La Parole apparaît dans la chair

Contenu

Ceux qui n’apprennent ni ne connaissent ne sont-ils pas que des bêtes ?

Quelle est la méthode de recherche la plus appropriée sur le chemin d’aujourd’hui ? Quel genre de personnage devrais-tu imaginer être dans ta recherche ? Tu devrais savoir comment gérer tout ce qui t’arrive maintenant, que ce soit des épreuves ou des souffrances, des châtiments impitoyables ou des malédictions — tu devrais examiner tout cela attentivement. Pourquoi est-ce que Je dis cela ? Parce qu’après tout, ce qui t’arrive maintenant, c’est une épreuve de courte durée l’une après l’autre. Peut-être que ce n’est pas un stress formidable pour toi maintenant, donc tu laisses simplement aller les choses, ne les considérant pas comme une richesse précieuse pour ta quête de progrès. Tu es trop négligent ! En fait, tu vois cette richesse précieuse comme des nuages flottants devant tes yeux et tu ne valorises pas ces brefs instants de coups sévères qui ne te semblent pas si difficiles. Tu observes simplement froidement et tu ne les prends pas à cœur, mais les vois seulement comme si tu te heurtais à un mur occasionnellement. Tu es tellement hautain ! Tu adoptes simplement une attitude dédaigneuse à l’égard d’une attaque féroce et orageuse l’une après l’autre, et parfois tu souris même froidement, révélant un regard d’indifférence. C’est parce que tu n’as jamais pensé à la raison pour laquelle tu souffres de ce genre de « malchance » à plusieurs reprises. Serait-ce que Je sois si injuste pour les gens ? Ne fais-je qu’ergoter avec toi ? Bien que ta façon de penser ne soit pas aussi grave que Je l’ai décrite, cette attitude « calme » a dépeint le monde intérieur de ton cœur de façon très vive. Inutile de dire que ce qui est caché au fond de ton cœur n’est rien d’autre que des invectives irréfléchies et des nuances infinies de chagrin que les autres peuvent difficilement voir. C’est parce que tu as souffert de ces types d’épreuves que tu sens que c’est injuste, donc tu lances des invectives de cette façon. C’est à cause de ces épreuves que tu sens que le monde est si désolé, tu es donc plein de mélancolie. Tu ne vois pas que coup après coup et discipline après discipline sont la meilleure protection, mais tu les vois comme des provocations déraisonnables du ciel ou une rétribution appropriée pour toi. Tu es si ignorant ! Sans pitié, tu as enfermé le meilleur des temps dans l’obscurité et tu vois constamment des belles épreuves et la discipline comme les attaques d’un ennemi. Tu ne peux pas t’adapter à l’environnement et, plus encore, tu ne veux pas t’adapter. C’est parce que tu n’es pas prêt à gagner quoi que ce soit du châtiment répété que tu vois comme impitoyable. Tu ne cherches pas ou n’explores pas et tu es résigné à la volonté du ciel ; où que tu aboutisses, c’est là que tu es. Le châtiment que tu vois comme impitoyable n’a pas changé ton cœur et n’a pas occupé ton cœur. Au lieu, il l’a juste blessé. Tu as vu ce « châtiment impitoyable » seulement comme ton ennemi dans cette vie, mais tu n’as rien gagné. Tu es tellement suffisant ! Tu crois rarement que tu es soumis à ces types d’épreuves parce que tu es si méprisable, plutôt, tu crois que tu es trop malchanceux et, de plus, tu dis que J’ergote toujours avec toi. Jusqu’à maintenant, combien de compréhension as-tu réellement de ce que Je dis et de ce que Je fais ? Ne pense pas que tu es un génie naturel, tu n’es qu’un tout petit peu loin des cieux et dominant la terre. Tu n’es pas plus intelligent que les autres et on peut même dire que tu es mignonnement plus idiot que n’importe quelle autre personne sensible sur la terre, parce que tu te vois trop fièrement ; tu n’as jamais eu aucun sens d’infériorité. Il semble que tu vois tout ce que Je fais aussi clairement que le cristal. La vérité est que tu n’es pas le moins du monde une personne sensée. C’est parce que tu n’as aucune idée de ce que Je vais faire et tu sais encore moins ce que Je fais actuellement. C’est pourquoi Je dis que tu ne peux pas comparer à un fermier chevronné quelqu’un qui n’a pas connaissance de la vie humaine, et pourtant se fie aux bénédictions du ciel pour cultiver. Tu es tellement indifférent en ce qui a trait à ta propre vie et tu ne connais même pas la réputation, tu te connais encore moins. Tu es trop « hautain et puissant » ! Je suis vraiment préoccupé de la façon dont les play-boys ou les femmes légères comme vous pourront résister aux attaques des vagues et des vents plus grands, plus tempétueux ? Ces play-boys ne se soucient pas du tout du genre d’environnement qui leur survient maintenant. Il semble que ce soit une affaire négligeable. Ils ne tiennent pas compte de ces choses. Ils ne sont pas négatifs et ne se considèrent pas comme humbles. Plutôt, ils se promènent encore et se baladent le long des « boulevards », éventail à la main. Ces « personnages » qui n’apprennent pas et ne savent rien n’ont aucune idée pourquoi Je leur dis ces choses. Simplement, ils se connaissent un peu avec un regard truculent, et après, leurs mauvaises manières ne changent pas. Après M’avoir quitté, ils continuent à courir effrénément dans le monde entier, à se pavaner et escroquer. L’expression sur ton visage change trop rapidement ; tu Me trompes toujours de cette manière. Tu as une telle audace ! Et ces jeunes femmes légères sont vraiment risibles. Elles entendent mes déclarations urgentes, elles voient l’environnement dans lequel elles se trouvent et elles ne peuvent s’empêcher de verser des larmes ; elles se torsionnent comme si elles essayaient d’être envoûtantes. C’est tellement dégoûtant ! Elle voit sa propre stature et se couche dans son lit et y reste, pleurant sans s’arrêter, tout comme si elle allait suffoquer. De ces paroles, elle voit sa propre immaturité et humilité et après cela elle est surchargée de négativité. Elle regarde, les yeux vides, et il n’y a pas de lumière dans ses yeux ; elle ne se plaint pas et elle ne Me déteste pas. Elle est si négative qu’elle ne bouge même pas. Aussi, elle n’apprend pas et ne sait rien. Après qu’elle s’éloigne de Moi, elle plaisante et est enjouée de nouveau, et ce « rire comme des cloches d’argent » est tout comme une « princesse de cloche d’argent ». Elles sont toutes deux trop fragiles et manquent d’apitoiement sur elles-mêmes ! Vous tous, les biens endommagés parmi l’humanité, vous manquez tellement d’humanité ! Vous ne connaissez pas l’amour de soi ou l’autoprotection, vous ne comprenez pas la raison, vous ne cherchez pas la vraie voie ni n’aimez la vraie lumière et vous ne savez surtout pas comment vous valoriser. Vous avez constamment repoussé Mes paroles d’enseignement au fond de votre pensée et les avez même utilisées comme divertissement pendant vos temps de loisirs. Vous les avez toujours utilisées comme votre propre « amulette ». Quand Satan t’accuse, tout simplement, tu pries un peu. Lorsque tu es négatif, tu dors, et lorsque tu es heureux, tu cours partout comme un fou. Quand Je te réprimande, tu hoches la tête et tu fais une révérence, mais lorsque tu Me quittes, tu ris sauvagement. Parmi les gens, tu as toujours le plus hautain et tu ne t’es jamais considéré comme le plus vaniteux. Tu es toujours hautain et puissant, très content de toi et terriblement arrogant. Comment ce genre de « jeune homme », « jeune femme », « monsieur » ou « dame » qui n’apprend pas et ne sait rien peut-il traiter Mes paroles comme un trésor précieux ? Je vais te demander davantage : qu’as-tu vraiment appris de Mes paroles et de Mon œuvre pendant tout ce temps ? Tes astuces sont plus intelligentes ? Ta chair est plus sophistiquée ? Ton attitude envers Moi est plus dédaigneuse ? Je vais te dire franchement que cette œuvre qui est la Mienne a réellement fait grandir ta bravoure maintenant ; elle était autrefois comme celle d’une souris. Ta crainte de Moi diminue de jour en jour parce que Je suis trop miséricordieux. Je n’ai jamais utilisé de méthodes violentes pour punir ta chair. Peut-être que selon ta manière de voir, Je parle tout simplement durement, mais la plupart du temps Je te fais face avec un sourire et Je ne te critique presque jamais directement. Et c’est particulièrement parce que Je suis toujours attentif à tes faiblesses que tu as été amené à Me traiter comme le serpent traite le fermier qui a bon cœur. J’admire vraiment l’habileté de l’humanité à soigneusement jauger les autres ; c’est vraiment remarquable, superbe ! Je vais te dire la vérité. Que tu aies ou non un cœur de révérence aujourd’hui est insignifiant. Je ne suis pas nerveux ou anxieux, mais Je te dirai aussi que toi, « génie », qui n’apprends pas et qui ne sais rien finiras par être ruiné dans la petite intelligence de ta propre gloriole. Tu seras celui qui souffre et tu seras celui qui sera châtié. Je ne serais pas stupide au point de continuer à t’accompagner en enfer et de continuer à souffrir, parce que toi et Moi ne sommes pas du même genre. N’oublie pas que tu es une création que J’ai maudite, à qui J’ai enseignée et que J’ai sauvée. Je ne languis après rien. Peu importe quand Je travaille, Je ne suis pas soumis à la manipulation de gens, d’événements ou de choses. On peut dire que Mon attitude et Mon point de vue sur l’humanité sont toujours demeurés les mêmes. Je n’ai aucune faveur envers toi parce que tu es un accessoire à Ma gestion ; tu n’as certainement pas plus de forces que toute autre chose. Je te conseille de te souvenir que tu n’es rien de plus qu’une création ! Bien que tu vives avec Moi, tu devrais connaître ton statut et ne pas te considérer trop élevé. Même si Je ne te critique pas ni ne te traite, et Je te fais face avec un sourire, cela ne prouve pas que toi et Moi soyons du même genre. Tu devrais savoir que tu cherches la vérité, tu n’es toi-même pas la vérité ! Tu dois changer selon Mes paroles à tout moment ; tu ne peux pas y échapper. Je te conseille d’apprendre quelque chose pendant que tu es au milieu de ces temps merveilleux, pendant que cette occasion rare est là, et n’essaie pas de te jouer de Moi. Tu ne dois pas utiliser la flatterie pour Me tromper. Que tu Me cherches n’est pas complètement pour Moi-même, c’est pour toi !