L'Église de Dieu Tout-Puissant App

Écoutez la voix de Dieu et accueillez le retour du Seigneur Jésus !

Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

La Parole apparaît dans la chair

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

Le mystère de l’incarnation (3)

Quand Dieu accomplit Son œuvre, Il ne vient pas entreprendre une construction ou établir des mouvements, mais accomplir Son ministère. Chaque fois qu’Il Se fait chair, c’est seulement pour accomplir une étape de l’œuvre et inaugurer une nouvelle ère. C’est l’ère du Règne maintenant et l’homme est entré dans l’exercice du règne. Cette étape de l’œuvre n’est pas le travail de l’homme, elle ne vise pas à modeler l’homme à un degré particulier ; elle vise seulement à compléter une partie de l’œuvre de Dieu. Ce qu’Il fait n’est pas le travail de l’homme, ce n’est pas pour obtenir un certain résultat en modelant l’homme avant de quitter la terre ; c’est pour accomplir Son ministère et finir l’œuvre qu’Il devrait faire, qui est de prendre les arrangements nécessaires pour Son œuvre sur la terre, en devenant ainsi glorifié. L’œuvre du Dieu incarné est différente du travail des hommes que le Saint-Esprit utilise. Quand Dieu vient pour faire Son œuvre sur la terre, Il ne Se soucie que de l’accomplissement de Son ministère. En ce qui a trait à toute autre question sans rapport avec Son ministère, Il n’y participe pratiquement pas, même au point de fermer les yeux. Il réalise tout simplement l’œuvre qu’Il doit faire et n’est pas le moindrement préoccupé par le travail que l’homme doit faire. Il ne fait que l’œuvre qui est liée à Son ère et au ministère qu’Il doit accomplir, comme si toutes les autres questions n’étaient pas Sa responsabilité. Il ne s’équipe pas de plus de connaissance de base sur la manière de vivre comme un homme, et Il n’apprend pas plus de compétences sociales non plus ou toute autre chose que l’homme comprend. Il ne démontre aucun souci de tout ce que devrait posséder un homme et fait tout simplement l’œuvre qui est Son devoir. Et donc, selon le point de vue de l’homme, il manque tellement au Dieu incarné qu’Il ferme les yeux sur beaucoup de choses qu’un homme devrait avoir et n’a aucune compréhension de telles questions. Des choses telles qu’une connaissance générale de la vie ainsi que les principes de conduite et d’association avec les autres semblent n’avoir aucun rapport avec Lui. Tout de même, tu ne peux simplement pas percevoir chez le Dieu incarné le moindre indice d’anormalité. Autrement dit, Son humanité soutient seulement Sa vie comme un homme ordinaire et le raisonnement normal de Son cerveau, Lui donnant la capacité de discerner entre le bien et le mal. Cependant, Il n’est équipé de rien de plus, tout est ce que les hommes (les êtres créés) seulement devraient posséder. Dieu devient chair seulement pour accomplir Son propre ministère. Son œuvre vise une ère entière, non une personne ou un endroit spécifique, mais l’univers entier. C’est la visée de Son œuvre et le principe qui fonde Son œuvre. Personne ne peut modifier cela et l’homme ne peut pas y prendre part. Chaque fois que Dieu Se fait chair, Il apporte avec Lui l’œuvre de cette ère-là et n’a aucune intention de vivre aux côtés des hommes pendant vingt, trente, quarante, voire soixante-dix, quatre-vingts ans pour qu’ils puissent mieux Le comprendre et avoir une intuition à Son sujet. Cela n’est pas nécessaire ! Faire cela n’approfondirait pas du tout la connaissance que l’homme a du tempérament inhérent de Dieu ; au contraire, cela ne ferait qu’augmenter ses notions et fossiliserait ses notions et ses pensées. Et donc, il vous incombe à tous de comprendre exactement ce qu’est l’œuvre du Dieu incarné. Se pourrait-il que vous ne compreniez pas Mes paroles : « Je ne suis pas venu pour expérimenter la vie d’un homme ordinaire » ? Avez-vous oublié les paroles suivantes : « Dieu ne vient pas sur la terre pour vivre la vie d’un homme ordinaire » ? Vous ne comprenez pas le dessein de Dieu en devenant chair ni ne connaissez le sens de : « Comment Dieu pouvait-Il venir sur la terre avec l’intention de faire l’expérience d’un être créé ? » Dieu ne vient sur terre que pour achever Son œuvre, et donc Son œuvre sur terre est de courte durée. Il ne vient pas sur terre avec l’intention de faire en sorte que l’Esprit de Dieu forme Son corps charnel en un homme supérieur qui dirigera l’Église. Quand Dieu vient sur la terre, c’est la Parole qui devient chair ; l’homme, cependant, ne connaît pas Son œuvre et forcément Lui attribue des choses. Mais vous devriez tous savoir que Dieu est la « Parole devenue chair », non un corps charnel qui a été formé par l’Esprit de Dieu pour jouer temporairement le rôle de Dieu. Dieu Lui-même n’est pas le produit d’une formation, mais Il est la Parole devenue chair, et aujourd’hui, Il réalise officiellement Son œuvre parmi vous tous. Vous savez et reconnaissez tous que l’incarnation de Dieu est une vérité factuelle, mais vous simulez une compréhension qui dépasse vos capacités. Vous êtes absolument incapables de saisir l’œuvre du Dieu incarné ou le sens et l’essence de Son incarnation, et ne faites que réciter avec désinvolture des paroles apprises par cœur. Crois-tu que le Dieu incarné soit comme tu le conçois ?

Dieu devient chair seulement pour diriger l’ère et mettre une nouvelle œuvre en mouvement. Vous devez comprendre ce point. C’est très différent de la fonction de l’homme, et les deux ne peuvent pas être mentionnés dans le même souffle. L’homme a besoin d’une longue période de formation et de perfectionnement avant qu’il puisse être utilisé pour réaliser un travail, et le genre d’humanité requise est d’un ordre particulièrement élevé. Non seulement l’homme doit-il être en mesure de maintenir son pouvoir de raisonnement, qui est humain et normal, mais il doit en outre comprendre un grand nombre des principes et des règles régissant sa conduite par rapport aux autres, et en plus doit s’investir à étudier encore davantage la sagesse de l’homme et la connaissance éthique de l’homme. C’est ce qui devrait faire partie de l’équipement de l’homme. Cependant, cela ne vaut pas pour Dieu fait chair, car Son œuvre ne représente pas l’homme ni n’est le travail de l’homme ; elle est plutôt une expression directe de Son être et une mise en application directe de l’œuvre qu’Il doit faire. (Naturellement, Son œuvre est réalisée au bon temps, et non légèrement, au hasard, et commence quand c’est le temps d’accomplir Son ministère.) Il ne participe pas à la vie de l’homme ou au travail de l’homme, c’est-à-dire que Son humanité n’a rien de tout cela (bien que cela n’a aucune incidence sur Son œuvre). Il exerce Son ministère seulement quand Son temps pour le faire est venu ; quel que soit Son statut, Il fonce tout simplement, accomplissant l’œuvre qu’Il doit faire. Quelle que soit la connaissance des hommes à Son sujet ou quelles que soient leurs opinions, elles n’ont pas d’influence sur Son œuvre. Par exemple, quand Jésus accomplissait Son œuvre, personne ne savait exactement qui Il était, mais Il poursuivait Son œuvre, tout simplement. Rien de tout cela ne retardait l’accomplissement de l’œuvre qu’Il devait faire. Par conséquent, au début, Il n’a pas confessé ni proclamé Son identité et a seulement demandé aux hommes qu’ils Le suivent. Naturellement, cela n’était pas seulement à cause de l’humilité de Dieu ; c’était aussi la manière de Dieu d’œuvrer dans la chair. Il ne pouvait œuvrer que de cette façon, car l’homme ne pouvait pas Le reconnaître à l’œil nu. Et même si l’homme L’avait reconnu, l’homme n’aurait pas pu collaborer à Son œuvre. En outre, Il n’est pas devenu chair pour que l’homme connaisse Sa chair ; c’était afin d’accomplir une œuvre et d’exercer Son ministère. Pour cette raison, Il n’accordait aucune importance à faire connaître Son identité. Après qu’Il a terminé toute l’œuvre qu’Il devait faire, l’homme a naturellement compris toute Son identité et Son statut. Dieu fait chair garde le silence et ne fait jamais de proclamations. Il ne prête aucune attention aux hommes ou à leur manière de Le suivre, mais continue tout simplement à exercer Son ministère et à réaliser l’œuvre qu’Il doit faire. Personne ne peut faire obstacle à Son œuvre. Quand viendra le temps qu’il conclue Son œuvre, il est certain qu’elle sera conclue et menée à sa fin, et personne ne peut obliger à ce que ce soit autrement. C’est seulement après qu’Il aura quitté les hommes à la fin de Son œuvre que l’homme comprendra l’œuvre qu’Il fait, pas tout à fait clairement toutefois. L’homme aura besoin de beaucoup de temps pour bien comprendre Son intention quand Il réalisait Son œuvre au début. En d’autres termes, l’œuvre de l’ère du Dieu incarné est divisée en deux parties. Une partie comporte l’œuvre que la chair incarnée de Lui-même accomplit et les paroles que la chair incarnée de Dieu Lui-même dit. Une fois que le ministère de Sa chair est entièrement accompli, l’autre partie de l’œuvre doit être effectuée par ceux qui sont utilisés par le Saint-Esprit. C’est alors que l’homme doit remplir sa fonction, car Dieu a déjà ouvert la voie et elle doit être empruntée par l’homme lui-même. Autrement dit, Dieu fait chair réalise une partie de l’œuvre et ensuite elle est continuée par le Saint-Esprit et ceux que le Saint-Esprit utilise. Alors l’homme devrait connaître quelle est l’œuvre qui doit être principalement réalisée par Dieu fait chair dans cette étape et il doit comprendre exactement ce que signifie Dieu fait chair et aussi ce qu’est l’œuvre qu’Il doit faire, plutôt que de présenter à Dieu des exigences selon les exigences présentées à l’homme. En cela se trouvent l’erreur de l’homme, ainsi que sa notion, et en plus, sa désobéissance.

Dieu ne devient pas chair pour permettre à l’homme de connaître Sa chair ou pour permettre à l’homme de faire la différence entre la chair de Dieu incarné et celle de l’homme ; Dieu ne devient pas chair non plus pour améliorer le discernement de l’homme, encore moins pour amener l’homme à adorer la chair incarnée de Dieu, gagnant ainsi une grande gloire. Rien de tout cela n’est la volonté originelle de Dieu en devenant chair. Dieu ne devient pas chair non plus pour condamner l’homme, pour volontairement révéler l’homme ou pour rendre les choses difficiles à l’homme. Rien de tout cela n’est la volonté originelle de Dieu. Chaque fois que Dieu Se fait chair, c’est un genre d’œuvre inévitable. C’est pour Sa plus grande œuvre et Sa plus grande gestion qu’Il fait cela, et non pour les raisons que l’homme imagine. Dieu vient sur la terre seulement tel que Son œuvre l’exige, et seulement tel que nécessaire. Il ne vient pas sur la terre pour vagabonder sur la terre, mais pour réaliser l’œuvre qu’Il doit faire. Sinon, pourquoi assumerait-Il un si lourd fardeau et prendrait-Il de si grands risques pour réaliser cette œuvre ? Dieu devient chair seulement quand il le faut, et toujours avec une signification unique. Si ce n’était que pour permettre aux hommes de jeter un coup d’œil sur Lui et d’ouvrir leurs horizons, alors, de certitude absolue, Il ne viendrait jamais chez les hommes d’une manière si frivole. Il vient sur la terre pour Sa gestion et Sa plus grande œuvre, et pour être en mesure d’acquérir un plus grand nombre d’hommes. Il vient représenter l’ère, Il vient pour vaincre Satan, et Il prend une chair pour vaincre Satan. Même plus, Il vient guider tous les hommes à vivre leur vie. Tout cela concerne Sa gestion et concerne l’œuvre de tout l’univers. Si Dieu S’était fait chair simplement pour permettre à l’homme de connaître Sa chair et pour ouvrir les yeux de l’homme, alors pourquoi ne parcourrait-Il pas toutes les nations ? N’est-ce pas une question trop facile ? Mais Il n’a pas fait cela, au contraire Il a choisi un lieu approprié où S’installer et commencer l’œuvre qu’Il devait faire. Seule cette chair elle-même a une grande signification. Il représente une ère entière et réalise aussi l’œuvre d’une ère entière ; Il mène l’ère ancienne à sa fin et aussi inaugure la nouvelle ère. Tout cela est important pour la gestion de Dieu, et c’est la signification d’une étape de l’œuvre que Dieu vient sur terre pour réaliser. Quand Jésus vint sur terre, Il a seulement dit des paroles et réalisé une partie de l’œuvre ; Il ne S’est pas intéressé à la vie de l’homme et a quitté dès qu’Il eut achevé Son œuvre. Après que J’aurai fini de parler et vous aurai communiqué Mes paroles aujourd’hui et que vous aurez tous compris, alors cette étape de Mon œuvre sera conclue, peu importe ce que sera votre vie. À l’avenir, il doit y avoir des gens qui continuent cette étape de Mon œuvre et qui continuent à travailler sur la terre en accord avec ces paroles ; à ce moment-là, le travail de l’homme et la construction de l’homme commenceront. Mais maintenant, Dieu accomplit Son œuvre seulement pour accomplir Son ministère et pour compléter une étape de Son œuvre. Dieu travaille d’une manière différente de celle de l’homme. L’homme aime les rassemblements et les forums et accorde de l’importance aux cérémonies tandis que ce que Dieu déteste le plus, c’est précisément les rassemblements et les réunions des hommes. Dieu converse et parle avec l’homme de façon informelle ; c’est l’œuvre de Dieu, qui est exceptionnellement libérée et vous libère également. Cependant, Je déteste au plus haut point Me rassembler avec vous, et Je n’arrive pas à Me familiariser avec une vie aussi enrégimentée que la vôtre. Je déteste les règles le plus ; elles limitent l’homme au point de remplir l’homme de peur, peur de se mouvoir, peur de parler et peur de chanter, avec des yeux qui te fixent tout droit. Je déteste le plus votre manière de vous rassembler et les grands rassemblements. Je refuse simplement de M’assembler avec vous de cette manière, car cette manière de vivre donne la sensation d’être enchaîné, et vous observez trop de cérémonie et trop de règles. Si l’on vous permettait de diriger des hommes, vous les dirigeriez tous dans le monde des règles, et les hommes n’auraient aucun moyen de rejeter les règles sous votre direction ; à la place, le sens de religiosité deviendrait de plus en plus intense et les pratiques de l’homme continueraient seulement à proliférer. Certains hommes continuent à prêcher et à parler quand ils se rassemblent et ne se sentent jamais fatigués, et certains peuvent continuer à prêcher pendant une douzaine jours sans arrêter. Tout cela est considéré comme de grands rassemblements et des réunions d’hommes ; cela n’a rien à voir avec manger et boire ou prendre plaisir dans la vie ou avec l’esprit libéré dans la vie. Tout cela est des réunions ! Toutes vos réunions entre collègues ainsi que tous vos grands et petits rassemblements Me sont en horreur, et Je n’ai jamais ressenti aucun intérêt pour tout cela. C’est le principe de Mon œuvre : Je ne suis pas disposé à prêcher pendant les rassemblements ni à proclamer quoi que ce soit publiquement, beaucoup moins à vous réunir tous quelques jours pour une conférence spéciale. Je ne trouve pas agréable que vous soyez tous assis, guindés et polis, à un rassemblement ; Je déteste vous voir vivre dans les limites de toute cérémonie donnée, et même plus, Je refuse de prendre part aux cérémonies telles que les vôtres. Plus vous le faites, plus Je le trouve répugnant. Je n’ai pas le moindre intérêt pour vos cérémonies et vos règles ; peu importe que vous les prépariez très bien, Je les trouve toutes répugnantes. Ce n’est pas que vos arrangements ne conviennent pas ou que vous soyez trop bas ; c’est que Je déteste votre manière de vivre, et même plus, Je ne peux pas M’y faire. Vous ne comprenez pas du tout l’œuvre que Je souhaite faire. À l’époque, quand Jésus accomplissait Son œuvre dans un certain endroit et avait fini de prêcher un sermon, Il conduisait Ses disciples et quittait la ville. Fuyant la multitude, Il conduisait quelques disciples bien aimés et parlait avec eux des chemins qu’il leur incombait de comprendre. Il travaillait souvent de cette manière. Son œuvre auprès de la multitude était rare. Selon ce que vous exigez de Lui, Dieu fait chair ne devrait pas avoir la vie d’un homme ordinaire ; Il doit accomplir Son œuvre et Il doit parler, qu’Il soit assis, debout, ou en train de marcher. Il doit œuvrer en tout temps et ne doit jamais cesser de « courir », sinon il ferait preuve de négligence dans Ses devoirs. Ces exigences de l’homme sont-elles conformes à la raison de l’homme ? Où est votre intégrité ? Ne demandez-vous pas trop ? Ai-Je besoin que tu M’examines pendant que J’accomplis Mon œuvre ? Ai-Je besoin de toi pour superviser pendant que J’accomplis Mon ministère ? Je sais bien quelle œuvre Je devrais faire et quand Je devrais la faire ; il n’y a pas besoin que les autres interviennent. Il peut te sembler que Je n’ai pas beaucoup fait, mais à ce moment-là Mon œuvre aura déjà pris fin. Prenons, par exemple, les paroles de Jésus dans les quatre Évangiles. N’étaient-elles pas aussi limitées ? En ce temps-là, quand Jésus entrait dans la synagogue et prêchait un sermon, Il terminait en quelques minutes tout au plus et après avoir fini de parler, Il conduisait Ses disciples à la barque et partait sans aucune explication. Tout au plus, ceux qui étaient dans la synagogue discutaient entre eux, mais la question n’avait plus rien à voir avec Jésus. Dieu n’accomplit que l’œuvre qu’Il doit faire, et rien en plus. De nos jours, beaucoup Me demandent de prêcher davantage et de parler davantage, au moins plusieurs heures par jour. Comme vous le voyez, Dieu cesse d’être Dieu à moins qu’Il parle, et seul Celui qui parle est Dieu. Vous êtes tous aveugles ! Tous des brutes ! Tous des choses ignorantes qui n’ont aucun sens ! Vous avez trop de notions ! Vos exigences vont trop loin ! Vous êtes inhumains ! Vous ne comprenez pas du tout ce que signifie Dieu ! Vous croyez que tous les prédicateurs et orateurs sont Dieu, que quiconque est prêt à vous fournir des paroles est votre père. Dites-moi, est-ce que vous tous avec des traits « bien formés » et « une forme » extraordinaire avez encore même un tout petit peu de sens ? Connaissez-vous encore le ciel-soleil ! Chacun d’entre vous est comme un fonctionnaire corrompu et cupide, alors comment pouvez-vous entendre raison ? Comment pouvez-vous discerner entre le bien et le mal ? Je vous ai beaucoup accordé, mais combien d’entre vous l’ont valorisé ? Qui en est en plein possession ? Vous ne savez pas qui est celui qui a ouvert le chemin sur lequel vous marchez aujourd’hui, vous continuez donc à Me faire des exigences, Me faisant ces exigences ridicules et absurdes. Ne rougissez-vous pas d’embarras ? N’ai-Je pas assez parlé ? N’ai-Je pas assez fait ? Qui parmi vous peut vraiment chérir Mes paroles comme un trésor ? Vous Me flattez en Ma présence, mais mentez et trichez loin de Ma présence ! Vos actions sont trop méprisables et répugnantes ! Je sais que vous Me demandez de parler et d’œuvrer pour aucune autre raison que de régaler vos yeux et d’élargir vos horizons, non pour transformer vos vies. Combien de fois vous ai-Je déjà parlé ? Vos vies auraient dû changer depuis longtemps, alors pourquoi n’avez-vous cessé de rechuter jusqu’à aujourd’hui ? Se pourrait-il que Mes paroles vous aient été dérobées de sorte que vous ne les ayez pas reçues ? Pour dire la vérité, Je ne veux pas en dire plus à ces dégénérés que vous êtes. Ce serait futile ! Je ne souhaite pas faire beaucoup d’œuvres futiles ! Vous ne souhaitez qu’élargir vos horizons ou régaler vos yeux, non obtenir la vie ! Vous vous dupez tous vous-mêmes ! Je vous demande, combien de ce que Je vous ai dit face-à-face avez-vous mis en pratique ? Tout ce que vous faites, c’est user de ruse pour tromper les autres ! Je déteste ceux d’entre vous qui prennent plaisir à observer comme des spectateurs et Je trouve votre curiosité profondément répugnante. Si vous n’êtes pas ici pour chercher la vraie voie ou par soif de la vérité, alors vous êtes ceux que Je déteste ! Je sais que vous M’écoutez parler seulement pour satisfaire votre curiosité ou pour accomplir l’un ou l’autre de vos désirs avares. Vous ne pensez pas à chercher l’existence de la vérité ou à explorer le bon chemin pour l’entrée dans la vie ; ces exigences n’existent simplement pas parmi vous. Vous considérez simplement Dieu comme un jouet à examiner et à admirer. Vous avez une passion superficielle pour chercher la vie, mais un profond désir d’être curieux ! Expliquer la voie de la vie à de telles personnes est essentiellement parler à un mur ; Je ferais aussi bien de ne pas parler du tout ! Permettez-Moi de vous dire : Si vous cherchez simplement à combler le vide dans votre cœur, alors vous feriez mieux de ne pas venir à Moi ! Vous devriez accorder de l’imporatnace à votre vie ! Ne vous dupez pas ! Vous feriez mieux de ne pas prendre votre curiosité comme le fondement de votre recherche de la vie ni de l’utiliser comme une excuse pour Me demander de vous parler. Tout cela est une ruse, à laquelle vous êtes très adeptes ! Je te demande encore une fois : combien as-tu réellement accompli en ce qui concerne ce en quoi Je te demande d’entrer ? As-tu compris tout ce que Je t’ai dit ? Es-tu parvenu à mettre en pratique tout ce que Je t’ai dit ?

Dieu Lui-même commence l’œuvre de chaque ère, mais tu dois savoir que, quelle que soit l’œuvre de Dieu, Il ne vient pas lancer un mouvement, organiser des conférences spéciales ou fonder un genre quelconque d’organisation pour vous. Il vient uniquement réaliser l’œuvre qu’Il doit faire. Personne ne peut limiter Son œuvre. Il fait Son œuvre comme Il le veut ; peu importe ce que l’homme en pense ou ce qu’il en connaît, Il Se concentre uniquement sur la réalisation de Son œuvre. Depuis la création du monde, trois étapes de l’œuvre ont déjà eu lieu. De l’Éternel à Jésus, de l’ère de la Loi à l’ère de la Grâce, Dieu n’a jamais convoqué une conférence spéciale pour les hommes, et n’a jamais non plus convoqué toute l’humanité pour une conférence de travail spéciale et mondiale afin d’agrandir Son œuvre. Il réalise tout simplement l’œuvre initiale de toute une ère quand le temps et le lieu sont appropriés, et ainsi inaugure l’ère et guide les hommes à vivre leur vie. Les conférences spéciales sont les rassemblements de l’homme ; rassembler des gens pour célébrer les fêtes est le travail de l’homme. Dieu ne célèbre pas les fêtes et, en outre, Il les abhorre. Il ne convoque pas de conférences spéciales, et, en plus, Il les abhorre. Maintenant, tu devrais comprendre exactement ce qu’est l’œuvre accomplie par Dieu incarné !

Précédent : Le mystère de l’incarnation (2)

Suivant : Le mystère de l’incarnation (4)

Contenu connexe