Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

La Parole apparaît dans la chair

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

`

La neuvième déclaration

Puisque tu es une des personnes de Ma maison et puisque tu es fidèle dans Mon royaume, tout ce que tu fais doit satisfaire aux normes que Je requiers. Je ne demande pas que tu sois rien de plus qu’un nuage à la dérive, mais que tu sois une neige étincelante et que tu possèdes son essence et plus encore sa valeur. Parce que Je suis venu de la terre sainte, pas comme le lotus qui n’a qu’un nom et aucune essence parce qu’il est venu de la boue et non de la terre sainte. Le moment où un nouveau ciel descend sur la terre et une terre nouvelle se répand sur les cieux, c’est aussi le moment même où J’œuvre formellement parmi les hommes. Qui parmi les hommes Me connaît ? Qui a vu le moment de Mon arrivée ? Qui a vu que Je n’ai pas seulement un nom, mais, en plus, que Je possède aussi une essence ? Je balaye les nuages blancs de Ma main et observe les cieux de près ; dans l’espace, rien n’est pas arrangé par Ma main, et sous l’espace, aucun homme ne contribue pas son propre effort minime à l’accomplissement de Ma puissante entreprise. Je n’ai pas d’exigences onéreuses des gens sur la terre, car J’ai toujours été le Dieu concret et parce que Je suis le Tout-Puissant qui a créé l’homme et qui connaît bien l’homme. Tous les hommes sont devant les yeux du Tout-Puissant. Même ceux qui sont dans les coins les plus reculés de la terre, comment pourraient-ils éviter le regard insistant de Mon Esprit ? Bien que l’homme connaisse Mon Esprit, il offense aussi Mon Esprit. Mes paroles mettent à nu le visage laid de tous les hommes et mettent à nu les pensées les plus intimes de tous les hommes, et font que tout sur la terre est rendu clair par Ma lumière et tombe sous Mon regard insistant. Mais si l’homme tombe, son cœur n’ose pas s’éloigner de Moi. Parmi les créatures, qui ne parvient pas à M’aimer à cause de Mes actions ? Qui n’aspire pas à Moi à cause de Mes paroles ? En qui ne sont pas nés des sentiments de dévotion à cause de Mon amour ? C’est seulement à cause de la corruption de Satan que l’homme est incapable d’atteindre l’état que J’exige. Même les normes les plus basses que J’exige produisent des craintes en lui, pour ne rien dire d’aujourd’hui, l’ère où Satan se déchaîne et est follement despotique, ou le temps où l’homme a été tellement piétiné par Satan que tout son corps est enduit de souillure. Quand l’incapacité de l’homme à prendre soin de Mon cœur à cause de sa dépravation ne M’a-t-elle pas causé de la douleur ? Serait-ce que Je plains Satan ? Serait-ce que Je Me trompe dans Mon amour ? Quand l’homme Me désobéit, Mon cœur pleure secrètement ; quand l’homme s’oppose à Moi, Je le châtie ; quand l’homme est sauvé par Moi et est ressuscité d’entre les morts, Je le nourris avec le plus grand soin ; quand l’homme M’obéit, Mon cœur est rassuré et Je sens immédiatement de grands changements dans toutes choses au ciel et sur la terre ; quand l’homme Me loue, comment pourrais-Je ne pas en tirer plaisir ? Quand l’homme Me rend témoignage et est gagné par Moi, comment ne pourrais-Je pas être glorifié ? Est-il possible que tout ce que l’homme fait ne soit pas gouverné et fourni par Moi ? Quand Je ne donne pas de direction, les gens sont oisifs et tranquilles et, derrière Mon dos, ils s’engagent dans ces sales transactions « admirables ». Penses-tu que la chair dont Je Me revêts ne sait rien de tes actions, tes comportements et tes paroles ? Beaucoup d’années, J’ai enduré le vent et la pluie et J’ai aussi expérimenté l’amertume du monde humain, cependant après réflexion plus profonde, aucune quantité de souffrance ne peut faire que l’homme de chair perde espoir en Moi, encore moins aucune douceur ne peut faire que l’homme de chair devienne froid, découragé ou dédaigneux envers Moi. L’amour de l’homme pour Moi est-il vraiment limité à soit pas de souffrance, soit pas de douceur ?

Aujourd’hui, Je vis dans la chair et J’ai commencé à accomplir officiellement l’œuvre que Je dois faire, mais bien que l’homme craigne la voix de Mon Esprit, il désobéit à l’essence de Mon Esprit. Je n’ai pas besoin de donner des détails sur combien il est difficile pour l’homme de connaître le Moi de la chair dans Mes paroles. Comme Je l’ai dit auparavant, Je ne suis pas exigeant dans Mes demandes, et il n’est pas nécessaire pour vous de parvenir à Me connaître pleinement (car l’homme est déficient ; c’est une condition inhérente, et les conditions acquises sont incapables de combler cette lacune). Vous n’avez besoin que de connaître tout ce qui est fait et dit par le Moi en forme de chair. Puisque Mes exigences ne sont pas sévères, c’est Mon espoir que vous puissiez en arriver à le connaître, et que vous puissiez répondre à Mes exigences. Vous devez vous débarrasser de vos impuretés dans ce monde souillé, vous devez vous efforcer de faire des progrès dans cette famille arriérée d’empereurs et ne pas être tolérants envers vous-mêmes. Tu ne dois pas être le moins du monde indulgent envers toi-même : tu aurais besoin de consacrer beaucoup de temps et d’efforts pour savoir ce que Je dis en un seul jour, et la connaissance de même une seule phrase prononcée par Moi est digne d’une expérience de vie. Les paroles que Je dis ne sont pas vagues et abstraites, elles ne sont pas que du bavardage. Beaucoup de gens espèrent gagner Mes paroles, mais Je ne leur prête aucune attention ; beaucoup de gens aspirent à Ma générosité, mais Je ne leur donne rien ; beaucoup de gens veulent voir Mon visage, mais Je l’ai toujours caché ; beaucoup de gens écoutent attentivement Ma voix, mais Je ferme les yeux et tourne la tête, impassible à leur désir ; beaucoup de gens craignent le son de Ma voix, mais Mes paroles sont toujours sur l’offensive ; beaucoup de gens craignent de voir Mon visage, mais Je Me fais voir délibérément pour les frapper. L’homme n’a jamais vraiment vu Ma face et n’a jamais vraiment entendu Ma voix, car il ne Me connaît pas vraiment. Même si je le frappe, même s’il Me laisse, même s’il est châtié par Ma main, il ne sait toujours pas si tout ce qu’il fait est vraiment selon Mon propre cœur, et il ignore toujours à qui Je révèle Mon cœur. Depuis la création du monde jusqu’à aujourd’hui, personne ne M’a jamais vraiment connu, ni ne M’a vraiment vu, et même si Je suis devenu chair aujourd’hui, vous ne Me connaissez toujours pas. N’est-ce pas un fait ? As-tu déjà vu même quelques-unes de Mes actions et un peu de Mon tempérament dans la chair ?

C’est dans le ciel que Je Me couche et c’est sous le ciel que Je trouve le repos. J’ai un endroit où habiter, et J’ai un temps où Je déploie Ma puissance. Si Je n’étais pas sur la terre, si Je ne Me cachais pas dans la chair et si Je n’étais pas humble et caché, le ciel et la terre n’auraient-ils pas été changés depuis longtemps ? Est-ce que vous, gens de Mon peuple, n’avez pas déjà été utilisés par Moi ? Pourtant, il y a de la sagesse dans Mes actions et, bien que Je sois pleinement conscient de la tromperie de l’homme, Je ne suis pas son exemple, mais J’en fais plutôt un échange. Ma sagesse dans le domaine spirituel est inépuisable. Ma sagesse dans la chair est éternelle. N’est-ce pas le moment même où Mes actions sont rendues claires ? J’ai pardonné à l’homme et l’ai gracié plusieurs fois, jusqu’à aujourd’hui, à l’ère du Règne. Pourrais-Je vraiment retarder Mon temps plus longtemps ? Bien que J’aie été un peu plus miséricordieux envers l’homme fragile, une fois que Mon œuvre sera terminée, pourrais-Je encore M’attirer des ennuis en accomplissant une œuvre du passé ? Pourrais-Je sciemment permettre à Satan d’accuser ? Je n’ai pas besoin que l’homme fasse autre chose que d’accepter la réalité de Mes paroles et le sens originel de Mes paroles. Bien que Mes paroles soient simples, en substance elles sont complexes, car vous êtes trop petits et êtes devenus trop engourdis. Lorsque Je révèle Mes mystères directement et que J’éclaircis Ma volonté dans la chair, vous ne prenez pas garde ; vous écoutez le son, mais ne comprenez pas le sens. Je suis accablé de tristesse. Bien que Je sois dans la chair, Je suis incapable de faire l’œuvre du ministère de la chair.

Qui en est venu à connaître Mes actes dans la chair parmi Mes paroles et Mes actions ? Quand Je révèle Mes mystères par écrit ou que Je les énonce à haute voix, les gens sont tous stupéfaits, ils ferment les yeux en silence. Pourquoi ce que Je dis est-il incompréhensible à l’homme ? Pourquoi Mes paroles lui sont-elles impénétrables ? Pourquoi est-il aveugle à Mes actes ? Qui peut Me voir et ne jamais M’oublier ? Qui peut entendre Ma voix et ne pas la laisser passer ? Qui peut sentir Ma volonté et plaire à Mon cœur ? Je vis et Je marche parmi les gens, J’en suis venu à faire l’expérience de leur vie et, bien que J’aie senti que toutes choses étaient bonnes après que Je les ai créées pour l’homme, Je n’ai aucune joie à vivre parmi les hommes et le bonheur parmi les hommes ne Me réjouit pas. Je ne déteste pas et ne rejette pas l’homme, mais Je ne suis pas sentimental non plus envers lui, car il ne Me connaît pas, il a du mal à voir Ma face dans les ténèbres, a de la difficulté à entendre Ma voix et ne peut discerner Mes paroles au milieu de la clameur. Ainsi, superficiellement, tout ce que vous faites, c’est de M’obéir, mais, dans votre cœur, vous Me désobéissez encore. On peut dire que toute la vieille nature de l’humanité est ainsi. Qui est une exception ? Qui n’est pas l’un des objets de Mon châtiment ? Mais qui ne vit pas sous Ma tolérance ? Si l’homme était détruit par Ma colère, quelle serait la signification de Ma création des cieux et de la terre ? J’ai déjà averti beaucoup de gens, J’ai exhorté beaucoup de gens et J’ai ouvertement jugé beaucoup de gens. N’est-ce pas mieux que de détruire directement l’homme ? Mon but n’est pas de mettre l’homme à mort, mais de lui faire connaître toutes Mes actions au milieu de Mon jugement. Quand vous montez de l’abîme, c’est-à-dire quand vous vous libérez de Mon jugement, vos considérations et plans personnels disparaîtront tous et toutes les personnes aspireront à Me satisfaire. Et en cela, n’aurai-Je pas atteint Mon but ?

Le 1er mars 1992

Précédent:La huitième déclaration

Suivant:La dixième déclaration

Vous aimerez peut-être également