10.6 L’entrée dans la vie

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 556)

Ce n’est qu’en cherchant la vérité que l’on peut obtenir un changement de tempérament : les gens doivent bien saisir et comprendre cela. Si tu ne comprends pas suffisamment la vérité, tu déraperas et t’égareras facilement. Si tu veux grandir dans la vie, tu dois chercher la vérité en tout. Peu importe ce que tu fais, tu dois apprendre à te comporter de façon à être conforme à la vérité, et découvrir les défauts en toi qui la violent ; tu dois bien comprendre ces choses. Peu importe ce que tu fais, tu dois évaluer si ton action a de la valeur ou non. Tu peux faire des choses qui ont du sens, mais tu ne dois pas faire des choses qui n’ont aucun sens. En ce qui concerne les choses que tu pourrais faire ou ne pas faire, si elles peuvent être abandonnées, alors tu dois les abandonner. Autrement, si tu fais ces choses pendant un certain temps et découvres plus tard que tu dois les abandonner, alors prends vite une décision et abandonne-les aussitôt. C’est le principe que tu dois suivre en tout ce que tu fais. Certaines gens soulèvent cette question : pourquoi est-il si difficile de chercher la vérité et de la mettre en pratique ? C’est comme ramer contre le courant et reculer à la dérive si l’on arrête de ramer. Pourquoi est-il en réalité beaucoup plus facile de faire le mal ou des choses qui n’ont pas de sens, aussi facile que de diriger un bateau dans le sens du courant ? Pourquoi est-ce ainsi ? C’est parce que la nature de l’humanité est de trahir Dieu. La nature de Satan joue un rôle prépondérant chez les humains ; c’est une force réactionnaire. Les humains avec une nature qui trahit Dieu sont, bien sûr, très susceptibles de faire des choses qui Le trahissent, et les actions positives sont pour eux naturellement difficiles à réaliser. C’est entièrement déterminé par la nature et l’essence de l’humanité. Une fois que tu comprendras vraiment la vérité et commenceras à l’aimer en toi, tu auras la force de faire des choses conformes à la vérité. Cela devient alors normal, ne requiert même aucun effort et est agréable, et tu sens que faire quoi que ce soit de négatif demanderait un effort énorme. En effet, la vérité a pris un rôle prépondérant dans ton cœur. Si tu comprends vraiment la vérité au sujet de la vie humaine et du genre de personne qu’il faut être (comment être une personne directe et franche, une personne honnête, quelqu’un qui rend témoignage à Dieu et Le sert), alors tu ne seras plus jamais capable de commettre de mauvais actes qui Le défient, tu ne joueras jamais non plus le rôle d’un faux dirigeant, d’un faux ouvrier ou d’un antéchrist. Même si Satan te trompe, ou que quelqu’un de méchant t’encourage, tu ne le feras pas ; peu importe qui essaie de te forcer, tu n’agiras pas de cette façon. Si les gens acquièrent la vérité et que la vérité devient leur vie, ils deviennent capables de détester le mal et de sentir un dégoût interne pour des choses négatives. Il leur serait difficile de commettre le mal, parce que leur tempérament de vie a changé et qu’ils ont été perfectionnés par Dieu.

Si tu possèdes réellement la vérité, le chemin que tu emprunteras sera naturellement le bon chemin. Sans la vérité, il est facile de faire le mal, et tu le commettras involontairement. Par exemple, si tu avais de l’arrogance et de la vanité, tu trouverais cela impossible de t’empêcher de défier Dieu ; tu te sentirais obligé de Le défier. Tu ne le ferais pas exprès ; tu le ferais sous la domination de ta nature arrogante et vaniteuse. Ton arrogance et ta vanité te feraient mépriser Dieu et te Le feraient voir comme n’ayant pas d’importance ; elles feraient que tu t’exaltes, que tu t’affiches constamment, et, pour finir, que tu t’assoies à la place de Dieu et te rendes témoignage à toi-même. En fin de compte, tu transformerais tes propres idées, ta propre pensée et tes propres notions en vérités à adorer. Vois combien de mal est perpétré par les hommes sous la domination de leur nature arrogante et vaniteuse ! Pour résoudre leur méchanceté, ils doivent d’abord résoudre le problème de leur nature. Sans un changement dans leur tempérament, il serait impossible d’apporter une résolution fondamentale à ce problème. Quand tu auras une certaine compréhension de Dieu, quand tu pourras voir ta propre corruption et reconnaître l’abjection et la laideur de l’arrogance et de la vanité, tu ressentiras alors dégoût, nausée et angoisse. Tu seras capable de faire des choses de façon consciente pour satisfaire Dieu et, en faisant cela, tu te sentiras à l’aise. Tu seras capable de rendre témoignage à Dieu de façon consciente et, en faisant cela, tu en éprouveras de la satisfaction. Tu te dévoileras toi-même de façon consciente, exposant ta propre laideur, et en le faisant, tu te sentiras bien intérieurement et te sentiras dans un meilleur état d’esprit. Par conséquent, la première étape dans la recherche d’un changement dans ton tempérament consiste à chercher à comprendre les paroles de Dieu et à entrer dans la vérité. Ce n’est que par la compréhension de la vérité que tu peux obtenir le discernement. Ce n’est que par le discernement que tu peux comprendre les choses en profondeur. Ce n’est qu’en comprenant les choses en profondeur que tu peux renoncer à la chair et, petit à petit, être sur le droit chemin dans ta foi en Dieu. Cela est lié à la façon dont les gens sont résolus quand ils cherchent la vérité. Si quelqu’un est vraiment résolu, au bout de six mois ou d’un an, il commencera à être sur la bonne voie. En trois ou cinq ans, il verra des résultats et sentira qu’il progresse dans la vie. Si tu crois en Dieu, mais ne cherches pas la vérité, alors tu pourrais croire pendant dix ans sans connaître aucun changement. En fin de compte, tu penseras que c’est précisément ce que signifie croire en Dieu ; tu penseras que c’est plus ou moins la même chose que quand tu vivais dans le monde auparavant et qu’être en vie n’a pas de sens. Cela montre vraiment que sans la vérité, la vie est vide. Il se peut que tu sois capable de dire quelques mots sur la doctrine, mais tu te sentiras quand même gêné et mal à l’aise. Si les gens ont une certaine connaissance de Dieu, savent comment mener une vie qui a du sens et peuvent faire des choses qui satisfont Dieu, ils auront alors le sentiment que c’est la vraie vie, que c’est seulement en vivant de cette façon que leur vie aura du sens, et qu’ils doivent vivre de cette façon afin d’apporter un peu de satisfaction à Dieu et se sentir contentés. S’ils peuvent consciemment satisfaire Dieu, mettre la vérité en pratique, renoncer à eux-mêmes, abandonner leurs propres idées et être obéissants et attentifs à la volonté de Dieu, s’ils sont capables de faire toutes ces choses consciemment, alors c’est ce que signifie mettre correctement la vérité en pratique et mettre véritablement la vérité en pratique, ce qui est très différent de la manière dont, antérieurement, ils comptaient sur leurs imaginations et restaient fidèles aux doctrines et aux règles. En fait, il est épuisant de faire quoi que ce soit quand ils ne comprennent pas la vérité, épuisant d’adhérer aux doctrines et aux règles, et épuisant de ne pas avoir d’objectifs et de faire les choses aveuglément. C’est seulement avec la vérité qu’ils peuvent être libres – ce n’est pas un mensonge – et avec elle, ils peuvent faire les choses dans la facilité et dans la joie. Ceux qui possèdent ce genre d’état possèdent la vérité ; leur tempérament a été transformé.

Extrait de « Seulement en cherchant la vérité peux-tu obtenir des changements dans ton tempérament », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 557)

Pendant que vous cherchez l’entrée, chacun des sujets doit être examiné. Tous les sujets doivent être considérés en profondeur, conformément aux paroles de Dieu et à la vérité, afin que vous sachiez les traiter en parfaite conformité avec la volonté de Dieu. Les choses qui proviennent de votre propre volonté peuvent alors être abandonnées. Vous saurez comment faire les choses conformément à la volonté de Dieu, et alors, vous les ferez. Vous aurez le sentiment que tout suit son cours naturel, et cela vous semblera extrêmement simple. C’est ainsi que les gens qui ont la vérité font les choses. Alors, tu pourras vraiment montrer aux autres que ton tempérament a changé, et ils verront que tu as certainement accompli de bonnes actions, que tu fais les choses selon le principe, et que tu fais toute chose correctement. Il s’agit là de quelqu’un qui comprend la vérité et qui, effectivement, possède une certaine ressemblance humaine. Assurément, la parole de Dieu a porté ses fruits en l’homme. Une fois que les gens comprennent vraiment la vérité, ils peuvent discerner l’état de leur être, voir au fond de choses compliquées et connaître la manière adéquate de pratiquer. Si tu ne comprends pas la vérité, tu ne seras pas capable de discerner l’état de ton être. Tu voudras te rebeller contre toi-même, mais n’auras aucune idée de comment t’y prendre ou de ce contre quoi tu te rebelles. Tu voudras abandonner ta volonté, mais si tu crois que ta volonté est conforme à la vérité, alors comment peux-tu l’abandonner ? Tu pourrais même penser qu’elle est éclairée par le Saint-Esprit et donc tu refuseras de l’abandonner quoi qu’il arrive. Ainsi, quand les gens ne sont pas en possession de la vérité, ils sont très susceptibles de croire que quoi qu’il découle de leur propre volonté, leurs impuretés humaines et leurs bonnes intentions, leur amour distrait et leurs pratiques humaines sont corrects et conformes à la vérité. Dès lors, comment peux-tu te rebeller contre ces choses ? Si tu ne comprends pas la vérité ou ne sais pas ce que signifie mettre la vérité en pratique, et si tu as les yeux brouillés et que tu n’as aucune idée de la direction à prendre et ne peux donc que faire les choses en fonction de ce que tu crois être juste, alors tu commettras certains actes qui seront déviants et erronés. Certains de ces actes seront en accord avec les règles, d’autres seront causés par l’enthousiasme et d’autres auront tiré leur origine de Satan et provoqueront des perturbations. Les gens qui ne possèdent pas la vérité agissent ainsi : un coup à gauche, un coup à droite ; ils sont corrects un instant, déviants l’instant d’après, sans aucune justesse. Ceux qui ne possèdent pas la vérité adoptent un point de vue absurde sur les choses. De ce fait, comment peuvent-ils traiter les choses convenablement ? Comment peuvent-ils résoudre le moindre problème ? Comprendre la vérité n’est pas chose facile. Être capable de comprendre les paroles de Dieu dépend de la compréhension de la vérité ; or, la vérité que les gens sont capables de comprendre a ses limites. Leur compréhension des paroles de Dieu sera toujours limitée, même s’ils croient en Lui toute leur vie. Même ceux qui sont relativement expérimentés peuvent, au mieux, atteindre un point où ils peuvent arrêter de faire des choses qui résistent ostensiblement à Dieu, arrêter de faire des choses qui sont manifestement mauvaises et arrêter de faire des choses qui ne profitent à personne. Il ne leur est pas possible d’atteindre un état auquel leur volonté ne se mêle pas du tout. C’est parce que les gens croient que les pensées normales et certains de leurs raisonnements sont conformes aux paroles de Dieu et appartiennent à un aspect de compréhension qui ne peut être classé comme étant leur volonté. Cependant, la clé, c’est de discerner les parties de la volonté qui vont à l’encontre des paroles de Dieu, de la vérité et de l’éclairage issu du Saint-Esprit. Tu dois donc faire un effort pour connaître les paroles de Dieu, et c’est seulement en comprenant la vérité que tu pourras avoir du discernement.

Extrait de « Seulement en cherchant la vérité peux-tu obtenir des changements dans ton tempérament », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 558)

Pour te connaître toi-même, tu dois connaître tes propres expressions de corruption, tes propres faiblesses fondamentales, ton tempérament et ton essence naturelle. Tu dois aussi connaître jusque dans leurs moindres détails ces choses qui se révèlent dans ta vie quotidienne : tes motivations, tes perspectives et ton attitude à l’égard de chaque chose, que tu sois à la maison ou à l’extérieur, quand tu es à une réunion ou que tu manges et bois les paroles de Dieu, ou à chaque problème que tu rencontres. Tu dois arriver à te connaître à partir de ces choses. Pour te connaître de manière plus approfondie, tu dois intégrer les paroles de Dieu ; ce n’est qu’en te connaissant à partir de Ses paroles que tu peux atteindre des résultats. Quand nous recevons le jugement des paroles de Dieu, nous n’avons pas à craindre la souffrance ou la douleur, et nous ne devons surtout pas craindre que les paroles de Dieu ne transpercent notre cœur. Nous devrions lire davantage de Ses paroles concernant la manière dont Il nous juge et nous châtie et expose nos essences corrompues. Nous devons les lire et nous maintenir davantage à leur hauteur. Ne compare pas les autres à Ses paroles ; nous devons nous comparer à elles. Nous ne manquons d’aucune de ces corruptions ; nous pouvons tous coïncider avec elles. Si tu ne le crois pas, va en faire l’expérience toi-même. Après avoir lu les paroles de Dieu, certaines gens sont incapables de se les appliquer à eux-mêmes ; ils pensent que certaines parties de ces paroles ne les concernent pas, mais concernent plutôt les autres. Par exemple, quand Dieu expose les gens comme des salops et des prostitués, certaines sœurs pensent que parce qu’elles ont été infailliblement fidèles à leur mari, de telles paroles ne doivent pas les concerner ; certaines sœurs estiment que puisqu’elles ne sont pas mariées et n’ont jamais eu de relations sexuelles, ces paroles ne doivent pas les concerner non plus. Certains frères estiment que ces paroles ne concernent que les femmes, et n’ont rien à voir avec eux ; certaines gens croient que de telles paroles de Dieu sont trop désagréables à l’oreille et refusent de les accepter. Il y a même des gens qui disent que dans certains cas, les paroles de Dieu sont erronées. Est-ce la bonne attitude à avoir envers les paroles de Dieu ? Les gens sont incapables de réfléchir sur eux-mêmes en fonction des paroles de Dieu. Ici, « salops » et « prostitués » font référence aux gens corrompus par la débauche. Qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme, marié ou non, tout le monde est corrompu par la débauche. Alors, comment cela peut-il ne pas te concerner ? Les paroles de Dieu exposent le tempérament corrompu des gens ; qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme, le niveau de corruption est le même. N’est-ce pas un fait ? Avant de faire quoi que ce soit d’autre, nous devons comprendre qu’il nous faut accepter chacune des paroles prononcées par Dieu, que ces déclarations soient agréables à l’oreille ou non et qu’elles nous donnent un sentiment d’amertume ou de douceur. Telle est l’attitude que nous devrions avoir vis-à-vis des paroles de Dieu. Quel genre d’attitude est-ce ? Est-ce une attitude de piété, de patience ou une attitude qui embrasse la souffrance ? Je vous dis qu’il ne s’agit d’aucune d’entre elles. Dans notre foi, nous devons maintenir fermement que les paroles de Dieu sont la vérité. Comme ces paroles sont bel et bien la vérité, nous devrions les accepter rationnellement. Que nous puissions ou non le reconnaître ou l’admettre, notre première attitude vis-à-vis des paroles de Dieu devrait être de les accepter de manière absolue. Chaque ligne des paroles de Dieu se rapporte à un état particulier. C’est-à-dire qu’aucune ligne de Ses déclarations ne concerne un phénomène extérieur, et encore moins des règles externes ou une simple forme de comportement chez les gens. Elles ne sont pas comme cela. Si tu vois que chaque ligne déclarée par Dieu concerne un simple type de comportement humain ou une apparence, alors tu n’as aucune compréhension spirituelle et tu ne comprends pas ce qu’est la vérité. Les paroles de Dieu sont profondes. Quelle profondeur atteignent-elles ? Tout ce que Dieu dit, tout ce qu’Il révèle concerne le tempérament corrompu des hommes et les choses essentielles et profondément enracinées dans leur vie. Ce sont des choses essentielles, pas des apparences et surtout pas des comportements extérieurs. Vus selon leur apparence, les autres peuvent tous paraître convenables. Pourquoi alors Dieu dit-Il que certaines personnes sont des esprits maléfiques et que certaines personnes sont des esprits impurs ? C’est quelque chose que tu ne peux pas voir. Tu ne peux donc pas compter sur les apparences ou sur ce que tu vois depuis l’extérieur pour soutenir les paroles de Dieu. Après que l’on a échangé avec vous de cette manière, avez-vous fait l’expérience d’un changement dans votre attitude envers les paroles de Dieu ? Peu importe que le changement soit grand ou petit, la prochaine fois que vous lirez de telles paroles, au moins vous n’essaierez pas de raisonner avec Dieu. Vous ne direz pas : « Les paroles de Dieu sont vraiment difficiles à écouter ; je ne vais pas lire cette page. Je vais juste la sauter ! Cherchons plutôt quelque chose à lire sur les bénédictions et les promesses afin de trouver un peu de réconfort. » Vous ne devez pas trier comme cela ce que vous lisez.

Extrait de « L’importance et le chemin de la poursuite de la vérité », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 559)

Comment comprends-tu la nature humaine ? En réalité, comprendre ta nature consiste à examiner les profondeurs de ton âme ; cela concerne ce qu’il y a dans ta vie. C’est la logique de Satan et les points de vue de Satan selon lesquels tu as vécu ; c’est-à-dire que c’est la vie de Satan qui a guidé ta vie. Ce n’est qu’en découvrant les profondeurs de ton âme que tu peux comprendre ta nature. Comment ces profondeurs peuvent-elles être découvertes ? Elles ne peuvent pas être découvertes ou analysées à l’aide d’un ou deux événements seulement ; souvent, quand tu as fini quelque chose, tu n’arrives toujours pas à comprendre. Cela pourrait prendre trois ou cinq ans avant que tu puisses acquérir même une maigre prise de conscience et compréhension. Dans beaucoup de situations, tu dois opérer une introspection et arriver à te connaître, et ce n’est qu’en pratiquant une introspection profonde que tu verras des résultats. À mesure que ta compréhension de la vérité s’approfondit, tu arriveras progressivement à connaître ta propre nature et ton essence par l’introspection et la connaissance de soi. Or, afin de connaître ta nature, tu dois accomplir quelques tâches. Premièrement, tu dois bien comprendre ce que tu aimes. Cela ne fait pas référence à ce que tu aimes manger ou porter, mais plutôt au genre de choses que tu apprécies, que tu envies, vénères, cherches et auxquelles tu prêtes attention dans ton cœur, au genre de personnes que tu aimes fréquenter, au genre de choses que tu aimes faire et au genre de personnes que tu idolâtres dans ton cœur. Par exemple, la plupart des gens aiment les hommes de haut rang, ceux qui ont un discours et un comportement élégants, ou qui font des compliments avec éloquence, ou ceux qui se donnent des airs. Ce qui précède se rapporte aux gens avec qui ils aiment interagir. En ce qui concerne ce que les gens apprécient, cela inclut le désir de faire certaines choses faciles, l’attrait à faire des choses que les autres considèrent comme bonnes et qui amèneraient les gens à chanter leurs louanges et à leur faire des compliments. La nature des gens présente une caractéristique commune qui les amène à faire ce qu’ils aiment. C’est-à-dire qu’ils aiment les personnes, les événements et les choses que les autres envient en raison d’apparences extérieures. Ils aiment les personnes, les événements et les choses qui ont une belle et luxueuse apparence. Ils aiment les personnes, les événements et les choses qui amènent les autres à les vénérer grâce aux apparences. Les gens aiment ces choses qui sont formidables, éblouissantes, magnifiques et grandioses. Tous les gens vénèrent ces choses-là. On peut voir que les gens ne possèdent rien de la vérité ni ne ressemblent à de vrais êtres humains. Il n’y a aucun sens à vénérer ces choses, pourtant les gens les aiment quand même. […] ce que tu vénères, ce que tu envies et ce qui, tous les jours, occupe les pensées de ton cœur, tout cela est typique de ta nature. Cela suffit pour prouver que ta nature affectionne l’injustice et que dans les situations graves, ta nature est mauvaise et incurable. Tu devrais analyser ta nature de cette façon, c’est-à-dire, examiner ce que tu affectionnes et ce à quoi tu renonces dans ta vie. Tu es peut-être bon envers quelqu’un pendant un temps, mais cela ne prouve pas que tu l’aimes. Ce que tu aimes vraiment, c’est précisément ce qui est compris dans ta nature ; tu l’aimerais toujours et ne pourrais jamais y renoncer, même si on te brisait les os. Cela n’est pas facile à changer. Tenez, trouver un partenaire, par exemple. Si une femme tombait vraiment amoureuse de quelqu’un, personne ne serait alors capable de l’arrêter. Même si elle avait les jambes cassées, elle voudrait quand même être avec lui ; elle voudrait l’épouser, même si elle devait mourir pour cela. Comment est-ce possible ? C’est parce que personne ne peut changer ce que les gens ont au fond d’eux-mêmes. Même si une personne mourait, son âme voudrait encore les mêmes choses ; ce sont les choses de la nature humaine et elles représentent l’essence d’une personne. Les choses que les gens aiment contiennent une certaine injustice. Le penchant pour ces choses est évident chez certains, alors qu’il ne l’est pas chez d’autres ; certains les aiment beaucoup, tandis que d’autres non ; certains peuvent se contrôler, tandis que d’autres non. Certaines gens sont susceptibles de sombrer dans les choses ténébreuses, ce qui prouve qu’ils ne possèdent même pas une once de vie. Si les gens sont capables de ne pas être occupés et contraints par ces choses, cela prouve que leur tempérament a été transformé un peu et qu’ils ont un peu de stature. Certaines gens comprennent certaines vérités et sentent qu’ils ont la vie et qu’ils aiment Dieu. En fait, c’est encore trop tôt, et subir une transformation dans son tempérament n’est pas une mince affaire. Est-il facile de comprendre sa nature ? Même si tu la comprenais un peu, ce ne serait pas facile de la changer. C’est un champ de difficulté pour les gens. Peu importe la façon dont les gens, les évènements ou les choses autour de toi peuvent changer et la façon dont le monde peut être bouleversé, si la vérité te guide de l’intérieur, si elle a pris racine en toi et que les paroles de Dieu guident ta vie, tes préférences, tes expériences et ton existence, à ce moment-là, tu auras été véritablement transformé. Maintenant, ce que l’on appelle la transformation, ce n’est qu’un peu de coopération, d’enthousiasme et de foi de la part des gens, mais cela ne peut pas être considéré comme une transformation et ne prouve pas que les gens ont la vie ; ce sont les préférences des gens, rien de plus.

En plus de dévoiler les choses dont les hommes sont friands par nature, d’autres aspects concernant leur nature doivent aussi être dévoilés. Par exemple, les points de vue des gens sur les choses, les méthodes et les buts des gens dans la vie, les valeurs de vie des gens et leurs opinions sur la vie, ainsi que les perspectives sur toutes les choses qui sont liées à la vérité. Voilà toutes les choses présentes au plus profond de l’âme des gens et elles ont un rapport direct avec la transformation du tempérament. Quel est donc le point de vue de l’humanité corrompue sur la vie ? On peut dire que c’est ceci : « Chacun pour soi et Dieu pour tous. » Les gens vivent tous pour eux-mêmes ; pour le dire plus clairement, ils vivent pour la chair. Ils vivent seulement pour manger. Comment cette existence diffère-t-elle de celle des animaux ? Il n’y a aucune valeur à vivre comme cela, et encore moins du sens. Ce sur quoi tu comptes pour vivre dans le monde, ta raison de vivre et ta manière de vivre, voilà ton point de vue sur la vie, et tout cela est lié à l’essence de la nature humaine. En examinant la nature des gens, tu verras que tous les gens résistent à Dieu. Ce sont tous des démons et personne n’est vraiment bon. C’est seulement en examinant la nature des gens que tu peux vraiment connaître l’essence et la corruption de l’homme et comprendre la véritable appartenance des gens, ce dont les gens manquent vraiment, ce dont ils devraient être équipés et comment ils devraient vivre une ressemblance humaine. Vraiment examiner la nature de quelqu’un n’est pas facile et ne peut se faire sans l’expérience des paroles de Dieu ou sans avoir de véritables expériences.

Extrait de « Ce que vous devriez savoir sur la transformation de votre tempérament », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 560)

De quoi est faite la nature de l’homme ? Il n’y a que la corruption, la désobéissance, les lacunes, les défauts, les notions et les intentions de l’homme qui sont connus et les choses qui sont à l’intérieur de la nature de l’homme ne sont pas découvertes. La couche extérieure est connue sans que son origine ait pu être découverte et cela ne constitue pas la connaissance de la nature de l’homme. Certains considèrent même ces choses superficielles comme la nature de l’homme, disant : « regarde, je comprends la nature de l’homme ; je reconnais mon arrogance. N’est-ce pas la nature de l’homme ? » L’arrogance fait partie de la nature de l’homme ; à tout le moins, cela est vrai. Cependant, il ne suffit pas de le reconnaître au sens doctrinal du terme. Que signifie connaître sa propre nature ? Comment peut-on la connaître ? Depuis quels aspects la connaît-on ? De plus, comment exactement ce que l’on révèle doit-il amener à voir sa nature ? Tout d’abord, on peut voir la nature d’un homme à travers ses intérêts. Par exemple, certains aiment particulièrement danser, d’autres aiment particulièrement les chanteurs ou les stars de cinéma et d’autres idolâtrent certaines célébrités particulières. Ces penchants nous révèlent la nature de ces gens. Par exemple : certains pourraient vraiment idolâtrer un chanteur particulier, au point de devenir obsédés par ses moindres gestes, ses sourires et ses paroles. Ils se focalisent sur le chanteur et prennent même en photo tout ce qu’il porte et adoptent la même tenue. Qu’est-ce qu’une telle vénération indique sur la nature de ces gens ? Elle indique qu’une telle personne n’a que ces choses dans son cœur, et non Dieu. Tout ce que cette personne pense, aime et recherche provient de Satan. Son cœur en est épris, est livré à tout cela. Quel est le problème ici ? Si quelqu’un aime quelque chose à l’extrême, alors cela peut devenir le centre de sa vie et occuper son cœur, prouvant ainsi parfaitement qu’il vénère les idoles et ne veut pas de Dieu. Il aime le diable à la place. Nous pouvons donc conclure qu’un tel individu aime et vénère le diable, n’aime pas la vérité et ne veut pas de Dieu. Cela n’est-il pas la façon correcte de considérer la nature de quelqu’un ? Cela est entièrement correct. C’est ainsi que l’on scrute un homme. Par exemple, certains idolâtrent particulièrement Paul. Ils aiment sortir et faire des discours et travailler, ils aiment assister à des rassemblements et prêcher, et ils aiment que les hommes les écoutent, les adorent et gravitent autour d’eux. Ils aiment avoir un statut dans l’esprit des autres et ils aiment cela quand les autres valorisent l’image qu’ils présentent d’eux. Examinons leur nature à partir de ces comportements : quelle est leur nature ? Si ces personnes se comportent vraiment comme cela, alors c’est suffisant pour démontrer qu’elles sont arrogantes et vaniteuses. Elles n’adorent pas Dieu du tout ; elles cherchent un statut plus élevé, veulent avoir de l’autorité sur les autres, les posséder et avoir un statut dans leur esprit. C’est l’image classique de Satan. Les aspects de leur nature qui se distinguent sont l’arrogance et la vanité, le refus d’adorer Dieu et le désir d’être adoré par les autres. De tels comportements peuvent te donner une vision claire de leur nature.

Extrait de « Comment connaître la nature de l’homme », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 561)

Toute l’humanité a été corrompue par Satan, et la nature de l’homme, c’est de trahir Dieu. Cependant, parmi tous les humains qui ont été corrompus par Satan, certains peuvent se soumettre à l’œuvre de Dieu et accepter la vérité ; ce sont ceux qui peuvent obtenir la vérité et parvenir à une transformation dans leur tempérament. Il y a aussi ceux qui ne se concentrent pas sur la quête de la vérité. Le simple fait de comprendre des doctrines les satisfait ; ils entendent une bonne doctrine et la garde, et après l’avoir comprise, ils peuvent accomplir leurs devoirs, jusqu’à un certain point. Ces gens font ce qu’on leur dit et ont une humanité médiocre. Ils sont prêts, dans une certaine mesure, à se dépenser, à abandonner la mondanité et à supporter la souffrance. Toutefois, ils ne sont pas sérieux à l’égard de la vérité ; ils croient qu’il leur suffit de ne pas commettre de péchés et ne parviennent jamais à comprendre l’essence de la vérité. Si de telles gens peuvent tenir ferme à la fin, ils peuvent aussi être épargnés, mais leur tempérament ne peut pas être transformé. Si tu veux être purifié de la corruption et connaître un changement dans ton tempérament de vie, tu dois alors aimer la vérité et être capable d’accepter la vérité. Que signifie accepter la vérité ? Accepter la vérité, cela indique que, peu importe le genre de tempérament corrompu que tu as ou quels poisons du grand dragon rouge sont dans ta nature, tu la reconnais lorsqu’elle est révélée par les paroles de Dieu, et tu te soumets à ces paroles ; tu les acceptes inconditionnellement, sans chercher d’excuses ou faire le difficile, et tu en arrives à te connaître selon ce qu’Il dit. C’est ce que signifie accepter les paroles de Dieu. Peu importe ce qu’Il dit, peu importe combien Ses déclarations pourraient te transpercer le cœur, peu importe quelles paroles Il utilise, tu peux les accepter tant que ce qu’Il dit est la vérité et les reconnaître tant qu’elles sont conformes à la réalité. Tu peux te soumettre aux paroles de Dieu, peu importe à quelle profondeur tu les comprends, et tu acceptes la lumière révélée par le Saint-Esprit et échangée par tes frères et sœurs, et tu t’y soumets. Lorsqu’un tel homme a cherché la vérité jusqu’à un certain point, il peut obtenir la vérité et réaliser une transformation de son tempérament. Même si ceux qui n’aiment pas la vérité peuvent être d’humanité décente, quand il s’agit de la vérité, ils sont confus et ne la considèrent pas sérieusement. Bien qu’ils soient capables de bonnes actions et puissent se dépenser pour Dieu, et soient capables de renoncement, ils ne parviennent pas à atteindre un changement dans leur tempérament. En comparaison, l’humanité de Pierre était à peu près la même que celle des autres apôtres et de ses frères et sœurs, mais il se distinguait par sa quête fervente de la vérité ; il réfléchissait sérieusement à tout ce que Jésus disait. Jésus a demandé : « Simon, fils de Jonas, M’aimes-tu ? » Pierre a répondu honnêtement : « Je n’aime que le Père qui est dans les cieux, mais je n’ai pas aimé le Seigneur sur la terre. » Plus tard, il a compris et s’est dit : « Ce n’est pas bien. Le Dieu sur la terre est le Dieu dans le ciel. Le même Dieu n’est-Il pas à la fois dans les cieux et sur la terre ? Si je n’aime que Dieu dans le ciel, mon amour n’est pas vrai ; je dois aimer Dieu sur la terre, car alors seulement mon amour sera vrai. » Ainsi, Pierre en est venu à comprendre le vrai sens de ce que Jésus avait dit en réfléchissant à Ses paroles. Pour aimer Dieu et pour que cet amour soit vrai, il faut aimer le Dieu incarné sur terre. Aimer un Dieu vague et invisible n’est ni réaliste ni pratique, alors qu’aimer le Dieu concret et visible est la vérité. Des paroles de Jésus, Pierre a acquis la vérité et une compréhension de la volonté de Dieu. De toute évidence, la croyance de Pierre en Dieu n’a mis l’accent que sur la quête de la vérité ; en fin de compte, il a acquis un amour pour le Dieu concret, le Dieu sur la terre. Pierre était particulièrement sérieux dans sa quête de la vérité. Chaque fois que Jésus le conseillait, il réfléchissait sérieusement aux paroles de Jésus. Peut-être qu’il y a réfléchi pendant des mois, un an, ou même des années avant que le Saint-Esprit ne l’éclaire et qu’il comprenne le sens des paroles de Dieu ; de cette façon, Pierre est entré dans la vérité et, ensuite, son tempérament de vie a été transformé et renouvelé. Qui ne cherche pas la vérité ne la comprendra jamais. Tu auras beau prononcer les lettres et les doctrines dix mille fois, elles ne seront toujours que des lettres et des doctrines. Certaines gens disent seulement : « Christ est la vérité, le chemin et la vie. » Même si tu répètes ces mots dix mille fois, ce sera toujours inutile ; tu ne comprends pas leur signification. Pourquoi dit-on que Christ est la vérité, le chemin et la vie ? Peux-tu articuler les connaissances que tu as acquises à ce sujet à partir de l’expérience ? Es-tu entré dans la réalité de la vérité, du chemin et de la vie ? Dieu a prononcé Ses paroles afin que tu puisses en faire l’expérience et acquérir des connaissances ; le simple fait de prononcer des lettres et des doctrines ne sert à rien. Tu peux te connaître toi-même seulement une fois que tu as compris les paroles de Dieu et que tu es entré en elles. Si tu ne comprends pas les paroles de Dieu, alors tu ne peux pas te connaître. Tu peux seulement discerner quand tu as la vérité ; sans la vérité, tu ne peux pas discerner. Tu ne peux bien comprendre une question que lorsque tu as la vérité ; sans la vérité, tu ne peux pas comprendre une question. Tu ne peux te connaître que lorsque tu as la vérité ; sans la vérité, tu ne peux pas te connaître. Ton tempérament ne peut changer que lorsque tu as la vérité ; sans la vérité, ton tempérament ne peut pas changer. Tu peux servir conformément à la volonté de Dieu seulement après que tu as la vérité ; sans la vérité, tu ne peux pas servir conformément à la volonté de Dieu. Tu peux adorer Dieu seulement après que tu as la vérité ; sans la vérité, ton adoration ne sera rien de plus qu’un accomplissement de rites religieux. Toutes ces choses dépendent de l’acquisition de la vérité à partir des paroles de Dieu.

Extrait de « Comment connaître la nature de l’homme », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 562)

Il n’est pas simple de parvenir à une compréhension authentique du véritable sens des paroles de Dieu. Ne pense pas de cette façon : « je peux interpréter le sens littéral des paroles de Dieu, et tout le monde dit que mon interprétation est bonne et m’approuve, cela signifie donc que je comprends les paroles de Dieu. » Ce n’est pas la même chose que comprendre les paroles de Dieu. Si vous avez acquis de la lumière par les déclarations de Dieu et que vous comprenez la véritable signification de Ses paroles et si vous pouvez exprimer l’intention qu’il y a derrière Ses paroles et l’effet qu’elles produiront au bout du compte, alors une fois que vous comprenez clairement toutes ces choses, on peut considérer que vous avez un certain niveau de compréhension des paroles de Dieu. Donc, comprendre les paroles de Dieu n’est pas si simple. Ce n’est pas parce que vous pouvez donner de belles explications du sens littéral des paroles de Dieu que vous les comprenez. Vous avez beau en expliquer le sens littéral, votre explication reste fondée sur l’imagination et la façon de penser humaines. C’est inutile ! Comment pouvez-vous comprendre les paroles de Dieu ? La clé est de chercher la vérité en leur sein ; ce n’est que de cette façon que vous pouvez vraiment comprendre ce qu’Il dit. Chaque fois que Dieu parle, Il ne parle certainement pas de simples généralités. Chaque phrase qu’Il prononce contient des détails qui seront certainement révélés plus loin dans les paroles de Dieu, et ils peuvent être exprimés différemment. L’homme ne peut pas comprendre les façons par lesquelles Dieu exprime la vérité. Les déclarations de Dieu sont très profondes et la manière de penser de l’homme ne peut pas les pénétrer. Les hommes peuvent découvrir la signification complète de chaque aspect de la vérité tant qu’ils font un effort ; si tu fais cela, alors en faisant l’expérience, les détails qui restent seront expliqués complètement alors que le Saint-Esprit t’éclaire, t’apportant une compréhension de ces états concrets. Une partie consiste à comprendre les paroles de Dieu et à en chercher le contenu spécifique en les lisant. Une autre partie consiste à comprendre les implications des paroles de Dieu en faisant l’expérience et en obtenant l’éclairage du Saint-Esprit. C’est principalement par ces deux moyens qu’une vraie compréhension des paroles de Dieu est atteinte. Si tu interprètes Ses paroles littéralement ou à travers le filtre de ta propre façon de penser ou de ton imagination, alors ta compréhension des paroles de Dieu n’est pas vraie même si tu peux les exprimer avec la plus grande éloquence. Tu pourrais même aller jusqu’à en dévier le sens hors contexte et mal les comprendre, et faire cela est encore plus troublant. Ainsi, la vérité s’obtient principalement en recevant l’éclairage du Saint-Esprit par l’acquisition de la connaissance des paroles de Dieu. La vérité ne s’obtient pas à partir d’une simple compréhension ou interprétation du sens littéral de Ses paroles. Si seul le sens littéral de Ses paroles devait être interprété, alors à quoi bon l’éclairage du Saint-Esprit ? Si c’était le cas, un certain niveau d’éducation suffirait et les non éduqués se retrouveraient tous dans une situation plutôt difficile. L’œuvre de Dieu ne peut pas être comprise par le cerveau humain. Une vraie compréhension des paroles de Dieu repose principalement sur le fait d’avoir l’éclairage du Saint-Esprit ; tel est le processus de l’obtention de la vérité.

Extrait de « Comment connaître la nature de l’homme », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 563)

Lorsqu’il s’agit de connaître la nature de l’homme, le plus important, c’est de la considérer à partir de la vision que l’homme a du monde, de sa vision de la vie et de ses valeurs. Tous ceux qui sont du diable vivent pour eux-mêmes. Leur point de vue sur la vie et leurs maximes proviennent principalement des dictons de Satan, tels que : « Chacun pour soi, Dieu pour tous. » Les paroles prononcées par ces diables-rois, ces grands et ces philosophes de la terre sont devenues la vie même de l’homme. La plupart des paroles de Confucius, en particulier, encensé comme un « sage » par les Chinois, sont devenues la vie de l’homme. Il y a aussi les célèbres proverbes du bouddhisme et du taoïsme, ainsi que les dictons classiques, souvent cités, de diverses personnalités célèbres. Tous ces dictons constituent les grandes lignes des philosophies et de la nature de Satan. Ils illustrent et expliquent le mieux également la nature de Satan. Ces poisons qui ont été infusés dans le cœur de l’homme viennent tous de Satan ; aucun ne vient de Dieu. De telles paroles diaboliques sont également en opposition directe avec la parole de Dieu. Il est absolument clair que les réalités de toutes les choses positives viennent de Dieu et que toutes ces choses négatives qui empoisonnent l’homme viennent de Satan. Donc, tu peux discerner la nature d’une personne et son appartenance à partir de sa vision de la vie et de ses valeurs. Satan corrompt les hommes par l’éducation et par l’influence de gouvernements nationaux, de célébrités et de grands personnages. Leurs paroles diaboliques sont devenues la vie et la nature de l’homme. « Chacun pour soi, Dieu pour tous » est un dicton satanique bien connu qui a été instillé en tous et qui est devenu la vie de l’homme. Il y a d’autres paroles de philosophies de vie qui sont aussi comme ça. Satan utilise la belle culture traditionnelle de chaque nation pour éduquer les gens, provoquant la chute et l’engloutissement de l’humanité dans un abîme de destruction sans limites, et à la fin, les hommes sont détruits par Dieu parce qu’ils servent Satan et résistent à Dieu. Imagine que tu poses la question suivante à quelqu’un qui a été actif dans la société pendant des décennies : « Étant donné que tu as vécu très longtemps dans le monde et accompli beaucoup de choses, quels sont les principaux dictons célèbres selon lesquels tu vis ? » Il répondrait peut-être : « Le plus important est celui-ci : “Les fonctionnaires ne frappent pas ceux qui leur offrent des cadeaux et ceux qui n’ont pas recours à la flatterie n’accomplissent rien.” » Ces mots ne sont-ils pas représentatifs de la nature de cet homme ? Utiliser sans scrupule n’importe quel moyen pour obtenir une position est devenu une seconde nature pour lui et être fonctionnaire est ce qui le fait vivre. Il y a encore beaucoup de poisons sataniques dans la vie des hommes, dans leur conduite et leur comportement ; ils ne possèdent presque aucune vérité. Par exemple, leurs philosophies de vie, leurs façons d’agir et leurs maximes sont toutes remplies des poisons du grand dragon rouge et elles viennent toutes de Satan. Ainsi, toutes les choses que les hommes ont dans leurs os et leur sang sont des choses de Satan. Tous ces responsables, ceux qui détiennent le pouvoir et ceux qui sont parvenus ont leurs propres voies et secrets de réussite. De tels secrets ne sont-ils pas parfaitement représentatifs de leur nature ? Ils ont fait de si grandes choses dans le monde, et personne ne peut percer à jour les manigances et les intrigues qu’il y a derrière elles. Cela montre tout simplement à quel point leur nature est insidieuse et venimeuse. L’humanité a été profondément corrompue par Satan. Le venin de Satan coule dans le sang de chaque personne et l’on peut voir que la nature de l’homme est corrompue, mauvaise, réactionnaire, remplie et imprégnée des philosophies de Satan – elle est, dans son intégralité, une nature qui trahit Dieu. C’est pour cela que les gens résistent à Dieu et se tiennent en opposition à Dieu. Analysée de cette manière, la nature de l’homme peut être connue de tous.

Extrait de « Comment connaître la nature de l’homme », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 564)

La clé de l’introspection et de la connaissance de soi est la suivante : plus tu sens que, dans certains domaines, tu as bien fait ou fait ce qu’il fallait et plus tu penses pouvoir satisfaire la volonté de Dieu ou pouvoir te vanter dans certains domaines, alors plus cela vaut la peine que tu te connaisses dans ces domaines et plus cela vaut la peine que tu les approfondisses bien pour voir quelles impuretés existent en toi, ainsi que quelles choses en toi ne peuvent pas satisfaire la volonté de Dieu. Prenons Paul comme exemple. Paul était particulièrement bien instruit et il souffrait beaucoup dans son travail de prédication. Beaucoup de gens l’admiraient particulièrement. En conséquence, il s’attendait à ce qu’une couronne lui soit réservée après avoir accompli beaucoup de travail. Cela l’a amené à continuer de plus en plus loin sur le mauvais chemin, jusqu’à ce qu’il soit finalement puni par Dieu. Si, à l’époque, il avait opéré une introspection et s’était analysé, alors il n’aurait pas pensé cela. En d’autres termes, Paul ne s’était pas concentré sur la recherche de la vérité dans les paroles du Seigneur Jésus ; il avait seulement cru en ses propres notions et imaginations. Il pensait que tant qu’il faisait quelques bonnes actions et démontrait un bon comportement, il serait loué et récompensé par Dieu. À la fin, son esprit a été aveuglé et son vrai visage caché par ses propres notions et son imagination. Cependant, les gens ne le savaient pas et, comme Dieu ne l’a pas mis en lumière, ils ont continué à essayer de vivre comme Paul, à suivre son exemple et à le considérer comme leur modèle, comme l’objet de leur poursuite et comme quelqu’un à imiter. Ce récit à propos de Paul sert d’avertissement à tous ceux qui croient en Dieu : chaque fois que nous pensons avoir particulièrement bien fait quelque chose, ou croyons être particulièrement doués à un certain égard, ou que nous pensons ne pas avoir besoin de changer ou d’être traité à un certain égard, nous devrions nous efforcer de mieux réfléchir sur nous-mêmes et nous connaître à cet égard ; cela est essentiel. C’est parce que tu n’as certainement pas découvert les aspects de toi-même que tu crois être bons, tu ne leur as pas prêté attention ou tu ne les as pas analysés afin de voir si, oui ou non, ils contiennent en fait quelque chose qui résiste à Dieu. Par exemple, il y a des gens qui croient avoir un très grand cœur. Ils ne détestent jamais les autres ni ne leur causent du tort, et ils prêtent toujours main-forte à un frère ou une sœur dont la famille est dans le besoin, de peur que son problème ne soit pas résolu ; leur bonne volonté est peu ordinaire, et ils font tout en leur pouvoir pour aider tous ceux qu’ils peuvent. Quel est le résultat d’une telle serviabilité ? Ils mettent leur propre vie de côté, mais sont très satisfaits d’eux-mêmes et très heureux de tout ce qu’ils ont fait. De plus, ils en sont très fiers, estimant que c’est sûrement suffisant pour satisfaire la volonté de Dieu et qu’ils sont de vrais croyants en Dieu. Ils voient leur bonté naturelle comme une chose de laquelle tirer profit et, dès qu’ils la considèrent ainsi, ils en viennent inévitablement à la considérer comme la vérité. En réalité, ils ne font que du bien humain. Ils n’ont pas cherché la vérité le moins du monde et tous leurs actes sont vains, car ils les font devant l’homme, et non devant Dieu, et encore moins pratiquent-ils selon les exigences de Dieu et de la vérité. Rien de ce qu’ils font n’est la pratique de la vérité, et rien n’est la pratique des paroles de Dieu, encore moins font-ils Sa volonté ; ils utilisent plutôt la bonté humaine et un bon comportement pour aider les autres. En résumé, ils ne cherchent pas la volonté de Dieu dans ce qu’ils font ni n’agissent conformément à Ses exigences. Par conséquent, du point de vue de Dieu, le bon comportement de l’homme est condamné et ne mérite pas qu’Il S’en souvienne.

Extrait de « Seule la connaissance de tes opinions erronées t’apportera la connaissance de toi-même », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 565)

La clé pour parvenir à un changement de tempérament est de connaître sa propre nature, et cela doit se faire en accord avec les révélations de Dieu. Ce n’est que dans la parole de Dieu que l’on peut connaître sa propre nature hideuse, reconnaître en elle les divers poisons de Satan, se rendre compte que l’on est insensé et ignorant et reconnaître les éléments faibles et négatifs de sa nature. Une fois que ces derniers seront pleinement connus et que tu seras réellement capable de te haïr, de renoncer à la chair, d’accomplir constamment la parole de Dieu et d’avoir la volonté de te soumettre absolument au Saint-Esprit et à la parole de Dieu, alors tu te seras engagé sur le chemin de Pierre. Sans la grâce de Dieu, et sans l’éclairage et la direction du Saint-Esprit, il serait difficile de suivre ce chemin, car les gens ne possèdent pas la vérité et sont incapables de se trahir eux-mêmes. Marcher sur le chemin de perfection que Pierre a emprunté relève principalement de la résolution, de la foi et de la confiance en Dieu. En outre, il faut se soumettre à l’œuvre du Saint-Esprit ; en toutes choses, l’on ne peut pas se passer des paroles de Dieu. Ce sont les aspects clés, aucun ne peut être transgressé. Apprendre à se connaître par l’expérience est très difficile ; sans l’œuvre du Saint-Esprit, il est très difficile d’y entrer. Pour marcher sur le chemin de Pierre, il faut se concentrer sur la connaissance de soi et sur la transformation de son tempérament. Le chemin de Paul ne portait pas sur la quête de la vie ni sur la connaissance de soi ; Paul s’est particulièrement concentré sur le travail, son influence et son élan. Sa motivation était d’obtenir les bénédictions de Dieu en échange de son travail et de sa souffrance, et de recevoir des récompenses de la part de Dieu. Cette motivation n’était pas bonne. Paul n’a pas mis l’accent sur la vie ni n’a accordé aucune importance à la réalisation d’un changement de tempérament ; il a uniquement mis l’accent sur les récompenses. Parce qu’il n’avait pas de bons objectifs, le chemin sur lequel il a marché, bien sûr, n’était pas le bon non plus. Cela était le produit de sa nature arrogante et vaniteuse. De toute évidence, Paul ne possédait aucune vérité ni aucune conscience ou raison. En sauvant et en transformant les gens, Dieu modifie principalement leur tempérament. Le but de Ses paroles est d’obtenir le résultat suivant chez les gens : un tempérament transformé et la capacité de connaître Dieu, de se soumettre à Lui et de L’adorer d’une manière normale. Tel est le but des paroles et de l’œuvre de Dieu. La manière de chercher de Paul était une violation directe de la volonté de Dieu et était en conflit avec elle ; elle lui était complètement contraire. Cependant, la manière de chercher de Pierre était totalement en accord avec la volonté de Dieu, ce qui est précisément le résultat que Dieu désire obtenir chez les êtres humains. Le chemin de Pierre est donc béni et reçoit les louanges de Dieu. Parce que le chemin de Paul est une violation de la volonté de Dieu, Dieu l’exècre et le maudit. Pour marcher sur le chemin de Pierre, il faut connaître la volonté de Dieu. Si l’on est vraiment capable de bien comprendre Sa volonté par Ses paroles (ce qui signifie comprendre ce que Dieu veut faire de l’homme et, en fin de compte, le résultat qu’Il désire obtenir), c’est alors seulement que l’on est capable d’avoir une compréhension correcte du chemin à suivre. Si tu ne comprends pas bien le chemin de Pierre et as simplement le désir de le suivre, alors tu ne seras pas en mesure de t’y engager. En d’autres termes, tu connais peut-être beaucoup de doctrines, mais tu ne pourras pas finalement entrer dans la réalité. Bien que tu puisses entrer superficiellement, tu ne pourras obtenir aucun résultat réel.

Extrait de « Se connaître soi-même, c’est avant tout connaître la nature humaine », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 566)

De nos jours, la plupart des gens ont une compréhension très superficielle d’eux-mêmes. Ils ne sont pas parvenus du tout à connaître clairement les choses qui font partie de leur nature. Ils n’ont connaissance que de quelques-uns de leurs états corrompus, de quelques-unes des choses qu’ils feront probablement ou de quelques-uns de leurs défauts, et cela leur fait croire qu’ils se connaissent eux-mêmes. Si, en plus, ils respectent quelques règles, s’assurent de ne pas faire d’erreurs dans certains domaines et arrivent à éviter de commettre certains péchés, ils considèrent alors qu’ils possèdent la réalité dans leur croyance en Dieu et partent du principe qu’ils seront sauvés. Cela relève complètement de l’imagination humaine. Si tu respectes ces choses-là, acquerras-tu vraiment la capacité de te retenir de commettre tout péché ? Auras-tu effectué un véritable changement de tempérament ? Vivras-tu vraiment à la ressemblance d’un être humain ? Peux-tu sincèrement satisfaire Dieu de cette façon ? Absolument pas, c’est certain. La croyance en Dieu ne fonctionne que lorsqu’on a des critères exigeants et qu’on a atteint la vérité et quelques transformations dans son tempérament de vie. Ainsi, si les gens se connaissent trop superficiellement, il leur sera impossible de résoudre les problèmes et leurs tempéraments de vie ne changeront tout simplement pas. Il est nécessaire de se connaître profondément, c’est-à-dire de connaître sa propre nature : quels éléments comprend cette nature, comment ces choses sont nées et d’où elles sont venues. De plus, es-tu réellement capable de détester ces éléments ? As-tu vu ta propre âme abjecte et ta nature perverse ? Si tu es vraiment capable de voir la vérité à ton sujet, alors tu commenceras à te mépriser. Lorsque tu te mépriseras et ensuite mettras la parole de Dieu en pratique, tu pourras renoncer à la chair et auras la force de réaliser la vérité sans difficulté. Pourquoi beaucoup de gens se livrent-ils à leurs préférences charnelles ? Parce qu’ils considèrent qu’ils sont très bons, ils ont l’impression que leurs actions sont justes et justifiées, ils croient être sans défaut et même avoir tout à fait raison, ils sont donc capables d’agir en présumant que la justice est de leur côté. Quand quelqu’un reconnaît sa vraie nature, voit qu’elle est si laide, méprisable et pitoyable, alors il n’est pas excessivement fier de lui-même, pas aussi arrogant et pas aussi satisfait de lui-même qu’auparavant. Quelqu’un comme cela se dit : « Je dois être honnête et terre-à-terre et mettre en pratique certaines paroles de Dieu. Sinon, je ne serai alors pas à la hauteur d’être un humain et j’aurai honte de vivre en présence de Dieu. » Il se voit alors vraiment comme insuffisant, comme vraiment insignifiant. À ce moment-là, il devient facile pour lui de réaliser la vérité et il semblera être à peu près comme un humain devrait être. Ce n’est que lorsque les gens se haïssent vraiment qu’ils sont capables de renoncer à la chair. S’ils ne se haïssent pas, ils ne pourront pas renoncer à la chair. Se détester vraiment comprend certains éléments : premièrement, connaître sa propre nature ; deuxièmement, se considérer comme nécessiteux et pitoyable, extrêmement petit et insignifiant, et voir sa propre âme pitoyable et souillée. Quand quelqu’un réussit à voir parfaitement ce qu’il est vraiment, alors il acquiert vraiment une connaissance de soi, et l’on peut dire qu’il en est venu à se connaître parfaitement. C’est alors seulement qu’il peut vraiment se détester, allant jusqu’à se maudire et vraiment sentir qu’il a été profondément corrompu par Satan, à tel point qu’il ne ressemble même pas à un être humain. Puis, un jour, lorsque la menace de mort apparaît, un tel individu se dira : « C’est la juste punition de Dieu. Dieu est vraiment juste ; je devrais réellement mourir ! » À ce stade, il ne se plaindra pas, et blâmera encore moins Dieu, ressentant simplement qu’il est si démuni et pitoyable, si souillé et corrompu qu’il devrait être anéanti par Dieu, et une âme comme la sienne n’est pas digne de vivre sur la terre.À ce stade, cet individu ne résistera pas à Dieu, encore moins trahira-t-il Dieu. Si quelqu’un ne se connaît pas et se considère toujours comme très bon, quand la mort viendra frapper à sa porte, il se dira : « J’ai si bien réussi dans ma foi. Comme j’ai cherché avec ardeur ! J’ai tellement donné, j’ai tellement souffert, mais, finalement, Dieu me demande maintenant de mourir. Je ne sais pas où se trouve la justice de Dieu. Pourquoi me demande-t-Il de mourir ? Si même une personne comme moi doit mourir, alors qui sera sauvé ? La race humaine ne périra-t-elle pas ? » Tout d’abord, cette personne a des notions sur Dieu. Deuxièmement, cette personne se plaint et ne fait aucune preuve de soumission. C’est exactement comme Paul : lorsqu’il était sur le point de mourir, il ne se connaissait pas et, au moment où la punition de Dieu était proche, il était trop tard pour se repentir.

Extrait de « Se connaître soi-même, c’est avant tout connaître la nature humaine », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 567)

Pour résumer, suivre la voie de Pierre dans sa croyance en Dieu, c’est suivre la voie de la poursuite de la vérité, qui est aussi la voie pour se connaître soi-même profondément et pour changer son tempérament. Ce n’est qu’en suivant le chemin de Pierre qu’on peut être sur le chemin conduisant à être amené à la perfection par Dieu. Il faut être clair sur la façon de suivre spécifiquement le chemin de Pierre, aussi bien que sur la manière de la mettre en pratique. Tout d’abord, il faut mettre de côté ses propres intentions, ses poursuites déplacées et même sa famille et toutes les choses liées à sa propre chair. Il faut être dévoué de tout cœur, c’est-à-dire, se consacrer entièrement à la parole de Dieu, accorder toute son attention à boire et à manger les paroles de Dieu, s’intéresser à la recherche de la vérité, à la recherche des intentions de Dieu dans Ses paroles, et essayer de saisir la volonté de Dieu en tout. C’est la méthode de pratique la plus fondamentale et la plus essentielle. C’est ce que Pierre a fait après avoir vu Jésus, et ce n’est qu’en pratiquant de cette façon que l’on obtient les meilleurs résultats. Une dévotion sincère aux paroles de Dieu signifie essentiellement rechercher la vérité, rechercher les intentions de Dieu dans Ses paroles, s’efforcer de saisir la volonté de Dieu et comprendre et obtenir plus de vérité à partir des paroles de Dieu. En lisant Ses paroles, Pierre ne s’efforçait pas de comprendre des doctrines et il était encore moins intéressé par l’acquisition de connaissances théologiques ; au contraire, il s’efforçait de comprendre la vérité et de saisir la volonté de Dieu, aussi bien que de parvenir à comprendre Son tempérament et Sa beauté. Il a également essayé de comprendre les différents états de corruption de l’homme à partir des paroles de Dieu, ainsi que de comprendre la nature corrompue de l’homme et les véritables déficiences de l’homme, réalisant ainsi tous les aspects des exigences que Dieu place devant l’homme afin de Le satisfaire. Pierre avait tant de pratiques correctes qui respectaient les paroles de Dieu ; cela s’alignait parfaitement avec la volonté de Dieu et c’était le meilleur moyen pour une personne de coopérer tout en faisant l’expérience de l’œuvre de Dieu. Durant les centaines d’épreuves qu’il eut à expérimenter de la part de Dieu, Pierre s’examinait strictement en regard de chaque parole du jugement de l’homme par Dieu, de chaque parole de la révélation de l’homme par Dieu et de chaque parole de Ses exigences de l’homme, et s’efforçait de sonder le sens de ces paroles. Il essayait sincèrement de comprendre et de mémoriser chaque parole que Jésus lui disait et il avait de très bons résultats. Grâce à cette manière de pratiquer, il parvint à une compréhension de lui-même par les paroles de Dieu, et non seulement il vint à comprendre les différentes conditions corrompues de l’homme, mais parvint aussi à comprendre l’essence, la nature et les différents défauts de l’homme. C’est cela que signifie se comprendre vraiment soi-même. Partant des paroles de Dieu, non seulement Pierre a acquis une véritable compréhension de lui-même, mais dans les choses exprimées dans les paroles de Dieu – le tempérament juste de Dieu, ce qu’Il a et est, la volonté de Dieu pour Son œuvre, Ses exigences envers l’humanité –, de ces paroles, il est parvenu à connaître Dieu complètement. Il est parvenu à connaître le tempérament de Dieu et Son essence ; il est parvenu à connaître et à comprendre ce que Dieu a et est, ainsi que la beauté de Dieu et les exigences de Dieu envers l’homme. Même si Dieu ne parlait pas à l’époque autant qu’Il le fait aujourd’hui, des résultats dans ces aspects étaient néanmoins produits en Pierre. C’était une chose rare et précieuse. Pierre est passé par des centaines d’épreuves, mais n’a pas souffert en vain. Non seulement il est parvenu à se comprendre à partir des paroles et de l’œuvre de Dieu, mais il est aussi parvenu à connaître Dieu. En plus, il s’est particulièrement concentré sur les exigences de Dieu pour l’humanité dans Ses paroles. Dans tous les aspects dont l’homme devrait satisfaire Dieu pour être conforme à la volonté de Dieu, Pierre a fourni de grands efforts à cet égard et est parvenu à une parfaite clarté ; ce fut extrêmement bénéfique pour sa propre entrée. Peu importe ce que Dieu exprimait, aussi longtemps que ces paroles pouvaient devenir sa vie et qu’elles appartenaient à la vérité, Pierre était en mesure de les graver dans son cœur pour les méditer souvent et les comprendre. Après avoir entendu les paroles de Jésus, il était capable de les prendre à cœur, ce qui montre qu’il était particulièrement concentré sur les paroles de Dieu et, à la fin, il a vraiment obtenu des résultats. C’est-à-dire qu’il a été capable de mettre librement les paroles de Dieu en pratique, de pratiquer correctement la vérité et d’être conforme à la volonté de Dieu, d’agir entièrement en conformité avec l’intention de Dieu et de renoncer à ses propres opinions et imaginations personnelles. De cette façon, Pierre est entré dans la réalité des paroles de Dieu. Le service de Pierre était conforme à la volonté de Dieu surtout parce qu’il a agi de cette manière.

Si quelqu’un est capable de satisfaire Dieu en accomplissant son devoir, que ses paroles et ses actions reposent sur des principes et qu’il peut entrer dans la réalité-vérité dans tous les aspects de la vérité, alors cet homme est rendu parfait par Dieu. On peut dire que l’œuvre et les paroles de Dieu sont complètement efficaces chez un tel homme, que les paroles de Dieu deviennent sa vie, qu’il obtient la vérité et qu’il peut vivre selon les paroles de Dieu. Après cela, la nature de sa chair, c’est-à-dire le fondement de son existence originelle, sera ébranlée et s’effondrera. Lorsque les paroles de Dieu sont devenues la vie de quelqu’un, celui-ci devient un homme nouveau. Si les paroles de Dieu sont devenues sa vie, que la vision de l’œuvre de Dieu, Ses exigences pour L’humanité, Sa révélation aux hommes et les normes pour une vraie vie que Dieu exige que l’homme atteigne sont devenues sa vie, s’il a vécu selon ces paroles et ces vérités, alors c’est un homme rendu parfait par les paroles de Dieu. Il a expérimenté la nouvelle naissance et est devenu un homme nouveau à travers les paroles de Dieu. C’est la voie que Pierre suivit pour chercher la vérité ; c’était la voie pour être rendu parfait, pour être amené à la perfection par les paroles de Dieu et pour gagner la vie dans les paroles de Dieu. La vérité exprimée par Dieu est devenue sa vie et ce n’est qu’alors qu’il est devenu un homme qui a obtenu la vérité.

Extrait de « Comment suivre la voie de Pierre », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 568)

Tant que les gens n’ont pas fait l’expérience de l’œuvre de Dieu ni gagné la vérité, c’est la nature de Satan en eux qui domine. Quelles sont les spécificités de cette nature ? Par exemple, pourquoi es-tu égoïste ? Pourquoi protèges-tu ta propre position ? Pourquoi as-tu des émotions si fortes ? Pourquoi te réjouis-tu de ces choses injustes ? Pourquoi aimes-tu ces fléaux ? Sur quoi repose ton penchant pour de telles choses ? D’où viennent ces choses ? Pourquoi es-tu si heureux de les accepter ? Désormais, vous avez tous compris que la cause principale de toutes ces choses, c’est que le poison de Satan est en vous. Quant à ce qu’est le poison de Satan, il peut être pleinement exprimé par des paroles. Par exemple, si tu demandes à certains malfaiteurs la raison de leurs agissements, ils répondront : « Parce que c’est chacun pour soi, Dieu pour tous. » Cette seule phrase exprime la racine du problème. La logique de Satan est devenue la vie des gens. Ils agissent peut-être dans un but ou un autre, mais ils ne le font que pour eux-mêmes. Chacun pense que puisque c’est « chacun pour soi, Dieu pour tous », les hommes devraient vivre pour leur propre compte et faire tout ce qui est en leur pouvoir pour s’assurer une bonne position afin d’avoir de la nourriture et de beaux vêtements. « Chacun pour soi, Dieu pour tous » : voilà la vie et la philosophie de l’homme, et cela représente aussi sa nature humaine. Ces paroles de Satan sont précisément le poison de Satan, et une fois que les hommes l’ont intériorisé, il devient leur nature. La nature de Satan est exposée à travers ces paroles ; elles le représentent complètement. Ce poison devient la vie des hommes, aussi bien que le fondement de leur existence, et l’humanité corrompue a constamment été dominée par ce poison depuis des milliers d’années. Tout ce que fait Satan, c’est pour lui-même. Il souhaite surpasser Dieu, se libérer de Lui, exercer lui-même le pouvoir et posséder toutes les créations de Dieu. Ainsi, la nature de l’homme est la nature de Satan. En fait, les slogans de beaucoup de personnes peuvent représenter et refléter leur nature. Peu importe que les hommes tentent de se déguiser, dans tout ce qu’ils font et tout ce qu’ils disent, ils ne peuvent pas cacher qui ils sont. Il y en a qui ne disent jamais la vérité et qui sont doués pour faire semblant, mais une fois que d’autres ont interagi avec eux pendant un certain temps, leur nature fausse et leur malhonnêteté complète sont découvertes. En fin de compte, d’autres en tirent la conclusion suivante : cette personne ne dit jamais la vérité et est malhonnête. Cette déclaration représente la vérité au sujet de la nature d’une telle personne ; elle est la meilleure illustration et la preuve de son essence naturelle. Sa philosophie de vie est de ne dire à personne la vérité, ainsi que de ne faire confiance à personne. La nature satanique de l’homme regorge de cette philosophie. Parfois, toi non plus, tu n’as même pas conscience de cela et ne le comprends pas ; néanmoins, chaque instant de ta vie est fondé sur cela. De plus, tu penses que cette philosophie est tout à fait correcte et raisonnable, et pas du tout erronée. Cela suffit à montrer que la philosophie de Satan est devenue la nature des hommes et que ceux-ci vivent en parfait accord avec elle, sans se rebeller le moins du monde contre elle. Par conséquent, ils révèlent constamment leur nature satanique et à tous égards, ils continuent à vivre selon la philosophie de Satan. La nature de Satan est la vie de l’humanité.

Extrait de « Comment suivre la voie de Pierre », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 569)

Les hommes ont une compréhension extrêmement superficielle de leur propre nature et il y a un énorme décalage entre ça et les paroles de jugement et de révélation de Dieu. L’erreur n’est pas dans de ce que Dieu révèle, mais plutôt dans un manque profond de compréhension de leur propre nature par les humains. Les hommes n’ont pas une compréhension fondamentale ou approfondie d’eux-mêmes ; au lieu de cela, ils concentrent leur énergie sur leurs actions et leurs expressions extérieures et s’y dévouent aussi. Même si parfois quelqu’un disait quelque chose au sujet de la compréhension de lui-même, ce ne serait pas très profond. Personne n’a jamais pensé qu’en ayant fait tel genre de chose ou en ayant révélé quelque chose cela indique qu’il est ce type de personne ou a ce type de nature. Dieu a révélé la nature et l’essence de l’humanité, mais les humains comprennent que leur manière de faire les choses et leur façon de parler sont imparfaites et incorrectes ; par conséquent, il est ardu pour les hommes de mettre en pratique la vérité. Les hommes pensent que leurs erreurs ne sont que des manifestations momentanées qui sont révélées s’ils ne sont pas attentifs plutôt que des révélations de leur nature. Les hommes qui pensent de cette manière ne peuvent pas mettre la vérité en pratique, parce qu’ils ne peuvent pas accepter la vérité comme vérité et n’ont pas soif de la vérité ; par conséquent, lorsqu’ils mettent la vérité en pratique, ils ne font que suivre les règles superficiellement. Les hommes ne considèrent pas leur propre nature comme étant trop corrompue, et pensent qu’ils ne sont pas mauvais au point d’être détruits ou punis. Ils pensent que ce n’est pas grave de mentir de temps en temps et considèrent qu’ils sont bien meilleurs que par le passé ; en fait, cependant, ils sont bien loin d’être à la hauteur parce que les hommes n’ont que certaines actions qui ne violent pas la vérité extérieurement, quand ils ne mettent en fait pas la vérité en pratique.

Les changements dans le comportement ou la conduite d’une personne ne signifient pas un changement dans sa nature. La raison en est que la conduite de quelqu’un ne peut pas modifier fondamentalement son apparence originelle ni ne peut en modifier la nature. Ce n’est qu’après avoir appris à connaître sa propre nature que sa pratique peut s’approfondir et devenir autre chose qu’une adhésion à un ensemble de règles. La pratique actuelle de la vérité par l’homme n’est toujours pas selon la norme et ne peut pas accomplir tout ce que la vérité exige. Les gens pratiquent seulement une portion de la vérité, et seulement quand ils sont dans certains états et certaines circonstances ; ils ne peuvent pas mettre la vérité en pratique dans toutes les circonstances et toutes les situations. À l’occasion, lorsque quelqu’un est heureux et que son état est bon, ou quand il échange avec le groupe et se sent plus libéré que d’habitude, il peut être temporairement en mesure de faire des choses conformes à la vérité ; mais quand il est en compagnie de gens négatifs et de ceux qui ne cherchent pas la vérité, sa pratique est moins bonne et ses actions sont quelque peu inappropriées. C’est parce que les gens pratiquent la vérité sans persévérer, mais la mettent plutôt en pratique, guidés par les influences passagères des émotions ou des circonstances. C’est aussi parce que tu n’as pas compris ton état ni ta nature ; parfois, donc, tu n’es pas encore capable de faire des choses que tu ne peux pas t’imaginer faire. Tu ne connais que certains de tes états, mais, comme tu n’as pas compris ta nature, tu ne peux pas contrôler ce que tu pourrais faire dans l’avenir, c’est-à-dire que tu n’as pas la certitude absolue que tu tiendras ferme. Parfois, tu es dans un état et tu peux mettre la vérité en pratique, et tu sembles faire preuve de changement, mais, dans un environnement différent, tu es incapable de la mettre en pratique. Tu ne le contrôles pas. Parfois, tu peux pratiquer la vérité et parfois, tu ne le peux pas. Un instant, tu comprends, et l’instant d’après, tu es confus. En ce moment, tu ne fais rien de mal, mais peut-être que ce sera le cas bientôt. Cela prouve que des choses corrompues existent encore en toi et, si tu es incapable d’une vraie connaissance de soi, elles ne seront pas faciles à corriger. Si tu ne peux pas acquérir une compréhension approfondie de ton propre tempérament corrompu et que finalement tu peux résister à Dieu par tes actions, alors tu es en danger. Si tu peux avoir une bonne idée de ta nature et la détester, alors tu seras en mesure de te contrôler, de renoncer à toi-même et de mettre la vérité en pratique.

Extrait de « Comprendre sa nature et mettre la vérité en pratique », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 570)

Le but d’un échange clair sur la vérité est de permettre aux gens de pratiquer la vérité et de changer leur tempérament ; ce n’est pas seulement de leur faire comprendre la vérité. Si tu comprends la vérité, mais ne la mets pas en pratique, ce que tu échanges sur elle et ce que tu en comprends n’aura plus aucun sens. Si tu comprends la vérité, mais ne la mets pas en pratique, tu perdras la possibilité de l’acquérir, ainsi que toute chance d’être sauvé. Si tu as mis en pratique la vérité que tu comprends, tu acquerras des vérités encore plus nombreuses et plus profondes ; tu obtiendras le salut de Dieu, ainsi que l’éclairage, l’illumination et la direction du Saint-Esprit. Beaucoup ne font que se plaindre au sujet du Saint-Esprit qui ne les éclaire jamais, sans se rendre compte qu’essentiellement ils ne mettent pas la vérité en pratique. Par conséquent, leur condition ne sera jamais normale, et ils ne comprendront jamais la volonté de Dieu non plus.

Certaines gens disent que la pratique de la vérité ne peut pas résoudre leurs problèmes. D’autres croient que la vérité ne peut pas corriger complètement le tempérament corrompu d’une personne. Le fait est que les problèmes des gens peuvent tous être résolus ; la clé est de savoir si, oui ou non, ils peuvent agir conformément à la vérité. Les faiblesses qui vous affligent actuellement ne sont pas le cancer ou les maladies incurables. Si vous pouvez mettre la vérité en pratique, alors ces faiblesses peuvent toutes être modifiées, selon votre capacité d’agir conformément à la vérité. Si tu empruntes le chemin de la quête de la vérité, tu réussiras certainement ; toutefois, si tu es sur le mauvais chemin, alors tu es fini. Par exemple, certaines gens font leur travail sans jamais penser à la façon dont ils pourraient faire les choses d’une manière qui profite au travail de la maison de Dieu, ou sans se questionner si leurs méthodes pour faire les choses sont conformes à la volonté de Dieu ; en conséquence, ils font beaucoup de choses qu’Il méprise. S’ils agissaient toujours conformément à la vérité, ne seraient-ils pas selon le cœur de Dieu ? Certaines gens connaissent la vérité, mais ne la mettent pas en pratique, estimant que la vérité est simplement cette chose unique et rien de plus. Ils croient qu’elle ne peut pas purifier leur propre volonté et éliminer leur corruption. Des gens de ce genre ne sont-ils pas ridicules ? De telles gens ne sont-ils pas absurdes ? Ne se croient-ils pas intelligents ? Si les gens agissent selon la vérité, leur tempérament corrompu sera transformé ; si, cependant, ils fondent leur foi et leur service à Dieu sur leurs personnalités naturelles, alors aucun d’entre eux ne réussira à transformer son tempérament. Certaines gens, à longueur de journée, sont pris par leurs propres préoccupations tout en omettant d’enquêter sur la vérité ou de la pratiquer, cette vérité facilement accessible. Cette manière de pratiquer est tout à fait absurde ; ces gens sont intrinsèquement des gens qui souffrent, en ce sens qu’ils ont des bénédictions, mais n’en jouissent pas ! Le chemin à suivre est là ; il suffit que tu l’empruntes. Si tu es résolu à mettre la vérité en pratique, tes faiblesses et tes défauts fatals peuvent être transformés. Cependant, tu dois toujours faire attention et être prudent, et endurer plus de difficultés. La foi exige la prudence. Peux-tu croire en Dieu correctement si tu adoptes une conduite si désinvolte ?

Extrait de « Ceux qui aiment la vérité ont un chemin à suivre », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 571)

Si, à partir des paroles de Dieu, tu ne comprends pas la volonté de Dieu ni Ses intentions derrière Ses déclarations, si tu ne comprends pas les objectifs et les résultats que Ses paroles visent à réaliser, si tu ne comprends pas ce que Ses paroles cherchent à accomplir et à perfectionner chez l’homme, si tu ne comprends pas ces choses, alors cela prouve que tu ne conçois pas encore la vérité. Pourquoi Dieu dit-Il ce qu’Il dit ? Pourquoi parle-t-Il sur ce ton ? Pourquoi est-Il si sérieux et sincère dans chaque parole qu’Il prononce ? Pourquoi choisit-Il d’utiliser certains mots ? Le sais-tu ? Si tu ne peux pas le dire avec certitude, cela signifie que tu ne comprends pas la volonté de Dieu ni Ses intentions, que tu ne comprends pas le contexte de Ses paroles. Si tu ne saisis pas cela, alors comment peux-tu acquérir la vérité ? Acquérir la vérité signifie comprendre ce que Dieu veut dire dans chaque parole qu’Il prononce, cela signifie que tu es capable de mettre les paroles de Dieu en pratique une fois que tu les as comprises, de telle sorte qu’elles soient vécues à travers toi et deviennent ta réalité. Tu ne pourras vraiment saisir la vérité qu’en ayant une compréhension approfondie de la parole de Dieu. Ayant simplement compris quelques lettres et doctrines, tu penses que tu comprends la vérité et possèdes la réalité. Tu dis même : « Dieu veut que nous soyons honnêtes, et nous l’avons pratiqué. » Cependant, tu ne comprends pas la raison pour laquelle Dieu veut que les gens soient honnêtes, ni pourquoi Il veut que les gens L’aiment. En réalité, si Dieu a de telles exigences vis-à-vis des gens, c’est dans le but de faire advenir leur salut et leur perfection.

Dieu exprime la vérité pour les gens qui ont soif de vérité, qui cherchent la vérité et qui aiment la vérité. Quant à ceux qui se préoccupent de lettres et de doctrines et qui se plaisent à faire de longs discours pompeux, ils n’accéderont jamais à la vérité : ils se leurrent. De telles personnes ont une vision incorrecte de la lecture des paroles de Dieu. Elles se mettent la tête de travers pour lire ce qui est droit : leur point de vue est totalement erroné. Certains ne savent que rechercher les paroles de Dieu et étudier ce qu’Il dit concernant le fait d’être béni et la destination de l’homme. Si les paroles de Dieu ne concordent pas avec leurs notions, ils deviennent négatifs et arrêtent leur recherche. Cela montre que la vérité ne les intéresse pas. En conséquence, ils ne prennent pas la vérité au sérieux ; ils ne sont capables d’accepter que la vérité de leurs notions et de leur imagination. Bien que de telles gens soient fervents dans leur croyance en Dieu et essaient du mieux qu’ils peuvent de faire de bonnes actions et de bien se présenter aux autres, ils ne le font que pour avoir une bonne destination à l’avenir. Malgré le fait qu’ils s’engagent aussi dans la vie d’Église, mangeant et buvant les paroles de Dieu en même temps que tous les autres, ils ont des difficultés à entrer dans la réalité-vérité et à acquérir la vérité. D’autres encore mangent et boivent les paroles de Dieu, mais ne font les choses que machinalement : ils pensent qu’ils ont acquis la vérité simplement en ayant compris quelques lettres et doctrines. Sont-ils stupides ! La parole de Dieu est la vérité. Cependant, tu ne vas pas nécessairement comprendre et acquérir la vérité en lisant les paroles de Dieu. Si tu n’obtiens pas la vérité en mangeant et en buvant les paroles de Dieu, alors ce que tu acquerras, ce seront des lettres et des doctrines. Tu ne sais pas ce qu’acquérir la vérité signifie. Tu as beau tenir les paroles de Dieu dans le creux de ta main, après les avoir lues, tu ne comprends toujours pas la volonté de Dieu, tu ne fais qu’acquérir quelques lettres et quelques doctrines. Tout d’abord, tu dois te rendre compte que la parole de Dieu n’est pas si simple : elle est extrêmement profonde. Sans un certain nombre d’années d’expérience, comment pourrais-tu la comprendre ? Il te faudra ta vie entière pour pleinement faire l’expérience même d’une seule phrase des paroles de Dieu. Tu les lis, mais tu ne comprends pas Sa volonté ; tu ne comprends pas les intentions de Ses paroles, leur origine, l’effet qu’elles visent à produire ni ce qu’elles cherchent à accomplir. Si tu ne comprends rien à ces choses, alors comment peux-tu comprendre la vérité ? Tu as peut-être lu les paroles de Dieu à maintes reprises, et peut-être es-tu capable d’en réciter par cœur de nombreux passages, mais tu n’as encore pas changé du tout, ni fait le moindre progrès. Ta relation avec Dieu est tout aussi distante et éloignée qu’auparavant. Il y a toujours des barrières entre Dieu et toi, comme auparavant, et tu restes dubitatif vis-à-vis de Lui. Non seulement tu ne comprends pas Dieu, mais tu Lui fournis des excuses et tu cultives des notions à Son sujet. Tu Lui résistes et même, tu blasphèmes contre Lui. Comment cela pourrait-il signifier que tu as acquis la vérité ?

Extrait de « Seuls ceux qui ont la réalité-vérité peuvent diriger », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 572)

Toutes les choses qui surviennent au quotidien, les petites comme les grandes, qui risquent d’ébranler ta résolution, prendre toute la place dans ton cœur ou restreindre ta capacité à accomplir ton devoir et à progresser, nécessitent un traitement diligent ; il faut les examiner attentivement et en chercher la vérité. Ce sont toutes des choses qui se produisent dans le domaine de l’expérience. Certains délaissent leurs responsabilités quand ils sont sous l’emprise de la négativité, et ils sont incapables de se remettre d’aplomb après chaque revers. Tous ces gens sont des insensés, qui n’ont pas l’amour de la vérité ; quand bien même ils auraient toute une vie de foi derrière eux, ils ne l’auraient pas acquise. Comment donc des gens aussi stupides iraient-ils jusqu’au bout ? Si la même chose t’arrive à dix reprises sans que tu en retires quoi que ce soit, c’est que tu es quelqu’un de médiocre et d’inutile. Les gens avisés, qui ont vraiment de l’envergure et qui comprennent les questions spirituelles, sont des chercheurs de vérité ; s’il leur arrive quelque chose dix fois, ils vont sans doute, huit fois sur dix, en retirer de l’inspiration, en tirer quelque leçon, parvenir à un éclairage, ou faire quelque progrès. Mais quand il s’agit de quelqu’un d’insensé (qui ne comprend pas les questions spirituelles), pas une fois ces choses ne lui seront profitables, pas une fois elles ne le feront évoluer, pas une fois elles ne lui feront comprendre sa nature. Et c’en sera fini pour lui. Chaque fois qu’il leur arrive quelque chose, ils chutent, et chaque fois qu’ils chutent, ils ont besoin de recourir à quelqu’un d’autre pour les aider et les persuader ; sans aide et sans discours persuasif, ils n’arrivent pas à s’élever. Si, chaque fois qu’il leur arrive quelque chose, ils courent le risque de chuter, et si, chaque fois, ils risquent de tomber plus bas, n’est-ce pas la fin pour eux ? Sur quelles autres bases ces gens inutiles pourraient-ils être sauvés ? Le salut de l’humanité opéré par Dieu s’adresse aux amoureux de la vérité. C’est un salut qui s’adresse à la partie d’eux-mêmes qui a de la volonté, de la détermination, à cette partie d’eux-mêmes qui, au fond de leur cœur, aspire à la vérité et à la justice. Chez une personne, la détermination est la partie qui, dans son cœur, aspire à la justice, la bonté, la vérité, et qui est douée de conscience. C’est cette partie que Dieu sauve et, à travers elle, Il change les tempéraments corrompus, pour que les êtres humains puissent comprendre la vérité et y accéder et, ainsi, se purifier de leur corruption et que leur tempérament de vie puisse être transformé. Si ces qualités te font défaut, impossible pour toi d’être sauvé. S’il n’y a pas en toi d’aspiration ou d’amour pour la justice et la lumière ; si, chaque fois que tu es confronté au mal, tu n’as ni la volonté de rejeter ce qui est mal ni la détermination de supporter des épreuves ; si, de surcroît, ta conscience est endormie ; si ta faculté de percevoir la vérité est elle aussi engourdie et si tu n’es pas réceptif à la vérité et aux événements qui se produisent ; et si tu manques de discernement en toutes choses et es incapable de gérer les situations ou de les résoudre tout seul, tu n’as alors aucun moyen d’être sauvé. Un être de cet acabit n’a rien qui le rende recommandable, rien qui mérite d’être travaillé. Sa conscience est engourdie, son esprit est brouillé ; il n’aime pas la vérité, il n’aspire pas à la justice du fond du cœur et, aussi claire ou transparente que soit la parole de Dieu quant à la vérité, il n’y répond pas, comme s’il était déjà mort. Est-ce que pour lui tout n’est pas fini ? Quelqu’un qui respire encore peut être sauvé par la respiration artificielle mais s’il est déjà mort et que son âme a quitté son corps, la respiration artificielle ne servira à rien. Si, quand tu rencontres un problème, tu t’y soustrais et tu tentes de l’éviter, cela signifie que tu n’as pas porté témoignage ; à cet égard, tu ne peux jamais être sauvé, et c’est sans issue pour toi. Quand un problème te tombe dessus, tu dois avoir la tête froide et une approche adaptée, et tu dois faire un choix. Vous devez apprendre à utiliser la vérité pour résoudre le problème. En temps normal, à quoi sert de comprendre des vérités ? La vérité ne sert pas à te remplir le ventre, et elle n’est pas là juste pour te donner quelque chose à dire, ni pour résoudre le problème d’autrui, elle sert surtout à résoudre nos propres problèmes, nos propres difficultés. Ce n’est qu’une fois nos propres difficultés résolues que nous pourrons résoudre celles des autres. Pourquoi dit-on que Pierre est un roc ? Parce qu’il y avait en lui des choses qui méritaient d’être amenées à la perfection ; il était déterminé à chercher la vérité et sa volonté était ferme ; il était doué de raison, prêt à subir des épreuves, et il aimait foncièrement la vérité. Aussi n’a-t-il pas laissé passer l’occasion quand elle s’est présentée à lui. Ce sont là d’indiscutables atouts. Si tu ne possèdes aucun de ces points forts, tu risques d’avoir des ennuis. Tu es incapable d’acquérir de l’expérience et tu en es dénué. Tu ne peux donc pas résoudre les difficultés d’autrui. C’est parce que tu ne sais comment pénétrer la vérité. Quand quelque chose t’advient, c’est la confusion ; tu éprouves du désarroi, tu pleures, tu sombres dans la négativité, tu fuis et, quoi que tu fasses, tu es incapable de faire face correctement.

Extrait de « Des gens confus ne peuvent pas être sauvés », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 573)

Peu importe ce que tu fais, tu devrais d’abord comprendre pourquoi tu le fais, quelle intention t’amène à le faire, la signification de ton action, quelle est la nature de la chose, et si ce que tu fais est positif ou négatif. Tu dois bien comprendre tout cela ; c’est bien nécessaire pour être capable d’agir selon les principes. Si tu fais quelque chose pour accomplir ton devoir, alors tu devrais réfléchir : comment devrais-je faire cela ? Comment devrais-je bien accomplir mon devoir afin de ne pas simplement le faire de façon superficielle ? Tu devrais te rapprocher de Dieu à ce sujet. Se rapprocher de Dieu signifie chercher la vérité dans cette question, chercher la manière de pratiquer, chercher la volonté de Dieu et chercher comment satisfaire Dieu. C’est la manière de se rapprocher de Dieu en tout ce que tu fais. Cela n’implique pas de faire une cérémonie religieuse ou une action extérieure. C’est fait dans le but de pratiquer selon la vérité après avoir cherché la volonté de Dieu. Si tu dis toujours : « Dieu, merci. » Lorsque tu n’as rien fait, mais lorsque tu fais quelque chose, tu continues à agir comme tu veux, ce type de remerciement n’est qu’une action extérieure. Lorsque tu accomplis ton devoir ou que tu travailles sur quelque chose, tu devrais toujours penser : comment devrais-je accomplir ce devoir ? Quelle est la volonté de Dieu ? C’est à toi de te rapprocher de Dieu par ce que tu fais, et en faisant cela, de chercher les principes et les vérités qui fondent tes actions ainsi que la volonté de Dieu et de ne pas t’éloigner de Dieu en tout ce que tu fais. Seule une telle personne croit vraiment en Dieu. De nos jours, chaque fois que les gens font face à quelque chose, peu importe ce qu’est la situation réelle, ils pensent qu’ils peuvent faire ceci et cela, donc Dieu n’est pas dans leur cœur et ils agissent selon leur propre volonté. Peu importe que leur plan d’action soit approprié ou non, ou qu’il soit conforme à la vérité ou non, ils continuent obstinément à avancer et agissent en fonction de leurs intentions personnelles. Généralement, il peut sembler que Dieu soit dans leur cœur, mais quand ils agissent, Dieu n’est pas dans leur cœur. Certaines gens disent : « Je n’arrive pas à me rapprocher de Dieu par mes actions. Dans le passé, j’avais l’habitude de célébrer des cérémonies religieuses, et j’ai essayé de me rapprocher de Dieu, mais cela n’a rien donné. Je n’ai pas pu m’approcher de Lui. » Dieu n’habite pas le cœur de ces gens-là ; ils sont les seuls à habiter leur cœur, et ils ne peuvent tout simplement pas mettre la vérité en pratique, quoi qu’ils fassent. Ne pas agir conformément à la vérité, c’est agir selon sa propre volonté, et agir selon sa propre volonté signifie abandonner Dieu, c’est-à-dire que Dieu n’habite pas dans leur cœur. Les idées humaines, en général, semblent être bonnes et correctes pour les gens et elles donnent l’impression qu’elles ne violeraient pas tellement la vérité. Les hommes sentent que le faire d’une telle façon, ce serait mettre la vérité en pratique : ils sentent que faire les choses de cette façon, ce serait se soumettre à Dieu. En fait, ils ne cherchent pas réellement Dieu ou ne prient pas Dieu à ce sujet et ils ne s’efforcent pas de bien le faire pour satisfaire la volonté de Dieu ni ne s’efforcent de bien le faire conformément à Ses exigences. Ils ne possèdent pas cette situation réelle, et ils n’en ont pas non plus un tel désir. C’est la plus grande erreur que les hommes font dans leur pratique. Tu crois en Dieu, mais tu ne gardes pas Dieu dans ton cœur. Comment cela n’est-il pas un péché ? Ne te trompes-tu pas toi-même ? Quelle sorte d’effets peux-tu récolter si tu continues à croire de cette façon ? De plus, comment la signification de la croyance peut-elle se manifester ?

Extrait de « Chercher la volonté de Dieu pour mettre la vérité en pratique », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 574)

Lorsque tu as fait une certaine chose, Dieu était très mécontent. Au moment de faire cette chose, L’as-tu prié ? T’es-tu seulement demandé : « Si mon action était présentée à Dieu, comment la considérerait-Il ? Serait-Il heureux ou irrité s’Il l’apprenait ? La détesterait-Il ? » Tu ne te l’es pas demandé, n’est-ce pas ? Même si d’autres te le rappelaient, tu penserais toujours que la question n’était pas sérieuse, qu’aucun principe n’a été violé et que ce n’était pas un péché. En conséquence, ce que tu as fait a offensé le tempérament de Dieu et a provoqué Sa grande colère, au point même qu’Il te méprise. Si tu avais étudié et examiné la question clairement, si tu en avais eu une juste perspective avant d’agir, n’aurais-tu pas pu la maîtriser ? Même si parfois, les gens ne sont pas dans un bon état, s’ils présentent solennellement tous leurs projets à Dieu afin de les étudier et de les examiner, ils ne commettront aucune erreur majeure. Lorsqu’ils pratiquent la vérité, les gens ont de la difficulté à éviter de commettre des erreurs, mais si tu sais faire les choses conformément à la vérité et ne les accomplis pas selon la vérité, il y a un problème : tu n’aimes pas la vérité. Le tempérament d’une personne qui n’aime pas la vérité ne changera pas. Si tu ne peux pas saisir correctement la volonté de Dieu et ne sais pas comment pratiquer, tu devrais échanger avec les autres. Si personne n’a l’impression de bien comprendre la question, alors tu devrais adopter la solution la plus acceptable. Cependant, si tu découvres finalement qu’en agissant de cette façon, tu as fait une petite erreur, alors tu dois la corriger rapidement, et Dieu ne te l’imputera pas comme péché. Tu avais une bonne intention quand tu as agi, tu as pratiqué conformément à la vérité et tu ne l’as tout simplement pas bien vu, en conséquence de quoi, tes actions ont conduit à des erreurs ; ce sont là des circonstances atténuantes. Cependant, de nos jours, beaucoup de gens comptent simplement sur leurs propres mains quand ils travaillent et sur leur propre esprit quand ils font ceci et cela, et ils considèrent rarement ces questions : pratiquer de cette façon est-il conforme à la volonté de Dieu ? Dieu serait-Il heureux si je le faisais de cette façon ? Dieu me ferait-Il confiance si je le faisais de cette façon ? Est-ce que je mettrais la vérité en pratique si je le faisais de cette façon ? Si Dieu entend parler de cette question, pourra-t-Il dire : « Tu as agi correctement et convenablement, continue » ? Peux-tu examiner attentivement toutes les questions que tu abordes ? Peux-tu traiter chacune d’elles sérieusement et méticuleusement ? Ou es-tu capable de te demander si Dieu méprise ou non la façon dont tu agis, ce que tout le monde pense de tes méthodes, et si ton action est fondée sur ta propre volonté ou bien sur la satisfaction de tes propres désirs… ? Tu dois penser davantage à ce que tu fais et faire plus de recherches, et tes erreurs deviendront de plus en plus petites. Faire les choses de cette manière prouvera que tu cherches vraiment la vérité et que tu vénères Dieu, parce que tu agis conformément à la direction que la vérité exige.

Si les actions d’un croyant n’ont pas de rapport avec la vérité, alors il est semblable à un incroyant. C’est le genre de personne qui ne possède pas Dieu dans son cœur et qui abandonne Dieu, et une telle personne est comme un travailleur à gages dans la maison de Dieu, qui fait des petits boulots pour son maître, reçoit une petite compensation et puis s’en va. Cette personne ne croit tout simplement pas en Dieu. Plus tôt, l’on a mentionné ce que tu peux faire pour obtenir l’approbation de Dieu. L’approbation de Dieu est la première chose qui devrait occuper tes pensées et susciter tes efforts ; ce devrait être le principe et le cadre de ta pratique. Tu dois déterminer si ce que tu fais est conforme à la vérité, car si ce que tu fais est conforme à la vérité, c’est certainement conforme à la volonté de Dieu. Tu ne dois pas juger si la question est bonne ou mauvaise, si elle est au goût de tout le monde ou si elle est conforme à tes propres désirs ; au contraire, tu dois déterminer si elle est conforme à la vérité, et si elle profite ou non au travail et aux intérêts de l’Église. Si tu accordes de l’importance à ces choses, alors tu seras de plus en plus conforme à la volonté de Dieu quand tu agis. Si tu ne considères pas ces aspects et comptes simplement sur ta propre volonté quand tu agis, alors tu es assuré de mal agir, car la volonté de l’homme n’est pas la vérité et, bien sûr, est incompatible avec Dieu. Si tu veux que Dieu t’approuve, tu dois pratiquer selon la vérité, et non selon ta propre volonté. Certaines gens se livrent à des affaires privées, alléguant qu’ils accomplissent leur devoir. Leurs frères et sœurs considèrent cela comme inapproprié et le leur reprochent, mais ces gens n’acceptent pas le blâme. Parce que c’était une affaire personnelle qui n’impliquait pas le travail, les finances ou les gens de l’Église, ils pensent que cela ne compte pas comme une violation du domaine de la vérité, et que Dieu ne devrait pas intervenir dans cette affaire. Certaines choses peuvent te sembler privées, n’impliquant aucun principe ou aucune vérité. Cependant, considérant ce que tu as fait, tu as été très égoïste en ne prêtant aucune considération au travail de la maison de Dieu ou à la manière dont ton action allait l’affecter ; tu n’as considéré que ton propre bénéfice. Cela implique déjà ce qui appartient aux saints, ainsi que des questions qui ont à voir avec l’humanité d’une personne. Même si ce que tu faisais ne touchait pas aux intérêts de l’Église et n’impliquait pas la vérité non plus, t’engager dans une affaire privée tout en prétendant accomplir ton devoir n’est pas conforme à la vérité. Indépendamment de ce que tu fais, de l’importance de la question et du fait que tu le fasses pour accomplir ton devoir dans la maison de Dieu ou pour tes propres raisons privées, tu dois te demander si ce que tu fais est conforme à la volonté de Dieu et si c’est quelque chose qu’une personne avec de l’humanité devrait faire. Si tu cherches ainsi la vérité dans tout ce que tu fais, alors tu es une personne qui croit vraiment en Dieu. Si tu traites pieusement toutes les choses et toutes les vérités de cette manière, alors tu pourras obtenir des changements dans ton tempérament. Certains pensent que lorsqu’ils font quelque chose de personnel, ils peuvent ignorer la vérité, agir à leur guise et le faire de n’importe quelle manière qui les rend heureux et de n’importe quelle manière qui est avantageuse pour eux. Ils ne donnent pas la moindre importance à la façon dont cela pourrait affecter la maison de Dieu et ils ne considèrent pas non plus si oui ou non ce qu’ils font est bénéfique à la sainte béatitude. Enfin, une fois qu’ils ont terminé l’affaire, ils deviennent plus sombres à l’intérieur et sont mal à l’aise, bien qu’ils ne savent pas pourquoi. Cette rétribution n’est-elle pas méritée ? Si tu fais des choses qui ne sont pas approuvées par Dieu, alors tu as offensé Dieu. Si quelqu’un n’aime pas la vérité et fait fréquemment des choses selon sa propre volonté, alors il offensera Dieu fréquemment. Des personnes de ce genre, d’ordinaire, ne sont pas approuvées par Dieu dans ce qu’elles font et si elles ne se repentent pas, la punition ne tardera pas.

Extrait de « Chercher la volonté de Dieu pour mettre la vérité en pratique », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 575)

Tout devoir que tu accomplis concerne l’entrée dans la vie. Que ton devoir soit régulier ou irrégulier, morne ou animé, tu dois toujours obtenir l’entrée dans la vie. Certains accomplissent des devoirs plutôt monotones : ils font la même chose tous les jours. Cependant, en les accomplissant, ces gens révèlent des états qui ne sont pas du tout homogènes. Parfois, quand ils sont de bonne humeur, les gens sont un peu plus appliqués et font un meilleur travail. D’autres fois, à cause de quelque influence inconnue, leurs tempéraments sataniques corrompus les entraînent à commettre des méfaits, si bien qu’ils ont des points de vue incorrects et sont dans de mauvais états et de mauvaise humeur. Le résultat est qu’ils accomplissent leurs devoirs de façon superficielle. Les états intérieurs des gens changent constamment : ils peuvent changer partout et à tout moment. Peu importe la manière dont ton état change, c’est toujours une mauvaise chose d’agir selon ton humeur. Disons que tu fais un peu mieux quand tu es de bonne humeur, et un peu moins bien quand tu es de mauvaise humeur : est-ce là une façon de faire les choses qui soit fondée sur des principes ? Peux-tu, de cette façon, remplir ton devoir de manière satisfaisante ? Quelle que soit leur humeur, les gens doivent savoir prier et se corriger devant Dieu, et chercher la vérité et agir selon des principes : ainsi seulement, ils peuvent éviter d’être sous l’emprise de leur humeur et baladés par elle. Quand tu accomplis ton devoir, tu dois toujours t’examiner pour voir si tu fais les choses selon des principes, si l’accomplissement de ton devoir est à la hauteur, si tu le fais simplement de façon superficielle ou non, si tu as essayé d’échapper à tes responsabilités et s’il y a des problèmes dans ton attitude et ta façon de penser. Une fois que tu auras réfléchi sur toi-même et que ces choses te seront devenues claires, il te sera plus facile d’accomplir ton devoir. Peu importe ce qu’il t’arrive en accomplissant ton devoir – négativité et faiblesse, ou mauvaise humeur après avoir été traité –, tu dois t’en occuper correctement et tu dois aussi chercher la vérité et comprendre la volonté de Dieu. Ce faisant, tu auras un chemin de pratique. Si tu désires faire du bon travail dans l’accomplissement de ton devoir, alors tu ne dois pas être affecté par ton humeur. Peu importe que tu te sentes faible ou démoralisé, tu dois pratiquer la vérité dans tout ce que tu fais, avec une rigueur absolue et en adhérant aux principes. Si tu fais cela, alors non seulement les autres t’approuveront, mais tu plairas aussi à Dieu. Ainsi, tu seras une personne qui est responsable et qui assume un fardeau ; tu seras une personne véritablement bonne qui accomplit réellement ses devoirs de façon satisfaisante et qui vit pleinement comme une personne sincère. De telles personnes sont purifiées et réalisent une réelle transformation quand elles accomplissent leurs devoirs, et l’on peut dire qu’elles sont honnêtes aux yeux de Dieu. Seules des personnes honnêtes peuvent persévérer dans la pratique de la vérité et réussir à agir selon des principes, et peuvent accomplir ses devoirs de façon satisfaisante. Les gens qui agissent selon des principes accomplissent leurs devoirs de façon méticuleuse quand ils sont de bonne humeur ; ils ne se travaillent pas de façon superficielle, ils ne sont pas arrogants et ne se mettent pas en valeur pour que les autres aient d’eux une haute opinion. Cependant, quand ils sont de mauvaise humeur, ils s’acquittent de leurs tâches quotidiennes de façon tout aussi sérieuse et responsable, et même s’ils sont confrontés à quelque chose qui est préjudiciable à l’accomplissement de leurs devoirs, qui les met un peu sous pression ou qui provoque une perturbation pendant qu’ils accomplissent leurs devoirs, ils peuvent tout de même faire silence dans leur cœur devant Dieu et prier, et se dire : « Peu importe que je sois confronté à un gros problème, quand bien même le ciel me tomberait sur la tête, tant que Dieu me prête vie je suis déterminé à faire de mon mieux pour accomplir mon devoir. Chaque jour qu’il m’est permis de vivre est un jour où je travaillerai dur à accomplir mon devoir afin d’être digne de ce devoir dont Dieu m’a chargé et de ce souffle qu’Il a mis dans mon corps. Indépendamment des difficultés que je pourrai rencontrer, je mettrai tout cela de côté, car accomplir mon devoir est de la plus haute importance ! » Ceux qui ne sont influencés par personne, par aucun événement, aucune chose ni aucun environnement, qui ne sont sous l’emprise d’aucune humeur ni d’aucune situation extérieure, et qui font passer avant tout le reste leurs devoirs et les commissions que Dieu leur a confiées : ceux-là sont les personnes qui sont loyales vis-à-vis de Dieu et qui se soumettent sincèrement à Lui. De telles personnes ont obtenu l’entrée dans la vie et sont entrées dans la réalité-vérité. C’est là une des expressions les plus concrètes et les plus authentiques du fait que l’on vit la vérité.

Extrait de « L’entrée dans la vie doit commencer par l’accomplissement de son devoir », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 576)

Pour certains hommes, peu importe le problème qu’ils pourraient rencontrer en accomplissant leurs devoirs, ils ne cherchent pas la vérité et agissent toujours en fonction de leurs propres pensées, notions, imaginations et désirs. Ils assouvissent constamment leurs propres désirs égoïstes et leurs tempéraments corrompus ont toujours le contrôle sur leurs actions. Même s’ils mènent à bien les devoirs qui leur ont été assignés, ils ne gagnent aucune vérité. Alors, à quoi ces gens-là se fient-ils quand ils accomplissent leurs devoirs ? Ils ne se fient ni à la vérité ni à Dieu. Cette parcelle de vérité qu’ils comprennent n’a pas pris le contrôle de leur cœur ; ils se fient à leurs propres dons et capacités, à toute connaissance qu’ils ont acquise et à leurs talents, ainsi qu’à leur propre volonté ou à leurs bonnes intentions, pour mener à bien ces devoirs. C’est une sorte de nature différente, n’est-ce pas ? Même si, parfois, vous vous fiez à votre nature, à votre imagination, à vos notions, à votre connaissance et à votre savoir pour accomplir votre devoir, la question du principe n’apparaît pas dans certaines des choses que vous faites. En apparence, vous ne semblez pas avoir pris le mauvais chemin, mais il y a une chose qui ne peut être ignorée : pendant le processus d’accomplissement de ton devoir, si tes notions, tes imaginations et tes désirs personnels ne changent nullement et ne sont jamais remplacés par la vérité, et si tes faits et gestes ne sont jamais conformes au principe-vérité, alors quel en sera le résultat final ? Tu deviendras un exécutant. C’est précisément ce qui a été écrit dans la Bible : « Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité » (Matthieu 7:22-23). Pourquoi Dieu appelle-t-Il ces gens qui font des efforts et qui rendent service : « vous qui commettez l’iniquité » ? Il y a un point dont nous pouvons être sûrs, c’est que, quels que soient les devoirs ou le travail que font ces gens-là, leurs motivations, leur élan, leurs intentions et leurs pensées résultent entièrement de leurs désirs égoïstes et reposent totalement sur leurs propres idées et sur leurs intérêts personnels, et leurs considérations et leurs projets s’articulent uniquement autour de leur réputation, statut, vanité et de leurs perspectives d’avenir. Au fond, ils ne possèdent aucune vérité et n’agissent pas non plus conformément au principe-vérité. Ainsi, qu’est-il crucial que vous cherchiez maintenant ? (Nous devrions chercher la vérité et accomplir nos devoirs conformément à la volonté et aux exigences de Dieu.) Que devriez-vous faire spécifiquement en accomplissant vos devoirs conformément aux exigences de Dieu ? En ce qui concerne tes intentions et tes idées quand tu fais quelque chose, tu dois apprendre à discerner si, oui ou non, elles sont en accord avec la vérité, et si tes intentions et tes idées s’orientent vers la réalisation de tes propres désirs égoïstes ou des intérêts de la maison de Dieu. Si tes intentions et tes idées sont en accord avec la vérité, alors tu peux faire ton devoir conformément à ta pensée ; cependant, si elles ne sont pas en accord avec la vérité, alors tu dois vite faire demi-tour et abandonner ce chemin. Ce chemin n’est pas bon et tu ne peux pas pratiquer de cette façon ; si tu continues sur ce chemin, alors tu finiras par commettre le mal.

Extrait de « Comment faire l’expérience des paroles de Dieu dans ses devoirs », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 577)

Il y a un principe fondamental du traitement, par le Seigneur, de la création des êtres créés, qui est aussi le principe le plus élevé. Sa manière de traiter les êtres créés repose entièrement sur Son plan de gestion et sur Ses exigences ; Il n’a besoin de consulter personne et n’a pas besoin non plus que quiconque soit d’accord avec Lui. Tout ce qu’Il a à faire, Il le fait et Il traite les gens comme Il doit les traiter, et peu importe ce qu’Il fait ou Sa manière de traiter les gens, elle est entièrement conforme aux principes selon lesquels œuvre le Seigneur de la création. En tant qu’être créé, la seule chose à faire est de se soumettre ; il ne devrait y avoir aucun autre choix. Qu’est-ce que cela montre ? Cela montre que le Seigneur de la création sera toujours le Seigneur de la création ; Il a le pouvoir et les qualifications requises pour orchestrer et gouverner n’importe quel être créé comme Il l’entend et n’a pas besoin d’une raison pour le faire. Telle est Son autorité. Parmi les êtres de la création, il n’y en a pas un seul qui, dans la mesure où ce sont des êtres créés, a le pouvoir ou est qualifié pour prononcer un jugement sur la manière dont le Créateur devrait agir ou sur la question de savoir si ce qu’Il fait est bon ou mauvais, et aucun être créé n’est non plus qualifié pour choisir s’il devrait être gouverné, orchestré ou arrangé par le Seigneur de la création. De même, pas un seul être créé n’a les qualifications requises pour choisir comment il est gouverné ou arrangé par le Seigneur de la création. C’est la vérité la plus élevée. Peu importe ce que le Seigneur de la création a fait à Ses êtres créés et peu importe comment Il l’a fait, les humains qu’Il a créés ne devraient faire qu’une seule chose : chercher ce fait mis en place par le Seigneur de la création, s’y soumettre, le connaître et l’accepter. Le résultat final sera que le Seigneur de la création aura accompli Son plan de gestion et achevé Son œuvre, ayant fait en sorte que Son plan de gestion progresse sans aucun obstacle ; en même temps, parce que les êtres créés auront accepté le gouvernement et les arrangements du Créateur et se seront soumis à Son gouvernement et à Ses arrangements, ils auront gagné la vérité, compris la volonté du Créateur et en seront arrivés à connaître Son tempérament. Il reste encore un principe dont Je dois vous parler : peu importe ce que fait le Créateur, peu importe comment Il Se manifeste et peu importe que ce qu’Il fait soit un haut fait ou un acte mineur, Il est toujours le Créateur ; tandis que tous les hommes qu’Il a créés, quoi qu’ils aient fait et peu importe à quel degré ils pourraient être talentueux ou favorisés, demeurent des êtres créés. Quant à l’humanité créée, peu importe l’abondance de la grâce et le nombre de bénédictions qu’elle a reçues du Créateur, ainsi que l’abondance de miséricorde et de bonté ou de bienveillance, les hommes ne devraient pas croire qu’ils se tiennent à l’écart des masses ou penser qu’ils peuvent être sur un pied d’égalité avec Dieu, et qu’ils ont accédé à un rang élevé parmi les êtres créés. Peu importe le nombre de dons que Dieu t’a accordé, l’abondance de la grâce qu’Il t’a donnée, la bonté avec laquelle Il t’a traité ou les quelques talents particuliers qu’Il t’a peut-être offerts, il n’en est aucun qui soient tes biens. Tu es un être créé et, par conséquent, tu seras toujours un être créé. Tu ne dois jamais te dire : « Je suis un petit chéri entre les mains de Dieu. Il ne porterait pas la main sur moi. Dieu aura toujours envers moi une attitude aimante, attentionnée et tendre, avec de chaleureux murmures de réconfort et d’encouragement. » Au contraire, aux yeux du Créateur, tu es semblable à tous les autres êtres créés ; Dieu peut Se servir de toi comme Il le souhaite, Il peut aussi t’orchestrer comme Il le souhaite et Il peut faire les arrangements qu’Il souhaite pour que tu joues tous les rôles parmi toutes sortes de personnes, d’événements et de choses. Voilà la connaissance que les gens devraient avoir et le bon sens qu’ils devraient posséder. S’ils peuvent comprendre et accepter ces paroles, leur relation avec Dieu deviendra plus normale et ils établiront une relation très légitime avec Lui ; s’ils peuvent comprendre et accepter ces paroles, ils occuperont bien leur poste, prendront leur place et rempliront leur devoir.

Extrait de « Ce n’est qu’en cherchant la vérité que l’on peut connaître les actes de Dieu », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 578)

La connaissance de Dieu doit s’acquérir en lisant et en comprenant les paroles de Dieu. Certains disent : « Je n’ai pas vu Dieu incarné, alors comment devrais-je connaître Dieu ? » En fait, les paroles de Dieu sont une expression de Son tempérament. À partir des paroles de Dieu, tu peux voir Son amour et Son salut envers les humains, ainsi que Sa méthode pour les sauver… C’est parce que Ses paroles sont exprimées par Dieu Lui-même, et non écrites par des humains. Elles ont été personnellement exprimées par Dieu ; Dieu Lui-même exprime Ses propres paroles et Sa voix intérieure. Pourquoi les appelle-t-on des paroles qui viennent du cœur ? C’est parce qu’elles viennent du fond du cœur et expriment Son tempérament, Sa volonté, Ses pensées, Son amour pour l’humanité, le fait qu’Il sauve l’humanité et Ses attentes vis-à-vis de l’humanité… Les déclarations de Dieu contiennent des paroles dures et des paroles douces et attentionnées, ainsi que certaines paroles révélatrices qui ne sont pas conformes aux souhaits des hommes. Si tu ne regardes que les paroles révélatrices, tu auras peut-être l’impression que Dieu est plutôt strict. Si tu ne regardes que les paroles douces, tu auras peut-être l’impression que Dieu n’a pas beaucoup d’autorité. Tu ne devrais donc pas les prendre hors contexte ; considère-les plutôt sous tous les angles. Parfois, Dieu parle selon une perspective douce et compatissante et les gens voient alors Son amour pour l’humanité ; parfois, Il parle selon une perspective très stricte et les gens voient alors Son tempérament qui ne tolère aucune offense. L’homme est déplorablement souillé et n’est pas digne de voir le visage de Dieu ou de se présenter devant Lui. Que les gens soient désormais autorisés à se présenter devant Lui relève purement de Sa grâce. La sagesse de Dieu peut être vue à partir de la manière dont Il œuvre et de la signification de Son œuvre. Les gens peuvent toujours voir ces choses dans les paroles de Dieu, même sans aucun contact direct de Sa part. Quand une personne qui connaît sincèrement Dieu entre en contact avec le Christ, sa rencontre avec le Christ peut correspondre avec sa connaissance actuelle de Dieu ; cependant, quand une personne n’ayant qu’une compréhension théorique rencontre Dieu, elle ne peut voir la corrélation. Cet aspect de la vérité est le plus profond des mystères ; il est difficile à concevoir. Résumez les paroles de Dieu sur le mystère de l’incarnation, regardez-les sous tous les angles, puis priez ensemble, réfléchissez et échangez plus en profondeur sur cet aspect de la vérité. Ce faisant, tu pourras gagner l’éclairage du Saint-Esprit et tu arriveras à comprendre. Parce que les humains n’ont aucune chance d’avoir un contact direct avec Dieu, ils doivent s’appuyer sur ce genre d’expérience pour trouver leur chemin et y entrer progressivement, afin d’atteindre une vraie connaissance de Dieu.

Extrait de « Comment connaître Dieu incarné », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 579)

Connaître Dieu : qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie être capable de connaître Sa joie, Sa colère, Son chagrin et Son bonheur ; c’est cela, connaître Dieu. Tu prétends L’avoir vu, pourtant tu ne comprends pas Sa joie, Sa colère, Son chagrin et Son bonheur, et tu ne comprends pas Son tempérament. Tu ne comprends pas non plus Sa justice ni Sa miséricorde, pas plus que tu ne sais ce qu’Il aime ou ce qu’Il déteste. Ce n’est pas cela, connaître Dieu. Par conséquent, certains peuvent suivre Dieu, mais ne sont pas forcément capables de vraiment croire en Dieu ; la différence est là. Si tu connais Dieu, Le comprends, et si tu es capable de saisir un peu de Sa volonté, alors tu peux vraiment croire en Lui, vraiment te soumettre à Lui, vraiment L’aimer et vraiment L’adorer. Si tu ne comprends pas ces choses, alors tu n’es qu’un suiveur qui avance au gré du courant. On ne peut pas appeler cela une vraie soumission ou une vraie adoration. Comment arrive-t-on à une vraie adoration ? Sans exception, tous ceux qui connaissent sincèrement Dieu L’adorent et Le vénèrent chaque fois qu’ils Le voient ; ils sont obligés de se prosterner et de L’adorer. Aujourd’hui, tandis que Dieu incarné est à l’œuvre, mieux les hommes comprendront Son tempérament, ce qu’Il a et est, plus ils chériront ces choses et plus ils Le vénèreront. De façon générale, moins les gens comprennent, plus ils sont négligents, si bien qu’ils ont tendance à traiter Dieu comme un humain. Si les hommes connaissaient et voyaient réellement Dieu, ils trembleraient de peur. « Celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers » : pourquoi Jean a-t-il dit cela ? Même si, au fond, il n’avait pas une compréhension très profonde, il savait que Dieu est magnifique. Combien de personnes aujourd’hui sont capables de vénérer Dieu ? Si elles ne connaissent pas Son tempérament, comment peuvent-elles alors vénérer Dieu ? Les hommes ne connaissent pas l’essence du Christ et ne comprennent pas non plus le tempérament de Dieu, encore moins sont-ils capables de vraiment adorer Dieu. S’ils ne voient que l’apparence ordinaire et normale du Christ, mais ne connaissent pas Son essence, alors ils traiteront facilement le Christ simplement comme un homme ordinaire. Il se peut qu’ils adoptent une attitude irrévérencieuse à Son égard et qu’ils Le trompent, qu’ils Lui résistent, qu’ils Lui désobéissent et Le jugent. Il se peut qu’ils estiment avoir raison et ne prennent pas Ses paroles au sérieux ; ils peuvent même nourrir des notions, des condamnations et des blasphèmes à l’encontre de Dieu. Pour résoudre ces questions, on doit connaître l’essence et la divinité du Christ. C’est le principal aspect de la connaissance de Dieu ; c’est ce en quoi tous ceux qui croient au Dieu concret doivent entrer et ce à quoi ils doivent parvenir.

Extrait de « Comment connaître Dieu incarné », dans Récits des entretiens de Christ

Précédent: 10.5 L’entrée dans la vie

Suivant: 11. Destinations et issues

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe

Chapitre 28

Moins les hommes comprennent les paroles de Dieu, plus ils sont sceptiques face à l’approche de travail actuelle de Dieu ; tel est leur...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre