Le mystère de l’incarnation (1)

À l’ère de la Grâce, Jean a préparé la voie pour Jésus. Jean ne pouvait pas faire l’œuvre de Dieu Lui-même, mais il a simplement accompli le devoir de l’homme. Bien que Jean fût le précurseur du Seigneur, il ne pouvait pas représenter Dieu ; il était seulement un homme utilisé par le Saint-Esprit. Quand Jésus a été baptisé, le Saint-Esprit descendit sur Lui comme une colombe. Il a ensuite commencé Son œuvre, c’est-à-dire qu’Il a commencé à exercer le ministère du Christ. Voilà pourquoi Il a assumé l’identité de Dieu, car Il venait de Dieu. Peu importe Sa foi avant cela – peut-être parfois faible et parfois forte –, ainsi était Sa vie humaine normale avant qu’Il exerçât Son ministère. Après qu’Il fut baptisé (c’est-à-dire, oint), Il eut immédiatement la puissance et la gloire de Dieu avec Lui, et ainsi Il commença à exercer Son ministère. Il pouvait accomplir des signes et des prodiges et faire des miracles. Il avait le pouvoir et l’autorité, car Il œuvrait directement au nom de Dieu Lui-même ; Il faisait l’œuvre de l’Esprit à Sa place et exprimait la voix de l’Esprit. Il était donc Dieu Lui-même. Cela est incontestable. Jean était quelqu’un qui était utilisé par le Saint-Esprit. Il ne pouvait pas représenter Dieu et il n’était pas possible qu’il représente Dieu. S’il avait voulu le faire, le Saint-Esprit ne le lui aurait pas permis, car il ne pouvait pas faire l’œuvre que Dieu Lui-même avait l’intention d’accomplir. Il est possible que sa volonté humaine ait occupé une bonne partie de son être ou qu’il y eût quelque chose de déviant en lui. En aucun cas il ne pouvait représenter Dieu directement. Ses erreurs et sa fausseté ne représentaient que lui-même, mais son travail représentait le Saint-Esprit. Tout de même, tu ne peux pas dire que tout son être représentait Dieu. Sa déviance et sa fausseté pouvaient-elles aussi représenter Dieu ? Être dans l’erreur en représentant l’homme est normal, mais, si l’on est déviant en représentant Dieu, alors est-ce que cela ne déshonorerait pas Dieu ? Cela ne serait-il pas un blasphème contre le Saint-Esprit ? Le Saint-Esprit ne permet pas facilement à l’homme de prendre la place de Dieu, même s’il est exalté par les autres. S’il n’est pas Dieu, alors il sera incapable de tenir ferme à la fin. Le Saint-Esprit ne permet pas à l’homme de représenter Dieu comme ça lui plaît ! Par exemple, c’est le Saint-Esprit qui a témoigné en faveur de Jean et c’est le Saint-Esprit qui a révélé qu’il était celui qui préparait la voie pour Jésus, mais l’œuvre accomplie en lui par le Saint-Esprit était bien mesurée. Tout ce qui était exigé de Jean fut qu’il soit le précurseur de Jésus, qu’il prépare la voie pour Lui. Autrement dit, le Saint-Esprit n’a soutenu que son travail de préparation de la voie et lui a permis de faire ce travail seulement, et aucun autre travail. Jean représentait Élie et il représentait un prophète qui a préparé la voie. Cela a été soutenu par le Saint-Esprit ; aussi longtemps que son travail fût de préparer la voie, le Saint-Esprit le soutenait. Cependant, s’il avait prétendu être Dieu Lui-même et avait dit qu’il était venu achever l’œuvre de la rédemption, le Saint-Esprit aurait été obligé de le discipliner. Peu importe que le travail de Jean ait été très grand et que le Saint-Esprit l’ait soutenu, il est resté dans les limites. Il est vrai que son travail a été soutenu par le Saint-Esprit, mais le pouvoir qui lui a été donné en ce temps-là était limité à sa préparation de la voie. Il ne pouvait faire absolument aucun autre travail, car il était seulement Jean qui préparait la voie, et non pas Jésus. Par conséquent, le témoignage du Saint-Esprit est fondamental, mais le travail que le Saint-Esprit permet à l’homme d’accomplir est encore plus crucial. N’a-t-on pas puissamment témoigné de Jean en ce temps-là ? Son travail n’était-il pas également important ? Mais le travail qu’il a fait ne pouvait pas surpasser celui de Jésus, car il n’était qu’un homme utilisé par le Saint-Esprit et ne pouvait pas représenter directement Dieu, et par conséquent le travail qu’il a fait était limité. Après qu’il eut terminé le travail de préparer la voie, le Saint-Esprit n’a pas continué à tenir compte de son témoignage, aucun nouveau travail ne l’a suivi et il a quitté la scène alors que l’œuvre de Dieu Lui-même commençait.

