Les brebis de Dieu entendent la voix de Dieu

Contenu

Chapitre 1 Tu dois savoir que seul Dieu Tout-Puissant est le seul vrai Dieu qui a créé les cieux et la terre et tout ce qu’ils contiennent

2. Dieu Tout-Puissant est Jésus qui est revenu.

Paroles appropriées de Dieu :

Dieu est incarné dans la Chine continentale, ce que les compatriotes de Hong Kong et de Taiwan appellent l’intérieur des terres. Quand Dieu est venu d’en haut sur la terre, personne dans le ciel et sur la terre ne le savait, car c’est justement ce que signifie « Dieu qui revient de façon dissimulée ». Il a travaillé et vécu longtemps dans la chair, mais personne ne l’a su. Même aujourd’hui, personne ne le reconnait. Peut-être que cela restera une énigme éternelle. La venue de Dieu dans la chair cette fois ne peut pas être connue par qui que ce soit. Peu importe l’envergure et la puissance du travail de l’Esprit, Dieu reste toujours composé, ne se trahissant jamais. C’est comme si cette étape de Son travail se déroulait dans le royaume céleste. Même si c’est parfaitement évident pour tout le monde, personne ne le reconnait. Quand Dieu terminera cette étape de Son travail, tous se réveilleront de leur long sommeil et changeront leur attitude. Je Me souviens qu’une fois Dieu a dit : « Entrer dans la chair en ce moment, c’est comme tomber dans l’antre du tigre. » Que ce cycle de l’œuvre de Dieu implique la venue de Dieu dans la chair et sa naissance dans la demeure du grand dragon rouge signifie que Sa venue sur terre cette fois doit affronter des dangers extrêmes. Il fait face à des couteaux, des fusils et des gourdins ; Il fait face à la tentation ; Il fait face à des foules de gens au regard meurtrier. Il risque d’être tué à tout moment. Dieu est vraiment venu avec colère. Cependant, Il est venu dans le but de faire le travail de perfection, ce qui signifie faire la deuxième partie de Son œuvre qui se poursuit après le travail de rédemption. Dieu a consacré la plus grande pensée et les plus grands soins au succès de cette étape de Son œuvre et Il utilise tous les moyens imaginables pour éviter les assauts de la tentation, se dissimulant Lui-même humblement et n’étalant jamais Son identité. En sauvant l’homme par la croix, Jésus n’accomplissait que le travail de rédemption ; Il ne faisait pas le travail de perfection. Ainsi, seule la moitié de l’œuvre de Dieu était accomplie, et la fin du travail de rédemption n’était que la moitié de Son plan d’ensemble. Comme le nouvel âge était sur le point de commencer et l’ancien sur le point de se retirer, Dieu le Père a commencé à élaborer la deuxième partie de Son travail et à s’y préparer. Dans le passé, cette incarnation dans les derniers jours n’a peut-être pas été annoncée, et donc cela a renforcé le secret entourant cette autre venue de Dieu dans la chair. À l’orée du jour, à l’insu de tous, Dieu est venu sur terre et a commencé Sa vie dans la chair. Les gens ignoraient tout de ce moment. Ils étaient peut-être tous endormis. Plusieurs de ceux qui étaient éveillés attendaient peut-être avec vigilance, et plusieurs priaient peut-être silencieusement Dieu qui est au ciel. Pourtant, parmi tous ces gens nombreux, pas un ne savait que Dieu était déjà arrivé sur la terre. Dieu a travaillé comme cela afin de réaliser plus facilement Son travail et obtenir de meilleurs résultats, et également afin d’éviter plus de tentations. Lorsque l’assoupissement printanier de l’homme aura cessé, l’œuvre de Dieu aura été terminée depuis longtemps et Il partira, mettant un terme à Son itinérance et à Son séjour sur la terre. Parce que le travail de Dieu exige que Dieu agisse et parle personnellement et parce qu’il n’y a aucun moyen pour l’homme de l’aider, Dieu a enduré une douleur extrême pour venir sur la terre et faire le travail Lui-même. L’homme est incapable de représenter le travail de Dieu. Donc Dieu a risqué des dangers plusieurs milliers de fois supérieurs à ceux de l’ère de la Grâce pour descendre où demeure le grand dragon rouge et faire Son propre travail, pour mettre toute Sa pensée et Ses soins à racheter ces gens appauvris, à racheter ces gens embourbés dans le fumier. Même si personne n’est au courant de l’existence de Dieu, Dieu n’en est pas troublé parce que cela bénéficie grandement au travail de Dieu. Tous sont atrocement mauvais, alors comment peuvent-ils tolérer l’existence de Dieu ? Voilà pourquoi Dieu est toujours silencieux sur la terre. Peu importe les excès de la cruauté de l’homme, Dieu ne le prend pas à cœur, mais ne cesse d’accomplir le travail qu’Il doit faire afin de réaliser la plus grande commission que le Père céleste Lui a confiée. Qui parmi vous a reconnu la beauté de Dieu ? Qui montre plus de considération pour le fardeau de Dieu le Père que son Fils ? Qui peut comprendre la volonté de Dieu le Père ? L’Esprit de Dieu le Père dans le ciel est souvent troublé, et Son Fils sur la terre prie souvent pour la volonté de Dieu le Père, S’inquiétant jusqu’à S’en déchirer le cœur. Quelqu’un connait-il l’amour de Dieu le Père pour Son Fils ? Est-ce que quelqu’un sait jusqu’à quel point l’amour de Dieu le Père manque au Fils bien-aimé ? Déchirés entre le ciel et la terre, les deux Se regardent de loin constamment, côte à côte en Esprit. Ô humanité ! Quand seras-tu attentive au cœur de Dieu ? Quand comprendras-tu le dessein de Dieu ? Le Père et le Fils ont toujours dépendu l’un de l’autre. Pourquoi alors devraient-ils être séparés, un au ciel en haut et l’autre sur terre en bas ? Le Père aime Son Fils comme le Fils aime Son Père. Pourquoi donc doit-Il attendre avec un tel désir et désirer avec une telle anxiété ? Quelqu’un se rend-il compte que, bien qu’ils n’aient pas été séparés longtemps, le Père désire déjà ardemment et anxieusement depuis de longs jours et de longues nuits que Son Fils bien-aimé retourne incessamment ? Il observe, Il reste assis en silence, Il attend. Il est complètement tourné vers le retour rapide de Son Fils bien-aimé. Quand sera-t-Il à nouveau avec le Fils qui erre sur la terre ? Bien qu’une fois ensemble, ils seront ensemble pour l’éternité, comment peut-Il supporter les milliers de jours et de nuits de séparation, un dans le ciel au-dessus et l’autre sur la terre au-dessous ? Des dizaines d’années sur la terre sont comme des milliers d’années dans le ciel. Comment Dieu le Père pourrait-Il ne pas s’inquiéter ? Quand Dieu vient sur la terre, Il éprouve les nombreuses vicissitudes du monde humain tout comme l’homme. Dieu Lui-même est innocent, alors pourquoi laisser Dieu souffrir la même douleur que l’homme ? Il n’est pas étonnant que Dieu le Père désire si urgemment revoir Son Fils. Qui peut comprendre le cœur de Dieu ? Dieu donne beaucoup trop à l’homme ; comment l’homme peut-il adéquatement rembourser le cœur de Dieu ? Par contre, l’homme donne beaucoup trop peu à Dieu ; comment donc Dieu pourrait-Il ne pas être inquiet ?

À peine un humain parmi les hommes comprend le cœur inquiet de Dieu parce que le calibre des gens est trop faible et leur sensibilité spirituelle vraiment terne, et parce qu’ils ne remarquent pas ni ne prêtent attention à ce que Dieu fait. Donc Dieu ne cesse de s’inquiéter au sujet de l’homme, comme si la nature bestiale de l’homme pouvait s’exprimer à tout moment. Cela démontre encore une fois que la venue de Dieu sur terre est accompagnée de grandes tentations. Mais, afin de rendre complet un groupe de gens, Dieu, chargé de gloire, a révélé tous Ses desseins à l’homme, sans rien cacher. Il a fermement décidé de rendre complet ce groupe de gens. Par conséquent, que viennent les difficultés ou la tentation, Il tourne les yeux et les ignore. Il accomplit tout simplement Son œuvre, tranquillement, croyant fermement que le jour où Dieu aura obtenu la gloire, l’homme connaitra Dieu, et croyant que lorsque l’homme aura été rendu complet par Dieu, il comprendra pleinement le cœur de Dieu. En ce moment, il peut y avoir des gens qui tentent Dieu ou qui comprennent mal Dieu ou qui blâment Dieu ; Dieu ne prend rien de tout cela à cœur. Quand Dieu descendra dans la gloire, tous les gens comprendront que tout ce que Dieu fait est pour le bien-être de l’humanité, et tous les gens comprendront que tout ce que Dieu fait est pour que l’humanité survive. La venue de Dieu est accompagnée par des tentations et Dieu vient aussi avec majesté et colère. Au moment où Dieu quittera l’homme, Il aura déjà acquis la gloire et Il partira pleinement chargé de gloire, dans la joie du retour. Le Dieu qui travaille sur la terre ne prend pas les choses à cœur, peu importe le rejet des gens. Il accomplit tout simplement Son travail. La création du monde par Dieu remonte à des milliers d’années. Il est venu sur la terre pour faire une quantité incommensurable de travail et Il a pleinement vécu le rejet et la calomnie du monde humain. Personne n’accueille l’arrivée de Dieu ; tous le regardent froidement, tout simplement. Au long de ces milliers d’années de difficultés, la conduite de l’homme a depuis longtemps brisé le cœur de Dieu. Il ne porte plus attention à la rébellion des gens, mais établit plutôt un plan spécifique pour transformer et purifier l’homme. La dérision, la calomnie, la persécution, la tribulation, la souffrance de la crucifixion, le rejet de l’homme, et ainsi de suite, tout ce que Dieu a connu dans la chair, Dieu a suffisamment expérimenté tout cela. Dieu dans la chair a pleinement souffert des misères du monde humain. Depuis longtemps, l’Esprit de Dieu le Père dans le ciel ne supporte plus de voir ces horreurs. Il relève la tête vers l’arrière et ferme les yeux, attendant le retour de Son Fils bien-aimé. Il n’a qu’un seul désir : que les gens écoutent et obéissent, qu’ils ressentent une grande honte devant Sa chair et ne se rebellent pas contre Lui. Tout ce qu’Il souhaite, c’est que tous les gens croient que Dieu existe. Il y a longtemps, Il a cessé d’exiger davantage de l’homme parce que le prix que Dieu a payé est trop élevé, mais l’homme se repose confortablement, ne prenant pas du tout l’œuvre de Dieu à cœur.

Extrait de « Le travail et l’entrée (4) », La Parole apparaît dans la chair

Dieu est devenu chair la première fois par la conception du Saint-Esprit. C’était relié à Son travail. Le nom de Jésus a marqué le début de l’ère de la Grâce. Quand Jésus a commencé à exercer Son ministère, le Saint-Esprit a commencé à témoigner du nom de Jésus, et le nom de l’Éternel n’était plus mentionné. Le Saint-Esprit a commencé la nouvelle œuvre principalement sous le nom de Jésus. Ceux qui ont cru en Lui ont porté témoignage en faveur de Jésus-Christ et le travail qu’ils ont fait était aussi pour Jésus-Christ. La conclusion de l’ère de la Loi de l’Ancien Testament signifiait que le travail principalement accompli sous le nom de l’Éternel avait pris fin. Après cela, le nom de Dieu n’était plus l’Éternel ; Son nom était Jésus, et ensuite le Saint-Esprit commença le travail principalement sous le nom de Jésus. Donc, aujourd’hui, quand tu manges et bois encore les paroles de l’Éternel et appliques toujours le travail de l’ère de la Loi, n’observes-tu pas la règle ? N’es-tu pas figé dans le passé ? Aujourd’hui, vous savez que les derniers jours sont arrivés. Quand Jésus viendra, sera-t-Il encore appelé Jésus ? L’Éternel avait dit au peuple d’Israël qu’un Messie viendrait, mais quand Il est arrivé, on ne L’a pas appelé Messie, mais Jésus. Jésus a dit qu’Il reviendrait et qu’Il arriverait comme Il était parti. Telles furent les paroles de Jésus, mais as-tu été témoin de Son départ ? Jésus est parti sur un nuage blanc, mais reviendrait-Il vraiment personnellement parmi les hommes sur un nuage blanc ? Si c’était le cas, ne serait-Il pas encore appelé Jésus ? Quand Jésus reviendra, l’ère aura déjà changé, alors pourrait-Il encore être appelé Jésus ? Dieu est-Il seulement connu sous le nom de Jésus ? Dans une nouvelle ère, ne pourrait-Il pas être appelé par un nouveau nom ? L’image d’une personne et un nom particulier peuvent-ils représenter Dieu dans Sa totalité ? À chaque ère, Dieu fait un nouveau travail et est appelé par un nouveau nom. Comment pourrait-Il faire le même travail dans des ères différentes ? Comment pourrait-Il rester accroché à l’ancien ? Le nom de Jésus a été utilisé pour l’œuvre de la rédemption. Alors aurait-Il encore le même nom pour Son retour dans les derniers jours ? Ferait-Il encore le travail de la rédemption ? Pourquoi l’Éternel et Jésus sont-Ils un, et pourtant ont des noms différents dans différentes ères ? N’est-ce pas parce que Leur travail dans ces ères est différent ? Un seul nom pourrait-il représenter Dieu dans Sa totalité ? Donc, Dieu doit avoir un nom différent pour une ère différente, doit utiliser ce nom pour changer et représenter l’ère, car aucun nom ne peut représenter pleinement Dieu Lui-même. Et chaque nom ne peut représenter le tempérament de Dieu que pendant une certaine ère et sa seule raison est de représenter Son œuvre. Par conséquent, Dieu peut choisir le nom qui convient à Son tempérament pour représenter l’ensemble de l’ère. Peu importe que ce soit l’ère de l’Éternel ou l’ère de Jésus, chaque ère est représentée par un nom. Après l’ère de la Grâce, l’ère finale est arrivée et Jésus est déjà venu. Comment pourrait-Il toujours être appelé Jésus ? Comment pourrait-Il encore assumer la forme de Jésus parmi les hommes ? As-tu oublié que Jésus n’était que l’image d’un Nazaréen ? As-tu oublié que Jésus n’était que le Rédempteur de l’humanité ? Comment pourrait-Il prendre en charge le travail de conquérir et de perfectionner l’homme dans les derniers jours ? Jésus est parti sur un nuage blanc, cela est un fait, mais comment pourrait-Il revenir sur un nuage blanc parmi les hommes et encore être appelé Jésus ? S’Il arrivait vraiment sur un nuage, l’homme ne Le reconnaîtrait-il pas ? Les gens partout dans le monde ne Le reconnaîtraient-ils pas ? Dans ce cas, n’est-ce pas que seul Jésus serait Dieu ? Dans ce cas, l’image de Dieu aurait l’apparence d’un Juif et serait la même pour toujours. Jésus a dit qu’Il arriverait comme Il était parti, mais connais-tu le vrai sens de Ses paroles ? Pourrait-Il vraiment vous l’avoir dit ? Tu sais seulement qu’Il arrivera comme Il est parti sur un nuage, mais sais-tu exactement comment Dieu Lui-même fait Son travail ? Si tu pouvais vraiment voir, alors comment expliquer les paroles de Jésus ? Il a dit : « Quand le Fils de l’homme viendra dans les derniers jours, Lui-même ne le saura pas, les anges ne le sauront pas, les messagers dans le ciel ne le sauront pas, et tous les gens ne le sauront pas. Seul le Père le saura, c’est-à-dire que seul l’Esprit le saura. » Si tu peux connaître et voir, alors ces mots ne sont-ils pas vains ? Même le Fils de l’homme Lui-même ne sait pas, mais toi tu peux voir et savoir ? Si tu as vu de tes propres yeux, ces mots n’ont-ils pas été dits en vain ? Et qu’est-ce que Jésus a dit en ce temps-là ? « Pour ce qui est du jour et de l'heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul. Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l'avènement du Fils de l’homme. … Veillez donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra. » Quand ce jour viendra, le Fils de l’homme Lui-même ne le saura pas. Le Fils de l’homme se réfère à la chair incarnée de Dieu, qui sera une personne normale et ordinaire. Même Lui-même ne sait pas, alors comment pourrais-tu savoir ? Jésus a dit qu’Il arriverait comme Il était parti. Même Lui ne sait pas quand Il arrivera, alors pourrait-Il t’informer à l’avance ? Peux-tu voir Son arrivée ? N’est-ce pas une blague ? Chaque fois que Dieu vient sur la terre, Il doit changer Son nom, Son sexe, Son image et Son œuvre ; Il ne répète pas Son travail, et Il est toujours nouveau, et jamais vieux. Quand Il est venu auparavant, Il était appelé Jésus ; pourrait-Il encore être appelé Jésus quand Il reviendra cette fois ? Quand Il est venu avant, Il était homme. Pourrait-Il être homme cette fois encore ? Quand Il est venu au cours de l’ère de la Grâce, Son travail fut d’être cloué sur la croix ; quand Il reviendra, rachètera-t-Il encore l’humanité du péché ? Sera-t-Il encore cloué sur une croix ? Ne serait-ce pas une répétition de Son œuvre ? Ne sais-tu pas que Dieu est toujours nouveau, et jamais vieux ? Certains disent que Dieu est immuable. C’est exact, mais cela se réfère à l’immuabilité du tempérament et de la substance de Dieu. Ses changements de nom et de travail ne prouvent pas que Sa substance a changé ; en d’autres termes, Dieu sera toujours Dieu, et cela ne changera jamais. Si tu dis que le travail de Dieu reste toujours le même, alors comment pourrait-Il achever Son plan de gestion de six mille ans ? Tu sais simplement que Dieu est toujours immuable, mais sais-tu que Dieu est toujours nouveau, et jamais vieux ? Si l’œuvre de Dieu ne changeait jamais, alors aurait-Il pu amener l’humanité jusqu’à aujourd’hui ? Si Dieu est immuable, alors comment se fait-il qu’Il ait déjà fait le travail de deux ères ? Son travail progresse toujours, et ainsi Son tempérament est progressivement exposé à l’homme. Ce qui est exposé est Son tempérament inhérent. Au commencement, le tempérament de Dieu était caché de l’homme. Il n’exposait jamais Son tempérament à l’homme et l’homme ne Le connaissait pas, alors Il a utilisé Son travail pour exposer progressivement Son tempérament à l’homme, mais cela ne signifie pas que Son tempérament change à chaque ère. Ce n’est pas vrai que le tempérament de Dieu change constamment parce que Sa volonté change toujours. Au contraire, parce que le travail de Dieu est réalisé dans différentes ères, Son tempérament inhérent dans Sa totalité est progressivement exposé à l’homme, de sorte que l’homme peut Le connaître. Mais cela ne prouve pas du tout que Dieu à l’origine n’avait pas un tempérament particulier et que Son tempérament a progressivement changé avec le passage des ères. Une telle croyance est un non-sens. Dieu expose à l’homme Son tempérament inhérent particulier, ce qu’Il est, selon le passage des ères. Le travail d’une seule ère ne peut pas exprimer tout le tempérament de Dieu. Ainsi, les mots « Dieu est toujours nouveau, et jamais vieux » se réfèrent à Son œuvre, et les mots « Dieu est immuable » se réfèrent à ce que Dieu a et ce qu’Il est. Peu importe, tu ne peux pas ramener le travail de six mille ans à un instant ou le décrire avec de simples mots statiques. Telle est la stupidité de l’homme. Dieu n’est pas aussi simple que l’homme l’imagine et Son œuvre ne cessera pas après une seule ère. L’Éternel, par exemple, ne sera pas toujours le nom de Dieu ; Dieu fait Son travail aussi sous le nom de Jésus, ce qui démontre que le travail de Dieu est toujours en progression.

Dieu sera toujours Dieu et ne deviendra jamais Satan ; Satan sera toujours Satan et ne deviendra jamais Dieu. La sagesse de Dieu, la splendeur de Dieu, la justice de Dieu et la majesté de Dieu ne changeront jamais. Sa substance, ce qu’Il a et ce qu’Il est ne changeront jamais. Son travail, cependant, est toujours en progression, s’approfondit toujours, car Dieu est toujours nouveau, et jamais vieux. À chaque ère, Dieu assume un nouveau nom, à chaque ère, Il fait un nouveau travail et à chaque ère, Il permet aux créatures de voir Sa nouvelle volonté et Son nouveau tempérament. Si les gens ne voient pas l’expression du nouveau tempérament de Dieu dans la nouvelle ère, ne Le cloueront-ils pas sur la croix éternellement ? Et ce faisant, ne définiraient-ils pas Dieu ? Si Dieu était seulement incarné comme un homme, les gens Le définiraient comme homme, comme le Dieu des hommes, et ne croiraient jamais qu’Il est le Dieu des femmes. Alors, les hommes croiraient que Dieu est du même sexe que les hommes, que Dieu est la tête des hommes. Et les femmes alors ? Cela est injuste. N’est-ce pas un traitement préférentiel ? Si tel était le cas, alors tous ceux que Dieu sauve seraient des hommes comme Lui et il n’y aurait pas de salut pour les femmes. Quand Dieu a créé l’humanité, Il a créé Adam et Il a créé Eve. Il n’a pas créé seulement Adam, mais Il a créé l’homme et la femme, tous les deux, à Son image. Dieu n’est pas seulement le Dieu des hommes, Il est aussi le Dieu des femmes. Dieu a un nouveau travail à faire au cours des derniers jours. Il exposera plus de Son tempérament et ce ne sera pas la compassion et l’amour comme au temps de Jésus. Puisqu’Il a un nouveau travail, ce nouveau travail sera accompagné d’un nouveau tempérament. Donc, si ce travail est fait par l’Esprit, si Dieu ne devient pas chair, et que plutôt l’Esprit parle directement à travers le tonnerre, de sorte que l’homme n’a pas de contact avec Lui, l’homme connaîtrait-il Son tempérament ? Si seul l’Esprit faisait le travail, alors l’homme n’aurait aucun moyen de connaître Son tempérament. Les gens peuvent voir le tempérament de Dieu avec leurs propres yeux seulement quand Il se fait chair, quand Il expose Ses paroles dans la chair et quand Il exprime tout Son tempérament dans la chair. Dieu vit vraiment parmi les hommes. Il est tangible. L’homme peut vraiment entrer en relation avec Son tempérament, avec ce qu’Il a et ce qu’Il est ; ce n’est que de cette façon que l’homme peut vraiment Le connaître. En même temps, Dieu a également accompli l’œuvre de Dieu en étant le Dieu des hommes et des femmes, et a achevé la totalité de Son œuvre dans la chair. Dieu ne copie pas Son travail à chaque nouvelle ère. Puisque les derniers jours sont arrivés, Il fera le travail des derniers jours et exposera tout Son tempérament dans les derniers jours. Les derniers jours sont une ère distincte, celle dans laquelle Jésus a dit que vous auriez à souffrir des catastrophes et seriez assujettis à des tremblements de terre, des famines et des fléaux, ce qui montrera que cela est une nouvelle ère et n’est plus l’ère de la Grâce. Si Dieu était toujours immuable, comme le disent les gens, si Son tempérament était toujours compatissant et aimant, s’Il aimait l’homme comme Lui-même, et s’Il offrait le salut à tout homme et ne détestait jamais l’homme, alors pourrait-Il achever Son œuvre ? Quand Jésus est venu, Il a été cloué sur la croix, et Il S’est sacrifié pour tous les pécheurs en S’offrant Lui-même sur l’autel. Il a déjà terminé le travail de la rédemption et déjà mené l’ère de la Grâce à sa fin, donc quel sens y aurait-il à répéter le travail de cette ère dans les derniers jours ? Faire la même chose ne serait-il pas une négation de l’œuvre de Jésus ? Si Dieu ne fait pas le travail de la crucifixion quand Il vient à l’étape actuelle, mais reste quand même aimant et compatissant, pourra-t-Il mener l’ère à sa fin ? Un Dieu aimant et compatissant pourrait-Il conclure l’ère ? Dans Son œuvre finale de la conclusion de l’ère, le tempérament de Dieu est le châtiment et le jugement. Il expose tout ce qui est injuste, Il juge tous les peuples publiquement et Il perfectionne ceux qui L’aiment vraiment. Seul un tel tempérament peut mener l’ère à sa fin. Les derniers jours sont déjà arrivés. Toutes les choses seront classées selon leur genre et seront divisées en différentes catégories selon leur nature. C’est le temps où Dieu expose la fin et la destination de l’homme. Si l’homme ne subit pas le châtiment et le jugement, alors il n’y aura aucun moyen d’exposer la désobéissance et l’injustice de l’homme. La fin de toutes choses peut être révélée seulement par le châtiment et le jugement. L’homme affiche ses vraies couleurs seulement quand il est châtié et jugé. Le mal retournera au mal, le bien retournera au bien et l’homme sera classé selon son genre. Par le châtiment et le jugement, la fin de toutes choses sera exposée, de sorte que le mal sera puni et le bien sera récompensé, et tous les gens seront alors soumis à la domination de Dieu. Pour être réalisé, tout le travail exige un châtiment et un jugement justes. Parce que la corruption de l’homme a atteint son apogée et que sa désobéissance a été trop grave, seul le tempérament juste de Dieu, qui est principalement le châtiment et le jugement et qui est exposé au cours des derniers jours, peut complètement transformer l’homme et le rendre complet. Seul ce tempérament peut exposer le mal et donc punir sévèrement tous les injustes. Par conséquent, un tempérament comme celui-là possède la signification de l’ère, et la révélation et la démonstration de Son tempérament est au service du travail de chaque nouvelle ère. Dieu n’expose pas Son tempérament arbitrairement et sans signification. Lorsque la fin de l’homme sera exposée durant les derniers jours, si Dieu accorde toujours à l’homme la compassion et l’amour intarissables, s’Il aime toujours l’homme, s’Il ne soumet pas l’homme au juste jugement, mais lui montre la tolérance, la patience et le pardon, s’Il pardonne encore à l’homme ses péchés, peu importe les péchés graves qu’il a commis, sans aucun jugement juste, alors toute la gestion de Dieu pourrait-elle arriver à sa fin ? Quand un tel tempérament pourrait-il mener l’humanité vers la bonne destination ? Prenons comme exemple un juge qui est toujours aimant, bienveillant et doux. Il aime les gens quels que soient les péchés qu’ils ont commis et Il est aimant et tolérant avec les gens quels qu’ils soient. Alors, quand pourrait-il rendre un juste verdict ? Pendant les derniers jours, seul le juste jugement peut classer l’homme et amener l’homme dans un nouveau domaine. De cette façon, toute l’ère est menée à sa fin par le juste tempérament de jugement et de châtiment de Dieu.

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (3) », La Parole apparaît dans la chair

Dans chaque ère et chaque étape d’œuvre, Mon nom n’est pas sans fondement, mais a une signification représentative : Chaque nom représente une ère. L’« Éternel » représente l’ère de la Loi, et est honorifique pour le Dieu adoré par le peuple d’Israël. « Jésus » représente l’ère de la Grâce, et est le nom du Dieu de tous ceux qui ont été rachetés pendant l’ère de la Grâce. Si l’homme a toujours très envie de voir l’arrivée de Jésus le Sauveur au cours des derniers jours, et s’il attend toujours qu’Il arrive sous l’image qu’Il avait en Judée, alors tout le plan de gestion de six mille ans s’arrêterait à l’ère de la rédemption et ne pourra pas progresser davantage. Par ailleurs, les derniers jours, n’arriveraient jamais, et l’ère ne serait jamais terminée. C’est parce que Jésus le Sauveur est seulement pour la rédemption et le salut de l’humanité. J’ai pris le nom de Jésus pour tous les pécheurs dans l’ère de la Grâce, et ce n’est pas le nom par lequel Je vais mettre fin à toute l’humanité. Bien que l’Éternel, Jésus et le Messie représentent tous Mon Esprit, ces noms ne désignent que les différentes ères dans Mon plan de gestion et ne Me représentent pas dans Ma totalité. Les noms par lesquels les gens de la terre M’appellent ne peuvent pas définir tout Mon tempérament et tout ce que Je suis. Ce sont simplement des noms différents par lesquels Je suis appelé dans différentes ères. Et ainsi, quand l’ère finale — l’ère des derniers jours — arrive, Mon nom change encore. Je ne suis pas appelé Éternel, ou Jésus, et encore moins le Messie, mais Je suis appelé le Tout-Puissant Dieu Lui-même, et sous ce nom Je mets un terme à toute l’ère. J’étais autrefois connu comme l’Éternel. J’ai aussi été appelé le Messie, et les gens M’ont un jour appelé Jésus le Sauveur parce qu’ils M’ont aimé et respecté. Mais aujourd’hui, Je ne suis pas l’Éternel ou Jésus que les gens connaissaient dans le passé — Je suis le Dieu qui est revenu dans les derniers jours, le Dieu qui mettra fin à l’ère. Je suis le Dieu Lui-même qui Se lève aux extrémités de la terre, rempli de tout Mon tempérament, et plein d’autorité, d’honneur et de gloire. Les gens ne se sont jamais engagés avec Moi, ne M’ont jamais connu et ont toujours ignoré Mon tempérament. Depuis la création du monde jusqu’à aujourd’hui, personne ne M’a jamais vu. C’est le Dieu qui apparaît à l’homme au cours des derniers jours, mais qui est caché parmi les hommes. Il vit parmi les hommes, vrai et réel, comme le soleil brûlant et le feu ardent, rempli de pouvoir et débordant d’autorité. Il n’y a pas une seule personne ou chose qui ne soit jugée par Mes paroles, et pas une seule personne ou chose qui ne sera pas purifiée par le feu ardent. Finalement, toutes les nations seront bénies grâce à Mes paroles, et aussi brisées en pièces à cause de Mes paroles. De cette façon, tous les peuples, au cours des derniers jours, verront que Je suis le Sauveur revenu, Je suis le Dieu Tout-Puissant qui conquiert toute l’humanité, et J’ai été une fois l’offrande expiatoire pour l’homme, mais dans les derniers jours, Je deviens aussi les flammes du soleil qui brûle toutes choses, ainsi que le Soleil de justice qui expose toutes choses. Telle est Mon œuvre des derniers jours. J’ai pris ce nom et Je suis possédé par ce tempérament afin que tous les gens puissent voir que Je suis un Dieu juste, et que Je suis le soleil brûlant et la flamme vive. C’est pour que tous M’adorent, le seul vrai Dieu, et pour qu’ils voient Ma vraie face : Je ne suis pas seulement le Dieu des Israélites, et Je ne suis pas seulement le Rédempteur — Je suis le Dieu de toutes les créatures dans les cieux, la terre et les mers.

Extrait de « Le Sauveur est déjà revenu sur une « nuée blanche » », La Parole apparaît dans la chair

Le travail fait dans le présent a fait progresser le travail de l’ère de la Grâce, c’est-à-dire que le travail de tous les six mille ans de gestion a progressé. Bien que l’ère de la Grâce soit terminée, l’œuvre de Dieu a continué à progresser. Pourquoi est-ce que je dis maintes et maintes fois que cette étape de travail est fondée sur l’ère de la Grâce et sur l’ère de la Loi ? Cela signifie que le travail d’aujourd’hui est la continuation du travail effectué dans l’ère de la Grâce et une élévation du travail de l’ère de la Loi. Les trois étapes sont étroitement liées entre elles et sont reliées l’une à l’autre. Pourquoi est-ce que Je dis aussi que cette étape de travail est fondée sur celle réalisée par Jésus ? Si cette étape n’était pas fondée sur le travail accompli par Jésus, alors dans cette étape actuelle, la crucifixion, c’est-à-dire l’œuvre de la rédemption déjà accomplie, devrait encore être réalisée. Cela n’aurait aucun sens. Par conséquent, ce n’est pas que le travail soit terminé, mais que l’ère a progressé, et le travail est encore plus éminent qu’auparavant. On pourrait dire que cette étape de travail est fondée sur l’ère de la Loi et sur le roc de l’œuvre de Jésus. Le travail progresse étape par étape et l’étape actuelle n’est pas un nouveau commencement. Seule la combinaison des trois étapes de travail peut être considérée comme la gestion de six mille ans. Cette étape est édifiée sur le fondement du travail de l’ère de la Grâce. Si ces deux étapes de travail ne sont pas reliées, pourquoi n’y a-t-il pas de crucifixion dans l’étape actuelle ? Pourquoi est-ce que Je n’assume pas les péchés de l’homme ? Je ne suis pas venue par la conception du Saint-Esprit ni ne serai crucifiée pour assumer les péchés de l’homme. Au contraire, Je suis ici pour châtier l’homme directement. Si Je n’ai pas châtié l’homme après la crucifixion et si maintenant Je ne viens pas par la conception du Saint-Esprit, alors Je ne serais pas qualifiée pour châtier l’homme. C’est précisément parce que Jésus et Moi sommes un que Je viens directement pour châtier et juger l’homme. Cette étape de travail repose entièrement sur l’étape précédente. C’est la raison pour laquelle seul un tel travail peut amener l’homme au salut étape par étape. Jésus et Moi venons du même Esprit. Bien que Nos chairs ne soient pas liées entre elles, Nos Esprits sont un ; si ce que Nous faisons et le travail que Nous accomplissons ne sont pas les mêmes, Nous sommes semblables en essence ; Nos chairs prennent des formes différentes, et cela est à cause du changement dans l’ère et du besoin de Notre travail ; Nos ministères ne sont pas semblables, de sorte que le travail que Nous engendrons et le tempérament que Nous exposons à l’homme sont également différents. Voilà pourquoi ce que l’homme voit et reçoit aujourd’hui est différent du passé ; il en est ainsi en raison du changement d’ère. Bien que le genre et la forme de Leurs chairs diffèrent et bien que Leurs familles de naissance diffèrent, ainsi que Leur ère de travail, Leurs Esprits sont un. Bien que Leurs chairs ne partagent pas une relation sanguine ou physique d’aucune manière, cela ne nie pas qu’Ils soient dans leurs êtres les chairs incarnées de Dieu à deux périodes différentes de temps. C’est une vérité indéniable qu’Ils soient les chairs incarnées de Dieu, même s’Ils ne partagent pas la même lignée ou un langage humain commun (l’un était un homme qui parlait la langue des Juifs et l’autre est une femme qui ne parle que chinois). Pour ces raisons, Ils font le travail qu’Ils doivent faire dans des pays différents, et aussi durant des périodes différentes de temps. Malgré le fait qu’Ils sont le même Esprit, qu’Ils possèdent la même essence, il n’y a aucune ressemblance entre les enveloppes extérieures de Leurs chairs. Ils partagent simplement la même humanité, mais l’apparence et la naissance de Leurs chairs ne se ressemblent pas. Cela n’a aucun impact sur Leur travail respectif ou sur la connaissance de l’homme à Leur sujet, car, après tout, Ils sont le même Esprit et personne ne peut Les séparer. Bien qu’Ils ne soient pas liés par le sang, Leurs êtres entiers sont dirigés par Leurs esprits, de sorte que Leurs êtres entreprennent un travail différent dans des périodes différentes avec Leurs chairs qui ne partagent pas la même lignée. De même, l’Esprit de l’Éternel n’est pas le père de l’Esprit de Jésus, tout comme l’Esprit de Jésus n’est pas le fils de l’Esprit de l’Éternel. Ils sont le même Esprit, tout comme le Dieu incarné d’aujourd’hui et Jésus. Bien qu’Ils ne soient pas liés par le sang, Ils sont un ; en effet, Leurs Esprits sont un.

Extrait de « Les deux incarnations complètent la signification de l’incarnation », La Parole apparaît dans la chair

Bien que l’œuvre des deux chairs incarnées soit différente, l’essence des chairs et la source de Leur travail sont identiques ; c’est juste qu’Elles existent pour réaliser deux étapes différentes de l’œuvre, et proviennent de deux ères différentes. Quoi qu’il en soit, les chairs incarnées de Dieu ont en partage la même essence et la même origine — c’est une vérité que nul ne peut nier.

Extrait de « L’essence de la chair habitée par Dieu », La Parole apparaît dans la chair

La première fois que Je fus parmi les hommes c’était au cours de l’ère de la Rédemption. Bien sûr, J’étais arrivé dans la famille juive ; donc les premiers à voir la venue de Dieu sur terre c’était le peuple juif. La raison pour laquelle J’ai accompli personnellement ce travail était que J’ai voulu utilisé Ma chair incarnée comme offrande expiatoire pour Mon travail de rédemption. Alors les premiers à Me voir étaient les Juifs de l’ère de la Grâce. Ce fut la première fois que Je travaillais en chair. Au cours de l’ère du Règne, Mon travail consiste à conquérir et à perfectionner, ainsi J’accomplis encore le travail de berger en chair. C’est la deuxième fois que Je travaille en chair. Au cours des deux dernières étapes du travail, ce avec quoi les gens entrent en contact, ce n’est non plus l’Esprit invisible et intouchable, mais une personne qui est l’Esprit réalisé en chair. Ainsi, aux yeux de l’homme, Je redeviens une personne sans aucun air ni aspect de Dieu. En outre, le Dieu que les gens voient n’est pas seulement homme, mais il est aussi femme, ce qui leur paraît plus étonnant et curieux. À maintes reprises, Mon travail extraordinaire brise les anciennes idées qui ont cours depuis des siècles. Les gens sont stupéfaits ! Le soi-disant Dieu n’est pas seulement le Saint-Esprit, cet Esprit, l’Esprit aux sept dons, l’Esprit qui englobe tout, mais aussi une personne, une personne ordinaire, une personne exceptionnellement ordinaire. Il n’est pas seulement de sexe masculin mais aussi féminin. Ils sont semblables en ce qu’Ils sont tous deux nés de l’homme, et différents en ce que l’un est conçu par le Saint-Esprit et l’autre est né d’un être humain, mais provenant directement de l’Esprit. Ils sont semblables en ce que les deux chairs incarnées de Dieu accomplissent le travail de Dieu le Père, et différents en ce que l’un accomplit le travail de rédemption et l’autre réalise le travail de conquête. Les deux représentent Dieu le Père, mais l’un est le Seigneur de la rédemption débordant de bonté et de miséricorde, et l’autre est le Dieu de la justice rempli de colère et chargé de juger. L’un est le Commandant suprême chargé de lancer l’œuvre de rédemption, et l’autre est le Dieu juste chargé d’accomplir l’œuvre de conquête. L’un est le Début, et l’autre est la Fin. L’un est la chair sans péché, l’autre est la chair qui complète la rédemption, continue le travail, et n’appartient pas au péché. Ils sont tous deux le même Esprit, mais Ils habitent dans différentes chairs et sont nés à des endroits différents. Et ils sont séparés par des milliers et des milliers d’années. Pourtant, Leur travail est mutuellement complémentaire, jamais antagoniste, et peut être évoqué avec le même souffle. Les deux sont des personnes, mais l’un est un petit garçon et l’autre est une fillette.

Extrait de « S’agissant de Dieu, quelle est ta compréhension », La Parole apparaît dans la chair

Non seulement Dieu est un esprit, mais Il peut aussi devenir chair ; en plus, Il est un corps de gloire. Bien que vous n’ayez pas vu Jésus, Il a été vu par les Israélites, c’est-à-dire les Juifs à l’époque. Il fut d’abord une chair, mais après avoir été crucifié, Il est devenu le corps de gloire. Il est l’Esprit qui englobe tout et peut faire du travail dans tous les lieux. Il peut être l’Éternel, Jésus et le Messie ; à la fin, Il peut devenir Dieu Tout-Puissant. Il est la justice, le jugement et le châtiment. Il est la malédiction et le courroux, mais aussi la miséricorde et la bonté. Tout le travail qu’Il fait peut Le représenter.

Extrait de « Les deux incarnations complètent la signification de l’incarnation », La Parole apparaît dans la chair

De l’œuvre de l’Éternel à celle de Jésus et de l’œuvre de Jésus à celle de l’étape actuelle, ces trois étapes couvrent toute la portée de la gestion de Dieu et tout cela est le travail d’un seul Esprit. Depuis qu’Il a créé le monde, Dieu a toujours géré l’humanité. Il est le Commencement et la Fin, Il est le Premier et le Dernier et Il est celui qui commence une ère et celui qui amène l’ère à sa fin. Les trois étapes de travail, à différentes ères et dans différents endroits, sont sûrement réalisées par un seul Esprit. Tous ceux qui séparent ces trois étapes s’opposent à Dieu. Maintenant, tu dois comprendre que tout le travail de la première étape jusqu’à aujourd’hui est l’œuvre d’un seul Dieu, l’œuvre d’un seul Esprit. Cela ne fait aucun doute.

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (3) », La Parole apparaît dans la chair

Je crois que notre génération est bénie de pouvoir continuer le chemin inachevé des générations précédentes et d’être témoin de la réapparition de Dieu après plusieurs milliers d’années, Dieu qui est ici parmi nous, et aussi présent en toutes choses. Tu n’aurais jamais pensé pouvoir marcher sur ce chemin : peux-tu le faire ? Le Saint-Esprit dirige toute personne sur ce chemin, l’Esprit du Seigneur Jésus-Christ à septuple gloire, et c’est le chemin qui a été ouvert pour toi par le Dieu d’aujourd’hui. Même dans tes rêves les plus fous tu n’aurais pas pu t’imaginer que Jésus, qui est apparu il y a plusieurs milliers d’années, apparaîtrait de nouveau. Ne te sens-tu pas reconnaissant ? Qui peut voir Dieu face à face ? Je prie souvent pour que notre groupe reçoive de plus grandes bénédictions de Dieu, pour que nous soyons favorisés et acquis par Dieu, mais de nombreuses fois aussi, j’ai versé des larmes pour nous, demandant à Dieu de nous éclairer et de nous accorder plus de révélations.

Extrait de « La voie… (7) », La Parole apparaît dans la chair