Déclarations du Christ des derniers jours (Sélections)

Contenu

Comment Pierre est-il arrivé à connaître Jésus

Pendant tout le temps que Pierre a passé avec Jésus, il a vu de nombreuses qualités adorables en Jésus, de nombreux aspects dignes d’émulation, et beaucoup qui l’ont édifié. Bien que Pierre ait vu l’être de Dieu en Jésus à bien des égards, et a noté beaucoup de qualités aimables, au début, il ne connaissait pas Jésus. Pierre a commencé à suivre Jésus quand il avait 20 ans, et a continué ainsi avec Lui six années durant. Pendant ce temps, il n’avait jamais eu la connaissance de Jésus, mais était prêt à Le suivre par pure admiration pour Lui. Quand Jésus l’appela d’abord sur les rives de la mer de Galilée, Il demanda : « Simon fils de Jonas, es-tu prêt à me suivre ? » Pierre Lui répondit : « Je dois suivre celui qui a été envoyé par le Père céleste. Je dois reconnaître celui qui est choisi par le Saint-Esprit. Je vais te suivre. » À l’époque, Pierre avait entendu parler d’un homme nommé Jésus, le plus grand des prophètes, le Fils bien-aimé de Dieu, et Pierre mourrait d’envie de Le retrouver, espérant avoir un peu de chance pour Le rencontrer (parce que c’est ainsi qu’il était conduit par le Saint-Esprit). Bien qu’il ne l’ait jamais vu et n’ait seulement entendu que des rumeurs à Son sujet, le désir et l’admiration pour Jésus grandissaient peu à peu dans son cœur, et souvent il avait très envie de se mettre, un jour, à la recherche de Jésus. Et comment Jésus a-t-Il fait appeler Pierre ? Lui aussi avait entendu parler d’un homme appelé Pierre, et ce n’est pas que le Saint-Esprit Lui avait demandé : « Va à la mer de Galilée, Tu y trouveras celui qui s’appelle Simon, fils de Jonas ». Jésus entendit quelqu’un dire qu’il y avait un nommé Simon, fils de Jonas, et que les gens avaient suivi son sermon, que lui aussi prêchait l’évangile du royaume des cieux, et que les gens étaient tous tellement émus lorsqu’ils l’entendaient prêcher. Après avoir entendu cela, Jésus suivit cette personne, et Il Se rendit à la mer de Galilée ; quand Pierre accepta l’appel de Jésus, il Le suivit.

Pendant tout ce temps à la suite de Jésus, il avait beaucoup d’idées de Lui et Le jugeait toujours selon son propre point de vue. Bien qu’il eut un certain degré de compréhension des choses de l’Esprit, Pierre n’était pas très éclairé, d’où sa parole quand il dit : « Je dois suivre celui qui a été envoyé par le Père céleste. Je dois reconnaître celui qui est choisi par le Saint-Esprit ». Il ne comprenait pas les choses que Jésus faisait et n’avait reçu aucun éclairage Après L’avoir suivi pendant un certain temps, il commençait à avoir de l’intérêt pour ce que Jésus faisait et disait, et en Jésus Lui-même. Il est arrivé à croire que Jésus suscitait à la fois de l’affection et du respect ; il aimait s’associer à Lui et rester à Ses côtés, et écouter les paroles de Jésus l’édifiait et le réconfortait. Durant tout le temps qu’il suivit Jésus, Pierre observait et prenait à cœur tout ce qui concernait Sa vie : Ses actions, Ses paroles, Ses mouvements et Ses expressions. Il comprenait profondément que Jésus n’était pas un homme ordinaire. Bien que Son apparence humaine soit extrêmement celle d’un homme ordinaire, Il était plein d’amour, de compassion et de tolérance pour l’homme. Tout ce qu’Il faisait ou disait était d’un grand secours pour les autres, et à Ses côtés Pierre vit et apprit des choses qu’il n’avait jamais vues ou eues auparavant. Il voyait que, bien que Jésus n’était ni de grande stature, ni d’une humanité extraordinaire, Il avait de Lui une impression vraiment extraordinaire et hors du commun. Bien que Pierre ne pouvait pas l’expliquer totalement, il pouvait noter que le comportement de Jésus était différent de quiconque, car Il faisait des choses bien différentes de ce que pouvait faire le commun des mortels. Pendant tout le temps où il était en contact avec Jésus, Pierre avait aussi réalisé que Son caractère était différent de celui d’un homme ordinaire. Il agissait toujours de façon constante et jamais à la hâte, il n’avait jamais exagéré, ni minimisé un sujet, et menait une vie à la fois normale et admirable. Dans la conversation, Jésus était élégant et gracieux, ouvert et gai mais serein, et n’avait jamais perdu Sa dignité dans l’exécution de Sa tâche. Pierre vit que Jésus était parfois taciturne, mais d’autres fois, Il parlait sans cesse. Il était parfois si heureux qu’Il devenait agile et vif comme une colombe, et pourtant parfois si triste qu’Il ne parlait pas du tout, comme s’Il était une mère hâlée. Des fois, Il était envahi par la colère, comme un brave soldat partant en courant pour tuer des ennemis, et parfois même comme un lion rugissant. Parfois Il riait ; d’autres fois, Il priait et pleurait. Quelle que soit la façon dont Jésus agissait, Pierre ne cessait d’avoir pour Lui de l’amour et du respect sans limites. Le rire de Jésus le comblait de bonheur, Son chagrin le plongeait dans la douleur, Sa colère lui faisait peur, tandis que Sa miséricorde, Son pardon et Sa rigueur l’ont amené à aimer vraiment Jésus, développant ainsi une véritable révérence et une grande admiration pour Lui. Bien sûr, Pierre a réalisé progressivement tout ceci seulement parce qu’il avait vécu aux côtés de Jésus pendant quelques années.

Pierre était un homme particulièrement sensible, né avec une intelligence naturelle, mais il a fait un certain nombre de choses drôles pendant qu’il suivait Jésus. Tout au début, il avait quelques conceptions sur Jésus. Il demanda : « Les gens disent que vous êtes un prophète, alors quand vous aviez huit ans et que vous étiez assez mûr pour comprendre les choses, saviez-vous que vous étiez Dieu ? Saviez-vous que vous étiez conçu par le Saint-Esprit ? » Jésus répondit : « Non, je ne savais pas ! Ne suis-je pas à tes yeux comme un homme ordinaire ? Je suis le même que tout autre personne. Celui que le père envoie est une personne ordinaire, pas une personne extraordinaire. Et bien que le travail que je fais représente mon Père céleste, mon image, ma personne et ma chair ne peuvent pas pleinement représenter mon Père céleste, mais seulement une partie de lui. Bien que je sois venu de l’Esprit, je suis toujours une personne normale, et mon Père m’a envoyé sur terre comme une personne normale, pas extraordinaire ». C’est seulement quand Pierre entendit cela qu’il comprit un peu qui était Jésus. Et ce n’était qu’après qu’il ait passé des heures et des heures à suivre le travail de Jésus, Son enseignement, Sa vie pastorale et Son endurance, qu’il a davantage su qui était Jésus. À Sa 30ème année, Jésus parla à Pierre de Sa crucifixion prochaine, qu’Il était venu passer par l’œuvre de la crucifixion pour racheter l’humanité tout entière. Il lui dit également que trois jours après la crucifixion, le Fils de l’homme ressusciterait de nouveau, et une fois ressuscité Il apparaîtrait au peuple pendant 40 jours. Pierre fut triste quand il entendit ces mots, se rapprocha davantage de Jésus après qu’il prenait à cœur Ses mots.

Après l’avoir vécu pendant un certain temps, Pierre se rendit compte que tout ce que Jésus faisait était de l’être de Dieu, et il s’était fait à l’idée que Jésus était exceptionnellement aimable. Ce n’est que quand il se rendit compte de cette compréhension que le Saint-Esprit a pu l’éclairer de l’intérieur. Alors Jésus Se tourna vers Ses disciples et d’autres adeptes et leur demanda : « Jean, qui pensez-vous que Je suis ? ». Jean répondit : « Tu es Moïse » Et Il Se tourna vers Luc : « Et toi, Luc, qui crois-tu que Je suis ? ». Luc répondit : « Tu es le plus grand des Prophètes ». Il demanda ensuite à une sœur : « Qui penses-tu que Je suis ? ». La sœur répondit : « Tu es le plus grand des Prophètes qui dit beaucoup de paroles d’éternité en éternité. Aucune autre prophétie n’est aussi grande que la tienne, aucun être n’a une sagesse aussi profonde ; Tu es un prophète ». Et Jésus Se retourna vers Pierre et demanda : « Simon qui penses-tu que je suis ? ». Pierre répondit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Tu viens du ciel, Tu n’es pas de la terre, Tu n’es pas de même que les créations de Dieu. Nous sommes sur la terre et Tu es ici avec nous, mais Tu viens du ciel, Tu n’es pas du monde, et Tu n’es pas de la terre ». C’était grâce à son expérience que le Saint-Esprit l’avait éclairé, ce qui lui a permis de parvenir à cette compréhension. Après cet éclairage, il admirait encore plus tout ce que Jésus avait fait, il pensait qu’Il était encore plus aimable, et était toujours réticent dans son cœur à l’idée de se séparer de Jésus. Donc, la première fois que Jésus Se révéla Lui-même à Pierre après qu’Il ait été crucifié et ressuscité, Pierre pleura de bonheur exceptionnel : « Seigneur, Tu es ressuscité ! » Puis, en pleurant, il attrapa un poisson extrêmement gros, le cuisit et il le servi à Jésus. Jésus rit, mais ne dit mot. Bien que Pierre sache que Jésus était ressuscité, il ne comprenait pas le mystère qui était tout autour. Quand il donna le poisson à Jésus pour le manger, Jésus ne refusa pas et pourtant Il ne dit mot et ne S’assit point pour manger du poisson, mais disparut soudainement. Ce fut un grand choc pour Pierre, et alors seulement a-t-il compris que le Jésus ressuscité était différent du Jésus d’avant. Une fois qu’il l’eut réalisé, Pierre fut attristé, mais était réconforté à l’idée de savoir que le Seigneur avait accompli Sa mission. Il sut que Jésus avait accompli Sa mission, que Son séjour parmi les hommes était terminé, et que l’homme devrait dès lors emprunter son propre chemin. Jésus lui avait une fois dit : « Toi aussi tu dois boire de cette coupe (c’est ce qu’il y a après la résurrection), toi aussi tu dois fouler le chemin par lequel je suis passé, tu dois abandonner ta vie pour moi ». Contrairement à aujourd’hui, le travail à ce moment-là ne prenait pas la forme d’une conversation de face-à-face. Au cours de l’ère de la Grâce, l’œuvre du Saint-Esprit était très caché, et Pierre souffrait de beaucoup de difficultés, et arrivait parfois à s’exclamer : « Dieu ! Je n’ai rien d’autre que cette vie. Bien que cela ne vaille pas grand chose devant Toi, je souhaiterais la dédier à Toi. Bien que les hommes ne soient pas dignes de T’aimer, et que leur amour et leur cœur soient sans valeur, je crois que Tu peux percevoir l’intention dans le cœur des hommes. Et même si les corps des hommes ne correspondent pas à Ton acceptation, je Te prie d’accepter mon cœur ». Après avoir prononcé ces prières il reçut des encouragements, surtout quand il a prié : « Je consacrerai tout mon cœur à Dieu. Même si je ne suis pas capable de faire quoi que ce soit pour Dieu, je satisferai loyalement Dieu et me consacrerai à Lui sans réserve. Je crois que Dieu doit regarder mon cœur. » Il disait : « Je ne demande rien d’autre dans ma vie, mais que mes pensées d’amour pour Dieu et le désir de mon cœur soient acceptés par Dieu. J’étais avec le Seigneur Jésus depuis si longtemps, mais je ne L’aimais pas, ceci est ma plus grande dette. Même si je suis resté avec Lui, je ne Le connaissais pas, et j’ai même prononcé des paroles irrévérencieuses sur Son dos. Seulement à y penser me fait sentir encore plus endetté envers le Seigneur Jésus. Il priait toujours en ces manière. Il disait : « Je suis moins que la poussière. Je ne peux rien faire d’autre si ce n’est de dédier ce cœur fidèle à Dieu ».