Certains sont possédés par des esprits mauvais et crient avec véhémence : « Je suis Dieu ! » Pourtant, à la fin, ils sont révélés, car ils sont dans l’erreur quant à ce qu’ils représentent. Ils représentent Satan, et le Saint-Esprit ne leur prête aucune attention. Que tu t’exaltes à l’extrême ou que tu cries à tue-tête, tu es toujours un être créé et tu appartiens à Satan. Je ne crie jamais : « Je suis Dieu, Je suis le Fils bien-aimé de Dieu ! » Mais l’œuvre que Je fais est l’œuvre de Dieu. Dois-Je crier ? Aucun besoin d’exaltation. Dieu fait Sa propre œuvre Lui-même et n’a pas besoin que l’homme Lui attribue un statut ou un titre honorifique. Son œuvre représente Son identité et Son statut. Avant Son baptême, Jésus n’était-Il pas Dieu Lui-même ? N’était-Il pas la chair incarnée de Dieu ? Assurément, peut-on dire qu’Il soit devenu le Fils unique de Dieu seulement après qu’on Lui a rendu témoignage ? Un homme appelé Jésus n’existait-Il pas longtemps avant qu’Il commence Son œuvre ? Tu ne peux pas créer de nouvelles voies ou représenter l’Esprit. Tu ne peux pas exprimer l’œuvre de l’Esprit ou les paroles qu’Il dit. Tu ne peux pas faire l’œuvre de Dieu Lui-même ou celle de l’Esprit. Tu ne peux pas exprimer la sagesse, la splendeur et l’impénétrabilité de Dieu, ou tout le tempérament par lequel Dieu châtie l’homme. Il serait par conséquent inutile de prétendre être Dieu ; tu aurais seulement le nom et rien de l’essence. Dieu Lui-même est venu, mais personne ne Le reconnaît ; tout de même, Il continue Son œuvre et Il le fait en représentant l’Esprit. Que tu L’appelles homme ou Dieu, le Seigneur ou Christ, ou que tu L’appelles sœur, peu importe. Mais l’œuvre qu’Il fait est celle de l’Esprit et représente l’œuvre de Dieu Lui-même. Il ne Se soucie pas du nom que l’homme Lui donne. Ce nom peut-il déterminer Son œuvre ? Peu importe comment tu L’appelles, du point de vue de Dieu, Il est la chair incarnée de l’Esprit de Dieu ; Il représente l’Esprit, et l’Esprit L’approuve. Tu ne peux pas faire place à une nouvelle ère, tu ne peux pas mener l’ère ancienne à sa fin et tu ne peux pas inaugurer une nouvelle ère ou faire un nouveau travail, alors, tu ne peux pas être appelé Dieu !

Même un homme que le Saint-Esprit utilise ne peut pas représenter Dieu Lui-même. Cela ne signifie pas seulement que cet homme ne peut pas représenter Dieu, mais également que son travail ne peut pas représenter Dieu directement. Autrement dit, l’expérience de l’homme ne peut pas être du même ordre que la gestion de Dieu et elle ne peut pas représenter la gestion de Dieu. Toute l’œuvre que Dieu fait Lui-même est l’œuvre qu’Il a l’intention de faire dans Son propre plan de gestion et elle a un lien avec la grande gestion. Le travail accompli par l’homme approvisionne son expérience individuelle. Il découvre une nouvelle voie d’expérience différente de celle qu’ont empruntée ceux qui sont venus avant lui, et il conduit ses frères et sœurs sous la direction du Saint-Esprit. Ce que ces gens apportent, c’est leur expérience individuelle ou les écrits spirituels des personnes spirituelles. Bien que ces personnes soient utilisées par le Saint-Esprit, leur travail est sans rapport avec la grande œuvre de gestion dans le plan de six mille ans. Le Saint-Esprit les appelle simplement à différentes époques pour conduire les gens dans le courant du Saint-Esprit jusqu’à ce qu’ils aient rempli leur fonction ou que leur vie se termine. Le travail qu’ils font est seulement de préparer une voie appropriée pour Dieu Lui-même ou de continuer une partie de la gestion de Dieu Lui-même sur la terre. Par eux-mêmes, ces gens sont incapables de faire l’œuvre plus grande de Sa gestion, et ils ne peuvent pas ouvrir de nouvelles voies de sortie, encore moins conclure toute l’œuvre que Dieu a faite dans l’ère précédente. Par conséquent, le travail qu’ils font ne représente qu’un être créé accomplissant sa fonction et ne peut pas représenter Dieu Lui-même exerçant Son ministère. En effet, le travail qu’ils font est différent de l’œuvre que Dieu fait Lui-même. L’œuvre d’inauguration d’une nouvelle ère ne peut pas être faite par l’homme à la place de Dieu. Elle ne peut pas être faite par aucun autre que Dieu Lui-même. Tout le travail effectué par l’homme est l’accomplissement de Son devoir en tant que créature et se fait quand il est inspiré ou éclairé par le Saint-Esprit. La direction que ces personnes offrent consiste entièrement à montrer à l’homme la voie de la pratique dans la vie quotidienne et la manière dont l’homme doit agir pour être en harmonie avec la volonté de Dieu. Le travail de l’homme n’implique pas la gestion de Dieu et ne représente pas l’œuvre de l’Esprit. À titre d’exemple, le travail de Witness Lee et Watchman Nee était de montrer la voie. Que la voie fût nouvelle ou ancienne, le travail était fondé sur le principe du maintien dans les limites de la Bible. Que ce fût de restaurer l’Église locale ou de construire l’Église locale, leur travail était d’établir des Églises. Leur travail a continué l’œuvre que Jésus et Ses apôtres n’avaient pas finie ou développée davantage dans l’ère de la Grâce. Leur travail a consisté à rétablir ce que Jésus, dans Son œuvre première, avait demandé aux générations après Lui : se couvrir la tête, être baptisé, partager le pain ou boire le vin. On peut dire que leur travail était de s’en tenir à la Bible et de chercher des voies fondées sur la Bible. Ils n’ont fait aucun progrès du tout. Par conséquent, on ne peut voir dans leur travail que la découverte de nouvelles voies au sein de la Bible, ainsi que de meilleures pratiques plus réalistes. Mais on ne peut pas voir dans leur travail la volonté actuelle de Dieu, encore moins la nouvelle œuvre que Dieu projette de faire dans les derniers jours. La raison en est que leur chemin était ancien : il n’y avait pas de progrès et rien de nouveau. Ils ont continué à honorer le fait de la crucifixion de Jésus, à observer la pratique consistant à demander aux gens de se repentir et de confesser leurs péchés, à adhérer à la croyance selon laquellecelui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé et que l’homme est la tête de la femme et que la femme doit obéir à son mari. Et même plus, ils ont conservé la notion traditionnelle que les sœurs ne doivent pas prêcher, mais seulement obéir. Si une telle manière de diriger avait été poursuivie, le Saint-Esprit n’aurait jamais pu réaliser une nouvelle œuvre, libérer les gens de la doctrine ou les conduire dans un royaume de liberté et de beauté. Par conséquent, cette étape de l’œuvre pour le changement des ères doit être faite et annoncée par Dieu Lui-même. Sinon, personne ne peut la faire à Sa place. Jusqu’à présent, toute l’œuvre du Saint-Esprit en dehors de ce courant est au point mort, et ceux qui ont été utilisés par le Saint-Esprit ont perdu leurs repères. Par conséquent, puisque le travail des personnes utilisées par le Saint-Esprit est différent de l’œuvre accomplie par Dieu Lui-même, leur identité et les sujets qu’ils représentent diffèrent également. La raison en est que l’œuvre que le Saint-Esprit a l’intention de faire est différente ; Il donne donc une identité différente et un statut différent à tous ceux qui travaillent. Les personnes utilisées par le Saint-Esprit peuvent aussi faire un travail qui est nouveau et peuvent également éliminer une partie du travail effectué dans l’ère précédente, mais leur travail ne peut pas exprimer le tempérament et la volonté de Dieu dans la nouvelle ère. Ils ne travaillent que pour défaire le travail de l’ère précédente, non pour faire un nouveau travail dans le but de représenter directement le tempérament de Dieu Lui-même. Ainsi, peu importe le nombre de pratiques dépassées qu’ils abolissent ou de nouvelles pratiques qu’ils introduisent, ils représentent toujours l’homme et les êtres créés. Cependant, lorsque Dieu Lui-même réalise une œuvre, Il ne déclare pas ouvertement l’abolition des pratiques de l’ère ancienne ni ne déclare directement le début d’une nouvelle ère. Il est direct et franc dans Son œuvre. Il est honnête dans l’exécution de l’œuvre qu’Il entend accomplir, c’est-à-dire qu’Il exprime directement l’œuvre qu’Il a apportée, qu’Il fait directement Son œuvre comme prévu à l’origine, exprimant Son être et Son tempérament. Selon l’homme, Son tempérament et aussi Son œuvre sont différents des ères passées. Toutefois, du point de vue de Dieu Lui-même, cela est simplement une continuation et un développement de Son œuvre. Lorsque Dieu Lui-même œuvre, Il exprime Sa parole et produit directement la nouvelle œuvre. Par contre, quand l’homme travaille, c’est par la délibération et l’étude, ou c’est le développement de la connaissance et de la systématisation de la pratique édifiée sur le fondement du travail des autres. Autrement dit, l’essence du travail accompli par l’homme est d’en rester à ce qui est conventionnel et « de fouler de vieux chemins dans de nouvelles chaussures ». Cela signifie que même le chemin emprunté par les personnes utilisées par le Saint-Esprit est construit sur celui que Dieu Lui-même a lancé. Ainsi, après tout, l’homme est l’homme et Dieu est Dieu.

Jean est né d’une promesse, tout comme Isaac était né d’Abraham. Il a préparé la voie pour Jésus et a fait beaucoup de travail, mais il n’était pas Dieu. Il est plutôt considéré comme un prophète, car il a seulement préparé la voie pour Jésus. Son travail fut également grand, et ce n’est qu’après qu’il eut préparé la voie que Jésus a commencé officiellement Son œuvre. Essentiellement, il a simplement travaillé pour Jésus et son travail a été au service de l’œuvre de Jésus. Après qu’il eut préparé la voie, Jésus a commencé Son œuvre, une œuvre qui était plus nouvelle, plus spécifique et plus détaillée. Jean ne fit que l’œuvre de commencement ; la grande partie de la nouvelle œuvre a été faite par Jésus. Jean a fait également un nouveau travail, mais il n’est pas celui qui a inauguré une nouvelle ère. Jean est né d’une promesse et son nom a été donné par l’ange. À l’époque, certains voulaient le nommer Zacharie, comme son père, mais sa mère refusa qu’on lui donne ce nom, disant : « On ne doit pas donner ce nom à cet enfant. Il doit être appelé Jean. » Tout cela était réalisé sous la direction du Saint-Esprit. Le nom de Jésus aussi a été donné sous la direction du Saint-Esprit, Il est né du Saint-Esprit et par la promesse du Saint-Esprit. Jésus était Dieu, Christ et le Fils de l’homme. Le travail de Jean était grand également, mais pourquoi n’était-il pas appelé Dieu ? Quelle était la différence exactement entre l’œuvre accomplie par Jésus et le travail accompli par Jean ? La seule raison était-elle que Jean était celui qui préparait la voie pour Jésus ? Ou était-ce que cela avait été prédestiné par Dieu ? Bien que Jean ait