L'Église de Dieu Tout-Puissant App

Écoutez la voix de Dieu et accueillez le retour du Seigneur Jésus !

Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

La Parole apparaît dans la chair

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

Pratique (5)

À l’ère de la Grâce, Jésus a prononcé des paroles et a réalisé une étape de l’œuvre. Il y avait un contexte pour toutes ces paroles et elles étaient toutes appropriées pour l’état des gens de cette époque ; Jésus a parlé et œuvré comme il convenait au contexte de l’époque. Il a également prononcé des prophéties. Il a prophétisé que l’Esprit de vérité viendrait dans les derniers jours et accomplirait une étape de l’œuvre. C’est-à-dire qu’en dehors de l’œuvre qu’Il devait faire Lui-même à cette ère, Il n’était pas clair au sujet du reste. Autrement dit, l’œuvre accomplie par Dieu incarné est limitée. Ainsi, Il ne fait que l’œuvre de l’ère dans laquelle Il est et ne fait aucune autre œuvre sans lien avec Lui. En ce temps-là, Jésus n’a pas œuvré selon des sentiments ou des visions, mais comme c’était convenable selon le temps et le contexte. Aucune personne ne L’a dirigé ou guidé. Toute Son œuvre était Son propre être, c’est-à-dire l’œuvre qui devait être accomplie par l’Esprit de Dieu incarné. C’était toute l’œuvre inaugurée par l’incarnation. Jésus n’a œuvré que selon ce qu’Il a, Lui-même, vu et entendu. En d’autres termes, l’Esprit œuvrait directement ; il n’était pas nécessaire que des messagers Lui apparaissent et Lui donnent des rêves ni qu’aucune grande lumière ne brille sur Lui et Lui permette de voir. Il œuvrait librement et simplement, car Son œuvre n’était pas basée sur les sentiments. En d’autres termes, quand Il œuvrait, Il ne tâtonnait pas ni ne devinait, mais accomplissait les choses avec aisance, œuvrant et parlant conformément à Ses propres idées et à ce qu’Il voyait de Ses propres yeux, apportant un soutien immédiat à chacun des disciples qui Le suivaient. C’est la différence entre l’œuvre de Dieu et le travail des gens : quand les gens travaillent, ils cherchent et tâtonnent, imitant et délibérant toujours sur une base posée par d’autres pour en arriver à une entrée plus profonde. L’œuvre de Dieu, c’est le don de ce qu’Il est et Il fait l’œuvre qu’Il doit faire Lui-même. Il ne soutient pas l’Église en utilisant des connaissances qui proviennent du travail de n’importe quel homme. Au lieu de cela, Il accomplit l’œuvre actuelle en se basant sur les états des gens. Ainsi, œuvrer de cette façon est des milliers de fois plus libre que le travail des gens. Pour les gens, il semble même que Dieu ne Se conforme pas à Son devoir et œuvre cependant à Sa guise. Mais toute Son œuvre est nouvelle et tu dois savoir que l’œuvre de Dieu incarné n’est jamais basée sur des sentiments. En ce temps-là, après que Jésus eut achevé Son œuvre qui consistait en Sa crucifixion, une fois que les disciples qui avaient suivi Jésus eurent atteint un certain stade dans leur expérience, ils eurent le sentiment que le jour de Dieu arrivait et qu’ils rencontreraient bientôt le Seigneur. C’est le sentiment qu’ils avaient et, pour eux, ce sentiment était de la plus haute importance. Mais en réalité, les sentiments chez les gens ne sont pas fiables. Ils sentaient qu’ils étaient peut-être sur le point d’arriver au bout du chemin ou que tout ce qu’ils faisaient et tout ce dont ils souffraient était ordonné par Dieu. Paul a également déclaré qu’il avait achevé sa course, qu’il avait livré le combat et que lui était réservée une couronne de justice. C’est ce qu’il ressentait et il l’écrivit dans les épîtres et les envoya aux Églises. De telles actions découlaient du fardeau qu’il portait pour les Églises, et donc, le Saint-Esprit n’y prêtait aucune attention. En ce temps-là, quand Paul a dit cela, il ne ressentait aucun malaise et ne se sentait pas réprimandé. Il croyait donc que c’était très normal et tout à fait juste, et que cela venait du Saint-Esprit. Mais en regardant cela aujourd’hui, cela ne venait pas du tout du Saint-Esprit. Ce n’était rien d’autre que l’illusion d’un homme. Il y a beaucoup d’illusions chez les hommes ; Dieu ne leur prête pas attention et n’exprime aucune opinion lorsqu’elles se présentent. La majorité de l’œuvre du Saint-Esprit n’est pas réalisée par les sentiments des gens. Le Saint-Esprit n’œuvre pas dans les sentiments des gens, à l’exception des temps sombres et pénibles avant que Dieu ne devienne chair, ou de la période où il n’y a ni apôtres ni ouvriers. Durant cette étape, l’œuvre du Saint-Esprit suscite des sentiments particuliers chez les gens. Par exemple : quand les gens n’ont pas la direction des paroles de Dieu, quand ils prient, ils ont un sentiment indescriptible de bonheur ; ils ont un sentiment de joie dans le cœur et ils sont en paix et à l’aise. Une fois guidés par les paroles, les gens sentent que leur esprit s’illumine, ils ont un chemin de pratique dans leurs actions et, naturellement, ils éprouvent également un sentiment de paix et sont à l’aise sans exception. Lorsque les gens font face à un danger ou que Dieu les empêche de faire certaines choses, ils se sentent inquiets et mal à l’aise dans leur cœur. Ce sont entièrement les sentiments que le Saint-Esprit suscite en l’homme. Cependant, si un environnement hostile crée une atmosphère de peur, provoquant une anxiété et une timidité exceptionnelles chez les gens, il s’agit d’une expression normale de l’humanité et n’a aucun lien avec l’œuvre du Saint-Esprit.

Les gens sont toujours pris par leurs propres sentiments, et ce depuis de nombreuses années. Tant qu’ils ont le cœur en paix, ils agissent (croyant que leur volonté est un sentiment de paix). Lorsqu’ils n’ont pas le cœur en paix, ils n’agissent pas (croyant que leur manque d’enthousiasme ou leur aversion est un malaise). Si les choses vont bien, ils pensent que[a] c’est la volonté de Dieu. (En fait, c’est quelque chose qui aurait dû très bien aller, selon la loi naturelle des choses.) Quand les choses ne vont pas bien, ils pensent que[b] ce n’est pas la volonté de Dieu. Quand ils rencontrent quelque chose qui ne va pas bien, ils ne le font plus. Ces sentiments qu’ont les gens ne sont pas corrects ; si les choses sont faites selon les sentiments des gens, beaucoup de choses seront retardées. Par exemple, il sera certainement difficile de mettre la vérité en pratique et encore plus de faire la volonté de Dieu. Beaucoup de choses positives seront difficiles à réaliser. Comme le dit le proverbe : « Le chemin du bonheur est parsemé d’embûches. » Les gens ont trop de sentiments dans leur vie pratique, les rendant constamment perdus et incertains à propos de beaucoup de choses. Sans comprendre la vérité, les gens ne peuvent rien comprendre. Mais en général, quand ils agissent ou s’expriment selon leurs sentiments, tant que ce n’est pas quelque chose qui viole les principes premiers, le Saint-Esprit ne réagit pas du tout. C’est comme la « couronne de justice » ressentie par Paul : pendant de nombreuses années, personne ne croyaient que ses sentiments étaient faux, et Paul lui-même n’avait jamais eu l’impression que ses sentiments étaient une erreur. D’où viennent les sentiments des gens ? Ce sont, bien sûr, des réactions qui proviennent de leur cerveau. Des sentiments différents sont produits selon différents environnements et différentes circonstances. Souvent, les gens font des déductions selon la logique humaine pour obtenir un ensemble de formules, ce qui entraîne la création de nombreux sentiments humains. Sans s’en rendre compte, les gens entrent dans leurs propres déductions logiques et, de cette manière, ils se fient à ces sentiments dans leur vie ; ces derniers deviennent une béquille émotionnelle dans leur vie, comme la « couronne de justice » de Paul ou la « rencontre du Seigneur dans les airs » de Witness Lee. Dieu n’a pratiquement aucun moyen d’intercéder dans ces sentiments de l’homme et doit les laisser se développer par eux-mêmes. Aujourd’hui, je t’ai parlé clairement de divers aspects de la vérité. Si tu continues de vivre selon tes sentiments, ne continues-tu pas à vivre dans le vague ? Tu n’acceptes pas les paroles qui ont été clairement prononcées pour toi et tu te fies toujours à tes sentiments personnels. Ainsi, n’es-tu pas comme un aveugle qui touche un éléphant[c] ? Et que gagneras-tu finalement ?

Toute l’œuvre accomplie par Dieu incarné aujourd’hui est réelle. Ce n’est pas quelque chose que tu peux sentir ou quelque chose que tu peux imaginer, et encore moins quelque chose que tu peux déduire ; c’est seulement quelque chose que tu pourras comprendre lorsque les faits te seront révélés. Parfois, même quand ils le sont, tu ne peux toujours pas voir clairement, et les gens ne comprendront pas tant que Dieu n’agira pas personnellement pour apporter une grande clarté aux faits réels de ce qui se passe. En ce temps-là, il y avait beaucoup d’illusions chez les disciples qui suivaient Jésus. Ils croyaient que le jour de Dieu était sur le point d’arriver et qu’ils mourraient bientôt pour le Seigneur et pourraient rencontrer le Seigneur Jésus. Pierre a attendu sept années entières à cause de ce sentiment, mais ce n’était toujours pas arrivé. Ils sentaient que leur vie avait mûri ; les sentiments en eux se sont multipliés et ces sentiments sont devenus sensibles, mais ils ont subi de nombreux échecs et ont été incapables de réussir. Eux-mêmes ne savaient pas ce qui se passait. Ce qui venait vraiment du Saint-Esprit pourrait-il ne pas être accompli ? Les sentiments des gens ne sont pas fiables. Parce que les gens ont des pensées cérébrales et leurs propres idées, ils créent une multitude d’associations basées sur le contexte et les états à ce moment-là. En particulier, lorsque quelque chose arrive aux gens dont les pensées cérébrales sont saines, ils deviennent surexcités et ne peuvent s’empêcher de créer une multitude d’associations. Cela vaut en particulier pour les « experts » qui ont des connaissances et des théories nobles, dont les associations deviennent encore plus nombreuses après qu’ils ont traité avec le monde un grand nombre d’années ; sans qu’ils s’en rendent compte, ces associations s’emparent de leur cœur et deviennent leurs sentiments extrêmement puissants, et ils en sont satisfaits. Quand les gens veulent faire quelque chose, des sentiments et des idées apparaissent en eux et ils pensent que ces sentiments sont justes. Plus tard, quand ils constatent qu’ils ne sont pas satisfaits, les gens ne peuvent pas déterminer ce qui a mal tourné. Ils croient peut-être que Dieu a changé Son plan.

Il est inévitable que tout le monde ait des sentiments. À l’ère de la Loi, beaucoup de gens avaient aussi certains sentiments, mais les erreurs dans leurs sentiments étaient moins nombreuses que chez les gens d’aujourd’hui. C’est parce qu’auparavant, les gens pouvaient voir la manifestation de l’Éternel ; ils pouvaient voir des messagers et ils avaient des rêves. Les gens aujourd’hui sont incapables de voir des visions ou des messagers, et ainsi, les erreurs dans leurs sentiments se sont multipliées. Quand les gens d’aujourd’hui sentent que quelque chose est particulièrement juste et le mettent en pratique, le Saint-Esprit ne leur en fait pas le reproche. Ils sont très en paix à l’intérieur et, après coup, ce n’est que par la communion ou la lecture des paroles de Dieu qu’ils découvrent qu’ils se sont trompés. Un aspect en est qu’il n’y a pas de messagers qui apparaissent aux gens, les rêves sont très rares et les gens ne voient pas les visions dans le ciel. Un autre aspect est que le Saint-Esprit n’augmente pas Ses reproches et Sa discipline dans les gens ; il n’y a pratiquement aucune œuvre du Saint-Esprit dans les gens. Ainsi, si les gens ne mangent pas ni ne boivent les paroles de Dieu, ne cherchent pas la vérité de manière pratique et ne comprennent pas le chemin de la pratique, ils ne récolteront rien. Les principes de l’œuvre du Saint-Esprit sont les suivants : Il ne prête aucune attention à ce qui n’implique pas Son œuvre ; si quelque chose ne relève pas de Sa compétence, Il ne S’en mêle ni n’intercède absolument pas, laissant les gens créer tout le trouble qu’ils veulent jusqu’au jour où ils ne savent pas quoi faire. Il n’œuvre qu’avec détermination dans Sa propre chair, accomplissant l’œuvre qu’Il doit faire, sans jamais S’immiscer dans le travail de l’homme. Au lieu de cela, Il laisse une large place au monde de l’homme et fait l’œuvre qu’Il doit faire. Tu ne seras pas réprimandé si tu fais quelque chose de mal aujourd’hui et tu ne seras pas récompensé non plus si tu fais quelque chose de bien demain. Ce sont des questions humaines et elles n’ont pas le moindre lien avec l’œuvre du Saint-Esprit ; cela n’entre pas du tout dans le périmètre de Mon œuvre.

À l’époque où Pierre travaillait, il a prononcé de nombreuses paroles et beaucoup travaillé. Est-il possible que rien de tout cela ne soit venu des idées humaines ? Que tout soit venu entièrement du Saint-Esprit est impossible. Pierre était simplement une créature de Dieu, il était un disciple, il était Pierre, pas Jésus, et leur essence n’était pas la même. Même si Pierre a été envoyé par le Saint-Esprit dans son travail, tout ce qu’il faisait ne venait pas du Saint-Esprit, car, après tout, il était un homme. Paul a également prononcé beaucoup de paroles et écrit de nombreuses épîtres aux Églises, dont certaines sont rassemblées dans la Bible. Le Saint-Esprit n’a exprimé aucune opinion, car c’était le moment où il était utilisé par le Saint-Esprit. Il a acquis une certaine expérience et une certaine connaissance, et les a écrites et transmises à ses frères et sœurs dans le Seigneur. Jésus n’a eu aucune réaction. Pourquoi le Saint-Esprit ne l’a-t-Il pas arrêté en ce temps-là ? C’est parce qu’il y a des impuretés qui proviennent des pensées normales des gens ; c’est inévitable. En outre, ses actions n’ont pas atteint le point d’être une interférence ou une perturbation. Quand il y a ce genre de travail de la nature humaine, les gens le trouvent plus facile à accepter. À condition que les impuretés des pensées normales de l’homme n’interfèrent en rien, elles semblent normales. En d’autres termes, les gens ayant des pensées normales sont tous capables de penser de cette façon. Quand les gens vivent dans la chair, ils ont leurs propres pensées, mais il n’y a aucun moyen de les éliminer. Cependant, après avoir expérimenté l’œuvre de Dieu pendant un certain temps et compris certaines vérités, il y aura moins de ces pensées dans le cerveau des gens. Quand ils auront expérimenté plus de choses, ils pourront voir clairement et donc interrompront moins les choses. En d’autres termes, lorsque l’imagination et les inférences logiques des gens sont réfutées, leurs sentiments anormaux s’atténuent. Ceux qui vivent dans la chair ont tous leurs propres pensées, mais à la fin, Dieu les façonnera à un point tel que leurs pensées ne pourront plus les déranger, ils ne compteront plus sur les sentiments dans leur vie, leur stature réelle grandira, ils pourront vivre selon les paroles de Dieu dans la réalité, ne feront plus de choses vagues ou vides et ensuite ils ne feront pas de choses qui causent des interruptions. De cette façon, leurs illusions ne seront plus et, à partir de ce moment-là, leurs actions seront leur stature réelle.

Notes de bas de page :

a. Le texte original ne contient pas les mots « ils pensent que ».

b. Le texte original ne contient pas les mots « ils pensent que ».

c. « Un aveugle qui touche un éléphant » est tiré de la parabole des aveugles et de l’éléphant. Elle raconte que plusieurs aveugles touchent un éléphant, chacun croyant que la partie qu’il touche est l’ensemble de l’animal. Cette parabole est une métaphore de la façon dont les gens font l’erreur de croire que des observations ou des jugements partiels sont toute la vérité.

Précédent:Pratique (4)

Suivant:La vérité intérieure de l’œuvre de la conquête (1)