La Parole apparaît dans la chair

Contenu

Seule la mise en pratique de la vérité constitue la possession de la réalité

Être capable d’expliquer ouvertement les paroles de Dieu ne signifie pas que tu possèdes la réalité — les choses ne sont pas aussi simples que tu aurais pu imaginer. Que tu sois en possession de la réalité ou non, cela ne repose pas sur ce que tu dis, mais plutôt sur ce que tu vis. Lorsque les paroles de Dieu deviennent ta vie et ton expression naturelle, seul cela compte comme réalité et seul cela compte pour toi comme possédant une compréhension et une réelle stature. Tu dois être à même d’affronter l’examen pendant une longue période et tu dois être capable d’exprimer la ressemblance qui t’est requise par Dieu ; ce ne doit pas être une simple posture, mais cela doit couler naturellement de toi. Ce n’est qu’alors que tu auras véritablement la réalité, et que tu auras gagné la vie. Permets-Moi de prendre l’exemple des exécutants que tout le monde connait bien. Tout le monde peut parler des théories Les plus élevées concernant les exécutants ; vous avez tous un niveau de compréhension décent au sujet de cette question et chacun d’entre vous est plus habile à parler de ce sujet que le précédent, comme s’il s’agissait d’une compétition. Cependant, si l’homme n’a pas été soumis à une épreuve majeure, il est difficile de dire qu’il a un bon témoignage. En bref, la vie de l’homme souffre de nombreuses lacunes et ceci n’est pas conforme à sa compréhension. Par conséquent, cela n’est pas encore devenu la stature réelle de l’homme, et ce n’est pas encore la vie de l’homme. Parce que la compréhension de l’homme n’a pas été mise dans la réalité, sa stature est toujours comme un château construit sur le sable, chancelant et au bord de l’effondrement. L’homme a trop peu de réalité—il est presque impossible de trouver une réalité chez l’homme. Il y a trop peu de réalité qui découle naturellement de l’homme et toute la réalité dans sa vie a été forcée, raison pour laquelle je dis que l’homme ne possède pas de réalité. Ne fonde pas trop d’espoir sur les hommes en disant que leur amour pour Dieu ne change jamais — ce n’est que ce qu’ils disent avant qu’ils ne soient confrontés à des épreuves. Lorsqu’ils sont soudainement confrontés à des épreuves, les choses dont ils parlent deviendront une fois de plus incompatibles avec la réalité et cela prouve une fois de plus que les hommes ne possèdent aucune réalité. On peut dire que chaque fois que tu rencontres des choses qui ne correspondent pas à tes notions et qui requièrent que tu te mettes de côté, ce sont-là tes épreuves. Avant que la volonté de Dieu ne soit révélée, il y a un test rigoureux pour chaque homme, une épreuve immense pour tout le monde — peux-tu voir clairement dans cette question ? Quand Dieu veut éprouver les hommes, Il les laisse toujours faire leurs choix avant que la vérité des faits ne soit révélée. C’est dire que lorsque Dieu t’éprouve, Il ne te dira jamais la vérité, et c’est ainsi que les hommes peuvent être exposés. C’est un moyen par lequel Dieu accomplit Son œuvre, pour voir si tu comprends le Dieu d’aujourd’hui et pour voir si tu possèdes une réalité. Es-tu véritablement libéré des doutes concernant l’œuvre de Dieu ? Seras-tu en mesure de tenir ferme quand une épreuve majeure t’arrivera ? Qui ose dire des paroles telles que : « Je t’assure qu’il n’y aura pas de problèmes » ? Qui ose dire des paroles telles que : « D’autres pourraient avoir des doutes, mais je ne douterai jamais » ? Tout comme aux moments où Pierre avait été soumis aux épreuves — toujours en train de parler avec prétention avant que les vérités ne fussent révélées. Ce n’est pas un défaut personnel propre à Pierre ; c’est la plus grande difficulté à laquelle chaque homme fait face de nos jours. Si je devais visiter plusieurs endroits, ou rendre visite à plusieurs frères et sœurs, pour examiner votre compréhension de l’œuvre de Dieu aujourd’hui, vous seriez certainement capables de parler de plusieurs de vos compréhensions, et il semblerait que vous n’ayez aucun doute. Si je devais te demander : « Peux-tu vraiment déterminer que l’œuvre d’aujourd’hui est réalisée par Dieu Lui-même ? Sans aucun doute ? » tu répondras certainement : « Sans aucun doute, c’est l’œuvre accomplie par l’Esprit de Dieu ». Une fois que tu as répondu de la sorte, tu n’aurais certainement pas un soupçon de doute et tu pourrais même ressentir une grande satisfaction — tu pourrais sentir que tu as acquis un peu de réalité. Ceux qui ont tendance à comprendre les choses de cette manière sont ceux qui possèdent peu de réalité ; plus on pense qu’on l’a acquise, plus on ne pourra pas tenir ferme dans les épreuves. Malheur à ceux qui sont arrogants et hautains et malheur à ceux qui n’ont aucune connaissance d’eux-mêmes. De tels hommes sont excellents quand il s’agit de parler, mais nuls dans leurs actions. Lorsque survient le moindre signe de problème, ces hommes commencent à avoir des doutes et la pensée d’abandon entre dans leur esprit. Ils ne possèdent aucune réalité ; tout ce qu’ils ont sont des théories plus élevées que celles de la religion, sans aucune des réalités que Dieu exige de nos jours. Je suis le plus dégoûté par ceux qui parlent seulement de théories et n’ont aucune réalité. Ils poussent les plus grands cris lorsqu’ils accomplissent leur travail, mais s’effondrent dès qu’ils sont confrontés à la réalité. Cela ne montre-t-il pas que ces personnes n’ont aucune réalité ? Peu importe la férocité du vent et des vagues, si tu peux rester debout sans qu’aucun soupçon de doute n’entre dans ton esprit, et tenir ferme sans être dans un état de déni même lorsque tout le monde abandonne, alors cela démontre que tu as une véritable compréhension et que tu possèdes la réalité. Si tu suis toutes les directions où souffle le vent, si tu suis la majorité et apprends à dire ce que les autres disent, peu importe la bonne manière avec laquelle tu le dis, ce n’est pas une preuve que tu possèdes la réalité. Par conséquent, je te suggère de ne pas te précipiter à proférer des paroles creuses. Ne connais-tu pas l’œuvre que Dieu accomplira ? Ne te comporte pas comme un autre Pierre, de peur que tu n’attires la honte sur toi-même et que tu ne puisses plus garder la tête haute — ceci ne fait aucun bien à personne. La plupart des hommes n’ont aucune véritable stature. Dieu a accompli une grande œuvre, mais il n’a pas fait venir la réalité sur les gens ; pour être plus précis, Dieu n’a personnellement jamais châtié personne. Ainsi, certains d’entre eux ont été exposés par de telles épreuves, avec leurs tentacules de péché se développant de plus en plus, pensant qu’ils peuvent traiter Dieu de manière désinvolte et faire ce qu’ils veulent. Puisqu’ils ne sont même pas en mesure de résister à ce type d’épreuve, il est hors question qu’ils supportent les épreuves plus difficiles, ainsi que la réalité. N’est-ce pas essayer de tromper Dieu ? Avoir la réalité n’est pas quelque chose que l’on peut contrefaire et ce n’est non plus quelque chose que tu peux obtenir à partir de la connaissance que tu as de cette chose. Elle est basée sur ta réelle stature et sur ta capacité à résister à toutes les épreuves. Comprends-tu maintenant ?

L’exigence de Dieu pour les hommes n’est pas seulement de pouvoir parler de la réalité. Ne serait-ce pas trop facile ? Pourquoi Dieu parle-t-Il donc d’entrée dans la vie ? Pourquoi parle-t-Il de transformation ? Si l’on est simplement capable de tenir des discours vides sur la réalité, une transformation de tempérament pourrait-elle être obtenue ? Former un groupe de bons soldats du royaume n’est pas la même chose que de former des hommes qui ne peuvent que parler de la réalité, ou des hommes qui se vantent seulement, mais c’est former des hommes qui peuvent vivre les paroles de Dieu en tout temps, qui sont inflexibles indépendamment des revers auxquels ils font face et qui vivent en accord avec les paroles de Dieu en tout temps et ne retournent pas dans le monde. C’est la réalité dont Dieu parle et c’est l’exigence de Dieu pour les hommes. Par conséquent, ne vois pas la réalité exprimée par Dieu comme trop simple. Le simple éclairage par le Saint-Esprit ne correspond pas à la possession de la réalité : il ne s’agit pas de la stature des hommes, mais de la grâce de Dieu et cela n’implique aucune réalisation des hommes. Chaque homme doit endurer les souffrances de Pierre et plus encore, posséder sa gloire, ce qui est la réalisation des hommes après qu’ils aient gagné l’œuvre de Dieu. Seul cela peut être appelé réalité. Ne pense pas que tu possèdes la réalité parce que tu peux en parler. C’est une erreur, cela ne cadre pas avec la volonté de Dieu et n’a aucune signification réelle. Ne dis pas de telles choses à l’avenir — abolis de telles expressions ! Tous ceux qui ont une fausse compréhension des paroles de Dieu sont des incroyants. Ils n’ont aucune connaissance réelle, encore moins une réelle stature ; ce sont des personnes ignorantes sans réalité. C’est-à-dire que tous ceux qui vivent en dehors de l’essence des paroles de Dieu sont des incroyants. Ceux qui sont considérés incroyants par les hommes sont des bêtes aux yeux de Dieu et ceux qui sont considérés comme incroyants par Dieu sont ceux qui ne font pas des paroles de Dieu leur vie. Par conséquent, ceux qui ne possèdent pas la réalité des paroles de Dieu et qui manquent de vivre les paroles de Dieu sont des incroyants. L’intention de Dieu est de faire en sorte que chacun manifeste la réalité des paroles de Dieu. Il ne s’agit pas simplement de voir que tout le monde est capable de parler de la réalité, mais surtout que tout le monde soit à même de vivre la réalité des paroles de Dieu. La réalité que l’homme perçoit est trop superficielle ; elle n’a pas de valeur ; elle ne peut pas accomplir la volonté de Dieu ; elle est trop pauvre ; elle n’est même pas digne d’être mentionnée ; elle est trop insuffisante et trop éloignée de la norme des exigences de Dieu. Chacun d’entre vous sera soumis à une inspection majeure pour voir lequel d’entre vous ne sait que parler de sa compréhension, mais n’est pas en mesure de montrer le chemin et l’on verra lequel d’entre vous est bon à rien. Rappelle-toi de cela à l’avenir ! Ne parle pas de compréhensions vides — parle seulement du chemin de la pratique et de la réalité. La transition de la connaissance réelle à la pratique véritable, puis la transition de la pratique à la réalisation de la réalité. Ne fais pas la leçon aux autres et ne parle pas de connaissances réelles. Si ta compréhension est un chemin, alors tu peux la lâcher ; si ce n’est pas le cas, alors s’il te plait, tais-toi et arrête de parler. Ce que tu dis est inutile — ce ne sont que quelques mots de compréhension pour tromper Dieu et faire en sorte que les autres t’envient. N’est-ce pas là ton ambition ? N’est-ce pas jouer délibérément avec les autres ? Y a-t-il une valeur en cela ? Ne parle de compréhension qu’après l’avoir expérimentée, ainsi tu ne t’en vanteras plus. Sinon, tu n’es que quelqu’un qui dit des paroles arrogantes. Tu ne peux même pas vaincre beaucoup de choses ou te rebeller contre ta propre chair dans ton expérience actuelle, faisant toujours ce que tu es amené à faire par tes désirs, ne satisfaisant pas la volonté de Dieu, cependant tu as encore le toupet de parler de compréhensions théoriques — tu es sans vergogne ! Tu as toujours le toupet de parler de ta compréhension des paroles de Dieu — Comme tu es effronté ! Le bavardage et la vantardise sont devenus ta nature et tu t’es habitué à faire cela. C’est au bout de tes doigts chaque fois que tu veux parler, tu le fais en douceur et avec désinvolture et tu te livres à des ornements quand il s’agit de la pratique. N’est-ce pas cela tromper les autres ? Tu pourrais tromper les hommes, mais l’on ne peut tromper Dieu. Les hommes ne savent pas et n’ont pas de discernement, mais Dieu est sérieux dans ces questions et Il ne t’épargnera pas. Tes frères et sœurs pourraient te défendre, louant ta compréhension, t’admirer, mais si tu n’as pas de réalité, le Saint-Esprit ne t’épargnera pas. Peut-être que le Dieu concret ne s’en prendra pas à tes défauts, mais l’Esprit de Dieu ne t’accordera aucune attention et cela te suffira. Crois-tu cela ? Parle plus de la réalité de la pratique ; as-tu déjà oublié ? Parle plus des chemins pratiques ; as-tu déjà oublié ? « Parle moins des théories prétentieuses ou des paroles pompeuses sans valeurs et il est préférable de commencer la pratique dès à présent. » As-tu oublié ces paroles ? Ne comprends-tu rien de tout cela ? N’as-tu aucune compréhension de la volonté de Dieu ?