Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Témoins de Christ des derniers jours

Contenu

XII. Il est essentiel d’échanger clairement sur l’aspect de la vérité concernant les vierges sages qui entendent la voix de Dieu

2. Quelle est la différence entre les paroles de Dieu et les paroles des gens utilisés par Dieu à travers les ères et qui se conforment à la vérité ?

Paroles de Dieu concernées :

La vérité vient du monde des humains, mais la vérité du monde des hommes est transmise par le Christ, elle provient du Christ, c’est-à-dire qu’elle vient de Dieu Lui-même, et ne peut pas être atteinte par les hommes.

Extrait de « Succès ou échec, tout dépend du chemin que l’homme emprunte », La Parole apparaît dans la chair

La vérité est l’aphorisme le plus réel, mais c’est aussi le plus important des aphorismes de l’humanité. Car c’est ce que Dieu exige des hommes, et c’est aussi l’œuvre accomplie par Dieu Lui-même. C’est pourquoi elle est appelée l’« aphorisme de la vie ». Cet aphorisme n’est pas un résumé, ni une citation célèbre d’un grand personnage ; mais c’est la déclaration adressée à l’humanité par le Maître du ciel et de la terre et de toutes choses, et ce ne sont pas des paroles résumées par les hommes, mais c’est la vie originelle de Dieu. C’est pourquoi elle est appelée « le plus important des aphorismes de la vie ».

Extrait de « Seuls ceux qui connaissent Dieu et Son œuvre peuvent Lui donner satisfaction », La Parole apparaît dans la chair

Les voies de pratique de l’homme et sa connaissance de la vérité s’appliquent à une portée particulière. Tu ne peux pas dire que le chemin de l’homme est complètement la volonté du Saint-Esprit, parce que l’homme peut seulement être éclairé par le Saint-Esprit. Il ne peut pas être complètement rempli du Saint-Esprit. Les choses que l’homme peut expérimenter sont toutes dans le cadre de l’humanité normale et ne peuvent pas dépasser la gamme de pensées de l’esprit humain normal, toutes les pensées d’expression pratique incluses dans cette gamme. Quand ils font l’expérience de la vérité, c’est toujours une expérience de la vie humaine normale sous l’éclairage du Saint-Esprit, et non pas une expérience qui dévie de la vie humaine normale. Éclairés par le Saint-Esprit, ils font l’expérience de la vérité sur la fondation de leur vie humaine. De plus, cette vérité varie d’un individu à l’autre et sa profondeur est liée à l’état de l’individu. On peut seulement dire que son chemin est la vie humaine normale d’un homme qui cherche la vérité et que c’est le chemin emprunté par un individu normal éclairé par le Saint-Esprit. Tu ne peux pas dire que le chemin qu’ils foulent est le chemin emprunté par le Saint-Esprit. Dans l’expérience humaine normale, parce que les gens qui cherchent ne sont pas les mêmes, le travail du Saint-Esprit n’est pas le même non plus. En outre, parce que l’environnement dans lequel ils vivent et la gamme de leurs expériences ne sont pas les mêmes, à cause du mélange de leur esprit et de leurs pensées, leur expérience est mélangée à des degrés divers. Les gens comprennent une vérité en fonction de leurs différentes conditions individuelles. Leur compréhension de la signification réelle de la vérité n’est pas complète et n’en constitue qu’un ou quelques aspects. L’ampleur avec laquelle la vérité est vécue par l’homme est toujours basée sur les différentes conditions des individus et n’est donc pas la même pour tous. De cette façon, la connaissance exprimée de la même vérité par des gens différents n’est pas la même. Autrement dit, l’expérience de l’homme a toujours des limites et ne peut pas représenter complètement la volonté du Saint-Esprit, et le travail de l’homme ne peut pas être perçu comme l’œuvre de Dieu, même si ce qui est exprimé par l’homme correspond étroitement à la volonté de Dieu, même si l’expérience de l’homme est très près du travail de perfectionnement accompli par le Saint-Esprit. L’homme ne peut être que le serviteur de Dieu, faisant le travail que Dieu lui confie. L’homme peut seulement exprimer la connaissance qu’il acquiert de l’éclairage du Saint-Esprit et les vérités tirées de ses expériences personnelles. L’homme n’est pas qualifié et n’a pas les conditions pour être une sortie pour le Saint-Esprit. Il n’est pas autorisé à dire que le travail de l’homme est l’œuvre de Dieu.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et le travail de l’homme », La Parole apparaît dans la chair

La communication de l’homme diffère de la parole de Dieu. Ce que les gens communiquent exprime la vision et l’expérience de chacun, exprimant ce qu’ils voient et ce qu’ils expérimentent au sujet de la fondation de l’œuvre de Dieu. Leur responsabilité est de découvrir, après que Dieu a travaillé ou parlé, ce qu’ils devraient pratiquer, où ils devraient entrer, puis de le livrer aux disciples. Par conséquent, le travail de l’homme représente son entrée et sa pratique. Bien sûr, un tel travail est mélangé avec des leçons humaines et avec l’expérience ou certaines pensées humaines. Peu importe la façon dont le Saint-Esprit travaille, qu’Il œuvre sur l’homme ou qu’Il travaille comme Dieu incarné, les travailleurs expriment toujours ce qu’ils sont. Bien que ce soit le Saint-Esprit qui travaille, le travail est fondé sur ce que l’homme est par nature, parce que le Saint-Esprit ne travaille pas sans fondement. En d’autres termes, le travail ne se fait pas à partir de rien, mais est toujours en fonction de circonstances véritables et de conditions réelles. C’est seulement de cette manière que le tempérament de l’homme peut être transformé, que ses vieilles notions et ses vieilles pensées peuvent être changées. Ce que l’homme exprime est ce qu’il voit, ce qu’il expérimente et ce qu’il peut imaginer. Même les doctrines et les notions sont accessibles à la pensée de l’homme. Indépendamment de l’étendue du travail de l’homme, il ne peut pas dépasser la portée de l’expérience de l’homme, de ce que l’homme voit ou de ce qu’il peut imaginer ou concevoir. Ce que Dieu exprime est ce que Dieu Lui-même est, et cela est hors de la portée de l’homme, c’est-à-dire au-delà de la portée de la pensée de l’homme. Il exprime Son œuvre de direction de toute l’humanité, et cela n’est pas pertinent pour les détails de l’expérience humaine, mais concerne plutôt Sa propre gestion. L’homme exprime son expérience alors que Dieu exprime Son être – cet être est Son tempérament essentiel et est inaccessible à l’homme. L’expérience de l’homme se compose de sa vue et de ses connaissances de Dieu acquises quand Dieu exprime Son être. Une telle vue et de telles connaissances sont appelées l’être de l’homme. Elles sont exprimées sur la base du tempérament inhérent de l’homme et de sa qualité réelle ; par conséquent, elles sont aussi appelées l’être de l’homme. L’homme peut communiquer ce qu’il expérimente et ce qu’il voit. Ce qu’il n’a pas expérimenté ou n’a pas vu, ce qui est inaccessible à son esprit, c’est-à-dire les choses qu’il n’a pas à l’intérieur de lui, il est incapable de le communiquer. Si ce que l’homme exprime n’est pas son expérience, c’est son imagination ou de la doctrine. En un mot, il n’y a aucune réalité dans ses paroles. Si tu n’es jamais entré en contact avec les choses de la société, tu ne seras pas en mesure de bien communiquer les relations complexes dans la société. Si tu n’as pas de famille et d’autres personnes parlent de problèmes familiaux, tu ne peux pas comprendre la majorité de ce qu’ils disent. Alors, ce que l’homme communique et le travail qu’il fait représentent son être intérieur. […] Ce que l'homme exprime est son intérieur – cela est certain.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et le travail de l’homme », La Parole apparaît dans la chair

Les épitres pauliniennes du Nouveau Testament sont des épitres que Paul a écrites aux Églises. Elles ne furent pas inspirées par le Saint-Esprit. Elles ne sont pas non plus les paroles directes du Saint-Esprit. Elles ne sont que des paroles d’exhortation, de réconfort et d’encouragement qu’il a écrites pour les Églises au cours de son travail. Ainsi elles sont une archive d’une grande partie de l’œuvre de Paul. Elles ont été écrites pour tous les frères et toutes les sœurs dans le Seigneur pour que les frères et sœurs de toutes les Églises à l’époque suivent ses conseils et se conforment à toutes les voies du Seigneur Jésus. […] Tout ce qu’il a dit d’édifiant et de positif aux gens était juste, mais cela ne représentait pas les paroles du Saint-Esprit et il ne pouvait pas représenter Dieu. C’est une compréhension totalement erronée et un blasphème grave que les gens traitent les documents fondés sur les expériences d’un homme et les épitres d’un homme comme les paroles prononcées par le Saint-Esprit pour les Églises ! […] Ainsi, il ne pouvait pas parler au nom du Saint-Esprit. Ses paroles n’étaient pas les paroles du Saint-Esprit, encore moins pourraient-elles être considérées comme les paroles de Dieu, car Paul n’était rien de plus qu’une créature de Dieu, et n’était certainement pas l’incarnation de Dieu. Son identité n’était pas la même que celle de Jésus. Les paroles de Jésus étaient les paroles du Saint-Esprit. Elles étaient les paroles de Dieu, car Son identité était celle de Christ, le Fils de Dieu. Comment Paul pourrait-il être Son égal ? Si les gens considèrent que des épitres ou des paroles comme celles de Paul sont les paroles du Saint-Esprit, et qu’ils les révèrent comme Dieu, alors on peut seulement dire qu’ils manquent de discernement. Parlant plus durement : n’est-ce pas un blasphème ? Comment un homme peut-il parler au nom de Dieu ? Et comment les gens pourraient-ils se prosterner devant le record de ses épitres et les paroles qu’il a prononcées comme si elles étaient un « livre saint » ou un « livre céleste » ? Les paroles de Dieu pourraient-elles être prononcées nonchalamment par un homme ? Comment un homme pourrait-il parler au nom de Dieu ? […] Par exemple, Paul a écrit une épitre aux Églises de Galatie, qui exprimait une certaine opinion, et Pierre a écrit une autre épitre qui avait un autre point de vue. Laquelle des deux venait du Saint-Esprit ? Personne ne peut le dire à coup sûr. Ainsi, on peut dire que les deux étaient responsables des Églises, mais leurs lettres représentent leur stature, elles représentent leur approvisionnement et leur soutien pour les frères et sœurs, ainsi que leur responsabilité envers les Églises, et elles ne représentent que le travail humain ; elles n’étaient pas tout à fait du Saint-Esprit. Si tu dis que ses épitres sont les paroles du Saint-Esprit, alors tu es absurde et tu blasphèmes ! Les épitres de Paul et les autres épitres du Nouveau Testament sont l’équivalent des mémoires des personnages spirituels les plus récents. Ils sont sur un pied d’égalité avec les livres de Watchman Nee ou les expériences de Lawrence et ainsi de suite. La seule différence est que les livres des personnages spirituels récents ne sont pas compilés dans le Nouveau Testament, mais la substance de ces gens est la même : ils sont des gens qui ont été utilisés par le Saint-Esprit au cours d’une certaine période et ils ne pouvaient pas représenter Dieu directement.

Extrait de « Au sujet de la Bible (3) », La Parole apparaît dans la chair

Il y a, cependant, une chose que tu dois savoir : la parole de Dieu ne peut pas être exprimée comme la parole de l’homme, encore moins la parole de l’homme ne peut être exprimée comme la parole de Dieu. Un homme utilisé par Dieu n’est pas le Dieu incarné, et le Dieu incarné n’est pas un homme utilisé par Dieu ; il y a là une différence fondamentale. Peut-être, après avoir lu ces mots, tu n’acceptes pas que ces sont les paroles de Dieu, et tu ne les acceptes que comme des mots venant d’un homme qui a été inspiré. Dans ce cas, tu es aveuglé par l’ignorance. Comment les paroles de Dieu peuvent-elles être les mêmes que les paroles d’un homme qui a été inspiré ? Les paroles du Dieu incarné inaugurent une nouvelle ère, guident l’humanité toute entière, révèlent des mystères, et montrent à l’homme la prochaine direction à suivre dans le cadre de la nouvelle ère. L’inspiration reçue par l’homme n’est que simple pratique ou connaissance. Elle ne peut pas conduire l’humanité toute entière dans une nouvelle ère ou révéler le mystère de Dieu Lui-même. Après tout, Dieu est Dieu, et l’homme est l’homme. Dieu a l’essence de Dieu, et l’homme a l’essence de l’homme. Si l’homme considère les paroles de Dieu comme simple inspiration du Saint-Esprit, et prend les paroles des apôtres et des prophètes comme des paroles dites par Dieu en personne, alors l’homme se fourvoie. Peu importe, tu ne dois jamais transformer le bien en mal, ou ramener ce qui est haut vers le bas, ou parler de ce qui est profond comme du superficiel ; peu importe, tu ne dois jamais nier délibérément ce que tu sais être la vérité. Quiconque croit qu’il y a un Dieu devrait aborder ce problème sous un bon prisme, et devrait accepter, en tant que créature de Dieu, Son nouveau travail et Ses nouvelles paroles – sinon être éliminé par Dieu.

Extrait de « Préface », La Parole apparaît dans la chair