La Parole apparaît dans la chair

Contenu

La treizième déclaration

Un certain nombre de Mes desseins sont cachés dans les proclamations de Ma voix. Mais l’homme ne connaît et ne comprend rien de ceux-ci, et ne cesse de recevoir Mes paroles de l’extérieur et de les suivre de l’extérieur, sans être en mesure de saisir Mon cœur ou Ma volonté à partir de Mes paroles. Même si J’ai parlé clairement, quelqu’un a-t-il compris ? De Sion, Je suis entré dans l’humanité. Parce que J’ai revêtu l’humanité d’un homme ordinaire et Me suis vêtu de la peau d’un homme, les hommes connaissent simplement Mon apparence de l’extérieur, mais ils ne connaissent pas la vie en Mon intérieur, ni ne reconnaissent le Dieu de l’Esprit, et ne connaissent que l’homme de chair. Se pourrait-il que le vrai Dieu Lui-même soit indigne de votre effort pour Le connaître ? Se pourrait-il que le vrai Dieu Lui-même soit indigne de votre effort pour Le « disséquer » ? Je déteste la corruption de toute la race humaine, mais Je ressens de la compassion pour leur faiblesse. Je M’occupe également de la vieille nature de toute la race humaine. Faisant partie de Mon peuple en Chine, n’êtes-vous pas aussi une partie de la race humaine ? Parmi tout Mon peuple et parmi tous Mes enfants, c’est-à-dire parmi ceux que J’ai choisis dans toute la race humaine, vous appartenez au groupe le plus bas. Pour cette raison, J’ai investi un maximum d’énergie en vous, un maximum d’effort. Ne chérissez-vous toujours pas la vie bienheureuse dont vous jouissez aujourd’hui ? Est-ce que vous endurcissez toujours vos cœurs pour vous rebeller contre Moi et poursuivre vos propres projets ? Si ce n’était que J’ai encore de la pitié et de l’amour pour vous, l’humanité tout entière serait depuis longtemps tombée captive de Satan et transformée en « morceaux délectables » dans sa bouche. Aujourd’hui, au milieu de toute l’humanité, ceux qui se dépensent sincèrement pour Moi et qui M’aiment sincèrement sont encore si rares qu’ils peuvent être comptés sur les doigts d’une main. Se peut-il qu’aujourd’hui le titre[a] « Mon peuple » soit déjà devenu votre propriété personnelle ? Ta conscience s’est-elle tout simplement glacée ? Es-tu vraiment digne de devenir le peuple qu’il Me faut ? Pensant au passé et regardant à nouveau le présent, qui a satisfait Mon cœur ? Qui a montré une véritable sollicitude pour Mes desseins ? Si Je ne vous avais pas poussés, vous ne seriez toujours pas réveillés, mais seriez comme dans un état congelé, et encore une fois, comme dans un état d’hibernation.

Au milieu des vagues déchaînées, l’homme voit Ma colère ; dans le fatras de nuages sombres qui cumulent, les hommes sont morts de peur et ne savent pas où fuir comme s’ils craignaient que le tonnerre et la pluie les emportent. Ensuite, après que la bourrasque de neige se soit calmée, leur humeur se décontracte et s’allège alors qu’ils prennent plaisir à la beauté du paysage. Mais en de tels moments, lequel d’entre eux a déjà expérimenté Mon amour infini pour l’humanité ? Dans leur cœur, il n’y a que Ma forme, non la substance de Mon Esprit : serait-ce que l’homme ne Me défie pas ouvertement ? Lorsque la tempête s’est apaisée, toute l’humanité semble renouvelée, comme si, à la suite d’un raffinement par des tribulations, les gens ont retrouvé la lumière et la vie. N’avez-vous pas aussi, après avoir enduré Mes coups, eu la chance d’arriver jusqu’à aujourd’hui ? Mais, quand aujourd’hui aura passé et que demain viendra, pourrez-vous conserver la pureté qui a suivi le déluge ? Serez-vous capables de continuer la dévotion qui a suivi votre raffinement ? Serez-vous capables de garder l’obéissance d’aujourd’hui ? Votre dévotion peut-elle rester constante et immuable ? Sûrement ceci n’est pas une exigence qui dépasse les capacités de l’homme ? Jour après jour, Je vis avec les hommes, Je coopère avec l’humanité, mais personne ne s’en est jamais rendu compte. N’eut été a direction de Mon Esprit, qui dans toute la race humaine existerait encore à l’époque actuelle ? Serait-ce que J’exagère quand Je dis que Je vis et agis en compagnie des hommes ? Dans le passé, J’ai dit : « J’ai créé l’humanité, J’ai guidé l’humanité tout entière et dirigé l’ensemble de l’humanité. » Cela ne s’est-il pas réellement passé ? Serait-il possible que votre expérience de ces choses soit insuffisante ? La simple expression « faiseur de service » devrait suffire pour vous faire passer toute une vie à tenter de l’expliquer. Sans expérience réelle, un être humain n’en viendrait jamais à Me connaître, ne pourrait jamais Me connaître par Mes paroles. Mais aujourd’hui, Je suis venu personnellement au milieu de vous : cela ne vous aidera-t-il pas à Me connaître ? Serait-ce que Mon incarnation ne soit pas aussi le salut pour vous ? Si Je n’étais pas descendu dans l’humanité en Ma propre personne, toute la race humaine aurait depuis longtemps été imprégnée de conceptions, c’est-à-dire qu’elle serait devenue une possession de Satan, parce que ce en quoi tu crois est simplement l’image de Satan et n’a absolument rien à voir avec Dieu Lui-même. Cela n’est-il pas Mon salut ?

Quand Satan se présente devant Moi, Je ne recule pas devant sa férocité sauvage et Je ne suis pas effrayé par sa laideur : Je l’ignore tout simplement. Quand Satan Me tente, Je vois à travers sa ruse, ce qui l’oblige à s’éclipser dans la honte et l’humiliation. Quand Satan lutte contre Moi et essaie de M’arracher Mon peuple élu, Je Me livre à corps perdu dans Ma chair ; et dans Ma chair, Je soutiens et guide Mon peuple afin qu’il ne tombe pas ou se perde facilement, et Je le conduis à chaque étape du chemin. Et quand Satan se retire dans la défaite, Je suis glorifié dans Mon peuple et Mon peuple a rendu un témoignage clair et retentissant pour Moi. Par conséquent, Je vais retirer les obstacles dans Ma gestion et les jeter une fois pour toutes dans le puits sans fond. Tel est Mon plan, tel est Mon travail. Dans ta vie, il se peut que vienne le jour où tu rencontreras ce genre de situation : te laisserais-tu volontairement devenir captif de Satan ou Me laisseras-tu t’acquérir ? Ceci est ton propre destin, et tu dois y réfléchir sérieusement.

La vie dans le royaume est la vie du peuple et de Dieu Lui-même. Toute l’humanité fait l’objet de Mes soins et de Ma protection, et tous les gens sont engagés dans une lutte à mort avec le grand dragon rouge. Pour gagner cette bataille finale, pour en finir avec le grand dragon rouge, tous les gens devraient M’offrir leur être entier dans Mon royaume. Quand Je dis « royaume », Je signifie la vie vécue directement sous les auspices de la divinité, la vie de toute l’humanité que Je guide et que J’entraîne Moi-même directement, de sorte que la vie de l’humanité tout entière, bien que toujours sur la terre, ressemble à la vie dans le ciel, une véritable incarnation de la vie dans le troisième ciel. Bien que Je sois dans Ma chair, Je ne souffre pas les limites de la chair. Combien de fois suis-Je venu au milieu des hommes pour écouter leurs prières et combien de fois ai-Je apprécié leurs louanges en marchant au milieu d’eux ? Même si les êtres humains n’ont jamais été conscients de Mon existence, Je continue quand même Mon travail de cette façon. Dans Ma demeure qui est l’endroit où Je suis caché, néanmoins, dans ce lieu qui est Ma demeure, J’ai vaincu tous Mes ennemis ; dans Ma demeure, J’ai acquis une expérience réelle de la vie sur terre ; dans Ma demeure, J’observe chaque mot et chaque action de l’homme, et Je veille sur l’ensemble de la race humaine et la dirige. Si l’humanité pouvait sentir de la sollicitude pour Mes desseins, satisfaisant ainsi Mon cœur et Me causant du plaisir, alors sûrement Je bénirais toute l’humanité. N’est-ce pas là Mon but pour l’humanité ?

Alors que l’humanité repose dans le coma, ce n’est que par le claquement de Mon tonnerre que les êtres humains sont réveillés de leurs rêves. Et quand ils ouvrent leurs yeux, plusieurs sont blessés dans l’œil par ces explosions de rayonnement froid au point de perdre leur sens d’orientation ne sachant ni d’où ils viennent ni où ils vont. La plupart des gens sont frappés par les rayons de style laser et en conséquence s’effondrent sous la tempête, leurs corps emportés par les torrents violents qui ne laissent aucune trace de leur passage. Dans la lumière, les survivants sont enfin en mesure de voir Mon visage clairement, et seulement alors en viennent-ils à connaître quelque chose de Mon apparence, au point où ils n’osent plus Me regarder directement en face, pris d’anxiété de peur que fasse tomber sur leur chair Mon châtiment et Mes malédictions une fois de plus. Combien de gens tombent en sanglots incontrôlables ? Combien tombent dans le désespoir ? Combien gonflent les rivières de leur sang ? Combien deviennent des cadavres à la dérive ? Combien de gens, découvrant leur propre place dans la lumière, ressentent la douleur soudaine du chagrin et pleurent sur leurs longues années de malheur ? Combien de gens, sous le rayon menaçant de la lumière, confessent leurs souillures et font la promesse de se réformer ? Combien de gens aveuglés ont déjà perdu la joie de vivre et par conséquent n’ont pas l’esprit à s’ouvrir à la lumière, et donc continuent à stagner, attendant leur fin ? Et combien de gens hissent les voiles de la vie et, sous la direction de la lumière, attendent avec impatience leur lendemain ?… Aujourd’hui, qui parmi les hommes n’existe pas dans cet état ? Qui n’existe pas dans Ma lumière ? Même si tu es fort, ou supposant que tu sois faible, comment peux-tu éviter la venue de Ma lumière ?

Le 10 mars 1992

Note de bas de page :

[a] Le texte original omet « le titre ».