Enregistrements des entretiens du Christ

Contenu

Chapitre 47 Ceux qui ont perdu l’œuvre du Saint-Esprit courent le plus de risques

Dans l’œuvre d’expansion, il n’y a qu’une minorité de gens qui sont en mesure de tout abandonner et d’abandonner leurs familles, au point qu’ils perçoivent qu’ils n’y retourneront pas pendant dix ans, ou de leur vivant, et de n’en ressentir aucune peine ; cela est la force que le Saint-Esprit communique aux gens. Mais ce niveau ne peut être atteint qu’à travers la stature d’une personne, parce que les hommes ne possèdent pas la vérité, rien qu’une certaine sincérité à se dépenser pour Dieu. Si les hommes ont de la résolution à chercher la vérité, et qu’ensuite le Saint-Esprit leur accorde une certaine grâce, ils se sentiront donc particulièrement comblés et auront quelque peu de force, de sorte qu’ils seront en mesure de se libérer et de se dépenser pour Dieu — il s’agit là de la grâce de Dieu. Mais il y a des gens qui ne suivent pas la voie correcte pendant l’exercice de leur devoir, ils ne cherchent aucunement pas la vérité et affichent même un mauvais comportement, et dans ce cas le Saint-Esprit ne travaille pas en eux. Autrement dit, la personne n’est pas correcte, et même si le Saint-Esprit avait une fois travaillé en elle, ce travail sera ruiné, et elle sera inconsciemment sur la pente descendante. Si quelqu’un a la résolution de chercher la vérité, alors le Saint-Esprit lui accordera la grâce dont il pourra jouir, et il pourra progresser dans sa recherche sur la voie du Saint-Esprit ; la vérité deviendra de plus en plus claire pour lui, sa résolution deviendra de plus en plus ferme, et l’œuvre du Saint-Esprit en lui deviendra de plus en plus aisée. Si les hommes ne marchent pas dans la voie correcte, alors le Saint-Esprit finalement les éliminera, et après qu’ils sont éliminés, leur résolution initiale, leur passion initiale, et leur force à renoncer et à se dépenser disparaîtra, et ils ne pourront pas se garder de dire : « Pourquoi ai-je cru jamais en Dieu ? Si je n’avais pas cru en Dieu, est-ce que je ferais face à tout cela maintenant ? » Une fois que ces regrets, ces complaintes et cette négativité se manifestent, le Saint-Esprit aura déjà stoppé d’agir. Même si ces gens peuvent encore être utilisés pour prêcher l’Évangile ou à accomplir une autre œuvre, ce qu’ils feront ne sera pas l’œuvre du Saint-Esprit, ni ne sera inspiré ou guidé par le Saint-Esprit. Ce ne sera fait qu’en dépendant sur le peu d’intelligence et d’éducation qu’ils ont. Bien qu’ils soient en mesure de faire ces choses extérieures qui sont réalisables par la chair, cela ne représentera pas la direction du Saint-Esprit, ni ne représentera la pensée du Saint-Esprit. Tout comme un exécutant, même si le Saint-Esprit n’agit pas en lui, n’importe qui peut toujours rendre service pendant un certain temps. Après tout, il a les idées d’un humain, le cerveau d’un humain, la pensée d’un humain ; il est différent d’une vache, d’un cheval ou d’un âne — il a la pensée d’un humain et il appartient à un niveau supérieur d’animal, et il peut à tout le moins faire certaines choses que le commun des mortels est capable de faire. Il n’a fait qu’emprunter le mauvais chemin ; il ne cherche pas la vérité, ou le salut, ou à réciproquer à l’amour de Dieu, ainsi au fur et à mesure qu’il marche il trouve que son chemin se termine en cul de sac, et il n’a d’autre choix que de retourner chez lui et de vivre une simple vie de famille. Actuellement, plusieurs personnes disent ceci : « Je sais que je suis naturellement mauvais ! Je suis intensément sentimental et je me suis trop rebellé. » Qu’importe ce qu’ils disent, ils ne connaissent pas leur propre nature, ni ne comprennent aucun aspect de la vérité ; peu importe la qualité de la doctrine dont ils parlent, ils ne peuvent rien mettre en pratique, et cela suffit pour prouver que l’œuvre du Saint-Esprit en eux s’est déjà escamotée. Par conséquent, peu importe à quoi ton humanité ressemble ou à quel degré tu comprends la doctrine, combien de souffrances tu as endurées ou combien tu as sacrifié, si le Saint-Esprit n’agit pas en toi tout alors aura une fin. Sans l’œuvre du Saint-Esprit, l’homme est simplement insensé ; combien de force quelqu’un pourrait-il alors avoir ? Quel degré de foi ? À quoi servirait la connaissance de l’homme ? Prenons le cas d’incarcération dans une prison : depuis le moment où les gens ont commencé à croire en Dieu, les hommes ont été confrontés à cela ; ils sont souvent persécutés et pourchassés, en fuite partout. Ces expériences sont gravées dans la pensée et le cœur de chaque personne, l’empreinte est indélébile : « Il me faut me préparer ; je ne peux pas être un Judas. » La plupart des gens ne se sont-ils pas préparés pour cela ? « Je ne peux pas être un Judas, je ne peux absolument pas parler sur les affaires de l’église. » Mais lorsqu’un malheur te frappe, tu peux agir malgré toi. Une personne ne devient pas un Judas en un moment de confusion. Il a déjà été dit que ce que tu seras à la fin doit avant tout être déterminé sur la base de l’approbation de Dieu. Savoir si tu as l’approbation de Dieu, c’est principalement regarder les choses comme si le Saint-Esprit travaillait sur toi, si le Saint-Esprit t’éclaire et te guide, et si tu es conduit par la grâce.

Quand certaines personnes ont commencé, elles étaient pleines d’énergie, comme si elles n’allaient jamais être à bout lorsqu’elles ont commencé à accomplir leur devoir. Mais comment se fait-il qu’elles semblent perdre cette énergie au fil du temps ? Entre la personne qu’ils étaient à l’époque et la personne qu’ils sont maintenant, c’est comme deux personnes différentes. Pourquoi ont-ils changé ? Quelle était la raison ? C’est parce que leur foi en Dieu est allée dans le mauvais sens avant de se mettre sur la bonne voie. Ils ont choisi le mauvais chemin. Il y avait quelque chose de caché dans leur quête initiale, et à un moment clé cette chose a émergé. Qu’est-ce qui était caché ? C’est une anticipation qui est dans les cœurs de ceux qui ont la foi en Dieu, l’anticipation que le jour de Dieu arrive bientôt pour que leur misère soit terminée ; l’anticipation que Dieu sera transfiguré et que toutes leurs souffrances seront terminées. Ils attendent avec impatience le jour où ils pourront rentrer chez eux pour se retrouver avec leurs familles, quand il n’y aura plus de persécution, quand ils seront totalement libres, quand ils pourront croire ouvertement en Dieu sans aucune restriction de la part d’autrui et chacun pourra vivre dans un environnement agréable où ils peuvent bien se vêtir et bien manger. N’avez-vous pas tous cette espérance ? Ces pensées existent aux fonds de tous vos cœurs parce que la chair de l’homme n’est pas disposée à souffrir et attend avec impatience des jours meilleurs chaque fois qu’elle passe par la souffrance. Ces choses ne seront pas révélées sans les bonnes[a] conditions. Quand il n’y a pas de situation critique, tout le monde se sentira particulièrement bien, semblera avoir spécialement une stature, comprendra la vérité plutôt bien, et semblera exceptionnellement plein d’énergie. Un jour, quand une situation se présentera, toutes ces pensées sortiront. Ton esprit commencera à lutter, et certains commenceront à sombrer. Cela ne veut pas dire que Dieu n’ouvre pas une voie pour toi, ou que Dieu ne te donne pas Sa grâce, et certainement pas que Dieu est indifférent face à tes difficultés. C’est que supporter cette douleur est maintenant ta bénédiction, parce que tu dois résister à de telles souffrances pour être sauvé et survivre, et cela est prédestiné. Donc, que cette souffrance t’arrive, est une bénédiction pour toi. Ne pense pas que ce soit une chose simple ; il ne s’agit pas de quelque chose visant à manipuler les gens et à les faire souffrir ; la signification derrière cela est trop profonde, trop importante. Si tu restes célibataire toute ta vie ou tu ne reviens jamais chez toi toute ta vie, il s’agit là de choses qui seront signifiantes. Si la voie que tu empruntes est correcte, si ce que tu cherches est correct, alors à la fin tu obtiendras plus que les saints des âges, et les promesses que tu hériteras seront plus grandes. De nos jours, certains pensent : « Oh ! Dieu se souviendra-t-Il vraiment de toutes ces souffrances que j’ai endurées ? S’il arrivait qu’à la fin il n’y a personne pour me soutenir, qu’en sera-t-il ? Qui prendra soin de moi si je tombais malade ? Est-ce que Dieu en est conscient ? Quand prendra fin la souffrance ? la lumière du jour paraîtra-t-elle ? » Les gens s’attendent toujours à ces choses, ils ne réfléchissent néanmoins point sur la question : quel est le sens de nos souffrances ? Les gens espèrent toujours que Dieu les transfigure afin de se libérer de la souffrance. Chacun a ses propres plans égoïstes, et en fin de compte c’est inhérent à la nature de l’homme de trahir Dieu ; nul n’aime réellement Dieu, nul ne désire Dieu, nul ne souhaite vivre avec Dieu ; ils sont impatients que Dieu quitte la terre. « Qu’importe ce que Dieu a souffert, pourvu qu’Il quitte et que nous puissions nous débarrasser de cette souffrance, ce sera alors bien. » Pourquoi les gens disent-ils cela ? En ces jours, beaucoup de gens ont ces attentes : « Si Dieu quitte, nous régnerons en rois et nous ne subirons plus cette souffrance ; le grand dragon rouge sera également exterminé, et nous nous servirons d’une verge de fer pour régner sur toutes les nations et tous les peuples, et ne verrons-nous pas alors la lumière du jour ? » Certains pensent même en eux-mêmes : « Mari, enfants, membres de famille, amis — vous êtes tous mes démons persécuteurs. Un jour notre Dieu apparaîtra publiquement et vous punira. Vous verrez que seule la voie que nous suivons est la voie correcte. » Même si cet espoir n’est pas injuste, il y a quelque chose de faux concernant certaines conditions dans les gens. Il n’y a personne qui envisage d’emprunter cette route de son vivant, cherchant la vérité pour gagner la vie[b] et pour comprendre Dieu, en vivant une vie pleine de sens comme Pierre à la fin. Par conséquent, les gens dévient sur leur voie, ils perdent le Saint-Esprit tout au long du parcours, et le Saint-Esprit cesse d’agir en eux, et ils rétrogradent ; tout le dur labeur de la foi durant les huit ou neuf ans antérieurs est totalement ruiné — il s’agit d’une chose très dangereuse ! Souffrir tant, écouter tant de sermons, persévérer pendant tant d’années, le tout en vain ; c’est très dangereux ! C’est si facile d’aller à vau-l’eau, mais il est difficile de remonter la pente et de choisir la bonne route qu’on est censé emprunter. La plupart des gens ont la tête embrouillée ! Ils ne peuvent pas choisir clairement laquelle est la bonne voie et laquelle est une déviation. Après avoir écouté beaucoup de sermons et lu beaucoup de paroles de Dieu, ils savent qu’Il est Dieu, mais ils ne croient toujours pas ; ils savent que c’est la vraie voie, mais ils ne peuvent toujours pas l’emprunter ; comme il est difficile de sauver les gens ! Comment peux-tu savoir qu’Il est Dieu, mais ne pas croire en Lui ? N’es-tu pas une sorte de Satan ? Nous ne débattrons pas sur ta nature, mais quel genre de type es-tu, pourquoi es-tu si stupide ? Tu sais qu’il s’agit de la vraie voie, mais tu ne la cherches pas, tu comprends la vérité, mais tu es incapable de la pratiquer, n’es-tu donc pas Satan ? Dans ta pensée, il n’y a aucun but à la vie, aucune direction à la vie, ni rien d’un véritable homme ; tu es exactement comme un animal. Par conséquent, pour certains, ce n’est pas que le Saint-Esprit n’agit pas délibérément en eux ou les révèle délibérément, c’est qu’il n’y a pas moyen qu’Il agisse en eux. Les gens sont trop corrompus, il est trop difficile de traiter avec eux et ils ne choisissent pas la bonne voie, comment donc le Saint-Esprit peut-Il agir en eux ? Chaque fois que le Saint-Esprit agit, Il donne aux gens la liberté de faire leurs propres choix et Il ne force jamais qui que soit. Mais le cœur de l’homme est trop insensé ; ils n’aiment pas la vérité, ils ne sont pas disposés à emprunter la voie de souffrances, et ils ne sont pas disposés à faire aucun effort ou à payer le prix. Les gens ne se soucient qu’au sujet de ce qui est au-devant d’eux et ils sont trop égoïstes. S’il y a quelque chose au-devant d’eux qu’ils peuvent voir et dont ils peuvent jouir, ils le chercheront donc, y tendront et ils ignoreront ces choses qu’ils ne peuvent pas voir ou qui leur semblent dénuées de sens ; c’est la situation pour la plupart des gens et il n’y a guère moyen que le Saint-Esprit agisse en eux. Certains disent : « Comment puis-je résoudre cette difficulté ? Peut-être que ça aidera si je trouve quelqu’un qui comprenne et qui me parle. » Et qu’est-ce qui arrive après que quelqu’un d’autre a fini de leur parler ? Ils conviennent que la situation est comme cela et ils comprennent à un niveau doctrinal, mais ils disent qu’ils sont incapables de le mettre en pratique. Si tu ne peux pas le pratiquer, à quoi ça sert de t’en parler ? Tu devrais dégager ! Tu ne mérites pas d’entendre la vérité ! Tu ne mérites pas de croire en Dieu ! Tu devrais seulement attendre ta destruction ! Étant donné que tu as choisi la voie abominable, abjecte, diabolique, peu importe combien la vérité t’est communiquée, tu ne l’aimeras pas, tu devrais donc simplement dégager ! Il est inutile de dire quoi que ce soit à ce type de personne.

De nos jours, ce langage est courant : « Je comprends tout, seulement je suis incapable de le mettre en pratique. » Ces paroles sont la preuve que cette personne est un démon et qu’elle est complètement de la race de Satan. Une personne qui n’aime pas la vérité est certainement une mauvaise personne ; ce qu’une personne aime, espère, désire et ce dont elle a soif est une parfaite représentation de la nature de cette personne. Si tu n’aimes pas la vérité, tu appartiens alors au diable, tu es un objet bon pour la destruction ; si tu aimes la vérité, tu es alors celui qui est prédestiné et choisi par Dieu ; n’est-ce pas clair ? La voie que choisit une personne est la clé. Tu peux réfléchir calmement et attentivement, et il n’est pas trop tard pour se repentir. Si tu as une résolution, c’est donc une bonne chose ; ceux qui n’ont pas de résolution sont les plus minables des minables. À tout le moins, tu dois avoir une résolution ; en ce qui a trait à la manière de réaliser ce que tu t’es résolu de faire, la manière d’accomplir ce que tu t’es résolu de faire, il doit y avoir une voie pour cela. Tout d’abord, il faut comprendre la vérité, connaître la destination qui suivra pour l’humanité, connaître la voie dans laquelle l’humanité devrait marcher et les buts qu’elles devraient atteindre. Il a été dit : « Tout est entre les mains de Dieu. » Tu peux expérimenter ces paroles et mesurer toutes choses avec elles. Maintenant que tu crois en Dieu, devrais-tu être obéissant à Dieu ? Quelle est la signification de la foi en Dieu ? Est-ce que la foi en Dieu est simplement de recevoir les bénédictions ? Tu marches maintenant sur cette voie, mais seras-tu capable de persévérer jusqu’au bout ? Comment y marcheras-tu dans l’avenir ? Lorsque tu rencontres des difficultés, tu devrais avoir quelques maximes de vérité pour t’encourager, afin que tu ne défailles, ne faiblisses, ne sois pas négatif, ne te plaignes pas de Dieu et ne pèches pas contre Dieu — tu dois comprendre clairement toutes ces choses. Quand les gens sont heureux, ils disent : « Je suis disposé à déployer des efforts pour Dieu, je me dépenserai pour Dieu toute ma vie. » Mais peut-être qu’à un certain moment, lorsqu’ils expérimentent des revers, ils deviennent négatifs et se disent en eux-mêmes : « Quel Dieu ? Je ne peux pas continuer à croire en Lui. Cette route est trop difficile ! » Après qu’ils ont prié, il advient un blâme : « Ah, je suis redevable à Dieu ! » Étant conscient que tu es redevable à Dieu, tu ne devrais plus agir de cette façon. Alors viendra peut-être un jour où tu feras face à un événement malheureux et de nouveau tu seras négatif, te plaignant encore de Dieu : « Pourquoi Dieu a-t-Il arrangé ces circonstances pour moi, pourquoi me fait-Il toujours souffrir ? Pourquoi ne peut-Il pas cesser de me faire souffrir ? » Les gens se plaignent toujours et disent aussi qu’ils sont redevables à Dieu. Ils ne changent jamais. Lorsqu’ils sont confrontés à un revers ou même à quelque chose de déplaisant, il y aura du ressentiment et de l’embarras, et ce qui est plus sérieux, il y aura même certaines personnes qui proféreront des paroles de blasphème et de jugement ; plus tard, elles sentiront que ce n’était pas bien de parler de cette manière et en seront désolées, et sans tarder, elles essaieront d’accomplir quelques devoirs et de faire de bonnes choses afin de se rattraper. Qu’est-ce que tout ceci révèle ? La nature de l’homme est abominable ; il est déraisonnable et insensé. Tout comme lorsqu’ils s’engagent dans des transactions d’affaires, lorsqu’ils ont besoin de Dieu, ils L’attireront tout proche, et une fois qu’ils n’ont pas besoin de Lui, ils s’en éloignent et Lui résistent, en faisant ce qui leur plaît. L’homme est arrogant et présomptueux, et il est sans crainte. Il n’a ni réelle haine ni réel amour dans son cœur, il ne fait aucune distinction entre la justice et l’injustice ; il n’a pas de limites. Il n’a pas d’objectifs, encore moins aucun principe ou sens de propriété quand il fait quelque chose. Le cœur de l’homme est très laid. Dans ce contexte, les gens sont toujours avides des promesses qu’ils recevront, des bénédictions qu’ils obtiendront, comment ils seront sous les feux de la rampe ou le plaisir qu’ils éprouveront. Ce n’est que lorsqu’ils réfléchissent sur ces choses qu’ils pensent : « Ah, combien aimable est Dieu ! Il me faut rendre à Dieu Son amour ! » Pourquoi disent-ils « aimable » ? D’où leur vient-il de dire « rendre » ? Cela est-il dit avec intention ? Ce sont des paroles sentimentales prononcées sous une ambiance de fantaisie et de bonheur momentanés, mais comptent-elles comme une vraie compréhension ? Est-ce un vrai amour ? Vient-il de la profondeur de ton cœur ? Si vraiment tu as cette compréhension, alors pourquoi est-ce que tu continues de te plaindre ? Si réellement tu te sens redevable à Dieu, pourquoi alors te plaindre et dire ce qui suit ? « Dieu, Tu n’as pas été bon à mon égard, Tu m’as ignoré, Tu n’as pas été gentil envers moi, je ne Te prêterai donc pas attention ! Tu n’as pas besoin de moi, par conséquent, je ne Te servirai plus ! » Les gens ont tellement de ressentiment en eux ! Finalement, ils continuent de penser : « J’aime Dieu ! J’aime Dieu plus que les autres L’aiment. » Comment cela est-il un amour pratique de Dieu ? Que les gens disent cela est la preuve qu’ils ne connaissent pas leur propre nature, ne connaissent pas ce qu’ils sont, de quoi ils sont faits, et qu’ils ne peuvent pas prélever leur propre mesure. En fait, c’est la nature inhérente de tout un chacun de résister à Dieu et de Le trahir ; c’est ce que tout le monde a en commun et ils ont toutes ces choses en eux. Il n’y a personne qui aime vraiment ce qui est vaut la peine d’être aimé, et même davantage, il n’y a personne donc qui hait ce qui devrait être haï ; ils n’ont pas de limites et même moins aucune vision, en eux il n’y a aucune distinction entre la justice et l’injustice, aucune distinction entre le noir et le blanc, et même moins aucune distinction entre la vérité et la doctrine ou l’hérésie ; ils ne peuvent pas discerner entre toutes ces choses. Les gens ne sont pas au clair sur ce qui est digne d’amour, ce qui est digne de rechercher, et ce qui devrait être haï, et ils ne peuvent pas être considérés comme ayant le discernement. Quand les gens du monde chantent la chanson « Reviens souvent à la maison », certaines personnes sont emballées. Qu’est-ce que les gens ont en eux ? Ont-ils quelques vérités ? Certaines personnes pensent qu’elles peuvent faire un certain travail, qu’elles ont des qualifications, et semblent avoir une certaine vérité — en fait, elles n’ont rien, et elles ne sont rien ! Bien que tu puisses parler d’une certaine doctrine aux autres aujourd’hui, il peut arriver un jour dans l’avenir que tu te prêtes au jeu des autres, et tu défailliras lamentablement plus qu’aucun autre, et tu seras plus gravement affligé par la négativité qu’aucun autre. Crois-tu cela ? Êtes-vous convaincus à ce sujet ? Il se peut que vous n’ayez pas encore fait l’expérience d’une grave dépression ou d’une chute grave, et vous pensez que vous êtes très forts. Sans cette expérience tu penses que tu as une forte stature, mais peut-être un jour lorsque tu es exposé, tu crieras et diras : « Je suis foutu, simplement foutu. » Tu te mettras à aller d’un extrême à l’autre. Tu peux le constater, beaucoup de gens sont pleins d’énergie au départ, mais il peut leur arriver de faire face à quelque chose qui les rend soudainement faibles, et ils ne s’en remettront jamais plus. As-tu découvert des problèmes chez de telles gens ? La force ou la faiblesse de chaque personne ne relève pas de son contrôle. Les choses cachées dans les gens peuvent être connues à tout moment et en tout lieu. Il n’y a pas une petite quantité d’ordures sales parmi les hommes, et elle coule en un flot continu ! Donc, la nature des gens est la nature de Satan — il n’y a aucune différence — et elle est complètement différente de l’essence de Dieu.

Au commencement Dieu dit : « Je peux haïr l’homme pour toujours et Je peux également aimer l’homme pour toujours. » C’est-à-dire, Il a des normes, Il tire Ses propres conclusions et a une base sur laquelle Il se fonde pour tirer ces conclusions. Il a Ses jugements, Ses mesures et Ses normes pour ce qu’Il aime et hait, ce qui Le réjouit et ce qu’Il déteste. Les gens n’ont pas ces choses, ainsi ils dévient dans leur marche, ils sont capricieux et, n’ayant personne pour les guider, ils finissent toujours par aller dans la mauvaise direction. Certaines personnes sont toujours en train d’espérer : « Quand Dieu va-t-Il quitter la terre ? Fais vite et quitte ! Après avoir fait l’expérience de Son œuvre pendant ces quelques années, je devrais me marier, mais je trouve que je ne le peux pas ; tu vois, c’est ce que je récolte après avoir cru en Dieu pendant toutes ces années ! » Toute la responsabilité est alors placée sur Dieu. Ils sont complètement inconscients de ce qu’ils ont eu pendant ces années et de ce que ça vaut. N’eût été l’œuvre de Dieu incarné, le people chinois aurait donc depuis longtemps disparu ; c’est peut-être quelque chose que certains ne croiront pas. Si tu ne le crois pas, cela signifie alors que tu ne comprends pas bien les choses, mais c’est cela le fait. Les gens pensent même : « Sans Dieu pour nous guider, nous sommes toujours capables de marcher sur la voie. Nous avons tant de fois lu ce livre, il est marqué dans nos esprits, et nous comprenons les principes, nous pouvons donc prendre la barre. » Peux-tu réellement prendre la barre ? Tu n’es pas capable de marcher dans la bonne voie et tu dévies après avoir marché un bout de chemin, peux-tu alors entrer dans la réalité ? Vous n’êtes toujours pas convaincus. On peut dire que chacun déviera s’il n’a pas ce type de direction. Le Saint-Esprit œuvrait-Il durant l’ère de la Grâce ? Le Saint-Esprit n’œuvrait-Il pas ? Combien de dénominations ont été séparées après cela ? Il y a eu d’inimaginables dénominations de tous bords, même celles dont on ne peut pas imaginer les noms ou s’en souvenir. Quel est le problème avec cela ? Les choses liées à la nature des gens qui sont en eux doivent être bien comprises et il doit aussi y avoir la compréhension de l’essence des gens. Bien comprendre et bien voir ne signifie pas que tu devrais simplement t’en tenir là, mais plutôt cela signifie que partant de là, tu dois te lever et chercher la vérité, lire les paroles de Dieu pour connaître la nature de l’homme, pour comprendre l’essence de l’homme, et déployer des efforts pour la vérité ; ce n’est que de cette manière que tu marcheras dans la bonne voie. La parole de Dieu éclaire et révèle la nature de l’homme, et permet aux hommes de connaître ce qu’est leur essence. Il est très important de scruter l’essence corrompue de l’homme. Tu vois, Satan est une chose énigmatique. Dieu lui demanda : « D’où viens-tu ? » et Satan répondit : « De parcourir la terre, et de m’y promener. » Si tu écoutes attentivement ce discours de Satan, « de parcourir la terre », tu te demanderas s’il est question de venir ou d’aller ? Donc, ce discours est un discours énigmatique, et à partir de ce discours Satan peut être jugé comme un être énigmatique. Après la corruption des gens par Satan, ils deviennent aussi énigmatiques ; en faisant les choses, ils n’ont aucun critère, aucune norme et aucun principe, et donc tout le monde dérive facilement. Lorsque Satan a tenté Ève, il dit : « Pourquoi ne manges-tu pas le fruit de cet arbre ? » Ève répondit : « Dieu a dit que si je mange le fruit de cet arbre, je mourrai. » Satan dit alors : « Tu ne mourras nécessairement pas si tu manges le fruit de cet arbre. » L’intention de ce discours de Satan était de tenter ; il ne dit pas que décidément en mangeant le fruit de l’arbre, l’homme n’allait pas mourir, il dit simplement que l’homme n’allait pas nécessairement mourir, et cela porta l’homme à penser : « Si je ne vais pas nécessairement mourir, ce devrait être bien d’en manger ! » L’homme ne pouvait pas résister à la tentation de manger le fruit. De cette manière, Satan atteignit son but de tenter l’homme à commettre un péché ; il ne porta pas la responsabilité, parce qu’il ne força personne à manger cela. Maintenant, tous les gens portent en eux les poisons de Satan qui testent Dieu et tentent l’homme. Parfois lorsque les gens parlent, ils utilisent les intonations de Satan, avec l’intention de tester et de tenter. Toutes les pensées et les idées qui remplissent les gens sont les poisons de Satan, leur manière de se comporter est une chose de Satan, et parfois un clin d’œil ou un geste porte des relents de test et de tentation. Beaucoup de gens disent : « Je crois en Dieu et c’est de cette manière que je suis, je peux donc m’attendre à obtenir quelque chose. Je ne cherche pas la vérité mais je vais aller jusqu’au bout, et j’use de toute ma force pour déployer les efforts et renoncer aux choses pendant l’exercice de mes devoirs. Même si je commettais quelques transgressions, je peux toujours obtenir quelque chose. » Ils ne savent pas ce qu’ils disent. Avec tant de corruption dans les gens, comment peuvent-ils changer s’ils ne cherchent pas la vérité ? Avec le degré de corruption que l’homme a, s’il n’y a aucune protection de la part de Dieu, alors on peut défaillir et trahir Dieu à tout moment. Crois-tu cela ? Même si tu te forces, tu n’arriveras toujours pas jusqu’au bout, parce que l’étape finale est de constituer un groupe de vainqueurs ; cela peut-il aussi être facile que tu l’imagines ? À la fin, ce n’est pas nécessaire que les gens changent à 100 pourcent ou à 80 pourcent, mais au moins il est nécessaire d’avoir 30 ou 40 pourcent de changement ; à tout le moins, tu dois déterrer les choses qui sont ancrées profondément en toi et les changer, ainsi tu peux atteindre l’exigence de Dieu de 30 ou 40 pourcent, ou mieux encore atteindre un changement de 60 à 70 pourcent, signifiant que tu possèdes une certaine vérité en toi, que tu as certaines choses qui sont compatibles avec Dieu en toi, et que lorsque tu rencontres des problèmes, il ne sera pas facile pour toi de résister à Dieu, et il ne sera pas facile d’offenser le tempérament de Dieu. De cette manière, à la fin, tu seras rendu parfait et seras honoré.

Certaines personnes pensent toujours : « N’est-ce pas que croire en Dieu ne consiste qu’à assister aux réunions, chanter des chansons, écouter la parole de Dieu, prier, accomplir certains devoirs ? N’est-ce pas à cela que ça ressemble ?» Peu importe le nombre des années que vous avez comme croyants en Dieu, vous n’avez toujours pas bien compris la signification de la foi en Dieu. En fait, la signification de la foi en Dieu est incroyablement profonde et les gens n’ont pas bien pensé à ce sujet. En fin de compte, les choses qui sont de Satan dans les gens et les choses de leur nature doivent changer et doivent devenir compatibles avec les exigences de la vérité ; cela seul est vraiment réaliser le salut. Si tu es comme ce que tu étais sous la religion — scandant simplement quelques mots de doctrine ou scandant quelques slogans, en accomplissant donc certains bons actes et comportements, et ne commettant aucun péché, ni ne commettant des péchés graves — cela ne signifie toujours pas que tu es entré sur le bon chemin de la foi en Dieu. Juste parce que tu observes des règles, cela signifie-t-il que tu marches dans la bonne voie ? Cela signifie-t-il que tu as choisi correctement ? Si les choses dans ta nature n’ont pas changé et à la fin, tu résistes toujours à Dieu et offenses Dieu, c’est alors le plus grand des problèmes. Si tu crois en Dieu mais ne résous pas ce problème, peux-tu donc être considéré comme ayant été sauvé ? Qu’est-ce que ça veut dire que Moi, Je te dise cela ? C’est pour vous faire comprendre à vous tous dans vos cœurs qu’une croyance en Dieu ne peut pas être séparée des paroles de Dieu, de Dieu, ou de la vérité. Tu dois bien choisir ton chemin, déployer tes efforts pour la vérité et déployer tes efforts pour les paroles de Dieu. N’aie pas simplement quelques connaissances boiteuses et considérer ensuite que tu en as fini, ou n’aie pas simplement des connaissances bâclées. Si tu approches les choses n’importe comment, tu ne te causeras que des préjudices. Une personne ne devrait pas dévier de sa foi en Dieu ; si en fin de compte il n’y a pas de Dieu dans son cœur, et si elle ne tient simplement qu’un livre qu’elle parcourt rapidement sans avoir un espace pour Dieu dans son cœur, elle est donc finie. Que signifie : « la foi de l’homme en Dieu ne peut pas être séparée des paroles de Dieu » ? Comprenez-vous cela ? Cela contredit-il : « une foi en Dieu ne peut pas être séparée de Dieu » ? Comment peux-tu avoir Dieu dans ton cœur si les paroles de Dieu ne sont pas dans ton cœur ? Si tu crois en Dieu, mais Dieu n’est pas dans ton cœur, ni les paroles de Dieu, ni la conduite de Dieu, tu es donc complètement fait. Si tu es incapable de faire une chose simple selon l’exigence de Dieu, alors lorsque tu feras face à un grand problème de principe, tu seras encore même moins capable de remplir l’exigence de Dieu. Cela signifie que tu n’as pas de témoignage et cela est troublant, et ça prouve que tu n’as rien. Il y a plusieurs choses qui ne peuvent pas être expliquées en détail, et un jour, seulement quand le Saint-Esprit vous éclairera, vous comprendrez tout. Pour le moment, Je ne peux qu’utiliser une déclaration que les gens considéreront comme réellement ordinaire et aussi qu’il n’est pas très logique d’exprimer. Est-on conscient que dans ce pays, pendant que vous subissez ces souffrances et jouissez de l’œuvre de Dieu, les étrangers réellement vous envient tous ? Les souhaits des étrangers sont : nous voulons également expérimenter l’œuvre de Dieu, nous souffrirons n’importe quoi pour cela. Nous voulons également obtenir la vérité ! Nous voulons également gagner un certain entendement, gagner une certaine stature, mais malheureusement nous n’avons pas cette chance. Ils pensent que le peuple chinois est si béni, mais vous pensez qu’ils sont ceux qui sont bénis, et vous les enviez ; c’est en fait ce que c’est que de vivre dans la bénédiction sans être capable de le sentir. Rendre complet ce groupe de gens dans le pays du grand dragon rouge, les faire endurer cette souffrance, peut être considéré comme la plus grande exaltation. Il a été dit une fois : « J’ai déplacé la gloire d’Israël vers l’Est. » Comprenez-vous tous le sens de cette déclaration maintenant ? Comment devrais-tu marcher sur le chemin qui est devant toi ? Comment devrais-tu chercher la vérité ? Si tu ne cherches pas la vérité, comment alors peux-tu obtenir l’œuvre du Saint-Esprit ? Une fois que tu perds l’œuvre du Saint-Esprit, tu seras dans le plus grand danger. La souffrance d’à présent est insignifiante. Savez-vous ce qu’elle fera pour vous ?

Notes de bas de page :

[a] Le texte original omet « bonnes. »

[b] Ici « vie » signifie « vie humaine. »