Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Une centaine de questions et réponses sur la recherche de la vraie voie

Contenu

6 L’incendie qui a choqué la nation dans le comté de Ji, ville de Tianjin

CHEN Yao    La ville de Tianjin

Le bâtiment Laide était un des centres commerciaux les plus grands du comté de Ji. Le 30 juin 2012 était un samedi, et Laide avait des promotions, donc, il y avait un grand nombre de clients. Un peu après 15 h cet après-midi-là, le bâtiment a soudain pris feu. Le patron, ayant peur que dans le chaos les clients emportent des choses ou ne paient pas, a fermé et obturé l’entrée principale au premier niveau, et a dirigé les clients aux premier et deuxième étages. Ce à quoi on ne s’attendait pas, c’était que le feu devienne de plus en plus intense, devenant finalement complètement incontrôlable. À travers tout le bâtiment, l’électricité a été coupée. Du rez-de-chaussée jusqu’au troisième étage, les ascenseurs ne marchaient pas, et l’entrée fermée au rez-de-chaussée ne pouvait pas s’ouvrir. De la fumée noire remplissait tout le bâtiment, des étincelles éclataient en l’air. Des flammes énormes s’élevaient de chaque fenêtre, la fumée recouvrait le comté, l’air était étouffant pour les gens à une distance de plusieurs centaines de mètres. À ce moment-là, beaucoup de personnes qui étaient prises au piège au-dessus du deuxième étage ont choisi de fuir en sautant du bâtiment, et quelques-unes d’entre elles sont mortes là où elles sont tombées, une scène horrible.

Bien que les pompiers n’aient pas été loin du bâtiment, seulement à dix minutes à pied, il s’est écoulé environ 25 minutes entre l’appel au secours et l’arrivée des camions de pompier. Le secours avait déjà pris du retard. Les sauveteurs ont étendu une échelle jusqu’au deuxième étage, mais ont seulement secouru sept ou huit personnes avant que le feu ait rendu l’échelle brûlante, donc les derniers sont tombés de l’échelle et sont morts sur place. Et à l’intérieur beaucoup plus de personnes prises au piège agitaient frénétiquement les mains des fenêtres appelant au secours, mais bientôt on ne pouvait plus voir une seule main faisant signe…

Le grand incendie a brûlé de 15 h 30 cet après-midi-là jusqu’à 21 h. Il y a eu plus de trois cents personnes qui sont mortes carbonisées à l’intérieur (le nombre exact n’est pas encore déterminé, mais le gouvernement du PCC n’en a signalé que 10). Quelqu’un avait téléphoné à sa famille à 15 h, mais quand les membres de sa famille ont rappelé à 17 h, personne n’a répondu. Une famille de sept était allée à Laide pour faire des achats ensemble, et toute la famille est morte dans l’incendie… Il y a tant d’histoires tragiques.

Juste au moment où l’incendie a commencé, des gens ont mis cette tragédie en ligne, et instantanément « Incendie à Laide » a bouleversé le comté de Ji et a choqué la nation. Les gens du comté de Ji ont été affolés, et ils étaient dans une atmosphère d’horreur ; un grand nombre de personnes sont accourues pour trouver les membres de leur propre famille.

Bien que la catastrophe ait effrayé et blessé les gens ordinaires, quant aux frères et sœurs ayant la foi en Dieu Tout-Puissant, beaucoup ont découvert le grand salut et la protection de Dieu dans cette catastrophe et ont vu les actes miraculeux de Dieu. Sœur GAO et sa mère avaient récemment reçu l’œuvre de Dieu des derniers jours en juin 2012. Dans cet incendie, elles ont vu les actes de Dieu et sont devenues plus convaincues au sujet de l’œuvre nouvelle de Dieu. La sœur ainée, la mère de GAO, a 73 ans cette année, et a des difficultés à marcher. Elle marche avec une canne, mais normalement elle tombe rarement. Le jour du 29 juin, la mère de GAO est soudainement tombée sur un terrain plat. Bien qu’elle ne se soit cassée aucun os, juste reçu une contusion importante, elle ne pouvait pas s’occuper d’elle-même et avait besoin de sœur GAO à son chevet. Le lendemain (le jour de l’incendie), une autre sœur a appelé sœur GAO et lui a dit qu’elle avait à cœur un pantalon à Laide, demandant à sœur GAO de venir avec elle pour l’acheter. Sœur GAO a dit : « Ma mère a besoin de quelqu’un pour s’occuper d’elle en ce moment, donc j’ai besoin de rester avec elle. Tu vas devoir y aller seule ! » Cette amie avait demandé à sœur GAO de l’aider auparavant, et elle n’avait jamais refusé. Mais cette fois, parce que sa mère avait besoin de soins, elle a refusé la demande de sa bonne amie.

Ce n’est que lorsqu’elle a entendu qu’il y avait eu un incendie à Laide que sœur GAO a soudain réalisé : pendant tout ce temps elle avait été sans le savoir sous la protection de Dieu. Dieu avait, par l’infirmité de sa mère, bloqué son chemin. Si elle était allée avec son amie au centre commercial, elle aurait sûrement péri dans le feu. Dieu a utilisé Ses moyens particuliers pour protéger sa vie, Dieu est vraiment merveilleux ! Encore plus inattendu, le soir après l’incendie, la mère de sœur Gao pouvait sortir de son lit et marcher. Plus tard, par la communion et l’échange, la mère âgée de GAO a compris la bonne intention de Dieu, en disant : « Bien que j’aie souffert quelque coup, Dieu a utilisé mon infirmité pour sauver ma fille. Merci à Dieu Tout-Puissant ! »

Sœur GAO a ajouté que la bonne amie qui l’avait invitée à Laide ce jour-là (qui croyait aussi en Dieu Tout-Puissant) a aussi reçu la protection miraculeuse de Dieu. En voyant que sœur GAO n’irait pas, l’amie avait téléphoné à son mari, pour le persuader d’aller avec elle acheter le pantalon qu’elle avait à cœur. À environ 14 h 30 cet après-midi-là, son mari est rentré à la maison et a essayé de la presser, mais soudainement, elle n’avait plus de sentiment d’urgence et lui a dit : « Peut-être plus tard. » À 15 h, son mari lui a encore demandé, et encore elle lui a dit d’attendre un peu. La troisième fois qu’il a demandé, cette sœur est finalement allée en voiture avec lui à Laide. À mi-chemin ils ont vu de la fumée noire venant de la direction de Laide et, en demandant, ils ont découvert que le centre commercial avait pris feu. Cette sœur ne pouvait pas se retenir et a dit : « Merci Dieu de m’avoir protégé ! » En même temps elle a réalisé que sa procrastination avait ses origines dans la maîtrise de Dieu et n’était pas le produit de sa propre volonté.

La puissance de Dieu est omniprésente, la sagesse de Dieu dépasse la compréhension des mortels. Bien que nous oubliions Dieu souvent dans nos vies quotidiennes, Dieu veille toujours sur nous, nous protégeant, à nos côtés, sans jamais nous quitter. Si nous croyons en Dieu, lorsque la catastrophe arrive, Dieu nous sauvera par toutes sortes de moyens et nous délivrera de la catastrophe. Le jour de l’incendie, un grand nombre de frères et sœurs ont vu les actes de Dieu. Une sœur était à Laide en train d’acheter des choses, et elle est sortie à cause d’un appel téléphonique pour faire quelque chose juste au moment critique, avec le feu juste derrière elle. Une autre sœur sortait de son bâtiment pour aller à Laide, et soudain elle a senti une douleur au ventre, tel qu’elle est rentrée tout droit chez elle, et n’y est pas allée, et par conséquent a évité la catastrophe… Clairement, dans la catastrophe, Dieu seul est notre refuge, notre forteresse, parce que Dieu a dit : « Je suis le seul salut de l’humanité. Je suis le seul espoir de l’humanité et bien plus, Je suis Celui sur qui repose l’existence de toute l’humanité. Sans Moi, l’humanité deviendra immédiatement stagnante. Sans Moi, l’humanité souffrira de catastrophes et sera piétinée par tout genre de fantômes […] C’est Moi qui provoque la catastrophe et elle est bien sûr orchestrée par Moi. Si vous ne pouvez pas œuvrer pour le bien en Ma présence, alors vous n’échapperez pas la souffrance à la catastrophe » (« Tu dois faire suffisamment de bonnes œuvres pour préparer ta destination », La Parole apparaît dans la chair).

Un incendie nous a éclairés : même si les poches des gens sont remplies d’argent, s’ils sont célébrés, s’ils peuvent jouir d’un style de vie moderne luxueux et s’ils sont admirés et enviés, face au désastre, tout cela s’écroule. Dans l’incendie, parmi ceux qui ne pouvaient pas supporter la chaleur des flammes et qui ont perdu leur vie en sautant du bâtiment, parmi ceux dont la vie s’est terminée dans le désespoir alors qu’ils agitaient frénétiquement leurs mains aux fenêtres, certains avaient de l’argent et du prestige, certains étaient beaux et habillés élégamment, certains avaient de la famille avec eux… Cependant, alors que le feu s’est élevé, brûlant de tous côtés, rien de ce qu’ils avaient ne pouvait les sauver de ces langues de feu. C’est comme le disent les paroles de Dieu : « Ceux qui vivent en dehors de Ma parole, fuyant la souffrance de l’épreuve, ne sont-ils pas à la dérive dans le monde ? Ils sont semblables aux feuilles d’automne qui flottent ici et là sans lieu de repos, et surtout sans Ma parole de consolation. Bien que Mon châtiment et Ma raffinage ne les suivent pas, ne sont-ils pas des mendiants flottant autour, qui errent dans les rues en dehors du royaume des cieux ? Le monde est-il vraiment ton lieu de repos ? » (« Ce que signifie un homme véritable », La Parole apparaît dans la chair).

Frères et sœurs les plus chers, l’incendie du comté de Ji est passé, mais avec la permission de Dieu et avec l’avertissement et le rappel de Dieu pour nous. En même temps, c’est le salut affectueux de Dieu pour nous. Je voudrais que nous contemplions cela et par cela que nous connaissions la bonne intention de Dieu, en consacrant plus de temps et d’effort à chercher la vérité, à marcher sur le juste chemin où Dieu conduit nos vies. C’est seulement ainsi que nous pouvons recevoir la promesse et les bénédictions de Dieu. En même temps, que Dieu puisse toucher nos esprits en nous permettant de sauver plus d’âmes dans ces calamités fréquentes, en apportant le réconfort au cœur angoissé et troublé de Dieu.