Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Le royaume des cieux est proche : Comment les chrétiens peuvent-ils se repentir ?

1915

Contenu

1. Une bonne conduite est-elle le signe d’une repentance sincère ?

2. Qu’est-ce que la repentance sincère ?

3. Pourquoi nous ne nous repentons pas sincèrement dans notre croyance au Seigneur

4. Comment parvenir à une repentance sincère

En 2020, le virus COVID-19 a déferlé sur le globe, plongeant le monde dans la panique. Les vastes essaims de criquets qui se sont abattus sur l’Afrique ont aussi été quelque chose d’horrible. Face à la recrudescence de ces fléaux et de la famine, ceux qui croient au Seigneur ont été de plus en plus nombreux à avoir le sentiment que le jour de Son arrivée était proche et que le royaume de Dieu était imminent. Le Seigneur Jésus a dit un jour : « Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche » (Matthieu 4:17). C’est ce que le Seigneur demande à chacun de nous. Ce n’est qu’en nous repentant sincèrement que nous serons protégés par Dieu et amenés dans le royaume des cieux avant la grande tribulation. Qu’est-ce donc que la repentance sincère, et comment pouvons-nous y parvenir ?

Comment les chrétiens peuvent-ils se repentir sincèrement

1. Une bonne conduite est-elle le signe d’une repentance sincère ?

À propos de repentance, un grand nombre de ceux qui croient au Seigneur diront : « Maintenant que nous croyons au Seigneur, nous ne jurons plus et ne nous battons plus, nous sommes tolérants et patients vis-à-vis des autres, nous prions et nous nous confessons souvent devant le Seigneur, nous travaillons et nous dépensons pour Lui et nous ne renions plus Son nom même si l’on nous met en prison. Cette bonne conduite est la preuve que nous nous sommes repentis sincèrement. Quand le Seigneur reviendra, nous entrerons au royaume des cieux avec Lui. » Depuis que nous croyons au Seigneur, nous avons rejeté nos mauvaises habitudes : nous sommes devenus humbles, tolérants, nous nous sommes mis à aider les autres et nous avons pu renoncer aux choses matérielles et nous dépenser pour diffuser l’Évangile et témoigner pour le Seigneur. Il y a effectivement eu des changements dans notre conduite, mais il est indéniable que nous ne nous sommes pas libérés des entraves du péché et que, souvent encore, nous vivons dedans, incapables de nous en échapper. Ainsi, par exemple, lorsque nous entendons dire quelque chose qui est blessant pour nous mais ne porte pas atteinte à nos intérêts fondamentaux, nous pouvons faire preuve d’indulgence et ne pas en faire cas. Cependant, quand une personne dit quelque chose qui porte atteinte à notre prestige et à notre statut et qui nous pose un problème, même si nous n’exprimons aucune critique à son égard, nous avons en nous de la rancœur et des préjugés contre elle, et il peut même nous arriver de songer à nous venger. Dans bien des domaines, même si nous ne commettons pas un grand mal, nos cœurs trahissent souvent de mauvaises pensées. Parfois, nous faisons preuve d’indulgence et de sang-froid jusqu’à un certain moment, mais dès que c’est trop pour nous, nous sommes encore susceptibles de faire le mal. Quand de telles choses se révèlent et se manifestent en nous et que nous ne nous sommes pas encore libérés des entraves du péché, peut-on dire que nous nous sommes repentis sincèrement ?

Lisons un passage des paroles de Dieu : « Des changements qui s’opèrent seulement dans le comportement ne sont pas durables. S’il n’y a pas de changement dans le tempérament de vie des individus, alors tôt ou tard leur côté méchant se manifestera. Parce que la source des changements dans leur comportement est de la ferveur, couplée à l’époque avec une certaine œuvre accomplie par le Saint-Esprit, il leur est extrêmement facile de devenir fervents, ou de faire preuve de bonté pour un temps. Comme disent les non-croyants : “Faire une bonne action est facile, ce qui est difficile, c’est de faire de bonnes actions toute sa vie.” Les gens sont incapables de faire de bonnes actions toute leur vie. Leur comportement est guidé par la vie ; ce qu’est leur vie, leur comportement l’est aussi, et il n’y a que ce qui est révélé naturellement qui représente la vie et la nature de l’individu. Les choses qui sont fausses ne peuvent pas durer. Quand Dieu travaille pour sauver l’homme, ce n’est pas pour le parer d’un bon comportement – l’œuvre de Dieu vise à changer les tempéraments des individus, pour les faire renaître et devenir de nouvelles personnes. […] Bien se comporter n’est pas la même chose qu’obéir à Dieu, cela équivaut encore moins à être compatible avec Christ. Les changements de comportement sont fondés sur la doctrine et nés de la ferveur – ils ne sont pas basés sur la vraie connaissance de Dieu, ni sur la vérité, et ils reposent encore moins sur la direction du Saint-Esprit. Même s’il y a des moments où une partie de ce que font les hommes est guidée par le Saint-Esprit, ce n’est pas l’expression de la vie, et c’est encore moins le fait de connaître Dieu ; le comportement d’un individu a beau être bon, il ne prouve nullement qu’il obéisse à Dieu, ou qu’il mette la vérité en pratique. Les changements de comportement sont une illusion momentanée, ils sont la manifestation du zèle et ne sont pas l’expression de la vie » (« La différence entre les changements externes et les changements dans le tempérament », dans Récits des entretiens de Christ).

Les paroles de Dieu nous montrent que même si notre conduite s’est améliorée depuis que nous croyons en Dieu, cela ne signifie pas que notre tempérament de vie a changé. La bonne conduite est essentiellement le résultat de la ferveur, c’est un comportement qui procède de la doctrine et des règles, ou sinon, c’est une pratique que l’on adopte quand on est touché par le Saint-Esprit. Ce n’est pas parce que nous comprenons la vérité, ce n’est pas parce que nous avons la connaissance de Dieu, et ce n’est pas une pratique découlant naturellement de notre désir de satisfaire et d’aimer Dieu. Nous sommes corrompus par Satan depuis des millénaires, nous débordons de toutes les formes de tempérament corrompu et satanique : arrogance, prétention, égoïsme, infamie, fourberie et ruse. Si ces tempéraments ne sont pas changés, alors, même si nous sommes capables de nous conformer à certaines règles et que nous sommes pieux en apparence, cela ne dure pas, et quand il nous arrive quelque chose de désagréable, nous sommes incapables de nous retenir de pécher. Par exemple, sous l’emprise de notre nature satanique arrogante et vaniteuse, nous essayons toujours de faire en sorte qu’on nous honore, et quand les autres ne font pas ce que nous leur disons de faire, nous nous mettons en colère et nous leur faisons la leçon. Nous sommes sous l’influence de notre nature égoïste et nous n’agissons qu’en fonction de nos propres intérêts : quand tout va bien chez nous, nous sommes disposés à renoncer aux choses matérielles pour nous dépenser pour Dieu et nous pouvons supporter toutes les difficultés. Mais quand un malheur survient, nous reprochons à Dieu de ne pas nous protéger. Il nous arrive même de regretter ce à quoi nous avons renoncé et d’envisager de trahir Dieu. Parfois, nous voyons des frères et sœurs dans l’Église enfreindre clairement les enseignements de Dieu et même, nuire aux intérêts de l’Église, et nous devrions leur dire quelque chose. Or, sous influencés par certaines philosophies de vie sataniques comme  « Passer outre les défauts de bons amis engendre une longue et bonne amitié » et « Moins de problèmes, mieux il vaut », nous nous taisons, préférant sacrifier les intérêts de l’Église pour préserver nos liens avec eux. Et ainsi de suite. Cela montre que si le problème de nos tempéraments corrompus n’est pas résolu, nous ne pouvons pas pratiquer la vérité ni obéir à Dieu, et nous pouvons même nous opposer à Lui. Prenons par exemple les pharisiens d’il y a deux mille ans. Extérieurement, ils ne semblaient commettre aucun mal. Ils voyageaient loin pour diffuser l’Évangile, ils expliquaient souvent aux gens les Écritures et leur apprenaient à obéir à la loi. Leur conduite était généralement bonne, mais quand le Seigneur Jésus S’est manifesté et a commencé Son œuvre, comme Il était si normal et ordinaire en apparence et n’était pas appelé le Messie, et parce que tout chez Lui était en désaccord avec leurs notions, leurs tempéraments sataniques arrogants et vaniteux se sont révélés. De manière flagrante, ils ont condamné le Seigneur Jésus et ont blasphémé contre Lui, ils n’ont pas cherché à savoir si le message qu’Il délivrait était la vérité, ils L’ont méprisé malgré tous les signes et les miracles qu’Il accomplissait, et finalement, ils ont conspiré avec les autorités romaines pour Le crucifier.

Ce qui précède montre que même si notre conduite change extérieurement, en l’absence de changement dans nos tempéraments de vie intérieure, nous resterons gouvernés par nos tempéraments corrompus et sataniques et nous serons susceptibles de pécher et de nous opposer à Dieu à tout moment. Par ailleurs, de telles personnes ne se sont pas repenties sincèrement et sont fondamentalement inaptes à entrer au royaume des cieux. Comme le dit la Bible : « Quiconque se livre au péché est esclave du péché. Or, l’esclave ne demeure pas toujours dans la maison ; le fils y demeure toujours » (Jean 8:34-35).

2. Qu’est-ce que la repentance sincère ?

Qu’est-ce donc que la repentance sincère ? Il est écrit dans la Bible : « Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes dans la ville ! » (Apocalypse 22:14). « Vous soyez saints ; car je suis saint » (Lévitique 11:45). Dieu est saint. Il méprise les péchés des hommes, et le signe d’une repentance sincère, c’est le fait que les divers tempéraments sataniques des hommes, l’arrogance, la vanité, l’égoïsme, l’infamie, la fourberie et la ruse, aient été purifiés et changés, qu’ils pratiquent les paroles de Dieu quelle que soit leur situation, qu’ils ne commettent plus de péchés ni ne s’opposent à Dieu mais obéissent à Dieu et Le révèrent vraiment, et qu’ils aient été entièrement gagnés par Dieu. Seules de telles personnes se sont sincèrement repenties.

3. Pourquoi nous ne nous repentons pas sincèrement dans notre croyance au Seigneur

Certains se demanderont : « Comment se fait-il que nous ayons accepté la rédemption du Seigneur et que nos péchés aient été pardonnés, mais que nous soyons incapables de nous repentir sincèrement ? » C’est essentiellement parce qu’à l’ère de la Grâce, le Seigneur Jésus a accompli l’œuvre de la rédemption, qui ne consistait pas à changer le tempérament corrompu des hommes. Lisons un autre passage des paroles de Dieu : « Bien que Jésus ait abattu une œuvre immense parmi les hommes, Il n’a fait que parachever la rédemption de toute l’humanité et est devenu le sacrifice d’expiation de l’homme, et Il n’a pas débarrassé l’homme de tout son tempérament corrompu. Pour sauver entièrement l’homme de l’influence de Satan, Il n’a pas suffi que Jésus se livre en sacrifice d’expiation pour les péchés des hommes, mais il a fallu également que Dieu s’emploie davantage à débarrasser l’homme totalement de son tempérament, qui avait été corrompu par Satan » (La préface de La Parole apparaît dans la chair). Cela nous apprend qu’à l’ère de la Grâce, le Seigneur Jésus n’a accompli que l’œuvre de rédemption de l’humanité, ayant pour effet que les gens se confessent et se repentent. Dans le cadre de l’œuvre de rédemption, le Seigneur Jésus a énoncé le chemin de la repentance, Il a enseigné aux hommes la manière de confesser leurs péchés et de se repentir, de porter la croix et de suivre le Seigneur. Ils doivent aussi aimer leur prochain comme eux-mêmes, être humbles, patients et tolérants, et pardonner aux autres soixante-dix fois sept fois, et ainsi de suite. C’étaient là toutes les exigences imposées aux hommes en fonction de leur stature de l’époque : quand ils péchaient, ils se présentaient devant la Seigneur Jésus pour confesser leurs péchés et se repentir, leurs péchés étaient pardonnés et ils étaient autorisés à se présenter devant Dieu et à continuer de Le vénérer. Le Seigneur Jésus n’a exprimé que des vérités qui pouvaient être comprises par les hommes de l’époque. Mais il ne s’agissait pas de changer leurs tempéraments, et donc, nous avons beau lire la Bible, confesser nos péchés, nous repentir et nous dominer, nous restons incapables de nous débarrasser du péché et de parvenir à une repentance sincère.

4. Comment parvenir à une repentance sincère

Donc, comment pouvons-nous parvenir à une repentance sincère ? Le Seigneur Jésus a prophétisé : « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité ; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir » (Jean 16:12-13). « Celui qui me rejette et qui ne reçoit pas mes paroles a son juge ; la parole que j’ai annoncée, c’est elle qui le jugera au dernier jour » (Jean 12:48). « Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité » (Jean 17:17). Ces paroles nous indiquent que durant l’ère de la Grâce, la stature des hommes de l’époque étant très petite, le Seigneur Jésus n’a pas exprimé un trop grand nombre de vérités et ne nous a pas donné un moyen de résoudre le problème de nos natures sataniques. Le Seigneur a donc annoncé qu’Il reviendrait, qu’Il exprimerait des vérités plus élevées et qu’Il accomplirait l’œuvre de jugement et de purification des hommes, nous permettant ainsi de nous libérer entièrement des entraves du péché et d’être purifiés et changés, et ce n’est qu’en acceptant l’œuvre de jugement et de purification au retour du Seigneur que nous pouvons parvenir à une repentance sincère.

Aujourd’hui, le Seigneur Jésus est revenu : Il est Dieu Tout-Puissant incarné. Sur la base de l’œuvre de rédemption du Seigneur Jésus, Dieu Tout-Puissant a accompli l’œuvre du jugement en commençant par la maison de Dieu, Il a exprimé toutes les vérités nécessaires au salut de l’humanité et est venu juger, purifier et perfectionner ceux qui acceptent Son salut des derniers jours. Dieu Tout-Puissant dit : « Dans les derniers jours, le Christ utilise une variété de vérités pour enseigner à l’homme, exposer l’essence de l’homme et disséquer ses mots et ses actes. Ces paroles comprennent diverses vérités, telles que le devoir de l’homme, comment l’homme doit obéir à Dieu, comment l’homme doit être fidèle à Dieu, comment l’homme doit vivre l’humanité normale, ainsi que la sagesse et le tempérament de Dieu, et ainsi de suite. Ces paroles sont toutes axées sur l’essence de l’homme et son tempérament corrompu. En particulier, ces paroles qui exposent comment l’homme rejette Dieu sont prononcées au sujet de la manière dont l’homme est une incarnation de Satan et une force ennemie contre Dieu. En entreprenant Son œuvre de jugement, Dieu ne fait pas que préciser ce qu’est la nature de l’homme par quelques mots seulement ; Il l’expose, le traite et l’émonde à long terme. Ces méthodes d’exposer, de traiter et d’émonder ne peuvent pas être substituées par des mots ordinaires, mais par la vérité que l’homme ne possède pas du tout. Seules les méthodes de ce genre sont considérées comme un jugement ; c’est seulement par un jugement de ce genre que l’homme peut être maîtrisé et forcé à se soumettre totalement à Dieu, et acquérir de surcroît une vraie connaissance de Dieu. Ce que l’œuvre du jugement apporte c’est la compréhension par l’homme du vrai visage de Dieu et la vérité sur sa propre rébellion. L’œuvre du jugement permet à l’homme de mieux comprendre la volonté de Dieu, le but de l’œuvre de Dieu et les mystères qui lui sont incompréhensibles. Cela permet également à l’homme de reconnaître et de connaître son essence corrompue et les racines de sa corruption, ainsi que de découvrir la laideur de l’homme. Ces effets sont tous causés par l’œuvre du jugement, car l’essence de cette œuvre est en fait l’œuvre d’ouverture de la vérité, du chemin et de la vie de Dieu à tous ceux qui ont foi en Lui » (« Le Christ réalise l’œuvre du jugement avec la vérité », dans La Parole apparaît dans la chair).

Lorsque Dieu Tout-Puissant exprime la vérité et accomplit l’œuvre de jugement et de purification de l’homme dans les derniers jours, Il ne nous indique pas seulement plusieurs moyens de pratiquer la repentance, Il exprime des paroles de jugement et révèle notre nature et notre essence qui désobéissent et s’opposent à Dieu et notre corruption. Il nous dispense diverses vérités, comme la façon d’être honnête, d’obéir à Dieu, de L’aimer et ainsi de suite, et Il nous donne ainsi un chemin de pratique dans tout ce à quoi nous nous retrouvons confrontés. En faisant l’expérience du jugement des paroles de Dieu, nous nous rendons compte peu à peu que nous avons été profondément corrompus par Satan et que notre nature et notre essence débordent de tempéraments sataniques d’arrogance et de suffisance, d’égoïsme et d’infamie, de fourberie et de ruse. Il n’y a rien d’humain dans cette manière que nous avons de vivre, nous sommes détestables pour autrui. En outre, nous sommes détestables et haïssables aux yeux de Dieu. Dans les paroles de jugement de Dieu, nous voyons que nous sommes ignobles et malfaisants, indignes de vivre devant Dieu, et alors seulement, nous commençons à détester nos péchés et à désirer nous repentir. En même temps, nous découvrons le tempérament juste de Dieu qui ne souffre aucune offense et nous nous apercevons que si nous ne pratiquons pas la vérité, nous serons à coup sûr détestés et rejetés par Dieu. Alors seulement, nous développons la crainte de Dieu, nous renonçons à la chair et pratiquons la vérité, nous accédons peu à peu à la réalité de l’obéissance à Dieu et nous cessons de nous rebeller contre Lui et de nous opposer à Lui.

En faisant l’expérience du jugement et du châtiment de Dieu, nous nous libérons entièrement du péché, nous ne sommes plus entravés par notre nature satanique et nous sommes libres de pratiquer les paroles de Dieu et de Le vénérer. Alors seulement, on peut dire que nous nous sommes repentis sincèrement et que nous avons vraiment changé, et alors seulement, nous sommes aptes à entrer au royaume des cieux. De façon évidente, accepter l’œuvre du jugement de Dieu des derniers jours est le seul moyen de parvenir à la repentance sincère et de changer. À ce stade, je suis sûr que vous commencez à comprendre comment parvenir à la repentance sincère : quels choix devons-nous donc faire maintenant ?

Contenu connexe