1. Le brouillard se dissipe et je trouve le chemin menant au royaume des cieux

Par Chen Ai, Chine

J’ai suivi mes parents dans leur croyance au Seigneur depuis mon jeune âge, et à présent, la vieillesse me guette. Bien qu’ayant cru au Seigneur toute ma vie, le problème de savoir comment me débarrasser du péché et accéder au royaume des cieux constituait une énigme insoluble qui me causait un désarroi permanent, avec le sentiment d’être perdu et affligé. Je désirais tant être capable de savoir, tant que j’étais en vie, comment me débarrasser du péché et accéder au royaume des cieux, afin que, le moment venu, je sois capable d’affronter la mort en sachant ma vie complète, et que je puisse enfin rencontrer le Seigneur le cœur en paix.

Dans l’espoir de résoudre ce dilemme, j’ai consulté avidement la Bible, passant de l’Ancien au Nouveau Testament et vice-versa, lisant et relisant la Bible. Mais, au bout du compte, je ne suis pas parvenu à trouver la bonne réponse. N’ayant pas d’autre choix, il ne me restait plus qu’à m’efforcer de me comporter aussi conformément que possible aux enseignements du Seigneur, car le Seigneur a dit : « Le royaume des cieux est forcé, et ce sont les violents qui s’en s’emparent » (Matthieu 11:12). Toutefois, j’ai découvert que, dans la vie réelle, j’avais beau faire des efforts, je ne parvenais toujours pas à vivre à la hauteur des exigences du Seigneur. Comme l’a dit le Seigneur : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Matthieu 22:37-39). Le Seigneur exige que nous aimions Dieu de tout notre cœur et de toute notre âme, et que les frères et les sœurs s’aiment les uns les autres. Cependant, en dépit de mes efforts, je ne parvenais tout simplement pas à atteindre ce type d’amour, car mon amour pour ma famille était plus grand que mon amour pour le Seigneur, et je n’étais, tout simplement, pas capable d’aimer véritablement mes frères et sœurs de l’Église comme je m’aimais moi-même. Au contraire, j’étais souvent mesquin et calculateur avec les autres quand mes propres intérêts étaient en jeu, à tel point qu’un sentiment d’amertume émergeait en moi. Comment quelqu’un comme moi pourrait-il jamais être sauvé et accéder au royaume des cieux ? Le Seigneur Jésus a également affirmé beaucoup de choses au sujet de l’accès au royaume des cieux. Par exemple : « Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux » (Matthieu 18:3). « Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux » (Matthieu 5:20). J’étais incapable de mettre en pratique ne serait-ce qu’une seule de ces exigences du Seigneur. Je disais souvent des mensonges et tenais le Seigneur pour responsable à chaque fois que quelque chose n’allait pas. Mes pensées étaient empreintes de fourberie et de malhonnêteté, et je languissais en permanence dans le péché, le péché et le repentir, le repentir et le péché, et ainsi de suite. Le Seigneur est saint, et il est dit dans la Bible : « La sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur » (Hébreux 12:14). Comment quelqu’un d’aussi souillé que moi pourrait-il jamais être apte à entrer dans le royaume des cieux ? Cela me contrariait beaucoup. Pourtant, je débordais de joie chaque fois que je lisais la doctrine de la justification par la foi que défend Paul dans les Épîtres aux Romains, aux Galates et aux Éphésiens, à savoir qu’avoir la foi et être baptisé signifie que l’on sera certainement sauvé, que si nous croyons au Seigneur dans notre cœur et Le reconnaissons par la parole, alors nous sommes justifiés par la foi, sauvés à jamais, et que lorsque le Seigneur reviendra, Il nous élèvera à coup sûr au royaume des cieux. J’avais l’impression que je n’avais pas à m’inquiéter au sujet de l’accès au royaume des cieux. Mais alors, je me rappelais que le Seigneur avait dit que les hommes ne pouvaient accéder au royaume des cieux que par leurs propres efforts, et cela me mettait mal à l’aise. La justification par la foi, puis l’accès au royaume des cieux, cela était-il aussi simple ? Lorsque j’ai vu, en particulier, de vieux croyants pieux qui approchaient du terme de leur vie et paraissaient fébriles et inquiets, à tel point qu’ils pleuraient abondamment et qu’aucun d’entre eux ne semblait heureux de partir, je n’ai pu m’empêcher de me demander : « S’ils disent qu’ils peuvent accéder au royaume des cieux avec pour seule justification leur foi, pourquoi, alors, semblent-ils si terrifiés sur leur lit de mort ? On aurait dit qu’ils ignoraient eux-mêmes s’ils avaient été sauvés ou non, et où ils iraient après la mort. J’ai réfléchi aux paroles du Seigneur Jésus maintes et maintes fois, et je me suis aussi penché sur les paroles de Paul, et j’ai découvert que les paroles de Jésus et les paroles de Paul différaient grandement quant à savoir qui pouvait accéder au royaume des cieux. Selon Paul, une personne est justifiée par la foi grâce à sa seule croyance au Seigneur ; si tel était le cas, nous serions donc tous sauvés. Alors pourquoi le Seigneur Jésus a-t-Il dit : « Le royaume des cieux est encore semblable à un filet jeté dans la mer et ramassant des poissons de toute espèce. Quand il est rempli, les pêcheurs le tirent ; et, après s’être assis sur le rivage, ils mettent dans des vases ce qui est bon, et ils jettent ce qui est mauvais » (Matthieu 13:47-48)? Pourquoi, quand le Seigneur revient dans les derniers jours, a-t-Il besoin de séparer le blé de l’ivraie, les brebis des chèvres, et les bons serviteurs des mauvais serviteurs ? Il est clair, à partir de ces paroles du Seigneur Jésus, que tous les croyants ne peuvent pas accéder au royaume des cieux. Alors, je me suis demandé : suis-je sauvé ? Serai-je en mesure d’accéder au royaume des cieux quand je mourrai ? Ces questions continuaient de me tarauder l’esprit comme de véritables énigmes, et j’étais dans l’incapacité d’y répondre.

Dans l’espoir de résoudre ce problème, j’ai consulté des ouvrages écrits par des personnages spirituels réputés à travers les âges, mais la plupart de mes lectures étaient des interprétations de la justification par la foi exposée dans les Épîtres aux Romains, aux Galates et aux Éphésiens, et aucun de ces livres n’a réussi à dissiper ma confusion. J’ai alors rendu visite à tous les anciens réputés pour leur connaissance du Seigneur, et assisté à des réunions de nombreuses confessions religieuses différentes, mais j’ai trouvé qu’ils disaient tous plus ou moins la même chose, et personne n’a pu m’expliquer clairement le mystère de l’accès au royaume des cieux. Plus tard, j’ai découvert une confession religieuse étrangère prometteuse, et je me suis dit que ce genre d’Église pourrait peut-être me permettre d’y voir un peu plus clair. Alors, plein d’enthousiasme, je suis allé assister à l’une de leurs réunions. Le début du sermon m’a quelque peu illuminé, mais au bout du compte, eux aussi prêchaient la justification par la foi, et cela m’a profondément déçu. Après la réunion, j’ai cherché le pasteur responsable et lui ai demandé : « Pasteur, je crains de ne pas avoir compris ce que vous avez dit, “Le salut est une fois pour toutes.” Pouvez-vous échanger davantage avec moi sur ce sujet ? » Le pasteur m’a répondu : « C’est très facile à comprendre. Il est dit dans l’Épître aux Romains : “Qui accusera les élus de Dieu ? C’est Dieu qui justifie ! Qui les condamnera ?” (Romains 8:33-34). Le Seigneur Jésus-Christ nous a déjà absous de tous nos péchés par sa crucifixion. C’est-à-dire que tous les péchés – que nous avons commis dans le passé, que nous commettons aujourd’hui, ou que nous commettrons à l’avenir – nous sont tous pardonnés. Nous sommes à jamais justifiés par la foi en Christ, et si le Seigneur ne nous condamne pas pour nos péchés, qui pourrait donc nous accuser ? Par conséquent, nous ne devons pas perdre espoir d’accéder au royaume des cieux. » La réponse du pasteur m’a encore plus perturbé, alors j’ai poursuivi par cette question : « Comment expliquez-vous ce qui est écrit dans l’Épître aux Hébreux, “Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés” (Hébreux 10:26)? » Le visage du pasteur s’est empourpré, il n’a plus rien dit et ma question est demeurée sans réponse. Non seulement ce rassemblement n’avait pas dissipé ma confusion, mais au contraire, il m’avait contrarié encore davantage. Je me suis dit : « Je crois au Seigneur depuis des décennies, mais si je ne sais même pas clairement si mon âme ira ou non au Seigneur quand je mourrai, cela ne signifie-t-il pas que ma foi a été confuse toute ma vie ? » J’ai alors entrepris de chercher absolument partout la réponse à mon problème.

En mars 2000, je suis parti étudier dans un séminaire dirigé par des étrangers, convaincu que des sermons prêchés par des étrangers auraient plus de valeur, et qu’ils dissiperaient ma confusion. Cependant, à ma grande surprise, après y avoir étudié pendant deux mois, période au cours de laquelle j’avais une foi débordante, j’ai découvert que les prêches des pasteurs étaient tous aussi poussiéreux, et qu’il n’y avait absolument aucune nouvelle lumière dans leurs sermons. Pendant mon séjour, je n’ai pas entendu un seul sermon qui ait apporté la vie, ni même lu un seul essai spirituel. Non seulement mes doutes n’avaient pas disparu, mais au contraire, le temps passé là-bas ne faisait que renforcer mon trouble. Je ne pouvais m’empêcher de ressentir de la confusion, et je me suis dit : « Je suis là depuis plus de deux mois, mais qu’en ai-je tiré ? Si je ne peux pas en tirer de la provision, alors, à quoi bon poursuivre ces études ? »

Un soir, après le dîner, j’ai demandé à un pasteur : « Pasteur, en tant qu’étudiants en théologie, est-ce là tout ce que nous étudions ? Ne pouvons-nous pas parler du chemin de la vie ? » Le pasteur répondit de façon très solennelle : « Si nous n’abordons pas ces sujets lors de nos études théologiques, alors de quoi devrions-nous parler ? Détendez-vous et continuez à étudier, tout simplement ! Nous sommes la plus importante organisation religieuse au monde et sommes reconnus mondialement. Nous vous formerons ici pendant trois années à l’issue desquelles vous aurez la qualification de pasteur à l’international. Quand le moment sera venu, vous pourrez emporter ce certificat partout dans le monde pour prêcher l’évangile et établir des églises. » La réponse du pasteur m’a profondément déçu. Je ne voulais pas être pasteur, mais simplement savoir comment accéder au royaume des cieux. Je lui ai donc demandé : « Pasteur, puisque le fait d’avoir un certificat de pasteur ouvre tant de portes, pourrai-je alors l’utiliser pour accéder au royaume des cieux ? » En entendant cela, le pasteur s’est tu. J’ai poursuivi : « Pasteur, j’ai entendu dire que vous croyiez au Seigneur depuis l’enfance. Cela fait maintenant plusieurs décennies, je me pose donc la question, avez-vous été sauvé ? » Il a répondu : « Oui. » Je lui ai demandé : « Pourrez-vous alors accéder au royaume des cieux ? » Il a dit, sûr de lui : « Bien sûr que oui ! » Puis je lui ai demandé : « Puis-je vous demander sur quoi vous vous basez pour dire que vous pourrez accéder au royaume des cieux ? Êtes-vous un homme plus juste que les scribes et les Pharisiens ? Aimez-vous votre prochain autant que vous-même ? Êtes-vous saint ? Réfléchissez à cela : nous ne pouvons toujours pas nous empêcher de pécher à tout moment et d’aller à l’encontre des enseignements du Seigneur, et au quotidien, nous péchons le jour et nous confessons la nuit. Dieu est saint, alors pensez-vous vraiment que nous serons capables d’entrer dans le royaume des cieux si nous sommes habités à ce point par le péché ? » Le pasteur n’a pas su que répondre, le visage empourpré, et il n’a pas prononcé une seule parole pendant un bon moment. J’ai trouvé sa réaction très décevante, et j’avais le sentiment que si je continuais mes études là-bas, je ne parviendrais pas à comprendre le mystère concernant la façon d’obtenir la vie et d’entrer dans le royaume des cieux. C’est alors que j’ai abandonné mes études au séminaire et suis retourné chez moi.

Sur le trajet du retour, je me sentais au plus bas, comme jamais auparavant. J’avais l’impression que mon dernier espoir avait été anéanti. Je me suis dit : « Même dans un séminaire dirigé par des pasteurs étrangers, ma recherche ne m’a pas permis de trouver le chemin qui me permettrait de me débarrasser du péché et d’accéder au royaume des cieux. Où puis-je aller pour rechercher ce chemin, à présent ? » J’avais l’impression d’être arrivé au bout d’une impasse. À ce moment précis, l’image de mon vieux père et d’un vieux pasteur, tous deux en pleurs à l’approche de la mort, a ressurgi dans mon esprit. J’ai songé qu’ils avaient passé leur vie entière à prêcher la justification par la foi, selon laquelle les gens entreraient dans le royaume des cieux après la mort, mais que, finalement, ils étaient morts rongés par les regrets. J’avais cru au Seigneur toute ma vie et avais dit aux gens, chaque jour, qu’ils iraient au royaume des cieux à leur mort. Pourtant, je n’avais jamais clairement su comme entrer véritablement dans le royaume des cieux. Allais-je quitter cette vie rongé par le regret, tout comme mon père et le pasteur ? Au beau milieu de ma détresse, ces paroles du Seigneur me sont soudainement venues à l’esprit : « Demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira » (Matthieu 7:7). « C’est vrai », ai-je pensé. « Le Seigneur est fidèle, et tant que je chercherai avec un cœur sincère, le Seigneur me guidera sûrement. Je ne peux pas abandonner. Je continuerai à chercher le chemin vers le royaume des cieux jusqu’à mon dernier souffle ! » Je me suis alors présenté devant le Seigneur pour prier : « Seigneur bien-aimé, j’ai cherché en tous lieux la façon de me débarrasser du péché et d’entrer dans le royaume des cieux, mais personne n’a été en mesure de résoudre mon problème. Seigneur bien-aimé, que dois-je faire ? En tant que prédicateur, je demande chaque jour aux frères et sœurs de chercher avec assiduité et patience jusqu’au bout, et je leur dis que Tu nous emmèneras au royaume des cieux après notre mort. Mais, à ce stade, je n’ai absolument aucune idée de la façon de me débarrasser du péché et d’accéder au royaume des cieux. Ne suis-je pas l’aveugle qui conduit les aveugles, qui mène ses frères et sœurs au précipice ? Seigneur bien-aimé, où dois-je aller chercher le chemin qui mène au royaume des cieux ? Je T’en prie, guide-moi ! »

Après être revenu chez moi, j’ai entendu dire que nombre de bonnes brebis et de brebis éminentes de notre Église s’étaient tournées vers l’Éclair Oriental. Beaucoup de gens disaient que l’Éclair Oriental apportait une nouvelle compréhension et une nouvelle lumière, et que même les pasteurs expérimentés admiraient ses sermons. Chaque fois que j’entendais dire cela, je pensais : « On dirait vraiment que les sermons de l’Éclair Oriental sont de haute volée. C’est dommage que je n’aie rencontré personne de l’Éclair Oriental. Ce serait fantastique si je pouvais les rencontrer un jour ! Si ce jour-là arrive, il est certain que j’écouterai et que je chercherai avec ferveur, afin de comprendre pourquoi leurs sermons sont si bons, et s’ils peuvent ou non dissiper la confusion qui m’habite depuis des années. »

Un jour, une dirigeante d’Église m’a dit : « L’Éclair Oriental a détourné nombre des bonnes brebis cette Église. Toutes les confessions religieuses ferment à présent leurs églises, et nous devons exhorter nos frères et sœurs à n’avoir absolument aucun lien avec quiconque de l’Éclair Oriental et, en particulier, à ne pas écouter leurs sermons. Si tous nos fidèles commencent à croire à l’Éclair Oriental, à qui pourrons-nous encore prêcher ? » Entendre la dirigeante d’Église dire cela m’a rempli de dégoût, et j’ai pensé : « Notre église est ouverte à tous, alors pourquoi la fermer ? Pourquoi ne pas accueillir un étranger venu de loin ? Il est dit dans la Bible : “N’oubliez pas l’hospitalité ; car, en l’exerçant, quelques-uns ont logé des anges, sans le savoir” (Hébreux 13:2). Pour avoir hébergé des étrangers, Abraham a été béni par Dieu, et il a eu un fils à l’âge de cent ans ; parce qu’il avait hébergé deux anges, Lot a été épargné par la destruction de Sodome ; la prostituée Rahab a ouvert sa porte à des espions d’Israël et toute sa famille a pu être sauvée ; une pauvre veuve a reçu le prophète Élie, et ils ont ainsi évité la famine pendant trois ans et demi. Parmi tant de gens, personne n’a été persécuté pour avoir hébergé des étrangers venus de loin ; au contraire, tous ont été bénis par Dieu. Il est donc clair qu’héberger des étrangers correspond à la volonté du Seigneur. Alors pourquoi iriez-vous contre la volonté du Seigneur, fermant délibérément l’église et n’y autorisant pas d’étrangers ? » À cette pensée, j’ai hoché la tête et lui ai dit : « C’est à l’opposé de la volonté du Seigneur. Notre église appartient à Dieu et est ouverte à tous. Tant que les échanges concernent la foi en le Seigneur, nous devons accueillir tous les hommes, peu importe qui ils sont, et nous devons chercher, l’esprit ouvert, et explorer les idées ensemble. Seule cette manière d’agir est conforme aux enseignements du Seigneur. »

Un jour de juillet 2000, j’ai rencontré deux sœurs qui prêchaient l’Éclair Oriental chez le frère Wang. Après nous être brièvement salués, je leur ai demandé : « Je me suis toujours demandé si je pouvais ou non être sauvé et d’accéder au royaume des cieux. L’ensemble du monde religieux adhère aujourd’hui aux paroles de Paul, avec la conviction que nous serons sauvés simplement par la foi et le baptême, et qu’en croyant au Seigneur dans notre cœur et en reconnaissant le Seigneur avec nos paroles, nous serons justifiés par la foi, sauvés à jamais, et que nous serons assurément élevés au royaume des cieux quand le Seigneur reviendra. Mais personnellement, je ne crois pas qu’entrer dans le royaume des cieux puisse être aussi simple que cela. Comme il est dit dans la Bible : “La sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur ” (Hébreux 12:14). Mes frères et sœurs et moi-même nous languissons à longueur de journée dans le péché, et je ne pense pas que les gens qui, comme nous, vivent quotidiennement dans le péché, puissent accéder au royaume des cieux. Je souhaiterais simplement savoir exactement comment accéder au royaume des cieux. Pouvez-vous échanger à ce sujet avec moi ? »

Sœur Zhou a souri et m’a dit : « Mon frère, votre question est essentielle. Savoir comment accéder au royaume des cieux constitue une préoccupation majeure pour chaque croyant. Gagner en clarté sur ce sujet signifie savoir d’abord que les croyants au Seigneur doivent toujours se comporter conformément aux paroles du Seigneur Jésus, et non pas conformément à ce qu’ont dit des êtres humains. Le Seigneur Jésus nous a clairement dit : “Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux” (Matthieu 7:21). Le Seigneur n’a jamais dit que nous pouvions accéder au royaume des cieux en ne comptant que sur la grâce d’être sauvés, ou en étant justifiés par la foi. Justifié par la foi, sauvé à jamais grâce à la foi, puis enfin élevé au royaume des cieux : telles étaient les paroles de Paul. Paul n’était qu’un apôtre, faisant partie de l’humanité corrompue, et lui aussi avait besoin du salut du Seigneur Jésus. Comment aurait-il pu réellement déterminer si, oui ou non, les autres hommes pouvaient accéder au royaume des cieux ? Seul le Seigneur Jésus est le Seigneur du royaume des cieux, le Roi du royaume des cieux ; seules les paroles du Seigneur sont la vérité, et elles seules possèdent l’autorité. Par conséquent, pour ce qui est de savoir comment accéder au royaume des cieux, nous devons écouter uniquement les paroles du Seigneur : c’est incontestable ! »

« Ensuite, il y a les questions suivantes : “À quoi font référence la justification et le salut par la foi ?” et “Peut-on accéder au royaume des cieux une fois que l’on a été sauvé ?” Elles sont très clairement expliquées dans les paroles de Dieu Tout-Puissant, alors lisons à présent quelques passages des paroles de Dieu. Dieu Tout-Puissant dit : “Tu sais seulement que Jésus descendra dans les derniers jours, mais comment exactement descendra-t-Il ? Un pécheur comme toi, toi qui viens d’être racheté, qui n’as pas été transformé ou perfectionné par Dieu, peux-tu être selon le cœur de Dieu ? Quant à toi, toi qui es encore ton vieil homme, il est vrai que tu as été sauvé par Jésus, et que tu n’es pas compté comme un pécheur à cause du salut de Dieu, mais cela ne prouve pas que tu ne sois pas un pécheur et ne sois pas impur. Comment peux-tu être saint si tu n’as pas été transformé ? À l’intérieur, tu es assailli par l’impureté, l’égoïsme et la bassesse, mais tu souhaites toujours descendre avec Jésus. La chance te sourirait à ce point ! Tu as raté une étape dans ta foi en Dieu : tu as simplement été racheté, mais n’as pas été transformé. Pour que tu sois selon le cœur de Dieu, Dieu doit personnellement te transformer et te purifier ; si tu es seulement racheté, tu seras incapable d’atteindre la sainteté. De cette façon, tu ne seras pas qualifié pour partager les bénédictions de Dieu, car tu as raté une étape de l’œuvre de la gestion de l’homme par Dieu, qui est l’étape clé de la transformation et du perfectionnement. Et donc toi, un pécheur qui vient d’être racheté, tu es incapable de recevoir directement l’héritage de Dieu” (« Concernant les appellations et l’identité », dans La Parole apparaît dans la chair). “Bien que Jésus ait abattu une œuvre immense parmi les hommes, Il n’a fait que parachever la rédemption de toute l’humanité et est devenu le sacrifice d’expiation de l’homme, et Il n’a pas débarrassé l’homme de tout son tempérament corrompu. Pour sauver entièrement l’homme de l’influence de Satan, Il n’a pas suffi que Jésus se livre en sacrifice d’expiation pour les péchés des hommes, mais il a fallu également que Dieu s’emploie davantage à débarrasser l’homme totalement de son tempérament, qui avait été corrompu par Satan. Et donc, après que l’homme a reçu le pardon de ses péchés, Dieu est redevenu chair pour conduire l’homme dans la nouvelle ère et a commencé l’œuvre du châtiment et du jugement, et cette œuvre a mené l’homme dans un domaine plus élevé. Tous ceux qui se soumettent à Sa domination jouiront d’une vérité supérieure et recevront de bien meilleures bénédictions. Ils vivront véritablement dans la lumière et gagneront la vérité, le chemin et la vie” (La préface de La Parole apparaît dans la chair). »

Sœur Wang a ainsi poursuivi son échange : « À l’ère de la Grâce, le Seigneur Jésus a accompli l’œuvre de rédemption de l’humanité, devenant un sacrifice d’expiation pour l’humanité par la crucifixion, et nous rachetant. Tant que nous acceptons le salut du Seigneur et que nous nous repentons et confessons nos péchés au Seigneur, alors nos péchés nous sont pardonnés, et nous sommes alors aptes à jouir de la grâce et des bénédictions du Seigneur. Ce que je veux dire par “nos péchés nous sont pardonnés”, c’est que nous ne sommes plus condamnés à mort, en vertu de la loi, pour avoir violé la loi, et c’est ce que signifient réellement la justification par la foi et “être sauvé par la foi”. Mais cela ne signifie pas que nous sommes alors libres du péché ou dénués de souillure, et cela ne signifie pas non plus que nous serons capables d’accéder au royaume des cieux. En effet, même si nos péchés nous sont pardonnés, notre nature pécheresse demeure profondément enracinée en nous, et quand nous sommes confrontés à des problèmes, souvent encore, nous disons des mensonges et trompons les autres afin de protéger notre statut et nos intérêts. Lorsque nous jouissons de la grâce du Seigneur, nous Le remercions et Le louons, et nous nous dépensons vigoureusement pour le Seigneur. Mais dès lors qu’une catastrophe survient, ou que quelque chose de grave frappe notre famille, nous nous méprenons sur le Seigneur et Le tenons pour responsable, au point même de Le renier et de Le trahir. De ce fait, comment des gens comme nous, qui ont été rachetés, mais qui, souvent, pèchent et résistent à Dieu, pourraient-ils jamais être aptes à entrer dans le royaume des cieux ? Dieu est juste et saint, et Il n’autoriserait jamais des gens souillés et corrompus à entrer dans Son royaume. Afin de nous sauver de l’influence de Satan une fois pour toutes, Il œuvre conformément à Son plan de gestion et à nos besoins d’hommes corrompus, accomplissant Son œuvre de jugement et de purification de l’homme dans les derniers jours. Dieu incarné a exprimé des millions de paroles afin de juger notre corruption, notre souillure, notre iniquité et notre résistance, et de nous montrer la voie nous permettant de nous libérer de nos tempéraments corrompus. Quand, par l’expérience du jugement et du châtiment des paroles de Dieu, nous nous libérons de nos tempéraments corrompus sataniques, sommes capables de mettre les paroles de Dieu en pratique, et sommes devenus des gens qui obéissent à Dieu et Le vénèrent véritablement, alors seulement, nous devenons aptes à entrer dans le royaume de Dieu. En fait, le Seigneur Jésus a annoncé, jadis, qu’Il reviendrait dans les derniers jours pour accomplir l’œuvre de jugement. Comme Il l’a dit : “Si quelqu’un entend mes paroles et ne les garde point, ce n’est pas moi qui le juge ; car je suis venu non pour juger le monde, mais pour sauver le monde. Celui qui me rejette et qui ne reçoit pas mes paroles a son juge ; la parole que j’ai annoncée, c’est elle qui le jugera au dernier jour” (Jean 12:47-48). “Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement” (Jean 16:8). Il est donc clair que nous ne pouvons entrer au royaume de Dieu qu’en acceptant l’œuvre de jugement de Dieu dans les derniers jours, en nous libérant de nos tempéraments corrompus et en atteignant la purification. »

Après avoir écouté les échanges des sœurs, tout est soudain devenu clair, et la lumière a aussitôt rempli mon cœur. « Ah, c’est donc comme ça que l’on accède au royaume des cieux ! », ai-je pensé. « Je comprends enfin que le Seigneur Jésus a accompli l’œuvre de rédemption de l’humanité, et non pas l’œuvre consistant à nous libérer du péché. Le Seigneur nous a effectivement absous de nos péchés, mais notre nature pécheresse demeure profondément enracinée en nous et, malgré nous, nous péchons et résistons encore souvent au Seigneur. Il n’est pas étonnant que je n’aie jamais réussi à me libérer du joug et des entraves du péché : je n’ai pas accepté l’œuvre de jugement de Dieu Tout-Puissant des derniers jours ! » J’ai alors dit aux deux sœurs : « Grâces soient rendues au Seigneur ! En écoutant les paroles de Dieu Tout-Puissant et vos échanges, j’ai enfin compris que notre croyance – selon laquelle quiconque croit au Seigneur dans son cœur et déclare reconnaître le Seigneur peut être élevé au royaume des cieux – n’est rien de plus qu’une notion, le fruit de notre imagination ! Je comprends maintenant que l’œuvre que le Seigneur Jésus a accomplie était l’œuvre de rédemption, et que le Seigneur de retour accomplira l’œuvre de jugement. C’est-à-dire qu’Il purifiera et transformera en profondeur nos tempéraments corrompus, et c’est alors seulement que nous serons capables d’accéder au royaume des cieux. Cela n’est pas étonnant que je n’aie jamais trouvé la solution au problème de la condition pécheresse de l’homme dans les si nombreux livres spirituels que j’ai pu lire ! Mes sœurs, comment, alors, Dieu accomplit-Il l’œuvre de jugement et de châtiment dans les derniers jours ? Pouvez-vous échanger encore un peu avec moi à ce sujet ? »

Sœur Wang a poursuivi : « Les paroles de Dieu répondent clairement à cette question, lisons donc un extrait de ces paroles. Dieu Tout-Puissant dit : “Dans les derniers jours, le Christ utilise une variété de vérités pour enseigner à l’homme, exposer l’essence de l’homme et disséquer ses mots et ses actes. Ces paroles comprennent diverses vérités, telles que le devoir de l’homme, comment l’homme doit obéir à Dieu, comment l’homme doit être fidèle à Dieu, comment l’homme doit vivre l’humanité normale, ainsi que la sagesse et le tempérament de Dieu, et ainsi de suite. Ces paroles sont toutes axées sur l’essence de l’homme et son tempérament corrompu. En particulier, ces paroles qui exposent comment l’homme rejette Dieu sont prononcées au sujet de la manière dont l’homme est une incarnation de Satan et une force ennemie contre Dieu. En entreprenant Son œuvre de jugement, Dieu ne fait pas que préciser ce qu’est la nature de l’homme par quelques mots seulement ; Il l’expose, le traite et l’émonde à long terme. Ces méthodes d’exposer, de traiter et d’émonder ne peuvent pas être substituées par des mots ordinaires, mais par la vérité que l’homme ne possède pas du tout. Seules les méthodes de ce genre sont considérées comme un jugement ; c’est seulement par un jugement de ce genre que l’homme peut être maîtrisé et forcé à se soumettre totalement à Dieu, et acquérir de surcroît une vraie connaissance de Dieu. Ce que l’œuvre du jugement apporte c’est la compréhension par l’homme du vrai visage de Dieu et la vérité sur sa propre rébellion. L’œuvre du jugement permet à l’homme de mieux comprendre la volonté de Dieu, le but de l’œuvre de Dieu et les mystères qui lui sont incompréhensibles. Cela permet également à l’homme de reconnaître et de connaître son essence corrompue et les racines de sa corruption, ainsi que de découvrir la laideur de l’homme. Ces effets sont tous causés par l’œuvre du jugement, car l’essence de cette œuvre est en fait l’œuvre d’ouverture de la vérité, du chemin et de la vie de Dieu à tous ceux qui ont foi en Lui. Ce travail est l’œuvre du jugement faite par Dieu” (« Le Christ réalise l’œuvre du jugement avec la vérité », dans La Parole apparaît dans la chair).

« Les paroles de Dieu nous disent clairement que, dans les derniers jours, Dieu exprime toutes les vérités dont nous avons besoin pour recevoir la plénitude du salut, jugeant et exposant notre nature satanique et notre essence corrompue qui résistent à Dieu. Toutes ces paroles sont la vérité, elles renferment l’autorité et la puissance mêmes de Dieu, et elles nous révèlent ce que Dieu a et est, ainsi que Son juste tempérament qui ne tolère aucune offense. Par le jugement et le châtiment des paroles de Dieu, et par la révélation des faits, nous en venons à avoir une certaine compréhension de notre nature satanique et de la vérité de la corruption par Satan ; nous découvrons que nous avons été si profondément corrompus par Satan, que nous sommes, par nature, arrogants, vaniteux, malhonnêtes, fourbes, égoïstes, égocentriques, cupides, méchants, prompts à vouloir dominer les autres, et que tout ce que nous révélons, jusqu’au plus profond de nous-mêmes, ce sont nos tempéraments sataniques. Dominés par ces tempéraments sataniques, nous résistons à Dieu et nous rebellons constamment contre Lui, malgré nous. Par exemple, quand nous travaillons et délivrons des sermons dans nos églises, nous n’avons de cesse de prononcer de beaux discours, nous nous mettons en valeur et nous vantons, afin que les autres nous admirent et nous tiennent en haute estime ; souvent, nous disons des mensonges et trompons les autres pour protéger nos propres intérêts, et nous allons même jusqu’à nous livrer à des manigances et rivaliser avec les autres ; quand nous sommes face à des gens, des événements, des choses ou des situations qui sont en contradiction avec nos propres notions, nous exigeons toujours inconsidérément de Dieu ou nous avons toujours des désirs extravagants, et nous sommes incapables de nous soumettre aux orchestrations et aux arrangements de Dieu. Par l’expérience du jugement et du châtiment des paroles de Dieu, nous en venons peu à peu à comprendre quelques vérités, nous acquérons une vraie compréhension de notre nature satanique et ressentons une véritable haine envers elle, et nous en venons aussi à avoir une vraie compréhension du juste tempérament de Dieu. Nous savons quel genre de personne Dieu aime et quel genre de personne Il déteste, ainsi que le genre de poursuite qui est conforme à Sa volonté. Nous apprenons à discerner le positif du négatif. Une fois que nous comprenons cela, nous sommes prêts à renoncer à notre chair du plus profond de notre cœur, et à pratiquer conformément aux paroles de Dieu. Progressivement, avec le temps, émerge en nous le désir de vénérer et d’aimer Dieu, nous sommes libérés de certains liens et entraves de nos tempéraments corrompus sataniques, et nous formulons moins d’exigences déraisonnables à Dieu. Nous devenons capables de prendre notre place d’êtres créés et d’accomplir notre devoir, nous nous soumettons aux orchestrations et aux arrangements de Dieu, et nous commençons à vivre à la manière de véritables êtres humains. Tandis que nous faisons l’expérience de l’œuvre de Dieu, nous en venons à acquérir une profonde appréciation du fait que notre seule façon d’accéder au royaume des cieux est d’accepter l’œuvre de jugement et de châtiment de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours, de poursuivre la vérité, de parvenir à la connaissance de Dieu et à la connaissance de nous-mêmes, et de changer nos tempéraments corrompus. »

Ces paroles de Dieu Tout-Puissant et l’échange de la sœur m’ont permis d’y voir encore plus clair. Les vérités exprimées par Dieu Tout-Puissant sont très concrètes et sont effectivement ce dont nous avons besoin, nous autres êtres humains corrompus. Ce n’est qu’en acceptant et en faisant l’expérience de l’œuvre de jugement de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours que nous pouvons nous libérer du joug et des entraves de nos tempéraments corrompus une fois pour toutes ! Je n’ai pu m’empêcher de soupirer, puis j’ai dit : « Je crois au Seigneur depuis tant d’années, et pourtant, je continue de pécher le jour et de confesser mes péchés la nuit, ne faisant que languir dans le péché au quotidien. Si Dieu n’avait pas exprimé toutes les vérités pour purifier l’humanité, s’Il ne nous avait pas indiqué le moyen de nous débarrasser de nos tempéraments corrompus, j’aurais certainement été pieds et poings liés par le péché, à tel point que je n’aurais jamais trouvé le chemin vers la liberté. Je comprends maintenant pourquoi le Seigneur a dit : “J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité ; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir” (Jean 16:12-13). Jadis, le Seigneur Jésus nous a dit qu’Il avait encore des paroles à exprimer dans les derniers jours et qu’Il nous aiderait à entrer dans toutes les vérités. Les paroles de Dieu Tout-Puissant renferment autorité et puissance, elles ont révélé toutes les vérités et tous les mystères que j’avais souhaité comprendre sans jamais y parvenir, et elles m’ont profondément convaincu. J’ai enfin trouvé le chemin pour accéder au royaume des cieux ! » Les deux sœurs ont acquiescé joyeusement.

J’ai alors dit avec enthousiasme : « C’est la voix du Seigneur. Dieu Tout-Puissant est le Seigneur Jésus de retour ! Ce que j’espérais depuis si longtemps est enfin arrivé ; quelle chance, quelle bénédiction ! À l’époque de la naissance du Seigneur Jésus, Siméon a ressenti une joie immense en voyant le nouveau-né, tout juste âgé de huit jours. J’ai encore plus de chance que Siméon de pouvoir accueillir le retour du Seigneur et entendre les propres déclarations de Dieu au cours de ma vie, et je Lui en suis tellement reconnaissant ! » Tandis que je parlais, j’étais submergé par l’émotion et versais des larmes de joie. Je me suis agenouillé pour prier Dieu, mais je pleurais tellement que je ne pouvais pas parler. Les sœurs aussi étaient émues aux larmes.

J’ai enfin trouvé dans les paroles de Dieu Tout-Puissant un remède à la contrariété qui m’avait tourmenté pendant tant d’années. J’ai repensé aux recherches que j’avais effectuées dans toutes les directions, sans jamais pouvoir trouver le chemin de la purification qui me conduirait au royaume des cieux. À présent, je l’ai enfin trouvé. Je sais qu’il s’agit là de la grâce et du salut de Dieu à mon encontre ! Plus tard, en participant à des réunions et en échangeant avec les frères et sœurs sur les paroles de Dieu Tout-Puissant, je suis parvenu à comprendre de plus en plus de vérités et j’ai acquis une certaine compréhension de la volonté de Dieu de nous sauver. Je désire à présent accepter davantage du jugement et du châtiment des paroles de Dieu, faire l’expérience de Son œuvre, me libérer progressivement de mes tempéraments corrompus et être purifié. Je rends grâce à Dieu !

Suivant: 2. La route vers la purification

Les prophéties sur le retour du Seigneur ont été accomplies. Mais pourquoi ne L’avons-nous pas vu descendre sur une nuée ?
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

48. Je suis rentré à la maison

Par Chu Keen Pong, MalaisieJ’ai cru au Seigneur depuis plus de dix ans et j’ai servi à l’église pendant deux ans, puis j’ai abandonné mon...

21. Échapper au piège de la rumeur

En mars 2005, j’ai entendu l’Évangile du royaume de Dieu Tout-Puissant. Quand j’ai appris que le Seigneur Jésus était revenu, j’étais tellement enthousiaste que mes yeux se sont remplis de larmes de joie et ma reconnaissance était indescriptible.

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre