La Parole apparaît dans la chair

Contenu

L’œuvre et l’entrée (8)

J’ai dit tellement de fois que l’œuvre des derniers jours de Dieu est de modifier les esprits des gens, de changer les âmes de tous les gens, de telle sorte que leurs cœurs, qui ont subi un grave traumatisme, soient réformés, sauvant ainsi leurs âmes qui ont été si profondément blessées par le mal. C’est dans le but d’éveiller les esprits des gens, de dégeler leurs cœurs froids, et leur permettre d’être rajeunis. Cela est la plus grande volonté de Dieu. Mettons de côté les affirmations sur la hauteur et la profondeur des expériences et de la vie des hommes. Quand les cœurs des gens seront éveillés, quand ils auront été tirés de leur sommeil et connaitront très bien le mal accompli par le grand dragon rouge, le travail du ministère Dieu aura été accompli. Le jour où l’œuvre de Dieu sera terminée est aussi le jour où l’homme entreprendra officiellement le chemin de la croyance correcte en Dieu. Alors, le ministère de Dieu aura pris fin : l’œuvre de Dieu s’incarne chair sera terminée, et l’homme commencera officiellement à accomplir le devoir qu’il doit effectuer. Il exercera son ministère. Telles sont les étapes de l’œuvre de Dieu. Ainsi, vous fondant sur la connaissance de ces choses, vous devriez chercher le chemin de votre entrée à tâtons. Vous devriez comprendre tout cela.L’entrée de l’homme s’améliorera seulement lorsque des changements auront eu lieu au plus profond de son cœur, car le travail de Dieu est de sauver l’homme de ce lieu de rassemblement des démons – l’homme qui a été racheté, qui vit toujours sous les forces des ténèbres, et qui ne s’est jamais réveillé lui-même – afin que l’homme soit libéré des millénaires du péché et aimé de Dieu, terrassant complètement le grand dragon rouge, établissant le royaume de Dieu, et apportant au cœur de Dieu son repos plus tôt. C’est pour libérer, sans réserve, la haine qui gonfle votre poitrine, pour éradiquer ces germes moisis, pour vous permettre de quitter cette vie qui ne diffère pas de celle du bœuf ou du cheval, pour que vous ne soyez plus des esclaves, pour que vous ne soyez plus piétinés et assujettis aux ordres du grand dragon rouge. Vous ne serez plus membres de cette nation en échec, n’appartiendrez plus au grand dragon rouge odieux, vous ne lui serez plus asservis. Le nid des démons sera sûrement détruit par Dieu, et vous vous tiendrez aux côtés de Dieu – vous appartenez à Dieu et ne faites pas partie de cet empire d’esclaves. Depuis longtemps Dieu déteste jusqu’à la moelle cette société de ténèbres. Il grince des dents, pris d’un grand désir d’écraser de Ses pieds ce vieux serpent méchant et odieux, de sorte qu’il ne puisse jamais se relever et abuser de l’homme ; Il n’excusera pas ses actions du passé, Il ne tolérera pas sa supercherie envers l’homme, Il réglera la note pour chacun de ses péchés à travers les âges. Dieu ne sera pas le moindrement clément envers ce chef de file de tous les maux[1], Il l’anéantira.

Pendant des milliers d’années, ce pays a été une terre d’ordures, insupportablement sale, où la misère abonde, où les fantômes errent dans tous les coins, trompant et décevant, portant des accusations sans fondement[2], étant impitoyables et vicieux, piétinant cette ville fantôme et la laissant jonchée de cadavres. L’odeur de la pourriture imprègne l’air et couvre le pays qui est fortement gardé[3]. Qui peut voir le monde au-delà des cieux ? Le diable ligote fortement tout le corps de l’homme, il couvre ses yeux et scelle ses lèvres fermement. Le roi des démons a tout saccagé pendant plusieurs milliers d’années jusqu’à nos jours alors qu’il surveille toujours la ville fantôme, comme si elle était un « palais des démons » impénétrable ; ces chiens de garde, pendant ce temps, surveillent de leurs yeux vifs, craignant profondément que Dieu les prenne au dépourvu et les anéantisse tous, ne leur laissant aucun lieu de « paix et de bonheur ». Comment les gens d’une ville fantôme de ce genre pourraient-ils avoir déjà vu Dieu ? Ont-ils déjà joui du charme et de la beauté de Dieu ? Quelle reconnaissance ont-ils des choses du monde humain ? Lequel d’entre eux peut comprendre la volonté ardente de Dieu ? Peu étonnant donc que Dieu incarné reste complètement caché : dans une société de ténèbres comme celle-là, où les démons sont impitoyables et inhumains, comment le roi des démons, qui tue les gens en un clin d’œil, pourrait-il tolérer l’existence d’un Dieu qui est beau, bon et saint ? Comment pourrait-il applaudir et acclamer l’arrivée de Dieu ? Ces laquais ! Ils remboursent la gentillesse avec la haine, ils dédaignent Dieu depuis longtemps, ils abusent Dieu, ils sont sauvages à l’extrême, ils n’ont pas la moindre considération pour Dieu, ils saccagent et pillent, ils ont perdu toute conscience et n’ont pas une trace de bonté et ils tentent l’innocent jusqu’à l’insanité. Ancêtres des anciens ? Leaders bienaimés ? Ils s’opposent tous à Dieu ! Leur ingérence a tout laissé sous le ciel dans un état de ténèbres et de chaos ! Liberté de religion ? Les droits et intérêts légitimes des citoyens ? Tout cela n’est qu’une ruse pour camoufler le péché ! Qui a accueilli le travail de Dieu ? Qui a donné sa vie ou versé son sang pour le travail de Dieu ? De génération en génération, des parents aux enfants, l’homme esclave, sans manières, a fait de Dieu un esclave. Comment cela n’inciterait-il pas à la fureur ? Des milliers d’années de haine sont concentrés dans le cœur, des millénaires de peccabilité sont gravés sur le cœur. Comment cela n’inspirerait-il pas le dégoût ? Vengez Dieu, étouffez complètement Son ennemi, cessez la course effrénée des démons et ne leur permettez plus de soulever autant de troubles qu’ils le veulent ! Le temps est venu : depuis longtemps l’homme a rassemblé toutes ses forces, il a consacré tous ses efforts, payé tout le prix pour ceci : dévoiler le visage hideux de ce démon et permettre aux gens qui ont été aveuglés et ont enduré toutes sortes de souffrances et d’épreuves, de se lever de leur douleur et de tourner le dos à ce vieux démon méchant. Pourquoi lever un tel obstacle impénétrable à l’œuvre de Dieu ? Pourquoi employer diverses astuces pour tromper le peuple de Dieu ? Où sont la vraie liberté et les droits et intérêts légitimes ? Où est l’équité ? Où est le confort ? Où est la chaleur ? Pourquoi employer des complots divers pour tromper le peuple de Dieu ? Pourquoi utiliser la force pour réprimer la venue de Dieu ? Pourquoi ne pas permettre à Dieu de parcourir librement la terre qu’Il a créée ? Pourquoi harceler Dieu jusqu’à ce qu’Il n’ait nulle part où reposer la tête ? Où est la chaleur parmi les hommes ? Où est l’accueil parmi les hommes ? Pourquoi infliger à Dieu une telle désespérance ? Pourquoi faire crier Dieu encore et encore ? Pourquoi obliger Dieu à S’inquiéter de Son Fils bien-aimé ? Pourquoi cette société de ténèbres et ses chiens de garde désolés ne permettent-ils pas à Dieu de circuler librement dans le monde qu’Il a créé ? Pourquoi l’homme ne comprend-il pas, l’homme qui vit au milieu de la douleur et de la souffrance ? Pour vous, Dieu a enduré de grands tourments. En grande souffrance Il a livré Son Fils bien-aimé, Sa chair et Son sang, pour vous. Alors pourquoi fermez-vous les yeux ? À la vue de tous, vous rejetez l’arrivée de Dieu et refusez l’amitié de Dieu. Pourquoi êtes-vous si déraisonnables ? Êtes-vous prêts à endurer les injustices dans une société de ténèbres comme celle-là ? Pourquoi, au lieu de remplir vos estomacs des millénaires d’inimitié, vous bourrez-vous de la « merde » du roi des démons ?

Combien grands sont les obstacles à l’œuvre de Dieu ? Qui l’a jamais imaginé ? Avec des gens encagés par des teintes superstitieuses profondes, qui est capable de connaître le vrai visage de Dieu ? Avec cette connaissance culturelle primitive si superficielle et absurde, comment pourraient-ils pleinement comprendre les paroles prononcées par Dieu ? Même quand elles sont prononcées et fournies en face à face, de bouche à bouche, comment pourraient-ils comprendre ? Parfois, c’est comme si les paroles de Dieu étaient des lettres mortes : les gens n’ont pas la moindre réaction, ils secouent la tête et ne comprennent rien. Comment cela pourrait-il ne pas être inquiétant ? Cette histoire culturelle ancienne et cette connaissance culturelle perdues[4] » ont entretenu un tel groupe de gens sans valeur. Cette ancienne culture — un héritage précieux — est un tas de rebut ! Elle est devenue une tache éternelle indicible il y a longtemps ! Elle a enseigné aux gens les astuces et les techniques pour s’opposer à Dieu, et le « conseil formel, affable » de l’éducation nationale a rendu les gens encore plus désobéissants à Dieu. Chaque partie de l’œuvre de Dieu est extrêmement difficile et chaque étape de Son œuvre sur la terre a été stressant pour Dieu. Comme Son œuvre sur terre est difficile ! Les étapes de l’œuvre de Dieu sur la terre impliquent de grandes difficultés : la faiblesse de l’homme, ses lacunes, ses enfantillages, son ignorance, et tout de l’homme. Tout est méticuleusement planifié et scrupuleusement considéré par Dieu. L’homme est comme un tigre de papier que l’on n’ose pas stimuler ou provoquer ; au moindre contact il mord ou bien il tombe et perd son chemin. On dirait qu’à la moindre perte de concentration, il retombe, ou bien il ignore Dieu ou court chez son porc de père et sa chienne de mère pour se livrer aux choses impures de leur corps. Quel grand obstacle ! À chaque étape de Son œuvre, pratiquement, Dieu est mis à l’épreuve et presque chaque étape apporte un grand danger. Ses paroles sont sincères et honnêtes, et sans malice, mais qui est prêt à les accepter ? Qui est prêt à se soumettre pleinement ? Cela brise le cœur de Dieu. Il peine jour et nuit pour l’homme, Il est en proie à l’anxiété pour la vie de l’homme et Il sympathise avec la faiblesse de l’homme. À chaque étape de Son œuvre et pour chaque parole qu’Il a prononcée, Il a fait face à de nombreux obstacles ; Il est toujours entre le marteau et l’enclume, et pense constamment à la faiblesse, la désobéissance, l’enfantillage et la vulnérabilité de l’homme… encore et encore. Qui a déjà appris cela ? En qui peut-Il se confier ? Qui pourrait comprendre ? Il déteste toujours les péchés de l’homme et son manque de colonne vertébrale, sa couardise. Il s’inquiète toujours de la vulnérabilité de l’homme et contemple le chemin qui précède l’homme. En observant les paroles et les actions de l’homme, Il est toujours rempli de miséricorde et de colère, et la vue de ces choses cause toujours de la peine à Son cœur. Ceux qui sont innocents, après tout, sont devenus insensibles. Pourquoi Dieu leur rend-Il toujours les choses difficiles ? L’homme faible est totalement dépourvu de persévérance. Pourquoi la colère de Dieu devrait-elle toujours être si intense ? L’homme faible et impuissant n’a plus la moindre vitalité ; pourquoi Dieu devrait-Il toujours le réprimander pour sa désobéissance ? Qui peut résister aux menaces de Dieu dans le ciel ? L’homme, après tout, est fragile et dans une situation désespérée. Dieu a conservé sa colère profondément dans Son cœur afin que l’homme réfléchisse calmement. Pourtant, l’homme, qui est en grave difficulté, n’accorde pas la moindre valeur à la volonté de Dieu. Il a été écrasé par les pieds du vieux roi des démons, mais il en est complètement inconscient. Il se ligue toujours contre Dieu, ou n’est ni chaud ni froid envers Dieu. Dieu a prononcé tellement de paroles, mais qui les a déjà prises au sérieux ? L’homme ne comprend pas les paroles de Dieu, mais il reste imperturbable, et sans désir, et n’a jamais vraiment connu l’essence du vieux démon. Les gens vivent dans l’Hadès, en enfer, mais croient qu’ils vivent dans « le palais du fond de la mer ». Ils sont persécutés par le grand dragon rouge, mais croient être favorisés[5] par le pays du dragon. Ils sont ridiculisés par le diable, mais pensent qu’ils jouissent de l’art superlatif de la chair. Quelle bande de sales et déplorables miséreux ! L’homme a rencontré le malheur, mais il ne le sait pas, et, dans cette société de ténèbres, il souffre contretemps après contretemps[6], mais il n’en a jamais pris conscience. Quand se débarra sera-t-il de sa candeur envers lui-même et de son tempérament servile ? Pourquoi est-il si insensible envers le cœur de Dieu ? Est-ce qu’il approuve cette oppression et cette difficulté en silence ? N’aspire-t-il pas au jour où il pourra changer l’obscurité en lumière ? Ne veut-il pas une fois de plus remédier aux iniquités envers la justice et la vérité ? Est-il prêt à observer et ne rien faire pendant que les gens abandonnent la vérité et falsifient les faits ? Est-il heureux de continuer à endurer ce mauvais traitement ? Est-il prêt à être un esclave ? Est-il prêt à périr sous les mains de Dieu avec les esclaves de cet état en échec ? Où est ta détermination ? Où est ton ambition ? Où est ta dignité ? Où est ton intégrité ? Où est ta liberté ? Es-tu prêt à donner toute ta vie pour le grand dragon rouge, le roi des démons ? Es-tu heureux de le laisser te torturer à mort ? Le visage de l’abîme est chaotique et sombre. Les gens du commun qui souffrent une telle affliction se plaignent sans cesse. Quand l’homme pourra-t-il garder la tête haute ? L’homme est rachitique et émacié, comment pourrait-il lutter contre ce démon cruel et tyrannique ? Pourquoi ne donne-t-il pas sa vie à Dieu dès qu’il le peut ? Pourquoi vacille-t-il encore ? Quand pourra-t-il terminer l’œuvre de Dieu ? Ainsi intimidé et opprimé sans raison, il aura finalement vécu toute sa vie en vain. Pourquoi se presse-t-il d’arriver, pourquoi est-il dans une telle hâte de partir ? Pourquoi ne réserve-t-il pas quelque chose de valeur à donner à Dieu ? A-t-il oublié les millénaires de haine ?

Peut-être que beaucoup de gens détestent certaines des paroles de Dieu, ou peut-être qu’ils ne les détestent pas ni n’y prennent intérêt. Quoi qu’il en soit, les faits ne peuvent pas devenir un raisonnement absurde ; personne ne peut dire des paroles qui contreviennent aux faits. Dieu est devenu chair cette fois pour faire ce travail, pour conclure le travail qu’Il n’a pas encore terminé, pour mener cet âge à la fin, pour juger cet âge, pour sauver les grands pécheurs de la mer de l’affliction et les transformer complètement. Les Juifs ont cloué Dieu à la croix, mettant ainsi fin au « voyage de Dieu en Judée ». Peu de temps après, Dieu est venu personnellement parmi les hommes une fois de plus, en arrivant sans bruit dans le pays du grand dragon rouge. En fait, la communauté religieuse de l’État juif avait depuis longtemps pendu l’image de Jésus sur leurs murs et les gens proclamaient : « Seigneur Jésus-Christ ». Ils ne savaient pas que Jésus avait depuis longtemps accepté l’ordre de Son Père de revenir parmi les hommes pour terminer la deuxième étape de Son œuvre inachevée. En conséquence, les gens ont été pris de surprise quand ils L’ont vu : de nombreuses époques avaient passé dans ce monde où Il était né et Il est apparu chez l’homme avec une apparence suprêmement ordinaire. En fait, tout au long des âges, Ses vêtements et Son apparence entière ont changé, comme s’Il était né à nouveau. Comment les gens peuvent-ils savoir qu’Il est le même Seigneur Jésus-Christ qui est descendu de la croix et ressuscité ? Il n’a aucune trace de blessure, tout comme Jésus ne ressemblait pas à l’Éternel. Le Jésus d’aujourd’hui ne porte pas le poids des années passées. Comment les gens peuvent-ils Le connaitre ? « Thomas » le fourbe doute toujours qu’Il soit Jésus ressuscité. Il veut toujours voir les cicatrices des clous dans les mains de Jésus avant d’être tranquille ; ne les ayant pas vus, il reste toujours méfiant et est incapable de placer ses pieds sur «  la terre ferme » et de suivre Jésus. Pauvre « Thomas » – comment pourrait-il savoir que Jésus est venu pour faire le travail commandé par Dieu le Père ? Pourquoi Jésus doit-Il avoir les cicatrices de la crucifixion ? Les cicatrices de la crucifixion sont-elles les signes de Jésus ? Il est venu travailler pour la volonté de Son Père ; pourquoi viendrait-Il vêtu et attifé comme un Juif d’il y a plusieurs milliers d’années ? La forme que Dieu prend dans la chair pourrait-elle entraver le travail de Dieu ? Cela est-il une théorie vérifiée ? Pourquoi Dieu doit-Il travailler comme l’homme l’imagine ? Dieu veut seulement que Son travail soit effectif. Il ne travaille pas selon la loi et Son œuvre n’a pas de règlements – comment l’homme pourrait-il le comprendre ? Comment les conceptions de l’homme pourraient-elles percer l’œuvre de Dieu ? Donc, vous feriez mieux de bien vous assoir : ne t’agite pas pour des vétilles, et ne fais pas une grosse affaire de choses qui sont nouvelles pour toi – cela t’empêchera de te ridiculiser et empêchera aux gens de se moquer de toi. Tu as cru en Dieu pendant toutes ces années et pourtant tu ne connais toujours pas Dieu ; en fin de compte, tu es livré au châtiment. Toi qui es placé « premier de classe[7] », tu te trouves dans les rangs de ceux qui sont châtiés. Il serait préférable que tu n’utilises pas de moyens astucieux pour montrer tes petits trucs. Ta myopie percevrait vraiment Dieu, Lui qui voit tout, d’éternité en éternité ? Tes expériences superficielles peuvent-elles complètement dévoiler la volonté de Dieu ? Ne sois pas vaniteux. Dieu, après tout, n’est pas du monde, alors comment Son œuvre pourrait-elle être telle que tu l’as prévue ?

Notes de bas de page :

[1] « ce chef de file de tous les maux » se réfère au vieux diable. Cette expression exprime une aversion extrême.

[2] « portant des accusations sans fondement » se réfère aux méthodes par lesquelles le diable cause du tort aux personnes.

[3] « fortement gardé » signifie que les méthodes par lesquelles le diable afflige les gens sont particulièrement vicieuses et contrôlent tellement les gens qu’ils n’ont pas de place pour bouger.

[4] « perdues » est utilisé de façon moqueuse.

[5] « favorisés » est utilisé pour se moquer des gens qui semblent de bois et qui n’ont aucune conscience de soi.

[6] « souffre contretemps après contretemps » signifie les gens qui sont nés dans le pays du grand dragon rouge et qui ne peuvent pas garder la tête haute.

[7] « premier de classe » sert à se moquer de ceux qui poursuivent Dieu avec ferveur.