Pierre atteignait le paroxysme de son expérience lorsqu’il était totalement affligé, mais Jésus lui donnait des encouragements de l’intérieur. Et Il lui est apparu une fois. Quand Pierre était dans une terrible souffrance et que son cœur était brisé, Jésus lui demanda : « Tu étais avec Moi sur terre et J’étais ici avec toi. Et bien qu’avant nous étions ensemble dans le ciel, c’est, après tout, du monde spirituel. Maintenant, Je suis retourné dans le monde spirituel, et toi tu es sur terre. Car Je ne suis pas de la terre, et bien que toi tu ne sois pas de la terre, tu dois remplir ta mission sur terre. Comme tu es un serviteur, tu dois accomplir ta mission au mieux de tes capacités ». Pierre était réconforté, après avoir entendu qu’il pourrait revenir à côté de Dieu. Quand Pierre fut dans une telle agonie au point où il était presque grabataire, il eut des remords au point de dire : « Je suis tellement corrompu, je ne suis pas en mesure de satisfaire Dieu ». Jésus lui apparut et dit : « Pierre, pourrait-il être que tu as oublié la résolution que tu avais prise une fois devant Moi ? As-tu réellement oublié tout ce que J’ai dit ? As-tu oublié la promesse que tu M’as faite ? Pierre sut que c’était Jésus, et il se leva du lit, et Jésus le rassura : « Je ne suis pas de la terre, Je te l’ai déjà dit – ce que tu dois comprendre, mais as-tu oublié quelque chose d’autre que Je t’ai dit ? » Toi aussi tu n’es pas de la terre, pas du monde ». En ce moment, il y a du travail que tu dois accomplir, tu ne dois pas être en peines comme ça, tu ne dois pas souffrir comme ça. Bien que les hommes et Dieu ne puissent pas coexister dans le même monde, J’ai Mon travail et toi tu as le tien, et un jour lorsque ton travail sera terminé, nous serons ensemble dans le même domaine, et Je vais te conduire où tu seras avec Moi pour toujours ». Ayant entendu ces paroles, Pierre fut réconforté et rassuré. Il savait que cette souffrance était quelque chose qu’il fallait vivre et endurer et s’en était donc inspiré depuis lors. Jésus lui apparut spécialement à chaque moment clé, lui donnant l’éclaircissement spécial et des conseils, et faisait beaucoup de travail en lui. Qu’est-ce que Pierre a le plus regretté ? Jésus posa une autre question à Pierre (bien qu’elle ne soit pas consignée dans la Bible de cette manière) peu de temps après que Pierre eut dit « Tu es le Fils du Dieu vivant », et c’était : « Pierre ! M’aimes-tu ? » Pierre avait compris ce que cela voulait dire, et répondit : « Seigneur, j’ai une fois aimé le Père qui est au Ciel, mais je reconnais que je ne T’ai jamais aimé ». Jésus répliqua ensuite : « Si les gens n’aiment pas le Père qui est au Ciel, comment peuvent-ils aimer le Fils sur la terre ? Et si les gens n’aiment pas le Fils qui est envoyé par Dieu le Père, comment peuvent-ils aimer le Père qui est Ciel ? Si les gens aiment vraiment le Fils sur la terre, alors ils aiment vraiment le Père dans le ciel ». Quand Pierre entendit ces paroles, il réalisa son manque. Il avait toujours le remords au point de pleurer à cause de ces mots : « J’ai une fois aimé le Père qui est au Ciel, mais je reconnais que je ne T’ai jamais aimé ». Après la résurrection et l’ascension de Jésus, il sentit encore plus de remords et de douleur par rapport à ces mots. Se rappelant son travail passé et sa stature actuelle, il s’adressait souvent à Jésus dans la prière, éprouvant toujours des regrets et se sentant redevable envers Jésus parce qu’il n’avait pas satisfait le désir de Dieu, et n’avait pas pu être à la hauteur des normes de Dieu. Ces questions étaient devenues son plus grand fardeau. Il disait : « Un jour, je Te consacrerai tout ce que j’ai et tout ce que je suis, je Te donnerai tout ce qu’il y a de plus précieux ». Il disait : « Dieu ! Je n’ai seulement qu’une foi et un amour. Ma vie ne vaut rien, et mon corps ne vaut rien. Je n’ai seulement qu’une foi et un amour. J’ai foi en Toi dans mon esprit et de l’amour pour Toi dans mon cœur ; ce n’est que ces deux choses que j’ai et que je vais Te donner, et rien d’autre ». Pierre était vivement encouragé par les mots de Jésus, parce que, avant que Jésus ne soit crucifié, Il lui avait dit : « Je ne suis pas de ce monde, et toi aussi tu n’es pas de ce monde ». Plus tard, quand Pierre fut très en peine, Jésus lui rappela ceci : « Pierre, as-tu oublié ? Je ne suis pas du monde, et c’était seulement pour Ma mission que Je suis parti plus tôt. Toi aussi tu n’es pas du monde, l’as-tu oublié ? Je te l’ai dit par deux fois, tu ne t’en rappelles pas ? ». Pierre L’entendit et répondit : « Je n’ai pas oublié ! » Jésus répondit ensuite : « Tu as une fois passé du bon temps avec Moi au ciel et un certain temps à Mes côtés. Tu Me manques, Moi aussi Je te manque. Bien que les créatures ne soient pas dignes d’être mentionnées à Mes yeux, comment ne puis-Je pas aimer celui qui est innocent et aimable ? As-tu oublié Ma promesse ? Tu dois accepter Ma commission sur terre ; tu dois remplir la mission que Je t’ai confiée. Un jour Je te conduirai certainement pour être à Mes côtés. Après avoir entendu ceci, Pierre devint encore plus revigoré, et reçut encore plus d’inspiration, de telle sorte que quand il fut sur la croix, il put dire : « Dieu ! Je ne peux pas t’aimer davantage ! Même si Tu me demandes de mourir, je ne pourrais pas t’aimer davantage ! Partout où Tu envoies mon âme, que Tu tiennes à Tes promesses ou non, quoi que Tu fasses après, je T’aime et je crois en Toi. » Ce à quoi il tenait c’était sa foi, et le véritable amour.

Un soir, plusieurs des disciples, y compris Pierre, étaient sur la barque de pêche. Ils étaient tous ensemble avec Jésus, et Pierre posa à Jésus une question très naïve : Seigneur, j’ai une question que j’ai pendant longtemps voulu Te poser ». Jésus répondit : « Alors vas-y ! » Pierre demanda donc : « Le travail que Tu fais était-il aussi fait du temps de l’ère de la Loi ? « Jésus sourit, comme s’Il disait : « Cet enfant, comment il peut être aussi naïf ! » Il continua délibérément : « Ce n’était pas le mien, c’était l’Éternel et Moïse qui travaillaient ». Pierre entendit cela et s’exclama : « Oh ! Donc ce n’était pas Ton œuvre ». Une fois que Pierre l’eut dit, Jésus ne parla plus. Pierre se disait à lui-même : « Ce n’était pas Toi qui le faisait, donc pas étonnant que Tu sois venu pour abolir la loi, étant donné qu’elle n’était pas Ton œuvre ». Son cœur était aussi « apaisé ». Ensuite, Jésus Se rendit compte que Pierre était assez naïf, mais parce qu’il n’avait aucune connaissance à l’époque, Jésus ne dit plus rien d’autre ou ne le réfuta pas directement. Un jour Jésus délivrait un sermon dans une synagogue, et beaucoup de gens y étaient présents, y compris Pierre, pour L’entendre prêcher. Jésus dit : « Celui qui viendra d’éternité en éternité fera le travail de rédemption au cours de l’ère de la Grâce, de racheter l’humanité toute entière du péché, mais Il ne sera pas contraint par un quelconque règlement pour sortir l’homme du péché. Il sera en marge de la loi et entrera dans l’ère de la Grâce. Il rachètera l’humanité toute entière. Il marchera à grands pas de l’ère de la Loi vers celui de la Grâce, mais pourtant personne ne Le connaissait, Celui qui est venu de l’Éternel. Le travail que Moïse avait accompli était confié par l’Éternel ; Moïse a écrit la loi à cause du travail que l’Éternel avait accompli ». Une fois qu’Il le dit, Il continua : « Ceux qui ont aboli les commandements de l’ère de la Grâce au cours de l’ère de la Grâce connaîtront la calamité. Ils doivent se tenir dans le temple et recevoir la destruction de Dieu, et le feu s’abattra sur eux ». Quand Pierre eut fini d’écouter cela, il eut comme une réaction. Au cours d’une expérience de sa vie, Jésus guida et soutint Pierre, parlant à cœur ouvert avec lui, ce qui donna à Pierre de comprendre un peu mieux de Jésus. Pendant que Pierre pensait à la prédication de Jésus ce jour-là, ensuite à la question qu’il Lui avait posé quand ils étaient sur le bateau de pêche et la réponse que Jésus lui avait donné, ainsi que la façon dont Il avait ri, c’est alors qu’il comprit tout. Par la suite, le Saint-Esprit éclaira Pierre, et c’est seulement à travers cela qu’il put comprendre que Jésus était le Fils du Dieu vivant. La compréhension de Pierre venait de l’éclairage du Saint-Esprit, mais il fallait qu’il passe par un processus pour arriver à cette compréhension. C’était à travers les questions qu’il posait, l’écoute de la prédication de Jésus, puis en recevant la communion ainsi que la vie pastorale spéciale de Jésus que Pierre a pu réaliser que Jésus était le Fils du Dieu vivant. Ce n’était pas du jour au lendemain ; c’était un processus, et c’est devenu pour lui une aide pour ses expériences ultérieures. Pourquoi Jésus ne réalisa pas le travail de perfection chez les autres, mais seulement chez Pierre ? Parce que seul Pierre comprit que Jésus était le Fils du Dieu vivant, et personne d’autre ne le savait. Bien qu’il y eut beaucoup de disciples qui connaissaient bien plus, durant tout le temps passé à Le suivre, leur connaissance était superficielle. Ceci est la raison pour laquelle Pierre fut choisi par Jésus comme exemple qu’il fallait perfectionner. Ce que Jésus dit à Pierre à l’époque c’est ce qu’Il dit aux gens aujourd’hui, et dont la connaissance et l’entrée dans la vie doivent atteindre celles de Pierre. C’est en conformité avec cette exigence et ce chemin que Dieu perfectionnera tout le monde. Pourquoi les gens sont aujourd’hui tenus d’avoir une foi réelle et un vrai amour ? Ce que Pierre a vécu, vous aussi vous devez le vivre, les fruits que Pierre a reçus de son vécu doivent également se manifester en vous, les souffrances par lesquelles Pierre est passé, vous aussi vous devez y passer. Le chemin sur lequel vous marchez c’est le même que Pierre a foulé. La souffrance que vous endurez, c’est la même que Pierre a endurée. Lorsque vous recevez la gloire et quand vous vivez une vraie vie, alors vous vivez à l’image de Pierre. Le chemin est le même, et c’est par rapport à ce chemin que l’on est perfectionné. Cependant, le calibre des gens d’aujourd’hui est quelque peu incomplet par rapport à celui de Pierre, car les temps ont changé, et de même, l’ampleur de la corruption. Et aussi parce que la Judée a été pendant de longues dates un royaume avec une culture ancienne. Aussi devez-vous essayer d’améliorer votre calibre.

Pierre était une personne très sensible, passionnée dans tout ce qu’il faisait, et aussi extrêmement honnête. Il a essuyé de nombreux revers. Il est entré en contact avec la société à l’âge de 14 ans, allant à l’école pendant qu’il allait souvent à la synagogue. Il avait beaucoup d’enthousiasme et était toujours prêt à prendre part aux réunions. À l’époque, Jésus n’avait pas encore officiellement commencé Son ministère ; c’était juste le début de l’ère de la Grâce. Pierre a commencé à avoir des contacts avec des personnalités religieuses à l’âge de 14 ans ; au moment où il atteignait l’âge de 18 ans, il était en contact avec l’élite religieuse, mais après avoir vécu le chaos religieux dans les coulisses, il s’en est allé. En voyant comment ces gens étaient rusés, malins, et transformés par des dissensions, il fut extrêmement dégoûté (ce fut la façon dont le Saint-Esprit travaillait à l’époque, pour le perfectionner. Il l’a particulièrement ému et a fait un travail spécial en lui), et ainsi il se retira de la synagogue à l’âge de 18 ans. Ses parents l’avaient persécuté et n’avaient pas voulu le laisser entrer dans la foi (ils appartenaient au diable, et n’avaient pas la foi). Enfin, Pierre quitta la maison et voyageait à volonté, pêchant et prêchant pendant deux ans, au cours desquels il avait également conduit quelques personnes justes. Maintenant, tu dois être en mesure de voir clairement le chemin que Pierre avait choisi. Si tu l’as clairement vu, alors tu as pu déterminer le travail qui est entrain d’être accompli aujourd’hui, de sorte que tu ne te plaignes pas ou ne sois pas passif, ou alors n’aurais-tu pas envie de quoi que ce soit. Tu dois ressentir l’humeur de Pierre de l’époque : il était frappé par la douleur ; il ne demandait plus de future ou bénédiction quelconque. Il ne cherchait pas le profit, le bonheur, la gloire, ou la fortune du monde, et ne cherchait qu’à vivre plus de sens à sa vie, ce qui revenait à payer l’amour de Dieu en retour et de consacrer à Dieu ce qu’il avait de plus précieux. Puis il serait satisfait dans son cœur. Il priait souvent Jésus en ces termes : « Seigneur Jésus Christ, une fois je T’avais aimé mais je ne T’aimais pas véritablement. Bien que j’eusse dit que j’avais foi en Toi, je ne T’ai jamais aimé avec un cœur sincère. Je T’admirais, T’adorais, Te manquais seulement, mais jamais je T’aimais ou n’avais vraiment foi en Toi ». Il priait toujours pour prendre sa résolution, il était constamment encouragé par les paroles de Jésus[a] et les convertissait en motivation. Plus tard, après une période d’expérience, Jésus le mit à l’épreuve, le poussant à Le désirer davantage. Il disait : « Seigneur Jésus Christ ! Combien tu me manques, et j’ai très envie de Te voir. J’ai trop de défaut, et je ne peux pas être digne de Ton amour. Je Te prie de me prendre avec Toi très tôt. Quand est-ce que Tu auras besoin de moi ? Quand me prendras-Tu avec Toi ? Quand pourrais-je encore regarder Ta face ? Je ne souhaite plus vivre dans ce corps, continuer à être corrompu, et je souhaite ne plus me rebeller. Je suis prêt à Te consacrer tout ce que j’ai dès que je pourrais, et je ne souhaite plus T’attrister davantage. C’est comme ça qu’il priait, mais il ne savait pas à l’époque ce que Jésus allait perfectionner en lui. Pendant l’angoisse de son épreuve, Jésus lui apparut une fois encore et dit : Pierre, je tiens à te perfectionner, de sorte que tu deviennes un morceau de fruit, celui-là qui est la cristallisation de Ma perfection de vous, et que J’apprécierai. Peux-tu vraiment témoigner pour Moi ? As-tu fait ce que Je t’ai demandé de faire ? As-tu vécu selon les paroles que J’ai prononcées ? Tu M’avais une fois aimé, mais bien que tu M’eusses aimé, as-tu vécu en accord avec Moi ? Qu’as-tu fait pour Moi ? Tu reconnais que tu es indigne de Mon amour, mais qu’as-tu fait pour Moi ? ». Pierre vit qu’il n’avait rien fait pour Jésus et se rappela son précédent serment selon lequel il devait donner sa vie pour Dieu. Et donc, il ne se plaignait plus, et ses prières d’après évoluèrent beaucoup mieux. Il priait, en disant : « Seigneur Jésus Christ ! Je T’ai une fois quitté, et Toi aussi Tu m’as une fois quitté. Nous avons passé du temps séparément, et du temps ensemble. Pourtant Tu m’aimes plus que toute autre chose. Je me suis rebellé sans cesse contre Toi et je T’ai offensé sans cesse. Comment pourrais-je oublier de tels actes ? Le travail que Tu as fait en moi et ce que Tu m’as confié que j’ai toujours à l’esprit, je ne l’oublie jamais. Grâce au travail que Tu as fait en moi j’ai fait de mon mieux. Tu sais de quoi je suis capable, et Tu sais davantage quel rôle je peux assumer. Ton désir est un ordre et je consacrerai tout ce que j’ai pour Toi. C’est seulement Toi qui sais ce que je peux faire pour Toi. Malgré le fait que Satan m’ait tellement dupé et que je me sois rebellé contre Toi, je crois que Tu ne Te souviens pas de moi à cause de ces transgressions, que Tu ne me traites pas en Te basant sur elles. Je souhaite Te consacrer toute ma vie. Je ne demande rien, et de même n’ai-je d’autres espoirs ou plans ; je souhaite seulement agir selon Ton désir et faire Ta volonté. Je boirai de Ta coupe amère, et je suis prêt à recevoir de Toi des commandements ».

Vous devez bien choisir le chemin que vous allez emprunter ; vous devez bien choisir le chemin que voulez emprunter dans le futur, ce que Dieu va perfectionner en vous et ce qui vous a été confié. Un jour, peut-être, vous serez mis à l’épreuve, et si vous êtes en mesure de gagner l’inspiration à partir de l’expérience de Pierre, cela montrera que vous êtes vraiment entrain de suivre le chemin de Pierre. Pierre a été félicité par Dieu pour sa vraie foi et son amour sincère, et pour sa fidélité envers Dieu. Et c’est pour son honnêteté et son admiration pour Dieu dans son cœur que Dieu l’a perfectionné. Si tu as vraiment le même amour et la même foi que Pierre, Jésus va sûrement te perfectionner.

Note de bas de page :

[a] Le texte original affiche « par ces paroles ».