Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

La corruption de Sodome : exaspérant pour l’homme et enrageant Dieu

80

Premièrement, regardons plusieurs passages de l’Écriture décrivant la « destruction de Sodome par Dieu ».

Genèse 19:1-11 : « Les deux anges arrivèrent à Sodome sur le soir ; et Lot était assis à la porte de Sodome. Quand Lot les vit, il se leva pour aller au-devant d’eux, et se prosterna la face contre terre. Puis il dit : Voici, mes seigneurs, entrez, je vous prie, dans la maison de votre serviteur, et passez-y la nuit ; lavez-vous les pieds ; vous vous lèverez de bon matin, et vous poursuivrez votre route. Non, répondirent-ils, nous passerons la nuit dans la rue. Mais Lot les pressa tellement qu’ils vinrent chez lui et entrèrent dans sa maison. Il leur donna un festin, et fit cuire des pains sans levain. Et ils mangèrent. Ils n’étaient pas encore couchés que les gens de la ville, les gens de Sodome, entourèrent la maison, depuis les enfants jusqu’aux vieillards ; toute la population était accourue. Ils appelèrent Lot, et lui dirent : Où sont les hommes qui sont entrés chez toi cette nuit ? Fais-les sortir vers nous, pour que nous les connaissions. Lot sortit vers eux à l’entrée de la maison, et ferma la porte derrière lui. Et il dit : Mes frères, je vous prie, ne faites pas le mal ! Voici, j’ai deux filles qui n’ont point connu d’homme ; je vous les amènerai dehors, et vous leur ferez ce qu’il vous plaira. Seulement, ne faites rien à ces hommes puisqu’ils sont venus à l’ombre de mon toit. Ils dirent : Retire-toi ! Ils dirent encore : Celui-ci est venu comme étranger, et il veut faire le juge ! Eh bien, nous te ferons pis qu’à eux. Et, pressant Lot avec violence, ils s’avancèrent pour briser la porte. Les hommes étendirent la main, firent rentrer Lot vers eux dans la maison, et fermèrent la porte. Et ils frappèrent d’aveuglement les gens qui étaient à l’entrée de la maison, depuis le plus petit jusqu’au plus grand, de sorte qu’ils se donnèrent une peine inutile pour trouver la porte. »

Genèse 19:24-25 : « Alors l’Éternel fit pleuvoir du ciel sur Sodome et sur Gomorrhe du soufre et du feu, de par l’Éternel. Il détruisit ces villes, toute la plaine et tous les habitants des villes, et les plantes de la terre. »

De ces passages, il n’est pas difficile de voir que l’iniquité et la corruption de Sodome avaient déjà atteint un degré détestable à la fois pour l’homme et pour Dieu et qu’aux yeux de Dieu, la ville méritait donc d’être détruite. Mais que s’est-il passé dans la ville avant qu’elle ne soit détruite ? Que peuvent apprendre les gens de ces événements ? Qu’est-ce que l’attitude de Dieu envers ces événements montre aux gens à propos de Son tempérament ? Afin de comprendre toute l’histoire, lisons attentivement ce qui a été consigné dans l’Écriture…

La corruption de Sodome : exaspérant pour l’homme et enrageant Dieu

Cette nuit-là, Lot reçut deux messagers de Dieu et prépara un festin pour eux. Après le dîner, avant que les messagers se couchent, des gens de toute la ville entourèrent la résidence de Lot et appelèrent Lot. L’Écriture rapporte qu’ils ont dit : « Où sont les hommes qui sont entrés chez toi cette nuit ? Fais-les sortir vers nous, pour que nous les connaissions. » Qui a dit ces paroles ? À qui sont-elles dites ? Ce sont les paroles que les gens de Sodome ont criées devant la résidence de Lot et ont adressées à Lot. Comment te sens-tu en entendant ces paroles ? Es-tu furieux ? Ces paroles te rendent-elles malade ? Est-ce que tu frémis de colère ? Ces paroles empestent Satan ? Te font-elles sentir le mal et l’obscurité dans cette ville ? Peux-tu sentir la cruauté et la barbarie du comportement de ces gens par leurs paroles ? Peux-tu sentir la profondeur de leur corruption par leur comportement ? Par le contenu de leur discours, il n’est pas difficile de voir que leur nature inique et leur tempérament sauvage avaient dépassé leur propre contrôle. À l’exception de Lot, chaque homme jusqu’au dernier dans cette ville n’était pas différent de Satan ; la seule vue d’une autre personne donnait à ces gens le désir de lui faire du mal et de la dévorer… Ces choses ne donnent pas seulement une idée de la nature épouvantable et terrifiante de la ville, ainsi que de l’aura de mort qui l’entourait, elles donnent aussi une idée de son iniquité et de sa violence.

La corruption de Sodome : exaspérante pour l’homme, blessante pour Dieu

Alors qu’il se trouvait face à une bande de malfaiteurs inhumains, des gens remplis de l’ambition de dévorer des âmes, comment Lot a-t-il réagi ? Selon l’Écriture : « je vous prie, ne faites pas le mal ! Voici, j’ai deux filles qui n’ont point connu d’homme ; je vous les amènerai dehors, et vous leur ferez ce qu’il vous plaira. Seulement, ne faites rien à ces hommes puisqu’ils sont venus à l’ombre de mon toit. » Lot signifiait ce qui suit par ses propos : il était prêt à livrer ses deux filles pour protéger les messagers. Raisonnablement, ces gens auraient dû accepter les conditions de Lot et cesser leur poursuite des deux messagers ; après tout, les messagers leur étaient parfaitement étrangers, des gens qui n’avaient absolument rien à voir avec eux ; ces deux messagers n’avaient jamais nui à leurs intérêts. Cependant, motivés par leur nature inique, ils ne s’en sont pas tenu là. Au contraire, ils ont seulement intensifié leurs efforts. Voici l’une de leurs réactions qui peut sans aucun doute donner un aperçu supplémentaire de la véritable nature vicieuse de ces gens ; en même temps, il permet aussi de savoir et de comprendre la raison pour laquelle Dieu a voulu détruire cette ville.

Alors qu’est-ce qu’ils ont dit ensuite ? Comme c’est écrit dans la Bible : « Retire-toi ! Ils dirent encore : Celui-ci est venu comme étranger, et il veut faire le juge ! Eh bien, nous te ferons pis qu’à eux. Et, pressant Lot avec violence, ils s’avancèrent pour briser la porte. » Pourquoi voulaient-ils enfoncer la porte ? La raison en est qu’ils étaient très anxieux de causer du tort à ces deux messagers. Que faisaient ces messagers à Sodome ? Leur but en venant là était de sauver Lot et sa famille ; cependant, les habitants de la ville pensaient à tort qu’ils étaient venus pour assumer des postes officiels. Sans s’enquérir de leur but, la ville ne se fondait que sur des conjectures pour vouloir violemment faire du mal à ces deux messagers ; ils voulaient faire du mal à deux personnes qui n’avaient absolument rien à voir avec eux. Il est clair que les habitants de cette ville avaient complètement perdu leur humanité et leur raison. Le degré de leur insanité et de leur sauvagerie n’était déjà pas différent de la nature vicieuse de Satan qui fait du tort aux hommes et les dévore.

Quand ils ont demandé à Lot de leur livrer ces hommes, qu’est-ce que Lot a fait ? D’après le texte, nous savons que Lot ne les leur a pas livrés. Lot connaissait-il ces deux messagers de Dieu ? Bien sûr que non ! Mais pourquoi a-t-il pu sauver ces deux hommes ? Savait-il ce qu’ils étaient venus faire ? Bien qu’il ne comprît pas la raison de leur venue, il savait qu’ils étaient les serviteurs de Dieu et il les a donc reçus. Qu’il ait pu appeler ces serviteurs de Dieu des seigneurs montre que Lot suivait d’ordinaire Dieu, contrairement aux autres à l’intérieur de Sodome. Par conséquent, lorsque les messagers de Dieu sont venus chez lui, il a risqué sa propre vie pour recevoir ces deux serviteurs ; de plus, il a également livré ses deux filles afin de protéger ces deux serviteurs. C’est l’action juste de Lot ; c’est aussi une expression tangible de la nature et de l’essence de Lot, et c’est aussi la raison pour laquelle Dieu a envoyé Ses serviteurs pour sauver Lot. Devant le péril, Lot a protégé ces deux serviteurs sans égard à quoi que ce soit d’autre ; il a même tenté de livrer ses deux filles en échange de la sécurité des serviteurs. Autre que Lot, y avait-il quelqu’un d’autre à l’intérieur de la ville qui aurait pu faire quelque chose de semblable ? Comme les faits le prouvent, non ! Par conséquent, il va sans dire que tout le monde à l’intérieur de Sodome, à l’exception de Lot, était une cible pour la destruction ainsi qu’une cible qui méritait d’être détruite.

Extrait de « La Parole apparaît dans la chair »

Contenu connexe