L'Église de Dieu Tout-Puissant App

Écoutez la voix de Dieu et accueillez le retour du Seigneur Jésus !

Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Quelle est la différence entre la façon d’œuvrer du Seigneur Jésus à l’ère de la Grâce et la façon d’œuvrer de Dieu Tout-Puissant à l’ère du Règne ?

38

Paroles de Dieu concernées :

Au cours de Sa première incarnation, il était nécessaire que Dieu guérisse les malades et chasse les démons parce que Son œuvre consistait à racheter. Afin de racheter la race humaine entière, Il se devait d’être compatissant et de pardonner. L’œuvre qu’Il a accomplie avant qu’Il ne soit crucifié consistait à guérir les malades et à chasser les démons, ce qui présageait le salut de l’homme du péché et de la souillure. Parce que c’était l’ère de la Grâce, il était nécessaire pour Lui de guérir les malades, montrant ainsi des signes et des merveilles qui étaient représentatifs de la grâce dans cette ère ; car l’ère de la Grâce était centrée autour du don de la grâce, symbolisée par la paix, la joie et les bénédictions matérielles, tous les signes de la foi des gens en Jésus. C’est-à-dire, guérir les malades, chasser les démons et accorder la grâce étaient des capacités instinctives de la chair de Jésus à l’ère de la Grâce, elles étaient l’œuvre que l’Esprit réalisait dans la chair.

Extrait de « L’essence de la chair habitée par Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

L’œuvre que Jésus a réalisée était conforme aux besoins de l’homme à cette ère. Sa tâche était de racheter l’humanité, de lui pardonner ses péchés, et ainsi, tout Son tempérament était humilité, patience, amour, piété, tolérance, miséricorde et bienveillance. Il a apporté grâce et bénédictions en abondance à l’humanité, et toutes les choses dont les hommes pouvaient effectivement jouir ; Il les leur donna pour leur plaisir : paix et bonheur, Sa tolérance et Son amour, Sa miséricorde et Sa bienveillance. À cette époque-là, le nombre important de plaisirs auxquels les hommes étaient confrontés – le sentiment de paix et de sécurité intérieures, l’impression d’apaisement dans leur esprit et leur dépendance à l’égard de Jésus le Sauveur – ont peuplé toute l’ère dans laquelle ils vivaient. À l’ère de la Grâce, l’homme avait déjà été corrompu par Satan. Ainsi, afin de pouvoir produire un effet, réussir l’œuvre de rédemption de toute l’humanité exigeait de la grâce en abondance, une tolérance et une patience infinies, et plus encore, une offrande appropriée pour expier les péchés de l’humanité. Ce que l’humanité a vu à l’ère de la Grâce était simplement Mon offrande pour l’expiation des péchés de l’humanité : Jésus. Tout ce que les hommes savaient, c’était que Dieu pouvait être miséricordieux et tolérant, et tout ce qu’ils voyaient était la miséricorde et la bienveillance de Jésus. Tout cela était ainsi parce qu’ils vivaient à l’ère de la Grâce. Et par conséquent, avant de pouvoir être rachetés, ils devaient jouir de la diversité des grâces accordées par Jésus afin d’en tirer profit. De cette façon, leurs péchés pouvaient leur être pardonnés par la jouissance de la grâce et ils pouvaient aussi avoir la chance d’être rachetés en jouissant de la tolérance et de la patience de Jésus. Ce n’est que par la tolérance et la patience de Jésus qu’ils ont acquis le droit de recevoir le pardon et de jouir de la grâce abondante accordée par Jésus. Tout comme Jésus l’a dit : Je suis venu racheter non pas les justes, mais les pécheurs afin de permettre aux pécheurs d’avoir leurs péchés pardonnés. […] Plus Jésus aimait les hommes, leur pardonnant leurs péchés et leur apportant suffisamment de miséricorde et de bienveillance, plus les hommes pouvaient être sauvés par Jésus, être appelés les brebis égarées que Jésus avait ramenées avec grand effort. Satan ne pouvait s’immiscer dans cette œuvre, car Jésus s’occupait de Ses disciples comme une mère aimante s’occupe de l’enfant contre son sein. Il n’est pas devenu furieux ni dédaigneux envers eux, mais était totalement rassurant ; Il ne S’est jamais emporté au milieu d’eux, mais a supporté leurs péchés et a ignoré leur folie et leur ignorance, au point de dire : « Pardonnez aux autres jusqu’à soixante-dix fois sept fois ». Ainsi, les autres eurent le cœur transformé par Son cœur, et ce n’est qu’ainsi que les gens obtinrent le pardon de leurs péchés par Sa tolérance.

Extrait de « La véritable histoire de l’œuvre de l’ère de la Rédemption », dans La Parole apparaît dans la chair

Le Saint-Esprit œuvre en fonction de l’ère, pas seulement au hasard ni conformément à des règles établies. L’ère a changé et une nouvelle ère doit apporter une nouvelle œuvre. C’est vrai pour toutes les étapes de l’œuvre et donc Son œuvre ne se répète jamais. À l’ère de la Grâce, une grande partie de l’œuvre de Jésus était de guérir les malades, de chasser les démons, d’imposer les mains sur l’homme pour prier pour lui et de bénir l’homme. Cependant, continuer à faire la même chose ne servirait à rien aujourd’hui. Le Saint-Esprit a fait Son œuvre de cette façon en ce temps-là, car c’était l’ère de la Grâce, et il y avait suffisamment de grâce pour que l’homme en bénéficie. L’homme n’avait aucun prix à payer et pouvait recevoir la grâce tant qu’il avait la foi. Tous furent traités très aimablement. Maintenant, l’ère a changé et l’œuvre de Dieu a encore progressé. C’est par le châtiment et le jugement que la rébellion de l’homme et les choses impures à l’intérieur de l’homme seront chassées. Comme c’était l’étape de la rédemption, il incombait à Dieu d’œuvrer de cette manière, accordant assez de grâce pour que les hommes en profitent, afin que les hommes soient rachetés du péché et que, par la grâce, leurs péchés soient pardonnés. La raison d’être de l’étape actuelle, c’est de révéler les iniquités au sein de l’homme par le châtiment, le jugement, la correction verbale, ainsi que par la discipline et la révélation des paroles, afin que l’humanité puisse ensuite être sauvée. Cette œuvre est plus en profondeur que la rédemption. Dans l’ère de la Grâce, l’homme a suffisamment tiré profit de la grâce ; maintenant que l’homme a déjà expérimenté cette grâce, il n’a plus besoin d’en tirer profit. Cette œuvre est maintenant dépassée et ne doit plus être faite. Maintenant, l’homme est sauvé par le jugement de la parole. Après que l’homme est jugé, châtié et épuré, son tempérament se trouve modifié. N’est-ce pas grâce aux paroles que J’ai dites ?

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (4) », dans La Parole apparaît dans la chair

Quand Dieu devient chair cette fois, Son œuvre consiste à exprimer Son tempérament, principalement à travers le châtiment et le jugement. En utilisant cela comme fondement, Il édifie l’homme avec plus de vérité, révèle plus de méthodes pratiques et réalise ainsi Son objectif de conquérir l’homme et de le sauver de son tempérament corrompu. C’est ce qui sous-tend l’œuvre de Dieu à l’ère du Règne.

Extrait de la préface de La Parole apparaît dans la chair

Ce que Je dis aujourd’hui, c’est pour juger les péchés des hommes et leur injustice, c’est pour maudire la rébellion des hommes. Leur tromperie et leur malhonnêteté, leurs paroles et leurs actions, tout ce qui n’est pas conforme à Sa volonté est soumis au jugement, et la rébellion des hommes est condamnée comme pécheresse. Il parle selon les principes du jugement et Il révèle Son tempérament juste en jugeant leur injustice, en maudissant leur rébellion et en exposant la laideur de toutes leurs faces.

Extrait de « Comment la deuxième étape de l’œuvre de la conquête porte ses fruits », dans La Parole apparaît dans la chair

Dieu a de nombreux moyens de perfectionner l’homme. Il se sert de toutes sortes d’environnements pour traiter le tempérament corrompu de l’homme, et Il utilise diverses choses pour mettre l’homme à nu ; d’un côté, Il traite l’homme, d’un autre côté, Il met l’homme à nu, et d’un autre côté, Il révèle l’homme, creusant et révélant les « mystères » des profondeurs du cœur de l’homme, et montrant à l’homme sa propre nature en dévoilant plusieurs de ses états. Dieu perfectionne l’homme par des méthodes diverses, par la révélation, le traitement, le raffinement et le châtiment, afin que l’homme sache que Dieu est concret.

Extrait de « Seuls ceux qui se concentrent sur la pratique peuvent être perfectionnés », dans La Parole apparaît dans la chair

Dieu a maintenant officiellement commencé à parfaire les gens. Pour être rendus complets, les gens doivent subir la révélation, le jugement et le châtiment des paroles de Dieu, et faire l’expérience des épreuves et du raffinement de Ses paroles (comme l’épreuve des exécutants). En outre, les gens doivent pouvoir résister à l’épreuve de la mort. C’est-à-dire que quelqu’un qui fait réellement la volonté de Dieu peut émettre des louanges des profondeurs de son cœur au milieu du jugement, des châtiments et des épreuves de Dieu, et est capable d’obéir pleinement à Dieu et de se nier, aimant ainsi Dieu avec un cœur de sincérité, de ténacité et de pureté ; telle est une personne complète, et c’est aussi l’œuvre que Dieu veut faire, et c’est ce que Dieu veut accomplir.

Extrait de « Au sujet des étapes de l’œuvre de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

À travers quoi le perfectionnement de l’homme par Dieu est-il réalisé ? À travers Son tempérament juste. Le tempérament de Dieu consiste principalement en la justice, la colère, la majesté, le jugement et la malédiction, et Son perfectionnement de l’homme s’opère principalement par le jugement. Certaines personnes ne comprennent pas, et demandent pourquoi Dieu est seulement capable de perfectionner l’homme par le jugement et la malédiction. Ils disent que si Dieu devait maudire l’homme, l’homme ne devait-il pas mourir ? Si Dieu devait juger l’homme, l’homme ne serait-il pas condamné ? Alors comment peut-il encore être perfectionné ? Telles sont les paroles des gens qui ne connaissent pas l’œuvre de Dieu. Ce que Dieu maudit, c’est la désobéissance de l’homme, et ce qu’Il juge ce sont les péchés de l’homme. Bien qu’Il parle durement et sans la moindre sensibilité, Il expose tout ce qui est dans l’homme, et par ces paroles sévères Il expose ce qui est essentiel dans l’homme, mais par un tel jugement, Il donne à l’homme une profonde connaissance de l’essence de la chair, et ainsi l’homme se soumet à l’obéissance envers Dieu. La chair de l’homme relève du péché et de Satan, elle est désobéissante et objet du châtiment de Dieu et ainsi, pour permettre à l’homme de se connaître, les paroles du jugement de Dieu doivent s’abattre sur lui et il faut y utiliser toutes sortes de raffinements ; c’est seulement alors que l’œuvre de Dieu peut être efficace.

Extrait de « C’est seulement en passant par des épreuves douloureuses que tu peux réaliser que Dieu est agréable », dans La Parole apparaît dans la chair

Selon la perspective de l’homme, le salut est l’amour de Dieu, et le châtiment, le jugement et la malédiction n’ont pas de place dans l’amour de Dieu ; le salut doit comprendre l’amour, la compassion, et, en outre, les paroles de consolation et les bénédictions illimitées accordées par Dieu. Les gens croient que Dieu sauve l’homme en le touchant et l’amenant, par Ses bénédictions et la grâce, à Lui donner son cœur. Il sauve l’homme de cette façon : Il sauve l’homme en le touchant. Un tel salut est un commerce. L’homme se soumet au nom de Dieu et s’efforce de bien agir pour Dieu et de Lui apporter la gloire seulement quand Dieu lui donne jusqu’au centuple. Telle n’est pas la volonté de Dieu pour l’humanité. Dieu est venu travailler sur la terre pour sauver l’humanité corrompue. Aucune erreur en cela. Sinon, Il ne viendrait certainement pas faire Son œuvre en personne. Dans le passé, Son moyen de salut était de démontrer le plus grand amour et de la compassion, de telle sorte qu’Il a tout donné à Satan en échange pour toute l’humanité. Le jour présent n’a rien à voir avec le passé : aujourd’hui, votre salut est réalisé au temps des derniers jours durant le classement de chacun selon son genre ; le moyen de votre salut n’est pas l’amour ou la compassion, mais le châtiment et le jugement pour que l’homme soit plus complètement sauvé. Ainsi, vous ne recevez que le châtiment, le jugement et des coups impitoyables, mais sachez que dans ces coups cruels, il n’y a pas la moindre punition, sachez que peu importe la sévérité des paroles, vous ne recevez que quelques mots qui vous apparaissent tout à fait cruels, et sachez que peu importe la force de ma colère, vous recevez des paroles d’enseignement. Je ne veux pas vous faire du mal ou vous mettre à mort. Tout cela n’est-il pas vrai ? Sachez qu’aujourd’hui, que ce soit le juste jugement ou le raffinement cruel et le châtiment, tout est pour le salut. Peu importe si aujourd’hui chacun est classé selon son genre ou si les catégories d’hommes sont dévoilées, toutes les paroles et tout le travail de Dieu ont le but de sauver ceux qui aiment vraiment Dieu. Le juste jugement vise à purifier l’homme, le raffinement cruel vise à nettoyer l’homme, les paroles sévères ou le châtiment visent à purifier et le salut est leur intérêt. Ainsi, la méthode de salut aujourd’hui est différente du passé. Aujourd’hui, le juste jugement vous sauve et est une bonne manière de classer chacun selon son genre, et le châtiment impitoyable vous apporte le salut suprême. Avez-vous quelque chose à dire par rapport à ce châtiment et ce jugement ? N’êtes-vous pas satisfaits du salut, du début à la fin ? […] Pensez-y : si Mon intention en venant sur la terre était de vous condamner et de vous punir, et non de vous sauver, auriez-vous vécu si longtemps ? Vous, des êtres pécheurs de chair et de sang, auriez-vous pu survivre jusqu’à aujourd’hui ? Si le seul but était de vous punir, pourquoi serais-Je devenu chair et aurais-Je commencé une si grande entreprise ? Ne Me faudrait-il pas simplement le temps de prononcer un seul mot pour vous punir, vous, simples mortels ? Aurais-je encore l’idée de vous détruire après vous avoir condamnés ? Vous ne Me croyez toujours pas ? Pourrais-Je sauver l’homme seulement par l’amour et la compassion ? Ou pourrais-Je utiliser la crucifixion seulement pour sauver l’homme ? Mon tempérament juste n’est-il pas plus propice à rendre l’homme complètement obéissant ? N’est-il pas plus en mesure de bien sauver l’homme ?

Bien que Mes paroles puissent être sévères, elles sont toutes dites pour le salut de l’homme, car Je ne dis que des paroles et Je ne punis pas la chair de l’homme. Ces paroles amènent l’homme à vivre dans la lumière, à savoir que la lumière existe, à savoir que la lumière est précieuse, plus encore à savoir combien ces paroles sont bénéfiques pour l’homme et à savoir que Dieu est le salut. Bien que J’aie dit plusieurs paroles de châtiment et de jugement, ces derniers ne se sont pas traduites en actes contre vous. Je suis venu faire Mon œuvre, dire Mes paroles et, bien que Mes paroles puissent être sévères, elles sont dites en jugement de votre corruption et de votre rébellion. La raison pour laquelle Je fais cela, c’est pour sauver l’homme du domaine de Satan, pour utiliser Mes paroles pour sauver l’homme ; Mon but n’est pas de nuire à l’homme avec Mes paroles. Mes paroles sont sévères afin que les résultats puissent être obtenus à partir de Mon œuvre. C’est seulement en travaillant de cette façon que l’homme peut se connaitre et se libérer de son tempérament rebelle.

Extrait de « Tu devrais mettre de côté les bénédictions du statut et comprendre la volonté de Dieu pour le salut de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Contenu connexe