j’ai été capable d’accepter et de reconnaître tout ce que Dieu a dit comme étant la vérité – peu importe combien cela piquait mon cœur ou ne se conformait pas à mes idées. De plus, peu importe le nombre d’imperfections que signalaient mes frères et sœurs, j’étais en mesure de les reconnaître et de les accepter. Je ne cherchais pas à me justifier, je croyais donc être une personne qui acceptait sûrement la vérité. Seuls ceux qui étaient particulièrement arrogants et vaniteux et qui avaient leurs propres idées sur la parole de Dieu, ceux qui ne voulaient pas reconnaître que la parole de Dieu est vérité, étaient ceux qui ne voulaient pas accepter la vérité. J’avais toujours raisonné de cette manière jusqu’au jour où, en écoutant « Sermons et échange sur l’entrée dans la vie », j’ai alors vraiment compris ce que signifiait accepter la vérité.

Il est dit ceci : « Il ne suffit pas de simplement reconnaître que la parole de Dieu est vérité, tu dois l’accepter dans ton cœur et permettre à la vérité d’avoir une place dans ton cœur et de prendre le pouvoir. Elle doit s’enraciner dans ton cœur et devenir ta vie. C’est la véritable expression de l’acceptation de la vérité. […] Que signifie l’accepter dans ton cœur ? Ton cœur reconnaît que cette phrase est vérité et possède une véritable reconnaissance de la nature de la vérité. Ensuite, tu dois accepter complètement cette vérité et lui permettre de prendre place dans ton cœur et de s’enraciner. Par la suite, tu dois vivre selon cette vérité et voir les choses conformément à cette vérité. C’est cela accepter la vérité. […] Manger et boire la parole de Dieu et reconnaître que la parole de Dieu est la vérité ne signifie pas qu’une personne a accepté la vérité. Au contraire, c’est de reconnaître pleinement la nature de la vérité dans la parole de Dieu et de l’accepter dans ton cœur. C’est de nier complètement tes idées sur Dieu et les anciennes conceptions erronées auxquelles tu tenais afin d’accepter la parole de Dieu comme vérité et de vivre conformément à la parole de Dieu. Voilà ce qu’est réellement l’acceptation de la vérité » (« Comment comprendre que Christ est la vérité, le chemin et la vie », dans Sermons et échange sur l’entrée dans la vie II). Quand j’ai entendu cela, mon cœur a été aussitôt choqué. Ce n’était donc pas ce que je pensais au sujet de l’acceptation de la vérité. Je l’ai attentivement écouté une fois de plus et, par la réflexion et la recherche, j’ai finalement compris ce que signifiait accepter la vérité. Être capable de reconnaître verbalement que la parole de Dieu est vérité ou être capable d’accepter les imperfections mentionnées par d’autres personnes n’était pas vraiment accepter la vérité comme je l’avais pensé. Accepter vraiment la vérité signifie non seulement reconnaître que la parole de Dieu est vérité, mais aussi reconnaître la nature de la vérité et l’accepter complètement dans ton cœur. C’est nier complètement tes anciennes idées, tes anciens points de vue et tes anciennes conceptions erronées. C’est permettre à la vérité de s’enraciner dans ton cœur et de vivre selon la vérité. Voilà ce qu’est vraiment l’acceptation de la vérité.

Après avoir compris tout cela, j’ai commencé à réfléchir sur moi-même : je crois être une personne qui accepte la vérité, mais ai-je accepté la parole de Dieu dans mon cœur ? La vérité a-t-elle pris le pouvoir dans mon cœur ? Ai-je nié les anciennes idées et conceptions erronées qui ont existé dans mon cœur ? Après m’être examiné attentivement, je me suis rendu compte que je n’avais rien fait de tout cela. Par exemple : Dieu a révélé qu’il n’y a pas de véritable amour parmi les hommes et qu’ils profitent tous les uns les autres. Même si j’ai reconnu verbalement la vérité que Dieu a dite, j’ai toujours senti dans mon cœur que ma femme, mes enfants, mes parents et moi-même avions tous un véritable amour les uns pour les autres. Ma bouche a reconnu la vérité selon laquelle Dieu ne perfectionne pas l’humanité en se basant sur son statut, mais plutôt sur la question de savoir si elle possède ou non la vérité ; or mon cœur continuait de s’en tenir à mes points de vue personnels selon lesquels plus mon statut était élevé, plus Dieu me perfectionnerait, plus mon statut était élevé, plus les gens m’admireraient. Je pensais que Dieu S’en réjouirait également. Par conséquent, j’étais constamment préoccupé par le gain ou la perte de mon statut et je me sentais constamment mal à l’aise à ce sujet. Par ma bouche, je reconnaissais que Dieu disait que les épreuves et les raffinements, le traitement et l’émondage illustrent l’amour de Dieu, sont extrêmement bénéfiques pour la vie de l’homme. Mais je n’ai pas cherché à comprendre la nature de la vérité de ces paroles ni à reconnaître comment Dieu aime l’humanité et comment l’amour de Dieu se manifeste, au point d’être réticent à accepter que Dieu utilise les gens, les faits et les choses qui n’étaient pas en accord avec mes idées pour me raffiner et me traiter, au point même de m’en plaindre et de râler. Je savais que l’honnêteté des hommes était une exigence importante pour Dieu, mais je ne mettais pas l’accent sur le fait de la pratiquer ou d’y prendre part. Je mentais et trompais encore souvent par souci de ma propre dignité. Après quoi, j’étais réticent à exprimer ouvertement la vérité. Lorsque je rencontrais des problèmes qui exigeaient des efforts physiques dans l’exercice de mes fonctions, je commençais à travailler de façon superficielle et ne parvenais pas me consacrer à mes tâches. Ma bouche acceptait le fait que Dieu disait de chercher Sa volonté en toute chose et d’agir selon les désirs de Dieu, mais dans la vraie vie, quand j’étais confronté à des problèmes, je faisais les choses suivant mes souhaits et ma propre volonté. Je mettais Dieu complètement au second plan. En outre, quand d’autres personnes pointaient du doigt mes imperfections en disant que j’étais trop arrogant et que je faisais les choses à ma propre façon, mon cœur n’acceptait pas leurs critiques. Mais j’avais peur que les autres ne disent que je n’acceptais pas la vérité, alors j’acquiesçais et le reconnaissais contre ma volonté. Mais en réalité, je ne prenais pas en compte leurs critiques. Il y avait beaucoup de choses à mon sujet qui démontraient que je n’avais pas accepté la vérité. Mais quand j’ai compris que la parole de Dieu révèle que tous n’acceptent pas la vérité, je n’ai pas accepté la parole de Dieu comme étant la vérité, et je n’ai pas essayé de comprendre la nature de la parole de Dieu et de m’examiner. Au lieu de cela, j’ai imaginé que j’étais une exception à la parole de Dieu et je me considérais comme quelqu’un qui avait accepté la vérité. N’était-ce pas l’expression la plus évidente de la non-acceptation de la vérité ? À ce moment-là, j’ai compris que j’étais quelqu’un qui n’acceptait pas la vérité de quelque façon que ce soit. Mes soi-disant expressions d’acceptation de la vérité étaient uniquement des actions extérieures ; c’était un faux déguisement qui ne se rapprochait même pas de l’acceptation de la vérité. Je ne me connaissais pas, je ne me connaissais vraiment pas ! Après avoir pris conscience de cela, je ne pouvais pas m’empêcher d’avoir peur. Je savais que j’avais cru en Dieu pendant toutes ces années et pourtant j’avais vécu en dehors de Ses paroles. Je n’avais vraiment pas reçu le jugement et le châtiment de Dieu. J’étais simplement un incroyant dans mon cœur, sans Dieu et sans vérité dans la vie. Si je continuais à croire comme cela, la parole de Dieu ne pourrait jamais devenir ma vie. Je ne serais jamais capable de rompre avec l’influence de Satan et d’être sauvé et rendu parfait. Au contraire, je serais condamné par Dieu et subirais Sa punition.

Loué soit Dieu pour m’avoir guidé et m’avoir permis de comprendre ce que signifie vraiment accepter la vérité, de m’avoir permis de voir que mes connaissances et pratiques passées étaient trop absurdes et n’étaient pas conformes à la volonté de Dieu. Je veux recommencer du début et concentrer mes efforts sur l’acceptation de la nature de la vérité dans mon cœur dans tout ce que Dieu a dit et sur sa mise en pratique. Je veux pouvoir vivre selon la vérité, devenir une personne qui accepte réellement la vérité.

Contenu connexe