aussi proclamé : « Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche », bien qu’il ait aussi prêché l’évangile du royaume des cieux, son travail n’était pas approfondi et constituait simplement un début. Par contre, Jésus a inauguré une nouvelle ère et a mené l’ancienne à sa fin, mais Il a aussi accompli la loi de l’Ancien Testament. L’œuvre qu’Il a faite était plus grande que le travail de Jean et Il est venu pour racheter toute l’humanité ; Il a accompli cette étape de l’œuvre. Quant à Jean, il a seulement préparé la voie. Bien que son travail ait été grand, ses paroles abondantes et ses disciples nombreux, son travail ne fit que mener l’homme à un nouveau commencement. Jamais les hommes n’ont reçu la vie, le chemin ou des vérités plus profondes de lui, et ils n’acquirent pas non plus une compréhension de la volonté de Dieu par lui. Jean était un grand prophète (Élie) qui a ouvert de nouveaux horizons pour l’œuvre de Jésus et qui a préparé l’élu ; il a été le précurseur de l’ère de la Grâce. Ces choses ne peuvent pas être perçues simplement en observant leurs apparences humaines normales. C’est d’autant plus vrai que Jean a fait un assez grand travail, et en outre, il est né de la promesse du Saint-Esprit et son travail a été confirmé par le Saint-Esprit. À ce titre, la distinction entre leurs identités respectives ne peut se faire que par leur travail, car l’apparence d’un homme ne révèle rien de son essence, et l’homme est incapable de déterminer le véritable témoignage du Saint-Esprit. Le travail réalisé par Jean et l’œuvre réalisée par Jésus étaient dissimilaires et étaient de natures différentes. C’est sur cette base que l’on peut déterminer si oui ou non Jean était Dieu. L’œuvre de Jésus était de commencer, continuer, conclure et accomplir. Chacun de ces pas a été réalisé par Jésus, alors que le travail de Jean était seulement celui du commencement. Au commencement, Jésus a répandu l’évangile et a prêché la voie de la repentance, puis a continué en baptisant les hommes, guérissant les malades et chassant les démons. À la fin, Il a racheté l’humanité du péché et a terminé Son œuvre pour toute l’ère. Il a prêché aux gens et répandu l’Évangile du royaume des cieux dans tous les lieux. Jean a fait la même chose, la différence étant que Jésus a inauguré une nouvelle ère et a ouvert l’ère de la Grâce pour l’homme. De Sa bouche sortaient les paroles au sujet de ce que l’homme devrait pratiquer et de la voie que l’homme devrait emprunter dans l’ère de la Grâce, et à la fin, Il a complété l’œuvre de la rédemption. Une telle œuvre ne pourrait jamais être réalisée par Jean. Et donc, c’est Jésus qui a fait l’œuvre de Dieu Lui-même, et c’est Lui qui est Dieu Lui-même et qui représente directement Dieu. L’homme pense que tous ceux qui sont nés en vertu d’une promesse, nés de l’Esprit, attestés par le Saint-Esprit et qui ont ouvert de nouvelles voies, sont Dieu. Selon ce raisonnement, Jean aussi serait Dieu, et Moïse, Abraham et David…, ils seraient eux aussi Dieu. N’est-ce pas une parfaite plaisanterie ?

Avant de remplir Son ministère, Jésus aussi n’était qu’un homme normal qui agissait en accord avec toute œuvre quelconque du Saint-Esprit. Peu importe s’Il était conscient ou non de Sa propre identité à l’époque, Il obéissait à tout ce qui venait de Dieu. Le Saint-Esprit n’a jamais révélé Son identité avant le commencement de Son ministère. C’est seulement après avoir commencé Son ministère qu’Il a aboli ces règles et ces lois, et ce n’est qu’après qu’Il eut commencé officiellement à remplir Son ministère que Ses paroles sont devenues imbues d’autorité et de puissance. Ce n’est qu’après qu’Il eut commencé Son ministère que Son œuvre consistant à inaugurer une nouvelle ère a débuté. Avant cela, le Saint-Esprit est demeuré caché en Lui pendant vingt-neuf ans, années au cours desquelles Il ne représentait qu’un homme et était sans l’identité de Dieu. L’œuvre de Dieu a commencé quand Il a œuvré et rempli Son ministère, Il a fait Son œuvre en suivant Son plan intérieur sans égard à ce que l’homme savait de Lui, et Son œuvre était la représentation directe de Dieu Lui-même. À l’époque, Jésus demanda à Son entourage : « Qui dites-vous que Je suis ? » Ils répondirent : « Tu es le plus grand des prophètes et notre bon médecin. » Et certains répondirent : « Tu es notre grand prêtre », etc. Différents types de réponses ont été données ; certains même dirent qu’Il était Jean, qu’Il était Élie. Jésus Se tourna alors vers Simon Pierre et demanda : « Qui dis-tu que Je suis ? » Pierre répondit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. » À partir de là, les gens prirent conscience qu’Il était Dieu. Lorsque cela fut connu, ce fut Pierre qui en vint à cette réalisation, et de sa bouche sortirent ces paroles. Ensuite Jésus déclara : « Ce que tu as dit, ce ne sont pas la chair et le sang qui te l’ont révélé, c’est Mon Père. » À la suite de Son baptême, connue ou non des autres, Son œuvre était au nom de Dieu. Il vint pour réaliser Son œuvre, non pour révéler Son identité. Ce n’est qu’après que Pierre en a parlé que Son identité fut connue ouvertement par l’homme. Que l’on ait été conscient ou non qu’Il était Dieu Lui-même, quand le moment est venu, Il a commencé Son œuvre. Et que l’on ait été conscient ou non de Son identité, Il a continué Son œuvre comme avant. Même si l’on niait Son identité, Il accomplissait tout de même Son œuvre et la réalisait quand c’était le temps de le faire. Il est venu pour faire Son œuvre et accomplir Son ministère, non pour que l’homme connaisse Sa chair, mais pour que l’homme reçoive Son œuvre. Si tu ne reconnais pas que l’étape de l’œuvre aujourd’hui est celle de Dieu Lui-même, c’est que tu manques de vision. Tout de même, tu ne peux pas nier cette étape de l’œuvre ; ton incapacité à la reconnaître ne prouve pas que le Saint-Esprit n’œuvre pas ou que Son œuvre soit erronée. Certains comparent même l’œuvre actuelle avec celle de Jésus dans la Bible et utilisent toutes les incohérences pour nier cette étape de l’œuvre. N’est-ce pas l’attitude de quelqu’un qui est aveugle ? Ce qui est rapporté dans la Bible est limité et ne peut pas représenter toute l’œuvre de Dieu. Les quatre Évangiles ont moins d’une centaine de chapitres au total qui racontent un nombre limité d’événements, tels que Jésus maudissant le figuier ; Pierre reniant Jésus trois fois ; Jésus apparaissant aux disciples après Sa crucifixion et Sa résurrection ; l’enseignement sur le jeûne, la prière, le divorce ; la naissance et la généalogie de Jésus ; le choix des disciples par Jésus ; etc. Cependant, les hommes les valorisent comme des trésors, les comparant même avec l’œuvre d’aujourd’hui. Ils croient même que toute l’œuvre que Jésus a accomplie dans Sa vie n’atteignait qu’une certaine quantité, comme si Dieu n’était capable de faire que cela et rien de plus. N’est-ce pas absurde ?

Le temps que Jésus avait sur la terre était de trente-trois ans et demi, c’est-à-dire, Il a vécu sur la terre pendant trente-trois ans et demi. L’accomplissement de Son ministère ne dura que trois ans et demi, et le reste du temps, Il a juste vécu une vie humaine normale. Au début, Il assistait aux services dans la synagogue et là Il écoutait les sermons des prêtres sur les Écritures et les messages des autres ; Il acquit beaucoup de connaissance sur la Bible. Il n’était pas né avec une telle connaissance et l’a seulement acquise par la lecture et l’écoute. Il est clairement rapporté dans la Bible qu’Il posait des questions aux enseignants dans la synagogue à l’âge de douze ans : quelles étaient les prophéties des anciens prophètes ? Qu’en était-il des lois de Moïse ? L’Ancien Testament ? Et qu’en était-il de l’homme qui servait Dieu dans le temple en habits sacerdotaux ? (…) Il posait beaucoup de questions, car Il n’avait ni la connaissance ni la compréhension. Bien qu’il ait été conçu du Saint-Esprit, Il était né comme un homme tout à fait normal. En dépit de certaines caractéristiques particulières, Il était tout de même un homme normal. Sa sagesse ne cessait de grandir conformément à Sa stature et Son âge, et Sa vie progressait comme celle d’un homme normal. Dans l’imagination des gens, Jésus ne connut pas d’enfance ni d’adolescence : Il est né dans la vie comme un homme âgé de trente ans et Il a été crucifié à la fin de Son œuvre. Ils croient que Sa vie n’a probablement pas subi le même processus que celui d’un homme normal, qu’Il ne mangeait ni ne S’associait avec d’autres personnes et n’était pas facilement aperçu par les gens. Il était probablement une aberration qui effrayait ceux qui Le voyaient, car Il était Dieu. Les gens croient que Dieu fait chair ne vit assurément pas comme vit une personne normale ; ils croient qu’Il est propre sans avoir à Se brosser les dents ou à Se laver le visage, car Il est un être saint. Ces notions ne sont-elles pas purement celles de l’homme ? La Bible ne dit rien sur la vie de Jésus en tant qu’homme. Elle ne rapporte que Son œuvre, mais cela ne prouve pas qu’Il n’ait pas vécu une humanité normale ou une vie humaine normale avant l’âge de trente ans. Il a officiellement commencé Son œuvre à vingt-neuf ans, mais tu ne peux pas nier toute Sa vie d’homme avant cet âge. La Bible a simplement omis cette étape de Sa vie ; puisqu’il s’agissait de Sa vie comme un homme normal et non pas l’étape de Son œuvre divine, il était inutile de la mettre par écrit. Car avant le baptême de Jésus, le Saint-Esprit n’a pas fait Son œuvre immédiatement, mais a simplement soutenu Sa vie comme un homme normal jusqu’au jour où vint pour Jésus le temps d’assumer Son ministère. Bien qu’Il ait été Dieu incarné, Il a dû grandir jusqu’à la maturité comme tout homme normal. Le processus de cette maturation a été omis de la Bible, car il ne pouvait aucunement aider l’homme dans la croissance de sa vie. Avant Son baptême, Il est resté inconnu et n’a fait aucun signe et aucun prodige. Ce n’est qu’après Son baptême que Jésus a commencé toute l’œuvre de la rédemption de l’humanité, une œuvre abondante et pleine de grâce, de vérité, d’amour et de miséricorde. Le commencement de cette œuvre était aussi précisément le début de l’ère de la Grâce ; c’est pourquoi elle a été écrite et transmise jusqu’à aujourd’hui pour ouvrir une voie et amener tout à maturité pour que ceux de l’ère de la Grâce suivent le chemin de cette ère et suivent le chemin de la croix. Bien que des rapports à ce sujet aient été écrits par l’homme, tous sont des descriptions des faits avec seulement des erreurs mineures sur certaines questions. Quoi qu’il en soit, on ne peut nier la véracité de ces rapports. Les faits rapportés sont tout à fait factuels ; c’est en les mettant par écrit que les gens ont fait des erreurs. Certains peuvent dire que Jésus était un homme normal et ordinaire, alors comment se fait-il qu’Il fût capable d’opérer des signes et des prodiges ? Les quarante jours de tentation que Jésus a subis étaient un signe miraculeux qu’un homme normal aurait été incapable de réaliser. Ses quarante jours de tentation reflétaient la nature de l’œuvre du Saint-Esprit ; alors comment peut-on dire qu’il n’y avait pas un peu de surnaturel en Lui ? Sa capacité à réaliser des signes et des prodiges ne prouve pas qu’Il fût un homme transcendant et pas un homme normal ; c’est simplement que le Saint-Esprit œuvrait dans un homme normal comme Lui, rendant donc possible qu’Il accomplisse des miracles et fasse de plus grandes œuvres. Avant que Jésus exerce Son ministère, ou, comme il est dit dans la Bible, avant que le Saint-Esprit descende sur Lui, Jésus n’était qu’un homme normal et n’avait rien de surnaturel. Avec la descente du Saint-Esprit, c’est-à-dire quand Il a commencé à exercer Son ministère, Il est devenu imprégné de surnaturel. Ainsi, l’homme en est venu à croire que la chair incarnée de Dieu n’avait pas une humanité normale ; de plus, il a la croyance erronée selon laquelle Dieu incarné n’a que de la divinité, pas d’humanité. Certes, quand Dieu vient sur terre accomplir Son œuvre, tout ce que les hommes voient, ce sont les événements surnaturels. Ce qu’ils voient de leurs yeux et ce qu’ils entendent avec leurs oreilles, tout cela est surnaturel, car Son œuvre et Ses paroles leur sont incompréhensibles et inaccessibles. Si quelque chose du ciel est apporté sur la terre, comment pourrait-ce être autrement que surnaturel ? Les mystères du royaume des cieux ont été apportés sur la terre, des mystères trop merveilleux et trop sages pour que l’homme les comprenne ou les perce. N’appartenaient-ils pas tous au surnaturel ? Cependant, tu dois savoir que peu importe le caractère surnaturel, tout a été réalisé dans Son humanité normale. La chair incarnée de Dieu est imbue d’humanité ; si ce n’était pas le cas, alors Il ne serait pas la chair incarnée de Dieu. Jésus a accompli un grand nombre de miracles en Son temps. Ce que les Israélites de l’époque virent était plein de choses surnaturelles ; ils virent des anges et des messagers, et ils entendirent la voix de l’Éternel. Tout cela n’était-il pas surnaturel ? Certainement, aujourd’hui certains esprits mauvais trompent les hommes avec des choses surnaturelles. Cela n’est qu’une imitation de leur part, pour tromper l’homme par un travail qui n’est pas fait par le Saint-Esprit maintenant. Beaucoup de gens accomplissent des miracles, guérissent les malades et chassent les démons : ce n’est rien de plus que le travail des esprits mauvais, car le Saint-Esprit ne fait plus une telle œuvre de nos jours et tous ceux qui ont imité l’œuvre du Saint-Esprit depuis ce temps-là sont en effet des esprits mauvais. Toute l’œuvre réalisée en Israël à l’époque était une œuvre de nature surnaturelle, cependant le Saint-Esprit n’œuvre pas maintenant d’une telle manière, et toute œuvre semblable maintenant est l’imitation et le camouflage de Satan et sa nuisance. Mais on ne peut dire que tout le surnaturel soit le fait des esprits mauvais. Cela dépend de l’ère de l’œuvre de Dieu. Quel aspect de l’œuvre accomplie par le Dieu incarné aujourd’hui n’est pas surnaturel ? Ses paroles sont incompréhensibles et inaccessibles pour toi, et Son œuvre ne peut être faite par aucun homme. Ce qu’Il comprend ne peut absolument pas être compris par l’homme, et l’homme ne peut pas non plus connaître d’où vient Sa connaissance. Certains disent : « Moi aussi je suis normal, comme Toi, comment peut-il se faire que je ne sache pas ce que Tu sais ? Je suis plus vieux et plus riche en expérience, alors comment peux-Tu savoir ce que je ne sais pas ? » Tout cela, en ce qui concerne l’homme, est hors de la portée de l’homme. Ensuite, il y a ceux qui disent : « Personne ne connaît vraiment l’œuvre qui a été réalisée en Israël, et même les exégètes de la Bible ne peuvent offrir aucune explication ; comment se fait-il que Tu la connaisses ? » Tout cela ne relève-t-il pas du surnaturel ? Il n’a aucune expérience des prodiges, mais Il sait tout ; Il parle et exprime la vérité avec la plus grande facilité. Cela ne relève-t-il pas du surnaturel ? Son œuvre transcende ce qui est à la portée de la chair. Elle est inaccessible à la pensée de tout être de chair et est tout à fait inconcevable par l’esprit et le raisonnement de l’homme. Bien qu’Il n’ait jamais lu la Bible, Il comprend l’œuvre de Dieu en Israël. Et bien qu’Il Se tienne sur la terre pendant qu’Il parle, Il parle des mystères du troisième ciel. Quand l’homme lit ces paroles, un sentiment envahit l’homme : « N’est-ce pas la langue du troisième ciel ? » Tout cela ne dépasse-t-il pas ce qui peut être réalisé par un homme normal ? À l’époque, quand Jésus a jeûné pendant quarante jours, cela n’était-il pas surnaturel ? Si tu dis que jeûner quarante jours est surnaturel dans tous les cas et un acte des esprits mauvais, n’as-tu pas alors condamné Jésus ? Avant que Jésus remplisse Son ministère, Il était comme un homme normal. Lui aussi allait à l’école ; comment aurait-Il pu apprendre à lire et à écrire autrement ? Quand Dieu devint chair, l’Esprit Se cachait dans la chair. Cependant, étant un homme normal, il était nécessaire pour Lui de Se soumettre à un processus de croissance et de maturation et Il fut considéré comme un homme normal seulement lorsque Son aptitude cognitive devint mature et lorsqu’Il fut capable de discerner les choses. Ce n’est qu’après que Son humanité devint mature qu’Il put accomplir Son ministère. Comment pouvait-Il accomplir Son ministère alors que Son humanité normale était encore immature et Son raisonnement peu exercé ? Certes, on ne pouvait s’attendre à ce qu’Il accomplisse Son ministère à l’âge de six ou sept ans ! Pourquoi Dieu ne S’est-Il pas fait connaître aussitôt qu’Il S’est fait chair ? Parce que l’humanité de Sa chair était encore immature ; Il n’était pas en pleine possession des processus cognitifs de Sa chair ni de l’humanité normale de Sa chair. Pour cette raison, c’était une nécessité absolue pour Lui d’avoir une humanité normale et le bon sens d’un homme normal jusqu’à ce qu’Il en soit suffisamment équipé pour entreprendre Son œuvre dans la chair. Alors seulement Il pouvait commencer Son œuvre. S’Il n’avait pas été à la hauteur de la tâche, il aurait été nécessaire pour Lui de continuer à croître et à mûrir. Si Jésus avait commencé Son œuvre à l’âge de sept ou huit ans, les hommes ne L’auraient-ils pas considéré comme un prodige ? Tous les gens ne L’auraient-ils pas pris pour un enfant ? Qui L’aurait trouvé convaincant ? Un enfant de sept ou huit ans pas plus grand que le podium derrière lequel Il se tiendrait, aurait-Il été apte à prêcher ? Avant que Son humanité n’arrive à maturation, Il n’était pas à la hauteur de la tâche. En ce qui concernait Son humanité qui était encore immature, une bonne partie de l’œuvre était simplement inatteignable. L’œuvre de l’Esprit de Dieu dans la chair a aussi ses propres principes. Il ne peut entreprendre l’œuvre et assumer la tâche du Père seulement lorsqu’Il est muni de l’humanité normale. Alors seulement peut-Il commencer Son œuvre. Dans Son enfance, Jésus ne pouvait simplement rien comprendre d’une grande partie de ce qui était arrivé dans les temps anciens, et ce n’est qu’en demandant aux enseignants dans la synagogue qu’Il en est venu à comprendre. S’Il avait commencé Son œuvre aussitôt après avoir appris à parler, comment aurait-Il pu éviter de faire des erreurs ? Comment Dieu pouvait-Il faire des faux pas ? Par conséquent, Il a commencé Son œuvre seulement quand Il en fut capable ; Il n’a réalisé aucune œuvre jusqu’à ce qu’Il ait été pleinement habilité à l’entreprendre. À vingt-neuf ans, Jésus avait déjà atteint une bonne maturité et Son humanité aussi avait atteint un point suffisant pour qu’Il entreprenne l’œuvre qu’Il devait faire. C’est alors seulement que l’Esprit de Dieu a officiellement commencé à œuvrer en Lui. Jusqu’à ce moment-là, Jean s’était préparé pendant sept ans pour Lui ouvrir la voie, et, à la conclusion de son travail, il a été jeté en prison. Il revint entièrement à Jésus alors de porter le fardeau. S’Il avait entrepris cette œuvre à vingt-et-un ou vingt-deux ans, en un temps où Son humanité était encore insuffisante et où Il venait juste de commencer Sa vie comme jeune adulte, et qu’il y avait beaucoup de choses qu’Il ne comprenait toujours pas, Il aurait été incapable de prendre la situation en main. À ce moment-là, Jean avait déjà commencé son travail depuis un certain temps avant que Jésus ne commence Son œuvre, alors qu’Il avait déjà atteint un âge moyen. À cet âge, Son humanité normale avait atteint un degré de maturité suffisant pour entreprendre l’œuvre qu’Il devait faire. Maintenant, le Dieu incarné a aussi une humanité normale. Bien qu’elle ne soit pas aussi mature que celle des plus âgés parmi vous, cette humanité en tant que telle est déjà suffisante pour qu’Il entreprenne Son œuvre ; la situation de l’œuvre qu’Il fait aujourd’hui n’est pas tout à fait la même que celle de Jésus. Pourquoi Jésus a-t-Il choisi les douze apôtres ? Tout était en appui de Son œuvre et en accord avec elle. D’une part, c’était pour jeter les bases de Son œuvre à l’époque, et d’autre part, pour faire la même chose pour Son œuvre à suivre. Conformément à l’œuvre d’alors, le choix des douze apôtres était l’intention de Jésus, ainsi que celle de Dieu Lui-même. Il croyait qu’Il devait choisir les douze apôtres et ensuite les conduire à prêcher dans tous les lieux. Mais cela n’est pas nécessaire parmi vous en ce jour ! L’œuvre de Dieu incarné dans la chair a plusieurs principes. L’homme est encore très ignorant, l’homme utilise constamment ses propres notions pour évaluer ce qu’il ne comprend pas ou pour présenter à Dieu des exigences excessives. Et même aujourd’hui, beaucoup de gens sont totalement inconscients du fait que leur connaissance n’inclut rien de plus que leurs propres notions. Quels que soient l’ère ou le lieu dans lequel Dieu est incarné, les principes de Son œuvre dans la chair restent inchangés. Il ne peut pas devenir chair et aussi transcender la chair dans Son œuvre ; Il peut encore moins devenir chair tout en n’œuvrant pas au sein de l’humanité normale de la chair. Autrement, la signification de l’incarnation de Dieu se dissoudrait dans le néant et la Parole devenue chair n’aurait plus aucun sens. En outre, seul le Père dans le ciel (l’Esprit) est au courant de l’incarnation de Dieu, et personne d’autre, pas même Lui-même dans la chair ou les messagers du ciel. Ainsi, l’œuvre de Dieu dans la chair est encore plus normale et mieux en mesure de démontrer qu’en effet la Parole est devenue chair ; la chair signifie un homme ordinaire et normal.

Certains peuvent se demander : « Pourquoi faut-il que l’ère soit inaugurée par Dieu Lui-même ? Un être créé ne pourrait-il pas Le remplacer ? » Vous êtes tous conscients que Dieu Se fait chair expressément pour inaugurer une nouvelle ère, et, bien sûr, quand Il inaugure une nouvelle ère, Il conclut l’ère précédente en même temps. Dieu est le commencement et la fin. C’est Lui-même qui met Son œuvre en mouvement, et alors, c’est Lui-même qui doit conclure l’ère précédente. Telle est la preuve de Sa victoire sur Satan et de Sa conquête du monde. Chaque fois qu’Il œuvre Lui-même parmi les hommes, c’est le début d’une nouvelle bataille. Sans le début d’une nouvelle œuvre, l’ancienne œuvre ne serait pas conclue, naturellement. Et l’absence de conclusion de l’ancienne prouve que la bataille contre Satan reste encore à mener à son terme. C’est seulement si Dieu Lui-même vient parmi les hommes et réalise une nouvelle œuvre que l’homme peut pleinement se libérer du domaine de Satan et acquérir une nouvelle vie et un nouveau commencement. Sinon, l’homme vivra éternellement dans l’ère ancienne et vivra éternellement sous l’ancienne influence de Satan. Durant chaque ère dirigée par Dieu, une partie de l’homme est libérée, et donc, l’homme progresse vers la nouvelle ère en même temps que l’œuvre de Dieu. La victoire de Dieu est une victoire pour tous ceux qui Le suivent. Si l’humanité de la création avait la responsabilité de conclure l’ère, alors, que ce soit du point de vue de l’homme ou de Satan, ce ne serait pas plus qu’un acte qui s’oppose à Dieu ou qui Le trahit, et non un acte d’obéissance à Dieu, et ainsi le travail de l’homme deviendrait un outil pour Satan. Si l’homme obéit à Dieu et Le suit durant une ère inaugurée par Dieu Lui-même, alors seulement Satan sera pleinement convaincu, car tel est le devoir d’un être créé. Par conséquent, Je vous dis que vous n’avez qu’à suivre et à obéir, et rien de plus n’est exigé de vous. Voilà ce que signifie accomplir son devoir et exercer ses fonctions. Dieu fait Sa propre œuvre et n’a pas besoin que l’homme fasse Son œuvre à Sa place. Il ne participe pas non plus au travail des êtres créés. L’homme accomplit son propre devoir et ne participe pas à l’œuvre de Dieu. Voilà la seule obéissance et la preuve que Satan est vaincu. Après que Dieu Lui-même a inauguré la nouvelle ère, Il ne descend plus Lui-même pour œuvrer parmi les hommes. C’est alors seulement que l’homme entre officiellement dans la nouvelle ère pour accomplir son devoir et réaliser sa mission comme être créé. Tels sont les principes selon lesquels Dieu œuvre et que personne ne peut transgresser. Seule cette façon de travailler est sensée et raisonnable. L’œuvre de Dieu est faite par Dieu Lui-même. C’est Lui qui met Son œuvre en mouvement et Lui aussi qui la conclut. C’est Lui qui planifie l’œuvre, qui la gère, et, même plus, c’est Lui qui la mène à son terme. Comme le dit la Bible : « Je suis le Commencement et la Fin ; Je suis le Semeur et le Moissonneur. » Tout ce qui est lié à l’œuvre de Sa gestion est fait par Dieu Lui-même. Il est le Souverain du plan de gestion de six mille ans ; nul ne peut faire Son œuvre à Sa place ou conclure Son œuvre, car c’est Lui qui tient tout dans Sa main. Puisqu’Il a créé le monde, Il conduira le monde entier à vivre dans Sa lumière, et Il conclura aussi l’ensemble de l’ère et ainsi mènera tout Son plan à terme !

Précédent: Pratique (2)

Suivant: Le mystère de l’incarnation (2)

Le Seigneur est déjà secrètement revenu il y a bien longtemps avant les catastrophes, savez-vous comment L’accueillir ?
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre