Déclarations du Christ des derniers jours (Sélections)

Contenu

Avoir un tempérament inchangé, c’est être en inimitié envers Dieu

Après plusieurs milliers d’années de corruption, l’homme est devenu engourdi et terne, un démon qui s’oppose à Dieu, dans la mesure où sa rébellion envers Lui a été documentée dans les livres de l’histoire, et même l’homme est incapable de donner un compte complet de son comportement rebelle, car il a été profondément corrompu et si égaré par Satan qu’il ne sait pas où se tourner. Même aujourd’hui, l’homme trahit encore Dieu : quand il Le voit, il Le trahit, et quand il ne peut pas Le voir, il Le trahit aussi. Il y a même ceux qui, ayant été témoins des malédictions et de la colère de Dieu, Le trahissent encore. Et ainsi Je dis que le sens de l’homme a perdu sa fonction originale, et que la conscience de l’homme a aussi perdu sa fonction originelle. L’homme que Je regarde est une bête en tenue humaine, c’est un serpent venimeux, et peu importe la pitié qu’il essaie de faire paraître devant Mes yeux, Je ne serai jamais miséricordieux envers lui, car il ne comprend pas la différence entre le noir et le blanc, vérité et non-vérité. Le sens de l’homme est si engourdi, mais il désire encore obtenir des bénédictions ; son humanité est si ignoble qu’il désire encore posséder la souveraineté d’un roi. De qui pourrait-il être le roi, avec un tel sens ? Comment pouvait-il, avec une telle humanité, s’asseoir au sommet d’un trône ? L’homme n’a vraiment aucune honte ! C’est un misérable vaniteux ! Pour ceux d’entre vous qui souhaitent obtenir des bénédictions, Je vous suggère de trouver d’abord un miroir et de regarder votre propre réflexion laide : as-tu ce qu’il faut pour être un roi ? As-tu le visage d’un homme qui pourrait obtenir des bénédictions ? Il n’y a pas eu le moindre changement dans ton tempérament et tu n’as mis en pratique aucune vérité, mais tu souhaites toujours un merveilleux lendemain. Tu te trompes ! Né dans une terre si sale, l’homme a été gravement endommagé par la société, il a été influencé par l’éthique féodale, et il a été éduqué dans les « instituts d’enseignement supérieur ». La pensée arriérée, une moralité corrompue, une vue moyenne sur la vie, une philosophie méprisable, une existence sans valeur, un mode de vie dépravé et des coutumes ; toutes ces choses ont gravement entamé le cœur de l’homme, et gravement miné et attaqué sa conscience. En conséquence, l’homme est toujours plus éloigné de Dieu et toujours plus opposé à Lui. Le tempérament de l’homme devient de plus en plus vicieux chaque jour, et il n’y a pas une seule personne qui renoncera volontairement à rien pour Dieu, pas une seule personne qui Lui obéira volontiers, ni, de plus, une seule personne qui cherchera volontairement l’apparition de Dieu. Au lieu de cela, sous le domaine de Satan, l’homme ne fait que chercher le plaisir, se livrant à la corruption de la chair dans le pays de la boue. Même quand ils entendent la vérité, ceux qui vivent dans les ténèbres ne pensent pas à la mettre en pratique, et ils ne sont pas enclins à chercher Dieu même s’ils ont vu Son apparition. Comment une humanité si dépravée aurait-elle une chance de salut ? Comment une humanité si décadente pourrait-elle vivre dans la lumière ?

Le tempérament de l’homme doit être changé à partir de la connaissance de son essence et à travers des changements dans sa pensée, sa nature, et sa perspective mentale à travers des changements fondamentaux. Ce n’est que de cette manière que se réaliseront les vrais changements dans le tempérament de l’homme. Le tempérament corrompu de l’homme résulte de son empoisonnement et de son piétinement par Satan, du préjudice flagrant que celui-ci a infligé à sa pensée, à sa moralité, à sa perspicacité et à son sens. C’est précisément parce que ces choses fondamentales de l’homme ont été corrompues par Satan, et sont complètement différentes de la façon dont Dieu les a créés à l’origine, que l’homme s’oppose à Dieu et ne comprend pas la vérité. Ainsi, les changements dans le tempérament de l’homme devraient commencer par des changements dans sa pensée, sa perspicacité et son sens qui changeront sa connaissance de Dieu et sa connaissance de la vérité. Ceux qui sont nés dans le plus profondément corrompu de tous les pays sont encore plus ignorants de ce que Dieu est, ou ce que cela signifie de croire en Lui. Plus les gens sont corrompus, moins ils connaissent l’existence de Dieu, et plus leur sens et leurs idées sont pauvres. La source de l’opposition de l’homme et sa rébellion contre Dieu est sa corruption par Satan. Parce qu’il a été corrompu par Satan, la conscience de l’homme s’est engourdie, il est immoral, ses pensées sont dégénérées, et il a une vision mentale arriérée. Avant qu’il ne soit corrompu par Satan, l’homme suit naturellement Dieu et obéit à Ses paroles. Il était naturellement de bon sens et de conscience, et d’humanité normale. Après avoir été corrompu par Satan, son sens, sa conscience et son humanité originels sont devenus ternes et ont été affaiblis par Satan. Ainsi, il a perdu son obéissance et son amour envers Dieu. Le sens de l’homme est devenu aberrant, son tempérament est devenu le même que celui d’un animal, et sa rébellion envers Dieu est de plus en plus fréquente et pénible. Pourtant, l’homme ne le sait pas ni ne le reconnait, et s’y oppose aveuglément et se rebelle. La révélation du tempérament de l’homme est l’expression de son sens, sa perspicacité et sa conscience, et parce que son sens et sa perspicacité sont malades, et sa conscience est devenue extrêmement terne, ainsi son tempérament est rebelle contre Dieu. Si le sens et la perspicacité de l’homme ne peuvent changer, alors les changements dans son tempérament sont hors de question, comme être près du cœur de Dieu. Si le sens de l’homme n’est pas sain, alors il ne peut pas servir Dieu et est inapte à être utilisé par Dieu. Le « sens normal » se réfère à l’obéissance et à être fidèle à Dieu, à Le désirer, à être sans équivoque envers Lui et à avoir une conscience envers Lui. Il se réfère à être d’un seul cœur et d’un seul esprit envers Dieu, et ne pas s’opposer délibérément à Lui. Ceux qui sont d’un sens aberrant ne sont pas ainsi. Depuis que l’homme a été corrompu par Satan, il a produit des conceptions sur Dieu, et il n’a eu ni loyauté ni désir de Lui, sans parler de conscience envers Lui. L’homme s’oppose délibérément et passe des jugements sur Dieu, et, en outre, Lui lance des invectives derrière Son dos. L’homme sait clairement qu’Il est Dieu, mais il continue néanmoins de Le juger derrière Son dos, n’a aucune intention de Lui obéir et ne Lui fait que des revendications aveugles et des demandes. Ces gens, ceux qui ont un sens aberrant, sont incapables de connaître leur méprisable comportement ou de regretter leur rébellion. Si les gens sont capables de se connaître, alors ils ont retrouvé un peu de leur sens ; plus les gens sont rebelles contre Dieu, mais ne se connaissent pas eux-mêmes, moins ils ont du bon sens.

La source de la révélation du tempérament corrompu de l’homme n’est rien de plus que sa conscience émoussée, sa nature malveillante et son manqué de bon sens ; si la conscience et le sens de l’homme sont capables de retourner à la normale, alors il deviendra apte à être utilisé devant Dieu. C’est simplement parce que la conscience de l’homme a toujours été engourdie, que le sens de l’homme n’a jamais été sain et qu’il est de plus en plus terne, que l’homme se rebelle de plus en plus vers Dieu, de sorte qu’il a même cloué Jésus à la croix et a refusé au Dieu incarné des derniers jours sa maison ; il condamne la chair de Dieu, et la voit comme vile et humble. Si l’homme n’avait qu’un peu d’humanité, il ne serait pas si cruel dans son traitement de la chair incarnée de Dieu ; s’il n’avait qu’un peu de sens, il ne serait pas si vicieux dans son traitement d’elle ; s’il n’avait qu’un peu de conscience, il ne serait pas si « reconnaissant » à Dieu incarné de cette manière. L’homme vit à l’ère de Dieu devenu chair, mais il est incapable de remercier Dieu de lui avoir donné une si bonne occasion, et plutôt maudit Sa venue, ou ignore complètement le fait de Son incarnation, et est apparemment contre celle-ci et en lassé. Indépendamment de la façon dont l’homme traite la venue de Dieu, Lui, en bref, a toujours continué avec Son travail indépendamment, même si l’homme n’a pas été le plus accueillant envers Lui, et Lui fait aveuglément des demandes. Le tempérament de l’homme est devenu suprêmement vicieux, son sens est devenu extrêmement terne, sa conscience a été complètement piétinée par le mal et a longtemps cessée d’être la conscience originelle de l’homme. Celui-ci n’est pas seulement ingrat envers Dieu incarné pour accorder tant de vie et de grâce sur l’humanité, mais il est même devenu amer envers Dieu pour lui avoir donné la vérité ; c’est parce que l’homme n’a pas le moindre intérêt pour la vérité qu’il est amer envers Dieu. Non seulement est-il incapable de donner sa vie pour Dieu incarné, mais il essaie aussi d’en retirer des faveurs et Lui fait des demandes qui sont des dizaines de fois plus grandes que ce que l’homme Lui a donné. Les gens de cette conscience et de ce sens prennent tout cela pour acquis, et croient toujours qu’ils ont dépensé tellement pour Dieu, et qu’Il leur a donné trop peu. Il y a des gens qui M’ont donné un bol d’eau et qui M’ont tendu la main et qui ont exigé l’équivalent de[a] deux bols de lait, ou qui M’ont donné une chambre pour une nuit, mais qui ont essayé de Me facturer beaucoup plus en frais d’hébergement. Avec une telle humanité et une telle conscience, comment pourriez-vous encore vouloir gagner la vie ? Quels misérables vous êtes ! C’est à cause de cette humanité et de cette conscience de l’homme que Dieu incarné erre dans la terre, sans lieu de refuge. Ceux qui sont vraiment possédés de conscience et d’humanité doivent adorer et servir Dieu incarné de tout cœur, non pas à cause de la quantité de travail qu’Il a accompli, mais même s’Il n’a pas fait du tout de travail. C’est ce qui doit être fait par ceux qui sont de bon sens, et c’est le devoir de l’homme. La plupart des gens parlent même des conditions dans leur service à Dieu : ils ne se soucient pas de savoir s’Il est Dieu ou un homme, et ils ne parlent que de leurs propres conditions, et seulement de poursuivre la réalisation de leurs propres désirs. Quand vous cuisinez pour Moi, vous demandez des honoraires de chef, quand vous courez pour Moi, vous demandez des frais de fonctionnement, quand vous travaillez pour Moi vous exigez des honoraires de travail, quand vous lavez Mes vêtements vous demandez des honoraires de blanchissage, quand vous fournissez pour l’ Église vous demandez aux coûts de rétablissement , lorsque vous parlez vous exigez des honoraires d’orateurs, lorsque vous donnez des livres vous demandez des frais de distribution, et lorsque vous écrivez, vous demandez des frais d’écriture. Ceux avec qui J’ai traité M’exigent des récompenses à Moi-même, tandis que ceux qui ont été renvoyés chez eux exigent des réparations pour les dommages causés à leur nom ; ceux qui sont célibataires demandent une dot ou une compensation pour leur jeunesse perdue, ceux qui tuent un poulet exigent des honoraires de boucherie, ceux qui font frire la nourriture exigent des honoraires de friture, et ceux qui font la soupe demandent le paiement pour cela aussi… C’est votre haute et puissante humanité, et ce sont les actes dictés par votre conscience chaleureuse. Où est votre sens ? Où est votre humanité ? Laissez-Moi vous le dire ! Si vous continuez ainsi, Je cesserai de travailler parmi vous. Je ne travaillerai pas parmi un groupe de bêtes en tenue humaine, Je ne souffrirai pas ainsi pour un tel groupe de gens dont la belle face cache un cœur féroce, Je ne supporterai pas un tel paquet d’animaux qui n’a pas la moindre possibilité de salut. Le jour où Je vous tourne le dos à vous est le jour où vous mourrez, c’est le jour où les ténèbres viendront sur vous, et vous serez abandonnés par la lumière ! Laissez-Moi vous dire ! Je ne serai jamais bienveillant envers un groupe comme le vôtre, qui est même au-dessous des animaux ! Il y a des limites à Mes paroles et à Mes actions, et avec votre humanité et votre conscience telles qu’elles sont, Je ne ferai plus de travail, car vous manquerez trop de conscience, vous M’avez causé trop de douleur et votre méprisable comportement Me dégoûte trop ! Les gens qui manquent tant d’humanité et de conscience n’auront jamais la chance du salut ; Je n’aurais jamais sauvé ces gens sans cœur et ingrats. Quand Mon jour viendra, Je ferai pleuvoir Mes flammes brûlantes pour toute l’éternité sur les enfants de désobéissance qui ont provoqué Ma colère féroce ; J’imposerai Mon châtiment éternel sur les animaux qui ont lancé une fois l’invective envers Moi et M’ont abandonné, Je brulerai pour toujours avec les feux de Ma colère les fils de désobéissance qui une fois ont mangé et vécu avec Moi, mais n’ont pas cru en Moi, et M’ont insulté et trahi. Je soumettrai tous ceux qui ont provoqué Ma colère à Ma punition, Je ferai pleuvoir toute Ma colère sur ces bêtes qui, une fois, ont voulu se tenir côte à côte avec Moi, mais ne M’ont pas adoré et ne M’ont pas obéi, la verge avec laquelle Je frappe l’homme tombera sur ces animaux qui dans le temps ont joui de Mon soin et des mystères dont J’ai parlé, et qui ont essayé de Me prendre des jouissances matérielles. Je ne pardonnerai à personne qui essaie de prendre Ma place ; Je n’épargnerai aucun de ceux qui tentent de Me retirer de la nourriture et des vêtements. Pour l’instant, vous restez exempt de mal et continuez à vous surpasser dans les demandes que vous Me faites. Quand le jour de la colère arrivera, vous ne Me demanderez plus rien ; à ce moment-là, Je vous laisserai « jouir » de tout votre cœur, Je forcerai votre visage sur la terre, et vous ne pourrez jamais plus vous lever ! Tôt ou tard, Je vais vous « rembourser » cette dette, et J’espère que vous attendez patiemment l’arrivée de ce jour.

Si ces êtres méprisables peuvent vraiment mettre de côté leurs désirs extravagants et retourner à Dieu, alors ils ont encore la chance du salut ; si l’homme a un cœur qui a vraiment envie de Dieu, alors il ne sera pas abandonné par Lui. L’homme ne parvient pas à gagner Dieu non pas parce qu’Il a de l’émotion, ou parce qu’Il ne veut pas être gagné par l’homme, mais parce que celui-ci ne veut pas Le gagner, et parce que l’homme ne cherche pas Dieu d’urgence. Comment un de ceux qui cherchent vraiment Dieu peut-il être maudit par Lui ? Comment une personne de bon sens et de conscience sensible a-t-elle pu être maudite par Dieu ? Comment un homme qui vénère et qui sert vraiment Dieu sera-t-il consumé par le feu de Sa colère ? Comment quelqu’un qui serait heureux d’obéir à Dieu sera-t-il chassé de Sa maison ? Comment quelqu’un qui ne peut pas aimer Dieu assez vivra-t-il dans Son châtiment ? Comment quelqu’un qui est heureux de tout abandonner pour Dieu se retrouvera-t-il avec rien ? L’homme ne veut pas rechercher Dieu, ne voulant pas dépenser ses biens pour Lui, et ne voulant pas Lui consacrer l’effort d’une vie, et dit plutôt qu’Il est allé trop loin, que trop de Dieu est en contradiction avec les conceptions de l’homme. Avec une humanité comme celle-ci, même si vous étiez infatigables dans vos efforts, vous seriez toujours incapables de gagner l’approbation de Dieu, sans parler du fait que vous ne cherchez pas Dieu. Ne savez-vous pas que vous êtes les biens défectueux de l’humanité ? Ne savez-vous pas qu’aucune humanité n’est plus humble que la vôtre ? Ne savez-vous pas quel est votre « titre » ? Ceux qui aiment vraiment Dieu vous appellent le père du loup, la mère du loup, le fils du loup et le petit-fils du loup ; vous êtes les descendants du loup, les gens du loup, et vous devez connaître votre propre identité et ne jamais l’oublier. Ne pensez pas que vous êtes une figure supérieure : vous êtes le groupe le plus vicieux des non-humains parmi l’humanité. Ne savez-vous rien de tout cela ? Savez-vous combien de risques J’ai pris pour travailler parmi vous ? Si vos sens ne peuvent pas revenir à la normale, et que votre conscience ne peut pas fonctionner normalement, alors vous ne serez jamais libres de l’appellation « loup », vous n’échapperez jamais au jour de la malédiction, n’échapperez jamais au jour de votre punition. Vous êtes nés inférieurs, une chose sans valeur. Vous êtes intrinsèquement un groupe de loups affamés, un tas de débris et de décombres, et, contrairement à vous, Je ne travaille pas sur vous pour gagner des faveurs, mais en raison de la nécessité de l’œuvre. Si vous continuez à être rebelles de cette façon, alors Je vais arrêter Mon œuvre, et ne travaillerai jamais plus sur vous ; au contraire, Je transférerai Mon travail à un autre groupe qui Me plaît, et ainsi Je vous quitterai pour toujours, parce que Je ne veux pas regarder ceux qui sont en inimitié envers Moi. Alors, voulez-vous être compatibles avec Moi, ou dans l’inimitié contre Moi ?

Note de bas de page :

[a] Le texte original se lit  « les pièces d’or pour. »